AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Mar 27 Jan 2015 - 11:40

Ce matin-là, Kiarah s’était réveillée de bonne heure, et pour cause : une dizaine de parchemins de cours l’attendaient, les professeurs leur donnaient de jour en jour davantage de travail, clamant haut et fort que les examens approchaient à grand pas. A vrai dire, c’était chaque année la même rengaine, une fois le mois d’avril approché, les élèves croulaient sous la charge de travail. Les moins sérieux repoussaient l’échéance jusqu’à la date fatidique, tandis que les autres s’y accommodaient et travaillaient dès lors plus sérieusement. Lasse, la Serpentard s’était donc installée dans un coin de sa salle commune, quelques peu perdue sous sa tonne de livres et de devoirs. Personne n’était encore levé, le calme régnait, seul le grattement de sa plume contre la feuille de parchemin brisait ce silence studieux. Elle était bien restée là deux bonnes heures, avant que le plancher du dessus ne commence à craquer, signe que ses camarades commençaient à s’éveiller. Persuadée d’en avoir assez fait pour un samedi matin, elle ferma ses livres et rangea ses affaires, avant de s’en retourner dans la salle de bain pour parfaire sa toilette. Ses grands yeux bleus clairs la fixaient dans le miroir, observant avec attention sa chevelure brune encore un peu débraillée. Elle s’empara de sa brosse à cheveux pour les discipliner ; aujourd’hui elle les porterait détachés. Quelques touches discrètes de maquillage plus tard, elle était prête, naturelle mais féminine. Déprimée par l’ambiance lugubre des cachots, elle quitta alors seulement sa salle commune pour un endroit plus joyeux. Plusieurs choix s’offraient à elle, elle pouvait aller rejoindre ses camarades dans la grande salle, ou au contraire sortir prendre un peu l’air. Elle opta plutôt pour la seconde solution en se dirigeant vers le lac de l’école.

Avril semblait déjà être un mois plus tranquille. Les événements qui avaient eu lieu précédemment au château provoquaient certes encore de l’engouement, mais les choses semblaient petit à petit se tasser. Mieux, le printemps commençait à s’installer peu à peu, conférant à Poudlard une nouvelle atmosphère, plus douce et plus joyeuse.  Les arbres anciennement nus et sombres reprenaient doucement leurs couleurs. La végétation se faisait plus dense, agréable, fleurissante, et le soleil commençait déjà à étaler ses rayons réchauffant. La journée de la veille avait été pluvieuse et grise, mais cette matinée de samedi était pour l’instant douce et ensoleillée. Le paysage qu’offrait le lac aujourd’hui était particulièrement agréable, comme si la nature se réveillait après une longue période d’hibernation. L’eau scintillait et bougeait au rythme de la brise fraîche ; les cheveux de la brune ondulèrent un moment sur le même tempo. Seuls quelques nuages gris, encore très lointains, pourraient plus tard ternir ce tranquille paysage.

Nombreuse était la foule qui avait eu la même idée qu’elle. Quelques personnes isolées, quelques petits groupes çà et là, mais surtout des couples naissant, qui, enlacés au bord de l’eau, profitaient des beaux jours de la nouvelle saison. Kiarah ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. Ces gens qui devenaient soudain mielleux, doux, amoureux, l’exaspéraient. Au fond, même si elle ne se l’avouerait sans doute jamais, elle ne pouvait que les envier. Tournant le dos à toutes ces niaiseries, elle partit s’installer dans un petit endroit tranquille et isolé. Adossée contre le tronc d’un arbre, elle sortit un de ses livres, profitant de la température étonnamment douce et du paysage. Ses pensées chavirèrent alors un instant pour un certain Serpentard. Était-ce elle aussi le parfum du printemps qui lui faisait ressentir ces émotions ?

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Mer 28 Jan 2015 - 21:05

Un grognement à moitié endormie fut le premier "mot" de la journée de Fawkes. Un rayon de soleil perturbateur s'était glissé dans le nid des Serdaigles, venant taquiner les paupières closes de l'aiglon. Ce dernier tâtonna autour de lui à la recherche de la couette bronze qui devait le recouvrir, mais à la place, il sentit nul autre qu'un tee-shirt. Un...tee-shirt?
Dans son demi-sommeil, Wayoth fronça les sourcils et tenta une brève réflexion (et oui, c'est ça être un Serdy!) sur le pourquoi de ce vêtement. Il y avait trois chose que le brun aux yeux clairs ne pouvait supporter lorsqu'il se mettait au lit : avoir faim (d'où ses nombreuses escapades nocturnes pour rendre visite aux cuisines), avoir soif (ce qui expliquait la présence d'une grande bouteille d'eau près de son lit) et être habillé. Hiver comme été, Fawkes dormait en caleçon puisque, et ce depuis sa petite enfance, les pyjamas ou autres choses s'en rapprochant l'oppressaient. Oui, c'était sûrement psychologique, mais cela ne changeait rien de le savoir : pas de vêtement au lit. Ce qui expliquait sa tenue lorsque Maya LivingstonE [Edit : HEUREUSE? x) ], une fille de son âge, s'était trompé de dortoir en troisième année. Mais ça, c'était une autre histoire.

Ouvrant les yeux, Wayoth chercha à comprendre ce qu'il avait bien pu lui arriver. Lorsque sa vue se fut habituée à la lumière aveuglante - les Serdaigles connaissaient la météo avant tous les autres, étant retenur dans a plus haaaute salle de la plus haaaute tour- et au léger flou ambiant causé par la fatigue et la faible myopie, l'aiglon pu constater qu'il était étalé de tout son long sur l'un des canapés moelleux qui décorait leur nid douillet. Il s'étira en gémissant doucement, réveillant ses muscles contrariés d'avoir été maltraité au long de la nuit, et un livre emprunté à la bibliothèque tomba par terre. L'Art et la Magie, Tome III. Han. C'est bon, il se souvenait dorénavant du "comment". Comme la plupart des vendredi soirs (ou des soirs tout court), un bon nombre d'aigles était resté près de la cheminée toujours allumée malgré le beau temps qui arrivait. Et comme souvent, le calme ambiant allié à la lecture et à la douce chaleur du feu avait bercé la fatigue du garçon qui avait dû s'assoupir. D'ailleurs... ses lunettes? Par terre, avec sa baguette. Superbe.
Baillant et se redressant avec a grâce d'un phoque, le bleu récupéra ses affaires et les emporta avec lui dans le dortoir mâle des sixièmes années. Faisant bien attention à ne pas réveiller ses camarades -et à ne pas se vautrer sur le sol lorsqu'il arriva dans son secteur : note, ranger cette foutue chambre- il ôta son tee-shirt dans le but de retourner se coucher. Mais quand vint le tour du pantalon, Fawkes hésita : son ventre criait maintenant famine. FAMINE!!! Il était inutile de se rendormir maintenant et, attrapant des vêtements un peu au hasard, l'aigle prit la direction des douches.

~~~

Clic-clac! Ziiiiiip
Éventant le cliché pour le faire sécher, le brun mordit dans un morceau de tarte qu'il avait été chippé dans les cuisines. C'était presque plus facile de faire ça le matin depuis que la préfète jaune Olivia Richester le surveillait d'un peu plus prêt. Il enfourna le reste de son petit déjeuner et s'appuya contre l'arbre le plus proche pour rentrer les lacets de ses converses vers l'intérieur. Et c'est en vyant l'état de son jean qu'il regretta de ne pas avoir fait un petit "Lumos" pour en chercher un autre, quitte a réveiller les autres mecs. Une grosse déchirure barrait son genou. Bon, après, autant qu'il prenne un truc qui ne craigne pas pour se rouler dans l'herbe. 'Fin, c'était pas vraiment son intention, hein, lui il prenait des photos. Pas comme le couple, là bas. Hum...
Détournant le regard, absurdement gêné de voir deux personnes s'embrasser, Wayoth fit semblant d'admirer le cliché qu'il avait pris un peu plus tôt. Mmmmmh... mouais, aucun intérêt. D'un coup de baguette, il fit disparaitre l'image ratée en prononçant une formule apprise la veille et regretta de ne pas avoir pris un sweater lorsqu'une petite brise vint le faire frissonner. Il eu le stupide réflexe de vouloir relever ses lunettes sur sa tête et se rappela rapidement qu'il les avait troqué ce matin contre des lentilles. Collant son œil au vieux Polaroïde, Wayoth tourna légèrement sur lui même à la recherche d'un sujet à photographier. Oh, Kiarah Garner.
Clic-clac! Ziiiiiip
...Pourquoi fallait-il que ce soit aussi...bruyant?

- Euh... Salut Kiarah. souffla l'aiglon gêné en passant une main dans ses cheveux pour masquer le rougissement de ses joues.

Sur le papier glacé commençait à apparaitre les traits rêveurs de la Serpentard, son regard porté au loin et son doux sourire soulignant son beau minois. Agitant la photo entre ses doigts, le bleu ne savait plus trop bien où se mettre.

mmh...:
 

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Ven 30 Jan 2015 - 22:07

Clic-clac! Ziiiiiip

Le bruit l’avait fait sursauter. Il s’agissait d’un son inhabituel, mécanique, et surtout très peu discret au sein de l’environnement calme du lac. Cherchant des yeux l’origine de sa surprise, le regard de la jeune fille croisa alors celui de Wayoth Fawkes, un Serdaigle de même année qu’elle. Un mince sourire se dessina sur les lèvres de la Serpentard. Wayoth, elle le connaissait très bien, cela faisait un moment maintenant qu’ils bossaient ensemble. Leur rencontre s’était faite un peu par hasard, lors d’un cours de sortilège. Bien que de même année, ils étaient de maison différente, et se parlaient peu jusqu’à ce que le professeur décide de les mettre en binôme lors de leur première année. Assez étrangement, le courant était directement bien passé entre eux. Kiarah se souvient très bien avoir d’abord critiqué son écriture étrange et irrégulière. Elle ne s’était pas améliorée au fil des années, et la verte et argent avait donc fini par prendre l’habitude de toujours rédiger leurs devoirs elle-même, par soucis de perfection. Malgré ce détail, ils formaient un duo efficace, leurs notes étaient toujours excellentes (si pas les meilleures), si bien qu’ils faisaient souvent équipe lors de travaux communs. A force de se côtoyer, une amitié était née et ils s’appréciaient plutôt bien.

- Euh... Salut Kiarah

Perplexe, elle l’observa pendant plusieurs longues secondes. Ce regard déstabilisant, Wayoth devait le connaître depuis le temps qu’ils se côtoyaient. Un regard à la fois calculateur et impassible, qui empêchait l’interlocuteur de prédire les paroles de la belle. Le Serdaigle passa une main dans ses cheveux, visiblement gêné. Toutefois, son geste ne parvint pas à masquer le rougissement de ses joues, qui provoqua un nouveau sourire amusé chez Kiarah. Il y avait beau n’avoir que de l’amitié entre eux, Kiarah lui trouvait pourtant un certain charme. Certes, il n’était pas son genre (elle était tellement difficile!) et une relation entre eux était peu probable, mais il était agréable, surtout aujourd’hui avec ses lentilles, qui mettaient davantage en évidence ses yeux.

- Wayoth ! Salut, qu’est-ce que tu fais ?

La question était un peu brusque mais à la fois adressée sur un ton qui se voulait sympathique. Toujours un peu trop franche et impulsive avec son entourage, Kiarah avait tendance à aller directement au but plutôt que de s’éterniser.  Abandonnant le regard clair du Serdaigle, les yeux de la Serpentard se posèrent alors seulement sur l’engin déclencheur du bruit. Un gros boîtier surmonté d’une lentille, aucun doute il s’agissait d’un appareil photo. Il lui semblait déjà avoir aperçu Wayoth à maintes reprises avec celui-ci, mais ne l’avait jamais interrogé sur sa passion.  Ne s’y connaissant absolument pas en la matière, elle se demanda alors s’il s’agissait d’un appareil moldu ou sorcier. Ceux qui étaient magiques pouvaient développer des photos animées tandis que les autres produisaient uniquement des clichés figés. Kiarah avait déjà pu en observer à plusieurs reprises dans de vieux albums photos qui appartenaient à sa mère. S’approchant de son compagnon, elle en profita pour pointer son appareil du doigt.

- C’est quoi ton appareil ? Il produit des photos animées ou c’est un moldu ?..... ah ben fais voir ta photo, tu m’as jamais parlé de ta photographie.

Et sans même attendre l’approbation de son camarade, Kiarah s’empara du précieux cliché. Les traits commençaient seulement à apparaître, mais la personne était déjà reconnaissable. Il n’y avait aucun doute, il s’agissait bien d’un portrait d’elle-même. D’abord quelque peu déstabilisée, elle fronça les sourcils en observant la photo, puis son regard se tourna à nouveau vers le Serdaigle, qui devait avoir atteint le summum de la gêne en cet instant donné.

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Dim 1 Fév 2015 - 1:08

u.u je ferais mieux...un jour proche... 'fin... quand je ferais pas ça en 15min, promis Q.Q:
 

Voilà, voilà... Hum... auraient été les mots de Fawkes s'il s'était senti l'âme de prendre la parole et de dire quelque chose d'inutile. Oui, mais lorsqu'on était un membre de sa famille, on se taisait lorsqu'on n'avait rien à dire. Et cette valeur était d'ailleurs l'une des bleus et bronzes, sa maison au château. Enfin, pour la plupart...
Comme un gosse pris en faute, Wayoth avait baissé le regard en cachant le cliché derrière son dos, avant de relever lentement les yeux et de rougir un peu plus en constatant que la belle Serpentard le fixait. Le garçon avait l'habitude de ses beaux yeux d'un bleu orage. L'anglais aimait bien l'orage. Oui, c'était une réflexion tout à fait inapproprié sur le moment, mais la première qu'il s'était fait en croisant le regard de Kiarah. L'orage qui grondait en déchirant le ciel, la chaleur étouffante mêlée à une averse... Ouaip, Way aimait l'orage, surtout s'il pouvait faire l'andouille avec son skate et ses amis sur la place principale du lotissement.
Et puis, il avait rougit, comme un parfait crétin, chose qu'il faisait également actuellement. Il ne s'y connaissait pas du tout trop en matière de fille et de critères...séductivité? Séduction, plutôt, mais il aurait fallut avoir une sacré conjonctivite ou avoir perdu la vue pour ne pas se rendre compte que la demoiselle avait un minois charmant. Tout comme la silhouette. A bien y repenser, le bleu ne pensait pas avoir vu l'un des enfants Garner avec des traits déformés... Pas qu'il admire toute la fratrie Garner, hein! Allez pas penser des choses comme ça! Mais bon, ce n'était pas comme si la petite sœur de Kiarah partageait sa salle commune et que l'un des jumeaux lui était entré dedans en faisant voler leurs affaires respectives. 'Fin, passons. Tout ça pour dire que Wayoth ne trouvait rien à redire lorsqu'il entendait les mâles du château parler de sa jolie binôme verte, hormis "La testostérone, j'vous jure...".

- Qu'est ce que...je fais? Euh... Des photos.

Se mordillant la lèvre inférieure, le brun ferma un instant les yeux avant porter sa main à son front, retenant de peu de se la claquer sur la figure devant l'évidence qu'il venait d'énoncer. Et dire qu'il était à Serdaigle, belle réputation qu'il donnait à sa maison.

- Enfin, c'est... Je ne voulais pas paraître... euh...

Constructif. Se justifier et s'excuser ne faisait pas non plus partie des habitudes de l'aiglon qui avait d'ailleurs la sale manie de rembarrer ou ironiser pour un rien. Chose qu'il évitait avec la demoiselle de Serpentard, ne voulant pas la froisser -et Merlin seul savait à quel point Kiarah était susceptible- ou lui faire de la peine. Ils s'entendaient bien pour le travail et, malgré les caractères différents des deux jeunes gens, semblaient s'apprécier un peu plus que de simples camarades travaillant en équipe. Voilà, Wayoth aimait bien Kiarah... mais pourquoi vous cacher qu'elle lui faisait aussi un peu peur ? Elle semblait si sûre d'elle, un peu trop franche parfois. Déroutante. Imprévisible.
Baissant la tête vers le polaroid, le garçon eu un mouvement de sourcil, comme s'il transmettait la question à l'appareil. Du genre : "Bah répond lui!".

- Oh, c'est Moldu, mais j'ai trouvé des livres à la bibliothèque qui expliquent comment animer les photos, et c'est super simple! En fait, il suffit de préparer un mélange, comme une potion et de tremper le cliché dedans. Ensuite, ça s'anime et... c'est vraiment fascinant, et j'ai découvert hier comment faire avec les dessins plus poussés que les croquis tout pété de Malefoy, comme pour les tableaux! C'est... enfin... C'est intéressant...

Quand il était gêné, Fawkes parlait. Et quand il parlait, il ne pouvait plus s'arrêter. Comme si on avait débloqué le système et que tout ce qu'il avait gardé pour lui se déversait d'un coup. Bon, ça, ça arrivait souvent devant Kiarah puisqu'il arrivait à vomir toutes ses connaissances (c'est une image! n'est pas Livingstone qui veut!) dès qu'ils se réunissaient autour d'un parchemin. C'était quelque chose d'assez pratique pour les devoirs et toujours assez rare. Sauf quand le sujet le passionnait.
Faire la voir la photo? Oh oh...
Wayoth essaya de lever le cliché au dessus de Kiarah pour que celle-ci ne l'atteigne pas, mais elle fut plus rapide. Tsss, ces serpents! Ne sachant plus où se mettre, l'aigle tenta un sourire hésitant, guettant la réaction de son modèle du jour. Le froncement de sourcil de la brune inquiéta d'autant plus le garçon et, lorsqu'elle plongea ses yeux dans les siens, il fit un petit mouvement d'épaule, comme s'il était lui même surpris. Finalement, il soupira et, se transformant en un mignon coquelicot rouge, avoua :

- Tu... Je t'ai vu et j'ai pas réfléchis. J'ai pis une photo. Mais j'en ai d'autres. Euh... pas que de toi, hein, je prends tout le château, mais...c'est vrai que je dois en avoir pas mal de toi.

Mais oui. Normal. Flippant. Fétichiste. Psychopathe.

- Enfin, je... Je te suis pas, ni rien, c'est juste que je t'ai vu plusieurs fois et... bah... Tu as des poses naturelles qui sont très photogénique, et puis tu es jolie, alors... Alors rien, oublie c-ce que je v-viens de d-dire.

Crush and Burn. Wayoth avait maladroitement tenté de se rattrapé, mais que ce soit en gestes ou en paroles, le bleu pataugeait avec sa maladresse habituelle. Perdu, il cherchait un moyen de prendre congé pour s'enfuir rapidement, craignant de fâcher Kiarah.
La fâcher? Pauvre garçon... Comme si on pouvait mettre une fille en colère en lui disant qu'elle était mignonne.

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Mar 17 Fév 2015 - 20:51

Kiarah ne parvenait pas à détacher ses yeux du cliché. La verte et argent s’y trouvait particulièrement belle et mise en valeur. Narcissique, elle ? Il est vrai que l’importance qu’elle accordait à son image n’était pas des moindres, et qu’elle adorait passer des heures devant son miroir… Quoi qu’il en soit, narcissique ou non, il ne fallait pas être savant pour pouvoir juger de la beauté de la photo. Peut-être contribuait-elle à l’embellir (un beau modèle est toujours plus plaisant qu’un troll boutonneux), mais les couleurs et l’ambiance avaient été bien choisi. Wayoth avait décidément du talent.
Elle l’avait écouté attentivement lorsqu’il s’était mis à déblatérer toute sa science. Cet étalage de connaissances, elle le connaissait bien. Le bleu et argent y avait souvent recours lors de leurs séances de travail à deux, comme si d'un coup de baguette magique, on lui avait délié la langue. Parfois elle s'y perdait même. Et aujourd'hui, rien que ces explications sur le mécanisme l’avaient faite pâlir. Elle doutait fortement avoir un jour ne serait-ce que la patience de s’atteler à pareil ouvrage. Et puisque la photographie est avant tout patience, essais et erreurs, et qu’elle ne donne pas forcément de résultat probant, son penchant pour le perfectionnisme absolu la mènerait très vite à balancer l’appareil dans le lac. Le calamar géant s’en servirait sans doute bien mieux qu’elle. Complètement perdue dans ses pensées, elle en avait presque oublié la présence du bleu et argent. Son silence et sa manière de le dévisager avait dû le mettre mal à l’aise, parce que le pauvre avait presque viré au rouge tomate.


- Tu... Je t'ai vu et j'ai pas réfléchis. J'ai pis une photo. Mais j'en ai d'autres. Euh... pas que de toi, hein, je prends tout le château, mais...c'est vrai que je dois en avoir pas mal de toi

L’interrogation fit place à la surprise. Ainsi ce n’était donc pas la première fois que Wayoth la prenait comme modèle ? L’idée était à la fois étrange et plaisante. Surtout plaisante, parce que Kiarah aimait particulièrement attirer et être au centre de l’attention. Elle adorait que d’autres filles l’envient, que certains garçons chuchotent à son passage, elle adorait susciter l’admiration et la jalousie. Etrange aussi, parce que ce n'était pas une activité très répandue. La jeune fille se demanda un moment ce qu’il pouvait bien faire de ses photographies. Les rangeait-il dans une banale boîte, mélangées à des clichés moins intéressants ? Les encadrait-il ? Ou leur accordait-il toute autre attention particulière ?... Tout bien réfléchi, elle préféra ne pas poser la question.

- Enfin, je... Je te suis pas, ni rien, c'est juste que je t'ai vu plusieurs fois et... bah... Tu as des poses naturelles qui sont très photogénique, et puis tu es jolie, alors... Alors rien, oublie c-ce que je v-viens de d-dire.

Sorti de la bouche d’une personne aussi innocente que Wayoth, c’était à la fois adorable et flatteur. Il n’avait rien du séducteur écervelé et elle savait bien qu’il ne cherchait pas à se la mettre dans la poche. La Serpentard n’avait pu se retenir d’esquisser un mince sourire du coin des lèvres. Sans trop réfléchir, elle l’attrapa par le col de son T-shirt prenant soudain un air menaçant, et plongea son regard bleu ciel dans celui du Serdaigle. Leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre.

- Ainsi tu m’observes à mon insu Fawkes ?

Laissant peser la tension quelques secondes, elle le relâcha ensuite tout en éclatant de rire. Comme pour le réconforter, elle lui adressa alors une petite tape dans le dos. Wayoth semblait si gêné, elle aurait aimé trouvé  un moyen pour le détendre, mais la subtilité n’était à vrai dire pas trop son fort.

- Sois pas si gêné Wayoth ! Ça ne me dérange pas que tu me prennes comme modèle. C’est vrai que les jolies personnes ne courent pas les rues, je ne peux pas te reprocher d’apprécier ce qui est beau après tout.

La réponse était autant prétentieuse que franche… c’était Kiarah tout craché. Mais pourquoi le Serdaigle était-il gêné à ce point ? Cela cachait-il autre chose… ? Cela faisait plusieurs années qu'ils se connaissaient, et il n'y avait jamais eu de malentendus entre eux, du moins jusqu'à maintenant!

Spoiler:
 

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Mer 25 Fév 2015 - 14:40

Les joues rouges et le regard baissé, comme honteux, Wayoth tentait de réfléchir. Tentait.
N'était-ce pas malheureux pour un Serdaigle d'avoir un cerveau sur OFF ? Mais lorsqu'on est un garçon timide et renfermé face à la gente féminine, comment vouliez-vous réussir à avoir un semblant de contenance face à une fille tel que Kiarah Garner?
D'ailleurs, c'était étrange comme réaction quand on savait que, cloîtré entre quatre murs avec des parchemins, de l'encre et des livres, le bleu était tout à fait à son aise quand il discutait avec sa camarade Serpentard. Ou du moins, son visage de s'empourprait pas quand le sujet était basé sur la différence entre les Inferi ou les Squelettes ensorcelés. Allez savoir pourquoi!

Alors peut-être était-ce le changement d'environnement? Le fait d'être dehors, dans des tenues du week-end, et non dans un cachot en longue robe noire à renifler le contenu d'un chaudron en faisant attention à ce que le liquide visqueux qui s'y trouvait ne leur saute pas au visage. Dehors, il faisait beau, l'air était doux, les petits oiseaux chantaient et des couples se roulaient gaiement dans l'herbe. L'effet du printemps ? Un peu comme dans Bambi, Wayoth aurait voulu calmer toutes les ardeurs environnantes avec un tonitruant "HOU-HOU!!", comme le faisait le hiboux. Ne sachant pas trop si la jeune fille apprécierait, il préféra se contenir en étouffant tout de même un petit rire, mélange de sa nervosité et de l'image d'un Fawkes imitant l'autre vieux grincheux face aux amoureux.

- Ainsi tu m’observes à mon insu Fawkes ?


Ce dernier releva les yeux un peu trop tard, manquant alors le sourire narquois de la demoiselle qui, alors que le jeune homme s'était retrouvé accolé à son arbre, le saisissait pas le tee-shirt. Il aurait pu feindre le désintérêt, comme il le faisait souvent lorsqu'un potentiel agresseur se présentait. Mais d'une, cette tactique montrait des faiblesses devant les minois féminins amis. Et de deux, c'était Kiarah. Et Merlin seul savait à quel point elle pouvait être impressionnante : Wayoth en avait eu la preuve lors des tous premiers devoirs qu'ils avaient fait ensemble alors qu'il avait, encore une fois pas maladresse, renversé de l'encre sur l'uniforme de sa camarade. Ce jour là, le Serdaigle avait cru mourir. Mais à force de bégaiement, d'excuse, de réclamation de pitié et bien d'autre chose qui avait enterré à tout jamais sa dignité de garçon et le peu de virilité qu'il avait à l'époque, le gosse qu'il était avait réussit à obtenir le pardon de Miss Garner.

Déglutissant bruyamment, Wayoth fixait sa camarade avec de grand yeux ronds, les iris vert d'eau se posant tantôt sur le regard de Kiarah, tantôt sur ses lèvres. Mal à l'aise? Euphémisme. Pourquoi était-elle aussi proche? Lui en voulait-elle vraiment pur cette photo? Et pour toutes es autres, aussi? En tout cas, elle avait réellement l'air en colère, c'est pourquoi l'aiglon fut complètement perdu lorsque la verte et argent se mit à rire avant de lui administrer une petite tape sur l'omoplate. Oh...?
Elle plaisantait?
Eh bien oui, il fallait croire que le jeune homme n'était pas le seul à avoir un don pour "jouer" ses émotions. Don qui, étrangement, volait en éclat face aux porteuses du double X. Tsss, des claques à ça...
Un sourire timide se dessina sur le visage de Fawkes. Avec le temps, il avait compris que ce qui était pour lui de l'ironie n'était que franchise de la part de Kiarah. La situation dans laquelle ils se trouvaient était un bel exemple, le jeune homme vantant son physique uniquement pour l'autodérision. Non, Wayoth savait très bien que, malgré les entrainements de Quidditch, il était loin d'avoir la carrure de certains athlètes et que son mètre quatre vingt cinq contrastait on ne peut plus avec son visage ovale aux traits enfantins. Alors que la demoiselle, elle, le pensait vraiment. Ce n'était pas l'aiglon qui allait la contredire, mais la franchise de Kiarah ne cessait de le désarmer. Une personne comme elle était bien différente d'un menteur comme lui.

- Ton patronus aurait dû être un Hyppogriffe, non un fennec.

Un reproche? Non! Amusé par tant de confiance, le bleu et bronze regardait sa camarade avec des yeux rieurs comme il le faisait chaque fois pour la taquiner. Légèrement. Car il n'arrivait pas toujours à s'en empêcher. Mais il faisait au moins l'effort de ne pas garder cet air sérieux qui ne permettait pas d'identifier la plaisanterie.
Puis, comme si la moquerie de Kiarah lui revenait en mémoire, son visage devint boudeur, comme celui d'un gosse à qui on fait la mauvaise blague d'emballer une pomme de terre pour son Noël. Écartant doucement un petit Botruc qui s'en prenait à son bas de pantalon -sûrement que l'arbre contre lequel l'aiglon était appuyé lui "appartenait"-, Wayoth tendit la main pour récupérer le cliché et pouvoir le regarder de plus près.

- J'ai vraiment cru que tu m'en voulais, c'est malin.

Il n'eut pas le temps d'ajouter quoique ce soit de plus : voulant prendre la photo tout en s'occupant de la créature qui s'en prenait visiblement qu'à lui, Fawkes attrapa non pas l'image mais la main de Kiarah. Ôtant ses doigts comme s'il venait de se brûler, le visage de nouveau cramoisie, le bleu cacha ses mains dans son dos avant de dévier le regard sur le côté. Gêné par le contact physique? Eh bien, il n'aimait pas vraiment ça.

- Euh, tu...tu... Tu viens faire quoi ici?

Comment essayer de faire oublier sa bêtise en passant finalement pour un taré qui vous épie, vous et votre emploi du temps., leçon numéro un.

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Dim 26 Juil 2015 - 18:19

Une légère brise effleura les cheveux châtains clairs de la verte et argent tandis qu’elle ne pouvait s’enlever le sourire amusé qu’arboraient ses lèvres. Kiarah n’appartenait pas à ce groupe de filles qui aimaient enchaîner les conquêtes et flirter avec le plus grand nombre de garçons possibles. Au contraire, elle choisissait ses partenaires après réflexion et ne s’engageait pas dans des histoires honteuses et hasardeuses. Elle tenait trop à sa réputation que pour l’entacher, jamais elle n’aurait admis pouvoir être considérée comme une fille « facile » au long tableau de chasse. D’une certaine façon, elle considérait que ça entretenait son charme. En revanche, voir les garçons s’empourprer devant elle ou au contraire tenter de la charmer l’amusait beaucoup. Si elle était d’humeur, elle s’y prêtait même au jeu.  Avec Wayoth cependant, c’était différent. Si certes ça l’amusait de le voir s’embrouiller devant elle sous l’influence de cette atmosphère printanière, elle n’aurait pas voulu qu’il lui en veuille par la suite. Il était bien plus qu’un précieux partenaire d’étude.

- Ton patronus aurait dû être un Hyppogriffe, non un fennec.

Un hyppogriffe… C’était une créature majestueuse, qui avait son caractère et qui exigeait qu’on lui doive le respect. D’une certaine façon, Wayoth n’avait pas tort (même s’il s’agissait bien d’humour dans le cas présent). Elle adressa un sourire amical à son camarade, car oui, la demoiselle pouvait aussi se montrer presque gentille et agréable avec les gens qu’elle appréciait. Bon, certes, son caractère de cochon et son perfectionnisme étaient dominants, le serdaigle en avait déjà fait les frais. Mais au fil de leurs séances d’étude, où l’atmosphère était bien plus calme, ils avaient appris à se connaître et désormais Kiarah le respectait beaucoup. Peut-être le jeune homme l’ignorait-il mais en tout cas, il était chanceux.

- J'ai vraiment cru que tu m'en voulais, c'est malin.

Kiarah observait distraitement le petit botruc aux pieds de Wayoth lorsqu’il lui saisit subitement la main. Le contact semblait l’avoir dérangé car il l’avait retirée tout aussi vite. La Serpentard le toisa avec des yeux ronds, surprise par la vitesse avec laquelle s’était déroulé le geste. Bon sang, elle n’avait pas l’éclabouille tout de même, pourquoi agissait-il de la sorte ?! Frustrée par ses gestes maladroits, elle faillit piquer une colère mais se radoucit cependant lorsqu’elle vit dans quel état se trouvait réellement le bleu et argent. Décidemment, elle devait vraiment le troubler pour qu’il se décompose autant. C’est alors qu’une idée nouvelle germa dans son esprit. Et si…. ? Elle aurait dû y penser bien plus tôt !

- Ecoute Wayoth, je sais que tu dois te sent….

Sa phrase resta en suspens, interrompue par un violent coup de tonnerre ayant déchiré le ciel. D’abord ce ne furent que quelques gouttelettes insignifiantes, puis la pluie commença à tomber, de plus en plus dense, ce fut bientôt un vrai déluge qui s’abattait sur le parc. Tout le monde se mit alors à courir, en quête d’un abri. Contre toute attente, Kiarah ne prit pas ses jambes à son coup mais attendit quelques secondes, la mine boudeuse, avant de finalement s’emparer de sa baguette magique.

- Tempestatem tuetor !

Aussitôt, un voile transparent apparu au-dessus de leur tête et s’immobilisa, flottant avec douceur dans les airs. Kiarah avait maîtrisé sa largeur, de sorte qu’il les recouvre tous les deux. Bien qu’elle continuait à tomber tout autour, la pluie avait cependant cessé sur eux dès l’énoncé du sort. Assez satisfaite d’elle-même, la verte et argent observa distraitement les gouttelettes tomber, puis s’écraser sur le voile, à la manière d’un parapluie. De drôles d’engins qu’étaient les parapluies, quand on connaissait l’efficacité de ce sort. Au moins ce dernier ne risquait pas de se retourner à la moindre bourrasque de vent, ni d’éborgner le pauvre malheureux se trouvant sur son passage.

Un frisson lui parcourut le corps, faisant dresser ses poils sur sa peau. Existait-il un sort qui lui permettrait de sécher sa tenue vite fait, bien fait? Il lui semblât que oui, pourtant elle ne revenait plus sur la formule. Elle décida du coup d’ôter son pull qui lui collait désagréablement à la peau et n’avait pour effet que la refroidir.  Elle n’avait malheureusement pas remarqué que le t-shirt blanc qu’elle portait en-dessous était beaucoup trop collant et qu’avec l’eau, il était presque devenu transparent….


- Qu’est-ce que j’allais dire déjà ? s’exclama-t-elle avec une pointe d’agacement, vraisemblablement dérangée par les aléas de la météo d’Ecosse.

Spoiler:
 

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Sam 10 Oct 2015 - 15:36

Wayoth n'avait pas pour habitude d'écouter les bruits de couloirs que se colportaient les élèves : en général, les ragots venaient à lui. Travailler pour le Dayly Prophet avec Belmontet avait sûrement aidé le garçon à ouvrir ses oreilles aux racontars adolescents, bien qu'à ce moment il n'était qu'un simple photographe pour le journal. La première remarque qu'il avait pu entendre à propos des Garner, lors de sa première année, avait été soufflée à table pas un deuxième année de sa maison lors de la répartition de deux Garner qui avait lieu après la sienne : Tony et Kiarah. Le garçon avait été envoyé à Gryffondor. " Comme Théo. Moi je vous le dis, s'ils sont pareils, on a du soucis à se faire. Les gosses pullulent dans cette famille, les parents ne savent pas s'arrêter...". Le jeune Fawkes avait fixé son aîné la mine sévère : de quoi il se mêlait ? Était-il vraiment obligé de faire de tels commentaires à table ? Les paris allaient de bon train pour la répartition de Kiarah. Couverte de vase -tout comme l'était le petit goret aux cheveux filasses qui trépignait d'impatience en attendant que son nom soit cité- et le regard furieux, la petite fille s'était avancée jusqu'au Choixpeau et Wayoth avait pensé qu'il avait eu de la chance de passer avant elle en voyant sa robe de sorcière souiller le tabouret. Tandis que les chuchotements visaient aussi Gryffondor -car il ne fallait pas être maligne pour avoir l'idée de se rouler dans la boue-, Kiarah fut envoyée à Serpentard.

On la disait râleuse, grognon, colérique. Tandis que certains se chargeaient de faire l’apologie des Garner mâles, Wayoth s'était retrouvé en groupe avec la demoiselle complètement débarbouillée qui lui avait imposé (après avoir survolé l'écriture du garçon) d'aller chercher les renseignements pendant qu'elle écrivait. Le premier avis de l'aiglon fut négatif : si elle voulait un intello larbin, elle pouvait s'en trouver un autre. A peine arrivé à Poudlard, Wayoth regrettait d'être monté dans ce foutu train pour être catalogué de petit hargneux du bouquin qui ne savait rien faire d'autre que d'essuyer ses lunettes. Lui aussi aurait pu être à Serpentard, pas pour autant qu'il allait asservir les autres... Mais au final, alors qu'il avait voulu bâcler le devoir pour se libérer au plus vite et donné une information incomplète, la jeune fille lui avait prit le livre des mains et lui avait passé un savon pour son manque d'investissement.

Après ça, ils avaient rapidement appris à travailler ensemble et le bleu avait même apprécié ce binôme. Bien qu'il lui arrivait de ne pas comprendre la Serpentard et de devoir agir constamment comme s'il marchait sur des œufs de dragons sous les yeux de la mère elle même, Wayoth avait fini par se rendre compte qu'il appréciait bien plus cette jeune demoiselle que ses camarades de dortoir. Pas qu'il veuille partager son dortoir avec Kiarah, non, simplement pour démontrer à quel point il ne connaissait pas plus que cela les garçons qui partageaient sa salle de bain depuis six ans.

Elle sourit. Comme un miroir idiot, il fit de même. Il était tellement rare que certaines personnes -comme miss Garner- fassent tomber le masque que Fawkes avait prit l'habitude de faire pareil avec elle. Un sourire, ça n'allait pas le tuer. Puis, en prenant son air d'ourson bougon, l'aiglon souffla pour finalement râler :

- J'ai vraiment cru que tu m'en voulais, c'est malin.

Le petit Botruc essayait de le mordre au travers la toile de son jean, mais Wayoth le repoussait négligemment. S'il avait choisit Soins aux Créatures Magiques, ce n'était que par pure curiosité de voir de ses yeux des créatures qu'on ne pouvait admirer de la même façon sur des pages de grimoire. Cependant... on ne pouvait pas dire qu'il était passionné comme d'autre l'était. Tant que la créature était inoffensive ou qu'on pouvait la maîtriser, ça allait. Si la bestiole était un monstre complètement dingue qui ne désirait que votre mort, mieux valait ne pas compter sur le jeune Fawkes pour épargner la bête et perdre un bras. Un bon coup de baguette et le tour était joué : il n'était sûrement pas là pour perdre la vie.
Sans aucun intérêt pour l'être à ses pieds, l'aiglon toucha la main de sa camarade au lieu de prendre la photo. Pivoine, il baissa les yeux sur le sol soudainement attrayant et (comme un enfant pris en faute) il tenta de changer de sujet en posant une question.
Qui fut balayé par Kiarah qui l'oublia ou ne voulut pas y répondre. Il se retrouva à contempler les chaussures de la verte alors que celle-ci prenait la parole.

- Écoute Wayoth, je sais que tu dois te sent….

Sursautant lorsque le tonnerre gronda, le Serdaigle leva ses iris vert de gris au ciel pour observer les gros nuages noirs au dessus de leurs têtes. Il avait tellement été pris dans la conversation qu'il n'avait pas remarqué le brusque changement de luminosité, tout comme la moitié des élèves présents dans le parc. Une goutte, puis deux, et enfin un torrent d'eau qui tombait du ciel. Cherchant principalement à protéger son appareil, le bleu cacha l'engin sous son tee-shirt et offrit sa nuque aux larmes du ciel.

- Ah purée, c'est ma grand mère qui va être contente qu'on lui arrose gratuitement son jardin... grommela Wayoth avant de se tourner vers sa camarade qui gardait le nez levé en tâtonnant sa poche. Kiarah...? On y va ?
- Tempestatem tuetor !

Les yeux ronds, Fawkes constata que l'eau déviait sur un voile invisible comme elle l'aurait fait sur un parapluie. Avec fascination, l'aigle fixa son regard sur les gouttelettes qui ruisselaient à quelques centimètres de son visage et, la mine réjouie, se tourna rapidement vers la verte avant de redonner son attention au spectacle sous ses yeux.

- Waouuuh ! Je ne connaissais pas ce sort, c'est dingue ! De toute beauté... compléta-t-il avec quelque chose dans la voix qui rappelait étrangement la façon dont Rogue avait parlé de l'élixir de mort en bouteille.

Clic clac, wiiiiiiiiiiiiz. Clop clop, Bzzzzzzzzzz-tut !

Une fois le cliché dans les mains, le garçon regarda sa version de Poudlard sous la pluie, comme pris dans une boule à neige.

- Reg...
- Qu’est-ce que j’allais dire déjà ?
-...arde Kiarah

Pétrifié devant la demoiselle qui s'était débarrassé de son pull pour se retrouver en une chemise blanche qui tournait au transparent, Wayoth dû attendre que l'orage éclate de nouveau pour que l'électricité ambiante refasse les connections de ses neurones. Machinalement, il tira la verte par le bras le plus loin possible des arbres en se justifiant par le fait que la foudre frappait en hauteur et que le bois étant conducteur, ils risquaient beaucoup à rester ainsi à côté du tronc. Le Botruc, lui, n'était pas du même avis et semblait ravie que les deux humains fassent leurs valises loin de son arbre.

N'osant plus regarder Kiarah ni dans les yeux ni ailleurs, Fawkes lui tourna le dos en espérant qu'elle ne prenne pas mal le seul moyen qu'il avait trouvé pour ne pas lui mettre sous le nez son visage rougi par la gêne.

- Tu... tu disais...que tu savais que je devais me. Puis suspens. Tu veux pas remettre ton pull, dis ?

Puis, comprenant la raison pour laquelle elle ne le portait plus.

- Ah mais oui, il est trempé... J'ai de l'eau dans les chaussettes, moi...

En baissant les yeux sur son propre tee-shirt d'un gris délavé et s'imaginait que la touffe de cheveux sur son crâne devait lui donner un air de chien mouillé. Saisissant sa baguette pour orienter l'embout sur ses cheveux, Wayoth n'eut qu'à penser la formule pour qu'un petit vent chaud vienne sécher sa tignasse à la manière d'un sèche-cheveux.

- Je... Je crois que ça peux fonctionner avec les vêtements. J'ai jamais essayé, mais je suppose que ça va prendre plus de temps ? Xeraino*.

Avec une moue déçue, le garçon contempla son torse sécher bien trop lentement avant de regarder Kiarah. Son cas était vraiment le plus urgent, pour sa propre santé si elle ne voulait pas attraper du mal, pour la santé mentale de Wayoth et ses hormones mâles, et puis aussi pour tous les autres porteurs de chromosomes Y du coin.

- A deux, ça ira plus vite ! Xeraino... et si... Xeraino maxima !

L'air tiédit par la nouvelle fraicheur et humidité ambiante fut si puissante que les cheveux de la demoiselle se mirent à voleter tout autour de son visage comme s'ils voulaient fuir le crâne de la Serpentard. Stoppant tout de suite son essaie, le garçon contempla Kiarah avec les yeux rond de celui qui sait qu'il vient de faire une bêtise.

- Oh, tu...tu vas bien ? Je ne t'ai pas fait mal, hein ? Tu es brûlée ? Est-ce que tu as soif ? Parce que le sortilège est censé assécher, alors...mince, je t'ai peut-être déshydraté !! Tu veux un verre d'eau ? Je suis désolé, Kiarah, pardon...

Sans trop attendre la réponse positive ou négative de sa camarade, le bleu s'empressa de ramasser un gros galet qu'il changea en verre après un Vera Verto avant de le remplir d'un Aguamenti pour tendre la tasse à la Serpentard.





Citation :
HJ : Xeraino = Sécher (grec)
T'es vraiment sadique pour ce coup de la chemise blanche    
MP si quelque chose cloche  

_________________
Maman, je suis magique !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth) Aujourd'hui à 19:29

Revenir en haut Aller en bas

[Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Avril 1997] Les nouveaux amours du printemps (Wayoth)» [Avril 1997] Lampe Torche [Cours ouvert à tous les élèves]» [Avril 1997] J'aime pas les gamines.» [Avril 1997] Love will turn you around, turn you around... [Fe Nymphadora Tonks]» [Avril 1997] Examen de Transplanage, ultime chapitre
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-