AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Juin 1997] Un peu trop près du Paradis [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
GRYFFONDOR7ème année
    GRYFFONDOR
    7ème année
AVATAR : Daniel Radcliffe
MESSAGES : 320

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec Ginny Weasley
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31 Juillet 1980/ Godric Hallow's
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Juin 1997] Un peu trop près du Paradis [PV Eden] Sam 27 Juin 2015 - 20:57

[HJ: J'espère que le post te vas, d'ailleurs j'ai déjà imaginé que tu étais arrivée sans te jouer pour éviter de perdre un rp à ne rien dire^^. Si ça te déplaîs je changerai sans souci. Sinon, j'ai un peu présumé en imaginant que la tour -à un niveau inférieur- donnait sur les toits. Si c'est faux, je modifierai en parlant d'une autre tour.]

3h49 du matin.

Des perles de sueur gouttant jusque dans son dos, Harry ouvrit grand les yeux. Sa vue s'ajusta tant bien que mal à la chiche lumière de la lune qui perçait à travers une fenêtre que ses compagnons de chambre et lui-même avaient oublié de fermer la veille. Le jeune sorcier soupira tout en s'asseyant dans son lit, sa main droite passant dans ses cheveux par automatisme comme pour en retirer la transpiration. Maladroitement, il se releva, fouillant le sol à l'aveugle pour trouver ses chaussures puis se traîna jusqu'à la douche où il marmonna un « Silencio » du bout de sa baguette magique et des lèvres. L'eau chaude coula à flot sur son corps éprouvé par ces dernières semaines, aussi intenses que terribles. Dehors, les règlements de compte faisaient rage, Voldemort et ses sbires s'en donnaient à cœur joie, tuant moldus, « sang-de-bourbes », cracmols et créatures. Néanmoins, le Survivant pressentait que quelque chose d'encore plus horrible se préparait, rien que d'y penser, il frissonna en s'essuyant méthodiquement puis en s'habillant. Vêtu d'un jean et d'un gros pull rouge lavés la veille en prévision du samedi qui arrivait à grands pas, le brun sortit discrètement de sa chambre après avoir levé le sort ayant épargné à ses colocataires de participer à sa douche nocturne. Il déambula dans les couloirs, prêtant tout juste attention à Rusard et à sa chatte, sa main droite frottant de temps à autre son front sans pitié. En effet, si le Gryffondor s'était si soudainement réveillé, c'était encore une fois à cause de sa cicatrice, laquelle le brûlait de plus en plus souvent ces derniers temps et avec une ardeur que son propriétaire n'aurait jamais osé imaginer avant. D'ailleurs, bien qu'il ait pensé à prendre ses lunettes, ce dernier restait gêné par un voile blanc qui squattait sa vue, conséquence directe de la douleur lancinante qui l'avait saisi.

Heureusement, ses pas avaient mené le Survivant jusqu'à la Grande Tour d'astronomie qu'il avait gravi sans s'en rendre compte. L'air frais lui fit du bien et cligner des yeux plusieurs fois lui permis de retrouver l'éclat de ses yeux verts. Pour autant, ces derniers conservaient toujours cette lueur oscillant entre la tristesse et la culpabilité tandis qu'il s'appuyait sur le rebord. Son regard se porta d'abord sur l'horizon puis vers les toits, lesquels ne l'intéressaient jamais habituellement. Cette fois pourtant, le brun enjamba la balustrade pour sauter lestement et sans peur sur les tuiles du château. Qu'avait-il à perdre maintenant ? La vie ? Quelque part, sa conscience le grondait férocement, lui rappelant son destin. Si sa mort était effectivement programmée dans un avenir proche, elle devait se passer autrement, sous les coups de Voldemort. Beaucoup trop de gens comptaient sur ce combat déterminant sans même connaître la prophétie. Ses amis, Dumbledore d'avantage affaibli chaque jour, les citoyens Anglais... Tous espéraient qu'Harry Potter sorte de son abri pour affronter le Seigneur des Ténèbres qui perpétuait actuellement massacres sur massacres, d'ailleurs, ce dernier aurait bien provoqué le duel dès cette nuit, juste pour mettre fin à tout cela. Malheureusement, on lui l'interdisait, tant l'Ordre du Phénix que les circonstances et la logique.-pour le peu qu'il y en ait dans cette situation rocambolesque, digne d'un roman fantastique pas même crédible. [HJ : Pardon JK Rowling, je t'aime tu sais !]- Finalement, c'était cette insupportable attente qui allait achever le jeune « guerrier » impulsif qu'il était malgré lui depuis ses 11 ans.

Incapable de redescendre de son perchoir malgré la voix stridente d'Hermione s'étranglant dans sa tête pour justement lui promettre de l'étrangler s'il n'arrêtait pas ses bêtises, le Survivant continua sa route en équilibre sur l'arrête du toit. Le Gryffondor évoluait agilement tout en restant prudent puisque malgré les apparences, il n'avait pas envie de se suicider, ça n'était pas dans sa nature... Si fou soit-il par moments, c'était un battant qui n'abandonnerait pas ses proches ni le peuple d'Angleterre, bien que ce dernier l'ait également fait souffrir en doutant par deux fois de lui. Non, il avait juste besoin de s'aérer les neurones, et de manière si conséquence que pointer son museau dehors ne lui suffisait pas. Continuant donc sa promenade dangereuse mais salvatrice, le brun évitait de penser à quoique ce soit, concentré sur chacun de ses pas. Quelque chose le fit toutefois vaciller légèrement, il se rattrapa grâce à ses réflexes de joueur de Quidditch et se retourna vivement en captant une voix bien plus forte et réaliste que celles de sa conscience. C'était une véritable voix qui l'interpellait, même si le vent l'empêchait d'entendre ce qu'elle disait. Pris sur le fait, tout étonné de découvrir quelqu'un ici à cette heure, le Survivant fit demi-tour, rentrant en maintenant l'équilibre grâce à ses bras déployés comme des ailes. En plissant les yeux il s'aperçut que par chance, la silhouette n'était pas Rusard. Non, beaucoup trop fine et trop jeune pour ça. C'était en réalité une fille dont le Rouge et Or ignorait tout. Lorsqu'il fut à sa portée de vue, le Survivant s'arrêta, pilant sur son toit, tout proche de la fenêtre sans pour autant remonter. Il leva ses yeux d'un vert pur sur elle, la jaugeant avant de lui sourire... Oui, parfaitement, Harry lui souriait d'un air légèrement voyou qui n'était pas sans rappeler James Potter.

-Salut. Jolie nuit, non ?

Lui lança-t-il, mutin, sachant pourtant que si l'adolescente osait essayer de faire la même chose -à savoir jouer les chats de gouttière- son côté protecteur en prendrait un coup. Il s'en voudrait terriblement et chercherait à l'en dissuader. Seul lui pouvait se mettre en danger ainsi, sa vie n'important guère même si en réalité, elle était primordiale au vu du destin qui l'attendait. Eclairé à la faveur d'une lune bien généreuse cette nuit, le brun s'assit carrément sur les tuiles, posant son menton sur ses bras, eux-même croisés sur le rebord. Désormais il était concentré sur les réactions de l'adolescente. Lui demander ce qu'elle faisait là, autrement dit des comptes ne lui venait même pas à l'esprit. Il ne voulait pas savoir son nom, ni donner le sien, ni l'importuner, juste profiter de cette compagnie inattendue. Un toit pour discuter de la pluie et du beau temps, c'était idéal, non ?

_________________
Merci à Léandre Camus pour la modification de l'Avatar.
Merci aussi à Olivia et Geny qui ont fait des merveilles également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Juin 1997] Un peu trop près du Paradis [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Trop près de moi... (PV Sojuro)[terminé]» Gazette de Juin 1997» [2 juin 1997] « Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder » O. Wilde» Quand ont s'approche trop près ... Ont tombe. [Decem]» [Juin 1997] Petite plaisanterie entre amis
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-