AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

{terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3070

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Ven 6 Fév 2015 - 22:42


RICTUSEMPRA
Ma Présentation



I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE

♦ NOM : Elwyn Haneul Miller

♦ ÂGE :16 ans (5e année)

♦ DATE DE NAISSANCE :01/01/1981

♦ ORIGINE : Nationalité britannique. Sang-Mêlé (adopté par des parents moldus)

♦ ANIMAL ÉVENTUEL : Chat noir aux yeux jaunes aussi stupide qu'une descente de lit se prénommant « Squeamish ». Elwyn pensait à tort que tous les sorciers avaient des chats noirs. À l'heure d'aujourd'hui, il a honte de l'ignorance dont il a fait preuve.


II. Texte personnel

" Sous mes pieds, sur ma tête et partout, le silence,
Le silence qui fait qu’on voudrait se sauver,
Le silence éternel et la montagne immense,
Car l’air est immobile et tout semble rêver...
"
Charles Baudelaire


Bienvenue, je vous attendais. Approchez-vous. Plus près ! Vous voulez en apprendre plus sur le jeune Elwyn Miller ou plutôt devrais-je dire Haneul Bae… ?  C’est pourtant une histoire banale, comme il en existe des millions de par le monde.
Comme il vous plaira, je serai donc votre guide pour ce voyage.  
Tout est là. Enfin tout, non pas tout. Uniquement ce que j’ai voulu vous montrer afin de reconstituer certains éléments importants de son histoire. Le reste (et le plus important) est profondément enfoui en lui et nul doute qu’il ne souhaite pas donner la clé de ce jardin secret à n’importe qui. Avant de commencer, j’aimerais simplement vous faire remarquer une chose : « Prenez garde ! La réalité n’est pas immuable, il existe autant de réalité que d’être humain sur cette planète. » Ceci étant dit, penchez-vous au-dessus de la pensine. Attention, cela secoue un peu la première fois !


Janvier 1985- Pas une seule étoile dans l’immense voile nocturne. Dans une petite gare silencieuse perdue au milieu de nulle part, un train venait de s’arrêter en soupirant et deux silhouettes sortaient de ses entrailles. L’une, minuscule, semblait se coller à la plus grande, certainement à cause du froid mordant. Le monstre de fer n’attendit pas, il redémarra aussitôt et très vite se transforma en une sphère lumineuse au loin. Les deux ombres s’immobilisèrent sous la douce lueur d’un réverbère, il n’y avait personne à part elles, mais qui voudrait descendre à une heure pareille dans une gare aussi solitaire. Le vent frais s’amusait à jouer avec la capuche de leur veste et murmurait une bien étrange mélodie à leurs oreilles. La plus grande des silhouettes, après avoir tendu ce qui semblait être une lampe de torche à sa consœur, se redressa et passa une main dans ses longs cheveux sombres. Le jeu d’ombres permettait de deviner les traits de leur visage, il y avait une femme typée asiatique d’une trentaine d’années, bien qu’elle semblait plus jeune que son âge véritable. À sa droite, un enfant. On jurerait voir une petite fille, mais une analyse plus poussée de sa tenue vestimentaire et de son visage nous démontre que c’est un garçon âgé tout au plus de cinq ans.

-Allez viens ! elle tendit la main au petit garçon, mais ce dernier semblait être plus intéressé par les vagues de lumière qui éclaboussaient le mur que par la voix de sa mère. Leur ombre en était déformée, monstrueuse. Haneul, dépêche-toi ! ordonna-t-elle d’une voix douce, mais ferme. Il releva la tête et trottina jusqu’à elle, sa petite main se faisant avaler par celle de sa mère. La femme rabattit la capuche noire de sa cape sur sa tête, elle regarda vivement à droite puis à gauche et sortit de la gare d’un pas pressé, comme si, elle avait peur de se faire rattraper. L’enfant brisa alors le silence d’un « Krain est pati!» qui resta sans réponse. Son ombre, fidèle compagne des ténèbres, courait derrière lui, jamais trop loin, ni trop près, sautillante sur le sentier caillouteux. Elle disparaissait dans les ombres et resurgissait dans la lumière comme si elle jouait à cache-cache avec la lune. Il releva les yeux vers sa mère, exécrant ce calme pesant.

-Maman, on va où ? demanda-t-il en éclairant les recoins du sentier avec sa lampe. Derrière les nuages, la dame blanche n’éclairait que capricieusement le chemin. La femme regarda devant elle, sans répondre, perdue dans ses pensées. Ses pas étaient décidés, elle savait où elle se rendait, pourtant, une tristesse indéfinissable se reflétait dans ses prunelles cendres.
- Ze veux lenk’er à maison !
- Ne crie pas ! On est bientôt arrivés.

C’était vrai. Devant eux se dressait un immense portail en fer. Si le petit garçon savait lire, il aurait pu comprendre où sa maman l’emmenait, mais il en était incapable et se contenta de fixer les lettres : ORPHELINAT ARIA DOWN traversé par une mauvaise intuition. La lune avait complètement disparu, complice et témoin silencieux de leur escapade nocturne.

-Éteins la lumière maintenant ! Il obéit sans broncher alors qu’elle sortait une baguette et tout en la tendant vers la serrure murmura Alohomora. Il existe des choses, des êtres, des lieux, des mondes que nous, pauvres et simples mortels sommes incapables de comprendre, nous les ressentons à peine, les effleurons du bout des doigts et oublions en vieillissant, car nous en sommes exclus. Pour seule consolation, nous pouvons entrapercevoir cette autre partie du monde dans les vieux contes et légendes oubliés tout en versant une larme sur notre jeunesse envolée. Il y eut un déclic et la porte en fer grinça quand elle la poussa. Le bâtiment semblait sinistre aux yeux de l’enfant avec ses briques rouge sang et son toit si haut que les cheminées semblaient percer le ciel pour avaler les étoiles. Sa mère serra plus fort la petite main de l’enfant dans sa paume alors que tous deux s’engageaient sur l’allée. Même l’aire de jeu, avec ses toboggans et ses balançoires, avait des allures de monstres prêts à se jeter sur le petit garçon. Il y avait un ballon oublié là à côté du bac à sable, et des traces de vie encore chaudes. Le lieu n’était pas désert, simplement endormi. À certaines fenêtres brillait une lueur d’un jaune pamplemousse blafard, mais ça ne suffisait pas à rendre le bâtiment accueillant. Elle se stoppa sur le perron et s’accroupit pour arriver à hauteur des yeux de l’enfant comme si, par ce simple geste, elle souhaitait qu’il lise en elle et comprenne. Les mots sont parfois si misérables et faibles pour exprimer ce que le cœur souhaiterait dire, mais comment l’exprimer ? Quelle phrase formuler lorsqu’on compte annoncer à un enfant qui ne vit que dans les yeux de sa mère que sa plus grande peur est sur le point de se réaliser, que le cauchemar de ses nuits est réalité ?

- Haneul, écoute-moi. Elle retira sa capuche dévoilant les deux yeux brillants du petit garçon. Maman veut te protéger, elle veut ton bonheur plus que tout au monde. Elle déglutit avec difficulté devant la pureté de cette âme de cristal non souillée. Il ne comprenait pas.
-Moi aussi ze veux que maman soit heu’eux. Il sourit, mais elle ne put le lui rendre, pas même un sourire hypocrite pour le rassurer, elle qui se l’était pourtant jurée.

Elle pressa le petit corps chaud contre sa poitrine. Haneul parce que c’est ainsi que se prénommait l’enfant, trouvait que sa maman sentait drôlement bon, il aimait beaucoup l’odeur de ses cheveux, la tendresse dans le chant de sa voix et la douceur de sa peau. Haneul, comme tous les enfants de son âge, aimait sa maman plus que tout au monde. Elle était son univers, son oxygène, sa vie et son souhait le plus cher était certainement de se marier avec elle ou tout du moins, de rester avec elle pour l’éternité.

-Je n’ai pas le choix, il y avait des sanglots dans sa voix. Excuses, des excuses, encore des excuses... Ce que les parents savent faire de mieux. Une autre maman prendra soin de toi, te chérira, tu devras être gentil avec elle.

-MAIS ze veux pas, c’est toi ma maman ! commença à geindre l’enfant qui n’aimait pas du tout la tournure que prenait la situation.

Elle embrassa Haneul sur le front : - Je t’aime. Sois heureux. Une larme roula sur sa joue qu’elle s’empressa d’essuyer.

Il tendit les mains vers elle, mais sa paume se resserra sur le vide. L’astre solitaire avait surgi de derrière un nuage comme curieux d’épier ce qui se passait devant les portes de cet orphelinat. Ce fut la dernière image qu’il eut avant le néant.

- Oubliette. En cet instant ce sort faisait partie des plus difficiles à prononcer. Plus affreux que la mort, savoir que la personne que l’on aime oubliera notre existence n’est-ce pas pire que toutes formes de souffrance, de châtiment ? Pourquoi ce sort n’est-il pas l’un des trois sorts impardonnables ? Le monde tourne parfois de façon bien étrange.

Un jet de lumière surgit de sa baguette et frappa le petit garçon qui trébucha, inconscient. Utilisant le même sort que celui qui avait déverrouillé le portail, elle dompta le verrou de l’immense porte d’entrée en chêne. Prenant son enfant dans ses bras, elle le déposa sur un des fauteuils à l’entrée avant qu’il ne reprenne ses esprits. Elle remit une mèche rebelle sur le front du garçon en place avant de s’évaporer dans l’ombre, et de sa vie. Quand il rouvrit les yeux, elle avait disparu. Seul et perdu dans ce lieu inconnu, l’enfant se mit à pleurer et alerta toutes les âmes vivantes du bâtiment. Les lumières se rallumèrent sans exception, il y eut des bruits, des pas dans les escaliers, des voix. Haneul ne savait pas pourquoi il pleurait, mais il avait le sentiment d’avoir perdu quelque chose de très précieux, d’inestimable ; sans trop savoir pourtant quel nom donner à cette chose. Un petit bracelet en or gravé de ces inscriptions : « 하늘 01.01.81  » dernier vestige de l’amour de sa mère, scintillait enlacé à son maigre poignet.


En effet, c’est un souvenir très précieux bien qu’il ne puisse s’en rappeler. Quelque part au fin fond des ténèbres de ses rêves, aux frontières de sa conscience, une trace de ce souvenir arrachée à sa mémoire vit toujours. Surprenant ? Êtes-vous sûr de trouver cela surprenant ? Moi, pas. On ne peut complètement rayer les souvenirs, simplement les camoufler sous un lourd tas de cendres  en vieillissant ou derrière un drap blanc par la force d’un sortilège. J’aurais pu intervenir, cependant, ce n’est pas mon rôle, je ne suis  pas acteur, mais simple spectateur et parfois guide. Un autre souvenir ? Celui-ci est bien plus récent, si ma mémoire ne me joue pas des tours, il date de l’année dernière. Il devait avoir 15 ans.

¤¤¤

Janvier 1996 - La salle commune était paisible. Assis seul à une table, un jeune homme était concentré sur son devoir. Un gros chat noir ronronnait sur ses cuisses et le gênait dans ses mouvements. C’était toujours ainsi, quand Elwyn souhaitait être en paix et qu’il se penchait au-dessus d’un bureau pour faire ses devoirs, le matou réclamait des câlins. À l’inverse, lorsqu’ Elwyn souhaitait câliner son chat, ce dernier s’évaporait comme par miracle. À se demander s’il le faisait exprès, s’il était trop bête, ou au contraire, très intelligent. Le jeune homme avait passé sa journée à l’intérieur sans mettre une seule fois le nez dehors, dessinant des croquis dans son carnet ou achevant ses devoirs. À l’extérieur, il faisait un temps affreux. La pluie frappait les vitres avec hargne comme si elle souhaitait pénétrer dans le bâtiment pour se mettre au chaud. Il s’en rendait à peine compte, quand il dessinait, il était comme emprisonné dans une bulle de coton, les sons étaient comme étouffés, le temps n’avait plus d’emprise sur lui. Il était déconnecté de toute réalité.  Il avait passé ainsi 4 heures de son dimanche après-midi, les fesses collées à sa chaise dans la salle commune.

Le jeune homme soupira tout en se renversant en arrière. Sa chaise, maintenant en équilibre sur deux pieds, menaçait dangereusement de le faire basculer, pourtant, il se frotta les yeux avec ses mains gelées sans même s’en préoccuper. Ses yeux étaient irrités par la concentration intensive qu’il leur avait infligée. Il resta ainsi pendant de longues secondes, rechargeant ses batteries vides, immobile comme une statue de sel. Finalement, la chaise retomba sur ses quatre pieds dans un bruit sec, il plongea sa main dans un paquet et en sortit un fondant du chaudron qu’il lança dans sa bouche en reprenant son exercice là où il l’avait abandonné. Le petit garçon devant l’orphelinat avait bien changé et s’était transformé en un jeune homme dans la fleur de l’âge : 1 m 77 pour 69 kg, de très bons résultats scolaires, un comportement exemplaire.

- Elwyn ! S'écria la demoiselle qui venait d'entrer dans la salle commune brisant ainsi le silence ambiant.
Concentré comme il l’était, il releva à peine la tête : « hum ». Le matou noir écarquilla de grands yeux jaunes, sauta à terre et s’enfuit en rampant jusque sous le canapé à l’image d’un gros rat. Une véritable mauviette impossible à approcher, fuyant les inconnus, mais aussi, son propre maître. Après cinq ans de vie commune, le froussard avait fini par s’habituer à Elwyn et n’avait pratiquement plus peur de lui. « Squeamish », un nom qui lui seyait à merveille, bien mieux que son prénom d’origine : « Gatsby ».

Elle s'étala sur la chaise à côté de la sienne, lui donnant par inadvertance un coup de coude qui le fit déraper sur le parchemin.

- Je la supporte plus, elle se pavane dans le château !

Il soupira et posa sa plume en fixant son parchemin ruiné. « Elle », Elwyn savait parfaitement de qui elle voulait parler : une ex « amie » de la demoiselle surnommée la "vipère". L’amitié entre les deux demoiselles avait pris fin après un travail en binôme qui avait mal tourné pendant un cours de potion. Elwyn s’en souvient encore très bien, son amie, avec sa finesse et délicatesse légendaire, avait vidé le bocal d’œil de poissons dans la marmite, alors que la recette spécifiait bien quatre yeux. Il n’y avait pas fallu plus de cinq secondes pour qu’un gargouillis étrange émane du chaudron et que la mixture explose à la figure des deux demoiselles faisant chuter leurs sourcils ainsi que leur moyenne en potion. Elwyn releva les yeux vers le visage de son amie et lorgna ses sourcils en se retenant de rire. Ces derniers avaient tout juste commencé à repousser. Depuis, le ton était monté entre les deux jeunes filles et la guerre avait été déclarée.

-Tu ne peux pas simplement l'ignorer ?

Elle le dévisagea sans comprendre ce qu’il entendait par « ignorer », ce terme était incompatible avec sa personnalité impulsive. Tout l’opposé du jeune homme. Face à son visage embourbé par la colère, il lui demanda calmement : - Elle t'a dit quoi cette fois ? !

La demoiselle n'attendait que ça pour démarrer dans une vocifération de gestes et de cris manquant de renverser l'encre sur le parchemin déjà raturé. Il écoutait en hochant la tête.
- Si seulement elle avait dit des choses que sur moi, mais non ! Elle s'en est aussi prise à toi et à notre maison !
- Tu la connais non depuis le temps ? L’ignorance est le pire des mépris.
-  Tout le monde n'est pas comme toi ! marmonna-t-elle. Tu sais ce qu'elle m'a dit ? Il plongea dans les prunelles de la demoiselle, faisant un pari silencieux avec lui-même « aussi bête qu’un troll des montagnes ? Aussi moche qu’un mandragore ? », le choix était vaste. Il est bon de préciser que cette « vipère » n’avait jamais vraiment aimé Elwyn, mais qu’après cet incident, sa rage s’en était trouvée décuplée quand bien même, il n’était responsable en rien dans cette histoire. Coupable d’être innocent ou peut-être, d’avoir simplement ricané.

- Non ? Finit-il simplement par répondre en éloignant l'encre avant qu'une catastrophe ne survienne.

-Que si Rogue se faisait deux couettes, je serais sa sœur jumelle !

Enfin une émotion prit vie sur le visage du jeune homme, dans une tentative désespérée, il tenta de cacher son fou rire naissant.

- Tu trouves ça drôle en plus !?

Il baissa la tête dans un ultime espoir de ne pas envenimer son cas, mais trop tard, piquée dans son orgueil, elle attaqua avec hargne.

- Elle a ajouté… Tu passeras le bonjour au Kappa asexué qui te sert d'ami !
Le jeune homme explosa de rire enfouissant son visage dans ses bras. On ne voyait plus que ses épaules secouaient de spasmes.
- Mais nom de Merlin ! C'est parce que tu prends tout avec détachement qu'elle continue de t'insulter ! Elle serra les poings en dévisageant son ami.

Il se redressa toujours souriant : - M'insulter ? Je doute fortement qu'elle sache ce qu'est un Kappa. Ou alors, elle venait d'ouvrir un livre pour la première fois de sa vie, un livre d'images destiné aux 2-3 ans et elle y a découvert cette créature dévoreuse d’humain égaré. Elle a ressorti ça toute fière. Au fond, il se doutait de la raison l’ayant fait choisir un Kappa, créature d’Asie, plutôt qu’un erkling ou autres. Il est asiatique et dans l’esprit étriqué de la vipère, ce genre de schéma simpliste avait dû voir le jour : Kappa =  Asie = Asiatiques = Yeux bridés = Elwyn et qu’importe qu’il soit de nationalité britannique et qu’il ne soit jamais sorti du Royaume-Uni. Il fronça les sourcils agacés : Puis pourquoi « asexué » ? Ça n’a aucun sens, comme son existence ! Il détourna les yeux et fixa inexpressif la pluie qui tambourinait à la fenêtre. Il aimait bien le genre d’atmosphère qui naissait quand il pleuvait. Tout le monde se mettait à l’abri pendant que cette bienfaitrice lavait le sol des péchés, des mensonges, des disputes, des pleurs. Il adorait sentir l’odeur de terre humide qui remontait des entrailles de la terre, comme si, cette dernière haletait.

-Tu n'as pas tort, j'aurais dû lui répliquer ça. Elle a l'intelligence d'un fond de chaudron rouillé.

Brisant le contact visuel avec la fenêtre, il se gratta l'intérieur de l'oreille : - Voilà, tu sauras quoi dire la prochaine fois. Il enregistra l’information : faire un dessin d’une âme égarée sous une pluie battante ; dans un coin de son cerveau.

-Prochaine fois ?! J’y vais de ce pas ! Elle bondit sur ses jambes, mais il agrippa le bas de son pull et la força à se rasseoir ce qui fit râler la demoiselle.

-Laisse tomber, tu ne la trouveras pas. Puis tu vas encore te choper une retenue ou comme la dernière fois, te prendre un sort d’acné purulent en pleine face !

La jeune fille avait les lèvres étroitement closes, mais il ne cilla pas pour autant. Soit elle allait s’énerver après lui parce qu’il la sous-estimait, soit elle allait …
- Tu veux que je reste avec toi en fait ? dit-elle un sourire aux lèvres.

Soit elle allait tourner la situation de la façon qui l’arrange…  Silencieusement, il hocha la tête à plusieurs reprises en pinçant les lèvres. Il évitera à son amie d’avoir des ennuis quand bien même cela signifie supporter ce moulin à paroles ambulant pendant plusieurs heures.

- On fait quoi alors ?

Elwyn trempa le bout de sa plume délicatement dans l'encre et tenta, tant que faire ce peu, de rattraper le dérapage à cause de la tornade sur jambes assise à sa gauche.

-Je sais pas… Avance tes devoirs !

- Ô pitié papa ! Elle se pencha à quelques centimètres de lui : - Tu m’aideras pour le devoir en DCLFDM ?

- Si t’es sage ! Mais tu sais ce n’est pas ma matière de prédilection.

-Oui tu préfères la métamorphose, je sais, mais vu tes notes … elle laissa sa phrase en suspend. Sans demander la permission, elle piocha plusieurs fondants du chaudron et les avala avec hargne : -  Franchement, je ne sais pas comment j’ai fait pour la supporter pendant autant d’années !

Elwyn allait lui répondre que c'était probablement à cause de sa gentillesse et naïveté, mais un camarade aux couleurs de la maison passa devant la table et les salua :  -El’, tu viens voir l’entraînement de quidditch ?
- Par ce temps ?!  Le camarade hocha la tête. Tu sais bien que je n’ai jamais eu une grande passion pour ce sport.

Probablement que son animosité à l’égard du quidditch était liée à son premier cours de balais qui ne lui avait pas fait forte impression. À peine élevé à quelques mètres du sol, il s’était mis à crier qu’il voulait redescendre en se cramponnant au manche car, il avait le vertige. Il avait sauté à terre provoquant des éclats de rire parmi ses camarades de classe.

Le garçon haussa les épaules, « Comme tu voudras », dévisagea la demoiselle qui l’ignora avec cette majesté toute féminine et il quitta la salle commune. Dès qu’il disparut de leur vue, elle ouvrit de nouveau la bouche, si les élèves recevaient des points par mots prononcés dans la journée, elle serait sûre d’être bien classée et certainement qu’Elwyn serait bon dernier.

-C’est vrai ça, quand on y pense t’as toujours été doué pour les cours moisis, plus puissant qu’un somnifère… Genre histoire de la magie, mais les cours de vol… un véritable balai.

Un sourire éclatant apparut sur ses lèvres : - Ouais, je te le fais pas dire, et c’est viscéral, je déteste ça.

- J’adore le quidditch puis les joueurs sont souvent trop beaux. J’aimerais tellement tomber amoureuse.
Des vifs d’or illuminèrent ses prunelles, ce qui fit rire Elwyn.
- Qu’est-ce qu’on sait de l’amour à notre âge ?
- T’as jamais été amoureux ?
Il haussa les épaules et détourna le regard : - Hof, j’ai le temps ! L’amour faisant partie de son top trois des thèmes à éviter, il changea de sujet pour revenir sur celui du quidditch.
-Tu sais, je n’ai jamais pu faire confiance à un balai. Chez les moldus, je m’en servais pour balayer ma chambre… Alors, me retrouver à 500 mètres au-dessus du sol sur un ustensile de nettoyage qui fait la terreur de la poussière, moyen. Il passa une main dans ses cheveux, plaquant sa frange à l’arrière.  Mais écoute bien, un jour le balai le plus puissant au monde se prénommera  Dyson 2000.  Elwyn sortit une feuille et tout en décrivant l’objet, il le dessina en cinq coups de crayon avec frénésie. Quand il était comme ça, il était presque effrayant tant il débordait d'ardeur. Il aura un long tuyau avec un bout rectangulaire et des roues de chaque côté. Peut-être qu’en rajoutant … Non t’as raison, ça le fait pas, il parlait seul, la demoiselle le regardait amusée sans ouvrir la bouche. Ou alors, si on met un aileron ...

La jeune fille arqua un sourcil sceptique  – Tu sais que t’es bizarre quand tu t’y mets.

Un immense sourire se dessina sur les lèvres du brun : - Tu verras, je ne fais pas de divination, mais je suis sûr de viser juste. Il tapota son dessin avec le bout de son crayon, puis il se repositionna sur sa chaise de sorte à faire face à son parchemin.
Elle se pencha au-dessus de son épaule : -c'est pour quand ?
- Demain.
-QUOI ?
- Relax je plaisante, puis c’est mon option d’arithmancie, tu ne fais pas cette option que je sache. Arithmancie et soins aux créatures magiques étaient ses deux options, pour la seconde, il avait longuement hésité avec l’étude des runes.
-Oula non quelle horreur ! s’écria-t-elle en mimant quelqu’un ayant avalé un bonbon Bertie crochue au cérumen. Il s’affala sur le dossier de sa chaise qui grinça de mécontentement : Je suis épuisé.
- T'avais qu'à passer la journée avec nous, au lieu de bûcher ou t’isoler je ne sais où à dessiner je-ne-sais-quoi ! Petite reproche gratuite, aiguisée comme une flèche, mais qui n’atteignit pas sa cible. De toute façon, elle n’y croyait pas elle-même, c’était juste histoire de râler gratuitement. Elle connaissait Elwyn depuis le temps, il était difficilement irritable et pas colérique pour un sou. Quand il est occupé ou concentré ou simplement qu’il ne souhaite pas parler, le jeune homme pouvait rester aussi silencieux qu’une tombe pendant plusieurs heures. Parfois, elle a le sentiment d’avoir affaire à quelqu’un présent physiquement, mais dont l’esprit erre dans un autre monde inaccessible et lointain. Au premier abord, elle le trouvait froid, hautain, voire même effrayant, mais ayant appris à le connaître, elle s’était rendu compte que cette image était erronée. Elwyn entravait ses émotions sous les lourdes chaînes de sa raison, il pense avec sa tête (ça arrive même chez les hommes) et tente d’éviter de penser avec son cœur (ou autres), organe trop peu fiable et à tendance instable. Une montagne sereine cachant en son sein, un volcan somnolant.

Sans répliquer quoique ce soit, il replongea son nez dans son parchemin.
-Elwyn ? Questionna-t-elle.

Pas de réponse, déjà, il faisait abstraction de sa présence.  El ‘!? Tu recommences à faire le vieux sorcier sénile et sourd de 150 ans… Elle fixa le jeune homme concentré sur son parchemin, portant son index à ses lèvres qu’il mordillait. Un tic qu’il avait lorsqu’il réfléchissait très sérieusement et qu’elle avait perdu, pour ainsi dire, le contact avec lui. Il avait tellement changé au cours de ces cinq années. Les premières années à Poudlard lui ont valus le surnom « gnome »  parce que plus jeune, il avait vraiment l'air d'une patate avec des jambes. Il avait un visage rond avec des joues dodues. En grandissant, son visage s'est allongé, son poids s’est réparti équitablement réduisant l'effet bouboule. Ses deux prunelles fuligineuses en amande peuvent être froides comme l’acier autant que chaleureuses à l’image d’un feu de cheminée. Généralement, ce que les gens aiment le plus chez lui, c’est sa voix grave qui s’éraille lorsqu’il rit et son sourire que beaucoup de ses amis jugent « charmant et communicatif ».

-Elwynounet ? La terre tente de contacter la lune, vous me recevez ? Il détestait ce surnom. Pas plus de réaction.

Vexée, elle fouilla dans son sac et en sortit un journal qu’elle étala sur la moitié de la table et sur le livre de chiffres inintelligibles d’arithmancie. Elle pouffa à plusieurs reprises volontairement fort brisant le fil mince de sa concentration. Il posa ses prunelles ébène sur elle, les fit glisser le long de sa nuque, la courbe de son nez, sur ses lèvres. Il savait qu’elle faisait ça dans le dessein de lui faire dire : « Qu’est-ce qu’il y a de si drôle ? », mais Elwyn n’était pas d’humeur à se forcer à discuter. La demoiselle faisait partie de ses quatre meilleurs amis et elle était la seule à se trouver dans la même maison, les trois autres étaient répartis dans les autres maisons. À eux cinq, ils formaient un bien étrange groupe de jeunes gens foncièrement différent, mais soudé harmonieusement. Comme si leurs différences étaient au fond la glu les collant, la corde les reliant étroitement. Elwyn les aimait, il tenait à eux sans même se poser la question de leur nécessité, à l’image d’un organe vital. Une amitié pure, mais qui ne pourrait pas durer éternellement, le temps comptait, il vieillissait, l’amour ce monstre infâme les rongeait de l’intérieur, un jour ou l’autre, il finirait par les séparer et, si ce n’est l’amour alors la vie et leur carrière s’en chargeraient, mais pour l’instant, tout allait bien alors, pourquoi s’en faire. Il focalisa son attention sur son parchemin, il n’aimait pas ces mots « oublier, abandon, amour ».

Soudain, elle éclata de rire et lui donna une tape dans le dos, le « 2 » de sa phrase partit en tonneau avant de se terminer par une étrange ondulation qui perça le parchemin. Il se redressa en plantant ses prunelles en elle.
-Écoute ça ! T'es bien né le 1er janvier ? Il hocha la tête abandonnant l’idée de finir son devoir au grand bonheur de la jeune fille. Elle se plia de rire sur le journal, son nez frôla le papier.
Il humidifia ses lèvres, un sourire figé sur celles-ci : - Oui et ?
- Et cette tournure de phrase est trop parfaite, elle récita alors : « Frustrés de naissance, à l’image des bourgeons ou des graines gelées dans la terre froide d’hiver, les sorciers nés à cette période de l’année possèdent une patience inébranlable, une ambition et endurance à toute épreuve, mais ils resteront des éternels jaloux et frustrés. Ce sont des gagnants, capables de se battre jusqu’à épuisement pour atteindre le but qu’ils se sont fixé si la dépression n’a pas eu raison d’eux avant le retour du printemps. »

Tout en se frottant l’œil gauche, il questionna : -  Tu crois en ces conneries ?

Elle détourna le regard, gênée et reprit sa lecture :
-Ce qu‘ils perdent en chaleur humaine, ils le gagnent en intelligence.  Les sorciers nés à cette période ont peu d’amis proches puisqu’ils préfèrent la solitude aux soirées mondaines. Toutefois, ambitieux de nature, ils sauront s’entourer d’un grand nombre de connaissances, un carnet d’adresses c’est toujours utile. Blablabla.... Cependant, ne vous méprenez pas, ils n’ouvriront leur cœur qu’à quelques élus. Leur confiance se mérite, une fois donnée, ne la trahissez pas, ils en seraient profondément choqués et blessés. Une fois leur confiance gagnée, vous découvrirez un ami fidèle, entier, dévoué, attentionné, loyal et bourré d’un humour narquois et d’un répondant incisif qui sert à son esprit critique… Il fixa le visage souriant de son amie, silencieux, digérant lentement les propos. Est-ce que ces élucubrations possédaient un fond de vérité ? Était-il comme décrit dans ce torchon imprimé ? Conseil : elle brandit son index sous son nez : C’est vrai, si vous ne donnez votre confiance à personne, vous ne serez jamais trahi, mais vous vous blesserez vous-même. Assouplissez-vous un peu et apprenez à vous ouvrir aux autres. En amour, ouvrez simplement les yeux et la plus belle sorcière de tous les temps est probablement déjà sous votre nez !

Elwyn se redressa d’un bond : - Hein ! Il y a vraiment écrit ça !
Elle roula en boule le journal et le plaqua contre sa poitrine : - Bien évidemment ! Piaillât-elle en rougissant.
-Tu mens ! Fais voir… la dernière partie j’chuis sûr qu’tu l’as inventée ! Fais voir ! Il tendit les bras pour agripper le journal, mais elle le plaqua de plus belle. À moins de la peloter pas moyen d’avoir le précieux papier.
- Même pas M. le sentimental !
-J’chuis pas sentimental !
- Tu l’es... Romantique et tout ! Ahaha qui l’eût cru !  ELWYN EST UN SENTIMENTALllleee ! Les élèves encore debout redressèrent la tête et les dévisagèrent réprobateurs.
-mais chut ou je te jette le sort de bloclang afin de faire taire, je cite «  la plus belle sorcière de tous les temps ».

Elle lui tira la langue et tenta de passer son bras derrière la nuque du jeune homme. Ce dernier pivota afin de l’éviter de justesse. Il n’était pas non plus friand des contacts physiques et autres signes d’affection :
- Viens faire un câlin ! Je sais tout désormais, tu es juste un peu naze !
- Affabule pas !
Elle reprit sa lecture enjouée : - Orgueilleux, secrets, susceptibles et taciturnes, à trop vouloir tout contrôler, ils en perdent la spontanéité et …
Las, ses épaules s’affaissèrent et il soupira en empoignant ses carnets de croquis et son devoir foutu d’arithmancie.
-Je vais me coucher !

-Hein déjà… Il se dirigea vers le dortoir des hommes. Mais on commençait à peine à s’amuser ! Elwyn reviens ! T’entends ! Oh !
Le jeune homme ne pouvait s’empêcher de penser au bourgeon endormi dans le froid de l’hiver, beaucoup meurent sans jamais donner naissance à une magnifique fleur… Est-ce qu’il existe des fleurs qui n’éclosent jamais ? Des arbres fruitiers qui ne donnent pas de fruits ? C’est triste, non ? Est-ce que je suis l’un de ces rebuts ?
- ELWYYYyyn !! Il la salua de la main droite sans pour autant se retourner :
-Bonne nuit !


Vous jugez que ce souvenir n’est pas très … Comment dites-vous… Ah oui  « éloquent ». Êtes-vous sûr de ça ?  Moi, au contraire, je trouve que ce souvenir d’apparence banale, recèle des trésors sur qui est ce jeune homme. Il suffit d’analyser sa façon de se tenir, de répondre, le timbre de sa voix, la chaleur dans ses yeux pour capter l’insondable, pour entendre le silence du cœur. C’est d’ailleurs l’un des souvenirs les plus forts pour ce qui est d’en apprendre plus sur lui. Notre voyage va bientôt toucher à sa fin, mais avant, il me reste un dernier souvenir à partager. Celui-ci permettra de comprendre succinctement son histoire, son passé et son parcours.


¤¤¤



Dernière édition par Elwyn H. Miller le Dim 15 Fév 2015 - 17:15, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3070

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Ven 6 Fév 2015 - 22:42


Janvier 1997 – Par-delà les montagnes, les forêts, au-delà des étendues verdoyantes, des lacs, des troupeaux, le Poudlard express fendait l’air, faisant défiler le paysage comme un kaléidoscope. Elwyn somnolait confortablement installé dans son siège, sa tête dodelinant au rythme de la course effrénée du géant de fer. Les transports ont un effet soporifique sur lui, en plus de le rendre malade, inutile de préciser qu’il déteste voyager en portoloin et que, sa première expérience s’était soldée par l’expulsion de son petit-déjeuner sur les chaussures de son meilleur ami. Il retournait à Poudlard après les Vacances de noël, ses amis quant à eux, étaient restés au château. Squeamish, dans sa caisse de transport, fixait apeuré les deux étrangers qui discutaient dans le compartiment. Les deux étudiants jetaient, de temps à autre, un regard curieux au 5e année endormi près de la fenêtre. Il était épuisé parce qu’il s’était réveillé ce matin en sursaut dans son lit, la gorge sèche avec l’étrange sentiment d’avoir comme était profané, comme si des centaines de milliers de petites fourmis le dévoraient de l’intérieur. Son réveil affichait 05 h 32, mais il n’était pas arrivé à retrouver le sommeil et s’était levé, habillé en vitesse et il était sorti dans le jardin. Il faisait froid, l’herbe et la terre étaient recouvertes d’une fine pellicule de givre, c’était éblouissant comme s’il y avait eu une pluie de cristaux. Il avait serré plus fort son carnet de croquis contre lui, le bout de son nez et de ses doigts gelés, malgré ses gants et son écharpe. Il cherchait une fleur à dessiner, mais tout ce qu’il put trouver, ce fut un pissenlit rabougri.  Il s’était accroupi devant la demoiselle à la robe jaune fanée, son souffle brûlant s’évaporant dans l’air. Même la mare de boue derrière le gros chêne était aussi dure que du béton. Le jeune homme s’était dit que s’il devait être comparé à une fleur, ce serait sûrement ce misérable pissenlit. Parfois, il avait le désagréable sentiment que sa vie était un puzzle dont il ne possédait pas toutes les pièces. Il était retourné bredouille se mettre au chaud et s’était préparé pour aller à la gare, non sans joie, depuis qu’il avait intégré Poudlard, il se sentait comme un exclu dans son propre foyer. Il se demandait si le mystère de la volière avait été résolu pendant les vacances et qui, avait pu commettre un acte d'une telle barbarie.

Le train tressauta légèrement ce qui réveilla le jeune homme qui cligna plusieurs fois des paupières pour ajuster sa vue et se redressa. Les deux gamins étaient en pleine dégustation de Bertie crochue, le grand blond, d’une main hésitante, cherchait le bonbon sur lequel jeter son dévolu : « j’ai déjà goûté les verts ! Je ne risque rien avec un vert ! ».  Elwyn détourna le visage en souriant, novice. Il se souvenait de son premier voyage dans le Poudlard express même si, l’angoisse de cette époque, était loin derrière lui. Lui, un sorcier ? Elwyn Haneul Miller est né le 01 janvier 1981 dans un hôpital de Bristol au Royaume-Uni et il a passé 1 an et demi de sa vie dans un orphelinat là-bas, avant de se faire adopter par deux londoniens à l’âge de 6 ans. Sa vie à l’orphelinat fut douce et triste, effrayante et excitante, amère et sucrée à la fois, mais ce serait beaucoup trop long de tout détailler. Il ne garde aucun souvenir de sa vie avant l’orphelinat, pas même une odeur, une sensation, un visage, rien, le néant comme si, on avait gommé les bandes de la vidéo intitulée « mes premiers pas ». Tout ce qui lui reste comme preuve de cette existence, c’est un minuscule bracelet en or qui est si étroit qu’il pourrait presque lui servir de bague. Les dames de l’orphelinat lui ont souvent raconté son étrange arrivée lors d’une soirée froide de janvier. Pas que ce soit rare de trouver un bébé ou un jeune enfant sur le pas de la porte sans aucun mot, simplement, il était rare que cela se produise de nuit lorsque tout était fermé à double tour. Elles n’avaient pas été en mesure d'expliquer comment cela avait pu se produire, maintenant, il comprenait.

Lors de son adoption, ses nouveaux parents lui ont donné un nouveau nom, il n’était plus Haneul, mais Elwyn, en hommage à l’arrière-grand-père de sa mère adoptive qui se prénommait Elwyn, un grand homme à ce qu’il paraît. C’était la troisième transformation de sa vie. Quand bien même ce n’était qu’un nom, faire le choix de le changer n’est pas sans conséquence, c’était comme lui dire «  désormais tu dois oublier cet enfant en toi Haneul, tu es quelqu’un d’autre. Tu viens d’hériter d’une nouvelle vie toute neuve, fais-en bon usage ». Cela sonne cool, combien de personnes aimeraient hériter d’une vie toute neuve ? Certainement un grand nombre, mais c’est bien moins « cool » que cela en a l’air. Il avait peur de ses nouveaux parents, peur de ce nouveau lieu, et le sentiment de s’être égaré, d’être quelqu’un d’autre ne l’a jamais vraiment quitté. Bien que sa mère adoptive lui ait répété que s’il souhaitait faire des recherches sur ses véritables parents ou même essayer de les trouver, elle comprendrait et ferait son possible pour l’aider à retrouver leur trace. Cependant, il n’a jamais souhaité partir à leur recherche. C’est ainsi, qu’il est devenu Elwyn et qu’il a tué le Haneul en lui  (c’est imagé bien évidemment). Pour information, il paraîtrait qu’Haneul signifie « ciel » ou « élever ses rêves » ou même « haut comme le ciel ». Il est donc devenu Elwyn, fils de Stephen Miller, architecte strict, pragmatique, rigide figure d’autorité exactement à l’image des bâtiments (principalement des gares) auxquels il donne vie et de Kelly Miller, patiente et douce professeur de littérature anglaise. Il ne manquait de rien, matériellement ses parents gagnaient plus que bien leur vie, ce sont deux moldus tout à fait communs, mais qui ont, comme on dit chez eux : « parfaitement réussi leur vie professionnelle ». En partant du principe qu’ils aiment « rentrer dans le moule », si on vous dit  « Schéma de la famille parfaite ? », vous répondez : Le papa, la maman, le fils et … la fille bien sûr. 1 an après l’avoir adopté (ils avaient débuté les paperasses plus ou moins après son arrivée dans la maison), la famille s’agrandit accueillant sa petite sœur en provenance directe de Corée du Sud, d’un an plus jeune que lui. Elle fut nommée : Helena de son véritable prénom Mi Young. Elwyn et sa sœur, ça n’a pas été toujours tout beau tout rose, sans pour autant être la guerre. Disons que leur personnalité est diamétralement opposée, et qu’elle avait une fâcheuse tendance à vouloir tout lui imposer et à cultiver à son encontre une jalousie sourde.

Elwyn soupira sans même s’en rendre compte, repenser à ses parents étaient inconfortables pourtant, il les aimait sincèrement. Les deux gamins sur sa gauche chahutaient gaiement discutant sur leurs parents respectifs, critiquant leur mère un peu trop protectrice, leur père un peu trop laxiste.
- Ma mère m’a encore engueulé parce que ma chouette a chié dans le salon. Qu’est–ce que j’y peux moi ? Ils me saoulent tellement…
-De quoi tu te plains…Toi au moins, tu sais d’où tu viens ! Murmura-t-il sans se faire entendre. Il fixa ses mains à la peau couleur caramel, véritable contraste avec ses parents adoptifs, blancs comme des cachets d’aspirine. Ce qui lui valait des moqueries des enfants moldus en primaire : « Pourquoi tes parents sont pas comme toi ? ». Il ne se sentait pas différent, mais le miroir renvoyait une image de lui différente.
Plus jeune ce qu’il souhaitait par-dessus tout, c’était rendre son père fier. Pour lui faire plaisir, il apprenait à jouer du piano, comme son père avait fait avant lui. Il voulait qu’Elwyn réussisse là où il avait échoué. Le jeune homme sait donc jouer du piano, quand bien même, il n’a jamais vraiment aimé ça. Sa mère avait bien remarqué qu’il n’aimait pas vraiment s’asseoir face à ces touches blanches et noires. Enfant, il occupait plus volontiers son temps libre à dessiner ou lire des livres. Un petit garçon calme et posé, pas turbulent le moins du monde, adorable. Il lui suffisait d’avoir des feuilles vierges et des crayons de couleur et on ne l’entendait pas de la journée. Plus que le piano, son père était exigeant au niveau scolaire, il lui faisait faire ses devoirs chaque soir (chose qu’il n’a jamais faite avec sa sœur), il vérifiait tous ses contrôles et même si, Elwyn ramenait un A, ce n’était jamais assez bien parce que il aurait pu avoir A+. Il était bon à l’école, surtout en maths, matière que son père privilégié par-dessus tout. Il savait lire, compter avant les autres enfants et était doté d’un esprit vif et observateur. Ce n’est pas pour autant qu’il adorait étudier, ou l’école… C’était plus parce qu’il devait le faire, c’était son devoir en tant que fils, comme le devoir d’un citoyen modèle est celui d’aller voter. Vous l’aurez compris, son père n’était pas du genre à se mettre  à quatre pattes pour faire le cheval, ni de l’emmener jouer au ballon dans le jardin mais Elwyn l’aimait simplement de l’avoir désiré, de lui avoir offert un toit, des vêtements, de l’instruction. Ses parents se sont à quelques reprises disputés à son sujet, sa mère jugeant que son mari lui en demandait trop, après tout ce n’était qu’un enfant, mais il lui répondait inébranlable qu’il « le remercierait plus tard ».  Elwyn n’aimait pas qu’ils se disputent à cause de lui alors il travaillait un peu plus, il apprenait encore plus sérieusement ses gammes et ses arpèges, mais surtout, il s ’enfermait un peu plus dans un mutisme nommé « solitude ».

Il déglutit, s’enfonçant un peu plus dans le siège usé, fermant les paupières sur la réalité. Il se revoyait assis face  au piano, son père s’emportant lorsque ses petits doigts dérapaient sur les dents en épicéa. Pas étonnant que l’épouvantard se fût transformé en piano dans le cours de DCLFDM, c’était le symbole même de son échec en tant que fils  irréprochable.
C’est dans ce contexte-là qu’il reçut sa lettre de Poudlard, l’année de ses 11 ans. Cet événement était ancré en lui, il s’en souvenait encore comme si c’était hier. C’était par une chaude matinée de juillet, il venait de passer 3 heures à s’entraîner au piano lorsque enfin son père daigna lui autoriser une pause. Ses petits doigts étaient endoloris, sa mère l’avait appelé, elle était assise sur le canapé du salon en train de recoudre la robe de sa sœur. Sa sœur était un véritable singe, toujours  à courir partout et à abîmer ses collants et robes, à faire du bruit, à se faire remarquer, à crier, sauter, danser. Tout son opposé. En entrant dans le salon, il vit que sa sœur était devant un dessin animé où l’on distinguait une aborigène à moitié nue chantonner : « The rainstorm and the river are my brothers. The heron and the otter are my friends and we are all connected to each other in a circle, in a hoop that never ends » . Sa mère lui fit remarquer qu’il avait reçu une lettre et qu’elle se trouvait sur la table du salon. Elwyn l’avait prise entre ses doigts, l’avait soupesée et ouverte. À ce moment, il ne savait pas que cette lettre allait changer sa vie pour la quatrième fois, comme la girouette change de direction au gré des caprices du vent. Il avait lu la lettre à plusieurs reprises, pendant que sa sœur râlait sur le fait qu’elle, elle ne recevait jamais de lettre. Son père était entré dans le salon, un verre d’eau à la main.

-Papa, c’est quoi l’école de sorcellerie Poudlard ?

- De quoi tu parles voyons ! ?

Il avait pris la lettre et il était resté silencieux relisant encore et encore la fameuse missive qui n’avait rien d’un canular. Lorsque ses parents furent remis du choc de la nouvelle et jusqu’au dîner, son père ne pipa pas un seul mot, Elwyn ne leva pas ses yeux de son assiette de petits pois et sa mère passa le dîner à fixer son fils comme elle l’aurait fait d’un extraterrestre

Elwyn rouvrit les yeux, et lissa les pans de son pull. Il s’habillait toujours simplement, ce qui ne veut pas dire qu’il est négligé. Au contraire, il déteste les tenues dépareillées, excentriques ou aux couleurs tapageuses. Cependant, il est bien content de porter un uniforme, ça lui évite la lourde tâche de choisir quelle fringue porter le matin. Malgré les éclats de rire des autres occupants qui se répercutaient dans le compartiment, il sentait comme un étau de mélancolie enlaçant son cœur.

À ce stade du récit, je dois vous faire une confession, je crois qu'au départ, Elwyn a vraiment haï Poudlard de toute son âme. Lorsque il a reçu cette lettre à l'écriture olive,  il était à la fois surpris, heureux et malheureux. Sorcier ? Cela faisait de lui quelqu'un de spécial, n’est-ce pas? Quelqu'un d'anormal ? Il voulait juste impressionner son père adoptif, le rendre fier pourtant recevoir cette lettre n'a fait que creuser un peu plus le fossé les séparant. Rappelant à son paternel, qu'au fond, il n’est pas son fils, pas la chair de sa chair, faisant voler en éclats tous ses projets d’avenir, toutes ses attentes. Le jeune homme était différent de lui en tout point. À compter de ce jour, il ne put nier l’existence de ses parents biologiques plus longtemps, s’il était un sorcier alors la probabilité pour qu’un de ses parents le soit aussi, était très élevée. Au départ, il avait décidé de croire que ses parents étaient des moldus ayant pris peur en voyant certains événements étranges se produire quand il était en colère surtout que c’est vrai, il s’était passé parfois des choses inexplicables quand il était inquiet ou très énervé. Notamment, lorsque âgé de 8 ans, sa sœur avait déchiré son carnet de dessins. Il était rarement en colère voire jamais, mais cette fois-ci, il avait explosé de rage et de rancœur. Tous les cadres des photos, des tableaux étaient partis en éclats, même l’énorme pot  accueillant la plante verte avait explosé déversant du terreau sur le carrelage. Après cela, il avait fait très attention de ne plus crier ou s’énerver de peur que ça se reproduise.  Déclarer que ses parents biologiques étaient moldus lui permettait de leur donner une excuse par rapport à son abandon, un joli mensonge c'est toujours mieux qu'une cuisante vérité. Il lui a fallu énormément de temps pour assimiler le fait qu’il était un sorcier, même durant sa première année, il avait une tendance à se mettre à l'écart, se répétant qu'il y a eu une erreur, qu'on allait s'en rendre compte. Le principal souci, surtout à ce jeune âge, venait de son problème d'identité, or, apprendre qu'il était un sorcier rajoutait une couche déjà bien garnie à cette grande question : « qui suis-je ? Je ne me connais même pas moi-même ». Cependant, au fil des années passées à Poudlard, Elwyn s’est construit une place au sein de cette école, il s’est fait des amis et il est heureux d’être un sorcier. De plus, il n’a eu d’autres choix que de reconnaître la vérité, en apprenant que sa mère n’était pas une moldue, mais bien une sorcière qui a elle aussi étudié entre les murs de cette école, qu’il le veuille ou non. Quant à son père biologique, il semblerait qu’il soit un moldu ayant pris peur en apprenant la nouvelle. Non pas qu’elle soit une sorcière, pire… Qu’elle était enceinte. Le jeune homme n’a jamais cherché à en apprendre plus et encore moins à vérifier ces bruits de couloir.

Relativement bon à l’école, ça n’a pas changé, tout comme sa passion pour le dessin. Ses matières préférées sont la métamorphose, DCLFDM, histoire de la magie et l’arithmancie. La métamorphose exerçant sur lui une véritable fascination au point que, son rêve serait de devenir un animagus. Ayant réussi très rapidement à faire naître son patronum : un porc-épic, il avait pensé à tort pouvoir devenir un animagus. Et malgré son don certain pour la métamorphose,  il semblerait que devenir un animagus est au-delà du concept « d’ être bon », c’est un don ou talent. Pourquoi une telle obsession de devenir animagus ? Pour ses dessins et sa deuxième grande passion : les créatures magiques. Étant un animagus, il pourrait se transformer et se rendre dans la forêt interdite afin d’observer les créatures qui y vivent. Grâce à son excellente mémoire visuelle, il pourrait les reproduire ensuite sur papier. Son rêve serait de rencontrer un centaure, de pouvoir voir un sombral ou même de rencontrer un vrai lycanthrope.

Elwyn étira ses jambes endolories par le trajet, se sermonnant lui-même : plutôt que de penser à des choses irréalisables, tu ferais mieux de te concentrer sur tes BUSES. Il plaqua sa joue contre la vitre froide, son souffle opacifiant le verre. Même s’il n’avait pas vraiment de soucis à se faire, on ne peut pas dire qu’il s’était vraiment penché sur les révisions. S’il n’avait pas été sorcier, il serait probablement dans l’optique de rentrer dans une école d’ingénieur ou une prépa, pourtant, il ne regrette pas le moins du monde, la direction imprévue qu’a pris sa vie.
Il a énormément de souvenirs liés à Poudlard. Des bons comme des mauvais. Dans les moments forts, la rencontre avec ses quatre chers amis, la fois où il a reçu sa baguette : Crin de licorne, 32,35 cm sifflante, bois de cèdre, mais en toute sincérité, il y a un souvenir, un seul qui est encore gravé profondément en lui comme marqué au fer rouge. Ce fut la répartition des maisons. Pour comprendre son état d’esprit à cette époque, il faut se souvenir de l’océan de questions dans lequel il était jeté et se débattait. Sa mère biologique visiblement  n'a pas voulu de lui, il a abandonné ses amis de l’orphelinat, déçu son père adoptif,  il voyait d'ici ce que ce chapeau miteux allait annoncer : « rien à faire là » ou pire, rester aussi silencieux qu'une tombe jusqu'à ce qu'on lui demande de repartir d'où il venait. Lorsque son nom fut appelé par une dame aux cheveux argentés et aux reflets de lune, tremblant,  il s’était avancé vers la pénitence. Ses jambes étaient en coton au point qu’il avait peur qu'elles le lâchent et qu’il s’étale devant toute la grande salle, mais ses jambes ne faiblirent pas et il put s'installer sur le tabouret. On posa le choixpeau sur sa tête, il y eut un long silence qui confortait ses idées :  je n'ai ma place nulle part. Ses pensées répétaient inlassablement une seule phrase : « Je ne suis pas plus loyal qu'un autre, pas plus courageux, pas plus intelligent, pas plus en recherche de gloire... », et avec l'arrogance et l'imbécillité des gamins de 11 ans,  il avait ajouté sans savoir que ce chapeau lisait au plus profond de son âme, qu'il entendait jusqu'à la dernière mélopée de ses pensées et désirs :  Tu peux prendre tout le temps qu'il te faudra, tu ne trouveras pas quelle maison est faite pour moi ! »

Par la fenêtre, le paysage avait changé, le train approchait de son terminus, il était temps de mettre sa robe de sorcier. Même à l’heure d'aujourd’hui, très sincèrement, il ne sait pas si le choixpeau a fait le bon choix, mais au fond qu’est-ce que ça change. L’important est qu’il s’y sente chez lui.

Notre voyage est terminé et j’ai rempli ma part du marché. Vous en savez désormais suffisamment. Si vous jugez ce jeune homme intéressant, curieux ou même insupportable, vous pouvez tenter de faire sa connaissance, d'en apprendre plus, de le changer, de marcher à ses côtés ou même, l’entraver dans sa progression. Vous avez les cartes en main, à vous de jouer.




III. HORS JEU

♦ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? Top-Site ^^

♦ ÂGE IRL : Entre 21 et 28 ans.

♦ PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Kai (exo)

♦ EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ? Rien à signaler.

♦ DÉSIREZ-VOUS ÊTRE PARRAINÉ(E) ? : Pourquoi pas.

♦ AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? : Je crois ? Tu crois bien.


Dernière édition par Elwyn H. Miller le Ven 19 Juin 2015 - 12:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3070

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 13:38

Fini.

J’espère que vous ne décéderez pas d’ennui en lisant ma fiche. x) Si c'est le cas, j'en suis désolé.

_________________

Excitate vos e somno
Liberi mei
Cunae sunt non
Liberi fatali, somnus est non
Surgite - Inventite
Veni hortum veritatis


Dernière édition par Elwyn H. Miller le Jeu 18 Juin 2015 - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9675

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 13:44

Bonjour à toi Elwyn!

Je n'ai lu que le début de ta fiche pour l'instant, mais je doute vraiment qu'elle soit ennuyeuse :). Je vais maintenant te demander un peu de patience, le temps que l'on découvre ton personnage mais aussi que l'on discute de ta fiche entre membres du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1169

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:06

Un esprit vif… du talent à revendre… un sagesse malgré ton jeune âge…
C’est décidé, tu iras à…

SERDAIGLE


(Hj:  loin d'être ennuyeuse, ta fiche était vraiment très agréable à lire. Bravo!)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1169

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:07

{ A toi petit nouveau rictusemprien :

Bienvenue sur notre forum !
Nous avons le plaisir de te compter parmi nos membres aujourd'hui et pour te permettre de démarrer dans les meilleurs conditions possibles, nous voudrions rassembler ici quelques petits indicateurs qui te seront sûrement utiles par la suite !
Première étape : réserve ton avatar ! Si tu veux t'assurer que ta célébrité ne soit pas utilisée par une autre personne, le bottin des avatars est fait pour ça.

Pour réunir tes rps et/ou en proposer, tu peux te rendre dans le coin RP (demande, recensement). De ça, découleront sûrement les relations de ton personnage que nous t'encourageons à alimenter autant que possible (c'est bien pratique quand quelqu'un veut un lien avec ton personnage).

Nous avons mis en place un système de points qui te permet de faire énormément de choses. Pour te récompenser de ta validation, nous t'offrons généreusement 500 points (histoire de ne pas démarrer les poches vides, hé hé).

Si tu veux faire partie de l'équipe de Quidditch de ta maison, tu peux voir les règles de ton capitaine dans le listing qui correspond.

Enfin, si tu as des questions et que tu ne sais pas comment faire, en dehors du fait que tout le monde peut te répondre sur la chatbox ou ailleurs, tu peux poser ta question dans l'aide. Il n'y a pas de questions bêtes, que des réponses constructives ! =) D'ailleurs, un parrain ou une marraine peut t'être attribué si tu en fais la demande dans la partie parrainage. Ce sont des membres à part entière, qui prennent chaleureusement le temps de t'aider dès que tu en as besoin. Ton intégration n'en sera que plus facile donc n'hésite pas !
A ton tour, si tu veux nous aider à nous améliorer, dans n'importe quel domaine que ce soit, nous sommes ouverts à toutes suggestions.
D'ailleurs, en t'inspirant de notre contexte, tu peux également menez l'enquête pour nous aider à capturer notre ennemi n°1 !

Nous savons que cela peut faire beaucoup d'informations d'un seul coup, mais rien n'est obligatoire, et maintenant que tu fais partie de notre navire, tu as tout le temps pour y regarder de plus près ! Le panneau d'affichage est là aussi pour te tenir au courant de toutes les nouveautés du forum. Pense à y jeter un petit coup d’œil de temps en temps ;)

Alors bon voyage chez nous, et à bientôt (peut-être sur la Chatbox) !

L'équipe de Rictusempra. }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:15

HA! Un petit nouveau chez-nous, il était temps! :)
Bienvenue Elwyn! :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:17

Bienvenue chez les bleus ;)
Amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:17

Je me retiens depuis que tu t'es inscrit pour ne pas squatter ta fiche.
MAIS KAI QUOI.   Geurae Wolf, naega Wolf, Awoo~ #prendlaporte
En tout cas, bienvenue chez les bleus, une bonne maison mais pas la meilleure ! *vante les rouges et ors o/*
Revenir en haut Aller en bas
SERDAIGLE7ème année
    SERDAIGLE
    7ème année
AVATAR : Lily Collins
MESSAGES : 3342

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Plus compliqué que prévu
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:18

Wow ! Quelle fiche !
Bienvenue sur Rictusempra et bien entendu bienvenue dans la MEILLEURE maison du forum ! (n'écoute pas les jaloux et les aigris de la vie qui vont te dire le contraire).
Au plaisir de te découvrir en rp !

_________________
Maya Livingstone


♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1604

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:33

Je plussoie Adam et Maya!! YOUPIIIIIE UN SERDY!! :D

Très belle fiche, j'ai particulièrement adoré l'échange avec la camarade d'Elwyn :) On s'marre!

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème année
    GRYFFONDOR
    5ème année
AVATAR : Robbie Kay
MESSAGES : 239

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Libre comme le vent
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: Londres, 18 Novembre 1984
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:40

Très bienvenue ici !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 18:49

Comme Cara, j'ai dû me retenir de venir écrire un petit truc pour dire que j'étais in love de ta fiche x)

Bienvenue parmi nous (malgré cette couleur...) Have fun!!
Revenir en haut Aller en bas
SERPENTARD5ème annéePréfète
    SERPENTARD
    5ème année
    Préfète
AVATAR : Adam Gallagher
MESSAGES : 1901

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 14 février 1981 - Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 19:00

Bienvenue chez les Bleus j'espère que tu ne vas pas mourir d'ennui chez eux, entre deux lectures de bouquins poussiéreux.

J'appuie les dires : très jolie fiche, agréable à lire et.... Berlioz des Aristochats quoi

_________________
I See Fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 19:03

Bienvenu jeune aigle ! Bon, t'as pas beaucoup de chance de tomber sur une maison pareille, mais si tu ignore Wayoth et Adam tu pourras peut-être t'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
SERPENTARD7ème annéeAdmin qui a du chien
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin qui a du chien
AVATAR : Nico Tortorella
MESSAGES : 1251

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec la nana la plus sexy de Poudlard s'il vous plait.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 13/02/1980 à Edimbourg en Écosse.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 19:05

Bienvenue jeune homme ! (j'ai faillis écrire 'jeune gomme', ahem)

_________________
I must live with my quiet rage
But do not ask the price I paid, I must live with my quiet rage, tame the ghosts in my head that run wild and wish me dead. Should you shake my ash to the wind ? Lord, forget all of my sins, oh let me die where I lie, neath the curse of my lover's eyes. -endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 19:34

Pas aussi bien que le jaune, mais pas aussi nul que le rouge, bienvenue 8D
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9675

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 19:39

Ta façon de décrire l'histoire de ton personnage, genre voix-off puis rp, était vraiment très originale. J'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à la découvrir. Bravo et bienvenue officiellement sur Rictusempra. J'espère que tu t'y plairas :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème annéePréfète
    GRYFFONDOR
    5ème année
    Préfète
AVATAR : Saoirse Ronan
MESSAGES : 705

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire. S'est découverte bisexuelle.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 15 mars 1982, à Plymouth.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 20:04

OMFG KAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAI

pardon pardon pardon.

Bienvenue à toi mon beau petit aiglon *-*

_________________
when I find myself in times of trouble
mother Mery comes to me
et souvent la haine touche sa joue est arrache ses veines, alors il n'y a plus de souffrance et seulement la bête qui s'agite au creux de son ventre dans l'automne aride et la tempête

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 20:05

Je reposte juste pour dire que j'ai SAISI LA REFERENCE A MULAN.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 20:55

Ce tsunami de commentaires est très effrayant, mais essaye de passer outre et bienvenue à toi 8D
Au plaisir ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 21:50

Bienvenue ! :)
Revenir en haut Aller en bas
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3070

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 22:43

Merci à tous pour votre accueil chaleureux et votre humour, ça fait plaisir. :)

Serdaigle, c'est la meilleure maison puisque j'y suis...  :sors:  En tout cas, le staff est rapide et efficace.

Nathan Larsonn -> Mulan ou Pocahontas ? x)

Théo Garner -> Merci. Je dois avouer avoir tendance à juger négativement (ou être très critique sur) ce que j'écris et justement, la voix off, j'avais vraiment peur que cela alourdît ma présentation déjà bien dense.

Je pense que c'est normal, mais au cas où, quand on clique sur le lien du parrainage, on tombe sur un sujet qui a été archivé et mis à la corbeille.

_________________

Excitate vos e somno
Liberi mei
Cunae sunt non
Liberi fatali, somnus est non
Surgite - Inventite
Veni hortum veritatis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 22:45



Mulan <3
Revenir en haut Aller en bas
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3070

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 22:49

xD C'était même pas fait exprès, mais maintenant que tu le fais remarquer, ça pourrait presque être une "chanson thème" pour ce perso.

_________________

Excitate vos e somno
Liberi mei
Cunae sunt non
Liberi fatali, somnus est non
Surgite - Inventite
Veni hortum veritatis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Dim 15 Fév 2015 - 23:25

Oh mais décidement ! Le Staff nous apporte de joli beauté chez les Serdaigles !

Bienvenue :D N'hésite pas à venir faire connaissance. Tu verras notre salle commune est très confortable ! On pourra boire le thé ensemble si tu veux. ^^
Revenir en haut Aller en bas
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3816

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Lun 16 Fév 2015 - 11:29

Bienvenue Elwyn!
En espérant que tu te plaises sur le forum, en tout cas c'est une belle fiche que tu nous as fait là

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Kristen Stewart
MESSAGES : 821

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec la chevelure si bien coiffée d'Elwyn H. Miller
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 septembre 1980, Angleterre
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Sam 6 Fév 2016 - 20:26

Wayoth Fawkes a écrit:
Je plussoie Adam et Maya!! YOUPIIIIIE UN SERDY!! :D

Très belle fiche, j'ai particulièrement adoré l'échange avec la camarade d'Elwyn :) On s'marre!

Tssss...
Je t'aime pas et Elwyn le sait
 Joyeux Rictuversaire d'inscription, ma Patate !     (Elwyn danse avec Maya et Way se dit que toucher, c'est mal !)


PS : parait que le flood c'est mal u_u  
Je t'ai vu !

_________________


“Love is the most beautiful of dreams
and the worst of nightmares."




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3070

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Sam 6 Fév 2016 - 20:38

Absy

J'ai toujours su que tu me détestais et ce, depuis mon inscription ~

Merci ma femmeStevenson et maintenant, réponds à mon notre rp.

_________________

Excitate vos e somno
Liberi mei
Cunae sunt non
Liberi fatali, somnus est non
Surgite - Inventite
Veni hortum veritatis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème annéeAdmin tout en douceur
    GRYFFONDOR
    7ème année
    Admin tout en douceur
AVATAR : Matthew Lewis
MESSAGES : 3194

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller) Sam 13 Fév 2016 - 20:18

Non mais oh, vous allez vous calmer là hein ! C'est quoi ce flood whereverUwant ??

_________________





Longue vie aux Rictusempriens !
Gardez-nous au top en pointant votre baguette ici, ici et ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller)

Revenir en haut Aller en bas

{terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» {terminé}Why is my reflection, someone I don’t know? (Elwyn H. Miller)» [Terminé] Un bon petit film [Emma]» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]» Hermione Granger ( terminée)» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Présentations élèves :: Fiches validées-