AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[1er Septembre 1991] Une nouvelle aventure !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: [1er Septembre 1991] Une nouvelle aventure ! Lun 29 Déc 2014 - 20:04

1ER SEPTEMBRE 1991 – KING'S CROSS.

Les quais étaient bondés. Il était impossible de percevoir ce qu'il se trouvait à seulement dix mètres de soi. Bagages à roulettes qu'elle tirait dans sa main droite et un chat de couleurs noire, avec une tâche blanche sur le ventre, qui essayait de s'installer confortablement comme il le pouvait sur la valise de la jeune fille. Le fauve avait pour nom Thanatos. Il possédait des prunelles perçantes et déstabilisantes. Tout comme sa maîtresse. Cara avait seulement onze ans et c'était déjà une nouvelle page de son histoire qu'elle commençait. Il était rare que la jeune fille vienne à Londres, étant donné qu'elle habitait à Southampton. Malheureusement, le temps comptait et le train pour Poudlard était déjà à quai. Quai d'ailleurs introuvable pour les moldus. Cara n'était pas habituée à la magie et à ce monde qu'elle pensait tout à fait fascinant. Lorsqu'elle était chez ses parents, ces derniers vivaient simplement et ne cherchaient pas à résoudre tous leurs tracas, leurs problèmes ni à se simplifier la vie grâce à des sortilèges divers et variés.

« Tiens Cara, un chariot. Ce sera plus facile pour toi de pousser ça que de tirer ta valise. Et ce sera sans doute mieux pour ton chat qui essaie désespérément de trouver sa place ! » lança une voix masculine mais encore enfantine. Cara se retourna et on lui prit rapidement ses affaires, que le petit garçon plaça sur le chariot. Il prit l'animal dans ses bras, puis, même s'il se débattait parce qu'il n'appréciait personne, l'enfant réussit à le poster sur la valise de la future première année. La petite lança un sourire franc à son frère aîné, qui avait seulement un an de plus qu'elle. Il était dans la maison de Godric Gryffondor et honnêtement, Cara espérait le rejoindre. Elle avait toujours eu l'habitude et la manie persistante de le suivre, peu importe ce qu'il faisait et dans quelles histoires il s'embarquait. Après tout, elle et Aiden n'avaient qu'un an d'écart et leur caractère respectif était similaire en de nombreux points.

C'était certainement la première fois que la jeune fille quittait ses parents pour si longtemps. Elle allait devoir rester presque seule, jusqu'au mois de Décembre où les vacances de Noël leurs étaient attribuées. Certains pouvaient rester au château, d'autres rejoignaient leur famille afin de renouer des liens et de prendre des nouvelles en face à face. Les deux mains posées sur la rambarde pour pousser le chariot, Cara traversa le mur qui menait à voie 9¾ en prenant exemple sur son grand-frère. Elle arriva de l'autre côté, sans encombre, mais les yeux écarquillées et stupéfaite. La magie l'étonnerait toujours. Elle se demandait toujours comment les moldus vivaient sans cette part d'excitation qu'elle ressentait du fait d'être membre de cette communauté magique.

Après avoir fait ses au revoir à ses parents, la jeune fille pénétra dans le train qui menait à Poudlard, en jetant tout de même un dernier regard compatissant à sa famille. Aiden était monté rapidement, sans même une dernière accolade pour ses parents. Il était comme ça, autonome et indépendant. Apparemment, l'établissement l'avait changé. Il avait mûri et n'était plus vraiment le garçon sensible qu'il était. Cara se demandait si la même chose allait lui arriver, mais cette question s'envola bien rapidement de son esprit lorsqu'elle entendit une voix annoncée que le train allait quitter la gare et que les derniers arrivants devaient se dépêcher de monter dans le transport. Elle lâcha un dernier sourire à l'attention de ses parents puis disparut dans la foule qui la poussait doucement pour qu'elle arrête d'encombrer l'entrée de la voiture.

Étroit. C'était vraiment limité, petit, restreint. Néanmoins, en jetant rapidement un coup d'oeil dans les compartiments, elle aperçut que l'espace était satisfaisant, ce qui n'était pas le cas des couloirs. Mais c'était certainement à cause des élèves qui l'entouraient et qui, comme elle, cherchaient une place où passer le trajet. Cara ne savait pas où se mettre. Elle cherchait des visages qui pouvaient lui inspirer de la sympathie et quant à faire, qui pouvaient être dans sa même tranche d'âge. Un nouveau comme elle, de préférence. Elle avançait d'un pas lent et s'arrêtait à chaque porte afin d'observer les visages des élèves plus ou moins âgés. Elle s'arrêta un instant devant un compartiment où trois personnes étaient installées, mais ils lui lancèrent des regards tellement malintentionnés voire agressifs qu'elle préféra passer son chemin. Après quelques minutes, et en en profitant pour s'attirer les foudres des élèves derrières elle qui souhaitaient avancer plus vite, elle rentra dans un compartiment où un seul élève seulement se trouvait. Elle ouvrit la porte avec énergie et son mini fauve sauta avant même qu'elle n'y mette un pied. Sans un mot, ni même demander si elle pouvait s'installer, Cara établit son petit campement et reprit son chat pour le mettre sur ses genoux. Elle se fit légèrement griffer les avant-bras, mais qu'importe.

« Cara Koburt Whitersen ! Ne me demande pas ce que signifie mon second prénom, j'n'en ai pas la moindre idée ! » dit-elle en souriant et en haussant doucement les épaules. « C'est la première fois que je vais à Poudlard, j'espère que tout ce qu'on m'a dit sur l'école est vraie. On m'a dit qu'on pouvait se déplacer en tapis volant dans les couloirs, ça doit être trooop bien ! » continua-t-elle en affichant une légère moue, comme agacée si les informations qu'on lui avait fourni étaient fausses. « Lui, c'est Thanatos ! » elle agrippa le chat par le ventre et tendit les bras pour l'approcher de l'élève qui était devant lui. « Il est pas très sympathique, mais on s'y fait. Tu peux le tenir si tu veux ! » affirma-t-elle en hochant la tête. Elle scruta rapidement ses propres bras avant de froncer les sourcils. « Il aime juste griffer les autres mais c'est pas si grave.  Oh et puis, tu peux l'appeler Thany en fait. Thanatos, ça fait vraiment trop sinistre, tu trouves pas ?! »

(hj : pour vous faire une idée de mini-cacarinette)
Revenir en haut Aller en bas
GRYFFONDOR7ème année
    GRYFFONDOR
    7ème année
AVATAR : Paul Wesley
MESSAGES : 68
MessageSujet: Re: [1er Septembre 1991] Une nouvelle aventure ! Sam 7 Fév 2015 - 16:11

1er Septembre 1991. Gare de King's Cross. Départ pour Poudlard. L'école de Sorcellerie. Maximilien ne tenait pas en place. Cela faisait maintenant quelques mois qu'il avait reçu sa lettre d'admission à cette école, et il n'était toujours pas redescendu sur Terre. Il avait ce perpétuel sourire aux lèvres, au fur et à mesure que les jours d'été passaient et qu'il inscrivait une petite croix sur les cases du calendrier, ces petites cases qui le séparaient de sa future nouvelle vie. Du haut de ses onze ans, il avait conscience que ce nouveau départ était une opportunité de repartir à zéro. Une chance d'être entouré, d'être considéré. Voire d'être aimé. L'amour. Il ne connaissait pas ce sentiment. Du moins, le sien n'était pas partagé. Il n'avait jamais été proche de ses parents, ceux-ci ne l'avaient quasiment pas élevés, préférant régler leurs problèmes loin du domicile familial. Ainsi, il ne fut pas étonné quand sa nourrice, Aria, lui annonça que ce serait elle qui l'accompagnerait à la gare. Il en avait l'habitude. Ses représentations à l'école, ses remises de bulletins... Et ses bêtises aussi. Bien que jeune, il savait qu'il ne pourrait jamais compter sur eux. Qu'ils ne se montreraient jamais aussi présents pour lui comme ils auraient dû l'être, en tant que parents. La douleur était toujours intense, et il n'était pas rare qu'il en pleure encore la nuit. Après tout, ce n'était qu'un petit garçon de onze ans, privé de l'amour de ses parents...

Mais ce jour-là, c'était une mine réjouie qu'il affichait. Son petit sac rouge sur le dos, poussant un chariot sur lequel se trouvait un magnifique hibou qu'il avait acheté quelques semaines auparavant. Il l'avait baptisé Kyros. A côté de lui se trouvait donc Aria, une main posée sur son épaule. On aurait pu croire qu'elle faisait cela pour le rassurer, il n'en était rien. Non, elle voulait surtout s'assurer que Maximilien reste près d'elle, et ne se mette pas à courir dans tous les sens, essayant de zigzaguer entre les larges poteaux de pierres qui se trouvaient sur le quai. Sans grand succès. A peine une seconde d'inattention, pendant laquelle Aria demandait son chemin, et Maximilien se dégagea de son emprise. Les mains fortement agrippées à la poignée de son chariot, dos courbé, tête rentré, il avait entrepris de faire la course avec... personne, sur le quai.

- Tuuuut tuuuuut, poussez-vous, je passe !

Derrière lui, il entendait sa nourrice lui hurler dessus et le prier de s'arrêter. Mais il n'en avait que faire. Maximilien était euphorique. Heureux. Et il voulait en faire profiter tout le monde. Même s'il se montrait dangereux. Au passage, alors que son charriot filait à toute allure sur le quai, il manqua de renverser un couple de personnes âgées, qui pestèrent après lui, ainsi qu'une petite fille qui s'était un peu trop baissée pour rattraper sa poupée, et qui n'avait pas vu le bolide se précipiter vers elle. Fort heureusement pour elle, sa maman lui attrapa brusquement la main, et la tira vers elle. Maximilien passa près d'elles, leur adressa un grand sourire avant de poursuivre sa course.

- MAXIMILIEN PETER DOBSON !

Oh oh. Quand Aria prenait cette voix-là, cela n'augurait en général rien de bon. Et cela signifiait surtout qu'il avait dépassé les bornes. La jeune femme était peut-être la seule personne au monde capable de le calmer. Cela faisait quelques années que les Dobson l'avaient engagée pour s'occuper de Maximilien. Et, contrairement aux précédentes qui s'étaient enfuies lorsqu'elles s'étaient rendues compte du cadre familial, Aria elle, était restée aux côtés du petit garçon. Elle s'était attachée à lui, comme à un véritable fils. Elle n'avait pu se résoudre à l'abandonner, délaissé, seul. Il n'avait pas besoin de ça. Il avait besoin d'amour. Tout simplement. Et Aria était prête à tout pour lui en procurer. Même si parfois, elle devait se montrer patiente. Comme dans ce cas-là. Une main sur le ventre, l'autre tendue devant elle, elle peinait à rejoindre Maximilien qui s'était stoppé net, renversant par la même occasion la moitié de ses affaires, qui passèrent par dessus bord. Le petit garçon s'était retourné vers sa nourrice, l'air innocent. Lorsqu'elle parvint enfin à le rejoindre, elle posa ses mains sur ses genoux, reprenant son souffle, avant de lui adresser une beuglante réelle.

- Mais... mais... Mais Maximilien, on ne fait pas ce genre de... de... pfouuu... ce genre de choses ! parvint-elle à articuler. Elle se releva et montra du doigt les bagages éparpillés sur le sol. Tu vas me faire le plaisir de ramasser tout ceci jeune homme ! Elle consulta sa montre. Et dépêche-toi, ne va pas rater ton train !

Max acquiesça avant de se précipiter pour ramasser ses affaires, qu'il lança d'une manière peu soigneuse sur le charriot. Aria pesta à nouveau, et une fois fini, ils se hâtèrent de rejoindre la voie 9 3/4, en prenant garde de ne pas attirer l'attention. Davantage. S'il eut été possible d'en faire plus.

La suite se déroula sans encombres. Ils parvinrent au quai avant qu'il ne soit trop tard. Aria l'aida à embarquer ses affaires. Il était temps. Maximilien se retourna alors vers elle, remettant correctement la bretelle de son sac à dos qui était un poil trop grande pour sa taille. Et lorsqu'il posa les yeux sur elle, et qu'il se rendit compte qu'elle avait les larmes aux yeux, il se précipita, et entoura sa taille de ses petits bras. Elle étouffa un sanglot, et le serra contre lui.

- Tout va bien se passer pour toi Max, j'ai confiance en toi. Elle prit son visage entre ses mains. Tu n'as qu'à croire en toi. Ne te préoccupe pas de ce que disent les gens. Et n'oublie pas de m'écrire.

Et le voilà désormais dans le train, direction Poudlard. A peine remis de ses émotions, Maximilien parcourait l'étroit couloir à la recherche d'une place libre. Malheureusement, et à cause de son retard, la plupart des compartiments étaient déjà bondés. Ou certains lui avaient tout simplement fait comprendre qu'il n'était pas le bienvenu. Bref, il errait, désespéré à l'idée de faire le reste du voyage debout. Mais il finit par en trouver un de libre. Le sourire aux lèvres, il s'y engouffra et se laissa tomber sur le siège.

Il eut à peine le temps de s'installer, que la porte s'ouvrit et qu'une jeune brune fit son apparition, un chat sous le bras. Il la regarda s'installer, tout en lui souriant.

- Cara Koburt Whitersen ! Ne me demande pas ce que signifie mon second prénom, j'n'en ai pas la moindre idée !
- Maximilien Peter Dobson ! s'écria-t-il, un peu trop brusquement.
- C'est la première fois que je vais à Poudlard, j'espère que tout ce qu'on m'a dit sur l'école est vrai. On m'a dit qu'on pouvait se déplacer en tapis volant dans les couloirs, ça doit être trooop bien !

Il ne put s'empêcher de rire à cette information. Il ne savait pas si elle était vraie ou fausse, mais dans tous les cas, se balader en tapis volant dans les couloirs lui paraissait être une riche idée.

- T'as raison... Si c'est vrai, j'espère qu'on pourra en faire rapidement !

Maximilien ne s'était pas vraiment informé de ce qui l'attendait là-bas. Il avait juste passé ces dernières semaines à se réjouir de cette rentrée. Mais maintenant que la dénommée Cara lui faisait la remarque, il se demandait bien comment cela se passerait à Poudlard. Il savait simplement qu'une fois là-bas, il allait assister à une Cérémonie de Répartition. Il n'eut pas le temps de développer davantage sa pensée que Cara le fit sortir de ses songes, en lui tendant son chat.

- Lui, c'est Thanatos ! Il est pas très sympathique, mais on s'y fait. Tu peux le tenir si tu veux ! Il aime juste griffer les autres mais c'est pas si grave.  Oh et puis, tu peux l'appeler Thany en fait. Thanatos, ça fait vraiment trop sinistre, tu trouves pas ?!

Il acquiesça, avant d'attraper les deux pattes avant du chat et de jouer avec.

- Vu sa tête, il a pas l'air très content que tu le tiennes comme ça. Et... Aïe !

Le chat ne manqua pas de réagir et donna un coup de griffe à Maximilien. Celui-ci ramena son doigt dans sa bouche.

- Dis donc, il est pas très rigolo ton chat... Moi j'ai un hibou ! Il s'appelle Kyros ! Mais j'ai été obligé de le laisser avec les bagages, j'espère qu'il sera pas trop énervé une fois là-bas. Hé dis, tu sais comment c'est à Poudlard toi ? Tu crois qu'on va commencer à travailler ce soir ? J'espère que non, moi j'ai trop faim, j'espère qu'ils font bien à manger ! Et tu sais c'que c'est toi la machine de Répartition ? Tu crois qu'ils vont séparer les filles et les garçons ? Ou bien en fonction des tailles ? Ou peut-être de la couleur de cheveux ! Il laissa échapper un rire. En tout cas, si c'est ça, on atterrira au même endroit !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [1er Septembre 1991] Une nouvelle aventure ! Mar 3 Mar 2015 - 6:10

- " Une machine de répartition? "

C’est alors qu’une petite tête à lunette fit son apparition dans le cadre du compartiment. Bras chargés d’une petite malle - la plus grande, celle qui contenait tout ses ouvrages classés par ordre alphabétique, avait déjà été placé dans le compartiment voisin - et de l’uniforme de répartition qu’on lui avait demandé d’enfiler dès que possible, Adam E. Wright avait surtout tenté de laisser circuler deux élèves qui semblaient avoirs jugés bon de transformer temporairement le couloir du wagon en piste de course pour chariots de transports. Une valise échappée dans la foulée avait fait chavirer une autre jeune élève à la corpulence pour le moins impressionnante. Tandis que les préfets des années supérieures s’affairaient à remettre un peu d’ordre dans les rangs des recrues, Adam s’autorisa illico une correction à l’énoncé de ses plus proches - proximité parlant seulement - nouveaux compagnons scolaires.


- " Non non, j’ai lu dans « Prémisse d’une institutionnalisation de la magie » que c’est un chapeau très très ancien et qui sait lire dans les pensées qui décide tout seul de notre futur groupe! "

Le contenu du livre s’étant tout de même rapidement avéré trop complexe pour son niveau de compréhension - et relativement indigeste dans l’ensemble - le petit binoclard n’avait pas retenu si une discrimination de genre était applicable, voir, si la taille et les paramètres physionomique de chacun entrait en ligne de compte? Guettant la réaction de ses compères, Adam détailla tour à tour les deux jeunes adolescents et le chat aux allures sombres qui reposait plus ou moins librement sur un banc. La demoiselle avait un air relativement taquin et le garçon, des épis châtain en désordre et un regard visiblement excité.

- " Salut! Moi, c’est Adam. " lança t-il d’un ton plus solennel qu’enthousiaste, la socialisation n’ayant jamais figuré au registre de ses grandes forces.

Relevant ses lunettes trop grandes pour son visage jusqu’au sommet de son nez – vu le prix des montures, son père avaient insisté pour prendre les plus large en soulignant qu’il grandirait bien assez vite - le garçonnet posa un instant son sac au sol, prêt à le faire glisser vers le compartiment voisin ou venait d’élire domicile un grand type au cheveux fortement gominé. Sa mère lui ayant résumé la veille l’essentiel de la cérémonie et des possibilités qui s’ouvrait à lui, le petit sorcier avait déjà arrêté son choix sur deux des divisions académiques susceptibles de lui convenir et jugea bon d’éclairer les deux collègues qui s’apprêtaient à se présenter à leur tour.

- " Dans mon ancienne école, les meilleurs élèves étaient simplement installés à l’arrière de la classe et les cancres au premier rang, sauf qu’à Poudlard il faut classer les gens dans quatre groupes différents. Alors il y en a un pour chaque fondateur, et c’est le vieux chapeau qui sait quel groupe est fait pour nous! " dit-il un rien fier de lui-même.

Alors qu’il s’apprêtait à détailler les quatre maison comme les lui avait présenter sa génitrice, une demoiselle blonde à l’uniforme caractéristique se planta devant l'entrée, lui laissant entendre qu’elle allait devoir le pousser s’il n’effectuait pas un déplacement latéral de son propre chef.

- " Enfin, tous les groupes se valent, sauf peut-être la divison où vont les gens très irréfléchis et caractériels, c'est le groupe des lions ça... "

De son point de vue, le fait d'associer les traits d'un représentant du royaume animal à un groupe d'individus par analyse du comportement appliquée était somme toute ingénieux et il espérait plus ou moins que certains aspects dominants de sa psychologie comportementale le destinait à trouver ses homologues chez les aigles ou les serpents. Ramassant ses effets en laissant circuler la blondinette à l’insigne vert et argent, le garçon agita légèrement sa seule main libre à l’intention des occupants du wagon. À contrecoeur, il s’était contenté de suivre du regard le petit félin qui venait de bondir à ses pieds sans toutefois pouvoir le toucher.

- " À tout à l’heure! "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [1er Septembre 1991] Une nouvelle aventure ! Aujourd'hui à 19:28

Revenir en haut Aller en bas

[1er Septembre 1991] Une nouvelle aventure !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !» 30 septembre 1991 et le visage d'un putschiste» Début d'une nouvelle aventure.» Un pokémon pour une nouvelle aventure !» Vers une nouvelle aventure? Le choix d'une nouvelle destination.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Avant sept.1995-