AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sacharissa Crosseyes - Un oeil louche vous regardera toujours de travers {En construction}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Sacharissa Crosseyes - Un oeil louche vous regardera toujours de travers {En construction} Lun 3 Aoû 2015 - 23:39


FICHE DE PRÉSENTATION
DE SACHARISSA CROSSEYES


IDENTITÉ DU PERSONNAGE


PRÉNOM(s) & NOM : Sacharissa Crosseyes
DATE DE NAISSANCE & ÂGE : 24 ans, née le 10 mai 1973
ORIGINE * : Ses grands-parents maternels sont polonais.

MÉTIER(S) :Tueuse à gages.
AUTRE(S) : //
BAGUETTE : Bois de rosier, 28,5 cm, ventricule de coeur de dragon
PATRONUS : Une pieuvre

HORS-JEU


COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ?
Recherche Google
ÂGE IRL : 23 ans.
PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Morgana alias Threnody in Velvet
EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ? Non
DÉSIREZ-VOUS ÊTRE PARRAINÉ(E) ?(voir Ici):
AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? :


APPARENCE (300 mots)


PHYSIQUE :
Sacharissa est une jeune femme d'un peu moins d'un mètre soixante pour une cinquantaine de kilos, mais n'étant pas du genre à passer sa vie à se mesurer ou encore à se peser, elle ne connaît pas elle même son poids. De nature mince, elle paraît pour certains plantureuse, ce qui dans un monde fasciné par la taille O serait presque une insulte. En effet, Sacharissa présente des courbes délicieuses, dotée d'une poitrine généreuse, d'une taille très fine donc elle accentue la petitesse par le port de serres tailles et de corsets, et de hanches considérablement développées en comparaison avec sa fine taille.
Ses cheveux sont très longs, ils lui arrivent au creux de la taille. Ils sont naturellement lisses et aussi  noir que l'ébène. « Couleur chauve-souris écrasée » la taquinait son frère pendant leur enfance. Ses yeux sont grands et en amande, de couleur marron. « Les yeux d'une biche » lui disait souvent sa mère. Mais Sacharissa n'est pas vraiment du genre « pauvre biche au clair de lune », pas plus que « biche oh ma biche ». D'autant plus qu'elle a hérité du côté paternel, d'un strabisme de fatigue qui transmis de génération en génération leur a valu le nom de famille de « Crosseyes ». De ce fait, à partir d'un certain niveau de fatigue Sacharissa est contrainte de porter des lunettes de vue pour reposer ses yeux convergents (et là, en effet, on est bien loin de la charmante petite biche braillant au clair de lune).  Sa peau, elle, est héritée du côté maternel bien évidemment et est, pour ainsi dire, diaphane. Elle ne peut s'exposer au soleil sous peine de très vite rougir tel le capuchon d'un amanite tue-mouches. Par ailleurs, elle marque très vite, ce qui est parfois contraignant notamment quand on fait un métier où parfois il arrive de se prendre quelques coups.
Sacharissa affectionne un style que beaucoup qualifierait de gothique, voire de prêtresse des enfers comme s'amusaient certaines personnes à Poudlard à l'appeler à l'adolescence. Elle n'est nullement effrayée par les sourcils fortement dessinés, les yeux fumés de noir, et une bouche parfaitement dessinée (et avouons le un peu grossie au crayon) recouverte de teintes rouges flamboyantes ou très sombres. Elle a un penchant tout particulier aussi pour les couleurs comme le lie de vin ou encore un vert sapin scintillant.
Sur le plan vestimentaire, si elle ne joue que peu avec les couleurs (se cantonnant au noir qui est à la fois passe-partout, noble, mais aussi pratique pour attendre des « clients » dans les ruelles sombres de Pré-au-Lard), elle s'amuse énormément avec les matières et les formes. Vous la verrez ainsi se vêtir de coton (confortable, pratique, et facilement lavable en cas de traces de sang), mais aussi un cuir ou encore en vinyle. Parfois tout à la fois. Elle apprécie beaucoup tout ce qui se lace, d'où son penchant pour les corsets et les bottes sans zip. Sacharissa arrive à containdre son corps tout en gardant un aspect pratique. Sa mère étant couturière de quartier, Sacharissa aime coudre et crée ses propres pièces de corseteries et des accessoires entre deux assassinats, de ce fait elle porte le plus souvent des modèles uniques.



PERSONNALITÉ (300 mots)


CARACTÈRE :

Le principal trait de caractère de Sacharissa est une discrétion sans pareille. En effet, c'est presque si ce n'est pas un don d'arriver à ce point, et avec un physique pareil, à se faire aussi petite et être ignorée par la foule. Sacharissa a par ailleurs une intelligence vive, si vive, que parfois elle semble un peu prendre des raccourcis ce qui peut lui causer des ennuis. De part son métier et son passé, elle a appris à se montrer rapide, rusée, et à faire preuve de principes hygiéniques irréprochables et strictes (rien de moins agréable que la saleté d'une scène de crime).
Sacharissa a conscience d'où elle vient, fille de moldus issus de Liverpool, elle vient d'un milieu prolétaire, elle sait que la vie est et sera dure, qu'elle doit se battre en permanence pour survivre et surtout elle sait rester humble. En effet, pour elle pas de sang pur pour la sauver et la rallier auprès du puissant You-Know-Who, pas plus qu'une fortune pour aller se la couler douce au soleil.  Elle aurait presque pris goût à la galère, mais surtout c'est une travailleuse volontaire qui n'a pas honte de se coltiner les sales besognes et cela sans se plaindre. "Il n'y a pas de petits meurtres, que des petits assassins." vous dirait-elle assurément si vous la croisiez un soir de beuverie dans une taverne mal famée. Ne croyez pas que c'est par manque de caractère qu'elle ne se plaint pas, elle a juste un amour pour le travail bien fait.
Sacharissa est directe et plutôt dure avec les autres, mais certainement moins dure que ce qu'elle peut l'être avec elle même. Elle aime les gens vrais et simples, le petit peuple, elle est bien loin du cliché de la princesse en détresse et ne supporte pas les gens qui ont peur de se salir les mains (ou de se casser un ongle). Néanmoins, elle a quand même une fascination honteuse et secrète pour les puissants, d'où son respect pour ses chefs.
Elle n'a pas franchement le goût de la lecture, si ce n'est les modes d'emplois d'un peu tout et n'importe quoi. D'origine moldue, elle aime se servir de ses mains, ce qui peut souvent débecter les sorciers. Elle est très sportive, en effet, mieux vaut être capable de courir vite, ou de se montrer adroite en sachant dompter un balai ou n'importe quel animal volant rapidement pour partir en cavale.

Sur le plan personnel, il faut souligner qu'elle est bisexuelle. Cela n'est bien sûr pas assumé aux yeux de sa famille, sa mère de confession catholique le vivrait mal, et en mangerait sa bible. Déjà qu'une enfant sorcière fût délicat à comprendre. Pour sa mère une sorcière est forcément une enfant du Malin et a plus sa place sur un bûcher que dans une école de sorciers.

Obtenir l'amitié de Sacharissa n'est pas une mince affaire, effectivement, être assassin rend méfiant. Néanmoins, si Sacharissa vous offre sa confiance ou son respect, sachez que c'est pour la vie (une vie longue, sauf si vous vous retrouvez sur sa liste de personnes à abattre, bien entendu). Oui, en effet, cette sombre brune ne mélange jamais business et vie privée.

PROJET(S) D'AVENIR :

Cette demoiselle a les deux pieds bel et bien dans le présent (un présent, ma foi, précaire) si bien que faire des projets d'avenir est délicat pour elle. Néanmoins, au fond d'elle, elle aspire à un monde où moldus et sorciers s'entendraient bien. Mais ce n'est pas sa priorité, quand elle s'endort, il est certain que son plus grand rêve serait d'amasser assez de gallions pour pouvoir aller se planquer en Amérique latine, là où finissent bien des criminels, et mener une vie rangée loin de la menace d'Azkaban et des malfrats. Elle aimerait bien trouver un homme ou une femme avec se ranger, et surtout, pour survivre aux rayons du soleil latin: une bonne crème solaire.  



HISTOIRE DU PERSONNAGE (800 mots)


1977 – « Working class hero is something to be » - Gare de Liverpool

La petite Sacharissa tenait la main de sa mère sur le quai de la gare, jouant du bout de son petit soulier rouge avec un emballage de chewing-gum. Liverpool était une ville sale, peu intéressante, peu cohérente finalement. La « working class » s'activait prenant des trains qui les mèneraient à l'usine. La petite fille était heureuse, aujourd'hui c'était un jour spécial, sa mère, Elzbieta, couturière  du quartier de Ropewalks, avait rangé sa machine à coudre. Aujourd'hui c'était fête. Ses grands-parents venaient de Pologne pour les voir. Le père de la petite fille, Paul, n'avait lui pas pu se libérer, il travaillait dans une usine de chaussures de sport non loin de chez eux. Chaque fois que Liverpool FC gagnait un match, Paul était fier comme un paon et disait à ses enfants que sans les crampons qu'IL avait fixé sur chacune de ces paires de chaussures de foot, jamais l'équipe n'aurait fait un si bon match.
Même si nous n'étions pas dimanche, Sacharissa était vêtue de sa tenue de messe. Une affreuse robe blanche, que sa mère lui avait faite elle même. Pour les adultes elle ressemblait à une poupée. Elle, elle se sentait juste ridicule. Elle n'aspirait qu'à porter le pantalon.

«  Mamo (*Maman en polonais), c'est quand qu'il arrive le... »

Sacharissa n'eût pas le temps de finir sa phrase un grand fracas retentit derrière la mère et la petite fille. Sa mère lui lâcha la main allant attraper par l'oreille un petit garçon de trois ans son aîné. C'était son frère, Jaga, qui comme à son habitude venait de faire une bêtise. En shootant dans une canette il avait renversé une poubelle présente sur le quai.

« Oszukać (*Imbécile)! Tu me rendras complètement folle un jour, toujours à faire des bêtises! Tu seras pu...»

Mais là, un grand crissement se fît entendre et la sentence ne tomba pas. Un imposant train venait d'arriver. La foule commença à se faire plus nombreuse, se pressant autour du train, ou bien en sortant. Sacharissa se sentait un peu étouffée du haut de ses 4 ans. Son frère vint lui prendre la main.
Deux personnes âgées descendirent alors du wagon. C'était eux! Ils prirent są mère dans leurs bras, avant d'embrasser les deux enfants. C'était la première fois que Sacharissa voyait ses grands-parents. Ils ont au moins cent ans, ils sont tellement fripés et blanc, se dit-elle.

Sa grand-mère était petite, maigre et légèrement bossue, vêtue d'une jupe noire et d'un chemisier blanc sur lequel un camée était accroché. Son grand père était grand et plutôt robuste, il avait la carrure de l'ouvrier avec ses larges épaules et son visage fatigué par les années à l'usine.

Sa mère leur dit en polonais qu'il fallait se dépêcher pour prendre le bus qui les mènerait à la maison, puis elle ordonna à son petit frère d'aider sa grand-mère à porter sa valise. Jaga s'exécuta. Ce n'était pourtant pas son genre.

Ils commencèrent à avancer d'un pas rapide vers la sortie de la gare. Il y avait tellement de monde. Sacharissa trottait derrière son frère qui semblait peiner avec la lourde valise remplie de vêtements et de nourriture « du pays ».

Soudain, un homme, ou peut-être une femme, bouscula sa grand-mère qui trébucha. Sacharissa la vit tomber au ralenti. Grand-mère va se faire mal. Non... La petite fille eût le tourni, un bourdonnement étrange se fît entendre dans ses oreilles dans l'attente du fracas de la vielle femme tombant sur le sol. Elle ferma les yeux en serrant ses petits poings, elle ne voulait pas voir cela.

Mais le fracas n'eût pas lieu. Sacharissa ouvrit un œil. En effet, un matelas gonflable, tels ceux présents dans les piscines des riches de la Côte Ouest des Etats-Unis apparût et la grand-mère tomba dessus.

Cela resta incompris par toute la famille. C'était la première manifestation du don de la petite fille.

Décembre 1980 –  « Sed libera nos a malo... » – Chambre de Sacharissa et Jaga Crosseyes

Il faisait jour, et pourtant, l'intérieur de la chambre des deux enfants Crosseyes était plongée dans la pénombre. Tous les volets de la petite chambre que les deux enfants se partageaient été closes. Le papier peint fleuris était abîmé et le soleil avait terni ses couleurs, il y avait des bouts qui pendaient ainsi que de petits trous. Tout était calme.
Quand soudain la porte s'ouvrit brusquement, Sacharissa était portée par son père et un autre homme habillé en noir, l'un lui ayant attrapé les jambes, l'autre les bras. Elle se débattait, elle hurlait littéralement à la mort. La petite fille était alors âgée de 7 ans.  Les deux hommes la sanglèrent au lit. Son père retenait des sanglots en faisant cela.
Sa mère rentra à son tour dans la chambre, restant dans un coin, regardant muette la scène. Elle avança alors d'un pas, posa sa main sur l'épaule de l'homme en noir.

« Je vous en supplie mon père, sauvez la du Mâlin, faites que çà fonctionne. »

L'homme hocha la teinte, il avait le regard dur. Sacharissa essayait de regarder sa mère droit dans les yeux, mais elle fuyait à chaque fois le regard de la petite fille attachée les bras en croix au lit en fer dont les yeux étaient rougis par les pleurs. Son strabisme se ressentait d'autant plus.

Le prêtre avança d'un pas vers le lit de la petite fille, il sortit une bible et un crucifix d'une de ses poches. Il commença a parler dans une langue que Sacharissa ignorait. C 'était du latin. Les paroles bien qu'incompréhensibles lui faisait peur, tout ceci était terriblement angoissant. L'intonation du prêtre était dur et béliqueuse. Cette guerre imaginaire avec le Diable était un enfer pour la petite fille. Etait-elle un monstre ? Etait-elle mauvaise ? Etait-elle condamnée aux flammes de l'enfer ?

Certainement ses parents devaient-ils regretter de l'avoir mis au monde. Elle n'était pas normale, des choses bizarres lui arrivaient sans cesse. Pourtant, elle était une enfant sage, elle allait à la messe, suivait des cours de catéchisme, et était déjà allé une fois à confesse. Mais comment croire en un Dieu qui nous rejette parce qu'on est différent ? Comment croire des parents qui acceptent qu'on vous attache à un lit pendant qu'un homme récite des prière en posant un crucifix insistant sur votre front d'enfant ? Comment accepter que nos parents nous laissent dans la douleur ? Sacharissa avait le zło (*Mal) en elle, ces trois lettres pesaient si lourd sur ses épaules. Comme le regard inquiet et accusateur de sa mère. Comme la lâcheté de son père.

A chaque mot du prêtre, le cœur de la petite fille se tordait encore et encore, pour n'être plus qu'une torsade infâme et pleine de mauvaise humidité.

Soudain, un grand « CRAC » se fît entendre. Un homme apparût dans la chambre. Par magie. Le prêtre cessa instantanément ses prières. La petite Sacharissa ouvrit de grands yeux. L'homme n'était vraiment pas beau à voir, son visage semblait avoir été reconstruit. Il portait une sorte de robe. C'était étrange, un homme en robe. Il n'était pas très grand, et il boitait un peu. La petite fille remarqua tout de suite qu'un de ses deux yeux était étrange. Voire, pas naturel. Voyant son regard insistant, quoi que, surtout étrange vu le strabisme de l'enfant, il lui sourit. Et oui, ils étaient tous deux des personnes louches...

« Je me présente Alastor Maugrey, Auror. Et sorcier. Je pense que vous commettez une affreuse erreur, et le Ministère de la Magie m'envoie vous expliquer quelques petites choses sur votre enfant... »

EXEMPLE DE RP (1000 mots)



ON VOUS DEMANDE DE CHOISIR UN SUJET PARMI CEUX-CI :

1/ Alors que vous êtes à l'extérieur, vous croisez une vieille femme qui vous donne un parchemin non signé, vous invitant à vous rendre dans un bar de l'allée des embrumes. Le message indique également que si vous ne venez pas, vous n'aurez pas l'antidote du poison contenu dans le parchemin que vous avez dans les mains et qui est sûrement déjà en train de réduire votre espérance de vie.

2/ Racontez le premier Patronus Corporel de votre personnage (le souvenir heureux utilisé, les difficultés, la symbolique de l'animal.

3/ Racontez en détails votre première rencontre avec un Epouvantard.

4/  Racontez, avec votre regard d'adulte, ce que vous avez fait le jour où vous avez eu vos ASPICs. (Déçu ? Soulagé ? Vos pensées, Vos réactions ... ).

5/  C'est votre quatrième jour dans le monde du travail. Les trois premiers ont été une vraie catastrophe, vous vous demandez par quel miracle vous n'avez pas été viré. Après une journée pénible (a raconter) vous vous rendez compte qu'il s'agissait de blagues de vos nouveaux collègues pour vous souhaiter la bienvenue. Comment réagissez vous.

6/ Spécial professeurs: Votre baguette magique à disparu après un cours de rattrapage donné à des élèves particulièrement agités. Que faites-vous ?


Nunc ac suscipit felis, sed ultrices dolor. Sed finibus nisi nulla, quis placerat nisi posuere at. Fusce ante risus, convallis eu mi id, tempor bibendum urna. Curabitur ac efficitur ipsum. Integer urna lectus, varius vitae lectus nec, condimentum hendrerit est. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Nulla facilisi. Curabitur id hendrerit lacus. Nulla ultricies scelerisque ligula, id efficitur arcu mattis sed. Nunc dolor purus, suscipit sed blandit ut, facilisis at sapien. Nam varius, erat nec fermentum ultrices, nisi elit rhoncus ligula, vel blandit mi quam in augue. Nam a est bibendum arcu pulvinar blandit. Quisque in efficitur ipsum. Duis viverra finibus augue, id feugiat orci consectetur et. Nam in vehicula lorem, sit amet sodales sapien.

Aliquam eget justo ac diam sollicitudin vulputate eget ac risus. Donec gravida nisl vitae dignissim pretium. Donec aliquam porta felis, eget efficitur ante vehicula quis. Sed porta massa nulla, vitae facilisis metus aliquet et. Sed molestie sodales dictum. Vestibulum neque orci, semper euismod turpis quis, efficitur laoreet odio. Vivamus laoreet, mauris ac molestie gravida, lacus orci aliquet diam, vitae pellentesque ante nisl nec urna.

Nulla ultricies scelerisque ligula, id efficitur arcu mattis sed. Nunc dolor purus, suscipit sed blandit ut, facilisis at sapien. Nam varius, erat nec fermentum ultrices, nisi elit rhoncus ligula, vel blandit mi quam in augue. Nam a est bibendum arcu pulvinar blandit. Quisque in efficitur ipsum. Duis viverra finibus augue, id feugiat orci consectetur et. Nam in vehicula lorem, sit amet sodales sapien.

Aliquam eget justo ac diam sollicitudin vulputate eget ac risus. Donec gravida nisl vitae dignissim pretium. Donec aliquam porta felis, eget efficitur ante vehicula quis. Sed porta massa nulla, vitae facilisis metus aliquet et. Sed molestie sodales dictum. Vestibulum neque orci, semper euismod turpis quis, efficitur laoreet odio. Vivamus laoreet, mauris ac molestie gravida, lacus orci aliquet diam, vitae pellentesque ante nisl nec urna.

Ut tincidunt, dolor ac hendrerit tincidunt, leo est condimentum neque, sed interdum orci augue semper mi. Morbi ullamcorper arcu vel fringilla tincidunt. In vel leo aliquet, tristique mauris sodales, porttitor sem. Maecenas luctus id leo vel pellentesque. Suspendisse a mi rhoncus, sollicitudin leo sed, venenatis augue. Duis nec tincidunt metus. Nam odio augue, luctus nec turpis vel, suscipit scelerisque mi. Nam arcu odio, interdum faucibus volutpat et, lobortis sit amet mauris. Phasellus at augue quis ligula laoreet cursus sit amet sagittis arcu. Vestibulum ultrices tellus sit amet nunc molestie pellentesque. Etiam molestie felis eu tortor bibendum, vestibulum euismod lorem sollicitudin. Maecenas quis tellus magna. Pellentesque in ante sit amet.

Ut tincidunt, dolor ac hendrerit tincidunt, leo est condimentum neque, sed interdum orci augue semper mi. Morbi ullamcorper arcu vel fringilla tincidunt. In vel leo aliquet, tristique mauris sodales, porttitor sem. Maecenas luctus id leo vel pellentesque. Suspendisse a mi rhoncus, sollicitudin leo sed, venenatis augue. Duis nec tincidunt metus. Nam odio augue, luctus nec turpis vel, suscipit scelerisque mi. Nam arcu odio, interdum faucibus volutpat et, lobortis sit amet mauris. Phasellus at augue quis ligula laoreet cursus sit amet sagittis arcu. Vestibulum ultrices tellus sit amet nunc molestie pellentesque. Etiam molestie felis eu tortor bibendum, vestibulum euismod lorem sollicitudin. Maecenas quis tellus magna. Pellentesque in ante sit amet.
[/color][/i]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sacharissa Crosseyes - Un oeil louche vous regardera toujours de travers {En construction} Dim 16 Aoû 2015 - 22:38

Bonjour et bienvenue sur le forum !

Je me permets de venir aux nouvelles, as tu besoin d'un délai supplémentaire pour terminer ta fiche?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sacharissa Crosseyes - Un oeil louche vous regardera toujours de travers {En construction} Lun 24 Aoû 2015 - 23:50

Re-bonjour !

N'ayant pas reçu de réponse de ta part, je me permets de la déplacer dans les inachevées ;) N'hésite pas à nous faire un petit signe si tu reviens la terminer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sacharissa Crosseyes - Un oeil louche vous regardera toujours de travers {En construction} Aujourd'hui à 0:09

Revenir en haut Aller en bas

Sacharissa Crosseyes - Un oeil louche vous regardera toujours de travers {En construction}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Méline « Si vous ne courrez pas après ce que vous voulez, vous ne l’aurez jamais. Si vous ne demandez pas, la réponse sera toujours non. Si vous ne faites pas un pas en avant, vous restez toujours au même endroit. »» rox elle est comme un meuble ikéa : elle porte un prénom étrange, elle est difficile a assemblé et il vous restes toujours des pièces à la fin» tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ... choco.chanel !» Ce que vous avez toujours voulu savoir sur les dessinateurs !» Et vous tombez toujours, mêlant vos agonies, vous tombez, mariant, pâles, vos harmonies.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-