AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Septembre 93] Interrogation existentielle {Victoria Avery}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD5ème année
    SERPENTARD
    5ème année
AVATAR : Jeremy Irvine
MESSAGES : 267

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: :hehe:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 11 mai 1982 à Newcastle
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Septembre 93] Interrogation existentielle {Victoria Avery} Lun 19 Oct 2015 - 23:06


**En voilà un garçon compliqué ! A vrai dire, jeune homme, tu es un Chapeauflou ! Serdaigle ? Serpentard ?
Tu as ta place dans les deux maisons. Où vais-je t'envoyer jeune homme... Hum... Un choix coriace... Hum... Peut-être Serdaigle... Peut-être pas finalement... Hum... Bon.**


Bien que le jeune Dan Carter n'était pas le moins du monde timide ou peureux, il ne se sentait pas tout à fait tranquille avec un chapeau qui parlait sur sa tête. D'autant plus qu'il commençait à beaucoup parler ! Il l'avait lu avec les autres, il n'y avait pas d'hésitation, à peine le chapeau avait été posé sur leurs têtes que déjà ils pouvaient se diriger vers la table de leur maison. Et maintenant, il y avait Dan, première personne de la liste à qui le Choixpeau avait décidé de discuter plus que quelques secondes. Et encore, il aurait pu être encore plus intimidé si le chapeau, bien trop grand pour lui, ne lui recouvrait pas entièrement les yeux. Puis, après un dernier long soupir du chapeau-qui-parle, le verdict tomba :

 « SERPENTARD ! »

Le chapeau lui fut alors retiré et il eut alors la vision de la Grande Salle encore plus impressionnante qu'une petite minute auparavant. Il n'eut pas de mal à repérer la table à l'extrémité droite de la salle d'où émanait les applaudissements. Accordant à la table des Serpentard un salut plus assuré qu'il ne l'était réellement, il s'y dirigea et s'installa sur une place vacante entre deux personnes nettement plus âgées que lui. Il tâcha alors de se souvenir de ce qu'il avait lu avec sa mère concernant les différentes maisons de l'école. C'était elle qui avait eu raison d'ailleurs. Dan, lui, avait pensé qu'il serait à Serdaigle parce qu'il était curieux et voulait toujours en savoir plus que les autres. En réalité, il était à Serpentard, le Choixpeau avait décidé que sa ruse pour parfois voler les goûters de ses camarades à l'école était plus importante que sa curiosité. Et c'était sans doute pas totalement faux, il devait avouer que le sentiment d'arriver à ses fins était plutôt grisant. Un claquement de mains vint interrompre ses pensées tandis que des plats étaient arrivés comme… par magie dans les plats, causant l'incrédulité de Dan qui ne se doutait pas qu'une telle surprise devant un phénomène magique pouvait être très mal vu à cette table…


.


Trois semaines plus tard


Il n'avait même pas fallu un mois à Dan pour déjà estimer les matières qui étaient utiles et les matières qui n'étaient que des pures pertes de temps. Il avait déjà sa définition bien à lui de la magie. Elle était là pour être fort et savoir manier une baguette magique. Par conséquent, les sortilèges étaient utiles, la défense contre les forces du mal aussi, il avait même réussi à faire apparaître un (très léger) point (un peu) lumineux au bout de sa baguette (ou bien c'était le soleil…). Les potions n'étaient pas réellement utiles pour être fort mais en tant que Serpentard, il se devait de tout donner dans cette matière et il n'était pas question que quelqu'un d'autre que sa maison fasse mieux que lui. Bon d'accord, en réalité, il ne tenait pas à voir Severus Rogue en colère… Ce n'était pas le professeur avec le physique le plus avenant. Et puis, les potions, ça avait l'air facile. Il fallait suivre une recette. S'il était capable de faire un gâteau au chocolat, il était capable de faire des potions, ça n'était pas si fondamentalement différent. Quant à la métamorphose et au jardinag… euh la botanique, c'était une autre histoire… Changer des insectes en bouton de chemise… Et en voir frimer parce qu'ils réussissent… Outre la frustration (évidente) de ne pas avoir réussi l'exercice, c'était d'une inutilité grave. Et sa pire grimace ne saurait retranscrire son dégoût à voir ces plantes aussi répugnantes… Et son pire ronflement ne saurait traduire l'ennui qu'il ressentait en histoire de la magie.

Et évidemment qu'avait-il comme cours en ce merveilleux mardi matin ? Histoire de la magie. Il avait déjà vu suffisamment de ces cours pour savoir qu'il ne servait à rien qu'il sorte de son lit. Dormir dans son lit était plus confortable que de dormir sur une table. Puis il s'imagina le professeur Rogue devant son lit avec son regard habituel. Ce fut très largement suffisant pour le motiver à se lever. Il était d'ailleurs le dernier du dortoir. C'était rarement le cas. Dan n'était pas un fainéant. Mais là… Il y avait cas de force majeure. Il consentit enfin à se lever, à mettre sa robe de sorcier en prenant bien soin d'ajuster sa cravate signe d'appartenance aux Serpentards et sortit de la salle commune, déambula à travers les cachots afin d'arriver dans le grand Hall et sa fameuse grande salle où il allait enfin pouvoir satisfaire sa faim du matin.

Sans surprise, il ne restait plus grand monde, la plupart des personnes étaient déjà parties rechercher leurs affaires ou aller parler devant la salle. Il prit alors une des nombreuses places libres, s'étonnant toujours des plats qui semblaient arriver continuellement. Il n'avait même pas eu le temps de se rendre compte qu'il n'y avait plus de croissants que déjà cinq autres avaient fait leur apparition. Et il ne savait même pas d'où ça venait… Le professeur Dumbledore n'était même pas présent dans la salle. Il jeta un œil autour de lui et aperçut une fille non loin de lui. Elle n'était pas dans la même année que lui mais en jugeant par sa taille et son visage, elle ne devait pas être beaucoup plus âgée que lui. De même, elle avait une certaine prestance, qui relevait même de l'arrogance qui montrait qu'elle savait pas mal de choses. C'était typiquement le genre de personnes avec qui il n'avait pas le droit à l'erreur s'il ne voulait pas être catalogué d'élevé par les moldus idiot et incapable de savoir quoique ce soit sur la magie. Surtout à Serpentard où il avait compris qu'il n'était pas très bien vu d'avoir des parents moldus. Ça lui crevait le cœur de dire qu'il était sang-mêlé et donc de considérer son père comme son père… Mais il en allait de sa réputation, et cette réputation, c'était tout ce qui importait ici. Dan récapitula alors ce qu'il devait faire, il devait paraître assuré, ne pas laisser croire qu'il ne s'y connaissait pas, et égratigner sa pauvre mère au passage. Il s'en excusait déjà…:


 « Hé, tu ne saurais pas où sont les cuisines par hasard, j'irais bien me servir de temps en temps quand j'ai faim. »

Ah ce délicieux accent de rebelle se fichant des règles avec cette voix qui était encore loin de muer et une assurance qui ne collait pas avec son visage encore très juvénile, au moins, l'étincelle dans ces yeux bleus lui donnait une certaine contenance à défaut d'une réelle crédibilité. Et ce serait bien si Dan s'en était arrêté là, mais il avait le défaut de toujours vouloir en rajouter un peu, quitte à contrer l'effet initial.

 « Et c'est tellement meilleur que ce que fait ma mère, si seulement on avait de la cuisine comme ça chez nous. »

Eh oui, il n'avait pas su s'arrêter, et si Dan avait vu juste par sa prestance et qu'elle faisait partie d'une grande famille. Si elle savait que c'était des elfes de maison qui faisaient la cuisine. Cela voulait dire qu'elle en avait probablement chez elle. Et qu'elle se rendrait compte que sa famille était soit moldue soit trop pauvre pour pouvoir avoir un elfe de maison chez eux. Ou alors elle était loin de toutes ces considérations de familles riches ou pauvres. Et il avait encore parlé avec sa voix de petit garçon, sa moue s'étant transformé en une espèce d'air supérieur complètement raté en insinuant qu'il méritait de la meilleur nourriture. Il avait encore une certaine marge de progression dans son jeu d'acteur...


(Bon, je suis encore rouillé du clavier de toute évidence, hésite pas à me dire si tu n'as pas assez pour répondre ou si quoique ce soit ne va pas !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Septembre 93] Interrogation existentielle {Victoria Avery}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion» Faut-il fêter le 30 septembre ?» 11 SEPTEMBRE AUGUSTO PINOCHET OU RAROUL CEDRAS ?» a propos du 11 septembre 2001
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Avant sept.1995-