AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MANGEMORT
    MANGEMORT
AVATAR : Gemma Ward
MESSAGES : 57

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire. as always.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 6 mars 1971, en Scandinavie.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust. Mar 30 Sep 2014 - 21:59


RICTUSEMPRA
Ma Présentation


Présentation générale :

Nom et Prénoms : Doraleen Natalia Krieg est son véritable nom ; seule sa famille et elle le connaissent encore. Elle utilise généralement son nom de famille anglais, et s'appelle officiellement Doraleen Natalia Finch.

Âge : 26 ans.

Date de naissance : 6 mars 1971

Origines et couleur du sang : fille des pays du grand Nord, Doraleen est une sang-pur née de l’union entre deux représentants typiques de la race Nordique.
Elle a étudié à Durmstrang puis a adopté la nationalité Britannique après l’équivalent de ses Aspics.



Physique :

Scrutez les foules de l'allée des Embrumes. Détaillez les sorciers louches qui cheminent seuls, l'air pressé, le visage austère. Ou mieux, allez dans des endroits sombres et froids, plutôt sinistres. Vous y verrez peut-être, si vous êtes attentif, la face blafarde et le corps maigre de Doraleen. Ne la fixez pas trop longtemps ; elle le prendrait mal. Vous verriez alors une pointe d'agacement, puis une flamme de mépris dans ses yeux de glace, le genre de flamme qui brûle la peau sans la toucher. Si son attitude n’était pas si manifestement antipathique, elle serait couvée sans cesse d’égards et de passions. Hautaine et froide, distante et calculatrice, son maintien et ses amples gestes précis lui donnent une solide autorité et un aspect intouchable qui lui sont propres. Du haut de ses talons aiguille qui la rendent encore plus vertigineuse, elle regarde le monde et le petit peuple de haut. Nordique par excellence, la jeune femme arbore une longue et lisse chevelure de platine, une peau blanche et sans défaut, des yeux si clairs qu’ils en sont limpides et d’autant plus dangereux à croiser. Son corps longiligne ne présente, et c’est là sa particularité, aucunes formes. Dora arbore depuis son adolescence un corps et un visage d’enfant qui rendent sa blondeur et sa pâleur encore plus frappantes … illusoires. Longtemps complexée, elle a compris au fil des années que loin d’être une tare, son apparente fragilité pouvait se transformer en arme. Son poignet gauche porte encore les cicatrices de quand elle était une adolescente sans ambition qui cherchait désespérément le regard aimant des autres, pour n’y trouver que de l’indifférence ou de la moquerie. Ce dégoût du corps qu’elle a porté en elle pendant sept années ont laissé des traces ; une maigreur affolante, un visage étroit qui met en valeur la taille de ses yeux fatigués, des jambes aussi fines et puissantes que celles d’un mannequin rodée aux parades des podiums. Doraleen est aussi, dès qu’elle le veut, d’une beauté hypnotique. Ses sourcils se défroncent, ses yeux se parent d’étoiles. Elle souligne ses lèvres fines, ses pommettes hautes d’un maquillage léger qui la fait étinceler. Quand la situation l’exige, elle abandonne sa fragilité et se transforme en diamant brut. Actrice d’exception, Dora posséde plusieurs noms, plusieurs visages, et ne montre presque jamais sa véritable manière d’être. Elle est en constant changement, et son physique suit le mouvement. Comme la louve qu’elle est,  son corps de noirceur est dissimulé sous des couches de blanche farine.


Style Vestimentaire :

Infiltrée au Ministère, contact en Norvège ou étudiante au Brésil, Doraleen n’a pas de penderie fixe. Elle a un goût particulier pour les habits aux teintes bleues de toutes sortes, et rejette avec ardeur les couleurs pastels qui la rendent fade, selon elle. Dépourvue de formes, elle est une adepte des vêtements à la garçonne, mais n’hésite jamais à faire impression au juste moment en portant des robes moulantes au décolleté plongeant, sa poitrine rehaussée par, cas exceptionnel, des rembourrages de coton. C’est bien sa dévotion pour sa cause qui lui font porter des jupes courtes ou des semelles plates en public, choses qu’elle déteste. Quand elle est dans son pays natal, la nature reprend ses droits et la température gèle le mercure. Dora s’y étant habituée, elle a développé une nature particulièrement peu frileuse, due certainement à ses pouvoirs de sorcière. Porter un simple pantalon et une chemise sous la neige ne la dérangerait ainsi pas. Mais quand elle doit se rendre dans des pays comme l’Angleterre, elle reste classique et élégante, sauf si évidemment son rôle lui impose des contraintes vestimentaires.


Autres : La marque des Ténèbres sur son bras gauche est camouflée par magie, un puissant sort de dissimulation qui ne peut être défait que par elle-même ou par contact du Seigneur des Ténèbres.


Caractère :

Chétive et puissante, obscure et lumineuse. Limpide. Insondable. Doraleen Krieg est l’allégorie du mystère, la preuve vivante que personne n’est jamais connu de personne. Ombre parmi les ombres, elle nourrit des ambitions de pouvoir et de domination qu’elle a découvertes en même temps que l’effet qu’elle produisait, à sn arrivée dans les rangs du Seigneur des Ténèbres. Ses parents, de nobles sorciers aux valeurs très tranchées, lui avaient inculqué leurs notions avec un acharnement qu’ils définissaient par de l’amour : les sorciers au sang pur en haut, les autres quelque part entre leurs pieds et le sol. Quand à Durmstrang elle suivait ses cours de Magie Noire, son esprit tournait souvent à vive allure : pourquoi ces sortilèges étaient-ils tous fait pour provoquer du tort et de la douleur ? Sa stricte éducation la rappelait à l’ordre avant qu’elle puisse songer que ça pouvait être mal, de faire souffrir les autres. Et elle s’appliquait. Intelligente, manipulatrice, enjôleuse et débordante d’une noirceur mal contenue. Tous ces traits de caractères si typiques des Mangemorts avaient été une découverte récente, pourtant elle les maîtrisait comme un violoniste son instrument.

Avant, elle était comme les autres filles de son école. Un peu superficielle, en quête de sa personnalité, et une volonté de plaire indestructible. Elle voulait qu’on la regarde ! Qu’on l’admire ! Dans ses dernières années, elle s’est rendue compte qu’il était bien plus simple de forcer les autres à l’aimer que d’attendre en vain une sympathie passive et illusoire. Et au fil des années, l’évidence s’imposait : la voie des ténèbres était la plus simple à suivre, la plus amusante aussi. Sa plate froideur n’était qu’une façade : en réalité, Dora aimait les grands frissons, le danger, l’incertitude. La solitude aussi. Son talent pour le mensonge et la dissimulation lui ont ouvert des portes et offert des occasions. Elle s’était fabriqué de nombreuses identités qu’elle revêtait à son bon vouloir. De la grande et majestueuse Dame des villes, richissime bourgeoise aux contacts sans fin, à la fragile enfant des rues qui cherche un foyer pour la nuit, elle était un tout et un rien. Sorcière puissante en quête de gloire, habile serveuse dans le café de sa cible, elle savait cacher sa nature comme personne. Loin de son ancienne condition, elle s’épanouissait dans l’ombre et ne donnerait sa nouvelle vie pour rien au monde. De son plein gré elle s’était engagée, et ses convictions étaient inébranlables. Son rôle et son rang, sa position auprès du Seigneur des Ténèbres était sa fierté et la seule chose qui comptait.

Doraleen est louve, et Doraleen est brebis. Une sirène chantante aux crocs acérés. Loin d’être une sentimentale, elle est aussi dure et froide que la glace, mais cache un aspect convivial et souriant qu’elle réserve à ses proches, très proches, et à ses cibles.
Pourtant malgré ce qu'elle veut laisser paraître, la jeune femme reste humaine, et donc souvent faible et impuissante face aux obstacles. Elle a une manie dérangeante, celle de chercher les ennuis, jusqu'à avoir développé un complexe de supériorité. Énerver Dora est d'une simplicité enfantine. C'en est même dangereux. Incapable de se laisser rabaisser, elle bouillonne intérieurement à chaque échec avant de se retrouver seule et de déchaîner sa rage. Violente quand la situation la dépasse, habile quand à la préparation de son apparence, elle peut sortir d’un duel sanglant sans une égratignure, ou être très sérieusement blessée en sachant le camoufler d’un sourire et d’un sortilège douloureux. Mystérieuse et envoûtante, renfermée et solitaire. Doraleen sait ce qu’elle veut, ne se laisse pas marcher sur les pieds, aime avoir raison et aime provoquer la peur. Ce dernier trait de caractère, assez dérangeant si ce n’est pas morbide est devenu pour elle un mystère comme une attirance. Elle découvrait chaque jour à quel point l’ombre la faisait changer, et s’en réjouissait toujours plus. Son rôle dans l’histoire se développait en même temps que sa profonde personnalité de sorcière. Elle devenait quelqu’un, elle pouvait se définir, se cerner, et elle aimait ça.



Histoire :

« Doraleen Natalia Krieg, ma fille, ma princesse au sang pur comme l’eau des sources. Ton regard est plus bleu que le saphir, ta peau précieuse comme le soleil de Sibérie. Ma digne héritière, enfin dans mes bras. »
-Sermon Pier Krieg, à sa fille deux jours après sa naissance.

Jadwiga et Sermon Krieg, sorcier et sorcière à l’influence considérable, s’étaient battus pendant deux longues années avant que leur premier enfant veuille bien pointer le bout de son nez. Dans les pays gelés et obscurs du grand Nord, là où le froid a raison des plus pauvres, cette famille vivait pourtant paisiblement et avec opulence. Après leur aînée, Doraleen, ils eurent trois autres enfants, uniquement des garçons. Les affaires allaient bien, le monde tournait dans le bon sens, les années s’écoulaient paisiblement. Et surtout, ils étaient du bon côté de la puissance dominante : sans véritablement manifester leur approbation aux idées du Seigneur des Ténèbres, ils étaient une riche famille de Sang-Pur et ne rechignaient jamais quand discrétion leur était demandée. Mais le gros du combat était en Grande-Bretagne, aussi ils ne se faisaient pas d’inquiétude. Tout leur souriait : leur adorable fille devenait plus belle de jour en jour, leurs fils développaient un caractère trempé dans l’éducation rigoureuse de la famille. Parents autoritaire, lui comme elle, ils forgeaient leurs enfants au feu de la sévérité et du respect des règles. Ils leurs répétaient que leur avenir allait être exceptionnel, grandiose. Ils leur apprenaient qu’au vu de leur rang, ils étaient parfaitement dans le droit, même dans le devoir de faire preuve d’intolérance, de supériorité ou de mépris envers les Nés-moldus. « Après tout, ce sont des bâtards, incapables d’une belle et puissante magie, nés du fruit d’un hasard terne. » Du moins, c’étaient les dires du Seigneur des Ténèbres. Un homme si puissant pouvait-il avoir tord ? Ils aimaient leur statut autant que leurs enfants, et rien ne leur manquait jamais. Doraleen n’a jamais été capricieuse ou insolente. Elle était humble et discrète, silencieuse et éveillée. N’ayant entretenu aucun doute sur l’appartenance de leurs quatre progéniture à la pure et vénérable branche des sorciers, le couple ne fut pas surpris le jour où Dora, émerveillée devant des boutons de rose qui s’ouvraient tout seuls, les fit faner tout d’un coup. Ils la félicitèrent, comme ils félicitèrent quelques années plus tard les garçons manifestant eux aussi leurs pouvoirs en amortissant respectivement la chute d’un buste, d’un vase et d’une armoire au cours d’une de leurs innombrables chahuteries. L’enfance de Doraleen se résuma donc à cela : heureuse, stricte, magique. Banale. C’est son entrée à Durmstrang qui chamboula tout.


« Heu, je crois qu’ils se sont trompés. Krieg, c’est impossible que tu aies treize ans. Tu en as neuf, petite menteuse. »
-Antalya Dilovski, à Doraleen au cours de leur troisième année à l’école Durmstrang.

Doraleen entra dans cette école de renommée sans difficulté, couverte par son sang à la pureté irréprochable et par l’évidente influence de ses parents. Le choc avec ses camarades fut rude ; elle, petite et malingre, les yeux pleins d’espoir et de magie, n’avait manifestement pas été digne d’entrer dans un cercle d’amis quelconque, et resta loin des autres le plus possible, sentant que si elle se mêlait aux groupes d’enfants, ça ne lui attirerait que des ennuis. Elle qui avait toujours été enjouée et souriante devint renfermée et silencieuse. Elle restait plongée dans ses études, ses livres, ne ratait aucun entraînement de Quidditch des équipes de l’école et nourrissait le rêve enfantin d’un jour devenir attrapeuse. Après tout, elle correspondait aux critères. Petite, rapide, légère. Très légère. Trop légère ? Mais les postes étaient déjà pris. Les autres ne lui parlaient pas, ne la voyaient pas, savaient à peine si elle existait. Quand dans les cours un binôme devait se former, elle était toujours dans les dernières à être choisie. Les deux premières années furent passablement fades et répétitives, mais au moins on la laissait tranquille. Et puis, quand elle entra en troisième année, tout empira. Son corps refusait de changer, de devenir fort, galbé, harmonieux comme celui d’une vraie Nordique. Son visage était celui d’une petite fille. Et malgré ses efforts pour se faire oublier, l’inévitable se produisit : un groupe de filles, hautaines et détestables, la prirent en souffre-douleur. Dora était vulnérable. Elle était excellente avec sa baguette, mais refusait de l’utiliser pour faire du mal. Alors s’enchaîna un cycle sans fin de ridiculisations, de harcèlements, d’insultes, de coups parfois. Dora mangeait le plus possible, dans l’espoir de grossir, mais sa douleur lui faisait tout vomir. Elle exécrait son corps, mais n’en voulait même pas aux pimbêches qui la martyrisait : elles avaient raison de rabaisser une faible, une soumise enfant comme elle. Chaque jour était plongé dans l’obscurité. Ses notes baissèrent. Le regard de ses parents changea. Elle devenait un petit cancre sans avenir, sans passion, aux poignets striés de cicatrices et au corps toujours aussi désespéramment maigre.


« Mademoiselle Doraleen Krieg : excellents résultats. Progrès constants. Possède un réel talent pour la Magie Noire. A surveiller. »
- Igor Karkaroff, à voix haute devant le compte rendu du professeur de Magie Noire.

La cinquième année de Dora fut décisive. A Durmstrang, c’était à quinze ans que les élèves commençaient les cours tant attendus de Magie Noire. Le caractère de la jeune Krieg s’affirma en même temps que son sombre talent se révélait, et l’évidence lui fit face : finalement, elle n’était pas faible. Elle avait mûri, gagné en assurance. Seule en face-à-face avec elle-même, elle réfléchissait souvent à la meilleure manière de punir Antalya et ses sous-fifres. Sa répugnance à utiliser une « mauvaise magie » contre d’autres s’était évaporée, elle voulait leur faire payer. Elle avait grandi, beaucoup. Son visage devenait harmonieux, angélique, rendant presque accessoire son corps d’enfant. Peut-être est-ce grâce à cela que les plus avertis ne la cherchaient plus, ils n’avaient plus de raison de le faire mais ça serait vraisemblablement plutôt parce que son talent dans la matière maudite se savait. Son cœur s’obscurcissait lentement, sans qu’elle s’en rende vraiment compte. Elle se surprenait des fois à imaginer le visage d’un tel le jour de sa mort. Blanc ? Ensanglanté ? Pourquoi est-ce que je me demande ça, moi ? Elle devenait hargneuse, rancunière. On l’évitait. Les plus naïfs qui ne voyaient en Doraleen qu’un ange de timidité se faisaient rapidement remettre à leur place quand ils lançaient la conversation avec elle. Les livres prenaient de plus en plus de place dans sa vie, elle apprenait l’anglais dans son coin, avait des correspondances. C’est ainsi que les dernières années de Dora à Dumstrang se déroulèrent : un cocon de secrets et de regards haineux.


« La voie qu’elle a choisie, celle des ténèbres et du pouvoir, peut être comprise par beaucoup : on y retrouve de très nombreux avantages qui auraient pu la charmer.
Mais qu’on se le dise : c’est la voie des Ténèbres qui a été envoûtée par ma fille, pas l’inverse.
»
-Jadwiga Krieg, à son mari, dix minutes après la réception d’une lettre de Doraleen, rapportant son engagement chez les Mangemorts.

Après une longue réflexion de quelques vingt-trois secondes, elle avait accepté. Avait-elle eu vraiment le choix ? Quand deux Mangemorts débarquèrent chez elle, un soir d’octobre 95, Doraleen avait vingt-cinq ans. Ses études s’étaient achevées sept ans plus tôt, à moins que ça ne soit huit. Elle vivait de l’argent de ses parents, sans travail, malgré ses excellents résultats aux examens et son sang remarquable. Son passe-temps le plus défini était celui du mensonge, de l’hypocrisie. Se liant d’amitié avec une moldue, ou aguichant un sorcier, elle s’amusait des sentiments des autres et analysait leurs réactions. Certaines de ses entreprises étaient longues à échafauder, comme la construction d’une relation durable qu’elle achève sur un coup de tête ou son faufilement dans les failles des gens qu’elle agrandit ou baume avant la trahison. Ça l’amusait la plupart du temps, et elle possédait maintenant une grande expérience sur la psychologie humaine, capable de prévoir les réactions d’un Londonien de base. Il était 21 heures passé, la Nordique avait fini de manger depuis longtemps. Doraleen était enfermée dans sa chambre, comme à son habitude. Après être partie de son pays natal, elle avait adopté la nationalité Anglaise sans pourtant abandonner son appartenance au Nord et sa culture. Ses trois jeunes frères étaient presque tous dans la vie active ; le benjamin entrait dans sa dernière année à Durmstrang. Sa vie l’ennuyait, elle ne savait pas ce que son destin lui réservait. Sa beauté et son rang lui ouvraient toutes les portes, elle les ignorait. Son habileté pouvait lui offrir presque n’importe quel poste au Ministère, elle les rechignait. Elle était dans une phase transitive entre l’éternel « young, wild and free » et le sempiternel « have to go to work ». Et bien que son jeune âge ne l’ait pas désignée au premier abord, elle avait été choisie. Repérée par les espions du Seigneur des Ténèbres en personne.

Elle entendit s’ouvrir brusquement la porte d’entrée de l’appartement. Pestant contre les courants d’air, elle sortit de la chambre et tomba face à face avec deux hommes à l’allure sinistre. En les détaillants, elle se figea.

« Qui êtes-vous ? »
Son regard était fixé sur celui de gauche, qui dégageait une aura malveillante.

« - Vous ne devez pas être sans savoir, Mademoiselle Krieg, que le Seigneur des Ténèbres est de retour.
- Je le sais en effet. En quoi cela me concerne-t-il ? » Sa voix était devenue dure, menaçante. Bien sûr, ils connaissaient son véritable nom. Ils pensaient l'impressionner ainsi ?
« - Vous avez été remarquée, Mademoiselle. Votre sang et votre rang ne doivent pas être gâchés en stupides activités, sans goût et sans échéance. Le Seigneur des Ténèbres, par notre intermédiaire, aimerait vous voir rejoindre ses rangs au plus vite. Il n’y a pas de délai de réflexion. C’est oui ou non, maintenant. »

Doraleen avait écouté le Mangemort, puisque s’en était bien un, sans ciller. Les bras sur les hanches, le regard glacial, elle avait tout de suite deviné pourquoi ils étaient là, et réfléchissait à toute allure. A vrai dire, ce moment avait été si inévitable, si prévisible. Depuis que la nouvelle du retour inespéré du Seigneur des Ténèbres s’était répandue dans les rangs des forces du Mal, ils étaient en ébullition. Le passé de semi-coopération et l’argent de sa famille attirerait forcément l’attention des Mangemorts. Elle avait de la chance de ne pas avoir été déjà soumise à un Imperium.

« - Arrêtez votre comédie. Vous comme moi savez très bien que je n’ai pas le choix, leur lança-t-elle avec un regard méprisant. Sa main cherchait inconsciemment sa baguette magique, mais elle était restée sur la table de chevet. Vous ne voulez que moi ?
-Oui. Vos parents sont trop âgés et trop utiles financièrement pour aller sur le terrain, vos frères trop jeunes et inexpérimentés. »

Dora se tut, le visage tendu. Elle avait toujours été secrète, renfermée, méprisante parfois. Elle avait conscience de sa valeur, de ses atouts. On lui accordait le luxe de l’engagement volontaire. Pourquoi refuser, après tout ? Les idées du Seigneur des Ténèbre se défendaient. Sans être dévouée au seigneur noir, elle savait que sous la contrainte du choix, elle irait vers lui. Et puis sa vie était un éternel cycle de recommencements, de routines ennuyeuses, de facilité. Il était temps pour elle d’agir, de faire bouger son existence. Elle ferma les yeux, les rouvrit pour les planter dans ceux de l’homme de gauche, celui qui ne parlait pas.

« - Que dois-je faire ? »

Un sourire étira le visage des deux hommes. Ça s’était bien passé, finalement. Des rumeurs circulaient sur la jeune femme, rapport à son talent pour la magie Noire. Ils s’étaient inquiétés de sa réaction, mais elle était plutôt docile finalement.

« - Nous suivre. Nous allons vous présenter au Seigneur des Ténèbres, et vous allez recevoir la marque. Inutile de prendre d’affaires, vous reviendrez ici. Habillez-vous et sortez. Inutile de dire que si vous tentez de fuir, nous devrons malheureusement vous tuer. Nous vous attendons dehors pour transplaner. »


Test RPG.

« Racontez précisément une des missions que votre ordre vous a confié(e). »

Le vent soufflait fort sur la place déserte, les feuilles tournoyaient et s’entrelaçaient comme des papillons aux tristes couleurs. Le soleil était bas, le ciel grisâtre, le silence pesant. Une ville du Pays de Galle.
Une femme est assise à sa fenêtre et regarde pensivement vers l’extérieur, comme à la recherche d’un signe de vie. Son nom est Sansa. Elle est grande, la peau très foncée presque aussi noire que ses yeux scrutateurs et les joues pleines. Perdue dans ses pensées, elle est seule. Elle attend en réalité l’arrivée de sa collègue du Ministère de la Magie, une femme tirée aux quatre épingles qui jamais n’aurait été en retard, surtout pour quelque chose d’aussi important que cette fâcheuse affaire qu’était la leur. Elle était arrivée dans son département quelques semaines plus tôt, sur les chaudes recommandations du Ministre de la Magie en personne. Une femme étrange, c’est le moins que l’on puisse dire. D’une pâleur affolante, elle affichait toujours un sourire crispé et des sourcils froncés. Ses paroles étaient sèches et rares, n’exprimant que l’essentiel et le strict minimum. A première vue, Sansa l’aurait qualifiée d’ «introvertie», mais il était vite devenu évident que cette femme n’aimait simplement pas la foule. En effet, chaque fois qu’elles se retrouvaient seules toutes les deux, penchées sur un dossier ou une assiette de fish’n chips, elle devenait enjouée, bavarde et ouverte. Oui, Dora était quelqu'un de bien.

Avec un soupir d’agacement, Doraleen sortit du bureau de Yaxley. Cet homme était décidemment plus  bête qu’une goule centenaire. Et sa technique de séduction laissait franchement à désirer. Elle ne l’aimait pas. Aimait-elle vraiment quelqu’un parmi ses partenaires au Ministère ? Janvier était presque achevé, et cela faisait maintenant cinq semaines que la Nordique avait pris son rôle au sein des faux fonctionnaires, infiltrée pour le compte des forces noires, avec le caractère strict et jovial d’une femme d’affaires. Le Mangemort à qui elle venait de faire son rapport, puisque c'était son supérieur, était une ordure prétentieuse, détestable et mielleuse. Si elle avait eu le choix, elle aurait pris un bureau le plus loin possible du sien. Il la dégoûtait. Mais ils avaient le même projet, celui du triomphe des forces sombres, et pour ça Dora aurait même couché avec l’infâme si le besoin était. Heureusement, il n’était pas. Elle adopta donc son expression habituelle, un mélange de sévérité et de crispation et fit claquer ses talons en direction du hall principal. Depuis son arrivée au département de la Justice magique, son objectif était resté le même : se mettre dans la poche les hauts placés et doucement faire pencher la balance du côté du mal, en usant d’impardonnables sans modération. La vie du ministère était trop bien ordonnée pour que la blonde s’y plaise vraiment, mais la perspective de briser la confiance des autres était attirante. Elle avait donc joué son rôle, comme toujours, et s’était déjà liée d’amitié avec sa collègue de bureau. Leur affaire en cours battait son plein, elle concernait un attentat commis au nord du Pays de Galle qui avait fait de nombreux morts et des dizaines de témoins moldus. Après avoir lancé une petite centaine de sortilèges d’amnésie, les deux jeunes femmes devaient régler le cas des coupables en les recherchant activement. En double-jeu, Doraleen faisait parvenir aux susnommés coupables les informations de leur dossier d’enquête pour leur permettre de fuir. Certains superviseurs ne comprenaient pas comment les Mangemorts, puisque c’en étaient bien qui semaient la panique, échappaient toujours à leurs pièges. Ils regardaient la blonde de travers, persuadés qu’elle y avait à faire. Mais aujourd’hui, l’affaire allait se clore et Dora allait changer de partenaire. Il suffisait d'une simple formule pendant un instant d'inattention de la jeune femme, d'un peu de talent et ...


"Je … oui, je suis une Mangemort. Regardez la, cette marque ! Elle vous fait peur, hein ? ELLE VOUS EFFRAIE ?! Tuez-moi maintenant. Je ne lui suis plus d’aucune utilité. Je dois mourir. Je ne dirai rien, imbéciles. Et toi Doraleen … tu ne t’y attendais pas hein … eh ouais, ta chère partenaire était une partisante du mal ! Bouffe ça, blondie ! Ce jour marquera la fin de ceux de Sansa Elisha Miranda Goat, qui se donna la mort après avoir fièrement et passionnément servi son Seigneur des Ténèbres et le règne des sorciers dominants ! "




HORS-JEU

Comment avez-vous connu Rictusempra ? Double-compte.

Quel est votre âge IRL ? Vous le saurez bien assez tôt !

Personnalité éventuelle sur votre avatar : Gemma Ward

Votre personnage possèdera-t-il un pouvoir ? Non.

Désirez-vous être parrainé ? Nope merci bien !

Avez-vous lu le Règlement ? [ Alohomora! Ϟ ]


Dernière édition par Doraleen N. Finch le Mar 12 Mai 2015 - 21:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust. Sam 11 Oct 2014 - 10:31

Ta fiche était sublime! Histoire bien construite, personnalité bien travaillée... bref rien à redire. Tu es évidemment validée sans hésitation.

Juste une petite question... Que veux-tu que je mette dans ton rang? Et au niveau du groupe? Je t'ai mise dans Ministère avec le rang mangemort mais dis-moi s'il faut changer et ta rajouter une fonction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
    MANGEMORT
AVATAR : Gemma Ward
MESSAGES : 57

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire. as always.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 6 mars 1971, en Scandinavie.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust. Sam 11 Oct 2014 - 12:48

Merci beaucoup Théo !

Pour le groupe, vu que je suis à ce jour la seule mangemort (et que je compte bien ne pas le rester), mon statut me convient parfaitement.
Quand le rôle se développera, que d'autres gens arriveront, on pourra déterminer des rôles plus précis mais pour l'instant, c'est parfait !

J'espère ne pas avoir fait d'anachronismes ou des erreurs rapport à Dumstrang ... cette partie du monde HP est assez sombre, on sait pas trop alors j'ai pris des libertés (cours de magie noire en cinquième année). ça ne dérange pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust. Sam 11 Oct 2014 - 16:40

Une mangemort qui ne manque pas de charme (a fortiori puisqu'elle est la seule xD) Rebienvenue petit DC !
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust. Mar 14 Oct 2014 - 22:17

Ok pour le rang! En tout cas, n'hésite pas à nous faire signe pour tout changement-affinement dès que tu en ressens le besoin.

Pour le reste, ta fiche nous convenait parfaitement (sinon sois sûre qu'on t'aurait embêtée ^^) donc t'as pas à te faire de soucis.

J'espère qu'avec un personnage aussi "charmant" que le tien, tu parviendras bien vite à agrandir ta bande de vilains.

En attendant, re bon jeu parmi nous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust. Aujourd'hui à 11:27

Revenir en haut Aller en bas

Doraleen Natalia Finch - Shadows and Dust.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)» Milana Natalia Nina Mednikova [M.N.N.M~FINISHED]» DUST : 1947, les alliés ont merdé : la 2ème GM n'est pas finie.» Dust Ball
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Présentations adultes :: Fiches validées-