AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Mars 97] Une brèche de méfiance dans l’indifférence (Iri’)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Mars 97] Une brèche de méfiance dans l’indifférence (Iri’) Mar 30 Déc 2014 - 16:02

Tout allait de mal en pis au château. Le bal de janvier, porteur de l’espoir d’un recommencement, n’avait été que le précurseur d’une période encore plus trouble. Peu de gens parvenaient encore à croire que les murs de Poudlard étaient imperméables à tout élan de violence. Le mal avait réussi à s’immiscer dans les vieilles briques du bâtiment au point que l’école n’incarnait plus en rien le lieu sécurisant de naguère. L’insouciance et la camaraderie avaient désormais fait place à l’inquiétude et aux soupçons profonds. Théo, comme bon nombre de ses camarades, avait bien du mal à survivre confiné dans cette atmosphère oppressante. Le drame de l’agression d’Hana avait été collectif, mais n’en laissait pas moins des traces personnelles. Si jusque-là, la Serpentard avait été une élève anonyme, désormais, elle incarnait une place particulière dans les pensées de Théo. Hana, cette pauvre victime, ne s’était pas seulement fait agresser pendant le bal. Non, elle s’était fait agresser juste pendant le concert de Sky. Alors qu’il faisait le fanfaron sur scène, dans son accoutrement ridicule, la malheureuse vivait le pire instant de solitude qu’il soit. Ils avaient chanté l’espoir et l’amour juste au moment où la jeune fille subissait la désolation et la cruauté humaine. Bien sûr, il n’était pour rien dans toute cette tragédie humaine, mais le constat n’en demeurait pas pour autant moins dur à encaisser.

Et puis, il y avait eu le rôle de Neville. Son vieil ami d’autrefois, son rival d’aujourd’hui. Neville dont les cris perçants et la détresse du regard l’avaient remué plus qu’il ne l’aurait voulu. Il ne pouvait s’empêchait d’imaginer ce qui se serait passé si le Gryffondor, trainant dans les cachots à l’instant crucial, avait lui aussi croisé la route du monstre. A l’instant où son regard avait croisé celui de Neville dans la Grande Salle, le septième année avait compris que son affection pour le Gryffondor n’avait jamais réellement disparue. Non, elle avait simplement été masquée par un voile épais de colère et de déception. Cela l’avait surpris bien sûr, mais pas pour autant décidé à faire le premier pas. A la place, il avait préféré s’enliser dans la rumination et l’entêtement. Cela n’était pourtant pas son genre de ressasser autant, mais le lourd climat y était certainement pour quelque chose.

Malgré les exhortations de June, cela faisait maintenant des semaines que Théo se mettait à délaisser le groupe Pink Sky, chose qu’il n’avait jamais faite auparavant. La musique avait toujours été une source de plaisir à ses yeux, mais ces derniers temps, il ne parvenait plus à trouver autant de détente dans ces instants musicaux. Même s’ils n’avaient jamais beaucoup abordé le sujet, l’ombre d’Hana semblait parfois planer sur le groupe lors de leurs répétitions.

En plus de ça, des frictions étaient apparues entre Théo et Irina et, malgré toute la diplomatie et la patience de June, cela ne faisait qu’empirer. Il faut dire que la Serpentard et lui n’avaient jamais été réellement proches. Depuis le début, ils n’avaient fait que se tolérer sans jamais parvenir à tisser le moindre fil de sympathie entre eux.
Bon, reconnaissons-le, Théo n’avait jamais fait le moindre effort pour tenter de se rapprocher d’Irina tant le fossé entre eux lui semblait considérable. Bien qu’elle ait toujours été très secrète sur elle-même, personne au château n’ignorait effectivement les penchants de la demoiselle pour la magie noire et ses idéaux. June, avec son grand cœur et sa tolérance incroyable, était parvenue à passer outre tout ça. Mieux, elle avait même réussi à se lier d’amitié avec la Serpentard et à la respecter pour ce qu’elle était. L’exemple était admirable, mais pour sa part, Théo en avait toujours été incapable. Il y avait beaucoup trop de noirceur en Irina pour qu’il puisse réussir à en faire abstraction. Sa tolérance avait des limites. Et, récemment, il lui devenait même de plus en plus difficile de se trouver en présence de la Serpentard tant cette noirceur semblait s’amplifier. Il ignorait si c’était l’environnement sombre du château ou simplement l’essor du mouvement mangemort, mais une chose était sûre : Irina n’avait jamais parue aussi sombre qu’elle l’était actuellement.

Et enfin, il y avait eu ce petit clash, il y a quelques jours. Alors que le groupe s’était réuni dans la salle sur demande, ils en étaient venus à parler d’Hana. Théo, dans son élan, avait alors eu la mauvaise idée de critiquer ouvertement les Serpentard. Une fois de plus. Une fois de trop. Sentant que la discussion prenait un mauvais tournant, June avait tout de suite tenté d’embrayer sur un tout autre sujet. Ce cas de figure était souvent arrivé par le passé mais jusque-là, la leader de Pink Sky avait toujours réussi à éviter la collision frontale entre les membres de son groupe. Cette fois malheureusement, Irina n’avait pas réussi à ignorer la pique et avait aussitôt répondu par une remarque acerbe. De méchante humeur, Théo avait aussi renvoyé la balle et c’était parti totalement en vrille…
Depuis cet incident, ils ne s’étaient plus adressé la parole au grand dam de June. Le rouge et or était bien conscient que c’était uniquement de sa faute si cette dispute avait éclatée. Après tout, la vert et argent n’avait fait que répondre à une agression. Il avait d’ailleurs prévu de s’excuser auprès d’Irina très bientôt, une fois que tout sentiment de colère aurait totalement disparu. Même s’il ne l’appréciait vraiment pas, il était vital que la jeune fille et lui continuent à tolérer la présence de l’autre. Il en allait de la survie du groupe.

Enfin, pour le moment, le groupe n’était pas au centre de ses préoccupations. Installé sous un arbre, non loin du lac, Théo profitait des derniers instants de la journée avec Lorenzo. Cela faisait une éternité qu’il ne s’était pas délaissé ainsi en compagnie de son meilleur ami. Depuis que Lorenzo était devenu professeur, il n’était vraiment pas de bon ton de le voir trainer trop souvent avec certains de ses élèves. C’était évidemment stupide parce que Lorenzo avait été élève avant de devenir professeur, mais les règles étaient ce qu’elles étaient : rigides mais indiscutables. Dès lors, ils étaient forcés de choisir des endroits plus tranquilles comme le bureau de Lorenzo ou la salle sur demande. Ou encore, le bord du lac, comme ce soir. Avec le couvre-feu qui n’allait plus tarder, il n’y avait plus beaucoup d’élèves dans les environs. En plus de ça, l’arbre contre ils étaient adossés leur offrait un semblant d’intimité en les masquant à la vue des rares promeneurs.

« Bon, et quand est-ce que tu te décides à avouer ta flamme à ta rouquine toi ? »
« N’y pense même pas, c’est peine perdue. »
« Qui ne tente rien n’a rien. »
« Hum, ce n’est pourtant pas ce que tu disais à l’époque. Tu sais, avec June… »

Piqué au vif, Lorenzo secoua la tête pour toute réponse puis se remit debout, l’air las.

« Bon, c’est pas tout ça, mais j’ai encore une montagne de boulot qui m’attend là-haut. On se voit plus tard, d’accord ? D’ailleurs, tu ferais mieux d’aller dans ton dortoir si tu ne veux pas encore t’attirer des ennuis. Le couvre-feu ne va plus tarder maintenant »
« Oui professeur ! Tout de suite professeur ! »

Esquissant un sourire devant les taquineries de son ami, le professeur de Vol soupira, feignant l’air agacé puis, après un dernier geste, s’éloigna en direction du château. Resté seul, le rouge et or ferma les yeux, bercé par le silence environnant. Juste quelques minutes encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeAdmin à l'esprit tordu
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin à l'esprit tordu
AVATAR : Taylor Warren
MESSAGES : 2643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: [Mars 97] Une brèche de méfiance dans l’indifférence (Iri’) Jeu 30 Avr 2015 - 19:43

Irina restait profondément impassible face à tout ce qui se passait actuellement au château. Indifférente. Elle ne semblait pas avoir été impactée par les agissements de celui qu'ils appelaient tous l'Agresseur. Pour elle, c'était une entité abstraite et loin d'être une menace. Il s'en était pris à une élève de Serpentard, et alors ? Irina savait très bien se défendre toute seule. Comme lui, elle avait du sang sur les mains. Puis, elle restait en dehors de tout ça, elle ne se mettait pas en danger inutilement à essayer de jouer les détectives. Pour ces idiots, c'était une aventure qui venait bousculer leur quotidien un peu trop tranquille. Ils s'exposaient volontairement en danger, en mettant en avant leur désir d'aider la communauté mais tout ce qu'ils guettaient, c'était ce fameux frisson, l'adrénaline à l'état pur. Certains avaient même osé s'approprier le drame comme pour excuser le mal-être qui les taraudait. Auparavant, ils n'auraient jamais lancé un seul regard à la malheureuse, ils lui vouaient parfois une profonde antipathie, mais à présent, tous la regrettaient comme si elle était leur meilleure amie. C'était écœurant, hypocrite, tout ce que vous voulez. Ils se faisaient volontiers passer pour des personnes pleines d'empathie mais ce n'étais pas le cas. Irina n'avait jamais connu cette fille, et pour cause, sa camarade ne l'avait jamais intéressée. Elle n'avait eu aucune velléité de s'en faire une amie. Elle était tout simplement une élève de son année et de sa maison. Rien d'autre. Elle aurait pu se sentir concernée car l'un des leurs avait été touché, mais à la rigueur, le seul qui pouvait prétendre être affecté par sa disparition était McAlister. Lui seul était légitime dans toute cette histoire, lui, et tous ceux qui avaient fréquenté la jeune fille un peu plus assidûment qu'en étant simplement dans la même pièce lors d'un cours ou même dans la salle commune. Bien sûr, on pouvait admettre que chacun avait sa sensibilité et réagissait au drame à sa manière. Irina, elle, avait au moins la décence de respecter la défunte en ne prétendant pas avoir été sa meilleure amie ou en chanter les louanges alors qu'elle n'en pensait pas un traître mot. Alors oui, peut-être qu'Irina était un monstre de froideur et d'indifférence, peut-être même qu'elle était profondément égoïste, trop cynique sans doute, mais voilà, elle ne faisait pas semblant. Elle ne se planquait pas derrière cette fausse solidarité qui unissait les Serpentard dans les moments difficiles alors que d'habitude ils se regardent en chien de faïence. Elle ne se sentait tout simplement pas concernée. Dès lors, pourquoi devrait-elle se sentir coupable pour quelque chose qu'elle n'a pas fait ? De toute manière ce soir-là, Irina était sur scène avec les autres membres de Pink Sky. S'il y avait bien une poignée de personnes qui pouvaient être au dessus de tout soupçon, c'était bien eux. La raison en était toute simple : ils ne pouvaient pas être en train de jouer devant des dizaines de témoins et en même temps être en train de massacrer la malheureuse. Certes, rien ne les aurait empêché de commanditer le meurtre mais dans quel but ? Pour quel mobile ? Irina avait beau avoir un lourd passé, elle n'était pas non plus du genre à tuer sans raison, simplement pour le plaisir.

Il fallait dire que les rumeurs la concernant allait bon train. À Poudlard, personne n'ignorait à qui elle entendait porter allégeance sitôt sa scolarité finie. Lorsqu'ils en avaient parlé avec Cadfael, ça avait été le deal. Elle finissait ses études d'abord. Il lui restait un an et quelques mois à tirer avant la délivrance et le temps ne lui avait jamais paru aussi long. Elle s'impatientait. Qui plus est, elle n'avait plus aucune nouvelle de celui qu'elle considérait comme son mentor. Petit à petit, le mangemort avait réussi à combler le vide que son vrai père avait laissé dans sa vie. En attendant de faire son entrée dans la cour des grands, il lui fallait se coltiner toute cette bande d'imbéciles qui avaient un quotient intellectuel avoisinant celui d'un veracasse. Ces mêmes imbéciles qui répandaient sur son compte toute une poignée de rumeurs toutes aussi aberrantes les unes que les autres. Il se murmurait parfois qu'elle était complice du meurtre de sa camarade. Ou toutefois si elle n'était pas complice qu'elle y avait joué un rôle d'une façon ou d'une autre. Pink Sky n'était qu'un moyen de faire diversion. Qui plus est, son indifférence face au drame n'intercédait en aucun cas en sa faveur. Au contraire. Cela ne faisait que donner un certain cachet aux spéculations. Apparemment, si elle s'était montrée un tant soit peu affectée par le drame, cela aurait montré qu'elle avait un semblant d'humanité en elle et donc qu'elle n'aurait pas pu s'en prendre à la pauvre Hana. Peu importe. Les soupçons puérils des uns et des autres ne l'atteignaient pas. Ils pouvaient bien la penser coupable qu'elle n'en avait strictement rien à faire, ce n'était pas son problème. En attendant, elle continuait de vaquer à ses occupations habituelles sans jamais se préoccuper de ce qui se passait. Elle suscitait les commérages, et alors ? Elle n'allait pas s'arrêter de vivre pour leurs beaux yeux. Elle ne faisait pas partie de ces crétins à l'empathie exacerbée. Elle même n'en avait pas, et elle ne cherchait même pas à faire semblant. Beaucoup prétendaient que cette froideur était anormale. Que cette absence de sentiments et d'émotions voulait bien dire quelque chose. Elle pouvait avoir verrouillé le tout pour que la culpabilité ne marque pas ses traits, ne voile pas son visage d'albâtre. Ils faisaient tous erreur, tous autant qu'ils étaient. Fine observatrice, Irina n'avait pas manqué de remarquer qu'au sein même de leur groupe, rien n'était comme avant. Parmi eux se trouvaient deux personnes qui avaient été accusées par erreur : Lorenzo Donovan et elle-même. Irina n'y était vraiment pour rien. Ne restait plus que Donovan. Irina pensait sincèrement qu'il était innocent. Certes, il avait des affinités particulières avec certaines élèves, mais cela ne faisait pas de lui un meurtrier pour autant. Lorenzo n'était pas un meurtrier. Ces choses-là, on les sentait, on les devinait. Et chez lui, Irina n'avait rien décelé. Rien du tout. Pour elle, il était également au dessus de tout soupçon. Comme quoi, la présomption d'innocence était un beau concept qui ne s'appliquait pas à tout le monde.

Quoiqu'il en soit, le groupe ne pouvait pas continuer longtemps comme ça. Pink Sky périclitait et Irina en était consciente, tout comme June d'ailleurs. Elles-mêmes n'étaient plus aussi proches qu'auparavant. La Gryffondor avait-elle fini par s'apercevoir que finalement trop de choses les séparaient, ou était-ce simplement Irina qui avait arrêté de faire semblant ? Quoiqu'il en soit, elle avait Garner dans le collimateur. Il ne l'avait pas dit de cette manière, mais il semblait persuadé qu'elle avait quelque chose à voir dans le meurtre de la Serpentard. N'importe quoi. Celui-là était aussi imbécile que tous les autres. Il l'avait bien vue sur scène ce soir là, elle ne les avait même pas quitté d'une semelle, comment aurait-elle pu commettre un tel méfait ? Parfois, ils ne réfléchissait pas plus loin que le bout de leur nez. Voilà comment des gens comme Lorenzo ou elle finissaient par se retrouver soupçonnés de tout et n'importe quoi. En parlant de Garner et Donovan, Irina venait de les apercevoir sous un arbre non loin du grand lac. Elle les avait vus, mais elle ne s'était pas attardée, elle savait de toute manière qu'elle n'était pas la bienvenue, alors à quoi bon venir chercher des noises ? Quoique. Elle avait l'occasion de coincer Garner pour régler ses comptes avec lui, alors pourquoi s'en priver ? Parce que son ami de toujours était lui aussi présent et Irina n'avait pas le courage d'affronter deux personnes en même temps, car Donovan prendrait immédiatement parti pour Garner. Ce n'était pas qu'elle fuyait, c'était simplement qu'elle recherchait une confrontation seul à seul, égalité oblige. Car c'était lâche de combattre à deux contre un, n'est-ce pas ?

Finalement, Donovan leva le camp. C'était une aubaine pour la Serpentard qui allait enfin pouvoir prendre son camarade entre quatre yeux et le cas échéant endiguer le conflit...ou creuser davantage le fossé, c'était à double tranchant. Irina n'y prenait probablement pas de la meilleure manière pour venir régler ses comptes mais c'était la seule opportunité qui se présentait à elle pour le moment et elle craignait de ne pas en avoir de telle avant longtemps. Craindre était un bien grand mot, mais c'était l'idée. Elle n'entendait pas laisser filer cette occasion. Une fois qu'elle se fut assurée du départ de Donovan, Irina s'approcha d'un pas résolu vers Garner et elle se planta devant lui, le dominant de toute sa stature – ce qui n'était pas bien difficile étant donné qu'elle était debout et lui allongé sous cet arbre en train de paresser comme à son habitude.

« Garner ! » s'écria-t-elle avec une certaine rancune. « Justement je te cherchais ! Il me semble que toi et moi on a des comptes à régler. »

Au moins, elle annonçait tout de suite la couleur. Impossible de se tromper quant à ses intentions dans de telles circonstances. Les poings sur les hanches, la demoiselle fixait son camarade, attendant d'une part qu'il adopte une posture convenable et de deux, qu'il s'explique sur les propos injustes qu'il lui avait tenus la dernière fois. Éventuellement elle parviendrait à lui soutirer des excuses mais ce n'était pas à l'ordre du jour, tout du moins pour le moment. Qu'il parle donc, Irina n'avait pas tout son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mars 97] Une brèche de méfiance dans l’indifférence (Iri’)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Soit au début, soit à la fin, Mars nous montre son venin dans les Terres Balafrées» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?» Une brèche dans le mur» Tourner 7 fois la langue dans sa bouche avant de parler. (pv Ambre) Mi Mars.» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-