AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Caleb Greyson [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
BRIGAND
    BRIGAND
AVATAR : Jamie Dornan
MESSAGES : 95
MessageSujet: Caleb Greyson [Terminé] Ven 20 Fév 2015 - 21:09


RICTUSEMPRA
Ma Présentation



I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE

♦ NOM : Caleb Greyson
♦ ÂGE : Trente deux ans
♦ DATE DE NAISSANCE : 31/05/1965
♦ ORIGINE : Sorcier (parents sorciers au sang mêlé)
♦ METIER : Commerçant / Brigand

II. APPARENCE & PERSONNALITÉ

♦ PHYSIQUE : Le moins que l’on puisse dire en ce qui concerne Caleb, c’est qu’il ne passe pas inaperçu. Mesurant prêt d’un mètre quatre-vingt-dix, svelte, il possède une musculature fine.Caleb possède des cheveux sombres aux nuances cuivrées, rebelles, ainsi que des yeux gris-bleus vifs et perçants. La plupart du temps une fine barbe naissante vient manger son visage aux traits anguleux. Sa voix est grave, chaleureuse aux premiers abords mais très dure et froide si on l’agace. Séduisant mais impénétrable, Caleb ne sourit que rarement. Son air terriblement sérieux lui a conféré quelques rides prématurées au niveau du front.

♦ STYLE VESTIMENTAIRE :  Bien qu’étant un sorcier élevé dans la communauté magique, il n’apprécie pas les robes longues qu’ils sont accoutumés à porter. Caleb ne supporte pas le manque de goût des uns et des autres. Lui qui est avant tout raffiné et élégant en tout temps, il prend soin de toujours être vêtu d’un costume trois pièces (version magique autrement dit qui s’auto nettoie), qui lui confère une certaine prestance.

♦ AUTRE(S) : -

♦ CARACTÈRE : Aux premiers abords, Caleb apparaît comme un jeune homme poli et très brillant. La bienséance, la courtoisie sont les fondements de son éducation et cela ressort dans chacun de ses gestes ou attitudes. Mais sous ce vernis impeccable se dissimule un être froid, manipulateur et extrêmement intimidant. Caleb ne connait pas le pardon. C’est un épicurien dans l’âme, il prend tout ce qu’il veut, quand il le veut et ne s’inquiète que de son plaisir ou de son confort. Plus que cela, c’est un être avide, obsédé par l’appât du gain. La roublardise ne s’est développée que bien plus tard chez lui. Féru d’œuvre littéraires et de jazz, Caleb peut se montrer très intense lors de ses entretiens avec ses semblables en les punissant avec nonchalance. La nonchalance, voilà quelque chose qui correspond bien à l’état d’esprit du jeune homme. Il passe d’un sujet à un autre comme l’eau qui perle sur les fenêtres. Il lui arrive souvent de paraître détaché et indifférent à la réalité et de commettre simultanément des actes odieux car il reste un sorcier intransigeant.

Mais le plus étrange avec Caleb, c’est qu’il suffit de lui présenter une bourse de gallions pour qu’il s’adapte à la situation et donc à son interlocuteur. Si vous avez de quoi payer, ou si par le plus grand des miracles vous êtes suffisamment proche de lui, il peut également se montrer fidèle et loyal et incroyablement têtu. Caleb possède également un humour bien à lui, corrosif, sarcastique et souvent ironique. Il n’a pas pour habitude d’aider gratuitement son prochain, la bonté ne fait pas parti de ses prérogatives mais il éprouve un certain attachements aux membres de la Confrérie auxquels il accorde sa bienveillance.Touchez à un cheveu de ses frères, ou trahissez le et vous êtes morts.

♦ CE QUE VOUS AIMEZ : L’or, l’élégance, le jazz, la littérature, la fidélité, les défis.

♦ CE QUE VOUS N'AIMEZ PAS : L’insolence, la trahison, les couleurs flashies, les loups garous, les enfants.

III. HORS JEU

♦ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? Sur internet ?
♦ ÂGE IRL : -
♦ PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Jamie Dornan
♦ EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ? Aucun mise à part vous blouser en un tour de main.
♦ DÉSIREZ-VOUS ÊTRE PARRAINÉ(E) ? : Non merci
♦ AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? : Comme un chef!

_________________
Caleb Greyson
« Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal »


Dernière édition par Caleb Greyson le Sam 28 Fév 2015 - 16:30, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRIGAND
    BRIGAND
AVATAR : Jamie Dornan
MESSAGES : 95
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Ven 20 Fév 2015 - 21:15

IV. HISTOIRE & RP

♦ HISTOIRE PERSONNELLE :


Au commencement


Les Greyson est une très ancienne famille de sorciers. Bien qu’étant de sang mêlé sur plusieurs générations, ils ont toujours savamment dissimulé ce fait et se sont fait passer la plupart du temps pour une famille de Sang-Pur.

Famille raffinée, le père est concepteur de baguettes magique et la mère tient une galerie d’objets enchantés antiques. Caleb vécu une enfance tout à fait normale pour un sorcier, il apprit très tôt qu’une baguette pouvait causer de gros dégâts et qu’il lui était interdit de toucher à celle de son père. C’était un enfant curieux de tout, qui ne rechignait jamais à en apprendre plus mais qui avait un étrange penchant pour dérober tout ce qui lui tapait dans l’œil. En ces temps incertains, peuplés de morts et de combats effroyables, les orphelins pullulaient comme de la vermine. Il ne se passait pas un jour sans qu’un proche, un ami ou un voisin ne soit assassiné par les troupes du Lord Noir.

C’est comme cela que Kamëlya Adaëlys a été recueillie à l’âge de 9 ans par les Greyson. Elle était la fille de leur meilleur ami qui venait d’être tué. A partir de là tout a commencé à changer pour Caleb qui avait été élevé en petit prince. Les relations avec la fillette étaient conflictuelles, l’un comme l’autre ne supportant pas la présence du premier. Ils ne manquaient pas une occasion pour s’incriminer et faire punir l’autre. Ils refusaient tout lien, et n’acceptaient pas de se considérer comme une famille. Pour Caleb, Kamëlya était une véritable plaie qui était venue lui ravir sa place dans sa propre famille, elle qui n’était qu’une intruse, une inconnue. Tout ce qu’il espérait c’est qu’une fois arrivé à Poudlard, il en serait débarrassé.  


Poudlard

Les années à Poudlard se passèrent sans incident majeur. Caleb et Kamëlya turent leurs liens auprès des autres élèves si bien que personne ne pouvait de douter qu’ils vivaient sous le même toit. D’un naturel curieux, Caleb redoutait comme bon nombre de premières années la répartition. Ou allait-il être envoyé ? Comment cela se produisait-il ? Les adultes trouvaient cela beaucoup plus amusant de taire certains rites de passage pour leur laisser toute la saveur de la découverte.


-Tu iras à Serpentard, se moqua Kamëlya alors qu’ils poussaient côte à côte leur chariot contenant leurs malles ainsi que leurs chouettes.

-C’est une maison de vipères non ? Répliqua Caleb d’un ton acide. Alors tu t’y sentiras comme chez toi.

-Tout ce que je demande c’est de vivre loin de toi, contra Kamëlya en lui jetant un regard noir. Je te préviens, pas question de dire aux autres qu’on se connait ou alors tu passeras le restant de ta scolarité à le regretter.

-Oh par Merlin en voilà des menaces, la railla Caleb en prenant une expression terrifiée. Comme si j’avais envie de me vanter de t’avoir comme boulet nuit et jour. Oublie-moi et je t’oublierais.

-Ca je ce sera un jeu d’enfant.


Au moment de la répartition Caleb se tint à l’opposé de Kamelya et tous deux feintèrent de ne pas se connaître. Kamëlya fût la première à être appelée. Caleb comme tous les autres la suivit du regard mais il devait bien être le seul à souhaiter la voir s’emmêler les pieds dans sa robe de sorcière et se rétamer devant toute l’école. Cette pensée lui arracha un ricanement. Malheureusement la jeune fille se glissa jusqu’à son siège avec dignité. A peine le Choixpeau eut-il frôlé sa tignasse châtain qu’il annonça « SERDAIGLE ». Tout le monde l’applaudit excepté Caleb qui se contenta de lever les yeux au ciel. Une Miss-Je-Sais-Tout, comme c’était étonnant. Bon il ne restait plus que trois maisons. Serpentard, Gryffondor ou Poufsouffle. Caleb avait ouvert la plupart de ses manuels cet été. D’après ce qu’il en avait lu les Poufsouffle y apparaissaient comme les bons derniers sans aucune aptitude qui sortaient de l’ordinaire, les Gryffondor comme des imbéciles qui attendaient impatiemment de mettre leur mains dans le feu pour s’apercevoir que ça brûlait vraiment et quant aux Serpentard leur réputation était si noire et si entachée qu’ils en perdaient tout attrait.

Sans oser l’avouer, Caleb avait toujours pensé être envoyé à Serdaigle. Cette maison était pleine de promesse et mettait à l’épreuve les capacités cérébrales de ses membres mais plus que cela, elle offrait l’opportunité d’en apprendre plus, toujours plus, encore plus. La soif de connaissance de Caleb était infinie mais apprendre qu’il avait ce point commun avec Kamëlya venait subitement de le refroidir. Si seulement le wagon dans lequel elle se trouvait à bord du Poudlard Express s’était mis à dérailler ! Il en aurait été débarrassé pour de bon. Mais…


-GREYSON Caleb ! Entendit-il.

-SERDAIGLE ! Répondit le Choixpeau que l’on venait de déposer sur la tête du jeune garçon.


Si Caleb s’était imaginé pouvoir éviter la fillette, il s’était lourdement trompé. Les années passaient et ces deux là avaient beau clamer qu’ils préféraient s’éviter et s’ignorer, le sort prenait un malin plaisir à les réunir. Ils ne pouvaient rester loin l’un de l’autre très longtemps sans se faire une ou deux crasses. Malgré ses nombreuses heures de colles, Caleb restait un élève attentif et très soucieux de a qualité de ses devoirs. Il excellait tout particulièrement dans la maitrise des sortilèges ainsi que dans la conception des potions. A l’âge de quatorze ans, il monta une sorte de réseaux de potions clandestines pour augmenter les capacités cérébrales. Les BUSES approchaient et ce marché était très porteur, d’autant qu’il intéressait les étudiants de septième année également.

Son réseau prit de l’ampleur en même temps qu’il prenait de l’âge. Il commença à se diversifier et à faire entrer clandestinement des bricoles, des boissons ou de la nourriture en provenance de Pré-Au-Lard par divers système (hiboux, entrées secrètes..). Plus son entreprise était connue, plus il prenait goût au pouvoir. Ses échanges d’abord amicaux devinrent les prémices à un véritable marché noir au sein de l’école. Certains en étaient venus à lui demander des informations sur ce qui se passait en dehors des murs de l’école. Le monde magique était alors ravagé par les attaques incessantes des Mangemorts et de Voldemort. Ce dernier était encore au sommet de sa puissance quand Caleb fêta ses seize ans.

Mais entre les murs de Poudlard la vie était totalement différente, bien plus insouciante et puérile. A mesure qu’ils vieillissaient, les relations conflictuelles entre Kamëlya et lui s’atténuèrent (il faut dire qu’ils commençaient à être à cours de mauvais coups et qu’ils avaient passés l’âge). Ils se regardaient d’une tout autre manière sans pour autant aller à la franche convivialité. Leurs liens étaient toujours cachés aux autres, mais ils osaient se réunir à la bibliothèque ou bien dans le parc pour échanger, discuter et pour simplement apprécier la présence de l’autre. Les choses n’allèrent jamais plus loin. Kamëlya s’amusait beaucoup des efforts du jeune homme à concevoir un réseau mafieux comme elle le disait souvent. Elle était préfète en chef, et fermait bien volontiers les yeux sur les petits trafics de Caleb même si elle ne cessait d’arguer qu’il devrait concentrer son énergie à de plus grandes choses.

Bien qu’encore fragile et limité, le réseau de Caleb se fît connaître à l’intérieur et à l’extérieur de Poudlard ce dont Caleb s’enorgueillit à chaque fois qu’il le pouvait. Le succès lui avait délié la langue et il se vantait régulièrement et publiquement d’être en mesure de réaliser l’impossible.

Lors de sa septième année, ses parents furent sauvagement assassinés par des loups garous alors que le Lord Noir venait de tomber. Ces derniers, comme quelques uns de ses partisans, étaient devenus fous de colère et de désespoir à l’annonce de sa chute.

Cela fût le début d’une période très sombre pour le jeune homme qui se referma automatiquement sur lui-même. La colère qui brûlait à l’intérieur de lui, animait chaque parcelle du corps de Kamëlya qui rejetait toute la faute sur lui. Un fossé s’était crée entre eux que rien ne semblait pouvoir combler pas même l’annonce de la mort de la meute de loups garous par les Aurors. Caleb était assoiffé de sang, mais rien à Poudlard ne semblait pouvoir répondre à ses attentes pour nourrir cette vengeance. La Réserve lui était hermétiquement fermée, refusée. Les enseignants semblaient se rendre compte qu’il n’était pas très avisé de lui ouvrir ces portes. Il n’avait qu’une chose à faire, travailler aussi dur que possible pour obtenir les meilleurs résultats afin d’entrer directement au Ministère au Département des Mystères pour combler sa soif.

Mais le jour des résultats des épreuves, il n’obtint que 5 Optimal sur 6. Entrer dans le département des Mystères était maintenant impossible. Il se rendit dans la chambre de Kamëlya et tenta une approche pour rétablir le contact entre eux.


-6 Optimal en Aspics ? Comment tu as fait ? Demanda t-il sincèrement épaté.

-La persuasion mon cher, est un art qui ne s’apprend pas, répliqua t-elle d’un ton pincé en prenant ses distances.


Il se referma une fois encore. Il n’aimait pas qu’on l’envoie bouler de la sorte. S’il y avait quelqu’un qui maniait la baguette mieux que lui, c’était bien elle. Il s’était souvent demandé comment elle parvenait à se tirer de toutes les situations farfelues dans lesquelles il l’avait fourré depuis leur enfance. C’était à se demander si elle n’usait pas de sa magie à des fins personnelles allant contre toute attente à l’encontre de ses soi-disant principes. Caleb fît de gros efforts pour ne pas lui envoyer sa malle dans la figure à l’aide d’un Expulso et reprit avec nonchalance.


-Tu fais tes valises ? Reprit-il en l’observant fourrer ses robes de sorcière dans ses malles. Tu vas quelque part ?

-A ton avis ? Lança t-elle froidement. Tu penses vraiment que je vais rester ici alors qu’ils ne sont plus là ? Que je vais partager ma maison avec toi ?


Elle referma d’un geste vif sa valise et lui fit face.


-Est-ce que tu me prends pour une parfaite idiote ?

-Je ne t’ai jamais prise pour une idiote, répondit-il en se relevant de l’encadrement de la porte contre laquelle il s’était adossé. Tu le sais très bien.

-Alors ne te fais pas plus bête que tu ne l’es déjà. Laisse-moi partir ou tu le regretteras.

-Tu n’iras nulle part, répliqua Caleb en lui barrant le passage pour s’arrêter face à elle.

-Si tu t’approches encore je te promets de t’arracher les yeux, le menaça t-elle en levant ses grands yeux noisettes vers lui.

- Oh il me semble bien que l’on appelle cela une menace, ironisa Caleb.

-Veux-tu réellement te mesurer à moi ? Répliqua t-elle en sortant sa baguette.


Caleb la jaugea un instant avec un sourire sardonique accroché aux lèvres mais la laissa passer. Alors qu’elle passa devant lui, il ne pût s’empêcher de dire :


-Je croyais que nous étions une famille.

-Notre famille n’existe plus. Il n’y a plus rien entre nous.


Et elle disparut.




Les premiers pas de la Confrérie de l’Ombre


-Qu’est-ce que c’est que ça ? Demanda Caleb à ses comparses en voyant le mur barbouillé d’une très vilaine peinture rouge.

-Ben c’est notre signature Chef ! S’exclama l’un d’eux fier comme tout de son œuvre.

- Enlève-moi ça immédiatement, rétorqua le jeune homme en le foudroyant du regard. Nous ne sommes pas des Mangemorts. On ne porte pas de marques.


Après l’obtention de ses Aspics, Caleb prit le temps d’explorer le monde magique de fond en comble. Son héritage le lui permettait et il ne se priva pas pour rapporter avec lui nombre d’objets, de créatures ou de grimoires magiques en toute illégalité. Mais graisser la patte des uns et des autres ça revient cher et rapidement, Caleb se retrouva sans un sous. Lui qui était l’héritier d’une des plus riches familles de sorcier avait dilapidé toute sa fortune en moins de deux ans après sa sortie de Poudlard. Il ne lui restait plus que la petite boutique d’objet magique de sa mère, tombée en décrépitude à sa mort.

Rapidement, et bien naturellement, ses petites habitudes revinrent à l’assaut. Il commença par s’entourer de ses plus anciens amis de Poudlard mais également des petits brigands des rues. Avec son charisme et sa prestance, Caleb s’imposa bien vite comme le leader de cette congrégation hétéroclite. De toute façon, il ne leur laissait pas le choix, il refusait d’être aux ordres de qui que ce soit. Ce petit groupe commença par revendre quelques uns des objets les plus intéressants que Caleb avait rapporté, puis ceci appelant cela, ils commencèrent à se faire un nom dans l’Ombre des rues de Londres.

On leur commanda certains articles, tel créature enchantée, tel grimoire, ou formule… Tout ce que vous voulez, ils vous l’obtiennent pourvu que vous y mettiez le prix.
Le réseau prit progressivement de l’ampleur mais jamais assez pour Caleb. Prenant une fois de plus les choses en mains, il fût l’instigateur d’une série de cambriolages, de pillages toujours sous le couvert de l’anonymat.


-Il nous faudrait un nom, marmonna Caleb en jetant sur la table un exemplaire de la Gazette qui relatait des exactions menées par un petit groupe de sorciers adolescents. Quelque chose qui inspire la peur mais aussi le respect.

-Les rosiers grimpants ? Suggéra l’un d’eux.

-Alfred, est-ce que j’ai l’air d’une fleur ? Lança Caleb d’un ton acide. Ou d’un abruti de jardinier ?

-Heu non, non bien sûr…

-« Ces jeunes brigands agissent dans l’ombre des plus grands », lut Caleb avec dégoût. Nous n’avons rien à voir avec eux. Et nous ne sommes dans l’ombre de personne. L’ombre c’est nous.

-La Confrérie de l’Ombre, proposa Lawrence Brooke une nouvelle recrue à qui Caleb s’était vite attaché.


Ainsi naquit officiellement la Confrérie, un regroupement de brigands avant tout qui régnait en maître sur le marché noir magique ainsi que sur les délits mineurs. Mais progressivement les brigands s’amusaient à taguer toutes les demeures qu’ils visitaient par cette formule « La Confrérie de l’Ombre » afin de se faire reconnaître dans la communauté magique. Caleb n’approuva pas du tout. Ce qu’il cherchait c’était se faire un nom par lui-même, pas en imitant les procédés des Mangemorts et en étant comparé à eux. Il ordonna que ses tagues disparaissent et lorsque l’on défiait son autorité, Caleb le faisait amèrement regretter. Ses voyages à travers le monde lui avaient ouvert de nouveaux horizons sur la magie et en particulier la plus noire qui puisse exister.

Toujours autant curieux, Caleb dévora tout ce qu’il pouvait trouver sur ce sujet. Ses biens en matière de magie noire s’accumulaient et il dût trouver un lieu où aucun Auror ou Brigadier ne pourraient les lui reprendre. La Confrérie aussi avait besoin d’un sanctuaire pour panser ses plaies et pour se retrouver. Un lieu qui puisse héberger tous ceux en fuite. C’est là que la boutique de sa mère servit Caleb. Il la rouvrit en y apportant quelques modifications. Il créa un passage souterrain menant à une crypte qu’il métamorphosa en refuge. Il n’y avait bien sûr aucune fenêtre au Repaire, les seules qui étaient installées étaient magiques mais donnaient l’illusion.

Le Repaire était doté de tous les enchantements possibles et imaginables pour assurer la sécurité de ses résidents. Maléfice Repousse moldus, incartable, Caleb était lui-même le gardien du secret et bien d’autres. Celui qui s’aviserait de tenter de pénétrer ici bas, le regretterait. Il y avait absolument de tout, des chambres individuelles, une cuisine immense, des salles de bains à la pelle, un réfectoire, le bureau de Caleb, une salle d’entraînement, une salle de stockage, un coin potions et bien sûr la Chambre Noire, la salle la plus redoutée des brigands.

Caleb jouait sur plusieurs fronts. D’un côté il affichait le visage d’un honnête commerçant ayant récemment essuyé quelques revers de fortune mais qui promettait, et de l’autre, il s’avérait être un brigand de la pire espèce, un trafiquant sans moral et un dictateur tortionnaire à l’encontre de ceux qui lui résistait. La vie au sein de la Confrérie n’était pas tous les jours roses. Il leur arrivait de se faire avoir par les brigadiers de la police magique, d’être à cours de gallions et d’échouer dans certaines tentatives. Mais malgré tout cela, une solide notion de fraternité s’était crée dans ce groupe. Caleb était leur chef, mais il était plus que cela, comme un père. Et les enfants ne doivent jamais désobéir à leur père.



La vengeance est un plat qui se mange froid


A mesure que la Confrérie de l’Ombre prenait de l’ampleur, Caleb avançait en âge. Avant la mort de ses parents, ces derniers avaient rédigé un pacte pour assurer à leur famille une descendance digne de ce nom. Margaret O’Hara héritière de sang pur de la plus importante famille de sorciers d’Irlande était promise à Caleb. Cette dernière a brisé leurs fiançailles le jour où Caleb l’a surprise dans une position fort peu convenable avec son meilleur ami Lawrence Brooke.


-Laurie, Laurie, chuchota Caleb en arpentant calmement la pièce et en défaisant lentement ses boutons de manchettes. Je suis extrêmement désappointé.

-Caleb je… Commença son meilleur ami en s’avançant d’un pas l’air angoissé. Je t’assure que… Rien n’était prémédité… Ca… Ca nous est arrivé… Comme ça..

-Sais-tu à quel point j’ai horreur d’être désappointé ? Reprit Caleb de ce ton toujours aussi froid et détaché comme si Lawrence n’était pas intervenu.


Il retira son veston et le posa avec mille précautions sur le revers de sa chaise. Toujours impeccable, les apparences avaient une très grande importance à ses yeux. Il entreprit d’enlever son gilet qui composait son costume trois pièces et de retrousser soigneusement ses manches.


-Cal’, reprit Laurie plus agité que jamais en passant sans cesse ses mains moites dans ses cheveux trempés de sueur. Je t’en prie ! Je… Nous sommes amis hein ?

-Ami ? Hum. Un jour nous avons été cela. Caleb se positionna devant son bureau et s’adossa contre le pupitre en croisant les bras et en ancrant ses prunelles d’un bleu acier dans le regard terrifié du jeune homme. Je suis quelqu’un de tolérant, dit-il sans broncher. Je sais pardonner quand c’est possible, je sais également me montrer bienveillant quand la situation se présente. Je t’ai accueilli dans notre petite famille au moment où tu en avais le plus besoin il me semble.


Caleb s’était saisi d’un coupe papier dont le manche était en or massif sertis de gros rubis rouge. Il prit le temps de caresser le manche en ignorant le silence pesant qu’il infligeait au jeune homme.


-Tu avais froid, je t’ai donné un toit. J’ai ignoré ta bâtardise et je t’ai pris sous mon aile. Lorsque tu avais faim, j’étais le premier à partager ma pitance y compris dans les moments de disette.

-Caleb, s’étrangla Lawrence au bord de l’évanouissement. Je sais tout ça et je ne pourrais jamais te remercier pour tout ce …

-Et malgré tous mes bienfaits, toutes mes attentions, Caleb se redressa lentement du bureau sur lequel il s’était négligemment adossé. Tu as choisi de me trahir de la façon la plus… Discourtoise qui puisse être.

-Je ne voulais pas ça Caleb !! S’écria Lawrence en tombant à genoux devant son meilleur ami le visage baigné de larmes. Je t’assure ! Je … Plus jamais !!! Plus jamais ça ne se reproduira !!


-Tu as raison. Plus jamais ça ne se reproduira, approuva Caleb d’un ton morbide et glacial en faisant signe derrière lui.


Tout à coups deux paires de bras surgirent des ténèbres et se saisirent de Lawrence qui se débattait avec la folie du désespoir. Il hurlait, il sanglotait, il suppliait Caleb de lui pardonner mais en vain. Caleb ne broncha pas une seconde. On emmena Lawrence dans une arrière salle, La Chambre Noire.

Ayant la superficie d’une salle de classe, cette chambre ne disposait d’aucune fenêtre. La seule et unique source de lumière provenait d’une lampe à pétrole de type orientale suspendue au plafond par des chaines d’argents. La flamme oscillait et révélait des murs couverts d’une tapisserie moyenâgeuse révélant d’étonnantes méthodes de tortures au fils des siècles. Le plancher en chêne massif étouffait les bruits de pas mais émettait également certains grincements sinistres qui rendaient cette pièce d’autant plus étouffante et terrifiante.

Cette pièce était crainte par tous les brigands de la Confrérie car tous savaient que la voir était synonyme de sévices corporels voire pire. Cette Chambre regorgeait d’objets maléfiques en tous genres. Immédiatement à droite de l’entrée se trouvait un rayonnage poussiéreux contenant un nombre incalculable de grimoires de magie noire. Tout au fond se dressait sur une table amochée une sorte de petit laboratoire d’où s’échappaient d’inquiétantes volutes à l’odeur suave. Plusieurs chaudrons bouillonnaient les uns à côtés des autres arborant différentes teintes de couleurs. Non loin de là une étagère était remplie de fioles et de flacons de formes et de tailles différentes contenant les poisons les plus virulents e douloureux qui soient. On pouvait également y apercevoir des créatures magiques enfermées dans des bocaux remplis de formol résultant d’expériences interdites.

A l’opposé se trouvait un fauteuil d’acier recouvert de clous y compris sur les accoudoirs dont des lianes verdâtres s’agitaient comme si la chaise était vivante. Le mur arborait une fascinante collection d’instruments de tortures passant des plus incongrus aux plus terrifiants. Mais le plus effroyable restait l’étrange caisson d’acier qui ressemblait à un sarcophage vertical représentant le visage d’une femme d’un certain âge avec deux ouvertures pour les yeux. Ce dernier s’ouvrant en plein milieu comme une armoire et dissimulait de nombreux coups de griffes sur les parois ainsi que des tâches sombres qui se révélaient être du sang qu’on avait tâché de nettoyer.


-NON !! Noooon !! Hurlait Lawrence dont les yeux exorbités manquaient de sortir de son crâne alors qu’il griffait et frappait ses tortionnaires qui le faisait entrer de force dans la Chambre Noire.

-Aperit tibi ma douce,murmura Caleb en caressant le visage de la Dame de Fer et en faisant courir sa baguette de haut en bas.

-NOOOON !! PITIE NOOON ! S’époumonait Lawrence alors que les deux gorilles autrefois ses frères l’enfermaient dans le sarcophage sans oser le regarder.


Les deux parois se refermèrent d’un coup sec et toute aspérité disparue alors que Caleb remontait sa baguette le visage impassible.


- Sortez-vous deux, ordonna Caleb de sa voix tranquille.

-Caleb pitié ! Je t’en supplie ! Je te jure ! Plus jamais je ne la reverrais ! Je resterais toujours avec toi, je tuerais qui tu voudras ! Elle si c’est ce que tu veux ! Mais je t’en prie libère-moi !

-Est-ce que tu connais les Dorinites Azulërys ? Demanda Caleb en s’approchant de l’étagère qui contenait de nombreux bocaux. Non ? Et bien il s’agit d’une sorte de petits scarabées arborant un magnifique et saisissant bleu lapis lazulis qu’abritait l’Egypte Ancienne. Lors d’une de mes fouilles dans l’une de ses pyramides j’ai eu l’incroyable opportunité d’en découvrir des fossilisé.


Caleb qui tournait le dos au sarcophage ouvrit l’un d’eux et se saisit d’un scarabée qui avait tout l’air d’être mort mais dont la couleur restait toujours aussi vivace. Il fît demi-tour et s’approcha du caisson sans cesser d’observer avec fascination ces insectes magiques.


-Ces petites bestioles étaient réputées pour infliger d’intolérables souffrances à leurs proies. J’en sais quelque chose, ajouta t-il en relâchant l’insecte fossilisé dans le bocal avec ses congénères. La lampe à pétrole éclaira précisément sa main où se dessinait une fine cicatrice circulaire. Et rien ne les arrête. Elles se nourrissent de la chair des cadavres, en réalité, elles se nourrissent de la chair de leur proie, se reprit Caleb avec un léger ricanement sinistre. Ce n’est qu’après qu’elles finissent par devenir des cadavres.

-Caleb ! Croassa Lawrence les yeux révulsés par la terreur. Je suis ton ami !!

-Je te l’ai dit Laurie, reprit Caleb en faisant face à la statue et en fixant son meilleur ami dans les yeux. Je suis extrêmement désappointé.


Caleb colla l’ouverture du bocal sur la statue et s’écarta. Le bocal resta figé comme si on avait utilisé un maléfice de glue perpétuel pour qu’il garde cette posture. Lentement le sarcophage sembla se désintégrer à l’intérieur du bocal offrant une ouverture pour ce qu’il contenait. Avec une infinie lenteur, les insectes commencèrent à s’agiter et reprirent vie pour tomber paresseusement dans le sarcophage. A l’intérieur, Lawrence faisait son possible pour les éviter et pour les écraser mais plus il s’agitait plus il agaçait les insectes et les incitait à se réveiller. Puis les cris commencèrent. Lawrence poussaient d’affreux hurlements qui déchiraient la nuit et se répandait à l’intérieur du Repaire de sorte que tous ses occupants ne pouvaient ignorer ce qui lui arrivait.

Caleb resta là à observer avec patience et détermination. Cela prit un temps considérable. Les insectes dévoraient Lawrence vivant, déchiquetant, arrachant, ses nerfs, ses muscles et ses organes. Ils étaient incroyablement intelligents car ils savaient comment préserver au mieux leur victime pour garder toute la saveur de son corps afin de s’en repaitre encore et encore. Lawrence suppliait Caleb en vain. Ce dernier restait impassible, les bras croisés mais ses yeux étincelaient de haine. Les minutes s’égrainèrent et Lawrence endurait toujours son calvaire mais progressivement ses hurlements se firent plus assourdis, plus ténus, plus faibles. Des larmes de sang roulaient sur le visage d’acier du sarcophage et une marre poisseuse s’était formée sur le sol.

On frappa à la porte, Caleb ne quitta pas des yeux le supplice qu’il infligeait à Lawrence et ordonna qu’on entre. Sur le pallier se tenaient trois hommes maigrichons et tremblants qui jetèrent un regard terrifiés en direction du sarcophage d’où les plaintes continuaient à retentir ainsi qu’à quelques coups d’ongles contre la paroi.


-Heu… M’sieur Greyson… Commença maladroitement l’un d’entre eux hésitant à s’avancer. On… On…

-Avez-vous ce que je vous ai demandé ? Lança d’une voix claire d’où charriait des glaçons.

-O… Oui, articula péniblement le brigand. Mais elle nous a filés entre les doigts au dessus de Southampton… Elle a transplané et…

-Donnez-les moi, le coupa brutalement Caleb en détachant enfin ses yeux du supplicier.


Le brigand ouvrit sa grosse paluche et laissa tomber un flacon où une somptueuse mèche blonde était enfermée. Il n’y avait là que quelques cheveux mais visiblement c’était exactement ce que Caleb attendait. Il se saisit du flacon et se tourna aussitôt vers la bibliothèque en passant son index sur le dos des grimoires. Il en choisit un petit à l’élégante couverture d’ébène. Il se dirigea vers le petit laboratoire et l’ouvrit à la tâche qui l’intéressait. Le jeune homme se saisit ensuite d’une coupelle et sélectionna trois fioles contenant des substances aux couleurs vives pour les mélanger. Le résulta était un petit bouillon fuchsia auquel il prit soin d’ajouter les mèches blondes appartenant à Margaret. Caleb y mêla de la corne de licorne réduite en poudre blanche très fine provoquant de petites étincelles. Il lut ensuite l’incantation figurant dans le grimoire en positionnant ses mains de chaque côté de la coupe en fermant les yeux pour se concentrer.

- Etire-les, fais les pousser
Tends-les comme une rivière prête à déborder
Pour qu’ils puissent ne jamais s’arrêter
Pour que le mal ne cesse de la hanter
Pour qu’elle pleure jusqu’à tomber épuisée
Pour qu’elle en vienne à vouloir se tuer



Il ouvrit brusquement les yeux dont les pupilles s’étaient mises à briller d’un éclat rouge sang pendant une seconde symbole de l’activation de la terrible malédiction. Légèrement crogit par l’effort qu’il venait de fournir, Caleb se tint un moment à son pupitre pour retrouver ses esprits. Derrière lui Lawrence poussa un dernier râle avant d’être enfin emporté par la Mort.

-J’ai horreur d’être désappointé, conclut-il.




Azkaban


Caleb n’était pas réputé pour sa très grande mansuétude envers ceux qui le trahissaient. Il faut dire qu’au gré des années ces derniers s’étaient raréfié tant les échos des sévices qu’il infligeait s’étaient répandus comme une traînée de poussière. Mais la famille O’Hara, qui s’était retrouvée incapable de venir en aide à leur unique fille, se dressèrent contre lui. Ils le dénoncèrent comme étant le responsable de la mort de leur fille. Selon eux, il l’avait envoûté et en voulait après leur fortune. D’innombrables histoires se mirent à circuler sur lui.

Les brigadiers de la police magique vinrent perquisitionner sa boutique sur le Chemin de Traverse et dégotèrent plusieurs articles en sa défaveur (des animaux de catégorie A ainsi que certains objets magiques issus de la contrebande). Il aurait très bien pu s’en tirer en graissant la patte des officiers mais c’était sans compter sur les O’Hara qui portèrent plainte pour le meurtre de leur fille. Une enquête fût ouverte, les preuves tendaient à confirmer la thèse d’une malédiction portée à l’encontre de la malheureuse morte étouffée par 7 kilomètres de cheveux que rien ne parvenait à couper.

Caleb fût envoyé à Arkaban dans l’attente de son procès. Il n’y resta pas très longtemps mais il devait en rester marquer à vie. Azkaban était un lieu effroyable où même la Chambre Noire faisait figure de nurserie pour licornes égarées. Les Détraqueurs eurent de terribles effets sur Caleb et il refusera d’abord ce sujet avec quiconque. Le jour du procès arriva et le sorcier chargé de sa défense s’embrouilla très vite parmi toutes ses notes volantes. Alors qu’on s’apprêtait à rendre un jugement défavorable et à le condamner à passer le restant de sa vie dans l’antre infernale une femme entra dans la salle.


-Qui êtes-vous ? S’énerva le président du Mangemagot. Comment osez-vous interrompre un procès ordonné par la communauté du Magenmagot !

-Je suis Kamëlya Adaëlys, répondit la jeune femme en s’avançant d’un pas affirmé au centre de la pièce où trônait Caleb attaché à son fauteuil le regard éteint. L’avocate du prévenu.

-L’avocate ? La railla l’un des membres perchés sur l’estrade. Ce criminel en a déjà un.

-Soyons sérieux une minute messieurs, rétorqua Kamëlya en déposant une mallette à ses pieds et en y sortant plusieurs parchemins qu’elle vit voler jusqu’aux divers membres à l’aide de sa baguette. Ce gamin ne doit pas avoir plus de dix-huit ans, autrement dit ce n’est qu’un débutant. Il doit être plus habitué à prendre les procès en notes qu’à en tenir un. Je suis l’avocate du prévenu et il est temps de rétablir la vérité entre ces murs. Chers membres du Magenmagot, je puis vous affirmer, preuve à l’appui, que Monsieur Greyson est en réalité la triste victime dans cette histoire.


Kamëlya argua pendant plus d’une heure pourquoi son client était en réalité victime d’un coup monté orchestrer par la famille O’Hara. Elle fît défiler plusieurs Elfes de Maison au service des  O’Hara et les contraignit à révéler ce qu’elle leur avait ordonné de dire. Tout était savamment élaboré. Kamëlya parlait avec hargne et fougue, son ton était mesuré mais percutant. Chaque parole, chaque geste étaient minutieusement pensée et avaient un effet à court terme. Les témoins humains défilèrent également tous sous le contrôle de Kamëlya, tous soumis à sa volonté.

La jeune femme démontra efficacement que les réels coupables n’étaient autres que les O’Hara eux-mêmes qui avaient eu vent des aventures inappropriées de leur fille avec un simple contrebandier qui travaillait en couverture comme vendeur pour le compte de Greyson. Elle révéla également que les parents choqués et ulcéré allaient non seulement voir leur réputation compromise par les mœurs légères de leur fille mais qu’en plus leur Sang si Pur s’était mélangé avec celui qu’ils jugeaient en privé devant leurs Elfes d’infâme et d’impur d’un Né Moldu. Ils décidèrent de lancer une terrible malédiction à l’encontre de leur fille pour la punir et exécutèrent son amant dont le corps n’avait été que partiellement retrouvé dans leur cave en sévère décomposition. Le tout était destiné à faire porter le chapeau à son fiancé désavoué.

Le doute s’immisça dans l’esprit des jurés et bientôt ce fût la certitude qui s’empara d’eux. Kamëlya avait raison. Caleb Greyson était forcément innocent. On ordonna sa libération et on le lava de tous soupçons. Qui est pris qui croyait prendre. Les O’Hara avaient beau clamer qu’il s’agissait d’un complot et qu’ils étaient innocents, leurs cris finirent par se perdre dans les méandres des cellules d’Azkaban.


-Tu es venue, fît Caleb d’une voix rauque alors qu’on le libérait de ses entraves en contemplant la jeune femme.

-Comme si j’allais te laisser dans cette situation sans rien faire, répondit Kamëlya agacée.

-Merci, souffla t-il.

-Nous sommes une famille non ? Lança Kamëlya silencieusement en rivant ses iris ambrés dans les prunelles acier du jeune homme. Au final, il ne reste que toi et moi.

-C’est vrai. Tu es devenue une brillante avocate.

-Une brillante avocate au chômage, ajouta t-elle. Tu me dois une coquette somme pour ce service.

-J’ai bien mieux à te proposer, répondit Caleb en souriant.



La Confrérie de l’Ombre 2.0



La Confrérie de l’Ombre connut alors une légère baisse d’activité. Caleb devait se oublier. Cela sembla fonctionner. On se lassa rapidement de lui et de ses activités, d’autant plus que Kamëlya qui venait de rejoindre les rangs de la Confrérie veillait à ce qu’on relâche la surveillance de ses confrères. Sa prestation au cours du procès de Caleb avait fait mouche, et elle avait été repérée par le directeur du Département de la Justice Magique en personne qui lui proposa un poste de brigadier. Infiltrer le Ministère avait été aisé. D’autant que Kamëlya parvenait à retourner si aisément les esprits faibles le tout avec la plus grande discrétion.

Très vite la Confrérie prit de l’ampleur. Elle dépassait maintenant le simple regroupement de truands et de petits contrebandiers. Elle englobait des agents issus de prestigieuses familles ainsi que des hauts gradés dans diverses administrations. La Confrérie de l’Ombre se diversifia et se bonifia. Le service d’espionnage connut un regain d’activité au moment où les Mangemorts s’évadèrent d’Azkaban. On pouvait trouver un membre aussi bien à Sainte Mangouste que chez l’Apothicaire. Le plus souvent ils s’occupaient de masquer les preuves les plus flagrantes de l’existence de la Confrérie. Ils prenaient également part aux échanges avec les Mangemorts reformés mais aussi avec ceux qui étaient entrés en résistance face aux forces du mal.

La Confrérie n’était plus bâtie sur un microcosme qu’abritait le Repaire. La Confrérie était partout. Y compris à Poudlard. Leurs actions étaient diverses et variées souvent inoffensives. Après tout, face à Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcé-Le-Nom ne valait-il pas mieux faire profil bas ? Un jour, ils prendront possession de tout ce qu’ils convoitent mais en attendant, les membres de la Confrérie exercent une sorte de tampon entre les divers clans. Moyennant Gallions, ils peuvent aussi bien vous abriter, vous cacher, vous fournir en baguettes ou nourriture mais également en informations cruciales sur l’emplacement de troupes de Rafleurs. Ils peuvent se montrer vos plus précieux alliés ou au contraire vos plus redoutables ennemis. Alors ? Oserez-vous faire appel à leur service ?

_________________
Caleb Greyson
« Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal »


Dernière édition par Caleb Greyson le Sam 28 Fév 2015 - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRIGAND
    BRIGAND
AVATAR : Jamie Dornan
MESSAGES : 95
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Sam 28 Fév 2015 - 16:30

♦ EXEMPLE DE RPG : Racontez, avec votre regard d'adulte, ce que vous avez fait le jour où vous avez eu vos ASPICs. (Déçu ? Soulagé ? Vos pensées, Vos réactions ... )


La vie au Repaire était souvent mouvementée, on n’hébergeait pas une trentaine de brigands sans que fatalement un problème ne surgisse. Ils commençaient à se marcher sur les pieds, signe qu’il était temps d’agrandir l’antre des voleurs pour faciliter la vie de groupe.


-Alfred, Lawrence ! Appela Caleb au moment du déjeuner. Venez avec moi, nous allons aménager un nouveau pan. J’espère que vous connaissez les maléfices pour agrandir les pièces.

-Heu… Je connais la formule mais je ne l’ai jamais essayé, confessa Alfred en s’avançant avec Lawrence.

-Moi je n’en ai aucune idée. J’ai arrêté Poudlard après avoir pitoyablement échoué à mes BUSE, révéla Lawrence la mine sombre.

-Pas besoin d’avoir un Aspic en Sortilèges pour réussir cet enchantement, leur dit Caleb en les entraînant à l’écart de la foule. Je l’ai moi-même loupé et je parviens très bien à l’exécuter.

-T’es allé jusqu’aux Aspic ? S’étonna Lawrence en retirant sa cape comme les autres et en retroussant ses manches. T’es maso ou quoi ?

-Probablement, acquiesça Caleb avec un demi-sourire en coin. A cette époque j’étais persuadé qu’on ne pouvait acquérir le savoir qu’à travers des institutions reconnues et imposantes. Poudlard ne pouvait m’offrir la connaissance en matière de magie noire ou d’alchimie. Il était évident alors que le Département des Mystères comblerait mes attentes. Mais pour cela, il me fallait un sans faute.


Caleb se souvint très bien du jour où il avait reçu les résultats de ses examens début juillet 1983. Il était avait à peine dix-huit ans et il venait de perdre ses parents. Kamëlya ne lui adressait plus la parole et n’allait pas tarder à le quitter définitivement. Ce matin là, il avait été réveillé par les coups de becs d’une chouette hulotte de Poudlard qui portait une enveloppe avec elle. Dedans le destin de Caleb. Lorsqu’il prit fébrilement l’enveloppe des pattes de la chouette, il était encore plein d’espoir. Dès cet après-midi il se rendrait au Ministère de la Magie et poserait sa candidature dans de nombreux services avoisinant celui du Département des Mystères. Bien sûr dans un premier temps on le refourguerait dans un coin préposé au café, mais il n’hésiterait pas à faire quelques incursions sporadiques dans les coins les plus sombres pour parfaire son éducation. Très vite il démontrerait ses aptitudes auprès de ses supérieurs et alors là on l’autoriserait sûrement à changer de service….

Oui, tout était prêt dans sa tête. Tout. Excepté l’erreur. Lorsqu’il ouvrit son enveloppe et comptabilisa 5 Optimal et 1 Effort Exceptionnel, Caleb failli exploser. D’ailleurs la feuille comportant ses résultats céda et très vite des dizaines de petits morceaux gisaient à terre. C’était absolument grotesque ! Insensé ! Impensable ! Ils s’étaient forcément trompés ! Caleb ne pouvait pas avoir échoué ! Il était naturellement doué et brillant !  Ils méritaient qu’il y retourne et qu’il y mette le feu. Avec le recul, Caleb trouvait son comportement disproportionné et typique de l’adolescent incompris.


-Il ne me manquait que cette saleté de matière. Je ne pouvais pas me présenter au ministère avec cet handicap. Oh bien sûr, on m’aurait certainement accepté dans un service de moindre importance et j’aurais très bien pu évoluer au fil des années. Mais c’était inimaginable pour moi de me retrouver assit derrière un bureau à recevoir les doléances au sujet de ses stupides moldus. Je voulais accéder à la connaissance de la magie noire immédiatement.

-C’est pour ça que tu as pris tous tes gallions et que tu es parti faire le tour du monde ? Demanda Lawrence  en suivant l’exemple de Caleb qui dessinait dans le mur de pierre face à lui une arcade.

-Oui. Mes parents avaient en leur temps exploré pas mal d’endroits pour en rapporter des souvenirs fantastiques. Je me souviens de l’entrepôt de mon père pour les ingrédients de ses baguettes. Et que dire de la galerie de ma mère sous laquelle nous nous trouvons. Ils avaient tellement d’objets extraordinaires. Pourquoi m’obstiner à rester dans ce pays sinistre à m’escrimer pour des décérébrés alors que je pouvais obtenir tout ce que je voulais par moi-même ? J’aime bien mieux prendre qu’attendre.

-Les Aspic ça ne sert à rien. J’ai un oncle qui est à Gringotts et il ne lui a fallu que des BUSE pour y entrer… Bon en même temps je crois qu’il nettoie les wagons seulement mais c’es quelque chose hein ? Demanda Alfred.

-On pourrait changer de sujet ? S’agaça Lawrence qui n’était pas spécialement à l’aise avec les études.

-Le jour où j’ai reçu mes Aspic j’ai fait mes valises et je suis parti à la suite de Kamëlya. Je n’en garde pas un excellent souvenir moi non plus, confia Caleb qui parlait rarement de la jeune femme.


Après avoir dessiné à la main levée une arcade et en plus petit une multitude de portes dans un couloir, Caleb appuya le bout de sa baguette contre le mur de pierre et se concentra avant de prononcer la formule. Sous le regard admiratif de Lawrence et d’Alfred, son dessisn prit forme. L’arcade devint une grande porte en forme d’arche et un couloir s’enfonça à l’intérieur pour révéler plusieurs dizaine de portes menant à de nouvelles salles. Le sort d’agrandissement de Caleb fonctionnait à merveille. Il se tourna vers eux et haussa les épaules, d’un air nonchalant :


-Pas besoin d’Aspic je vous dis.

_________________
Caleb Greyson
« Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRIGAND
    BRIGAND
AVATAR : Jamie Dornan
MESSAGES : 95
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Sam 28 Fév 2015 - 16:34

Je double poste pour signaler que j'ai terminé ma fiche !
Bon courage à vous et si vous avez des questions, des zones d'ombres ou autres, n'hésitez pas !

_________________
Caleb Greyson
« Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Dim 1 Mar 2015 - 20:01

Bonsoir Caleb!

Voilà une fiche très intéressante que j'ai le plaisir de valider dès à présent!
Petite question : que souhaite-tu que je t'attribue comme rang? Simplement "commerçant"? Ou "brigand" (étant donné que tu fais déjà partie du groupe commerçant) ?

En te souhaitant de passer de bons moments sur Rictusempra

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRIGAND
    BRIGAND
AVATAR : Jamie Dornan
MESSAGES : 95
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Dim 1 Mar 2015 - 21:31

Merci beaucoup à vous ! :)

Si possible le rang "brigand" comme ça j'aurais les deux ^^ merciiiiii

_________________
Caleb Greyson
« Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Dim 1 Mar 2015 - 21:38

Bienvenuuue ! Ton personnage est intéressant et original. J'ai hâte de le voir à l'oeuvre. :D
J'exige un lien entre ton perso et mon mangemort (pas le perso avec lequel je parle).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Dim 1 Mar 2015 - 21:59

Bienvenue Greyson !
J'ai adoré lire ta fichounette et tout comme Strauss, j'exige un lien avec mon second personnage. Ceci n'est pas négociable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 1:13

reBIENVENUE BEAU GOSSE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 8:33

Mon Dieu, ton personnage me fait peur! Cela dit tu as une belle écriture
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
BRIGAND
    BRIGAND
AVATAR : Jamie Dornan
MESSAGES : 95
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 9:49

Merci les filles

Cath => C'est obligé ! Finn doit me servir à boire ! Cambrioler les gens ça donne soif..

Cara => Je serais tentée de te dire "non" mais ce ne serait pas réaliste. Donc va pour le oui !

Desmond => Fouineuse va !

Hermione => BOUH ! Merci c'est gentil promis je ne tenterais rien contre toi... Sauf si tu me le demandes :D

_________________
Caleb Greyson
« Je vois le bien, je l'approuve et je fais le mal »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    7ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Tyler Blackburn
MESSAGES : 727

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNUE
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 11:31

Niahahah. <3

Joli avatar dis donc ! :3

_________________

It’s hard to forget, how much I cared, in time I close my eyes. It’s hard to forget all that we shared, in time I know we could try to learn to forgive... When it’s so hard to forget...
#CarlanderIsBackBitches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 11:46

Oulah, entrée magistrale du beau gosse =) J'ai survolé ta fiche aussi, personnage très bien construit bravo ! Hâte de te lire et, qui sait, de te croiser !!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 11:49

Encore un DC mystère. QUI ES TU ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 13:34

Très jolie fiche, bienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Lun 2 Mar 2015 - 13:56

Bienvenuuuue =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Caleb Greyson [Terminé] Aujourd'hui à 4:54

Revenir en haut Aller en bas

Caleb Greyson [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Caleb Greyson [Terminé]» [Terminé] Un bon petit film [Emma]» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]» Hermione Granger ( terminée)» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Présentations adultes :: Fiches validées-