AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

(8 juin 1997) Mieux vaut cacher un bonheur qui risquerait de susciter la jalouse [PV Alexander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE7ème annéeJe veux pas être ton exMODO
    SERDAIGLE
    7ème année
    Je veux pas être ton ex
    MODO
AVATAR : Shay Mitchell
MESSAGES : 355

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16 mars 1980, Aviemore, Écosse
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: (8 juin 1997) Mieux vaut cacher un bonheur qui risquerait de susciter la jalouse [PV Alexander] Mer 29 Juil 2015 - 2:08


Mieux vaut cacher un bonheur qui risque de susciter la jalousie


C’était risqué.

Au premier abord, sortir en plein jour, à un endroit où il était permis d’aller, sur le terrain même de Poudlard paraissait banal. Toutefois, lorsqu’il s’agissait d’aller rencontrer Alexander Foster, cela changeait la donne.

En effet, les deux jeunes gens n’avaient révélé leur amitié à personne au château hormis Dean Seaworth, qui n’était nul autre que celui qui s’était chargé de les réconcilier deux ans auparavant.

Stella traversa  le terrain de Quidditch d’un pas rapide, puis après avoir vérifié que personne ne l’avait suivie, s’installa dans les gradins vides pour attendre son ami secret. Jusque-là, ils étaient parvenus inventer divers stratagèmes pour réussir à se voir sans que personne ne s’en rende compte. Ils étaient obligés de se retrouver ensemble pour un travail d’équipe, ou encore, de donner à Dean le rôle du hibou qui passait les notes de l’un à l’autre dans lesquelles ils s’obstinaient sur l’heure et le meilleur endroit où se rencontrer.

Stella avait parfois l’impression de mener une double vie, et se demandait comment les gens qui avaient des amants faisaient pour vivre ainsi. Cacher une amitié, tout innocente qu’elle soit, n’était pas évident. Elle s’imaginait donc difficilement comment quelqu’un pouvait avoir l’envie de s’enrôler dans une liaison amoureuse et risquer de briser leur couple. Sans compter qu’elle se sentait on ne peut plus coupable vis-à-vis de Carlie Peters, qui était la principale raison pourquoi la Serdaigle refusait que l’amitié la liant au vert et argent soit connue de tous. Elle ne connaissait rien aux relations couples, mais était déterminer à ne jamais tromper son futur amoureux… Si elle finissait par en avoir un avant d’avoir des cheveux blancs.

Au moment où elle allait sortir un livre de son sac pour se distraire en attendant Alexander, il pointa le bout de son nez, et avec, la mine renfrognée qu’il arborait depuis quelques temps.

-Salut! Lança-t-elle souriante. « Ça va !? »

Ils avaient vécus des temps plus heureux à l’école de sorcellerie, et Sella n’en était pas moins affectée que les autres élèves, mais se forcer un peu à sourire n’avait jamais tué personne.

Il répondit en mâchant ses mots, l’air bougon et sarcastique.

-Hum… poursuivit-elle ne sachant trop comment s’y prendre, mais déterminée à demeurer patiente envers son ami de longue date. « On peut en parler si tu veux? Ou pas, si tu préfères ne pas y penser. C’est toi qui vois! »

Elle lui souriait toujours, encourageante. Ce qui sembla l’agacer encore plus. Décidément, il était crinqué à bloc, comme un diable à ressort, prêt à contredire les moindres propos de Stella peu importe la dose de tact dont elle saupoudrerait ses paroles.

Elle ne savait plus dans quelle direction diriger la conversation, à laquelle, manifestement, Alexander n’avait pas envie de prendre part. Il ne manqua pas de le lui faire remarquer que de lui demander de la rencontrer si elle ne savait pas quoi lui dire était ridicule, mais Stella ne se laisserait pas démonter si facilement. Elle savait pertinemment qu’il pouvait être sur la défensive lorsqu’il traversait des moments difficiles, voire, intentionnellement désagréable pour qu’on le laisse tranquille.

Elle poussa un léger soupir.

« T’as pas pris ta dose de bonne humeur avec ton jus de citrouille ce matin toi, dis donc. »

_________________

« Young but I'm not that bold »
Hope when you take that jump, you don't fear the fall, Hope when the water rises, you build a wall. Hope that you fall in love, and it hurts so bad
The only way you can know is give it all you have. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    7ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Tyler Blackburn
MESSAGES : 727

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNUE
MessageSujet: Re: (8 juin 1997) Mieux vaut cacher un bonheur qui risquerait de susciter la jalouse [PV Alexander] Jeu 6 Aoû 2015 - 0:29


Certains mensonges valent le risque.

Cette citation résumait assez bien la relation qu’entretenaient Stella et Alexander, depuis maintenant quelques années. Leur amitié demeurait dans l’ombre, secrète. Tout comme le rendez-vous qu’ils avaient convenu tous les deux, ce jour-là. Les deux adolescents avaient pris cette habitude de se retrouver dans des coins reculés et à l’abri des regards depuis qu’ils s’étaient réconciliés, lors de leur 4ème année. Alexander n’était déjà pas du genre à étaler sa vie privée aux yeux de tout le monde, et n’était pas particulièrement entouré en règle générale. Mais c’était surtout Stella qui avait insisté pour ne pas ébruiter l’affaire. Elle avait évidemment entendu parler de son histoire avec Carlie, et celle-ci étant son amie, elle ne voulait pas la faire souffrir en lui avouant que son ex petit copain, celui qui avait brisé son cœur, était son ami d’enfance. Non, il valait mieux éviter.

Assis sur son lit, Alexander fixait le sol. Il n’était absolument pas motivé à sortir, malgré sa promesse de venir à leur rendez-vous. Les révisions de ses examens lui prenaient la tête, et puis il y avait cette rencontre avec Carlie quelques jours plus tôt, qui l’avait quelque peu chamboulé. Il ne savait pas où en était leur relation, et le fait de se poser toutes ces questions le fatiguait plus qu’autre chose.

Jusqu’à la dernière minute, il avait envisagé de lui poser un lapin. Jusqu’à la dernière minute, il avait envisagé de ne pas venir. Et puis finalement non. Stella ne méritait pas de payer pour ses sauts d’humeur. Il l’appréciait, au fond, et elle était l’une des rares personnes qu’il considérait comme une véritable amie. Même si ce n’était pas « officiel ».

Ce fut donc d’un pas lent qu’il se dirigea vers le terrain, les mains dans les poches. Sa posture habituelle, quoi. Une fois arrivé sur place, il constata une nouvelle fois que Stella affichait son éternel sourire. Mais… lui se trouvait dans un tel état de nerfs qu’il ne parvint même pas à esquisser un début de rictus. Too bad for her. Grosse ambiance !

- Salut ! Ça va !?
- Ouais, si on veut.

Plus froid, tu meurs. Il n’avait pas envie de s’étendre sur le sujet, en tout cas, et il ne le ferait pas. Quand même bien elle insisterait. Il restait là, debout devant elle, le regard dans le vide. La pauvre, elle n’avait pas choisi le meilleur jour… Ni la meilleure des fréquentations, pour le coup !

- Hum… On peut en parler si tu veux? Ou pas, si tu préfères ne pas y penser. C’est toi qui vois!

Se confier ? Elle n’y pensait pas ! Elle le connaissait quand même… Alexander n’était clairement pas du genre à se confier ! Alors, pourquoi insistait-elle ? Il soupira exagérément, comme pour lui signifier son impatience et surtout son agacement.

- A part ça, tu m’as fait venir juste pour me montrer tes dents et ta joie de vivre ou t’avais un truc à me dire ? C’est ridicule. Se cacher est ridicule.

Woh woh woh. Calm down, Foster. Il sentait qu’il commençait à s’énerver. Comme d’habitude lorsqu’il se retrouvait submergé par un trop plein d’émotions qu’il n’arrivait plus à gérer.

- T’as pas pris ta dose de bonne humeur avec ton jus de citrouille ce matin toi, dis donc.

La remarque de son amie parvint à lui arracher un début de sourire. Elle avait raison. Stella n’avait pas à payer pour sa mauvaise humeur, elle qui avait simplement voulu le voir, comme le feraient deux personnes normales.

Après avoir pris une légère inspiration, il sortit les mains de ses poches et s’installa à côté d’elle.

- Bon, comment tu vas Rowell ? Depuis… Enfin tu sais.

Il se sentait quelque peu coupable de ne pas avoir pris le temps de demander de ses nouvelles depuis… l’incident. A vrai dire, il avait passé sa soirée à épier les faits et gestes de sa chère et tendre ex. Et « à cause de cela », il ignorait dans quel état se trouvait son amie Serdaigle.

_________________

It’s hard to forget, how much I cared, in time I close my eyes. It’s hard to forget all that we shared, in time I know we could try to learn to forgive... When it’s so hard to forget...
#CarlanderIsBackBitches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE7ème annéeJe veux pas être ton exMODO
    SERDAIGLE
    7ème année
    Je veux pas être ton ex
    MODO
AVATAR : Shay Mitchell
MESSAGES : 355

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16 mars 1980, Aviemore, Écosse
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: (8 juin 1997) Mieux vaut cacher un bonheur qui risquerait de susciter la jalouse [PV Alexander] Dim 16 Aoû 2015 - 6:05


Stella ne s’était pas laissée impressionner par le ton grincheux d’Alexander. Elle connaissait ses moues et remarques baveuses par cœur. Après tout, elle avait passé la plupart des étés de son enfance en colonie de vacances, à chercher un moyen de ne pas laisser les sautes d’humeur de son ami ronger sa patience.

Elle avait toujours été plus sage dans sa façon d’exprimer ses émotions, sans doute car elle était consciente de l’effet que celles-ci pouvaient avoir sur les autres. Elle se souvenait très bien la fois où ils avaient déprimé quand d’autres enfants avaient mis la main sur la trésor du camp avant eux. Le garçon avait passé l’après-midi à marmonner des insultes et remarques sarcastiques dans sa barbe, tandis que Stella essayait de lui changer les idées en lui racontant des légendes et histoires farfelues. Ou encore, lorsqu’il avait passé à deux doigts de jeter à la poubelle l’entièreté de son plateau-repas rien que parce qu’il en avait marre du macaroni au fromage. Jouant la plus maligne, Stella avait disposé les macaronis dans son assiette de façon à composer l’image du visage d’un gobelin aux traits mécontents, et était parvenue à lui arracher un sourire.

Même plus jeune, Stella savait que la colère d’Alexander n’avait en réalité rien à voir avec le trésor qui leur avait glissé entre les mains, ou avec les macaronis. De même qu’elle savait pertinemment qu’il ne lui en voulait pas véritablement de l’avoir tiré hors des cachots pour un moment entre amis.

Évidemment, les circonstances n’étaient pas les mêmes qu’à l’époque. Il ne suffisait plus de papoter de tout et de rien ou de jouer avec sa nourriture pour redonner le sourire aux gens. Elle en savait quelque chose, car elle-même devait faire un effort pour projeter la mine chaleureuse qui lui venait tout naturellement d’habitude.

Alexander, qui semblait avoir finalement relâché sa mâchoire crispée, pris place à côté d’elle dans les gradins. « Bon, comment tu vas Rowell ? Depuis… Enfin tu sais. »

Elle prit une grande inspiration avant de décider ce qu’elle allait répondre, plus pour se détendre que par exaspération. Après tout, à force de sourire, elle finissait par se sentir mieux : la preuve que cela ne pouvait pas faire de tort.

Elle ignorait si c’était la fatigue qu’elle cumulait depuis plus d’une semaine, ou le fait quelle estimait qu’Alexander était bien le dernier à détenir le droit de porter un jugement sur elle après tout ce qu’ils avaient surmonté pour être amis, mais elle ne s’obligea pas à dissimuler comment elle se sentait. Certes, elle n’allait certainement pas se mettre à pleurer ou à hurler, car elle n’en voyait strictement pas l’utilité, mais elle lui parla sincèrement.

« Honnêtement Alex, j’ai connu mieux! » laissa-t-elle tomber avec un haussement de sourcils, l’ombre d’un sourire toujours dessinée aux coins de ses lèvres.

Il parut surpris, mais elle ne savait pas ce qui l’étonnait davantage : sa franchise, ou plutôt le calme avec lequel elle arrivait à parler de ce qu’elle vivait?

« Ma meilleure amie a passé à un cheveux de mettre le gros orteil, et tout ce qui vient avec dans un cercueil. Je n’arrive pas à dormir plus d’une heure sans être réveillée par un horrible cauchemar. Ma concentration fait apparemment la grève aussi, car je ne parviens plus à étudier plus de dix minutes consécutives… et pour ne pas penser à tout ça, je finis par penser à des choses auxquelles je ne devrais pas. Auxquelles je ne dois pas penser. »

Elle faisait référence au fait qu’elle laissait ses réflexions voguer jusqu’à leur ami à la chevelure cuivrée, et regretta tout de suite les derniers mots de son monologue.

Autrefois, elle freinait ces rêveries dès qu’elles se mettaient à flotter à sa conscience, car on peut toujours faire comme si ce qu’on ignore n’existe pas. Cependant, depuis que l’agresseur avait frappé à nouveau, Stella était dans un étrange état de confusion et d’engourdissement que rien n’apaisait. Rien à part le souvenir de Dean la serrant dans ses bras cette nuit là dans la grande salle, mettant de côté son propre malheur pour la réconforter. Elle aurait voulu s’arrêter, trouver un moyen de s’empêcher de rejouer ce moment en boucle dans sa tête, mais elle ne savait plus à quoi d’autre s’accrocher pour rester saine d’esprit et ne pas perdre le moral.

Elle lança un regard en biais au Serpentard, mais il ne semblait pas avoir décelé son allusion.

Soulagée, Stella contemplait ses chaussures qu’elle cognait ensembles tel que l’aurait fait une gamine qui s’ennuie, ne sachant pas trop comment il allait réagir à ce qu’elle venait de confesser. Depuis quand le bombardait-elle de ses états d’âme, elle qui possédait un talent inégalable pour se faire discrète!?

À force de s’évertuer à passer inaperçue pour s’éviter les remarquées indésirables de ses camarades de classe, Stella avait parfois sérieusement l’impression d’être devenue invisible. Elle qui avait constamment envie de se frayer un chemin six pieds sous terre, peut-être s’était-elle tellement enfoncée qu’elle ne réussirait plus jamais à remonter à la surface et agir comme une individu normale en situation sociale.

Elle se trouva soudainement bien bête d’être entrain de songer à ses aptitudes interpersonnelles quand sa meilleure amie s’était retrouvée à l’agonie à peine une semaine plus tôt. « Il y a pire. Il y a toujours pire. » se dit-elle mentalement, et pour une fois, elle arriva à s’écouter.

Elle plongea son regard dans les yeux noisette d’Alexander, puis lui partagea à nouveau ses réflexions. « Mais tu sais ça pourrait être pire. Maya et Adam aurait pu y laisser leur vie… et le Professeur Donovan aussi. Je pourrais… ne même pas avoir d’amis à pleurer si ça arrivait, ou ne pas avoir de lit où faire ces cauchemars dont je me plains. Alors à quoi bon m’encombrer de ces émotions négatives? Ce n’est pas trop productif! »

Elle secoua la tête pour se convaincre de son discours, auquel elle croyait fermement, mais qu’elle n’avait pas toujours autant de facilité à appliquer.

« Bon et toi Mister, qu’est-ce que t’en pense? Tu préfères continuer dans ton rôle de vieillard malcommode ou essayer de sourire malgré tout? »  Demanda-t-elle retrouvant un ton plus léger. Elle ne détenait pas une seule once d'audace en elle, et elle n'aurait sans doute jamais eu le cran de s'adresser de le sorte à quelqu'un d'autre. Mais c'était Alex. Ils avaient pratiquement grandi ensemble, et il la connaissait bien avant qu'elle ne commence à essayer de s'effacer. Il la connaissait avant qu'elle ne perdre l'habitude d'argumenter quand elle était en désaccord avec un propos. Avant qu'elle n'ait honte du trois quart des paroles jaillissant de sa bouche.Tout comme elle le connaissait assez pour savoir que derrière ces airs hautains se cachait un garçon capable d'affection ayant plus de profondeur qu'en apparence, même si elle n'avait jamais vraiment su pourquoi il se renfermait . C'était peut-être pour pour toutes ces raisons, qu'à lui, elle arrivait à tenir tête.

Elle fit mine d’être éblouie par sa dentition. « Pouaaaah, j’oubliais, t’es horrible quand tu souris. Arrête-moi ça tu vas faire peur aux gens avec cet air de prisonnier tout juste échappé d’Azkaban. »

Il fallait bien trouver le moyen de rire même dans ces situations, sinon ils ne s'en sortiraient jamais.

hihi:
 

_________________

« Young but I'm not that bold »
Hope when you take that jump, you don't fear the fall, Hope when the water rises, you build a wall. Hope that you fall in love, and it hurts so bad
The only way you can know is give it all you have. © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (8 juin 1997) Mieux vaut cacher un bonheur qui risquerait de susciter la jalouse [PV Alexander] Aujourd'hui à 19:30

Revenir en haut Aller en bas

(8 juin 1997) Mieux vaut cacher un bonheur qui risquerait de susciter la jalouse [PV Alexander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Galaad - Mieux vaut se méfier de l'eau qui dort ! [Terminée]» JAELYN (+) mieux vaut rater un baiser que baiser un raté.» Mieux vaut tenir un lapin que poursuivre un lièvre [Sydney & Chase]» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.» Athenaïs ~ Mieux vaut régner en enfer que de servir au ciel.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-