AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Scénarii by Gwenn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
GRYFFONDOR5ème année
    GRYFFONDOR
    5ème année
AVATAR : Nova Louna Castano
MESSAGES : 216

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Euh ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 novembre.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Scénarii by Gwenn Ven 13 Nov 2015 - 18:56

Scénarii Derwick

1 - Astria Diane Derwick [ft. Elle Fanning] → Prénoms et lien négociables • LIBRE
2 - Jared Colin Derwick [ft. Au choix] → Prénoms négociables • UC


Scénario Edelweiss

1 - Piers Edelweiss [ft. Jake Gyllenhaal] → Non - négociable • LIBRE

Scénario Cooper

1 - Slythia Cooper [ft. Mackenzie Foy] → Non - négociable (à la limite la célébrité) • LIBRE


[/!\ Je cherche actuellement des célébrités pour Jared & Piers, mais si vous les voulez, vous pouvez choisir quand même !] [Les négociations sont à faire par MP]

_________________
.


Je suis égoïste. Je suis égoïste. Je suis égoïste.
Je suis désolée, maman.

Mais ne t'inquiète pas.
J'attendrai la fin de l'été pour assumer mon choix.


.


Dernière édition par Gwenn D. Edelweiss le Sam 6 Fév 2016 - 12:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème année
    GRYFFONDOR
    5ème année
AVATAR : Nova Louna Castano
MESSAGES : 216

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Euh ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 novembre.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Scénarii by Gwenn Ven 13 Nov 2015 - 18:57



Astria D. Derwick
LIBRE RÉSERVÉ JOUÉ


Un beau couple de Moldus, Diane et Colin, accouchent en plein hiver d'un joli garçon brun, calme et têtu. Paul Derwick est né. Intelligent, impassible, honnête mais assez ronchon et obstiné, il s'adoucit un peu trois ans plus tard, à la naissance de sa jeune sœur, Ellen Derwick, bien plus gentille, douce, et tendre. Le grand frère se montre très protecteur envers Ellen, qui accueille l'époque du collège avec soulagement … Sauf que. Son grand frère est spécial : il fait des choses étranges, comme ouvrir les portes sans les toucher et parfois, faire des bonds si gigantesques que les kangourous en auraient bavé. Et la lettre, la lettre pour Poudlard arrive, un soir de Juin. Paul est donc un « sorcier ». Un « né-moldu ». Et il va aller dans une « école de sorcellerie ». Il y a même le « Brevet Universel de Sorcellerie Elémentaire » et tant d'autre choses ! Ellen bave devant les prouesses de son ancien « protecteur ».
Jusqu'à ce qu'elle commence à faire de la magie aussi. Faire du vent partout. Guérir de ses égratignures automatiquement. Et surtout, la pousse incessante et impossible à contrer de ses cheveux, qui défont n'importe quelle coupe de n'importe quel coiffeur en quelques heures. Et à ses onze ans, elle reçoit elle aussi la lettre.
Les deux vont à Poudlard. Ellen ne va pas à Serdaigle rejoindre son frère ; elle entre chez les bons Poufsouffle. Leurs études se passent à merveille. Ellen devient Guérisseuse à Ste-Mangouste, catégorie Blessures par Créatures Magique ; son grand frère rejoint les Aurors. Ellen se lie d'amitié avec une Guérisseuse de deux ans son aînée, Magaly : elle rencontre aussi Piers Edelweiss, un jeune homme membre du Magenmagot. Elle tombe amoureuse de ce dernier. Une soirée, elle présente Magaly à son grand frère. En quelques heures, celui – ci aussi tombe amoureux de l'amie de sa jeune sœur.
Finalement, Magaly tombe amoureuse de Paul. Mariages. La même année de la naissance de Gwenn, Magaly accouche de deux faux – jumeaux : un joli garçon et une fillette.
Nommant Astria à cause de sa passion pour les étoiles, et le fils, Jared, un choix du père, les parents sont aussi fiers qu'Ellen. Malheureusement, les différents jobs des quatre adultes les séparent et Astria et Jared croisent rarement leur cousine. Après le divorce avec Piers, Ellen se rapproche un peu de son grand frère et Gwenn connaît un peu plus les deux Derwick juniors.
Mais si elle s'entends assez bien avec Jared, Astria et elle entretiennent des rapports bien plus froids.

Astria a un caractère assez hautain. Susceptible mais assez intelligente pour ne pas montrer quand elle a mal (ou pas), elle est très honnête et très droite. Impartiale, elle trouve que pour vivre, il faut être fort. Ceux qui ne maîtrisent pas leurs émotions, comme sa cousine, font ainsi preuve de faiblesse. Moyennement courageuse, elle n'est pas lâche, mais pas folle non plus. Intelligente, ses excellentes notes lui font encore plus penser qu'elle fait partie des « forts ». Elle n'est tout de même pas méprisante, et reste sympathique avec ses ami(e)s, les plus âgés, tout ceux qu'elle apprécie. Elle est très tolérante mais très injuste car elle a tendance à trancher en fonction de ses idées. Elle est également extrêmement obstinée, et têtue, caractère hérité de son père. Elle considère les Mangemorts comme la pire engeance que la terre ait portée, et si elle se sent un peu supérieure par rapport aux Moldus, elle les aime quand même et ne ferait jamais preuve de discrimination à leur sujet. Concernant le sang « pur » ou « impur » des sorciers, elle trouve que c'est juste une idiotie des deux côtés : penser qu'un sang est mieux qu'un autre est idiot, se recroqueviller et se sentir blesser par rapport à son sang est idiot aussi. Pour elle, le sang, c'est les globules rouges qu'il ne faut pas trop verser sous peine de mort.
Sa mère a tenté en vain de lui insuffler un peu de compassion, mais s'est heurtée à un mur de détermination.

Astria adore son père, car il est exactement sur la même longueur d'onde qu'elle concernant ses idéaux. Elle aime également sa mère, mais est assez peu patiente avec elle, car elle la trouve trop compatissante. Elle aime beaucoup son frère et c'est une des rares personnes qu'elle écoute. Même si elle le trouve trop « gentil » aussi. Elle aime assez bien sa tante Ellen, mais reste une réticence à son sujet.
Concernant Gwenn, le fait qu'elle soit la fille d'un Mangemort, qu'elle ne maîtrise pas ses émotions, qu'elle n'a pas les même idéaux qu'elle et qu'elle fasse partie des Gryffondor (contre lesquels elle a quelque préjugés) font qu'elle ne l'aime pas, se bornant à la mépriser et à la considérer par du dédain. Voire de la haine.

Serdaigle - MÊME ANNÉE QUE GWENN - 15 ANS - SANG MÊLÉ

ft. Elle Fanning
By Poison Ivy



Gwenn D. Edelweiss - « Sais – tu que je te méprise ? Tu es faible. Tu réagis au quart de tour. Tu es une Gryffondor, donc, une cancre. D'après ce que disent ceux de ma Maison, en tout cas. Franchement, je ne vois pas comment tu peux être aussi expressive, aussi blessée par ce que je te dis, ou comment je te regarde. Tu ne comprends vraiment rien. Et en plus, tu es la fille d'un Mangemort. Heureusement qu'Ellen était divorcée. Heureusement que mon père a capturé le tien. Bien fait pour lui. Je te surveille, au cas où tu prennes la relève. Au cas où tu bascules. Je te surveille, et crois bien que, au moindre faux pas, je te tomberai dessus.
Mon père est mort. Tué par ton père à toi. Tu es Mangemort. Tu vas le payer. Ton sang, il va couler. Je le jure sur tout ce qui constitue en moi un être humain. »
Jared C. Derwick « Dear brother. T'es un peu ma moitié, mon faux jumeau, mon frère, mon ami, mon confident … Tout. Tu as l'habitude de me calmer quand je m'emporte, et de réussir parfois le tour de force de me convaincre de quelque chose. Moi qui suis si têtue. Moi qui suis si obstinée, parfois. Tu pourrais même, si tu avais le temps, me convaincre que les Mangemorts ont raison. Tout ça pourquoi ? Parce que tu es mon frère. Et un frère, même trop différent, ça se garde. Et ça s'aime. »
Paul Derwick « Mon père. Il m'a presque tout légué. Je tiens les yeux, les cheveux de ma mère, mais au fond, je suis comme mon père. Plus têtue que lui, et plus radicale aussi, tout ce qu'il pense, je le sais, parce qu'il me suffit de savoir ce que je penserai à sa place. Haine des Mangemorts. Haine de l'inculture. Obstination. Honnêteté. Dureté, parfois. On est pareils. Je le suivrait jusqu'au bout du monde. Et s'il y en a d'autre, dans ces autres mondes aussi.
Mais tu es mort, et ma vie est comblée d'un vide plus grand que je ne l'aurais jamais cru possible. »
Magaly Wroll « Ma tendre mère. Elle a gardé son nom de jeune fille. Je l'adore, parce qu'elle est la meilleure des mères ; je l'aime, parce que sa douceur m'a conquise. Mais elle m'agace. Elle compatis au moindre malheur, se prends de pitié pour le moindre malade. Elle plaint même ma chère cousine. Franchement, Maman, ouvre les yeux. La vie n'est pas rose. Et les papillons deviennent rares. »



_________________
.


Je suis égoïste. Je suis égoïste. Je suis égoïste.
Je suis désolée, maman.

Mais ne t'inquiète pas.
J'attendrai la fin de l'été pour assumer mon choix.


.


Dernière édition par Gwenn D. Edelweiss le Ven 9 Sep 2016 - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème année
    GRYFFONDOR
    5ème année
AVATAR : Nova Louna Castano
MESSAGES : 216

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Euh ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 novembre.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Scénarii by Gwenn Ven 5 Fév 2016 - 20:02

+ Jared

_________________
.


Je suis égoïste. Je suis égoïste. Je suis égoïste.
Je suis désolée, maman.

Mais ne t'inquiète pas.
J'attendrai la fin de l'été pour assumer mon choix.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème année
    GRYFFONDOR
    5ème année
AVATAR : Nova Louna Castano
MESSAGES : 216

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Euh ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 novembre.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Scénarii by Gwenn Ven 5 Fév 2016 - 20:02



Piers Edelweiss
LIBRE RÉSERVÉ JOUÉ


Piers est le père de Gwenn.
Ses parents sont des sorciers, et il aime faire croire qu'il est de sang totalement pur, même si ce n'est pas le cas. Il était marié à Ellen Derwick, mais a divorcé lorsque Gwenn avait cinq ans. Elle n'en a pas trop souffert. Depuis, elle a passé ses années scolaires chez sa mère, et les grandes vacances chez son père.
Il est Mangemort depuis ses vingt-deux ans. Quand son Maître est mort, il a réussit à se cacher et ne s'est jamais fait soupçonner. Jusqu'en 1997, personne ne s'est douté de rien. Pendant la quatrième année de Gwenn, comme le Seigneur des Ténèbres était revenu, il lui a bien sûr obéi et a fini par se faire prendre par le propre frère de son ex-épouse (Paul Derwick). Il a passé le reste de l'année à Azkaban jusqu'à que son Maître le libère pour lui permettre de se racheter en participant à la bataille de Poudlard (où il a tué Egg, le hibou de Wayoth Fawkes, et agressé deux élèves ).
Chaque fois que Gwenn venait chez lui, il la manipulait, l'amenant à hésiter entre le camp des Mangemorts et celui des Aurors/Ordre du Phénix/AD etc. C'est d'ailleurs parfaitement réussi, et actuellement, elle est dans tous ses états et tremble de peur à l'idée qu'il vienne la chercher chez sa mère. (Ce qu'il ne fera pas, il veut pas retourner à Azkaban)
Piers meurt d'envie de prendre sa vengeance sur Paul, et donc de le tuer. Possessif, il refuse d'envisager l'option que sa fille choisisse un autre camp que le sien. Il est également manipulateur et très patient, la majorité des gens étant des marionnettes entre ses mains. Il n'est pas extrêmement doué dans les sortilèges de magie noire, mais comme il aime s'amuser, il adore faire traîner les choses en longueur et se spécialise dans les sortilèges « gênants » (immobiliser à petit feu, faire monter la peur, torturer un peu, il est sadique quoi). Arrogant, l'échec n'est pour lui pas une option. Enfin, pas une option sans se battre. Il est calme et garde son sang – froid. Les insultes l'agacent, sans plus. Dernièrement, sa perspicacité lui donne de nombreux atouts quand il s'agit de manipulation. Il arrive à éviter la plupart des pièges.

Ancien SERPENTARD- MANGEMORT (ANCIEN MEMBRE DU MAGENMAGOT) - 39 ANS - SANG MÊLÉ

ft. Jake Gyllenhaal
Par moi – même



Gwenn - Sa fille, il l'adore, bien sûr. Il est peut – être Mangemort, il n'en reste pas moins un père. Et de toute façon, il est sûr qu'elle va le rejoindre. Elle ne prendrait pas le parti des Aurors, de son oncle, si ? Non, elle ne ferait jamais ça. Piers en est persuadé.
Cette année, elle est de son côté. Cette année, il va l'initer aux joies du métier. Malgré le risque qu'elle connaisse et fréquente des Nuncabouc, Piers est sûr qu'elle ne fera jamais cette erreur.
Ellen - Son ex-femme. Faible. Craintive. Juste guérisseuse à Ste-Mangouste. Pfff. Il se demande ce qu'il lui trouvait. Et elle reste persuadée que Gwenn est dans son camp à elle. Piers a hâte de voir l'horreur sur son visage quand sa fille portera un masque de Mangemort.
De toute façon, juste après la rentrée à Poudlard, Ellen a fui les règles des né-moldus.
Paul - Celui qui a enfermé Piers à Azkaban. Il le tuera. Juré. Promis. De toute façon, personne ne le pleurera, sauf ses enfants, qui sont faibles – même si Astria possède un caractère hors du commun qui en ferait une merveilleuse Mangemort, dommage qu'elle soit aussi têtue que son paternel – sa femme, et sa sœur, Ellen. Piers le tuera, oui. Et très bientôt.
Et ce bientôt, est devenu réalité.
le Seigneur des Ténèbres - Piers ne le vénère pas, le craint un peu, mais sans plus. Il le considère comme un des meilleurs et des plus grands sorciers jamais vu. Il le suivrait jusqu'à la fin. Il sait que le Seigneur des Ténèbres est cruel et sans pitié, même avec ses Mangemorts, mais cela, il s'en fiche. Il n'en est pas terrifié. Il faut juste qu'il ne fasse aucune erreur.



_________________
.


Je suis égoïste. Je suis égoïste. Je suis égoïste.
Je suis désolée, maman.

Mais ne t'inquiète pas.
J'attendrai la fin de l'été pour assumer mon choix.


.


Dernière édition par Gwenn D. Edelweiss le Ven 9 Sep 2016 - 21:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème année
    GRYFFONDOR
    5ème année
AVATAR : Nova Louna Castano
MESSAGES : 216

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Euh ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 9 novembre.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Scénarii by Gwenn Ven 5 Fév 2016 - 20:03

Prédèf à la fin du prologue ~

PROLOGUE



J'aime le feu. Pourtant, je n'aurais jamais imaginé qu'il puisse être aussi destructeur.

« Je m'appelle Eva, j'ai 15 ans. Depuis que je suis en âge de comprendre (ou pas) les dangers, on m'appelle « la p'tite dragonne fonceuse ». Que ce soit mes parents ou mes amis, ce surnom est devenu général.
Je suis rousse. Beaucoup de filles envient mes cheveux. Je ne vois pas pourquoi. Les leurs sont aussi beaux, voire plus, que les miens. Mais elles font ce qu'elles veulent. Je me fiche qu'elles m'envient. Si ça peut leur faire plaisir de se torturer pour une simple jalousie, c'est tout à leur honneur.
J'ai des yeux sombres. Là aussi, certaines filles m'envient. Mais qu'elles arrêtent ! Une blonde aux yeux bleus ou une brune  aux grands yeux verts est aussi jolie que moi. Voire plus.
Enfin, c'est surtout les Moldues qui m'envient. Les sorcières, elles, restent sympathiques, et tout ce que vous voudrez. Mais elles ne m'envient pas.
Franchement, c'est pratique, les sortilèges, hein. Ah, oui, c'est vrai. Je suis une sorcière. Mes parents en sont aussi. Mes grands parents aussi. Sauf mes deux tantes. Ce sont les sœurs de mon père. Elles sont Moldues. Parce qu'il est né – Moldu, lui. Mais franchement, je m'en fiche. Mes tantes m'ont donné des magnifiques cousines. Une jolie petite fille, Slythia, de cinq ans, que j'adore, et Flower, qui a le même âge que moi et avec qui je m'entends très bien.
Hum. Je m'entendais très bien. J'y reviendrais plus tard.
Du côté de ma mère, famille de sorciers, de gentils sorciers un peu trop bleus à mon goût, mais bon. Moi qui suis rouge et or, ça me paraît normal.
Quand j'étais petite, j'étais fascinée par le feu. Les flammes qui dansaient dans la cheminée, sur une bougie ou n'importe où d'autre étaient pour moi un des meilleurs spectacles. En grandissant, je n'étais plus aussi fascinée qu'avant, mais ces flammes me donnaient un sentiment de chaleur. D'amour.
Quand je suis entrée à Poudlard, le Choixpeau n'a même pas attendu que je le pose entièrement sur ma tête pour crier « Gryffondor ». Avait – t – il lui avenir ? Mon amour du feu ? Toujours est – il que je ne suis jamais allée très loin dans le courage, sauf ma deuxième année.
Oh, oui, vous me direz que passer des vacances en Amazonie est génial, surtout pour une sorcière qui ne craint rien.
Oui, foutez vous de moi. Je ne risque rien, je suis une sorcière, j'ai une baguette, je me disais. Mes cousines restent là – bas, en Europe, elles ne seront pas en danger.
Petite balade en forêt. Je me suis éloignée. Mes parents expliquaient au guide qu'ils aimeraient croiser des perroquets. Pour en adopter un, peut – être. A croire que notre hibou ne leur convient pas. Notre hibou s'appelle Sea, comme la mer, parce que … Eh bien parce que mes parents aiment la mer. Bizarre, le nom va très bien à Sea, pourtant il est tout sauf bleu ; hibou ronchon, marron de partout, aux yeux jaunes. Oui, il ressemble vachement à la mer.
Je me suis donc éloignée et j'ai croisé « comme par hasard », vous me direz, un léopard. Oooooooh. Comme c'est mignooooon. Oui, c'était un léopard tout bébé, avec de jolis yeux jaunes qui me fixaient. Je me suis rapprochée de lui, je me suis accroupie. Et c'est là que l'ombre d'un arbre s'est mise à bouger et que j'ai vu maman léopard, pas contente du tout, qui revenait de la chasse.
Vous savez, les griffes, ça fait mal.
J'ai récolté une belle balafre sur le côté droit du visage.
C'est grâce aux sorts de mes parents que mon visage balafré reste « parfait » devant les Moldues et redevient « normal » à Poudlard.
Je suis devenue plus téméraire. Ma balafre n'a pas dégoûté mes amies ni mes amis, oui, il y a juste un « e » de différence, bref, ça ne les as pas dégoûtés et je suis restée la Eva d'avant, avec juste un caractère plus proche du tigre que du dragon. (Il y a teeeeellement de différence …)
Et enfin, un été, j'étais en vacances chez Flower, qui déplorait mon visage comme chaque année et qui m'habillait si magnifiquement bien que je resplendissais (de tout sauf du sourire. Parce que je souriais pas. C'était pas drôle, de se servir de moi comme mannequin.) Et puis on était sorties se balader dans le village, sans mon sort qui masquait ma balafre, et on était tombées sur un joli garçon qui s'est révélé être le fameux « Will » dont Flower me bavassait. Cette dernière est devenue toute rouge, d'abord de timidité puis de jalousie quand « son » Will s'est intéressé à moi, par compassion pour ma grosse cicatrice, puis parce qu'il me trouvait jolie, toussa toussa. Et il est tombé amoureux de moi.
...Et moi aussi. Mon Will … Il était brun, avec de magnifiques yeux sombres qui vous faisaient chavirer. Moi, je l'ai bien aimé, mais sans plus au début. Puis il est devenue gentil, trop, d'après Flower, ma pauvre Flow qui est devenue une de mes ennemies ensuite. Mon Will qui ne comprenait pas pourquoi je partais en Internat au lieu d'aller dans un collège normal, ni pourquoi je n'avais pas de « téléphone » …
Flower a pris son numéro, en parfaite « sœur de petite amie » qu'elle a voulu être. Elle aurait pu me faire des crasses, lui dire que je sortais avec quelqu'un pour pouvoir le récupérer … Elle n'en a rien fait. Ma Flow qui a gardé son cœur d'or, en miettes, mais en or quand même.
Puis le feu. L'Incendie. Chez moi, tout a brûlé. On est tous sortis. C'était à Noël. Il y a une semaine.
Je suis sortie avant de plaquer ma main sur ma bouche. Slythia ! Dans ma chambre ! Elle dormait ! Et ma baguette ! Sur mon lit ! Je me suis ruée à l'intérieur. Flower a essayé d'entrer, mais sa mère l'a retenue en me criant de revenir. Elle ne savait pas que Slythia était dedans. Puis, me brûlant dans le feu, je suis entrée dans ma chambre.
Ma cousine n'était pas là. Ma baguette, si. J'ai pris ma jolie baguette, ma magnifique baguette, en bois de sycomore, rigide, trente – quatre centimètres et ventricule de dragon, et j'ai essayé de me ruer dehors. Mais vous savez, l'air sentait le brûlé. Et l'oxygène manquait. Manquait trop.



Je suis allongée sur un lit d'hôpital. J'ai appris, lors d'un de mes rares moments de lucidité, que Slythia est parfaitement saine et sauve, parce qu'elle a eu le bon sens de se réveiller et de partir en courant avant que le feu n'atteigne ma chambre. J'ai appris que ma baguette n'a jamais été retrouvée. Que Will et Flower sont là tous les jours en attendant que je sois valide. Que mon visage est encore plus horrible qu'avant. On m'a proposée de me regarder dans un miroir. J'ai refusé.
De toute façon, je sais que je suis trop brûlée. Je ne vois même pas comment je peux être encore en vie. Si ça se trouve, je ne suis pas en vie. Si ça se trouve, je suis morte, mais je ne le sais pas encore. Nous sommes le 2 janvier. Une semaine après l'Incendie. L'Incendie du 27 décembre. »



Lundi 5 Janvier.
Un cercueil est en train de se faire transporter au Cimetière. La plupart des gens sont trempés de larmes. Un garçon brun et une jeune fille qui ressemble beaucoup à la morte suivent le cortège en se tenant par la main. Le garçon a l'air de celui qui aimerait lâcher sa compagne et fuir, mais la jeune fille s'accroche à lui comme à l'énergie du désespoir.
Une petite fille de cinq ans reste choquée, bouche bée, devant tous ces adultes. Elle est encore plus triste qu'eux. Mais ses yeux ne montrent que de la douleur. Sa mère serre dans ses bras un homme qui a l'air de vouloir se pendre. Une autre femme est presque à défaillir, se reposant sur une dernière, qui ressemble à l'homme et à la petite fille. Eva est morte il y a trois jours. Aujourd'hui, beaucoup de gens sont invités. Des amis à elle. Sa famille.
Eva est morte, et son journal, dont les derniers mots sont empreints de bon sens, va être lu à voix haute.
A la dernière page, un poème, qu'elle a dû écrire peu avant sa mort.

Le feu, c'est comme l'eau.
C'est meurtrier mais beau.
Ça détruit et ça crée.
C'est brûlant et gelé.
J'aime le feu.
Pourtant, je n'aurais jamais cru qu'il
puisse être aussi destructeur.







Flower

« Si la glace gèle et refroidit, alors pourquoi je brûle autant ?

Je crois que je vais vomir. Ou me suicider, au choix. J'ai mal au cœur, à un point inimaginable. Qui aurait cru que … Non, c'est trop difficile d'y penser. Si il ne me tenait pas par la main, je crois que je m'effondrerai.
De toute façon, je suis déjà effondrée. Alors pourquoi pas physiquement ? Que ce soit ostentatoire ou non, ça ne change rien. Eva, Eva, Eva … Mais quelle idiote … Pourquoi se jeter au feu ? Je l'ai vue, avant – hier … Juste avant … La nuit de sa … disparition. Elle avait le visage tuméfié, brûlé, ce n'était plus Eva, c'était son démon personnel. J'ai toujours eu du mal à supporter de la regarder trop longtemps, soit parce qu'elle est si belle qu'on en est aveuglé, soit parce que sa balafre me donne envie de pleurer pour elle. Ces derniers jours … Ça a été horrible, de penser à ce qu'elle ne serait plus jamais. Elle était défigurée à un point que sa cicatrice semblait être un ornement d'une beauté incomparable. Et Slythia, qui a pleuré, sans savoir pourquoi, juste parce qu'elle voyait nos visages horrifiés, nos têtes affreusement tristes … Je crois que maintenant, elle a compris pourquoi on pleure, qui est dans ce cercueil qui passe devant nous … Je crois que maintenant, elle a compris pourquoi Oncle Jan et Tante Aléa pleurent autant … Je crois qu'elle a compris, parce que sinon, elle serait encore en train de nous demander pourquoi Eva n'est pas encore là. Sinon, elle ne serait pas, plantée au milieu des adultes, bras ballants, les yeux écarquillés, et la bouche à demi – ouverte, une larme unique sur la paupière gauche.
Quand on a appris la nouvelle, je me souviens que je me suis sentie me glacer. Il y a eu une goutte de transpiration qui a dévalé mon dos. Et il y a eu une multitude de larmes qui ont dévalé mes joues. Mais pas de cri. Juste le silence. Je me souviens que je me suis posé plein de questions. Mais j'avais trop mal pour ouvrir la bouche, parce que si je l'avais fait, j'aurais hurlé au lieu de parler. J'aurais hurlé au lieu de pleurer. Les questions me piquaient, me torturaient. J'avais un brasier dans le ventre, plus violent encore qu'un feu de cheminée, plus violent encore que celui qui a emportée Eva, et sa vie. Plus violent que n'importe quel feu. La seule façon pour moi d'apaiser un tant soit peu la douleur, c'était de me recroqueviller, de pleurer pour évacuer, et de me taire, en fermant les yeux, pour retenir le plus d'images possibles d'elle, mais rien que des images belles, pas de défiguration, même pas de balafres.
Je me suis souvenue d'elle quand on avait l'âge de Slythia, qu'on passait notre temps à courir après les papillons dans les prés de campagne de nos grand – parents « Moldus », et qu'on se ramassait, que ce soit par terre dans l'herbe, dans les cailloux ou même dans une crotte de vache, une fois. Je me suis souvenue d'elle plus tard, quand elle boudait parce qu'elle était obligée de mettre du rouge à lèvre noir, pour Halloween, alors qu'elle aurait voulu le violet. Je me suis souvenue d'elle la première fois qu'elle m'a annoncé qu'elle savait faire de la magie, et elle a fait éclore en accéléré une jolie tulipe. Pour moi. Une jolie flower. Cette tulipe est encore dans ma chambre. Elle n'a toujours pas fané. Je ne comprends pas pourquoi. Je l'ai depuis mes huit ans. Je me souviens d'Eva, quand elle a rencontré Will, l'année dernière, le Will que j'aimais depuis un bout de temps, le Will qui est tombé amoureux d'elle, attiré par sa balafre, son histoire et par son caractère, tout simplement. Will, qui m'aimait bien, mais comme une amie. Juste une amie.
Will qui aujourd'hui, souffre avec moi.
Si je n'avais pas de cœur, je crois que j'en profiterais. Là, je m'en fiche. Que Will m'aime ou pas, qu'il aime ou pas Eva, quelle importance ? Elle n'est plus là. Plus là pour raviver ma jalousie, mais plus là non plus pour me faire rire. Plus là pour ses parents, pour ses tantes, pour sa famille, plus là pour Slythia, plus là pour faire de grandes choses à la lueur de sa baguette magique, plus là pour faire éclore des fleurs et des tulipes. Plus là.
J'ai mal.
Je crois que je vais mettre du temps avant de ne plus souffrir. A supposer qu'un jour, je ne souffre plus.
Nous voilà en train de déposer son cercueil dans le trou. Slythia pleure, maintenant. Elle pleure, parce qu'elle a tout compris, et qu'elle aurait aimé ne pas comprendre, ne jamais comprendre. Je n'ose pas lâcher la main de Will, mais je voudrais prendre celle de ma petite sœur aussi. Heureusement, il est intelligent. Il me dirige doucement vers elle. Et elle me prends la main. Et tous les trois, on regarde Eva, du moins ce qu'il reste d'elle, s'enfoncer dans cette fosse. De la terre pour l'accueillir. Voilà tout ce à quoi elle aura droit. Elle qui était une sorcière, une lionne, une dragonne, elle n'a rien. Elle, la fille flamboyante à la chevelure de feu, brûlée vive comme les sorcières d'avant. Prémédité ? Je ne pense pas. Mais horriblement coïncident quand même. Will n'était pas au courant. Mais mes parents le lui ont révélé peu avant sa mort. Aurait – on pu sauver Eva, si jamais plus de magie avait tenté de la sauver ? Une part de moi aimerait croire que oui, pour pouvoir trouver un coupable que je puisse blâmer, pour me décharger de cette douleur. Mais je sais que non. Non, elle serait tout de même …
Morte.
Les doigts de Slythia sont froids et glacés. Ils tremblent et tentent de me serrer fort, mais n'y arrivent pas. Ils n'ont plus de force, plus de vie. Ils sont gelés, comme si elle venait de passer en pleine tempête de neige. Son cœur y est sûrement encore. La main de Will est chaude et me réchauffe. Pas assez. Je grelotte. Une part de moi aimerait me blottir contre lui, une autre part me pousse à rester droite, pour que je puisse honorer ces derniers instants, derniers car après, Eva s'effacera. Restera juste nos souvenirs.
Je me met à trembler, Will resserre sa prise. Non, lâche-moi. J'écarte ma main, je lâche Slythia, je me détourne et je fixe un point. Une caillou blanc. Je n'avais jamais remarqué à quel point le blanc était magique. A quel point il était magnifique. Habillée de noir, entourée de noir, le noir de la mort, le noir du deuil, ce caillou me semble libérateur. Je ne me baisse cependant pas pour le ramasser. Il est très bien là où il est. Eva est morte. Le blanc ne lui ira plus jamais. Je lève les yeux vers le cercueil et je l'imagine dedans,  non pas défigurée, mais belle, resplendissante, sans sa balafre, dans sa robe préférée, celle qui est noire et rouge. La vision est tellement vraie, tellement saisissante qu'Eva se lève et me sourit. Salut, Flow'. Est – ce un rêve ? Ses mots me transpercent et la vision explose en larmes. J'explose en larmes, silencieuse. Will reprend ma main, je la lui laisse. Slythia se colle contre moi. Je sens qu'elle vis, et ça me réchauffe, ça me rassure. Elle vis. Elle vis.

Une semaine. J'ai toujours aussi mal, je ne suis toujours pas soulagée. Oncle Jan et Tante Aléa sont rentrés chez eux. Ils vont avoir besoin de temps pour ne plus souffrir, tout comme moi. Le temps. Eva avait encore du temps, trop de temps devant elle. Elle n'en a plus. Si j'ai le temps, je pourrais peut – être arrêter de souffrir. J'ai le temps. Mais ce temps – là me fera oublier. Me fera l'oublier. Mais je n'ai pas envie de l'oublier. Je n'ai pas envie d'oublier ses grands yeux noirs et ses cheveux roux. Je n'ai pas envie d'oublier. Rien. Ni personne. Slythia pleure sans arrêt, en silence. Tous les jours, toute les heures. Eva lui manque trop. Moi aussi, je pleure. Toutes les nuits. Le jour, je reste figée. Froide comme un bloc de glace. Dure comme un bloc de pierre.
Et tout aussi expressive.
Will n'envoie pas de sms. Moi non plus. Je pense qu'il est choqué, lui aussi. Les vacances de Noël sont terminées, mais je ne vais pas au lycée. Personne n'y va. Mes parents ne s'étonnent même pas de me voir rester chez moi. Mes amies s'inquiètent. Trop. J'ai abandonné mon portable dans ma chambre. Il vibre si souvent que mes oreilles bourdonnent. Ou alors, c'est la tristesse qui me fait mal à la tête. Eva, reste avec moi. Ne me laisse pas. Ne pars pas. Reste là.
Je me redresse sur mon lit. Il est dix heures. Je sors de chez moi, je vais me promener. Je suis toute simple, contrairement à d'habitude. Jean, t – shirt blanc. Rien d'autre. Mes cheveux, à peine brossés, s'étalent en cascade sur mes épaules en me cachant une partie du visage. Mes voisins me croisent en rentrant chez eux. Ils m'adressent des sourires réconfortants. Ils savent. Ils croient savoir. Mais ils ne savent pas. Ils ne savent rien. Je les salue d'un signe de tête, au prix d'un gros effort, et je continue ma marche.
Je m'arrête au parc. Will est assis sur un banc. Il n'est pas non plus retourné au lycée. C'est ce que m'a dit ma mère. Je m'assois à côté de lui. Personne ne dit rien. Je me retient de trembler. Si je tremble, il me prendra la main. Je n'en ai pas envie. Je n'en ai plus envie. Pourtant, sans que je tremble, il le fait. Et on reste assis, sans bouger. Sauf ma lèvre inférieure. Lui, je ne le sens pas trembler. Chacun sa façon de supporter le chagrin. Cris, pleurs, abandon ? Silence. Juste silence. Je me sens me détendre un tout petit peu. Sa main est chaude. La mienne, gelée. Mon cœur aussi est gelé.
Mais si la glace gèle et refroidit, alors pourquoi je brûle autant ? Pourquoi mon cœur me fait si mal ? Pourquoi est – ce qu'il est brûlant ? Parce que je suis amoureuse de Will, encore et toujours ? Parce qu'Eva, qui aurait dû être à ma place, prendre la main de Will à ma place, et se coller à lui, n'est plus là ? Ou parce que je suis si malade, si triste et si tremblante, que mon corps est bizarre, ne réagit plus comme avant, et passe du chaud au froid, d'un coup, sans prévenir ?
Eva, la copine de celui qui me tient la main. Mon cœur a un sursaut de douleur et je retire ma main de celle de Will. C'est mal, ce qu'on fait. Ce que je fais. Pourtant, la retirer me replonge dans la glace et me fais encore plus mal. Suis – je si bizarre que ça ? Will tourne la tête vers moi. Il me vois comme je suis, tremblante, pleurant au fond de moi, torturée par ma culpabilité. Il n'a pas l'air d'être amoureux. Peut – être me voit-il comme une sœur ? Une sœur. Je peux être une sœur. On se reprends la main. Et pendant quelques minutes, on reste comme ça.
Je t'aime, Eva. Je t'aime, Will. Je t'aime, Slythia.

Deux semaines. J'ai ouvert les yeux, dans ma chambre, ce matin, après un cauchemar. Dans ce cauchemar, je voyais Eva qui s'avançait vers moi, un bouquet de fleur à la main. Puis les fleurs se sont consumées, et le visage d'Eva s'est boursouflé, s'est défiguré en la fille que j'ai vue à l'hôpital. Je me redresse dans mon lit et cherche la tulipe de mes huit ans, la tulipe qui ne s'est jamais fanée. Elle est toujours là, aussi belle que vive. Rouge. Je m'approche d'elle et la contemple. Je vois encore Eva me la tendre. Et soudain, mon cœur se serre. Au fond de son vase, sur l'eau, flottant, je vois un pétale. Le premier. Le premier que cette fleur a perdu.

Trois semaines. La vie a repris son cours depuis déjà quelques jours. Je vais au lycée, je suis les cours, mes notes n'ont finalement pas baissé. Pourtant, je ne suis plus aussi bavarde qu'avant. Les pertes et la souffrance qu'elles engendrent ne devraient – elles pas s'évaporer ? Will a repris le lycée avant moi. Nous ne sommes pas dans la même classe, mais nous mangeons toujours ensemble, nous faisons nos devoirs ensemble. Je ne sais plus si je suis sa sœur ou plus. J'ai juste toujours mal en pensant à Eva, qui aurait dû être là et surveiller mes études en m'envoyant des hiboux. Mal. Mal. Mal.

Deux mois. J'ai moins mal.

Trois.

Quatre.

Deux saisons.

Un an.

J'ai passé mon bac, je suis libérée du poids de la perte depuis longtemps. Eva me manque toujours autant, mais j'ai passé le cap. J'ai croisé Will, hier. Il est redevenu souriant. Je ne suis plus amoureuse de lui. Mais il est toujours un très bon ami. Et vous savez quoi ? Il sort avec une jolie fille appelée Jenn. Et elle est très jolie. Comme Slythia, comme Eva, elle est rousse.
Et, surtout, c'est une sorcière. »








Slythia Cooper

LIBRE RÉSERVÉ JOUÉ


Slythia est une jolie petite fille.
Sa sœur et ses parents sont tout ce qu'il y a de plus Moldus, mais son oncle Jan est un sorcier, comme sa cousine Eva, actuellement décédée. Son statut du sang reste cependant né-moldu.
Sa grande sœur, Flower, a dix ans de plus qu'elle. Elle est chirurgienne dans un grand hôpital. Elle a déjà reçu la Légion d'Honneur pour ses services rendus. Son père est mathématicien et sa mère, architecte.

Slythia possède un optimisme débordant, si joyeux et imperturbable qu'elle est un peu naïve. Elle reste courageuse et insouciante, se mettant dans toutes sortes de situations loufoques. Sa joie de vivre et son exubérance font qu'elle s'est faite connaître de Rusard dès la première semaine. Elle possède une persévérance hors – norme qui peut parfois arriver à une obstination exaspérante. Elle reste très curieuse, voire trop, et ronchon quand quelque chose lui déplaît. Cette pile électrique ne tient pas en place. On la croirait hyperactive, mais ce n'est pas le cas. Elle ne peut tout simplement pas se calmer. Ses sourires étincelants conquièrent tout le monde, même les Shtroumphs Grognons.

GRYFFONDOR - 2EME ANNEE - 13 ANS - NEE-MOLDUE

ft. Mackenzie Foy
Par moi-même



Flower - Slythia est tout simplement dingue de sa grande sœur. Flower est devenue chirurgienne à cause de la mort de leur cousine, parce que son cœur d'or refuse que d'autres personnes subissent une perte pareille à celle des deux sœurs. Pour cela, Slythia l'admire. Mais bon, elle n'irait pas jusqu'à s'enfermer dans un labo jusqu'à la fin de ses jours pour de bon ...
Parents - Slythia aodre sa mère, qui partage sa joie de vivre sans toutefois bondir partout, mais reste un peu en conflit avec son père, qui, comme elle, est ronchon et têtu. Comme il s'emporte facilement et vénère le calme, le statut des disputes va sûrement continuer. Pour les deux « adversaires », l'abandon est inpensable et Slythia se fait souvent punir juste parce qu'elle refuse de lui laisser le dernier mot.
Eva - La sœur décédée de Slythia était une sorcière, qui était elle aussi à Gryffondor. Comme Slythia, elle était rousse et courageuse, même si elle ne débordait pas d'énergie. Elle est morte dans un incendie, à Noël, il y a six ans, parce qu'elle était revenue dans sa chambre flambant, croyant que Slythia n'était pas sortie de la maison. Asphyxiée à cause de la fumée et terriblement brûlée, tout le monde avait cru qu'Eva s'en sortirait pendant deux jours, puis les espoirs s'étaient éteints brusquement lors de sa mort.
Gwenn - Slythia adore Gwenn. Celle -  ci ne sait pas pourquoi la petite lui voue cette adoration teintée de vénération, mais bon, qu'une jolie petite rouquine vous fonce dessus chaque fois que vous la croisez pour vous faire un câlin n'est pas si terrible que ça. Gwenn n'a jamais eu de sœur ni de frère, mais s'occupe de Slythia comme si c'était la sienne.
Prénom P. Nom; Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam quis massa quis mauris pellentesque porta at eget mauris. Aliquam at risus vel ipsum bibendum scelerisque id ac libero. Ut libero odio, sagittis sit amet fermentum at, malesuada nec turpis. Nullam ornare diam non est porta vehicula. Quisque convallis aliquam neque. [Crédit icône: Heroin]

Prénom P. Nom; Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam quis massa quis mauris pellentesque porta at eget mauris. Aliquam at risus vel ipsum bibendum scelerisque id ac libero. Ut libero odio, sagittis sit amet fermentum at, malesuada nec turpis. Nullam ornare diam non est porta vehicula. Quisque convallis aliquam neque. [Crédit icône: Heroin]
Prénom P. Nom; Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam quis massa quis mauris pellentesque porta at eget mauris. Aliquam at risus vel ipsum bibendum scelerisque id ac libero. Ut libero odio, sagittis sit amet fermentum at, malesuada nec turpis. Nullam ornare diam non est porta vehicula. Quisque convallis aliquam neque. [Crédit icône: Heroin]
Prénom P. Nom; Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam quis massa quis mauris pellentesque porta at eget mauris. Aliquam at risus vel ipsum bibendum scelerisque id ac libero. Ut libero odio, sagittis sit amet fermentum at, malesuada nec turpis. Nullam ornare diam non est porta vehicula. Quisque convallis aliquam neque. [Crédit icône: Heroin]





_________________
.


Je suis égoïste. Je suis égoïste. Je suis égoïste.
Je suis désolée, maman.

Mais ne t'inquiète pas.
J'attendrai la fin de l'été pour assumer mon choix.


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Scénarii by Gwenn Aujourd'hui à 11:11

Revenir en haut Aller en bas

Scénarii by Gwenn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mise en place des sénarii et des campagnes.» EDELWEISS, Gwenn - 5ème année» Christelle va mourir [pv Chris, Gwenn, Yann et Charlotte]» rapport de bataille [sda] haradrim vs gondor» (M) Enry Heartwell ft Jesse Williams[LIBRE]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Premiers pas :: PVs & scénarios :: Scénarios inventés par les membres-