AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

[25 décembre 1997] Effeuillage émotionnel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lina H. Kaveline
Lina H. Kaveline
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : .
MESSAGES : 397
[25 décembre 1997] Effeuillage émotionnel. Lumos-4fcd1e6

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG: mêlé
[25 décembre 1997] Effeuillage émotionnel. Empty
MessageSujet: [25 décembre 1997] Effeuillage émotionnel. [25 décembre 1997] Effeuillage émotionnel. EmptyDim 24 Juin 2018 - 15:55

L'odeur du dortoir lui parasita les narines et Lina dû prendre quelques inspirations par la bouche le temps s'habituer. La pièce était tellement humide, que le bois avait commencé à pourrir et son parfum macabre se répandait dans la pièce. Lina les yeux écarquillés d'horreur s'avança, avisant le lit de camp qui avait été ajouté à son intention. Elle s'installa dessus et d'une main lente enleva sa cape qui tomba d'abord sur lit, puis glissa lentement jusqu'au sol. La sorcière la récupéra et la rangea dans sa valise, qu'on lui avait apporté plus tôt mais qui ne contenait qu'à peine un tiers de ce qu'il aurait dû y avoir en temps normal. La plupart de ses plumes et parchemins avaient disparus. Il ne lui restait qu'une bouteille d'encre. Les livres qu'elle avait achetés avaient été remplacés par des livres d'occasion. Une bonne partie de sa garde robe s'était également envolés au profit de vêtement rapiécés au couleur de sa nouvelle maison, le temps d'un petit mois – et Lina comptait déjà les jours –. Elle n'en revenait pas que l'ensemble des professeurs qu'elle avait connu laisse leurs élèves vivre dans des conditions pareilles. C'était scandaleux. Inhumain.
Derrière elle, quelqu'un toussa. C'était une toux grasse, le genre qui vous engluez la gorge de morve pendant des jours. Et elle ? Comment avait – elle fait pour se retrouver dans une telle situation. Lina avait toujours été une bonne élève, pour ne pas dire excellente. Avec un soin particulier, elle avait toujours évité les ennuis. Il avait fallu qu'elle attende sa dernière année à l'école de sorcellerie pour s'inscrire quelque part, pour assumer cette position et pour d'emblée se faire humilier puis punir. Elle n'en revenait pas. Ce genre de chose ne pouvait pas lui arriver, pas à elle qui était d'ordinaire un être prudent et simple. En plus cette punition n'avait aucun intérêt ? Un mois chez les Nuncaboucs ? Pour quoi faire ? Pourquoi l'enfermer dans ce dortoir moisi – littéralement – alors que les Mangemorts avaient la possibilité de la torturer pendant des heures ? Dépitée, elle arracha sa cravate.
Elle n'y croyait qu'à moitié. La punition était à la fois trop douce et trop malplaisante, puisque Lina se trouvait désormais privée de tout confort, de tout réconfort, de ses amis. La privation. C'était donc cela. Ces êtres immondes voulaient lui refuser son droit à vivre. Pendant un mois la sorcière serait en suspension, humaine mais pas traitée comme tel. Elle ne les laisserait pas faire. Une rage sourde s'insinua lentement en elle, à nouveau. Les Carrow l'avaient blessée une première et elle vivait avec sa plaie béante. Cette fois, Amycus avait jeté à l'intérieur d'elle les gouttes d'un poison, douloureux, qui coulaient maintenant à l'intérieur de ses veines encore jeunes. Elle lança un regard circulaire dans le dortoir. Il fallait que la Résistance agisse. Ils ne pouvaient plus attendre. Laisser des élèves vivres dans ses conditions était trop grave, il était nécessaire qu'ils se regroupent et qu'ils se battent, tous ensemble pour s'assurer un avenir décent, pour mettre un terme aux agissements des Carrow et par extension, des autres mangemorts. À Poudlard, ils étaient seuls, aucun adulte ne leur venait en aide, mais ce n'était pas une raison pour abandonner. Avec leur propres armes, ils devraient se lever face au régime actuel et le décimer, sans pitié. Elle inspira bruyamment aux prises avec une colère qu'elle ne maîtrisait pas. S'il fallait mettre Poudlard à feux et à sang pour mettre fin au régime du Mage Noir, elle le ferait. Elle enleva sa chaussure sans s'aider de ses mains. La manœuvre consistait à utiliser la pointe de ses orteils pour tenir l'arrière de sa basket, pendant qu'elle en extirpait son pied, tout en étant vaguement consciente des propos que sa voix intérieure tenait. Poussée par les Carrow, elle en venait à se dire des choses atroces, qu'elle regrettait presque déjà... Elle ne voulait pas devenir comme ça. Des larmes, incapables de couler, vinrent mouiller les émeraudes de ses yeux. En cet instant, elle aurait donné n'importe quoi pour être dans son dortoir, pour pouvoir parler à Carlie, qui n'était pas bien loin de son lit. En soupirant, la sorcière remua sa cheville de gauche à droite, jusqu'à ce qu'elle parvienne à se libérer de cette dernière chaussure. Du bout de son pied nu, Lina la poussa contre sa valise.
Elle ne voulait pas être ici. Elle voulait rentrer chez elle, retrouver ses parents qu'elle n'avait pas pu voir puisqu'elle avait été privée de vacances... Sa famille lui manquait atrocement. C'était le premier Noël qu'elle passait loin de chez elle. Victor et Lynn Kaveline, pour le Noël de l'année 1997 s'étaient retrouvés orphelins de filles et, en les imaginant seuls à table, l'ancienne Poufsouffle ne pouvait s'empêchait de sentir son cœur voler en millions de petits éclats. Pendant quelques secondes, elle cacha son visage pâle entre ses mains. Pendant un bref moment, elle fut tentée de se coucher comme ça, encore habillée et de s'endormir en pleurant. Cette idée présentait un certains nombres d'avantages, mais en dépit de tout, Lina était un être vaillant et elle ne voulait pas laisser trop de place aux Mangemorts dans sa vie. S'endormir avec trop des larmes dans le cœur serait une façon de les laisser remporter cette bataille et la jeune femme s'y refusait. Elle inspira un grand coup et finalement elle enleva ses chaussette, libérant ainsi la chair de ses mollets.
Elle frissonna. Il faisait froid dans le dortoir. Curieuse, elle tâta la couverture de son lit. Elle n'était pas bien épaisse... Elle ferma les yeux. Il faudrait faire avec de toute façon puisqu'elle ne pourrait ni demander du rab, ni faire un feu. Lentement, la jeune femme se leva et baissa la fermeture éclair de sa jupe qui glissa le long de ses jambes jusqu'au sol.
Et puis... Elle soupira... Cette immersion parmi les Nuncaboucs aurait peut – être des avantages. Par exemple, il serait peut – être plus facile de faire passer des potions de la mission botanique. Elle pourrait se rendre utile, les aider d'une manière ou d'une autre en organisant par exemple des excursions jusqu'à la salle sur demande pour qu'ils puissent bénéficier d'eau chaude pour se laver. Elle déboutonna sa chemise et le jeta dans le ventre grand ouvert de sa valise. Elle profita également pour attraper sa chemise de nuit.
Oui. Elle ferait ça. Elle se rendrait utile. Lina passa ses mains dans son dos et dégrafa son soutien gorge pour qu'il aille rejoindre le reste de ses vêtements. Rapidement, elle passa son pyjama. Se rendre utile pour les autres étaient dans ses cordes. Elle avait porté plusieurs costumes pendant ses quelques semaines depuis la rentré : élève lambda, résistante, préfète, joueuse de quidditch, élève chez les Nuncaboucs,... Grâce à toutes ses casquettes la jeune femme s'était rodée, elle connaissais certaines pièces secrètes du château, le fonctionnement des rondes nocturnes, les actions prévues par la résistance et c'était une voyante. Lina s'installa à genoux devant sa valise et fouilla l'intérieur jusqu'à ce qu'elle trouve la boîte en fer qui contenait ses cartes. Elle l'ouvrit et vérifia qu'il n'en manquait aucune. Les Carrow ou les elfes qui avaient fouillés sa valise n'avaient pas pu passer à côté de son petit trésor... Mais sans doute avaient – ils sous estimé la valeur des lames de tarot, pensant là qu'il s'agissait très certainement d'un accessoire ridicule pour son cours de Divination... Et comme les cartes qui lui venaient de son arrière arrière grand mère avaient déjà bien vécues, il n'avait pas été nécessaire de les remplacer par des cartes d'occasion... Parfait. Pour la première fois depuis le début de la journée, Lina se sentait armée pour affronter ce qui allait se passer pendant ce mois.

Elle serait prudente, mais prête.



Défi:
 
Revenir en haut Aller en bas

[25 décembre 1997] Effeuillage émotionnel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Festivités de la Fete nationale du 2 décembre et coup d'Etat du 3 décembre» 14 Décembre 2016» tournoi a vienne:region rhone alpes en decembre» Chronologie de la Sainte Eglise» Programme des animations de Décembre du K fée des jeux
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Dans les étages :: Dortoir des Nuncabouc-