AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9680

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty] Sam 3 Jan 2015 - 15:57

« Non, mais ça va pas ? Vous pensez vraiment que quelqu’un acceptera de se prêter à votre expérience tordue ? Allez viens Emeline, on s’en va, ces gars sont pas nets. »

Vexé, Alagar ne prit même pas la peine de répondre lorsque les adolescentes lui tournèrent le dos d’un air hautain pour s’éloigner à grands pas. Cela faisait des heures que lui et son acolyte trainaient dans Pré-au-Lard et aucun élève pour l’instant n’avait accepté de leur rendre service. Pendant un moment, il avait vraiment cru que ces deux jeunes filles mordraient à l’hameçon, mais rien n’avait fait. Comme tous les autres avant elles, elles avaient rapidement décelé qu’il y avait anguille sous roche dans la proposition alléchante qui leur avait été faite. Résultat, elles aussi avaient pris leurs jambes à leur cou sans même chercher à en savoir davantage. La mine lasse, le sorcier, âgé tout juste d’une vingtaine d’années, s’installa sur le banc qui faisait face au bar des Trois-Balais.

« Je te l’avais dit Sam, les élèves de Poudlard ne sont plus ce qu’ils étaient autrefois. C’est fini le temps où on pouvait utiliser leur naïveté pour tester nos découvertes. Ils sont beaucoup plus futés qu’auparavant. Non, crois-moi… C’est peine perdue, on n’y arrivera jamais ! »

Debout face à lui, le dénommé Sam secoua la tête d’un air vigoureux en triturant sa baguette magique. Contrairement à son frère, il refusait de se laisser abattre par ce nouvel échec et sondait déjà la rue du regard, à l’affut du cobaye idéal. Même si cela faisait des heures qu’ils essayaient, il était hors de question d’abandonner maintenant. Cette potion, c’était leur tout nouveau bébé et ils se devaient de la tester. Tous deux employés chez Derviche et Bang dans une fonction barbante et monotone, ils avaient enfin l’occasion de s’amuser un petit peu durant leur rare jour de congé. Pour la première fois depuis des mois, ils s’apprêtaient même à retrouver l’ambiance farceuse qui ne les quittait jamais lorsqu’ils étaient encore élèves à Poudlard. Lui, comme Alagar, avaient besoin de ce petit souffle d’air dans leur existence. Juste une petite farce avant de se replonger dans leur univers routinier. Non, décidément, il pouvait y passer la journée, il se refusait à abandonner la partie en étant si près du but.

« Peut-être bien que les mentalités ont évolué mais crois-moi, y a toujours des idiots à berner. Regarde, ça a presque failli fonctionner avec ces deux écervelés de Poufsouffle, Dean et Nathan. Ils étaient pressés mais sans ça je te jure qu’ils auraient accepté notre marché sans broncher. Allez frérot, laisse-moi juste un peu changer ma stratégie d’approche. J’ai une idée et je suis sûr que ça va marcher. Aie confiance ! »

Sceptique, Alagar jeta un coup d’œil autour de lui puis soupira, l’air bougon. Il commençait sérieusement à en avoir marre de trainer ici. Tout ce qui l’intéressait maintenant c’était de se commander une bierraubeurre bien fraiche et de se vautrer dans un fauteuil pour le reste de l’après-midi. Seulement, connaissant la détermination de son frère, il savait qu’il ne pourrait avoir droit à ce moment de détente qu’une fois qu’ils seraient
parvenus à trouver un cobaye pour tester leur nouvelle potion. N’empêche, ils avaient tout essayé : persuasion, marchandage, appel à l’aide…  Sam avait même tenté de jouer la carte de la séduction auprès de certaines demoiselles, mais, visiblement, leurs atouts ne marchaient plus autant que quand ils étaient élèves à Poudlard. Les jeunes d’aujourd’hui, en plus de se montrer plus réfléchis, semblaient également beaucoup plus méfiants à l’égard des étrangers.

« Pfff, j’suis pas convaincu mais soit… faisons une dernière tentative. »


Au même moment, au bar des Trois-Balais…
Voilà cinq minutes que Théo, accoudé au comptoir des Trois-Balais, tentait tant bien que mal de se dégager de l’emprise de cette sangsue de Jace. Un peu éméché sur les bords, son ami s’était mis en tête qu’ils ne pouvaient pas se quitter sur une si bonne lancée et ne daignait donc pas le laisser partir.

« Allez, juste une dernière ! J’te la paye ! »
« Non non pas question Jace! Je sens déjà que je commence à avoir du mal à réfléchir, c’est bien assez. »
A cette évocation, Jace pointa son index en direction du torse de son ami d’un air moqueur.
« Parce que tu réfléchis toi ? Première nouvelle !»
« Ahaha, on t’a déjà dit que tu étais tooordant Jace ? Non mais je t’ai déjà dit… La dernière fois que j’ai pris un « dernier verre », ça s’est éternisé et ça a été le carnage total. Depuis lors cette mégère de Van Hall m’a à l’œil chaque fois que je reviens de Pré-au-Lard donc j’te jure, j’ai intérêt à me tenir à carreau encore un petit peu! »
« Moi je te dis… Van Hall déteint totalement sur toi. Tu deviens chiant ! »
« Ouais ouais… Et toi tu deviens un vrai déchet là ! Allez, à tout à l’heure vieux ! »

Ayant enfin réussi à s’écarter de la poigne d’acier de son ami, Théo reposa son verre vide sur le comptoir puis fila rapidement à travers la foule pour éviter de se faire rattraper par Jace. Il y avait tellement de gens présents dans le bar qu’il lui fallut zigzaguer pour se frayer un passage jusqu’à la sortie. Parvenu enfin dehors, il respira l’air frais à grandes goulées, soulagé d’être enfin sorti de là. C’était comme ça chaque année. Avec la fin d’année qui approchait rapidement, la dernière sortie à Pré-au-lard remportait un franc succès auprès des élèves puisqu’elle représentait la dernière source de distraction avant les examens. Résultat, tout le monde se donnait rendez-vous au Trois-Balais pour souffler une dernière fois avant le chemin de torture. Et quand les élèves soufflaient, bien souvent ça se transformait rapidement en beuverie…

« Hé petit, tu veux venir par ici deux minutes »

Fronçant les sourcils, Théo s’approcha de l’homme assis sur un banc qui venait de l’interpeller bruyamment. Non, mais pour qui il se prenait celui-là à l’appeler ‘petit’ ? D’après ce qu’il sache, ils n’avaient pas élevé les cochons ensemble ! Irrité, il s’apprêtait d’ailleurs à lui en faire la remarque lorsque l’autre sorcier, un rouquin, lui adressa un sourire.

« Bonjour ! Je m’appelle Sam et voici Alagar. »

Décontenancé, Théo les observa quelques instants, ne sachant que penser de ces deux drôles de bonhommes qui étaient tout sourire devant lui.

« Ouais... Enchanté. Qu’est-ce que vous voulez au juste? »

Il vit que le sorcier nommé Alagar s’apprêtait à lui répondre, mais son frère lui mit une main sur l’épaule et le devança.

« Ca te dirait de gagner des gallions en quelques secondes ? »

Se voir proposer de l’argent aussi facilement aurait dû aussitôt attirer sa méfiance sauf que, à peine plus âgés que lui, ces gars-là, bien qu’un peu spéciaux, n’avaient pas l’air bien méchants. A dire vrai, ils avaient l’air même un peu sympathiques. C’est ce qui le décida à rester sur place pour en savoir plus.

« Heu, c’est-à-dire ? »
« Moi et mon frère on tient un tout nouveau magasin de farces et attrapes sur le Chemin de Traverse. Récemment, on a concocté une petite potion et on aimerait bien que quelqu’un nous aide à la tester. C’est sans danger, ça ne prend que quelques minutes et en échange de ça, on t’offre quelques gallions pour te remercier de nous avoir aidés dans notre affaire.  »
« Hum… je sais pas trop. C’est louche votre truc. Pourquoi vous la testez pas vous-mêmes ? »

Cette fois, ce fut le dénommé Alagar qui prit la parole. Bien qu’ayant avait l’air un peu plus jeune, il semblait pourtant plus mature que son frère. Et aussi plus fiable.

« D’habitude, on teste tout nous-mêmes mais ici on a besoin d’être observateurs pour pouvoir prendre des notes. On est très rigoureux dans notre travail. »

Pendant les cinq minutes qui suivirent, les deux frères continuèrent à répondre à toutes les questions de Théo, notamment à propos de leur soi-disant potion. D’après leurs dires, il n’y avait vraiment rien à craindre, d’autant plus que ce n’était même pas lui qui subirait les effets de la potion. En comprenant qu’il y aurait une autre personne impliquée dans l’histoire, Théo se mit pourtant à reconsidérer la proposition d’un air plutôt sceptique. Il avait beau adorer les blagues, il n’avait pas très envie de ridiculiser un élève de Poudlard de la sorte. Non, tout compte fait, cette proposition ne lui disait rien qui vaille. Il avait déjà assez d’ennemis au château, pas besoin de risquer de s’en faire davantage. A moins que…

A quelques mètres de là, un Serpentard sillonnait les rues du village de sa démarche pompeuse. Comme d’habitude, Théo sentit l’agacement l’envahir en voyant cet abruti d’Alexander Foster flâner d’un air tranquille. Il avait beau essayer de l’ignorer, ce gars puait tellement la suffisance et le narcissisme, qu’il en venait à polluer son espace vital. Visiblement, cela n’échappa pas non plus à Alagar.

« Ce gars là-bas a l’air pas mal agaçant dans son genre on dirait… »
« Je ne vous le fais pas dire… »
« Tu ne crois pas que ça lui ferait du bien de descendre de son piédestal ? »

L’idée de faire une farce au premier venu n’enchantait guère Théo, mais Alexander, lui, n’était pas le premier venu. Même s’il ne le connaissait pas, Alagar avait parfaitement cerné le personnage en émettant l’idée qu’une petite farce ne lui ferait pas de mal. Juste histoire de faire comprendre à monsieur le vantard qu’il fallait parfois savoir faire preuve de discrétion…

« Alors, partant ? »

Une petite alarme s’alluma dans la tête de Théo pour lui faire comprendre que ce n’était pas une bonne idée. Alexander et lui se détestaient déjà royalement, pas besoin d’attiser davantage le feu de leur rivalité. Il suffisait de voir où cela l’avait mené avec Cleaver… Pourtant, malgré ces belles pensées, Théo eut vite fait d’ignorer la petite voix de sa conscience. Après tout, Foster et Cleaver étaient des personnalités totalement différentes. Et puis, la situation n’était pas du tout la même. Il s’agissait d’une simple petite farce. Rien de bien méchant. Juste histoire de taquiner un peu la petite vipère.

« Donc si je comprends bien, j’ai juste à lui prendre la main une dizaine de secondes pour que ça marche ? »
« T’as tout compris ! »
« Ma foi, ça n’a pas l’air bien compliqué. D’accord, donnez-moi cette potion. »

Il fallut moins d’une minute au Gryffondor pour s’emparer de la petite fiole et d’en boire intégralement son contenu. Ensuite, il dut attendre quelques minutes supplémentaires, le temps que la potion fasse son chemin jusqu’à son organisme. Rassuré, il se rendit compte qu’il ne ressentait pas le moindre effet. Les deux frères ne lui avaient donc pas menti.

Après un dernier regard vers les deux sorciers, Théo se dirigea donc vers son vieux rival qui s’était arrêté devant Honeydukes. Perdu dans la contemplation de la vitrine, ce dernier ne l’avait pas entendu arriver dans son dos et sursauta presque lorsque le rouge et or s’adressa à lui d’un air joyeux.

« Salut Foster ! Tu sais, je crois que tous les deux ont est parti sur une mauvaise route. Laisse-moi…
Et avant même que le Serpentard ait eu le temps de comprendre ce qu’il lui arrivait, le septième année lui agrippa la main gauche fermement. … te serrer la main. »

Instantanément, Alexander essaya de se dégager en vociférant, mais Théo resserra aussitôt son emprise d’un geste calme. Il avait hâte de voir le résultat. Plus que quelques secondes encore. Sauf que… rien ne se passa comme prévu. Ces fourmillements dans ses doigts, puis dans toute sa main droite. Quelque chose clochait… Ils ne lui avaient pas parlé de ça. Il n’était pas censé sentir quelque chose. Son premier réflexe fut évidemment de retirer sa main pour la secouer mais…

« Qu’est-ce que… ? »

Agitant vigoureusement la main, Théo essaya pas tous les moyens de détacher ses doigts de ceux d’Alexander mais il dût bientôt se rendre à l’horrible évidence : leurs doigts semblaient s’être scellés lorsque leurs mains s’étaient touchées.

« NON ! »

Furieux, Théo braqua aussitôt son regard vers le banc où se tenaient les deux sorciers quelques instants plus tôt. Ces deux-là avaient intérêt à rappliquer tout de suite sauf que… Le cœur battant, le rouge et or jeta des regards paniqués autour de lui avant de comprendre que les deux roublards avaient profité des quelques secondes de confusion pour se faire la malle. Comme dans un film au ralenti, Théo tourna lentement la tête vers Alexander qui, ne comprenant strictement rien à ce qui venait de se passer, vociférait toujours contre lui. C’était un cauchemar, il allait se réveiller. Non, vu la manière dont le Serpentard le fusillait du regard et gesticulait dans tous les sens, la scène était bien réelle.

ETAPE 1 : calmer l’ennemi.

« Heu.. t’énerve pas vieux ! Je peux tout t’expliquer… »

L’air piteux, il lui adressa un semblant de sourire qui se voulait être convaincant. Le problème, c’est qu’il ne comprenait rien lui-même à ce qui venait de se passer.

ETAPE 2 : coopérer pour se sortir de là.
Ouais, en gros, ils étaient foutus…

[HJ: désolée, pour le pavé et les innombrables paroles. J'te rassure, je ferai pas aussi long la prochaine fois, mais tu m'inspirais x)]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    7ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Tyler Blackburn
MESSAGES : 727

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNUE
MessageSujet: Re: [Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty] Dim 1 Fév 2015 - 16:29

Plus qu'un mois avant les grandes vacances d'été. Pas d'examens à l'horizon. Pas de révisions. Moins de cours intenses. Autant de bonnes raisons qui faisaient qu'Alexander pouvait se permettre de se rendre à Pré-au-Lard, pour se changer les idées. Le temps était plutôt clément pour une fin de mois de mai, ce qui rendait la balade extérieure agréable. Sur le chemin, il avait croisé Joyce Neller, son amie de toujours qui, elle, rentrait les bras chargés de choses et d'autres. Ils discutèrent quelques instants, avant que le Serpentard ne reprenne sa marche. Depuis l'épisode des Potions, leur relation n'était plus tout à fait la même, c'était comme si chacun d'eux éprouvait une sorte de gêne à l'idée de se retrouver face à face. Alors, pour atténuer cela, Alexander faisait ce qu'il pouvait pour couper court à leurs discussions, et se retenait de la provoquer, de la taquiner, de peur que cela dégénère à nouveau. Il croisa également Fawkes, un Serdaigle de 6ème année, qu'il aimait comparer à Wright. Même lunettes, même tête... Même victime, en somme. En passant près de lui, il fit tomber les nombreux bouquins qu'il tenait dans les bras, tout en s'esclaffant et en se moquant de sa maladresse. Puis finalement, il arriva, fier et heureux, à Pré-au-Lard. Il y avait foule. Apparemment, bon nombre d'élèves avaient eu la même idée que lui, à son grand désarroi. Il n'aimait pas particulièrement être entouré, et le fait de croiser autant de monde le dérangeait. Pour autant, il ne se laissa pas démonter. Bombant le torse, il avança avec fière allure, bousculant au passage quelques élèves de première et deuxième année. Il reconnut de loin Louise Fitzgerald, celle qui lui avait fait l'affront de l'attaquer à coups de coussin à la colonie de vacances. Ca, il s'en rappellerait longtemps... Il n'avait pas encore réfléchi à une façon de se venger d'elle, mais qu'elle reste sur ses gardes...

Sans se départir de son sourire, et ignorant les gens qui pestaient après lui, dont cette abrutie de Wells, il finit par s'arrêter devant la vitrine rose et verte d'Honeydukes, magasin de confiseries réputé à Pré-au-Lard. Des bonbons de toutes les couleurs, de toutes les formes, de toutes les tailles, étaient posés ici et là, et donnaient vraiment envie de s'y arrêter et de craquer. Il s'apprêtait à se dégager de la vitre pour entrer dans le magasin, lorsqu'il entendit une voix derrière lui, et qui visiblement s'adressait à lui. Il sursauta. Garner. Alex soupira. Pourquoi fallait-il qu'on vienne lui pourrir la journée ? Et l'air joyeux que le Gryffondor affichait ne lui disait rien qui vaille.

- Salut Foster ! Tu sais, je crois que tous les deux ont est parti sur une mauvaise route. Laisse-moi…

Il arqua un sourcil en entendant ses propos. Etait-il bourré ? Il revenait sûrement des Trois Sangliers, Garner était réputé pour ses beuveries en tout genre... Et alors qu'il était sur le point de l'ignorer et de le contourner, il sentit la main de Théo lui agripper fermement le poignet gauche. Ahuri, Alexander commença en râlant, tout en tentant tant bien que mal de se dégager de l'emprise de Théo. Mais celui-ci la consolida, et il lui semblait impossible de s'en défaire.

- Mais bordel, qu'est-ce que tu fous Garner ? Lâche-moi... MAIS LACHE-MOI BORDEL !
- Heu.. t’énerve pas vieux ! Je peux tout t’expliquer…

Vieux. Mais pour qui se prenait-il ? Il criait, tout en agitant son bras emprisonné dans tous les sens, en vain. Leurs mains semblaient collées, alors qu'Alexander ne l'avait pas vu lancer le moindre sort... Préparait-il cela depuis longtemps ? Il n'arrivait plus à se contenir. Et que faisait Théo pendant ce temps-là ? Il regardait ailleurs !

- GARNER ! Je te jure que si tu n'enlèves pas ta main tout de suite, je te fais manger cette vitrine ! ET REGARDE MOI QUAND JE TE PARLE !

Il tira si fort sur la main de Théo qui, sous la surprise, fit un bond en avant, et tomba, entraînant dans sa chute un Alexander totalement impuissant face au poids lourd qu'était Théo. Une dizaine de personnes s'était réuni tout autour d'eux. Certains riaient, il reconnut d'ailleurs dans le lot Blackwel, qu'il se promit de faire mordre la poussière plus tard. Et les autres semblaient juste curieux, se demandant ce qu'il se passait devant eux. Ils devaient sûrement se dire que Garner et Foster se baladaient main dans la main dans les rues de Pré-au-Lard, et qu'ils avaient malencontreusement glissé sur une flaque d'eau... Wait. NON PAS CA. TOUT SAUF CA. Une nouvelle fois, il tenta de se dégager de Théo, sans succès. Comme si en dix secondes, il avait déjà oublié que leurs deux mains étaient collées.

- Mais bordel de citrouille Garner, c'est quoi ton p'tit jeu là ? FAIS QUELQUE CHOSE !

Alexander était à la limite de le frapper. Littéralement. Peu importe s'il se blessait ou pas dans la foulée. Il ne portait déjà pas Théo dans son coeur, mais alors là, sentir sa main dans la sienne, être obligé de rester près de lui à moins de 1 centimètre, non, ce n'était clairement pas envisageable !

_________________

It’s hard to forget, how much I cared, in time I close my eyes. It’s hard to forget all that we shared, in time I know we could try to learn to forgive... When it’s so hard to forget...
#CarlanderIsBackBitches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9680

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty] Ven 20 Fév 2015 - 16:35

Vu de l’extérieur, la scène était tellement grotesque qu’elle devait en être hilarante. Le problème, c’est qu’il n’était pas un spectateur ordinaire cette fois, mais plutôt l’acteur principal. Avec, comme unique partenaire, cet incapable d’Alexander Foster. Le décor était planté ; il ne manquait désormais plus qu’une petite touche d’action et on aurait là tous les ingrédients indispensables à une bonne scène de film comique. Et justement, en matière d’action, le Serpentard avait visiblement envie de se défouler. Rouge de colère, il ne cessait de s’agiter dans tous les sens, son faible esprit ne parvenant toujours pas à saisir qu’il était inutile de lutter. Théo, pour sa part, avait compris très rapidement qu’ils ne résoudraient pas le problème en s’acharnant ainsi. Il aurait pu expliquer à Foster pourquoi il en était si sûr, mais il y avait fort à parier que cette information n’aiderait pas à canaliser la rage du Serpentard. Que du contraire… Alors, à la place, le rouge et or décida d’ignorer temporairement son coéquipier forcé. L’enragé finirait bien par se lasser de lui-même. Parcourant toujours frénétiquement les alentours du regard, le rouge et or se demandait pourquoi les deux sorciers n’étaient pas encore venus leur porter secours. Ils lui avaient assuré qu’ils analyseraient l’expérience de loin aussi devaient-ils s’être rendu compte très rapidement que quelque chose clochait. Peut-être avaient-ils eu peur des représailles ? Ou peut-être s’étaient-ils simplement planqués dans un coin d’ombre afin de se délecter de leur mésaventure ? Soudain, deux silhouettes familières attirèrent l’attention du Gryffondor et son visage s’illumina. Hélas, un malheur n’arrivant jamais seul, c’est à ce moment précis qu’Alexander se mit à ruer comme un fou, lui faisant perdre l’équilibre par la même occasion.  

Se retrouvant le cul par terre et la tête posée sur l’épaule du Serpentard, Théo réprima un frisson écoeuré avant de s’écarter brutalement aussi loin que son bras le permettait Autour de lui, il entendit des ricanements bruyants et, levant les yeux, il se rendit compte que plusieurs personnes les observaient d’un air moqueur ou effaré.

« Bon, t’as pas  bientôt fini de tirer sur mon bras id..? J’ai failli avoir l’épaule déboitée par ta faute ! »

Se rendant bien compte qu’Alexander fulminait, le septième année leva rapidement sa main libre devant lui, comme pour tenter une sorte de geste de cessez-le-feu. Il voyait bien dans son regard que le Serpentard était prêt à lui sauter à la gorge, mais ils n’avaient certainement pas besoin de ça en plus. C’est d’ailleurs pour ça qu’il s’était retenu de justesse de l’insulter. Pourtant, l’envie ne lui manquait pas…

« Tout doux Foster ! C’est pas un jeu ! T’as pas encore capté que nos mains se décolleraient pas comme ça ? Et j’y suis pour rien! Bon d’accord, j’y suis peut-être pour un petit peu, mais j’te jure que ça devait pas avoir cet effet là. Normalement, j’devais te serrer la main pour que celle-ci devienne… »

Il s’arrêta, sachant très bien que la suite de l’histoire ne serait guère appréciée. La vérité c’est bien, mais pas quand on a un gars furibond devant soi prêt à exploser à la moindre contrariété supplémentaire. A la base, la main d’Alexander aurait dû changer de couleur et se mettre à gonfler jusqu’à devenir aussi grosse qu’une tête humaine. C’est en tout cas ce que le gars lui avait dit et Théo aurait vraiment été curieux de voir le résultat. Manque de bol, l’expérience n’avait pas eu l’effet escompté.

« Enfin bref, on s’en fout… Faut juste que tu m’fasses confiance et que tu m’suives. Je t’expliquerai en route. Allez hop, on y va… »

Joignant le geste à la parole, Théo tenta de se remettre debout mais il se rendit bien compte que c’était peine perdue avec le poids mort qui pendouillait à son bras. Soit Foster n’avait visiblement pas saisi l’urgence de la situation soit il n’avait pas envie de bouger ses fesses du sol. Soupirant, Théo, à moitié courbé, essaya de ne pas perdre son calme malgré l’urgence de la situation.

« OK c’est bon, je t’explique vite fait. C’est deux gars qui ont fait le coup. Y en a un qui est roux, assez maigrichon et l’autre est un peu plus petit, les cheveux bruns, très laid. Faut absolument qu’on les retrouve pour qu’ils nous arrangent ça. Je pense les avoir aperçus au bout de la rue tantôt ! Tu peux bouger ta carcasse maintenant ? S’il te plait ? »

Il fallait désormais espérer que le vert et argent cesse ses jérémiades pour accepter de le suivre sans faire d’histoires. Or, connaissant le caractère rebelle du jeune homme, la partie était loin d’être gagnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    7ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Tyler Blackburn
MESSAGES : 727

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNUE
MessageSujet: Re: [Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty] Mar 3 Mar 2015 - 2:08

Foster et Garner, les meilleurs ennemis de tout Poudlard, étaient toujours affalés sur le sol, les mains jointes comme si ce geste était naturel et spontané. Alors que pas du tout. Jamais, jamais, JAMAIS. Même bourré, même désespéré par la cause féminine, même en manque. PAS GARNER. NO WAY. C'est pourquoi la situation l'agaçait au plus haut point. Il avait toujours fait en sorte de se trouver loin de lui, de le croiser le moins possible. Et lorsque le destin se jouait de lui, il faisait en sorte de dominer le problème. Mais là, très clairement, il ne le faisait pas. Ils étaient tous les deux assis par terre, tels deux gros boulets qui n'arrivent pas à se mettre debout. C'était ridicule, tout simplement ridicule. Et pour couronner le tout, la voix perçante de Théo lui cassait les oreilles. Et ne parlons pas de son odeur corporel. Il comprenait à présent pourquoi il faisait de son mieux pour se tenir éloigné.

- Bon, t’as pas  bientôt fini de tirer sur mon bras id..? J’ai failli avoir l’épaule déboitée par ta faute !
- Par MA faute ? Mais tu te fous de la g.ueule de qui Garner ?

Il s'énervait encore, et Théo ne faisait rien pour arranger son cas. Pire, il sous-entendait qu'ils se retrouvaient par terre à cause de lui. Non mais franchement ! Alex serra le poing et s'apprêtait à lui en mettre une, mais le Gryffondor fut plus rapide, et reprit la parole, une main devant lui.

- Tout doux Foster ! C’est pas un jeu ! T’as pas encore capté que nos mains se décolleraient pas comme ça ? Et j’y suis pour rien! Bon d’accord, j’y suis peut-être pour un petit peu, mais j’te jure que ça devait pas avoir cet effet là. Normalement, j’devais te serrer la main pour que celle-ci devienne…
- DEVIENNE ? DEVIENNE QUOI ? MAIS BORDEL GARNER, T'AS QUE CA A FOUTRE DE TES JOURNEES ? C'EST QUOI CETTE HISTOIRE ?

C'était bien l'une des rares fois où l'on pouvait assimiler Foster aux Gryffondor. Son visage virait au rouge et il bouillonnait. Il avait envie de prendre le visage de Théo et de l'embrasser et de lui faire manger le gravier. Il avait envie de le traîner par terre, sur une dizaine de kilomètres et puis, de le noyer. Il avait envie de prendre une hache et de lui trancher la main. Il avait envie de meurtre, clairement. Se retrouver auprès de Garner boy était loin d'être sur la liste des priorités. D'autant plus depuis qu'avec Garner girl... Bref. Ce n'était pas le moment de penser à cela.

- Enfin bref, on s’en fout… Faut juste que tu m’fasses confiance et que tu m’suives. Je t’expliquerai en route. Allez hop, on y va…

Théo tenta de se remettre debout, il échoua. Normal, puisqu'Alex n'avait fait aucun effort pour l'aider à se relever. Il avait l'air d'un enfant assis, les jambes devant lui, en train de bouder. Il lança un regard noir en direction de Garner, qui s'accroupit à nouveau.

- OK c’est bon, je t’explique vite fait. C’est deux gars qui ont fait le coup. Y en a un qui est roux, assez maigrichon et l’autre est un peu plus petit, les cheveux bruns, très laid. Faut absolument qu’on les retrouve pour qu’ils nous arrangent ça. Je pense les avoir aperçus au bout de la rue tantôt ! Tu peux bouger ta carcasse maintenant ? S’il te plait ?

Il l'écoutait déblatérer son histoire.

- Mais c'est pas possible d'être aussi con !

Il n'avait pu s'empêcher de sortir cette phrase. Comment on pouvait être aussi crédule ? Oh, il fallait s'appeler Garner, bien sûr... Il prit néanmoins le temps de réfléchir. Il lui avait dit "s'il te plaît" après tout... Et rien qu'avec ça, Alex jubilait. Garner ne s'abaissait jamais à être poli avec lui, ce mot ne faisait pas partie de leur vocabulaire. Alors, peut-être qu'il disait la vérité ? En partie... Il fallait qu'il s'accroche à cette éventualité, de toute façon. S'il avait une chance de s'éloigner de Garner et de se désinfecter la main, il devait la saisir.

Sans prévenir son... non, on ne pouvait même pas appeler cela un camarade... Donc sans prévenir cette chose, il se releva d'un coup, en lui donnant un coup d'épaule au passage.

- Bon Garner, dépêche-toi de te relever là, on a assez attendu comme ça !

Mauvaise foi, quand tu nous tiens. Lorsque Théo consentit enfin à se relever - quelle feignasse celui-là - il tenta, par réflexe, de remettre sa main dans sa poche. Et lorsqu'il se rendit compte que la main de Théo avait failli retrouver dans son pantalon, il frissonna et eut un haut le coeur. Dégoûtant, vraiment dégoûtant ! Il détourna le regard, essayant de chasser cette image par la même occasion - vers la rue où les deux gars étaient supposés s'enfuir. Il leva sa main dans cette direction, entraînant Théo par la même occasion. Haha, bien fait.

- Ils sont partis là-bas les deux bouffons ? Beh, on attend quoi pour y aller ?!

N'attendant aucune réponse de sa part, il se mit en marche, et peu importe si Garner galérait à avancer, ce n'était pas son problème. Enfin si, c'était de sa faute après tout s'ils se retrouvaient main dans la main à courir dans les champs vers la petite maison dans la prairie. Mais... malgré sa volonté de se débarrasser de Garner le plus vite possible, il n'avait aucune idée de quoi faire, ni où se rendre. Il ne lui restait qu'une solution : écouter cet imbécile de Gryffondor. Même si ça lui faisait saigner les oreilles. Il se stoppa net, manquant de se prendre Théo.

- Bon concrètement, tu proposes quoi ? Après tout, c'est toi le cerveau de cette opération, pas moi ! ... Hum non, cerveau pour toi, c'est un bien grand mot !

Il voulut croiser les doigts, en oubliant qu'il était relié à Théo. Mais c'est quand il vit ce dernier se rapprocher dangereusement de lui qu'il se souvint.

- Rah tu m'saoules ! Dépêche-toi de trouver une solution, il n'est jamais bon de rester trop près d'un Garner !

Oups. C'était peut-être pas la phrase à sortir ici et maintenant...

_________________

It’s hard to forget, how much I cared, in time I close my eyes. It’s hard to forget all that we shared, in time I know we could try to learn to forgive... When it’s so hard to forget...
#CarlanderIsBackBitches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty] Aujourd'hui à 6:45

Revenir en haut Aller en bas

[Mai 97] Unis pour le meilleur ? Plutôt pour le pire… [Fosty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ô mon amour c'est le jour parfait, pour ne rien faire ou pour crever.» Pour le meilleur, mais surtout pour le pire. F.S. De Conti. [Terminé]» Bonnie Hornby - Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.» Tylia & Servahn, liés pour le meilleur... et surtout pour le pire....» Pour le meilleur et surtout pour le pire (Ciàlec)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-