AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Maïssa Favela [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Maïssa Favela [En cours] Sam 6 Sep 2014 - 15:05


RICTUSEMPRA
Maïssa Favela


I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE

♦ NOM : Maïssa Favela

♦ ÂGE :32 ans

♦ DATE DE NAISSANCE : 12 Mai 1965

♦ ORIGINE : La famille Maîssa est un mélange très homogène de sorciers et de moldus. Sang-Purs mariés à des Sang-mêlés, moldus et nés-moldus, il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs. Le père de Maïssa est lui un né-moldu, et sa mère est de sang-mêlé.

QUEL POSTE SOUHAITEZ-VOUS ? : Professeur

-----------------------------

II. APPARENCE & PERSONNALITÉ

♦ PHYSIQUE : Certaines ont un physique à faire baver tous les hommes dans la rue à leur liquéfier le cerveau, mais Maïssa ne fait guère parti de cette espèce-là. Elle n'est pas ce qu'on peut appeler un laideron, mais quoi qu'on lui dise, elle n'arrivera pas à se trouver belle, étant tellement bourrée de complexes que cela frise la pathologie. Pour elle, sa bouche est mal dessinée, trop petite, pas assez pulpeuse, et elle déteste son nez en trompette qui lui donne, selon sa propre expression, "un air de mort-vivante fraîchement déterrée". De même, elle ne parvient pas à définir la teinte exacte de sa peau. Noire, mais pas charbon, plutôt chocolat au lait. Elle prend en tout cas assez soin d'elle pour avoir une peau très douce, même si elle ne laisse personne la toucher pour vérifier. Elle a une carrure plutôt sportive, et des muscles longs et souple. Un corps qui peut se tordre dans tous les sens sans trop d'efforts.

Ses mains sont un autre sujet de complexe, car elle a les doigts très fins et longs, un peu comme des mains de pianiste. Elle ne se maquille pas, ou, mais met toujours du vernis à ongles noirs sur les mains. Souvent décoiffée, à cause de sa manie de se passer sans cesse la main dans les cheveux lorsqu'elle est nerveuse, elle a des coiffures très simples, le plus souvent. Ses cheveux sont longs, d'un châtain foncé, et très raide. Quand elle prend la peine de bien se coiffer, le résultat peut être très beau, même si ça ne tient guère longtemps.

♦ STYLE VESTIMENTAIRE : Maïssa est une fan inconditionnelle de la mode Moldue. Elle est abonnée à tous les magazines de mode et de beauté que peuvent publier les moldus. Elle adore tester des tenues, des hauts, des bas, qui bien souvent ne vont pas ensemble mais qui l'amuse. Elle peut porter de tout et n'importe quoi sans se soucier si ça va bien ensemble, tant que la couleur lui plaît. Selon les périodes, elle passe du rouge ou noir, se pare de foulards violets ou de jupe jaune citron. Elle adore particulièrement les vêtements amples, un peu du style gitane, et les robes longues. Elle passe beaucoup de week-end dans les magasins moldus à chercher de nouvelles tenues, avec des cousines ou amies. En revanche, elle déteste porter des robes de sorcières, qu'elle juge trop droites, trop noires, trop affreuses, trop strictes. La période "uniforme" de Poudlard a d'ailleurs été un calvaire, pour elle, et le week-end venu, elle s'empressait de mettre des tenues plus classiques. Elle porte facilement des bijoux, surtout des bracelets, des trucs clinquants qui brillent, comme elle préfère.

♦ AUTRE(S) : Signe particulier, ... (Facultatif - mettez :"n'en a pas" si vous n'en avez pas)

♦ CARACTÈRE : Maïssa a toujours eu une imagination très débridée. Non, elle n'est pas folle, mais un peu survoltée lorsqu'elle s'y met. Les mauvaises langues affirment que c'est à cause des thés bizarres qu'elle confectionne elle-même puis avale en quelques gorgées, thés qu'elle hésite à proposer aux autres pour qu'on ne l'accuse pas de distribuer de la drogue, juste au cas où. Elle est d'une très grande créativité, et peut inventer beaucoup de choses pour animer ses classes ou les fêtes de la famille. Elle n'est jamais la dernière pour faire la fête Pour elle, sortir tous les vendredis soirs est une signe de bonne santé. Bien entendu, elle est capable d'être sérieuse lorsqu'il faut, autrement dit, lors des moments où elle doit quitter son costume "Femme libre et tordue" pour entrer dans celui de "Femme à Poudlard, Professeur, qui doit faire attention à ses élèves".

Elle est très protectrice avec ses proches, bien qu'elle le montre d'une façon très personnelle. Elle peut avoir des élans d'affectation aussi soudains qu'imprévisibles envers n'importe qui, même des élèves parfois. Et surtout envers les plus jeunes qui la font fondre comme du beurre. C'est une jeune femme qui fait toujours les choses à fond, quelques qu'elles soient, car elle estime qu'il vaut mieux ne rien faire que faire mal. Très détendue lors des cours et peu à cheval sur la discipline, elle est néanmoins bien plus stricte et sévère lors des contrôles et des devoirs. Ses idées un peu farfelues rendent des choses intéressantes, et le fait que peu de personnes puissent comprendre sa logique ne la gêne pas le moins du monde. Très ouverte d'esprit, elle parle facilement aux autres, capable d'aborder un sujet tabou sans trop de complexe. Elle ne voit pas aisément si les sujets en question, en revanche, gênent son interlocuteur.

♦ CE QUE VOUS AIMEZ : Les chats ! Ces adorables, ces petites boules de poils, ces petites bestioles si choux, si mignonnes, si incroyables, si... Bon, arrêtons de gagatiser. Mais les chats sont une passion d'enfance, avec la mode. Elle les adore depuis le jour où, à trois ans, un chaton errant est venu miauler et ronronner sur ses genoux. Depuis ce jour, elle fond sur tout ce qui a des poils, une petite frimousse à moustache, et qui ronronne en buvant du lait. Outre les chats, comme il a déjà été dit, la mode est une passion bien ancrée en elle. Avec amis et membres de la famille, elle passe pas mal de temps à fouiner dans tous les magasins de vêtements moldus qu'elle trouve, en se fichant bien que bon nombre de sorciers trouvent ce comportement au mieux puéril, au pire si honteux qu'elle ferait mieux de se jeter sous le premier train venu. Mais elle aime bien les moldus, ça, c'est fait. Il y en a trop dans sa famille pour qu'elle puisse les détester, et a été baignée de culture moldue toute sa vie.

Au final, elle reste loin des distractions bien sorcières, et toutes ces choses. Lors de ses vacances, elle aime pratiquer toutes sortes de sport, dont la plupart des sorciers ne connaissent d'ailleurs même pas l'existence. Elle adore le surf, bien que beaucoup de ses essais se terminent de façon assez peu... stable. Et tous ce qui concerne la glisse ou l'eau, de façon générale. Elle nage très bien et pourrait passer ses journée à plonger dans l'océan. Par ailleurs, elle écoute beaucoup de musique, dès qu'elle le peut, regrettant fortement que les appareils électrique ou électronique ne fonctionnent pas dans certains endroits à cause des interférences.

♦ CE QUE VOUS N'AIMEZ PAS : Maïssa n'a jamais pu voir le quidditch en peinture. Oui, c'est le sport préféré des sorciers, tout le monde l'adore, c'est fantastique, etc, etc, mais non, elle n'a jamais réussi à trouver quoi que ce soit d'attrayant là-dedans. En plus, c'est dangereux ! Où est l'intérêt d'un sport où on peut se casser des os ou tomber de quatre mètres dans le vide ? Très peu pour elle, merci bien. Dans la même veine, elle a horreur de toutes les distractions typiquement sorcières. Les balais-jouets et tous les bidules qu'on peut trouver du même genre. Elle a peur de déclencher une catastrophe ou de blesser quelqu'un. Son seul et unique balai-jouet avait fini à la poubelle après qu'elle ait un peu trop dévié et manquer de passer par la balustrade brisée du balcon, chez elle, à deux ans. Elle a longtemps eu peur des jouets qui se mettent à briller ou voler seuls dès qu'on s'en approche, ce qui a fait que ses parents ont longtemps crue qu'elle était une cracmole. Ce qui ne l'aurait as dérangée, entre parenthèses.

L'intolérance est une chose qu'elle ne supporte pas. Grande défenseuse des causes perdues, des chats errants, des enfants, des jeux moldus, etc, etc, elle a les injustices en parfaite horreur, ce qui la pousse très souvent à se mêler de ce qui ne la regarde pas. Elle déteste les hypocrites, les menteurs, ceux qui prennent tout le monde de haut sans regarder si leur propre tête et leurs idées valent la peine d'être regardées. Elle hait, carrément, les imbéciles qui se croient le nombril du nombre à cause de leur rang, leur argent, leur sang, et qui méprisent le reste de la population pour cela.

-----------------------------

III. HISTOIRE & RP

♦ HISTOIRE PERSONNELLE :


Toute la famille, réunie à l'étage, sursauta lorsqu'on entendit une série de coups répétés dans le vieil escalier de bois, des chocs ponctués de "Aïe !", "ouille !", "Ah !". Seul le grand-père resta parfaitement stoïque, assis dans le fauteuil qui était juste au coin du grand lit où était allongée sa fille, son bébé dans les bras. Il savait très bien ce qu'il se passait. Son cher gendre, maladroit comme il était, avait encore dû se prendre les pieds dans la planche mal fixée du palier et avait ensuite dévalé l'escalier à une vitesse plus rapide que de coutume, en se cognant à tout ce qui dépassait. C'était Viktor, quoi, il faisait ce genre de trucs à peu près trois fois par semaine. Un très grand silence, s'ensuivit, puis ils entendirent tous un gémissement. Sa femme, Alyssa, se redressa, tout en calant son bébé contre son sein.

- Viktor ? cria-t-elle. Tu vas bien ?

- Oui ! Oui, oui, ça va...

Elle sourit puis reporta son attention sur son bébé, une petite fille née quelques heures plus tôt et que toute la famille était venue voir. Une fillette qu'elle avait nommé Maîssa, en mémoire de sa grand-mère paternelle, disparue trois ans plus tôt avant d'avoir eu la joie de voir son premier petit-fils, Joham, le grand frère du bébé. Il se dressa sur la pointe des pieds, pour observer le petit paquet que tenait sa mère, avec une petite moue. Ce truc gigotant, c'était sa sœur alors ? Et pourquoi tous les grands s'extasiaient autant dessus ? Lorsque son père revint, il le souleva pour l'installer sur ses genoux, près de sa femme et de la petite.

Viktor Favela était issu d'une famille de moldus. Découvrir qu'il était, à onze ans, un sorcier fut un très grand choc, et ses années d'adolescence furent assez difficiles pour lui. Bien que ses parents étaient heureux d'avoir un sorcier comme fils, lui eut du mal à s'y faire. Envoyé à Gryffondor, il fit néanmoins tout pour s'intégrer. Les potions étaient l'un de ses domaines de prédilection, et il gagna assez vite une bonne renommée. Mais il avait une autre passion, les oiseaux. Il se rendait presque tous les jours à la volière pour les y observer. C'est là qu'il fit la rencontre d'Alyssa Elany, celle qu'il épouserait des années plus tard, à leur sortie de Poudlard. Alyssa était à Poufsouffle, d'un an plus jeune que lui. Ils se parlèrent, se revirent, flirtèrent un moment, puis sortirent ensemble. Alyssa, déjà baignée de culture moldue, se fit aimer sans peine par la famille de son nouveau petit ami. A leur sortie de Poudlard, ils se fiancèrent officiellement. Viktor monta un centre d'entraînements pour oiseaux, où il dressait des hiboux pour le courrier, des aigles, et d'autres volatiles. Il les soignait, les élevait, les entraînait. Alyssa, plus portée vers le modèle médical, décida de retourner travailler chez les moldus, et y devint anesthésiste, dans un hôpital de Londres.

Maïssa grandit dans une maison où les objets les plus ordinaires côtoyaient les objets ensorcelés. Balais ensorcelés qui nettoyaient la maison seuls passaient à côté d'une télé très banale où les enfants se gavaient de dessins animés. Elle commençait les courses dans un supermarché moldu avec sa mère et les terminait sur le chemin de traverse, chargées de sacs en plastique contenant boîtes de conserves et nutella, rejoints par des pots de poudre de cheminette et des ingrédients pour potions. Sa famille n'était jamais à une contradiction de ce genre près, et continua ainsi, bien ce fut extrêmement mal vu. Les troubles de l'époque n'incitaient guère à montrer qu'on était proches des moldus, mais les deux parents de la petite fille vivaient dans leurs bulles, et continuèrent à s'afficher ainsi, maîtres dans les deux cultures.

On ne pouvait affirmer que Maïssa avait vraiment la "fibre" de sorcière, contrairement à son grand frère Joham et à sa petite sœur Nina. Les jouets magiques ne l'intéressaient pas, elle n'aimait pas flâner dans les boutiques du Chemin de Traverse pendant que ses parents terminaient les courses, et elle ne lisait pas d'ouvrage traitant du monde sorcier et de tout ce qu'on peu y trouver. Ce désintérêt, allié à des pouvoirs qui se manifestèrent très tard chez elle, convainquirent ses parents qu'elle était une cracmolle. A ses neuf ans, la petite n'avait toujours pas fait de magie. Alyssa songea qu'elle ne verrait jamais Poudlard, et prit donc soin de trouver un collège moldu près de chez eux qui lui conviendrait. Elle était en pleine recherche, comparant les différentes écoles, lorsqu'elle entendit des cris.

Courant voir, elle découvrit avec stupeur sa fille voleter au plafond, qui criait pour redescendre en s'agitant de tous côtés, et se précipita juste à temps dessous pour la recevoir dans ses bras. Paniquée, la petite se mit à pleurer. Ce fut son frère qui expliqua qu'ils se couraient après pour jouer et qu'près avoir faillit chuter, elle s'était d'un coup envolée au plafond. Le tout jeune Serdaigle ne pouvait s'empêcher de sourire, néanmoins, car lui aussi avait eu très peur que Maïssa ne le suive jamais à Poudlard. Deux ans plus tard, Maïssa put donc préparer ses bagages pour entrer à Poudlard, se serrant contre son frère de quatorze ans au moment de rentrer dans le train.


- Gryffondor !

Maïssa avait les jambes en coton lorsqu'elle se leva du tabouret pour rejoindre la table qui l'applaudissait bruyamment. Et voilà, elle était officiellement une sorcière, membre à part entière de la maison des rouge et or, prête pour suivre sept longues années d'étude à Poudlard, avant d'entamer une carrière professionnelle. Après le traditionnel discours de bienvenue et le repas, elle eut juste le temps d'échanger une accolade avec Joham avant de suivre ses nouveaux condisciples dans les nombreux escaliers de l'école, pour rejoindre la tour du septième étage. Le début d'une longue première année... Mouvementée. Maïssa avait toujours eut du mal à tenir en place, sorcière ou pas, et se fit des amis qui avaient autant la bougeotte qu'elle. La Salle Commune n'eut plus jamais la paix. Combien de fois, durant les premiers mois de sa scolarité, fut-elle réprimandée par les préfets qui les menaçaient de les attacher à leurs chaises ? Et combien de retenues obtint-elle pour chahut en cours ? Un belle collection, du moins, et il fallut les efforts conjugués de ses deux parents et de Joham pour la calmer un tantinet.

Si elle fut plus calme durant sa seconde année questions bêtises et retenues, elle n'en trouva pas moins de nouvelles façons pour s'occuper. Contre toute attente, elle s'intéressa au cours d'Histoire de la Magie, devenant l'une des rares à ne pas s'endormir sous la voix soporifique du professeur Bins. Elle développait peu à peu une allergie prononcée à certaines injustices, notamment depuis qu'on l'accusait d'être une bâtarde, à cause du nombre de moldus dans sa famille, et encore, ce n'était là que les insultes polies. Elle chercha des réponses à ce genre de comportement dans l'Histoire, et en parallèle, répliqua aux médisants en leur jetant des maléfices qu'elle s'efforçait d'apprendre chaque jour pour se défendre. Cela lui valut bien des séjours à l'infirmerie, car elle mit un moment avant d'admettre que face à un élève de sixième année nettement plus grand et plus entraîné qu'elle, elle ferait mieux de la boucler et d'aller râler dans son coin au lieu de vouloir lui jeter un sort. Ce précepte fut heureusement assimilé vers le mois d'Avril de sa deuxième année, mère Prudence avait enfin retenu un minimum son attention. Les miracles existent...

La troisième année fut une révélation. Les différents cours qu'elle prit en options l'intéressèrent bien plus que d'autres matières plus basiques comme les potions ou sortilèges. Depuis le début, elle excellait particulièrement en métamorphoses, et devint douée également dans d'autres matières, telles que divination, études des runes et arithmancie. Ces matières lui donnèrent vraiment envie de travailler et de réussir ses examens, en apprendre plus. Et surtout, cela compensait un peu la catastrophe qu'elle était en potions, le boulet en sortilèges, l'incarnation même du mal en Botanique, bien que pour cette dernière, elle avait toujours trouvé que ses professeurs exagéraient, elle n'avait pas tué tant de plantes que ça ! Juste un petit peu, et ce n'était même pas fait exprès en plus.

En quatrième année, sa meilleure amie parvint à la convaincre, avec beaucoup de chantage affectif, de remonter un peu sur un balai volant pour venir jouer au quidditch avec toute la bande de quatrième année. Est-ce là la source de sa prétendue folie profonde ? Tout du moins, d'un violent traumatisme, car Maïssa a été terrorisée du début à la fin, et avec raison. A la fin de la partie, elle fit une chute de trois mètres, et se réveilla une semaine plus tard à l'hôpital Ste Mangouste, voyant au réveil le professeur McGonagall penchée au-dessus d'elle. Inutile de dire que par la suite, elle n'approcha plus jamais d'un balai volant et de tout ce qui y ressemble de près ou de loin. Cette année fut aussi la dernière que son frère passa à Poudlard. Autre choc, bien que plus léger, car elle était toujours très proche de lui, et était triste de le voir partir. Un départ pour une arrivée. A la rentrée de Septembre, alors que Maïssa entamait sa cinquième année, Nina, petite dernière de la famille, entra elle à Poufsouffle.

Ce fut à quinze ans que la jeune Gryffondor voulut viser plus haut en métamorphose. Elle chercha un défi à réaliser, quelque chose qui lui permettrait d'approfondir ses connaissances dans cette matière. Elle tomba par hasard, dans la bibliothèque, un ouvrage traitant des animagus. Elle se renseigna durant de longs jours, lisant tout ce qu'elle pouvait trouver là-dessus, interrogeant la directrice de sa maison, à la fois enjouée par la complexité de la tâche et un peu craintive. Voilà qui était un beau défi, et l'envie la prenait d'essayer, de pouvoir réaliser cela. Décidée, elle contacta le Minidtère de la Magie durant les vacances de Noël pour avoir de plus amples renseignements. Le vieux sorcier qui la reçut dans son bureau ouvrit de très grands yeux choqués en la voyant, puis éclata de rire, avant de la mettre aussitôt à la porte. Elle était "trop jeune, trop inexpérimentée, trop immature ! Au revoir mademoiselle !". Profondément vexée et outrée, elle se mit alors en tête d'apprendre elle-même, par ses propres moyens, et s'y mit avec acharnement tout au long de sa cinquième année.

Apprentissage solitaire qu'elle fut contrainte à abandonner lors de ses seize ans, car elle eut de gros problèmes, qui lui valurent un second séjour à l'hôpital. Ses parents lui répétèrent d'être patiente et d'attendre. Elle aurait tout le temps de s'y mettre sérieusement une fois sortie de Poudlard, lorsqu'elle sera adulte ! Elle céda à contrecœur, affreusement bornée, mais le surcroît de travail qui lui vint en sixième année lui fit vite penser à autre chose. D'autres matières, comme la divination, retenaient toute son attention. Elle s'investit dans les matières qu'elle avait gardé, travaillant très dur pour décrocher autant d'ASPICS que de BUSES. Elle menait en parallèle la vie qu'avaient toutes les jeunes filles de son âge. Des discussions interminables le soir dans la salle commune, les courses dans les couloirs, les discussions autour des garçons, les flirts... La guerre qui faisait rage, contre les mangemorts et leurs chefs, ne les touchait pas encore. Ils étaient tous protégés par les hauts murs de l'école.

La septième année fut l'orientation. Ce fut l'heure d'un choix cornélien, pour Maïssa, entre ses deux matières préférés, la métamorphose et la divination. Plusieurs carrières l'intéressaient, elle ignorait comment choisir. Sa septième année fut également la plus mouvementée de toute sa scolarité, car ce fut cette année que sa famille fut attaquée frontalement par les mangemorts. Elle prit alors durement conscience de la réalité dans laquelle elle vivait, elle prit conscience que la guerre existait bel et bien, et que les mois où elle était encore au sécurité au château se réduisaient de plus en plus. Il fallait choisir son camps, et même si le sien était tout désigné, elle eut du mal à trouver une certaine sérénité d'esprit. Elle se rendait compte à présent qu'elle avait peur de quitter la protection de Poudlard pour être jetée dans un monde en guerre. Elle se reprit aux vacances de Noël, où elle put tenir une discussion sérieuse avec son grand frère, déjà plongé activement dans la lutte. Il fallait juste agir, sans se poser de questions.

Mais elle ne put agir, en réalité. La fin de la guerre arriva alors même qu'elle cherchait les moyens d'entreprendre quelles actions, à son échelle. Elle arriva de la façon la plus inattendue, la plus improbable, la plus incroyable qui soit. Tu-Sais-Qui avait été détruit. Par un bébé. Après la stupeur vint le soulagement, une joie sans borne, un bonheur sans égal. Elle termina sa septième année l'esprit en paix, emportée par l'effervescence qui secouait le monde sorcier. C'était terminé. Le Seigneur des Ténèbres était tombé. Elle quitta Poudlard pour un monde nouveau, où tout était à imaginer et reconstruire. Un monde où elle pourra travailler sans se soucier des mages noirs sur son chemin.

Si elle délaissa alors la divination, elle devait y revenir plus tard. Sa sortie de Poudlard marquait le début de sa vie adulte, de nouvelles responsabilités, elle se devait d'être sérieuse, et les mystères de l'avenir n'étaient guère une voie jugée "sérieuse" par ses proches. Elle prit alors le chemin du Ministère pour suivre une formation en tant que briseuse de sort. Et accomplit enfin un vieux rêve, l'apprentissage pour être animagus. Sous le contrôle des entités du Ministère, elle eut des séances d'entraînement tous les jours, après son travail. Et ce fut pas facile... Elle dû d'abord surpasser la peur qui était restée en elle, suite aux difficultés rencontrées à seize ans, et se battre pour réussir. Ce fut long. Laborieux. Et les résultats se firent attendre... Elle batailla quatre longues années entières pour y arriver, en s'entraînant absolument tous les jours, étant souvent à la limite de l'épuisement. Elle faillit abandonner plusieurs fois, et eut besoin de tout le soutien de la famille pour y arriver. Mais elle y parvint.


Maïssa avait 25 ans lorsqu'elle se remit en question, à propos de son travail, de sa vie en général. Oui, elle avait tout pour être heureuse, pourtant. Elle avait des parents en or, qui la soutenaient toujours, l'écoutaient, la conseillaient. Elle avait un frère et une sœur qu'elle voyait très régulièrement, avec qui elle passait de nombreuses soirées à rire et s'amuser. Elle avait des collègues avec qui elle s'entendait bien, un travail qui lui plaisait. Lorsque cela n'allait pas, elle se changeait en renard, son animal préféré depuis toujours, et allait courir dans les bois, chasser des oiseaux pour le plaisir. Que lui manquait-il ? Rien du tout, en vérité. Ce qui ne l'empêcha pas de se plonger peu à peu dans une solide dépression. On la disait difficile, geignarde, il ne lui manquait rien et elle trouvait pourtant moyen de se plaindre ! Ce comportement agaça bon nombre de ses amis, car s'ils la soutenaient au départ, ils se lassèrent de ne voir aucun changement ou amélioration dans son état. Mais Maïssa n'avait plus envie de rien. Elle passa bientôt plus de temps sous forme animale que sous forme humaine, à déprimer dans son coin.

Cela aurait pu durer très longtemps si son chef de bureau, au Ministère, ne lui avait pas posé un ultimatum. Ou elle allait voir un professionnel pour se soigner, ou elle était virée. Dès le lendemain, elle avait donc rendez-vous avec un médicomage, à l'hôpital. Elle avait voulu rencontrer un psychologue moldu mais avait été priée d'aller voir plutôt un sorcier, qui saura la soigner plus efficacement. Il sut néanmoins lui faire avouer ce qui la rongeait peu à peu : la monotonie, et le regret. S'ennuyait-elle donc ? Son travail, en tout cas, la faisait de moins en moins vibrer. C'était une voie "sérieuse", mais une voie qu'elle avait délaissé au profit d'une autre qui la passionnait tout autant.

♦ EXEMPLE DE RPG :


-----------------------------


IV. HORS JEU

COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? Google est votre ami

AGE IRL : 24 ans.

PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Jessica Lucas

EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ? Attention, celui-ci ne pourra être 'joué' qu'une fois la demande faite: cf. r�glement

DÉSIREZ-VOUS ETRE PARRAINE(E) ? : Oui

Demande pour être reconnu en tant que ANIMAGUS
Pouvoir désiré : Animagus
Pourquoi voulez-vous ce pouvoir/cette particularité pour votre personnage?
Test rp:
- Pour animagus : Vous êtes animagus depuis peu et ne souhaitez pas que toute l'école soit au courant de votre particularité. Malheureusement pour vous, l'un des élèves les plus bavards de Poudlard vous soupçonne justement d'être animagus. Comment réagissez-vous?


AVEZ-VOUS LU LE REGLEMENT ? : [ Alohomora! Ϟ ]


Dernière édition par Maïssa Favela le Mer 17 Sep 2014 - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Maïssa Favela [En cours] Mar 9 Sep 2014 - 18:23

Petit UP pour prévenir que je mettrais plus de temps que prévu pour la fiche, comme je viens de rentrer en fac.^^
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9680

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Maïssa Favela [En cours] Ven 12 Sep 2014 - 18:27

Bienvenue Maïssa!

Pas de soucis, tant que tu nous tiens au courant de l'évolution, tu peux prendre ton temps pour ta fiche. Mais n'hésite pas à faire un UP quand tu as terminé pour ne pas qu'on t'oublie :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeAdmin qui a du chien
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin qui a du chien
AVATAR : Nico Tortorella
MESSAGES : 1272

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec la nana la plus sexy de Poudlard s'il vous plait.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 13/02/1980 à Edimbourg en Écosse.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Maïssa Favela [En cours] Sam 4 Oct 2014 - 19:01

Bonjour, voilà plus de deux semaines que tu n'as plus donné de nouvelles, je vais donc déplacer ta fiche dans les présentations inachevées.
Préviens nous si tu reviens la terminer!

_________________
I must live with my quiet rage
But do not ask the price I paid, I must live with my quiet rage, tame the ghosts in my head that run wild and wish me dead. Should you shake my ash to the wind ? Lord, forget all of my sins, oh let me die where I lie, neath the curse of my lover's eyes. -endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Maïssa Favela [En cours] Aujourd'hui à 2:07

Revenir en haut Aller en bas

Maïssa Favela [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Maïssa Favela [En cours]» cours de latin» Cours informatique» Amphi pour les cours de Ninjutsu» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-