AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Novembre 1994] Dans le froid de l'automne...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 489

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Incertaine // Un lionceau en vue ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Novembre 1994] Dans le froid de l'automne... Dim 9 Aoû 2015 - 17:50

Malgré le froid de novembre, les trois enfants Douverisa s’étaient retrouvés dans le parc de Poudlard, sous un grand chêne qui leur servait de lieu de rendez-vous. Ils avaient l’habitude de passer du temps ensemble tous les samedis après-midi, puisque bien qu’étudiant dans la même école, ils appartenaient à des maisons différentes. Loup, l’aîné des jumeaux, avait été envoyé à Gryffondor de par son tempérament fougueux et par sa fâcheuse tendance à se fourrer dans des situations improbables. Dans la famille, personne n’avait été surpris quand Jasmin avait été envoyé chez les Aigles : très studieux, il avait également un côté assez artiste qui collait bien avec sa maison. Et enfin, la petite Amaryllis vivait dans le terrier des Blaireaux depuis un peu plus de deux ans maintenant. Les trois étudiants étaient emmitouflés dans leurs capes de sorciers et portaient fièrement des écharpes aux couleurs de leurs maisons respectives.

« Non ! Je t’ai déjà expliqué, Amaryllis. Les botrucs et les pitiponks sont complètement différents.
- Donc, les botrucs, ce sont ceux qui éclairent la route avec leur lanterne ?
- C’est ça soeurette !
- Non mais n’importe quoi ! Je me demande comment tu as réussi à avoir un Effort Exceptionnel en Défense contre les Forces du Mal toi…
- Vous voulez que je vous raconte comment j’ai enchanté l’examinatrice avec mon sortilège de-
- NON ! »
, s’exclamèrent en cœur Amaryllis et Jasmin, qui avait déjà entendu une bonne demi-douzaine de fois cette histoire en moins de six mois. Loup les regarda avec un air dépité, et les trois adolescents éclatèrent d’un même rire. Les deux Sixième Années continuaient d’aider leur petite sœur sur ses cours, rendant ses révisions beaucoup plus agréables.

Ces moments privilégiés passés ensemble étaient essentiels, puisque les frères et sœurs avaient toujours été très proches. De plus, c’était une excellente occasion pour eux de pratiquer leur langue maternelle, qu’ils avaient tendance à perdre au profit de l’anglais qu’ils utilisaient avec leurs amis et leurs professeurs. Ainsi, tous ceux qui passaient à côté d’eux sans les connaître leur jetaient des regards étranges puisque pratiquement personne au château ne parlait français. Cependant, malgré l’harmonie qui semblait régner entre les trois adolescents, leurs rencontres de cette année avaient été un peu différentes. Il manquait quelque chose à leur groupe, puisque leur petite sœur auraient dû effectuer sa première rentrée à Poudlard. Bien que l’évocation d’Azalée ne soit pas un sujet tabou au sein de leur famille, les jumeaux, en particulier Loup, n’étaient pas très à l’aise à l’idée d’en parler. Ils laissaient donc la plupart du temps Amaryllis lancer la conversation, si elle avait besoin d’en parler, ce qui arrivait de manière anecdotique. Mais ce samedi de novembre était particulier, et la Poufsouffle ressentait le besoin de parler de sa petite sœur. Elle referma brusquement son livre, faisant sursauter ses frères.

« On est le 26 novembre.
- Ouais j’sais. »
Jasmin jeta un regard noir à son frère, accompagné d’un coup de coude. Le Gryffondor n’avait pas la mémoire des dates, même les plus importantes comme celle-ci. « Oh… Euh…» Les jumeaux échangèrent un regard anxieux.
« J’ai pris un muffin au déjeuner, et j’ai une bougie dans mon sac.
- On pourrait allumer la bougie et laisser le vent l’éteindre ?
- Oui… »


Amaryllis regarda ses frères, ne pouvant lancer elle-même le sortilège permettant d’allumer la bougie. Théoriquement, elle aurait pu le faire, mais elle ne voulait pas prendre le risque d’enflammer le gâteau en même temps. Cependant, aucun des deux garçons ne se décida à sortir sa baguette. Ils ne savaient  pas vraiment comment s’y prendre : devaient-ils prononcer quelques mots, ou se contenter de regarder la bougie s’éteindre ? Pendant qu’ils tergiversaient, l’adolescente de treize ans tournait la bougie entre ses doigts, sans s’apercevoir qu’une personne s’approchait d’eux. Elle poussa un cri de stupeur lorsqu’elle entendit une voix dans son dos en même temps qu’une main se posait sur son épaule. C’était Lewis Archer, un Lion de Sixième année.  

« Coucou vous trois ! Bon, Loup, ça fait déjà une demi-heure qu’on t’attend pour-
- Pour commencer l’entraînement ! J’avais oublié qu’on avait prévu ça…
- Je vais finir par te tatouer les horaires sur les bras, espèce de poursuiveur sans cerveau !
- J’arrive, j’arrive. On était juste en train de… Euh… »
Loup croisa le regard suppliant de sa sœur. « Désolée soeurette, mais l’équipe compte sur moi… On se revoit ce soir. » Il tenta de déposer un baiser sur le front d’Amaryllis, mais cette dernière s’esquiva avec agilité. Le Gryffondor lança un regard désespéré à son jumeau, bien plus à l’aise pour consoler sa sœur. Alors que Loup s’éloignait du grand chêne, l’Aigle posa une main rassurante sur l’épaule de l’adolescente.

« Tu sais comment il est, Amaryllis. Tu as eu une bonne idée, on le fera ce soir, d’accord ? »

Voyant que son frère le plus sage prenait la défense de son jumeau, Amaryllis rangea rageusement ses affaires dans son sac. Elle ne s’énervait pratiquement jamais et était pratiquement toujours joyeuse, mais il y avait certains jours où elle était plus sensible que d’autres. En temps normal, elle aurait encouragé son frère à rejoindre ses coéquipiers, et elle l’aurait même taquiné sur ses éternels oublis. Mais aujourd’hui, tout prenait une mesure différente. Un mélange de profonde tristesse et d’énervement l’envahit, et ses cheveux blonds cendrés devinrent d’un noir d’encre, avec les pointes rouge sang. Elle attrapa son sac et se dirigea seule vers la lisière de la forêt, faisant fi de Jasmin qui lui demandait de revenir. Elle avait besoin d’être seule, et surtout loin de ses frères.

Ne désirant pas s’aventurer jusqu’à la forêt interdite, Amaryllis repéra une souche d’arbre où elle pourrait s’asseoir pour réfléchir un peu. Alors qu’elle laissa tomber son sac à côté, elle entendit un bruit. Redoutant la présence d’un animal dangereux, la jeune fille sortit sa baguette. N’étant pas vraiment d’un naturel téméraire, elle n’avança pas directement vers le bruit mais se contenta de tendre l’oreille. Le bruit était continu, et ne se déplaçait pas. Ne ressentant aucune menace, elle s’avança suffisamment pour distinguer une voix humaine, qu’elle semblait connaître. Curieuse, Amaryllis s’approcha encore et reconnu tout de suite la cascade de cheveux blonds bouclés qu’elle distingua entre les arbres.

« Luna ? »

Amaryllis sortit des branchages et s’approcha de la Serdaigle, qui se tenait debout au milieu d’une clairière, seule. Elle semblait attendre l’arrivée de quelqu’un, ou de quelque chose.

« Oh, désolée, je te dérange peut-être ? »

La Poufsouffle avait la désagréable impression d’être observée, si bien qu’elle scruta attentivement les alentours, jusqu’à distinguer une demi-douzaine de paires d’yeux rouges dans la pénombre automnale…

_________________


Frail Flower



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    P'tit nouveau
AVATAR : Evanna Lynch
MESSAGES : 49

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [Novembre 1994] Dans le froid de l'automne... Mer 26 Aoû 2015 - 21:48

L’automne était la saison préférée de Luna. Les feuilles laissent délicatement place aux branches pour recouvrir l’herbe verte de l’été d’une épaisse couche orangée. Le jardin de Poudlard se transformait, l’air se rafraîchissait. La jeune serdaigle était de nature très pâle, sa peau supportait mal les rayons du soleil. Ces rayons ne sont certes pas les plus dérangeants dans cette région du monde, mais la brise sur son visage, qui emmêlait ses longs cheveux blonds, était préférable aux quelques rayons brûlants. La pluie de feuilles allait bientôt être remplacée par une pluie de flocons de neige. En ce 26 novembre, Luna voulait profiter un peu de ce paysage avant qu’il ne soit recouvert de blanc. Luna se tenait à l’entrée de la volière. Elle était venue discuter avec ses plus fidèles amies, apercevant que certaines manquaient à l’appel. Elle redescendit vers le parc et passait devant le saule cogneur, à présent dénudé. Elle se demandait comment cet être si fragile, aux branches si longues et si fines avait pu, il y a quelques mois, être aussi violent envers quelques élèves dont le fameux Harry Potter. Puis, à chaque fois que cette réflexion lui venait, elle se remémorait le nom donné à cet arbre. Elle s’arrêta quelques instants, regardait les élèves passer, parfois pressés de retourner au chaud.

Luna portait un gros pull en laine acheté à une brocante, un pantalon épais ainsi que des chaussures montantes. Ses cheveux étaient lâchés. Elle ne les avait pas coupés depuis plus d’un an. Lorsqu’elle marchait pour se rendre plus bas vers la cabane d’Hagrid, ils rebondissaient sur son dos. Le grand homme était assis devant sa cabane, en train de réparer un de ses ustensiles de cuisine. En apercevant Luna, il releva la tête et perdit son regard vide. « Bonjour Hagrid », lui lança-t-elle. Elle s’était arrêtée un instant de marcher pour prendre le temps de lui sourire. Elle savait qu’Hagrid appréciait la venue de certains élèves jusqu’à sa cabane. « Comment se déroule le tournoi pour vous ? Avez-vous rencontré de sympathiques personnes ? » lui demanda-t-elle. En effet, cette année se déroulait le tournoi des Trois Sorciers, devenu des Quatre sorciers par un malencontreux détournement. Luna avait par ailleurs remarqué dès son premier coup d’œil qu’Hagrid, avait, à la vue de la directrice de Beauxbâtons madame Maxime, les yeux brillants. La jeune serdaigle témoignait ici de son tact légendaire. « Oh bonjour Luna. Oui…Euh… Et bien je ne sais pas. Harry ne s’en sort pas trop mal pour le moment» balbutia-t-il. « Mais je trouve que la jeune fille…Eum… Je ne connais plus son prénom s’en sort aussi pas mal… Ce qui est tout à fait compréhensible lorsque l’on voit sa directrice, non ? C’est incroyable ! », et son regard s’illuminait rien qu’à y penser. Luna ne répondit rien, sourit, puis laissa Hagrid dans ses nouvelles pensées.  

Elle poursuivait son chemin en atteignant une clairière. Cette clairière, Luna la connaissait très bien pour y avoir passé quelques heures déjà. C’était ici qu’elle avait la chance de pouvoir observer et parler à des créatures bien particulières. Personne ne pouvait la voir d’ici, donc aucun élève ne pouvait la prendre pour une folle. Pour certains, Luna parlerait seuls, pour d’autres, plus rares, elle dévoilerait l’existence de créature tout à fait extraordinaires. Luna appelait ses majestueux amis, pensant que personne ne l’entendrait, à par les concernés. Elle sentait des pas arriver derrière elle. Elle n’entendait pas le bruit de quatre jambes, mais seulement deux. Une jeune fille l’interpella. Luna retourna alors calmement la tête, bien que surprise par la présence ici de la jeune Poufsouffle. « Oh désolée je te dérange peut-être ? », s’excusa Amaryllis. « Oh non pas du tout Amaryllis, il ne faut juste pas que tu effraies les Sombrals ». Tout naturellement, Luna lui répondit, le visage heureux et rassurant. Puis, elle retourna la tête en direction de là où les créatures apparaissaient généralement. Le crépitement des feuilles sous leurs pas se faisaient entendre. Ils approchaient en baissant la tête. Ils étaient deux et appartenaient à la colonie de Sombrals de la forêt interdite.

La jeune Serdaigle ne connaissait pas très bien Amaryllis. Elle avait une fois conclu que, d’après le nom de famille de la Poufsouffle, Amaryllis était d’origine italienne. Luna n’y connaissait à peu près rien concernant les origines familiales des uns et des autres et ne s’y attardait que très rarement. Il s’agissait d’une des seules informations que la jeune Luna pensait détenir. Cependant, la voix de la jeune fille lui avait évoqué une autre origine. Et plus que la voix, l’accent. Elle n’était pas italienne. Mais Luna se préoccupait plutôt ici de rencontrer ses vieux amis avec lesquels il lui arrivait de passer beaucoup de temps. Ces créatures, décrites comme étant des cheveux ailés, mais bien loin de l’image qu’on peut en avoir. Ce sont en effet des animaux aux formes effrayamment squelettiques. Liés à la mort, ils l’a rappellent pour certains. Luna les trouvait majestueux, imposants et, malgré leur fragilité physique, très imposants.

Elle les laissa s’approcher puis fit quelques pas en avant pour pouvoir les toucher. Celui de gauche était le plus proche. Elle déposa alors délicatement sa main sous les naseaux de la créature. Il renifla quelques secondes puis remonta la tête. Elle s’approche encore, puis déposa sa main sur son encolure. Sans la regarder, d’une voix douce, elle proposa à Amaryllis de s’approcher, pensant que la jeune fille ne voyait pas l’animal.

Hors RP a écrit:
Sorry pour le retard, et puis je suppose que tu commences ta folle aventure ! :D De toute façon, nous sommes hors-temps o/

_________________
You can laugh! But people used to believe there were no such things
as the Blibbering Humdinger or the Crumple-Horned Snorkack!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 489

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Incertaine // Un lionceau en vue ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1994] Dans le froid de l'automne... Lun 4 Jan 2016 - 15:48

Amaryllis osa un sourire vers Luna. Elle connaissait mal la Serdaigle, non pas par manque d’intérêt mais parce qu’elle l’avait toujours impressionnée. C’est vrai, elle avait un style très particulier, à base de vêtements chinés et colorés, et elle avait de nombreuses idées toutes aussi farfelues les unes que les autres. En plus de cela, elle réussissait très bien dans la plupart des cours, malgré ses réponses parfois pour le moins étrange. Ainsi, Ama n’avait jamais vraiment osé aborder la Serdaigle, et elle s’était contentée de discuter avec elle lorsqu’elles étaient en binôme en cours ou pour lui acheter le Chicaneur. D’ailleurs, les deux jeunes filles avaient en commun le métier de leurs parents, qui éditaient chacun un journal un peu en marge. Les parents d’Amaryllis connaissent bien Xenophilius Lovegood, et il arrivait à Thaddeus de lui envoyer des dessins en échange de légendes inconnues et autres informations insolites. Cependant, la Poufsouffle savait bien que Luna était l’une des filles les plus gentilles de l’école, jamais elle ne l’avait vue s’énerver contre quelqu’un.

« Oh non pas du tout Amaryllis, il ne faut juste pas que tu effraies les Sombrals. »


La blairelle avait commencé à avancer vers Luna, mais elle se stoppa net quand celle-ci évoqua les Sombrals. Elle ne savait pas grand-chose sur ces créatures mystiques, mais elle avait toujours eu un a priori négatif, probablement dû à la croyance populaire qui voudrait que ces animaux soient des présages de morts. Elle ne savait même pas à quoi ils ressemblaient, et elle n’avait jamais cherché à le savoir. Mais à voir le visage rassurant et lumineux de la Serdaigle, Amaryllis faut aussi intriguée qu’anxieuse. C’est vrai, Luna semblait venir spécialement pour les voir, c’est qu’ils ne devaient pas être si terribles. Bon, Luna trouvait également absolument craquants les Scrouts à pétard, comme Ama avait pu le voir en cours de Soin aux créatures magiques.

Luna s’approchait prudemment vers la lisière des arbres, et la blairelle tourna la tête vers l’endroit où elle avait aperçu précédemment les gros yeux rouges. Sauf que ce n’était plus simplement des yeux rouges. C’étaient de grandes créatures squelettiques, grises et effrayantes. Et ce n’était pas la première fois qu’Amaryllis les voyait. Non, elle les avait déjà vus à deux reprises, lors de ses rentrées en deuxième et troisième années, puisque c’étaient eux qui tiraient les carrioles. La première fois qu’elle les avait vus, elle avait été pétrifiée d’horreur. Cependant, ses camarades n’avaient pas l’air d’être effrayés, ou même étonnés et ils étaient montés le plus naturellement du monde dans les carrioles. Comme s’ils ne les voyaient pas. Alors la petite Poufsouffle n’avait rien dit. Elle s’était contentée de monter, et de détourner les yeux vers le château jusqu’à être arrivée.

Et voilà qu’elle était là, à quelques mètres d’eux. Ils paraissaient encore plus impressionnants vue du sol. Ils étaient en liberté, et Amaryllis eut l’impression qu’ils allaient leur sauter dessus pour les dévorer. Mais Luna paraissait toujours aussi sereine. Elle s’approcha même d’eux, et allait jusqu’à leur flatter l’encolure. La blairelle ne put esquisser le moindre mouvement. Il n’y avait plus que ces créatures en face d’elle, et l’incident qui s’était déroulé une dizaine de minutes plus tôt était oublié. Luna lui proposa ensuite de s’approcher, mais elle fut incapable d’esquisser le moindre geste. Si ça ne tenait qu’à elle, elle serait partie en courant mais elle avait peur qu’en faisant ça, les Sombrals s’énervent et fassent du mal à Luna.

« Ils… Ils ne sont pas dangereux ? Je veux dire, ils ont l’air terrifiant… » Le Sombral de droite releva la tête et planta ses yeux rouges dans ceux d’Amaryllis. Exactement comme s’il avait compris ce qu’Amaryllis venait de dire. « Ils nous comprennent ?! »

Soudain, un bruissement de feuilles se fit entendre, et un très jeune sombral sortit de la forêt. Il ne marchait encore pas complètement bien, et il alla se réfugier près du Sombral de droite, qui passa son aile par-dessus le petit, de manière maternelle. Les deux créatures communiquèrent dans leur langage, une sorte de sifflement très doux, qui contrastait étrangement avec leur apparence. Amaryllis se détendit un peu, mais ne s’approcha pas non plus pour autant.

« Pourquoi… Pourquoi les autres n’ont pas peur de ces… Créatures ? Enfin, sombrals, c’est bien ça ? J’ai l’impression qu’ils ne les voient même pas, mais ce n’est pas possible, n’est-ce pas ? »

Une légère brise commença à souffler, faisant frissonner Amaryllis. Elle remonta son écharpe presque jusqu’à sa bouche, tant pour se protéger du froid que pour cacher sa mâchoire tremblante. Soudainement, le petit Sombral sortit de l’aile de sa mère, et marcha vaillamment en direction de la blairelle. Elle fit un pas en arrière, mais le sombral ne semblait pas agressif, seulement intrigué. Il s’approcha jusqu’à être à deux pas d’elle, et il inclina la tête comme s’il attendait quelque chose.

« Euh… Luna, qu’est-ce que je dois faire, là ? On dirait qu’il veut quelque chose, mais j’ai rien à lui donner, moi ! A moins que… Tu crois qu’il mange des muffins ? C’est la seule nourriture que j’aie dans mon sac. »

Amaryllis n’était absolument pas sûre de pouvoir donner de la nourriture humaine à ces créatures, ses parents l’ayant toujours mise en garde quant au fait de nourrir des animaux avec une nourriture inappropriée. Mais ces bêtes avaient un comportement presque humain, malgré leur apparence quasi démoniaque…

HRP:
 

_________________


Frail Flower



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    P'tit nouveau
AVATAR : Evanna Lynch
MESSAGES : 49

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [Novembre 1994] Dans le froid de l'automne... Sam 30 Juil 2016 - 22:26

Au lieu d’accepter l’invitation de Luna, la jeune fille fit part de son inquiétude face aux créatures, soi-disant dangereuses. Luna ne fut pas surprise de la réaction de la jeune fille, bien que toujours offusquée que l’on puisse penser une telle chose. L’habit ne fait pas le moine. Les Sombrals ont certes l’air d’être des représentations d’un diable à quatre pâtes, ils en sont à l’inverse extrêmement bienveillants.

"Oh non ne t’inquiète pas Amaryllis, ils sont très gentils, mais comme tout animal, il ne faut pas les effrayer", lui répondit Luna en caressant un Sombral. Dans la tête de la bleue s’accomplissaient plusieurs pirouettes neuronales agrémentées de parfum de logique implacable pour en arriver à la conclusion suivante : si Amaryllis a dit « ils ont l’air terrifiant » c’est bien que, comme l’expression le signifie, la jaune peut les voir, et ainsi qualifier leur apparence. Luna ne s’attarda pas sur cette découverte digne d’une investigation de Rita Skeeter. "Ils ne nous comprennent pas, enfin, nous ne parlons pas leur langage, mais tu sais Amaryllis, je suis persuadée que les créatures, toutes, peuvent ressentir nos émotions et le ton avec lequel nous les transmettons."

À peine Luna eut terminé de parler, un jeune Sombral apparu puis alla se réfugier sous sa mère, émettant des sons très aigus. Luna ne pouvait envisager une seule seconde que ces créatures soit offensives, surtout en émettant un tel bruit. Imaginez un lion tentant de vous attaquer en criant comme une petite souris. Ridicule non ? Alors, pourquoi avoir peur d’un Sombral, franchement. Les gens sont vraiment des chochottes. Non enfin, pas Amaryllis.

Luna eut raison de ne pas jouer à l’indiscrète : Amaryllis ne savait pas pourquoi la plupart des élèves n’avaient pas la possibilité de les voir. Avec son tact légendaire, Luna allait y apporter une explication, mais toujours d’une voix douce et presque joyeuse. Enfin vous voyez de quelle voix je veux parler. "C’est qu’ils n’ont jamais vu la mort. Je trouve ça assez injuste d’ailleurs. Devoir voir quelque chose de pas très joyeux pour pouvoir admirer ces merveilles… "Puis plus bas, comme si elle exprimait ses pensées à haute voix, elle ajouta : "plus tard, j’inventerai des lunettes qui permettent de voir les Sombrals. Peut-être que les gens arrêteront de rejeter ces créatures…"

Luna n’allait pas demander à Amaryllis les raisons du pourquoi du comment. Ce n’était pas son genre. Du moins, pas maintenant. Elle n’en avait pas encore l’idée. La question, si la réponse ne venait pas avant, viendrait au moment le moins approprié.

Perdue dans ses pensées de lunettes-pour-voir-les-sombrals, Luna en fut rapidement extirpée. Surtout qu’Amaryllis s’apprêtait à commettre une faute grave. Donner à manger aux Sombrals. Enfin, elle n’était pas certaine et préférait demander à Luna. C’est déjà une bonne initiative. Luna ne connaît pas tout sur tout, mais côté créatures magiques, si vous avez un doute, demandez Luna Lovegood. "Les Sombrals sont carnivores. Et puis il faut rarement donner à manger du sucré aux créatures magiques ". Cependant, il fallait bien répondre à la demande du jeune Sombral. "Mais sinon tu peux toujours le caresser tout doucement", ajouta-t-elle.

Luna s’approchait d’Amaryllis pour la rassurer. Elle lui prit très naturellement la main, par le dessus puis déposa la main sur le museau du Sombral. Elle sentit une crispation de la part de la jaune. Elle garda un peu sa main au dessus, pour engager un geste de haut en bas jusqu’à ce que le geste devienne naturel. Luna, sans connaître vraiment les gens, n’avait aucune gêne à leur prendre la main pour caresser un Sombral. Calmez vos ardeurs tout de même. "Voilà, tout doucement… Je pense qu’il voulait surtout une petite caresse, un peu d’attention. Tu as raison… Les élèves ne viennent jamais les voir, ils les rejettent même… Bon heureusement il a sa maman…"Dit-elle en changeant de ton. Puis son regard se trouva dans le vide. Luna ne parlait pas souvent de sa mère. Et dans un certain sens, les Sombrals lui permettaient de s’en sentir plus proche.

Voilà le moment inapproprié. "Tu as vu la mort Amaryllis " ?Allez bim, championne du tact. "Enfin je veux dire, tu connais quelqu’un qui est mort ? Enfin je suppose puisque tu les vois…"

Luna rame mais ne rompt pas. Elle s'en alla un peu plus loin sans laisser la jeune fille répondre. Puis elle lui tourna le dos.  

HRP:
 

_________________
You can laugh! But people used to believe there were no such things
as the Blibbering Humdinger or the Crumple-Horned Snorkack!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Novembre 1994] Dans le froid de l'automne... Aujourd'hui à 19:27

Revenir en haut Aller en bas

[Novembre 1994] Dans le froid de l'automne...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ? ( terminé )» [Châteaunoir][RP Flash Back] Le feu de la forge dans le froid de l'hiver (Jon Snow)» Dans le froid et l'obscurité» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ? néron» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-