AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Sam 20 Déc 2014 - 16:09

Halloween.
Wayoth avait toujours aimé cette fête d'automne. Gamin, il arpentait les rues avec ses amis et ses deux petits frères, pour réclamer des bonbons ou menacer d'un sort. Si maintenant il n'avait plus à faire semblant d'agiter ses doigts devant une grand mère qui feintait la terreur avant de prier les petits monstres de partir pour jeter un sort, le garçon regrettait un peu le temps où sa mère lui confectionnait un déguisement de pirate, de fantôme ou de loup garous. Quand ils rentraient à la maison, sa maman avait préparé la table, simplement éclairée par de grosses bougies et décorée de toute petite citrouille creusée. Quand Diana Fawkes ne travaillait pas le soir d'Halloween, elle arrivait même à préparer un repas qui, même s'il ne s'approchait pas de ce qui se présentait sur les quatre grandes tables de Poudlard, s'inspirait du thème de la fête des monstres. Et parfois, Wayoth avait le droit d'inviter des amis à passer la nuit. Comme Liliael, par exemple, à leur dernier Halloween dans le monde Moldu.

La frêle silhouette de l'aiglon aux cheveux bruns en bataille se trouvait sur le banc de la table des bleus et bronzes. Imperceptiblement, Fawkes tourna la tête vers la table derrière lui. Les Serpentards, eux aussi, festoyaient et le Baron Sanglant brillait par son absence. D'ailleurs... Aucun fantômes n'étaient présent, contrairement à l'année précédente où la Dame Grise était passé dans les rang de Serdaigle en adressant un pâle sourire à ses élèves. Juste avant l'arrivée du professeur Quirrel annonçant la présence d'un Troll dans les couloirs de Poudlard.
Cette année, rien ne semblait pouvoir perturber Halloween, et Wayoth se détourna des cheveux blonds de Liliael pour replonger le nez dans sa soupe au potiron. Attrapant une cuisse de poulet épicé, le gamin de douze ans remonta les lunettes qui lui glissaient sur le nez, mâchant silencieusement pour écouter les grands de Serdaigles parler de leurs cours. La conversation tourna Quidditch, et Wayoth eu un petit sourire avant de déglutir et de se tourner vers un garçon aux cheveux bouclés qui partageait son dortoir. Adam Quelquechose. D'un naturel silencieux, la discrétion et la timidité de Wayoth ne l'avait pas vraiment aidé à se faire des amis dans sa propre maison. En réalité, le petit brun aux yeux clairs fréquentait plutôt les filles Jaunes, ce qui lui valait des coups d’œil intrigués et des petits sourires compatissants.

Depuis sa répartition en première année, Wayoth avait marqué ses aînés comme étant le Choixpeaux Flou de 1992. Cinq minutes et trente et une secondes. Trente deux secondes de trop, selon lui. L'hésitation du Choipeaux entre le bleu ciel et l'émeraude était un secret que Fawkes n'avait partagé qu'avec son meilleur ami, et certains pensaient que le gosse aurait peut être dû être envoyé à Poufsouffle.
Le repas terminé, Wayoth suivit ses camarades pour rejoindre son dortoir. Les verts étaient juste devant eux, et un brouhaha joyeux se dégageait dans l'ensemble des deux maisons. Soudainement, un silence se fit, le bruit devenant de simples murmures intrigués et choqués. Se faufilant pour voir ce qu'il se passait de l'autre côté du mur d'élèves, Fawkes parvint à  se trouver un chemin et une place au second rang, regardant par dessus l'épaule d'un Serpentard de la même année que lui. McAtlir. Alistir... McAlimachin, quoi.

Au début, le Serdaigle ne comprit pas pourquoi un demi cercle s'était formé autour de Potter, Granger et Weasley, trois Griffondor qui avaient fait gagné la coupe aux rouges l'année dernière, volant la vedette aux verts.
Puis, ce petit fils-à-papa de Malefoy éleva la voix, le blondinet au teins pâle étant juste devant McAlimachin. Ster! McAlister!

- Ennemis de l'héritier, prenez garde! Bientôt, ce sera le tour des Sang-de-Bourbe!

Wayoth haussa un sourcil, visiblement las de la bassesse des insultes vis-à-vis du sang des Nés Moldus. Il fixa le dos de Malefoy avec un soupire qui pouvait signifier "Qu'on lui achète un cerveau et des bonnes manières, et vite!", lorsque le cri de rage de Rusard, le concierge, attira le regard clair du garçon contre le mur. Son sang ne fit qu'un tour et son visage de glaça d'horreur.
En rouge, à même le mur, des lettres étaient tracées, formant une phrase qui avait inspiré l'autre vipère de Drago.

LA CHAMBRE DES SECRETS A ÉTÉ OUVERTE.
ENNEMIS DE L’HÉRITIER, PRENEZ GARDE.

Pendant un instant, le Serdaigle se demanda si la peinture n'était pas en réalité du sang, la couleur luisant sur la parois de pierre. Et puis, les mots de Rusard frappèrent Fawkes.
Là.
La chatte.
Miss Teigne, morte, pendue par la queue.
Pâlissant à vue d’œil, le brun fit demis tour, bousculant l'attroupement pour sortir et respirer un peu mieux. Secoué de tremblement, il chercha Carlie sans pour autant la trouver. Bientôt, ce sera le tour des Sang-de-Bourbe!
La phrase tournait en boucle dans le crâne du second année. Au château, il était de notoriété publique que Fawkes était un né Moldu. S'il avait toujours été discret et que son nom n'était pas associé à son visage, il avait fièrement affirmé n'avoir personne dans sa famille à avoir de pouvoir, et ce, dès son arrivée dans le train. Orgueil... Nous dirons simplement que, comme tous les membres de sa famille maternelle, Wayoth était une personne fière, au regard sûr. Intérieurement, il n'en était peut-être rien, mais tous les Fawkes avaient ce regard.

Et maintenant...
Tandis que les Préfets emmenaient les élèves dans les dortoirs et que les trois suspects de Griffondor se faisaient emmener par les professeurs dans le bureau de Lockhart, le gosse recula discrètement jusqu'à la porte la plus proche, entrant dans une salle vide. Là, il se laissa tomber à genoux, complètement perdu, le regard dans le vide.

_________________
Maman, je suis magique !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7ème année
    SERPENTARD
    7ème année
AVATAR : Douglas Booth
MESSAGES : 321

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire - Bisexuel
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 02/11/1979
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Sam 27 Déc 2014 - 20:00

« C'est ça Halloween. C’est ça Halloween. Les citrouilles vont mourir de trouilles … »



        Liliael avait toujours aimé Halloween. Enfant, les sœurs les déguisaient avec des costumes qu’elles cousaient elles-mêmes et faisaient des préparatifs pour le fête du soir  toute la journée puis elles les emmenaient courir les rues pour demander des bonbons en menaçant d'un sort les habitants de Londres.  Puis ils rentraient et partageaient leurs butins tous ensemble. C’était convivial, les plus vieux racontaient des histoires aux plus jeunes et tout le monde s’entraidaient. Et parfois, Liliael était invité par Wayoth pour passer la nuit. Comme par exemple, à leur dernier Halloween dans le monde Moldu. A Poudlard, Halloween était différent. Ils avaient le droit à un énorme festin, le soir, avec des quantités de sucreries titanesques mais cela rester une journée comme les autres. Liliael écoutait les plus âgés de Serpentard raconter qu’elles étaient les habitudes du Baron Sanglant et Liliael doutait que la moitié soit vraie.

       Il jeta alors un coup d’œil à la table des Serdaigles à côtés de la leur et vit la frêle silhouette de son ami Wayoth aux cheveux bruns en bataille. Le Bleu mangeait une cuisse de poulet et semblait écouter les paroles de ses camarades. De quoi parlait-il ? Certainement de leurs prochains cours connaissant les Bleus et Bronzes. Avait-il plus d’amis ? Liliael espérait que son timide meilleur ami s’en était fait ailleurs que chez les Poufsouffles filles dont faisait partie Carlie. Il se reconnecta alors avec les conversations autour de lui, acquiesçant et répondant quand il le fallait. Oui il savait que Lockhart n’avait surement pas fait la moitié des choses qu’il prétendait avoir faites. Non il ne dirait rien, comme tous les autres, et Oui il appréciait les cours que les septièmes années leur donnaient en Défense Contre les Forces du Mal en échange de services. Mais il n’en était pas friand et préférait travailler par lui-même à la bibliothèque.

       Le repas était terminé et Liliael suivit ses camarades pour rejoindre son dortoir. Les Bleus étaient justes derrière eux, et l’ambiance qui s’en dégageait était bonne enfant. Soudainement, le silence se fit, le bruit devenant de simples murmures intrigués puis des hoquets choqués. Se faufilant pour voir ce qu'il se passait de l'autre côté du mur d'élèves, Fawkes parvint à  se trouver un chemin et une place au premier rang, à l’opposé de sa propre maison, au niveau des Poufsouffles.

       Un demi-cercle s'était formé autour de Potter, Granger et Weasley, les trois Gryffondors qui avaient fait gagner la coupe aux rouges l'année dernière, volant cette même Coupe aux verts qui l’avaient amplement mérité. Mais quelque chose de plus grave ce passait sous ses yeux : Miss Teigne, la chatte de Rusard, pendait au mur, immobile. Liliael se sentit mal, même s’il n’aimait pas l’animal, elle ne méritait pas … ça.
Puis, Drago Malefoy éleva la voix, lui aussi au premier rang mais Malefoy était resté au niveau de leur maison.
- Ennemis de l'héritier, prenez garde! Bientôt, ce sera le tour des Sang-de-Bourbe!

       Liliael poussa un léger soupir mais ne dis rien. Il ne comprenait pas ces basses insultes vis-à-vis des Nés de Moldus. La Magie ne les avait-elle pas choisis eux aussi pour être des sorciers ? Il n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps qu’un cri horrifié et grave retentit. Rusard criait au visage d’Harry Potter que ce dernier avait tué sa chatte. N’importe quoi, si le concierge utilisait son cerveau deux secondes, il aurait pu penser que le coupable n’était pas celui qui avait découvert l’animal. Et qu’il s’était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment avec ses amis. Puis il leva les yeux sur le mur et ce qu’il vu lui glaça le sang :
       En rouge, sur le mur, un message sanguinolent  était écris.


LA CHAMBRE DES SECRETS A ÉTÉ OUVERTE.
ENNEMIS DE L’HÉRITIER, PRENEZ GARDE.

       Il connaissait la légende, c’était une de celle que les Serpentards racontait il n’y a même pas une demi-heure. La Chambre des Secrets qui renfermait une bête monstrueuse, sensée débarrasser le château des sangs-impurs … Wayoth ! Où était-il ?! Il devait le retrouver, vite, le plus jeune allait faire une crise de panique ! Le cherchant des yeux il retourna dans sa maison et un petit mouvement dans la foule au niveau de sa maison lui indiqua que quelqu’un allait mal. Autant aller voir de ce côté c’était mieux que rien comme piste. Il échappa à l’attention de son Préfet qui voulait que tout le monde retourne dans les cachots et suivit une courte chevelure brune dans une salle vide. Son meilleur ami semblait perdu, les yeux dans le vide assis à même le sol. Liliael s’approcha et pris son meilleur ami contre lui, lui murmurant des mots doucement pour le faire sortir de sa torpeur en passant un bras autour de ses épaules.
       « Wayoth … Wayoth, ça va aller, je ne vais pas te laisser tomber, on va s’en sortir … n’aie pas peur … Wayoth » Il savait que Wayoth avait peur et qu’ils n’allaient peut-être pas s’en sortir mais son ami avait besoin d’être réconforté. Il passa doucement sa main sur son épaule, continuant à murmurer des mots sans queue ni tête pour le Bleu.



_________________
Un deux trois, avance encore et encore, plus vite, un deux deux, la machine s'enraille et déraille pour finalement pour atterrir dans le fossé, dans les pavés. Pavés de bonnes intentions détestables et amers mais bonnes quand mêmes. Quatre cinq six, avance encore et encore, sans jamais jamais jamais t'arrêter, sinon tu va te faire bouffer, dévorer, devenir os et cendres et poussières parce que tu n'as pas su prendre le bon train, la bonne machine. Tu as pris celle, celui qui a déraillé et tu en as payé le prix. L'as tu faits consciemment ou comme les autres tu as tiré ta vue, ta vie, tes vices à pile ou face ? Face à la mer, face à la terre, plonger dedans jusqu'au coude, jusqu'au cou, jusqu'à plus soif, jusqu'à plus rien. Jusqu'à la fin, la fin du monde et du temps parce que tu n'as pas su avancer en cadence.
Point à la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Mer 7 Jan 2015 - 14:53

A genoux, le regard perdu dans la contemplation des dalles de pierre froides, Wayoth semblait fasciner pas les craquelures du sol, comme si, d’un instant à l’autre, une grande fosse allait s’ouvrir. Qu’il allait y être engloutit. Et disparaitre.
On n’avait pas maqué de lui faire remarquer à plusieurs reprises qu’un garçon de son sang n’était  pas désiré ici. Oh, bien sûr, il y avait des gens comme Malefoy qui criait sur tous les toits de Londres leur appartenance à une famille purement sorcière, mais il y avait aussi ceux qui savaient se montrer discrets. Ceux qui s’amusaient à titiller les nés Moldu comme on énerve un chat en lui agitant une plume bien au dessus de sa tête. Mais ce n’était surement pas Fawkes qui allait se rouler aux pieds de ces derniers en ronronnant pour quémander des caresses.
Contrairement  ce que leur réputation laissait croire, ce n’était pas les Serpentard qui persécutaient les « Sang de Bourbe » : si certains se montraient méchants en parole, l’action se faisait encore attendre. En réalité, c’est dans sa propre maison que le bleu connaissait des problèmes. L’an passé, un dernier année de Serdaigle s’était montré particulièrement méprisant, allant jusqu’à faire voler les affaires du garçon dans toute la salle commune, renversant également l’encre sur la plupart des parchemins, les livres et la robe de sorciers. Si Wayoth pouvait remercier un autre aigle d’avoir formulé l’incantation qui permettait de nettoyer tout ça, il ne pouvait que serrer les dents en revivant la scène. Un aiglon à lunettes courant partout, et ses « frères et sœurs » le regardant simplement s’agiter dans le nid, relevant distraitement le visage d’un gros ivre avant d’y replonge avec un sourire moqueur. Ce n’était pas la solidarité qui étouffait Serdaigle. Et après, on osait critiquer Poufsouffle pour sa fidélité, Gryffondor pour sa manie de se mêler de tout et Serpentard pour son nid de vipères inséparables ? Ici, un œuf pouvait tomber de la tour, tout le monde regardait l’omelette.

Une emprise autour de ses épaules fit brusquement sursauter le garçon qui se retourna pour constater que les bras qui l’enlaçaient appartenaient à son meilleur ami d’enfance. Ainsi, Lil l’avait suivit jusqu’ici ? La voix du Serpentard se voulait rassurante, mais les mots qui s’échappaient de ses lèvres n’avaient aucun sens pour le jeune Serdaigle qui fronça les sourcils, inquiet de voir le petit chat des rues de Londres le bercer aussi tendrement. Tactile ? Way ne l’avait jamais été, et le moindre contact physique avec un corps étrangers avait le pouvoir de le transformer en tomate. Mais c’était Lil, et donc une bonne raison pour ne pas échapper au câlin protecteur de son am. Maladroitement, sa main gauche vint tapoter le crâne blond de Liliael en une caresse qui se voulait affectueuse, le remerciant ainsi de sa tentative de consolation.

- Merci Ch’ton. T’inquiète, ça va…ça va aller. Si ça se trouve, c’est juste une blague, hein. Quelqu’un à Stupéfix-ié Miss Teigne et l’a accroché pour se venger de Rusard. Tu sais bien, personne n’aime Rusard et sa chatte… et puis…
Comme s’il cherchait à se convaincre lui-même, Fawkes avait relevé fièrement la tête, satisfait de son début d’explication. En arrivant maintenant dans la salle, on aurait pu se méprendre de la situation et penser que le garçon de janvier rassurait son cadet qui le serrait contre lui comme un enfant aurait pris son ours en peluche.
- Le rouge, c’est peut-être de la peinture. Tu sais, j’ai lu quelque chose la dessus, un sort permet aux pigments d’être plus vifs. Et puis, « Ennemis de l’héritier, prenez-garde » c’est du Malefoy. Si ça se trouve, c’est cette tête de fouine qui s’acharne encore contre Granger. Tu sais à quel point il aime Potter et elle. Et le rouquin. Weas…ley ! Tu as entendu parler de cette histoire de terrain de Quidditch ? Weasley aurait craché des limaces.

Eh bien, lui qui était d’habitude si silencieux se mettait à défouler sa langue sous l’inquiétude. En situation de stress, l’aiglon agissait toujours comme ça, que ce soit face à un professeur –la dernière fois, Rogue l’avait comparé à Granger alors que l’enseignant des cours de potions lui avait posé une question sur l’utilisation des cornes de Bicorne- ou  à ses camarades. Ou alors il se taisait. Et gardait cet air hautain et ce petit regard blasé sur son visage inexpressif.  Tout dépendait de son humeur et de la personne.
Wayoth plongea alors son regard incertain dans les yeux de son ami. Soudainement gêné par la proximité de leurs deux corps, Fawkes se leva difficilement et tendit la main pour attraper celle du blondinet.
- J’ai raison, hein ? La Chambre des Secrets n’est qu’un mythe, et puis le château a été fouillé. Par Dumbledore ! Non d’un Salamèche, on n’a aucune raison de s’en faire ! N’est-ce pas ?

_________________
Maman, je suis magique !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7ème année
    SERPENTARD
    7ème année
AVATAR : Douglas Booth
MESSAGES : 321

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire - Bisexuel
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 02/11/1979
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Mer 28 Jan 2015 - 22:54

Quand Liliael prit Wayoth par les épaules, le Bleu et Argent sursauta. Le Vert s’y attendait, Wayoth n’avait jamais été du genre tactile au contraire de Liliael qui aimait faire des câlins au bleu. En général, Wayoth finissait tout rouge et Liliael rigolait un bon coup de la gêne de son ami. Gauchement, Way lui tapota la tête, signe qu’il sortait de ses sombres pensées en remerciant Liliael. Puis un déluge de paroles sortit de la bouche du brun. Ça c’était le signe qu’il était angoissé. Très angoissé. Bon, Wayoth n’avait pas tant repris du poil de la bête que ça en fin de compte.

« Juste une blague » disait Wayoth ? Non, car le message était bien écrit avec du sang, malgré ce que pensait son ami, et Miss Teigne aurait été dès-Stupefix-iée si ça avait été une farce commise par des élèves. Ce n’était pas non plus du fait de Malefoy, en effet, le blond platine s’en serait vanté dans la salle commune si cela avait été le cas, et Liliael n’avait rien entendu de tel pendant les derniers jours. Et c’était bien trop gros pour qu’il n’y en ait pas au moins quelques murmures dans les couloirs … La personne qui avait fait ça été seule et extrêmement prudente.

Tout en réfléchissant au possible coupable, Liliael surveillait Way qui déblatérait ses propres conclusions. Wayoth regarda alors Liliael dans les yeux puis il rougit et se leva. ENFIN ! Re-voilà le Wayoth Fawkes trop mignon qui rougit pour un rien et qui évite les contacts physiques ! Puis le Bleu tendit sa main pour le relever tout en lui demandant si ses conclusions étaient bonnes. Le Serpent se laissa être mis debout par son ami pendant qu’il pensait à ses prochains mots. Que devait-il répondre ? La vérité ou un mensonge enrobé de semis-vérités ? Il ne voulait pas mentir à son ami, mais celui-ci avait déjà tellement de soucis en tête … Devait-il lui apprendre ce qui se murmurait tard les soirs d’Halloween dans les cachots ? Ce qu’il avait appris en laissant ses oreilles trainées ? Liliael soupira intérieurement et relâcha la main de son ami. Il lui dirait des semis-vérités, mais seulement celles qui lui donneraient le moins de soucis possible.

« Wayoth, comment te dire … Je ne pense pas que ce soit une blague faite par Malefoy pour ennuyer le Trio d’Or. C’est bien trop gros pour que ce soit fait par un deuxième année, aussi influent soit-il. Et puis je t’en aurais parlé avant que nous le découvrions ce soir si ça avait été le cas. C’est excessif, même pour se venger de Rusard, qui est un sacré enfoiré. Et puis tu sais, la Chambre des Secrets est une légende, mais toutes légendes ont un fond de vérité … »

Hiiii ! Alerte rouge ! Discours trop négatif ! Vite vite du positif ! Bon alors, reprendre les paroles de l’Aiglon, et ajouter des faits pour étayer la thèse.

« Cependant, tu as raison, Dumbledore est là, c’est le sorcier le plus puissant de notre air et il va tout faire pour nous protéger, quel que soit le danger. En plus de cela, qui pourrait bien être l’héritier ? Nous n’avons aucun Fourchelangue à l’école ! Donc c’est certainement un vieux pro-Voldemort qui s’est introduit dans le château pour faire peur à tout le monde ! Comme Harry Potter est actuellement en cours, c’est une provocation, un pied-de-nez de la part de  Sangs Purs, sans doute. Tu sais bien comment ils peuvent se comporter, si hautain et discourtois. En gros, on a envie de leur taper dessus quand ils sont dans la même pièce que nous. »

Serait-ce suffisant pour que Wayoth ne se fasse pas plus de soucis ? Avait-il fait le bon choix en ne lui expliquant pas ses véritables théories ? Tant de questions tournaient dans la tête du Serpentard … Liliael décida alors de rajouter avec un sourire malicieux et un clin d’oeil.

« Et puis de toute façon qui s’intéresserait à deux pauvres gosses comme nous, hein ? »

Rappeler à Wayoth que lui aussi, il était dans le pétrin puisqu’il avait été élevé dans le monde moldu. Ça c’était une bonne parole. Liliael regarda, avec une attention soigneusement cachée, les émotions passant sur le visage de son ami tout au long de son petit monologue. En général, Wayoth était plutôt bon pour ne pas faire voir aux autres ce qu’il pouvait bien ressentir. Mais il ne fallait pas l’oublier, ils avaient grandi ensemble et Liliael connaissait par cœur le visage de son ami et ses mimiques. En particulier le rougissement de Way, parce que Way rougissait souvent. Liliael se tut donc et laissa Wayoth répondre à sa question.

Hey, psssit, par là ! :):
 

_________________
Un deux trois, avance encore et encore, plus vite, un deux deux, la machine s'enraille et déraille pour finalement pour atterrir dans le fossé, dans les pavés. Pavés de bonnes intentions détestables et amers mais bonnes quand mêmes. Quatre cinq six, avance encore et encore, sans jamais jamais jamais t'arrêter, sinon tu va te faire bouffer, dévorer, devenir os et cendres et poussières parce que tu n'as pas su prendre le bon train, la bonne machine. Tu as pris celle, celui qui a déraillé et tu en as payé le prix. L'as tu faits consciemment ou comme les autres tu as tiré ta vue, ta vie, tes vices à pile ou face ? Face à la mer, face à la terre, plonger dedans jusqu'au coude, jusqu'au cou, jusqu'à plus soif, jusqu'à plus rien. Jusqu'à la fin, la fin du monde et du temps parce que tu n'as pas su avancer en cadence.
Point à la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Mar 3 Fév 2015 - 0:13

Le brun aux yeux clairs attendait une réponse de son ami qui venait de lâcher sa main en fuyant auparavant son regard. L'aiglon n'aimait pas voir Liliael aussi hésitant. Incertain. Et même distant, car contrairement à Fawkes, le vert avait de l'affection à revendre. Peut-être était-ce simplement dû au fait d'avoir été élevé dans un orphelinat. En tout cas, dans la famille du bleu, les gestes tendres étaient rares, mais très doux. Les regards comptaient beaucoup, et les iris claires où se mélangeaient vert, bleu et gris étaient souvent traîtresses : bien vite, Diana Fawkes n'avait plus su cacher à ses fils sa fierté et son amusement lorsque l'un deux rapportait son bulletin, disait une bêtise, ou se faisait punir. Non, la mère du garçon n'était pas un exemple pour le respect des règles.
Wayoth, comment te dire …

Se trémoussant à demi sur place, le gosse interpellé remonta distraitement les lunettes qui lui glissaient sur le nez. Qu'il avait hâte de pouvoir les troquer contre des lentilles. Malheureusement, il était "bien trop jeune" et sa vue n'était pas assez mauvaise pour que ces petites choses lui soient prescrites d'urgence.
Son meilleur ami affirmait que l'autre petit imbécile de serpent aux cheveux délavés ne pouvait être le responsable. En même temps, lorsqu'on savait à quel point il aimait parler de lui, cela semblait logique, mais aux yeux de Wayoth, Malefoy était tout de même un garçon intelligent. Ou du moins, très malin. Et, puisqu'il ne le connaissait pas plus que par de petites altercations dans les couloirs où les mots "Sang de Bourbe" passaient par son oreille pour ressortir par l'autre, l'évidence pour Liliael ne l'était pas pour l'aiglon.

La Chambre des Secrets est une légende, mais toutes légendes ont un fond de vérité …
Fawkes en frissonna, le ton d'Aster étant devenu limite inquiétant. Et l'enchaînement de ce dernier sur la présence de Dumbledore ne fit que froncer les sourcil de l'aiglon. Mais... Que venait de dire son ami aux reflets blond? Fourchekoi? Langue? Le mot disait bien quelque chose au Serdaigle, mais une petite alarme mentale lui fit comprendre que ce n'était pas un livre qu'il aurait dû feuilleter : et pour cause, l'ouvrage venait de la réserve. Oublié sur une table par un dernier année de sa maison, Fawkes en avait profité pour jeter un œil. Et même deux. Et avait lut tout le bouquin. Un Fourchelangue était un sorcier capable de parler la langue des serpents. Pour rendre le sujet encore plus effrayant, Liliael évoqua la possibilité qu'un Mangemort se soit infiltré dans le château. Du moins, c'était bien comme ça que l'on nommait les serviteur de Tu-Sais-Qui? Comment le vert pouvait-il prononcer ce nom, craint par tous dans ce monde qui était désormais le leur également?
Wayoth avait perdu toute ses couleurs, et, les yeux ronds comme des billes, il dévisageait son meilleur ami lui adresser un clin d’œil.

- Mais...mais, Lil... L'air des cachots doit pas être très saine pour que tu dise un truc pareil!

Alarmé par le comportement du Serpentard, le bleu secoua vigoureusement son ami avant de poser ses main sur les joues de ce dernier. Puis, une monta au front et l'autre vint au sien pour vérifier l'écart de température. Elle semblait pourtant la même.

- Un tueur dans le château, que ce soit pour Potter ou non, c'est pas rassurant! Et deux pauvres gosses comme nous... Franchement, tu veux prendre la peine de savoir si ton sang est dégueulasse comme le mien en subissant le même sort que Miss Teigne?

Son sang dégueulasse...? Il n'en pensait pas un mot, mais l'usage du petit surnom pour les né Moldu lu passait complètement au dessus et, même si ça s’avérait blessant qu'on ne lui reconnaisse pas ses qualités de sorcier car aucun membre de sa famille de l'était, Fawkes préférait s'en moquer. Sa famille était belle, forte et aimante, c'est tout ce qu'il fallait. Tous les sang pure ne pouvaient pas en dire autant.

- Et puis, c'est quoi le rapport avec le fait de parler au serpent? Je crois bien que Salazar Serpentad en était un...enfin, j'ai du lire ça...ou alors Granger le lisait à mi-voix dans la bibliothèque, mais là... Je comprends pas. ... Et j'aime pas que tu me mentes. J'ai...HORREUR de ça.

Grimaçant pour effacer sa moue de colère, Wayoth fronça simplement les sourcil avant de croiser les bras sur son torse de petit garçon contrarié. Oui, ils mentaient tous les deux habilement. Néanmoins, les Fawkes faisaient ça par soucis de protection, pour ne pas être "sensibles" et "faibles" comme pouvaient l'être des proies. Au fond, le gosse était un taquin qui aimait s'amuser et rire, mais le dépard subit de son père avait changer sa vision du monde. Et du coup, sa façon d'agir. Mais en aucun cas il se permettrait de mentir volontairement à Liliael -ou à tous ceux qu'il considérait comme des amis proches- et savoir que le vert pouvait lui dissimuler la vérité -bon cacher n'était pas vraiment mentir, mais dans ce cas-ci, l'association de deux verbes différents ne gênait pas Wayoth- le fâchait.
Boudeur, il se contentait d'attendre les explications d'Aster, les doigts de sa main droite tripotant nerveusement l'écusson sur sa robe de sorcier.

_________________
Maman, je suis magique !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7ème année
    SERPENTARD
    7ème année
AVATAR : Douglas Booth
MESSAGES : 321

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire - Bisexuel
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 02/11/1979
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Lun 16 Mar 2015 - 19:27


       Au fur et à mesure des dernières paroles du Vert et Argent, le Bleu et Bronze, lui, perdait toutes ses couleurs, et, les yeux ronds comme des billes, il dévisageait son ami Serpentard. Puis il lui répondit en lui adressant un clin d’œil. Liliael écoutait donc son ami attentivement. Mais si l’air était très sain, ce que la plupart des habitants de Poudlard ne savaient pas et que Liliael avait appris purement par hasard, c’était que l’entièreté du château, et en particulier les cachots, était sous sortilège d’Air Sain, ce qui permettait à tout à chacun de respirer le plus sainement possible. Le Bleu secoua dans tous les sens le Vert puis prit sa température. Liliael ne réagit pas, si son ami avait besoin de pratiquer ces gestes pour se rassurer, qu’il le fasse, ça ne le gênait pas. Non, ce n’est pas rassurant … mais bon de toute façon c’était une hypothèse peu probable. Il le laissa aller jusqu’au bout mais dés que son ami eu finit, Liliael plaça une phrase d’une voix sifflante et légèrement colérique. Il en avait marre d’entendre ça à longueur de journée. Sang-de-bourbe, sang sale, sang dégueulasse, … Il vivait dans une maison où l’on se jugeait au pédigrée et lui n’en avait aucun. Rien, nada. Ce qui le plaçait parfois dans une position désagréable, même si la plupart du temps on le laissait tranquille.

      - Notre Sang n’est pas dégueulasse ! Et sache que je ne peux pas connaître l’« état » du mien, mais je sais qu’il est rouge et qu’il coule dans mes veines ! Tu n’as pas le droit de nous dénigrer ainsi, Wayoth Fawkes !

      Liliael soupira en fermant les yeux, puis il les rouvrit et regarda son meilleur ami, d’abord encore un peu incertain de ce qu’il allait lui dire, puis après quelques instants - il ne savait combien de temps - il ouvrit la bouche et parla d’une voix plus assuré. Il avait préformé son discours intérieurement, sachant d’avance quels mots utiliser.
     
      - Way’ … Je ne suis pas vraiment censé t’en parler mais à Serpentard, nous avons certaines légendes pour notre propre maison et nous ne les partageons pas avec les autres. Mais tu es mon meilleur ami et je te fais confiance. Tu m’as demandé de te dire la vérité, je vais donc tout te dire, mes hypothèses aussi, mais tu ne te plaindras pas après. Tu sais bien que je ne te mentais pas par plaisir, donc ne sois pas en colère contre moi … Le message était bien écrit avec du sang, malgré ce que tu semblait penser, car il y avait une légère odeur de Fer dans l’air, odeur qui n’a pas été supprimée par les sortilèges d’Air Sain. Miss Teigne aurait été dès-Stupefix-iée si ça avait été une farce commise par des élèves. Ce n’est pas non plus du fait de Malefoy sinon il s’en serait vanté dans la salle commune plusieurs jours à l’avance et je n’ai rien entendu dessus. Et c’était bien trop gros pour qu’il n’y en ait pas au moins quelques murmures dans les couloirs … Le ou la coupable était donc seul et extrêmement prudent.
      Notre plus ancien mythe est celui de la Chambre des Secrets. Les plus vieux nous la racontaient il y a une demi-heure à peine pour nous faire peur. Ils disent que la Chambre des Secrets renferme une monstrueuse bête, n’obéissant qu’aux héritiers de la famille Serpentard, sensée débarrasser le château des sangs-impurs … Que Salazar Serpentard l’y aurait mise lui-même et qu’elle aurait donc plus de 1000 ans. C'est donc une très vieille et très ancienne créature, comme un vieux dragon, un Dent-de-Vipère du Pérou ou un Cornelongue Roumain peut-être ... Je penses donc qu’il y peut-être un monstre censé éliminer ceux qui ne serait pas assez bon pour le château et donc, qu’un homme malveillant l’aurait réveillé. Ce qui veut dire que cet homme peut parler au monstre, donc qu’il est un héritier de Poudlard, peut-être est-ce un pouvoir qui ne se transmet que dans les familles des Fondateurs ? Je ne sais pas tout mais c’est malheureusement ce que j’ai de plus plausible comme thèse, Way’ …


      Il avait tout déballé. Tout, tout, tout, absolument tout. Son cerveau devait surement surchauffé d’ailleurs. Certaines idées lui étaient même venues pendant son monologue. Liliael avait l’habitude de noté tout les détails de ce qu’il vivait dans un coin de son cerveau et cela lui était utile. Comme maintenant. Il s’était redressé tout au long de ses paroles, s’efforçant de faire voir la justesse de ses paroles à son meilleur ami. Il savait que l’Aiglon était capable de gérer ces informations supplémentaires et Liliael serait toujours là en soutient. Lui, techniquement, il ne savait pas s’il avait du souci à se faire, vu que son « état » sanguin n’était connu de personne. Donc s’il n’y avait pas d’information, l’héritier ne pouvait envoyer sa bête contre lui. Peut-être que oui, peut-être que non. Y avait-il un moyen pour trouver la généalogie d’un sorcier grâce à une potion ou quelque chose du même genre ? Un sortilège peut-être … Liliael se perdait encore une fois dans ses propres pensées, qui passaient d’une idée à l’autre dans une logique toute Asterienne. Mais son ami devait lui répondre avant qu’il ne continue à laisser ses pensées continuer.

_________________
Un deux trois, avance encore et encore, plus vite, un deux deux, la machine s'enraille et déraille pour finalement pour atterrir dans le fossé, dans les pavés. Pavés de bonnes intentions détestables et amers mais bonnes quand mêmes. Quatre cinq six, avance encore et encore, sans jamais jamais jamais t'arrêter, sinon tu va te faire bouffer, dévorer, devenir os et cendres et poussières parce que tu n'as pas su prendre le bon train, la bonne machine. Tu as pris celle, celui qui a déraillé et tu en as payé le prix. L'as tu faits consciemment ou comme les autres tu as tiré ta vue, ta vie, tes vices à pile ou face ? Face à la mer, face à la terre, plonger dedans jusqu'au coude, jusqu'au cou, jusqu'à plus soif, jusqu'à plus rien. Jusqu'à la fin, la fin du monde et du temps parce que tu n'as pas su avancer en cadence.
Point à la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Mar 24 Mar 2015 - 23:37

Rooooh. Ironie incomprise. Wayoth roula des yeux, un peu comme l'avait fait Adam Wright, un garçon de son dortoir aux boucles brunes, la veille au soir quand Fawkes avait émit une théorie "idiote" pour empêcher l'un des autres garçons du dortoir de faire trembler les murs du château par ses ronflements.
Poète désenchanté, Artiste en marge, notre petit brun regarda fixement son ami d'enfance avec l'ai le plus blasé du monde. Bon sang, il avait bien le droit de parler de son...bah de son sang, justement!, comme il l'entendait! C'était lui, le sang de bourbe officiel, pas Liliael! Et utiliser les mots idiots que pouvaient employer les autres avec sérieux était sa façon à lui de se moquer, pur cynisme qu'il déversait sur le monde tel le fluide d'un shampooing se répandant dans une cabine de douche.
Mais le Serpentard semblait avoir laissé son humour au cachot et l'aiglon râla en haussant les épaules tout en levant les yeux aux ciel à la manière de Robin, son ami Moldu resté à Londres. Les deux garçons s'étaient rencontrés sur un malentendu, une bagarre de mômes alors qu'Aster n'était pas présent, mais leur punition commune les avait rapproché avant d'en faire des Inséparables. Bon, le garçon était bien plus proche des jumeaux, désormais... mais la complicité était retrouvée lorsque venait l'été.

Et puis Liliael se mit à parler. Comme une pipelette. On aurait dit Granger (♥) en cours! Qu'on appelle Rogue! Et vite!
Je ne suis pas vraiment censé t’en parler mais à Serpentard, nous avons certaines légendes pour notre propre maison et nous ne les partageons pas avec les autres. Bande d'égoïstes sectaires. That's why I'm a Ravenclaw. Wait... Nan, les Serdaigles étaient bien le contraire. Du moins, certains appréciaient étaler leur science de long, en large et en travers. Le petit côté vert de Wayoth faisait qu'il partageait peu ses connaissances, sauf bien entendu avec Stella, son double au féminin depuis plus d'un an. La pensée pour son amie lui rappela soudainement qu'ils étaient censés réviser un devoir d'Astronomie dont Wayoth ne comprenait fichtrement rien. Bien qu’intéressé, il y avait des matières, comme ça, qui n'arrivaient pas à le captiver.
...mais tu ne te plaindras pas après... Gna gna gna! Nouveau haussement d'épaules et le regard vert de gris du Serdaigle rencontra le plafond. Très jolie. Genre, lui? Se plaindre? La dernière fis qu'il s'était plaint devant Aster, ça devait être à la cantine, au primaire, quand ses haricots étaient trop froids.
Le message était bien écrit avec du sang, malgré ce que tu semblait penser, car il y avait une légère odeur de Fer dans l’air, odeur qui n’a pas été supprimée par les sortilèges d’Air Sain. Miss Teigne aurait été dès-Stupefix-iée si ça avait été une farce commise par des élèves. Eh beh... Parfois, Wayoth se disait que le choipeaux avait peut-être besoin de repos, car son année de répartition avait été bien étrange : Granger chez les rouges, Neville chez les courageux, Lil' chez les vicieux-parfois-crétins, et lui, cul entre deux chaises. A vrai dire, le brun avait été bien incapable de retrouver l'odeur de fer dans l'air -après, peut-être était-ce Aster qui avait développé un odorat super puissant à force de rester aux cachots, quoiqu'il en dise, le bleu ne trouvait pas ça très sain-, bien trop absorbé dans l'admiration de la typographie très artistique qui ornait le mur. Restait le rouge brillant. Vernis? Acrylique et sang? Le gosse n'était toujours pas d'accord, le sang seul ne pouvant donner cet effet de brillance.

Ils disent que la Chambre des Secrets renferme une monstrueuse bête, n’obéissant qu’aux héritiers de la famille Serpentard, sensée débarrasser le château des sangs-impurs … Que Salazar Serpentard l’y aurait mise lui-même et qu’elle aurait donc plus de 1000 ans. C'est donc une très vieille et très ancienne créature, comme un vieux dragon, un Dent-de-Vipère du Pérou ou un Cornelongue Roumain peut-être ...
Ok... Mais quel bande de crétins, ces Serpentards. Que Merlin protège Aster de leur connerie. Foster, Cleaver, McAlister, tous les autres "eure" semblaient déjà être passé du mauvais côté, mais on pouvait toujours sauver le Soldat Liliael. Nope? Notant pour lui même de sauver Kiarah GarnER de ce complot contre les verts (à moins que les porteuses du double X soient directement sauvées...à vérifier), Wayoth joua les convaincu. Expert en mensonges et contrôlait parfaitement l'expression de son visage, le digne héritier Fawkes fit une moue attristée et se mordilla la lèvre inférieure en baissant les yeux. Voilà. On se retient de ricaner, mon grand, et on pousse un petit soupir.

- Alors j'espère que tu as raison et que celui qui fait ces attaques cherche quelqu'un en particulier, et pas à buter tous les Né Moldu du coin en mode Weasley avec les chocogrenouilles.

Ça, c'était malin ! Quel con. Et puis, il pouvait bien parler, lui qui avait fait une indigestion de chocolat à Noël dernier, en revenant chez lui pour les vacances. La mâchoire légèrement tordues en une grimace d'exaspération au souvenir de l'ami de Potter dévorant tout ce qui lui passait à portée de main, Fawkes épousseta ses genoux, le regard dans le vague avant de faire un signe de tête à Liliael pour l'entraîner vers la porte.
Il ne pensait pas son ami aussi naïf. Tssss, croire des derniers années de Serpentard... C'était comme penser que Rogue pouvait arriver en cours de bonne humeur et tout de rose vêtu. A cette pensée, un sourire stupide se dessina sur le visage du bleu qui colla son oreille à la porte. Si ils se faisaient chopper, ils étaient mal. Genre, comme Miss Teigne.

[hrp : hey Lil! J’espère que les pensées de Way t'auront pas vexées vis-à-vis de "c'est une blague, Lil est naïf" x) Mais je le voyais pas du tout croire à cette légende u.u Quand au peu de dialogue, sorry >< mais s'il pense beaucoup, il parle jamais des masse x.x b'sous]

_________________
Maman, je suis magique !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7ème année
    SERPENTARD
    7ème année
AVATAR : Douglas Booth
MESSAGES : 321

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire - Bisexuel
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 02/11/1979
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Lun 13 Juil 2015 - 20:15



   Bon ... Liliael s'était peut-être un peu emballé. Quand Liliael commençait à parler de quelque chose qui le concernait ou l'intéressait, il avait tendance à ne plus pouvoir s'arrêter et il finissait toujours essoufflé. Et là, il l'était, essoufflé. Pas bon ça, puisque Wayoth n'avait pas l'air de le prendre au sérieux. Mais alors là, pas du tout, du tout, du tout. Bon, on laisse tomber, c’est pas grave, enfin si, mais c’est pas comme si eux, illustres inconnus du monde sorcier, allaient se faire attaquer. Il faudrait juste faire attention pour deux. Pour Wayoth et pour lui-même puisque le Bleu ne semblait pas le croire. Non mais vraiment, Liliael s’inquiétait et Wayoth lui parlait de Weasley et avait levé plusieurs fois les yeux au ciel. Oh que non, sa petite moue attristée et la manière dont il se mordillait les lèvres en baissant les yeux ne donnait pas le change. Pour quelqu’un d’autre peut-être mais pas pour Liliael, meilleur ami du brun depuis X années. Il avait appris la même chose chacun de leur côté après tout : tromper les gens. Liliael était un peu plus Serpentard que Wayoth qui lui était plus Serdaigle que Liliael. Oh évidemment, Le bleu était un chapeau flou reconnu, puisqu’il avait dépassé la barre des 5min, mais le Choixpeau avait aussi hésité pour Liliael entre le Bronze et l’Argent, bien que moins longtemps.

   Pour en revenir à Wayoth : Non, mais « tous les Né Moldu du coin en mode Weasley avec les chocogrenouilles » Il aurait pu trouver plus crédible tout de même. Allez Liliael, un peu de bonne volonté, on va le laisser croire qu’il a gagné. De toute façon, Way était déjà reparti dans ses pensées rêveuses puisque après lui avoir fait un signe de tête pour lui indiquer qu’il fallait maintenant rentrer dans leur dortoirs respectifs, un sourire niais et stupide s’était collé sur le visage de son ami. Liliael en secoua la tête de dépit. Mais bon, Wayoth Fawkes était comme ça et Liliael ne pouvait rien y faire. Le Bleu colla sa tête contre la porte semblant écouter les bruits alentours. Liliael décida de faire de même. Pas de bruits, juste un léger courant d’air qui faisait claquer le feu des torches. Liliael aimait penser qu’il était observateur, peut-être trop et il remarquait souvent de petits détails qui échappaient aux autres. Tout le monde était déjà parti ? Liliael, honnêtement, l’espérait. Ils attendirent, Liliael ne savait combien de temps, peut-être quelques secondes ou bien une dizaine de minutes, avant de bouger et de se regarder dans les yeux. Liliael était prêt à sortir de la salle vide, laissant leurs thèses, hypothèses et autres théories sordides et bizarres derrière eux. Oh évidemment, celles-ci n’allaient pas quitter son esprit, d’ailleurs, Liliael pensait toujours qu’elle était très bien sa théorie principale, peut-être légèrement tirée par les cheveux mais tout à fait plausible. Dans tout les cas, une fois la porte passée, les deux garçons n’en parleraient sans doute plus, ou alors pas avant un long, long, long, très long moment. Liliael posa alors sa main sur la poignée de porte, ne lâchant pas son ami des yeux. Celui avec qui il avait fait toutes les bêtises possibles et inimaginables quand ils étaient petits.

   « On y va ? Pas besoin de te dire que si on se fait attraper, on est morts. Surtout avec ce qui veint de se passer. Oh, pas mort comme dans l’arrêt des fonctions du corps, mais morts comme dans beaucoup de punitions et de points en moins. »

   Liliael savait très bien que Wayoth en avait conscience, mais mettre des mots sur leurs pensées les rendaient souvent plus réelles. Liliael ne savait pas exactement où étaient les salles réservées aux Serdaigles mais il en avait une petite idée. Liliael savait qu’elle se trouvait en hauteur et dans la zone Ouest du château. Mais alors où, exactement, il ne le savait pas encore … Il le saurait bientôt, il ferait des recherches. Bref, là n’était pas le problème actuel, le problème c’était de rentrer. Lui il fallait qu’il redescende et file dans les cachots, rien de bien savant. Après, s’il croisait un préfet de Serpentard, il n’aurait pas de soucis. Après pour les autres maisons et surtout ceux de Gryffondor, il aurait plus de problèmes … Le tout était d’être rapide, discret et sûr de soi. Et d’avoir de la chance. Ça, il ne pouvait avoir aucune influence dessus … Mais bon, ils verraient bien. Maintenant, il fallait avoir le courage d’actionner la clanche, et de faire les premiers pas en dehors de la salle vide où ils étaient. Oh, il allait le faire, oui dés que son ami lui aurait répondu qu’il était prêt à y aller. Leur chemin allait se séparer dés qu’ils seraient dans le couloir et après avoir vu son ami s’effondrer, cette image que Liliael aurait toujours à l’esprit, son ami perdu, les yeux dans le vide assis à même le sol, déboussolé. Wayoth ne lui avait jamais aussi paru avoir leur âge. Ils avaient tout les deux grandis et muris, sûrement plus que les autres, enfin, c’est ce que Liliael pensait quand il voyait ses camarades de classes jouer à envoyer des avions en papier en classe.

   Liliael passa une main dans ses cheveux, avec la main qui ne tenait pas la poignée de porte et recolla son oreille une dernière fois sur la porte.

   « Je crois qu’il n’y a personne. Enfin, je n’entends rien de suspect en tout cas. »


_________________
Un deux trois, avance encore et encore, plus vite, un deux deux, la machine s'enraille et déraille pour finalement pour atterrir dans le fossé, dans les pavés. Pavés de bonnes intentions détestables et amers mais bonnes quand mêmes. Quatre cinq six, avance encore et encore, sans jamais jamais jamais t'arrêter, sinon tu va te faire bouffer, dévorer, devenir os et cendres et poussières parce que tu n'as pas su prendre le bon train, la bonne machine. Tu as pris celle, celui qui a déraillé et tu en as payé le prix. L'as tu faits consciemment ou comme les autres tu as tiré ta vue, ta vie, tes vices à pile ou face ? Face à la mer, face à la terre, plonger dedans jusqu'au coude, jusqu'au cou, jusqu'à plus soif, jusqu'à plus rien. Jusqu'à la fin, la fin du monde et du temps parce que tu n'as pas su avancer en cadence.
Point à la ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Dylan O'Brien
MESSAGES : 1488

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Besoin de rien, Envie de rien.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 09 janvier à Londres
SANG SANG: né(e) de moldus
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Lun 27 Juil 2015 - 2:09

- On y va ? Pas besoin de te dire que si on se fait attraper, on est morts. Surtout avec ce qui vient de se passer. Oh, pas mort comme dans l’arrêt des fonctions du corps, mais morts comme dans beaucoup de punitions et de points en moins.

Appuyé contre la lourde porte en bois, oreille droite collée dessus pour bien écouter, le petit brun eut un simple haussement de sourcil. Très discret, le geste était moqueur et le garçon se retint de faire une remarque comme quoi Liliael serait peut-être finalement le frère caché de Wright, l'aigle à grosse tête de son dortoir. Quoique, là encore, Fawkes comprenait ce que voulait dire le Serpentard à la différence du charabiat que déblatait parfois Adam comme s'il essayait de battre son propre record de vitesse de lecture à voix haute.
Néanmoins, la piqure de rappelle eut son effet : ils n'avaient rien à faire là et, s'ils étaient débarrassé de Miss Teigne, il restait les professeurs qui devaient sûrement faire des rondes. Peut-être que les préfets en faisait aussi...restait à prier qu'il ne rencontrerait pas Percy Weasley en rejoignant la tour des Serdaigles. Ou pire, Peeves. Ou pire : Rogue. Ou pire : se retrouver coincer devant le heurtoir de sa maison et se faire chopper par Percy avant de se faire rejoindre par Peeves poursuivit par Rogue.
Mais bon... Il 'y avait pas de raison pour que ça change de ses petites habitudes à aller et venir entre son dortoir et les cuisines.

Sans répondre à Liliael, Wayoth se contenta d'hocher la tête en regardant son ami dans les yeux et lui faisant signe de le laisser faire. Les portes qui grinçaient, il en avait l'habitude : chez ses grands parents, impossible d'en ouvrir une sans provoquer un bruit comparable à celui d'un chat qui se ferait écraser la queue. De même pour les escaliers : l'art de les descendre silencieusement n'était pas donné à tout le monde.
Plaquant sa main contre le battant et chassa la main de son camarade d'une petite tape tout en gardant les sourcils froncés par la concentration.

- Je crois qu’il n’y a personne. Enfin, je n’entends rien de suspect en tout cas.
- Tchhhht!

Les prunelles rivées sur la serrure, l'aiglon actionna lentement la poignée tout en poussant de toute sa force. Une fois complètement abaissée, un "clac" sourd retentit. Calme, le garçon attendit encore un peu, le cœur battant dans ses tempes, avant d'entrouvrir la porte en s'écartant et se décalant contre le mur. Après avoir risqué un œil, le jeune Fawkes ouvrit plus largement et sortit la tête. Rien.

- RAS. souffla-t-il à son ami d'enfance, l'index et le pouce formant un O, avant de s'accroupir brusquement et s'engouffrer ainsi dans le couloir.

Se déplaçant à petit pas, à moitié à quatre pattes, Wayoth observa son ombre en tressautant sur place afin de la faire bouger. Bien. Cette traitresse était celle qui l'avait vendu un soir alors qu'il voulait passer dans le dos de sa mère pour chiper quelque chose au frigo. Tu peux tricher, mentir, ne pas respecter les règles. Mais ne te fais pas prendre.
La voix de Diana résonnait dans sa tête aux cheveux ébouriffés et e deuxième année se redressa en faisant un signe d'épaule à Aster pour qu'il le suive. Ne pas parler.
Longeant le mur, le brun essaya d'ignorer l'écriture sanglante éclairée par la lueur des bougeoirs aux murs pour se concentrer sur l'eau par terre, face à lui. En silence, il se défit de ses chaussures, gardant ses chaussettes aux pieds. Souliers à la main, le gamin plongea ses pieds dans l'eau et ne se déplaça quand glissant sur les pavés pour éviter les clapotis inutiles de l'eau qui alerteraient toute personne aux alentours.
Vérifiant que Liliael le suivait toujours, le garçon eut un frisson. L'angoisse, le froid, tout cela n'aidait pas. Si un tueur trainait dans les couloirs, ils feraient des proies bien faciles.

Après plusieurs pauses pour sécuriser la voie et retrouver le plus court chemin jusqu'à la plus proche intersection qui menait soit aux cachots, soit à la tour bleue, les garçons arrivèrent enfin aux escaliers. Là, Wayoth s'autorisa un soupir de soulagement. La moitié était faite. Restait...toutes les marches à monter. Baissant le regard sur celles qui descendaient dans le repère des serpents, le brun se redit compte que Liliael serait bien plus vite arrivé, en espérant qu'il ne se fasse pas prendre.

- Bien, chuchota le bleu à mi-voix, on doit se séparer ici. Fait gaffe quand tu arrive au niveau des cuisines, il y a la troisième dalle en partant du tableau des trois hommes et le trophée de chasse est mal mise, elle claque si tu marche dessus... A demain, mec.

S'ils étaient encore vivant. S'autorisant une petite tape sur l'épaule de son ami comme signe d'encouragement, Fawkes pria pour que le châtain n'ait pas l'idée de le prendre dans ses bras : trop d'affection pour la journée. Après avoir regardé Liliael descendre ses premières marches, Wayoth fit tourner l'articulation de ses chevilles, comme s'il se préparait à courir. En réalité, c'était bien ce qu'il comptait faire. Se penchant un peu plus en avant et reculant pour prendre de l'élan, le petit aigle commença alors son sprint en invoquant Merlin pour que l'escalier n'en fasse pas qu'à sa tête. Merlin devait être en communication puisqu'au moment où il s’apprêtait à accéder au palier, un gémissement typique se fit entendre et Wayoth dû sauter pour ne pas manquer son passage, frôlant de renverser une armure. Il ne s'arrêta pas pour autant et continua sur sa lancé en gambadant de marches en marches, rallongeant son chemin lorsqu'il entendait un bruit étranger. Et finalement, à bout de souffle, le gosse plié en deux s'arrêta face au heurtoir qui donna son énigme :

♫ On me perd quand on croit me gagner,
J'ai dans mon lit fesses roses et joues ridées,
Et on trépasse quand enfin on m'embrasse ♫

Qu...Quoi ? Désespéré, Fawkes lança un regard mort de trouille aux alentours. Il pensait qu'il n'aurait des ennuis que s'il se faisait prendre.
Mais là, il avait des ennuis.

- Oh non, s'il vous plait, ouvrez... Vous me faites perdre mon t... Attends... On le perd, on le gagne, il mélange jeunes et vieux, on meurt quand... LE TEMPS !!

Se plaquant les mains sur la bouche, Fawkes regarda encore une fois autour de lui  et répéta sa réponse plus calmement. Le temps. Et le portail s'ouvrit.
La salle commune était bondée et les plus jeunes buvaient les paroles des plus âgés. Reconnaissant Hayden, un demi vélane blond à la frimousse d'ange et au comportement de parfait petit garçon, le brun espéra alors que son absence n'avait pas été remarqué par ses camarades de chambre. Mais Adam et Terry écoutait attentivement la lecture d'un dernière année qui tenait son manuel d'Histoire de Poudlard pour lire à voix haute la légende de la Chambre des Secrets. Préférant rejoindre son lit et se mettre en pyjama, Wayoth enleva ses chaussettes et les regarda comme si elles avaient été de braves compagnes lors d'une guerre sans pitié. Quatre à quatre, il grimpa les escaliers pour pousser la porte de son dortoir et... voir que quelqu'un fouillait sous son lit. Les fesses en l'air, un garçon rondouillard semblait chercher quelque chose et, la tête contre le sol, il ressemblait à une Livingstone sortant du Poudlard Express. Mais en moins gros.

- Eh !

Le fautif sursauta et se cogna la tête contre le bord du sommier. Les sourcils de Fawkes s'envolèrent sur son front lorsque l'autre mioche lui fit face : le visage caramel était fendu en deux yeux aussi sombre que la tignasse qui tombait sur le front de l'autre garçon. Prit sur le fait, le petit tonneaux sur pattes se confondit en excuse et le machin maigrichon qui lui faisait face crut y entendre une explication : "chat".
Ah.
Chouette, foutons ce chat sur l'oreiller d'Hayden... Rejoignant son cadet en silence, Wayoth se rappela avoir entendu parlé d'un mini-troll boutonneux de première année. Lui, il n'y avait pas vraiment fait attention jusque là. Eh bien maintenant, c'était fait. Se mettant dans la même position que le garçonnet joufflu, Fawkes plissa les yeux pour tenter de repérer l'animal au milieu de son bordel.

- Bon...bah on...on va attendre qu'il sorte. Assieds-toi, je vais juste me changer.

Puis, se posant aux côté du garçon qui n'avait pas bougé.

- C'est quoi le nom de ton chat ?
- Squeamish.


\o/:
 

_________________
Maman, je suis magique !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes] Aujourd'hui à 19:25

Revenir en haut Aller en bas

Ennemis de l'héritier prenez garde... [1993 ; Liliael Aster - Wayoth Fawkes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Prenez garde à la fermeture automatique des portes. Attention au départ !» Le cochon qui sommeille» MSF: Méchants Sans Frontières. Prenez garde, paysans» Prenez garde: de la Reynie est là![terminé]» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Avant sept.1995-