AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Juin 1997] - L'impression de ne plus être le même ~ PV Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE3ème année
    SERDAIGLE
    3ème année
AVATAR : Greyson Chance
MESSAGES : 138

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire !
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 4 mai 1984 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Juin 1997] - L'impression de ne plus être le même ~ PV Meredith Mer 26 Aoû 2015 - 16:40

Pluie. Oui, en ce samedi après-midi, il pleuvait. En plein mois de juin. Au tout début de l'été. Quelle tristesse ! L'humeur du ciel semblait être en parfait accord avec celle de Joseph. Petit garçon d'ordinaire plein de vie, de gaieté et d'optimisme, il était désormais triste et abattu. En cette fin d'année scolaire, il attendait avec impatience la date de son départ de cette maudite école. Il voulait à tout prix retrouver sa douce maman, son père rassurant et tous ses frères et soeurs. C'était quelque chose de très étrange pour lui. Incompréhension totale. L'année dernière, il était le plus malheureux du monde, rien qu'à l'idée de quitter le château. En effet, il y était très attaché et même s'il savait qu'il quittait le château pour retrouver sa famille, il n'arrivait pas à s'en réjouir, il n'avait en tête que l'angoisse permanente de quitter son foyer. Car oui, Poudlard était son foyer. Et là, il se produisait l'inverse.

Les évènements qui s'étaient déroulés à l'école récemment avaient eu raison de la joie de vivre du petit. En bon élève de Serdaigle, il passait le plus clair de son temps à la bibliothèques pour des recherches diverses et variées, ou tout simplement pour rédiger un devoir dans le calme. C'était son refuge, il s'y sentait merveilleusement bien. Il y avait l'esprit tranquille et était apaisé. Mais après toutes les horreurs qui y ont eu lieu, le petit garçon était incapable d'y remettre les pieds. Cette idée le terrorisait. C'était psychologique, évidemment. Mais il ne parvenait à passer au-dessus de tout ça. Les cris stridents des élèves étaient gravés dans sa mémoire et ne semblaient plus vouloir en partir. Tous ces visages apeurés et angoissés le hantaient, et pire, torturaient son esprit, chaque jour, depuis un mois maintenant.

Joseph avait besoin de réconfort. Il avait besoin de se confier. Il lui fallait une oreille attentive, des bras accueillants, la présence chaleureuse d'une personne chère. Sa famille étant loin, c'est à Meredith qu'il avait pensé. Il l'aimait beaucoup et savait déjà que de la voir, même quelques minutes, lui feraient du bien. C'est pourquoi il avait glissé un mot dans son sac de classe, alors qu'elle s'apprêtait à rentrer dans la salle de métamorphoses pour une heure de cours. À ce moment-là, Joseph devait quant à lui assister à un cours de potions, ce qui n'arrangeait pas son affaire. Il redoutait profondément le professeur Rogue. Mais il pensait au lendemain : Meredith serait avec lui. Ce vendredi après-midi, il avait pris un bout de parchemin sur laquelle il avait griffonné à une vitesse incroyable :

"Meredith, j'ai besoin de toi. Retrouve-moi demain, dans la galerie des armures. À 15 heures. Je t'en prie."

Puis, il l'avait discrètement glissé dans la poche la plus accessible du sac de son amie, en faisant bien attention à ce que les professeurs ne s'en aperçoivent pas. Après une heure difficile de classe, il était monté se coucher, dans le dortoir de sa salle commune sans même avoir pris le temps d'aller dîner avec les autres élèves, dans la grande salle. Puis le lendemain, après avoir travaillé toute la matinée, il s'en alla pour déjeuner. Ensuite, il se dirigea vers les escaliers-qui-n'en-font-qu'à-leur-tête pour accéder au troisième étage. Il prit la direction de la galerie des armures, salle attenante à la salle des trophées. Il s'assit par terre, et entama la lecture d'un bon livre. Cela permettrait de faire passer le temps plus vite, en attendant son amie.

_________________
" Et puis lire, voracement, pour vivre toutes les vies que je ne vivrai pas. "


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème annéePréfète
    GRYFFONDOR
    5ème année
    Préfète
AVATAR : Saoirse Ronan
MESSAGES : 658

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En miettes.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 15 mars 1982, à Plymouth.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Juin 1997] - L'impression de ne plus être le même ~ PV Meredith Mar 1 Sep 2015 - 14:48


   « Meredith, j'ai besoin de toi. Retrouve-moi demain, dans la galerie des armures. À 15 heures. Je t'en prie. »

   C’est en rangeant ses parchemins ce soir là que Mery trouva le petit mot dans une poche de son sac. Il était signé Joseph, un ami de la lionne, en deuxième année. Elle aimait beaucoup ce petit aiglon au sourire en coin permanent, et s’était liée d’amitié avec lui au cours de sa première année, alors qu’il était perdu dans les couloirs du château – un grand classique. Serviable, elle lui avait fait trouver le chemin des cachots en lui souhaitant bonne chance pour son cours avec Rogue. Plus tard, elle l’avait croisé à la bibliothèque, et ils avaient vite noué des liens. Avec les examens qui approchaient, ils ne se voyaient plus autant qu’avant, mais se saluaient toujours chaleureusement dans les couloirs. Le château était grand, après tout.

   Quand elle eut lu le mot de son ami, Meredith voulut sortir immédiatement pour aller voir Jo’ sans attendre, mais il était déjà tard, et il devait sûrement être rentré dans sa salle commune. En outre, elle n’avait aucun moyen de savoir où il se trouvait. Elle alla donc se coucher, inquiète, se demandant bien ce qui tracassait le petit aigle pour qu’il paraisse si alarmé dans son message. Le lendemain, elle y repensa plusieurs fois, et quand l’heure approcha enfin, elle fit en sorte de ne pas arriver en retard au rendez-vous. Sur le chemin vers la salle des armures, elle relut le papier et s’arrêta brusquement. Et si c’était un piège ? Elle ne connaissait pas l’écriture de Jospeh, et n’importe qui aurait pu écrire ce mot pour l’attirer dans ce coin éloigné du château, où peu d’élèves circulaient. La lionne secoua la tête, un air contrarié sur le visage. Pourquoi allait-elle s’imaginer cela ? Personne ne lui en voulait au point de vouloir l’attirer dans un piège. Elle lisait décidément bien trop de livres d’espionnage, plongée dans sa période Sir Arthur Conan Doyle et James Bond …

   Ayant gravit les étages à petites foulées, et traversé le couloir, elle était enfin à destination. Immobile devant la porte, elle hésita encore un instant, et décida de sortir sa baguette au moins. Elle se creusa la tête, et se souvint d’un sortilège bien pratique qui permettait de détecter la présence humaine dans une pièce. Elle murmura « Hominum Revelio », et ce qu’elle perçut la rassura. Jospeh était là, un peu plus loin, et seul dans la pièce. La jeune fille entra doucement, et s’approcha en silence. Quand Joseph la vit, elle lui adressa un grand sourire et alla le rejoindre en marchant un peu plus vite.

« Salut Jo’. Je suis à l’heure, une grande première hein ? » Elle le regarda attentivement, inquiète, cherchant une quelconque blessure grave ou un signe de maladie … elle ne vit rien. Quand elle reporta son regard sur le visage du garçon, elle y décela beaucoup de fatigue et une sorte de tristesse à demi effacée qui lui donnait envie de le prendre dans ses bras. Elle s’assit en face de lui et pencha la tête sur le côté.

   « Je suis là. Qu’y a-t-il dont tu voulais me parler ? Tu as l’air terriblement fatigué. Raconte-moi tout. »

_________________
Au cœur de la nuit
(...)On dit que dans sa cellule - Deux hommes cette nuit-là - Lui murmuraient "Capitule -De cette vie es-tu las" - Tu peux vivre tu peux vivre - Tu peux vivre comme nous - Dis le mot qui te délivre - Et tu peux vivre à genoux - Et s'il était à refaire - Je referais ce chemin - La voix qui monte des fers - Parle pour les lendemains (...) Rien qu'un mot rien qu'un mensonge - Pour transformer ton destin - Songe songe songe songe - A la douceur des matins (...) Louis Aragon

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Juin 1997] - L'impression de ne plus être le même ~ PV Meredith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Gazette de Juin 1997» [2 juin 1997] « Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder » O. Wilde» [Juin 1997] Petite plaisanterie entre amis» Le portrait [Juin 1997] [PV Elwyn MILLER ♥]» [2 Juin 1997] Mourir de jalousie, c'est mourir d'amour aussi
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-