AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Fin Mai 1997] C'est dans le besoin que nous reconnaissons nos amis. - PV Erin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE7ème année
    SERDAIGLE
    7ème année
AVATAR : Lindsay Morgan
MESSAGES : 235

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 08.02.1980 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Fin Mai 1997] C'est dans le besoin que nous reconnaissons nos amis. - PV Erin Lun 16 Fév 2015 - 18:47

Ce matin-là, Johanna s’était levé de bonne humeur, ce qui était assez rare depuis quelques jours. Il y avait maintenant une semaine qu’elle avait appris l’accident de son frère et elle n’avait toujours aucune nouvelle de son état malgré les nombreuses lettres qu’elle avait envoyé. Elle espérait que tout se passerait bien. Néanmoins, elle avait prévu de passer son après-midi avec Rose afin de profiter du temps libres qu’elles avaient en commun. La Serdaigle descendit donc déjeuner rapidement avant d’aller en cours de Potions et de Métamorphose. Les cours se passèrent assez vite et même la Potion eut un effet positif sur la bonne humeur de la bleue et bronze. Elle se rendit à la Grande Salle avec Wayoth et Hayden pour aller déjeuner. Le repas fut un moment convivial où tous les trois parlèrent énormément.

Vers quatorze heures, Johanna se rendit dans sa salle commune pour aller déposer ses affaires avant de rejoindre Rose. Neige, son chat Sacré de Birmanie, sur ses talons, ils descendirent quatre à quatre les escaliers et se rendirent à la volière. Lorsque la Serdaigle arriva au côté de Rose, sa bonne humeur s’évanouit d’un coup. Pourquoi Rose la regardait comme ça ? Avait-elle fait une erreur ou avait-elle oublié quelques choses ? Johanna s’approcha pour embrasser sa compagne lorsque celle-ci se recula. Elle regarda la Serdaigle dans les yeux avant d’enfin s’adresser à elle. « Johanna, c’est fini. Ça a été cours mais c’est terminé. Ton comportement vis-à-vis de Kévin a été inadmissible. Pourquoi l’as-tu agressé de la sorte ? Kévin est quelqu’un d’important pour moi. Et je ne te laisserais pas nous séparer. De toute manière, je vais quitter l’école. J’ai des soucis personnels qui ne me laissent pas le choix. Mais sache que toi et moi, c’est terminée. » annonça Rose sans permettre à la Serdaigle de se défendre, puisque la Gryffondor s’éloigna de la volière en courant. À aucun moment, elle n’avait pu s’expliquer sur la situation. Sur ce qui se passait dans sa famille et qui avait expliqué cette altercation avec le Serpentard. Johanna ne sut pas trop comment réagir et resta bêtement assise sur le bord de la volière à regarder les chouettes.

Alors que la Serdaigle repensait à ce que venait de lui annonçait Rose et ne fit pas attention à l’oiseau qui venait de se poser à côté d’elle. Un Grand-Duc noir charbon venait d’apparaître. Elle ne mit pas énormément de temps à savoir qui était ce bel oiseau. C’était celui de sa mère. Lui annonçait-elle enfin des nouvelles réjouissantes qui égayeraient la journée après sa rupture avec Rose ? Elle ouvrit la lettre et fondit en larme en voyant le contenu. Ça ne pouvait pas être vrai… Son frère n’avait pas pu la laisser comme ça… Johanna et Matthias était très proche, c’était une relation fusionnel qu’ils entretenaient au plus grand plaisir de leur parents. La Serdaigle attrapa la lettre relâcha l’oiseau et partit en direction de sa salle commune. Décidément, la journée tournait vraiment au cauchemar. Elle descendit les escaliers et se rendit dans la tour où se trouvait sa salle commune. Elle avait du mal à respirer, tellement les sanglots l’étouffaient. Tous les élèves qu’elle croisait se demander ce qu’elle avait à pleurer comme ça. En temps normal, elle les aurait envoyé promener, mais là, elle avait juste envie de s’isoler.

Arrivée devant l’aigle de bronze qui permettait l’entrée à leur salle commune, Johanna attendit l’énigme qui lui permettrait de rentrer. L’aigle lui formula alors « Je suis un oiseau aussi rouge que la braise et je m’embrase quand est venu le temps pour moi de partir. Sauras-tu trouver qui je suis ? ». La Serdaigle essaya de répondre, mais elle n’avait vraiment pas la tête à répondre à l’énigme. Comment allait-elle faire ? Elle regarda l’oiseau et tenta une réponse « l’aigle ? ». L’aigle ne bougea pas et répondit : « Attends le prochain élève pour qu’il puisse répondre à l’énigme.. ». Maudit Oiseau ! Elle n’avait aucune envie d’attendre un autre élève qui verrait dans l’état dans laquelle elle était. Elle s’assit donc sur les marches attendant qu’un de ses camarades viennent la sortir de là. Elle n’avait pas le choix de toute manière.

Elle relut la lettre de sa mère un nombre incalculable de fois. Elle n’arrivait pas à y croire. Ce n’était vraiment pas possible. Il n’avait pas pu les quitter comme cela, d’autant qu’il n’avait même pas dit au revoir à sa petite sœur. Johanna sanglota pendant de longues minutes devant l’aigle de bronze jusqu’à ce qu’une Serdaigle arrive. Une jolie brune que la bleue et bronze connaissait bien. C’était Erin Van Hall, la Préfète des Serdaigles. Allait-elle pouvoir l’aider ? Elle se leva, essuya ses larmes qui avait rougit son visage et s’approcha de la Préfète. « Erin, excuse-moi, mais pourrais-tu m’aider à déchiffrer l’énigme de l’aigle. Habituellement, j’y arrive mais là, je n’arrive pas à aligner deux mots dans ma tête correctement pour y répondre et j’ai vraiment besoin d’aller m’allonger dans mon dortoir. » Elle espérait vraiment que la Préfète pourrait l’aider. Elle n’avait aucune envie de passer sa soirée ici. Elle attendit la réponse d’Erin en serrant fort la lettre dans sa main. Neige vint se coller à sa maîtresse essayant comme il pouvait de consoler la jeune bleue et bronze.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière défense
    APPRENTI(E)
    Filière défense
AVATAR : Felicity Jones
MESSAGES : 1530

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: en couple avec Sean ♥
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 18 mars 1979 à Londres (UK)
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Fin Mai 1997] C'est dans le besoin que nous reconnaissons nos amis. - PV Erin Dim 27 Sep 2015 - 18:17

La fin du mois de mai approchait et avec elle, les examens. Pour beaucoup, juin était synonyme de stress, de révisions, qui étaient autant de signes avant-coureurs de la période difficile qui s'annonçait. Il n'était pas bien compliqué de voir que tout le monde était sur les nerfs. Les événements de cette année avaient réussi à ébranler les plus grandes certitudes. Erin étaient de ceux là. La préfète, en tous temps s'était efforcée de garder un certain prestige, une certaine stature. Elle s'interdisait de faiblir, il en allait de sa crédibilité. Qui était suffisamment fou, inconscient pour se fier à une figure d'autorité rongée par le doute et les angoisses ? Personne, et à dire vrai, elle non plus ne ferait pas confiance à un tel individu. La Serdaigle apparaissait toujours plus pâle à mesure qu'elle cumulait les nuits d'insomnie, d'immenses cernes lui bouffaient la moitié du visage. Elle avait besoin de sommeil, de vrai repos et non d'un sommeil artificiel créé par les potions qu'elle prenait. Elle savait que tout ce cinéma était temporaire, tout du moins, elle essayait de s'en persuader mais c'était difficile, elle n'était pas prête à lâcher ces substances pour tenter de se reposer naturellement. Elle savait que sitôt qu'elle fermera l'oeil, les cauchemars viendront l'assaillir. Rien de très réjouissant en somme. Alors, elle s'assurait de ne jamais tomber en rade de potions. Elle allait fréquemment à l'infirmerie pour se fournir. Lorsqu'elle n'en avait plus, elle sollicitait les compétences de Victor. Certes, elle se débrouillait très bien en potions et pouvait les réaliser elle-même, mais avec toutes ses responsabilités, ses activités extrascolaires et ses propres devoirs, elle n'avait plus beaucoup de temps pour elle. Puis même, elle était préfète, si elle se faisait choper à fabriquer des potions en douce, ça ferait désordre sur son dossier. C'est la principale raison pour laquelle elle avait eu recours à une tierce personne pour régler son problème. Son frère fabriquait la potion et Erin fermait les yeux sur ses bêtises. Elle lui faisait confiance car elle savait qu'il n'abusera pas de son passe-droit. Victor avait tout comme elle des principes et un grand sens de la moralité, bien qu'il était beaucoup plus fonceur et beaucoup moins prudent qu'elle. Puis, leur solidarité gémellaire dépassait parfois l'entendement. Ils formaient une équipe qui fonctionnait du tonnerre et elle pourrait le suivre les yeux fermés. Aussi n'hésitait-elle pas à solliciter quelques services de temps en temps. Son frère répondait présent quoiqu'il arrive. Certes, il n'approuvait pas son addiction aux potions de sommeil et il lui avait fait savoir, mais il ne savait que trop bien comment sa sœur était lorsqu'elle n'avait pas eu son quota de sommeil. Plutôt que tenter le diable il préférait donc s'exécuter. Tant mieux. Cela dit, elle ne le sollicitait pas non plus tout le temps, c'était seulement au cas où. La plupart du temps, elle allait quand même à l'infirmerie.

Erin revenait justement de l'infirmerie. Elle avait une fiole dans sa poche. Une goutte et cela était suffisant pour sombrer dans un profond sommeil, sans rêves. Si le dosage était trop élevé, elle risquait de finir comme Blanche Neige, à savoir, plonger dans un sommeil irréversible. C'était de la goutte du Mort Vivant, potion qui contient entre autres de l'asphodèle. Cette plante était vraiment fascinante. Elle était associée à l'au-delà et à l'enfer. Erin était convaincue que dans cette plante se cachait le secret de la longévité et de l'immortalité. Quant à l'armoise, autre ingrédient de la Goutte du Mort Vivant, elle représentait l'amertume. Pile son état d'esprit en ce moment précis. Il fallait dire qu'Erin ne respirait pas spécialement la joie de vivre. Bien au contraire, elle était plutôt morose, pas du genre marrante. Elle s'était complètement renfermée sur elle-même depuis décembre, se contentant de faire tout ce qu'elle avait à faire sans rechigner. Elle s'occupait de tout le monde, mais personne ne s'occupait d'elle. C'est comme ça, c'est son choix, en acceptant l'insigne elle avait accepté toutes les conséquences. Faire passer les autres avant en était une. Cela ne lui posait pas de problème en soi, mais des fois, elle aimerait bien que les autres disparaissent ou tout du moins, apprennent à lui lâcher les baskets. Tiens, qu'est-ce qu'on disait à l'instant ? Erin était fatiguée, elle avait besoin de repos et pourtant, elle allait avoir un nouveau problème à gérer. Une élève plus jeune semblait être en difficulté avec le sphinx. Sphinx qui proposait une énigme et qui s'attendait à ce que chacun en trouve la réponse peu importe son état d'esprit du moment. Il n'allait donc pas fléchir devant une jeune fille en pleurs, comme c'était le cas en ce moment. Johanna Keinwood – c'était son nom – était en train de sangloter bruyamment, son chat se frottant contre elle pour la réconforter. Erin arriva à la hauteur de sa camarade et s'arrêta devant le sphinx.

« Que se passe-t-il ici ? » demanda-t-elle, tant à l'adresse de Johanna que de la créature.

Johanna lui expliqua donc la situation. Elle n'était pas bien, elle ne parvenait pas à réfléchir correctement et elle voulait aller s'allonger dans son dortoir. C'était donc ça. Johanna n'avait pas su trouver la solution. En même temps, vu son état, ce n'était guère étonnant. La créature réitéra son énigme.Je suis un oiseau aussi rouge que la braise et je m'embrase lorsqu'est venu le temps pour moi de partir. La Serdaigle ne mit pas très longtemps avant de trouver la réponse.

« Un phénix. » répondit-elle à l'attention de la créature.

La créature s'inclina, laissant apparaître l'entrée de la salle commune. Après s'être assurée que Johanna la suivait bel et bien, la préfète franchit la porte. Les deux adolescentes rentrèrent dans la pièce. La porte se referma derrière elle, bloquant l'accès aux éventuels intrus. Puis, Erin se tourna vers sa camarade, la scruta rapidement. Elle n'était pas spécialement douée pour consoler les gens, en fait, elle était même plutôt nulle, mais quel genre de personne serait-elle si elle laissait tomber Johanna au moment où celle-ci avait le plus besoin de quelqu'un ? Elle serait un monstre d'égoïsme, c'était certain. En même temps, psy n'entrait pas das ses attributions de préfète mais Erin avait bien trop d'empathie pour la laisser en pleine détresse.

« Je ne suis pas sûre que t'isoler soit la meilleure solution. » dit Erin très sérieusement. « Je...Je sais de quoi je parle puisqu'après mon agression en décembre dernier, je me suis totalement renfermée sur moi-même, quitte à rejeter les personnes qui me sont proches et qui sont le plus à même de m'aider, et regarde où j'en suis aujourd'hui... »

Erin était loin d'être fringante, c'était certain. Peut-être que si elle ne s'était pas obstinée dans son silence, elle aurait remonté la pente à l'heure qu'il est. À verrouiller ses sentiments et à se taire, elle s'était laissée consumer à petit feu, cela lui avait vraiment fait du mal. Aussi espérait-elle que Johanna ne fasse pas la même erreur qu'elle. C'était un cercle vicieux dont personne ne sortait indemne.


_________________
 

Mais je me lâche la main, je m'éloigne de moi, je me retrouve au matin, sur la mauvaise voie, quand on se perd en chemin, comment venir à bout, de ces efforts inhumains, qui nous mènent à nous?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Fin Mai 1997] C'est dans le besoin que nous reconnaissons nos amis. - PV Erin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois, tant que la nuit n'est pas là.... oups, trop tard ! || Neil J. Smith» [RP]Refuge pour personnes dans le besoin» « Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit. »» "C'est dans le besoin qu'on reconnaît ses vrais amis" [Leïa -ft- Troian]» 06. you found me lying on the floor
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-