AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Présentation de Stefan H. Hawthorne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD6ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    6ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Alex Pettyfer
MESSAGES : 68
MessageSujet: Présentation de Stefan H. Hawthorne Sam 16 Aoû 2014 - 14:58



STEFAN HOPE HAWTHORNE
PAINT IT BLACK

.

I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE


    ♦ NOM : HAWTHORNE

    ♦ PRÉNOM(S) : STEFAN HOPE

    ♦ AGE & DATE DE NAISSANCE : 17 JUIN 1981 (15 ANS)

    ♦ ORIGINE : SANG-MÊLÉ. Prétend être de sang pur si on l'interroge.

    ♦ ANIMAL ÉVENTUEL : Un hibou nommé Acapulco, qui appartient à sa grande sœur. L'animal se fait vieux et est incapable de voler.



II. TEXTE PERSONNEL


TIME TO PRETEND – 1989


Grosse journée. Réveillé à l'aube, le petit Stefan passa sa langue sur ses dents de devant avant même de sortir du lit, un rituel depuis bientôt deux mois. Depuis qu'elles avaient commencé à branler, en fait. Rien à faire, elles ne voulaient pas tomber. À huit ans, c'était la honte d'avoir encore toutes ses dents de lait. Il était plus que temps de prendre les choses en main, vu que la nature ne daignait pas s'occuper de son cas. Le petit garçon avait bien réfléchi, et mis toutes les chances de son côté. Sa mère dans quelques minutes ouvrirait brutalement la porte de sa chambre pour le réveiller. Porte qui s'ouvrait vers l'extérieur. Accrochant un fil autour de chacune de ses dents, le reliant à la poignée de la porte, Stefan testa la solidité du lien avant de se placer à l'extrémité de sa chambre.

Mon chéri, c'est l'heure de... Sa mère, ouvrant la porte avec la délicatesse qui lui était habituelle ne put finir sa phrase, interrompue par le hurlement que poussa l'enfant. La lumière allumée, elle ne put que le rejoindre dans son cri, découvrant son fils la bouche en sang, deux petits bouts d'ivoire ensanglantés sur le sol. Malgré la douleur, Stefan ne regrettait rien. C'est dans la souffrance qu'on devenait un homme, il en était convaincu. Et à l'âge vénérable de huit ans, il pensait déjà avoir toujours raison.

Quelques heures plus tard, le gamin se posait néanmoins des questions sur l'intelligence de son acte. Loin d'être acclamé pour son héroïsme, on s'était moqué de lui dans la cour de récréation. Un poing dans le visage d'un de ses camarades plus tard, qu'il comprenne la douleur de perdre deux dents lui aussi, Stefan s'apprêtait à s'attaquer au prochain qui avait osé faire un commentaire, lorsqu'une étrange sensation l'en empêcha. Passant sa langue dans sa bouche, il en comprit rapidement l'origine : ses dents venaient de repousser, en quelques secondes à peine.

Sur le chemin de la maison, après avoir recopié une bonne centaine de fois qu'il ne devait pas frapper les autres, Stefan eut enfin tout le loisir d'analyser la situation mystérieuse à laquelle il faisait face. Pas besoin d'être un sorcier pour comprendre... Enfin si, justement. Ses pouvoirs magiques venaient de se révéler. Il était comme sa grande sœur, Leah, actuellement à Poudlard. Ce fut un immense soulagement pour le garçon, car le second de la famille, son grand frère Chris, avait été quant à lui abandonné par Dame Nature. Incapable de faire de la magie. Incapable tout court. Stefan aimait Leah autant qu'il détestait Chris. Le plaisir d'être un vrai sorcier se substitua au plaisir qu'il aurait à fanfaronner devant lui.

La réponse ne se fut pas attendre, le premier réflexe du garçon fut la rage, qui se traduit par une simple poussée du sale gosse dans la mare de leur jardin. Sans Leah, alerté par les cris hystériques qu’avait poussé le blond avant de sombrer dans l’eau boueuse de l’étang, il se serait surement noyé, n’ayant jamais jugé bon d’apprendre à nager. L'admiration que Stefan vouait à Leah n'en fut que grandie, alors que ses sentiments envers son frère ainé se muèrent en une haine implacable.



TODAY'S THE DAY – 1992


- Alors, c’est bon, tu es accepté dans ton école pour monstres, murmura Chris d’un ton haineux, le ton qu’il utilisait toujours pour s’adresser à son frère depuis quelques années.

- Eh, tu sais qu’on a un nom pour parler des gens comme toi, ceux qui savent pas faire de magie… On les appelle les Cracmols, lui répondit un gamin blond d’une voix méprisante. Stefan haïssait son grand frère et il le lui rendait bien. Jalousie de la part d’un frère incapable de faire de la magie quand toute sa famille peut, mépris de la part de l'autre pour qui les non-magiciens ne sont pas des personnes à part entière.

- Tais-toi ! Je ne suis pas un Cractruc ! Je suis un être humain, une personne normale ! C’est toi qui n’est pas normal ! Tu es un monstre, tu m’entends, un monstre, haleta précipitamment Chris sous l’effet de la colère, la rage l’empêchant de contrôler ses paroles.

Stefan blêmit. Chaque phrase que prononçait son grand frère le blessait, mais il devait faire comme si les mots ne le heurtaient pas, comme si Chris parlait dans le vide. Ainsi, il arrêterait. Et là, il placerait la réplique qui tue, celle qui fait mal et à laquelle on ne peut répondre, celle qui mettrait fin à leur discussion stérile et pourtant tant de fois répétée. Il aurait dû plaindre Chris au lieu de le haïr, mais c’était impossible : il ne savait pas faire de la magie, il n’avait aucun intérêt. Stefan savait qu’il aurait rêvé d’être comme eux, d’entrer à Poudlard, mais ce rêve lui avait été refusé et depuis il se vengeait sur lui, pour qui le rêve venait de s’accomplir : le petit garçon tenait dans ses mains la fameuse lettre d’admission à Poudlard.

Il s’apprêtait à répondre enfin à son frère quand leur mère intervint dans leur dispute, elle qui s’était contentée de beurrer ses biscottes depuis le début sans dire un mot.


- Les enfants, arrêtez immédiatement, et mangez ! Chris, ne peux-tu donc pas te réjouir pour ton frère ? Ou es-tu trop aigri pour accepter le bonheur d’autrui ? Quant à toi, Stefan, ne réponds pas à ses provocations, et bois donc ton chocolat, déclara Eve, du ton blasé que l’on prend pour répéter des phrases déjà mille fois dites. Leur mère faisait semblant d’ignorer la haine qu’éprouvaient les deux enfants l’un envers l’autre, la diminuant à des querelles enfantines, pour essayer de garder une bonne ambiance familiale, pour continuer à donner l’apparence d’une famille qui s’aime et qui est unie. Apparence et non réalité, car l’union des Hawthorne avait été brisée en éclats lors de la disparition de Leah, l’aînée de la famille.

- Et tu sais ce qu’on leur fait, aux monstres, Stefan ? On les noie… chuchota alors Chris d‘une voix narquoise, veillant à ce que leur mère n’entende pas. Stefan, pour qui la dispute était finie, sursauta en entendant les derniers mots de Chris, et renversa son bol sur lui. Il l’avait pris en traître et avait dépassé les limites. Tout en lui jetant un regard où se mêlait la peur et la haine, il se leva d’un bond et partit en courant, sans un mot.

Entrant en trombe dans sa chambre, l'enfant claqua la porte brutalement, avant de s’affaler sur son lit, les poings serrés et les yeux fermés pour retenir ses larmes. Quant il fut calmé, il se redressa et s’adossant au mur, jeta un regard à travers la pièce. Sa valise pour Poudlard était déjà prête, bien avant qu’il n’ait reçu la lettre. La rentrée était encore loin malheureusement, et Stefan comptait les jours qui le séparaient du 1er Septembre. Il allait pouvoir quitter sa campagne, rencontrer des gens comme lui. S'éloigner de Chris, qui faisait de sa vie un enfer depuis que Leah n'était plus là pour le protéger. Si au début, Stefan n'avait éprouvé que de la tristesse pour son frère, dénué de ce don merveilleux qu'était la magie, cela s'était transformé au fil du temps en rancune puis en haine profonde envers tous ceux qui ne pratiquaient pas la magie. Ils étaient sûrement tous comme Chris, des gens frustrés qui essayaient d'oublier leur petite vie pathétique et minable en se vengeant sur plus faible que soi.

Ses parents n’avaient jamais eu aucune autre ambition que de vivre paisiblement dans un coin reculé, loin des troubles qui agitaient le monde actuellement. Stefan rêvait de gloire, de reconnaissance. Assoiffé de pouvoir, il voulait contrôler les autres, prouver qu’il était le meilleur. Prouver qu'il était mieux que Chris, que ses parents avaient toujours surprotégé à cause de son statut de Cracmol, incapables de voir qui il était en réalité. Mais du bourreau ou de la victime qui ne rêve que d'inverser les rôles et attend son heure dans l'ombre, lequel était le véritable monstre ? Et comment faire ses preuves face à des vaches et des pommiers ? Ce paradis éloigné de la civilisation où il vivait depuis sa naissance lui apparaissait en vieillissant comme son enfer personnel.

Gamin égoïste et orgueilleux, Poudlard lui apparaissait comme le meilleur endroit où débuter son ascension sociale : Leah n’avait-il pas réussi à décrocher un poste au Ministère rapidement après sa sortie de l’école ? Leah… L’évocation de sa soeur ôta l’envie au jeune homme de divaguer sur son avenir doré. Où était-elle à présent ? Il lui était arrivé quelque chose, c’était certain. Elle n’aurait jamais pu les abandonner comme ça, surtout pas lui. Sa grande sœur, c’était son héroïne, son ange gardien, son bouclier. Une amie, une confidente, une âme sœur. Et quelqu’un avait enlevé à Stefan la seule personne pour qui il se serait damné. Car le garçon était certain que Leah avait été enlevée, ou pire… Mais ça, il ne voulait pas l’imaginer. Quoiqu’il en soit, il allait la retrouver. A Poudlard, il pourrait commencer ses recherches, suivre les empreintes de sa soeur et ainsi parvenir jusqu’à elle. Et si quelqu’un lui avait fait quelque chose, il le paierait. Très cher.

Se tournant vers son hibou, il soupira. Acapulco était l’oiseau de Leah à Poudlard, et elle l’avait confié à Stefan lorsqu’elle était partie en mission, pour qu’il le garde jusqu’à son retour. La jeune femme n’était jamais revenue, mais il ne considérait toujours pas le hibou comme le sien : c’était celui de Leah, elle l’aurait quand elle reviendrait, parce que oui, elle reviendrait : elle le lui avait promis. Stefan avait pris l’habitude de parler au hibou quand l’absence de sa soeur lui pesait trop, et il lui semblait qu’il le comprenait. Lui aussi devait souffrir de l’absence de sa maîtresse.


- Tu sais, Ac’, si Leah était là, Chris il aurait jamais osé me parler comme ça ! Si seulement je pouvais pratiquer la magie ici… Je lui montrerais, moi ! Et jamais, jamais, il oserait me parler à nouveau de cette façon. J’ai lu dans un livre qu’on pouvait jeter un sort qui contrôlait les gens. Imperatium ou un truc comme ça, j’me rappelle pas. T’imagines, Ac’, tout ce que je pourrais faire avec ce sort ? Je pourrais forcer Chris à se jeter dans la mare, déclara Stefan au hibou d’un ton rêveur mais malsain. L’oiseau se contenta de lui jeter un regard méprisant, accompagné d’un hululement effrayé, qui fit redescendre le gamin sur terre. Il jeta un regard affligé sur le hibou, mais haussa les épaules. Il ne pouvait pas le comprendre, ce n'était qu'un hibou, un vulgaire truc à plumes. Mais quel intérêt pouvait-il y avoir à la magie si ce n’était la domination des autres ? On retrouvait ça dans tous les livres d'histoire : c'était toujours les plus puissants qui contrôlaient le monde. Si la Nature vous offrait un tel pouvoir, n’était-ce pas pour s’en servir ? Et pour ceux que la Nature avait oublié… Qu’ils crèvent. Son abruti de frère en premier.

- Tu as l’esprit mal tourné, Stefan, fit une petite voix dans le dos de ce dernier, qui se retourna brutalement. Sa sœur, Stella, était entrée dans sa chambre en douce, et avait sans doute entendu la conversation de Stefan avec le hibou.

- Je t’ai déjà dit de frapper avant d’entrer ici. Et je ne vois pas où est le problème. Tu détestes Chris autant que moi, non ? Demanda le blond d’un ton rageur, furieux que sa sœur se permette de le juger. Là, tout va bien pour toi, je suis son bouc-émissaire. Mais dès que je serais à Poudlard, tu as pensé à ce qu’il va t’arriver ? Il s’en prendra à toi aussi, car tu as des pouvoirs. Et il n’y aura personne pour te défendre ! Alors n’essaye pas de me juger, tu es comme moi ! Le jeune garçon avait presque hurlé sa dernière phrase face à sa petite sœur, qui hésita à répondre mais trouva le courage de rétorquer.

- Ne nous mets pas dans le même panier, veux-tu ? Je ne suis pas comme toi, et Chris a raison… Tu es un monstre, lâcha Stella à contrecœur, avant de ressortir de la pièce. Ils ne s’étaient jamais vraiment bien entendus, mais le fossé venait d’être réellement tracé pour la première fois. Bien, comme ça plus rien ne le retenait ici. Stefan partirait à Poudlard sans se retourner. S’apercevant que le hibou le regardait de ses grands yeux noirs comme si lui aussi le jugeait, il prit la cage et l’enferma dans son placard, hors de lui.

- Vous verrez qui est le monstre, quand je serais plus fort que vous. Vous verrez que vous supplierez le monstre quand il aura tous les pouvoirs, vitupéra-il face à son placard, le regard fou, la bouche tordue par la rage. Ils verraient, tous. Il ne lui restait plus qu’à attendre la rentrée, puis qu’il grandisse. En attendant, il rongeait son frein et était impuissant, mais la roue tournerait. Stefan était prêt à rencontrer son destin.


Dernière édition par Stefan H. Hawthorne le Sam 16 Aoû 2014 - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD6ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    6ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Alex Pettyfer
MESSAGES : 68
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Sam 16 Aoû 2014 - 14:59

SKYFALL - quatrième année

Toujours la même sensation, celle de se noyer. Seul dans l'obscurité, me débattant contre des ennemis invisibles quand le seul obstacle n'est autre que moi-même. Mon cauchemar d'enfance est devenu la métaphore de ma vie.
Journal intime, 3 Novembre 1995

Evanescence. L'impression de disparaître. De n'être qu'une ombre parmi tant d'autres. Même son teint suivait le mouvement. Pourtant mate de nature, il lui semblait que sa peau devenait translucide. Un fantôme, hanté par ses souvenirs, incapable de surmonter l'abandon de Leah. L'impression d'être mort en même temps qu'elle s'éloignait.

Pourtant, il vivait. Il respirait. En témoignait ce filet gris de fumée qu'il expirait après chaque bouffée de cigarette, geste méthodique, seul geste qui le rendait encore existant aux yeux des autres. A l'intérieur, il était vide. Une coquille. Leah l'avait abandonné. A quoi bon continuer ? Stefan ne voulait pas vivre une vie dont Leah ne faisait pas partie. Construire son monde autour d'une seule personne, être prêt à tout même à tuer, voilà qui avait donné un sens à son existence depuis son enfance. Maintenant, plus rien. A vouloir côtoyer son soleil, il s'y était brûlé les ailes.

A son arrivée à Poudlard, Stefan débordait d'espoir. Leah avait disparu depuis bientôt deux ans. Mais l'espoir faisait vivre. Hope is my middle name, l'espoir est mon deuxième prénom, s'amusait-il à penser, une vieille blague entre lui et sa sœur, car le H. de son nom était bien pour Hope, même s'il aurait préféré mourir que de l'avouer à qui que ce soit. Trois ans de recherche, entre bibliothèque, rencontres avec des professeurs, d'anciens élèves, d'anciens collègues. Trois ans sans vivre pour lui-même mais uniquement Leah.

Trois ans durant lesquels il s'était fait peu d'amis. Rien de nouveau sous le soleil. Les discussions futiles ou stériles ne l'intéressaient pas. D'un naturel colérique et impulsif, sa réputation de bagarreur avait mis à fin à toute possibilité d'une réelle vie sociale. Pas grave. Pas le temps. Il fallait être le premier partout, obtenir la reconnaissance via les professeurs qu'il n'avait jamais eu à la maison. Avide de connaissances, Stefan buvait les paroles des enseignants. Le savoir, c'était le pouvoir. Et chaque minute de son temps qui n'était pas prise par les cours et les devoirs était consacrée à la recherche de sa sœur. Etablir un réseau de contacts, recueillir des informations. Pas facile d'être pris au sérieux lorsqu'on était un enfant. Mais Stefan n'allait pas baisser les bras. Sûr que si c'était lui qui avait disparu, Leah aurait remué ciel et terre pour le retrouver !

Leah...… Quand il pensait à sa soeur et ce environ quarante fois par jour, son cœur se serrait. Le désormais jeune homme était sorti brutalement de l'enfance lorsqu'il avait découvert la vérité. Enfin, découvert... Trois ans d'effort pour tout apprendre par une malheureuse carte postale. Il avait remonté la trace de sa sœur jusqu'en Sibérie à la fin de sa troisième année, mais depuis, il stagnait. C'est là que la lettre était arrivée. Leah avait juste voulu changer de vie, recommencer à zéro à l'autre bout du monde. Sans lui. Une nouvelle vie où il n'avait aucun droit, aucune part. Il avait lu et relu le bout de papier durant l'été, persuadé qu'à travers les lignes où sa sœur décrivait son bonheur se cachait un code pour lui avouer qu'elle était prisonnière quelque part et qu'il devait venir la délivrer.

Il avait fini par comprendre le message au début de sa quatrième année. Elle l'avait abandonné parce qu'il n'était pas assez bien pour elle.


Bang, bang, my baby shut me down...

La chute fut rude. Un an à errer, à ignorer les autres qui vivaient gaiement, insouciants, qui n'avaient jamais souffert et donc jamais compris que l'être humain n'était que trahison et déception. Une seule note joyeuse dans ce néant qu'était sa quatrième année à Poudlard : l'annonce par le famous Potter himself que le Maître des Ténèbres était revenu. Dumbledore était fascinant, certes. Mais Vous-Savez-Qui... Stefan avait lu tout ce qu'il pouvait trouver à son sujet. Pas de mots pour décrire ce qu'il ressentait, si ce n'est de l'admiration. Mêlée à de la terreur. La terreur de comprendre comment on pouvait devenir une légende aussi sombre. L'envie d'aller toujours plus loin dans la magie, de dépasser Dieu. D'en devenir un. Tuer des gens... Stefan n'avait aucune envie de tuer personne, si ce n'est son frère, et encore, dans ses plus mauvais jours. Mais il rêvait souvent de voir le monde disparaître, ce monde creux, vain, ingrat. Qu'il brûle dans les flammes.

Vers la fin de la quatrième année, le jeune homme finit par faire son deuil. Leah n'avait pas voulu de lui ? Il ne voulait pas d'elle non plus. Vis ta vie, camarade.


Now you're just somebody that I used to know...

Il n'allait pas passer sa vie à pleurer quelqu'un qui l'avait rejeté. Stefan estimait en ressortir grandi, ayant compris que s'attacher à autrui était dangereux. L'espoir ? Quel espoir ? L'espoir meurt en dernier, mais Leah avait plutôt bien réussi à l'achever avant l'heure. Désormais, le nouveau mot d'ordre du garçon était « éphémère ». Rester seul, c'était rester libre. Stefan H. Hawthorne n'avait besoin de personne.


L'INSOUTENABLE LÉGERETÉ DE L'ÊTRE - cinquième année

Juste jouissif, murmura le blond entre ses dents, après avoir aspiré une longue bouffée de cigarette et expiré un nuage de fumée grise. Allongé dans un coin du parc à l'abri des regards, Stefan se re-pencha sur ses cours de Métamorphose. Les BUSEs approchaient à grand pas, et il visait un Optimal dans toutes les matières. Enfin, celles qui étaient utiles. Genre Divination... Non. Soins aux créatures magiques, aussi. Malheureusement pour ce cours, c'était ce crétin de demi-géant qui l'avait rendu aussi intéressant qu'une conversation avec un champignon. Plus l'année approchait à sa fin et plus Stefan avait les nerfs contre Dumby, ce vieux fêlé. Les élèves jouaient leur avenir, après tout. Leur infliger des professeurs incompétents était scandaleux. Il avait bien tenté de s'en plaindre auprès de son responsable de maison mais rien à faire : si Dumbledore avait décidé que telle chose se faisait de la sorte, c'était gravé dans la roche et tant pis si l'on pouvait faire mieux.

Le jeune homme était sûrement injuste avec le directeur. Mais sa rage l'aveuglait. Un incendie, des agressions, et une morte ?! Quoi après, un génocide ? Et on ne faisait strictement rien. Pire, la chaise de Dumbledore était de plus en plus souvent vide dans la Grande Salle. Stefan avait tout d'abord ressenti un sentiment d'abandon, avant de se rappeler qu'éprouver des sentiments, c'était mal. Il ne fallait rien attendre des gens, sinon le pire. La preuve, Dumbledore l'avait déçu. Du grand sorcier qu'il admirait lors de ses débuts à Poudlard, il lui semblait qu'il n'en était plus que la moitié. Aucune chance lorsque le Lord frapperait. Car il frapperait, c'était certain. Le cinquième année était mieux informé que la plupart des élèves de Poudlard sur les évènements actuels, parce que lorsqu’il avait consacré ses trois premières années au Château à rechercher sa sœur, il s’était fait un bon réseau de contacts, et avait pris goût au savoir. Le savoir, c’était le pouvoir. C’est pourquoi il se tenait au courant du moindre évènement survenant.

L'heure de choisir un camp ne tarderait pas. Les naïfs, les hippies, iraient du côté du bon Potter. Evidemment. Les lâches choisiraient leur camp au dernier moment, selon le côté où penchait la balance. Quant à lui... Stefan hésitait. Celui-dont-on-doit-pas-prononcer-le-nom était allé plus loin que n'importe qui dans le domaine de la magie. Nul doute qu'il y aurait beaucoup à apprendre de lui. Mais Leah désapprouverait, si elle était encore là. Leah, sa barrière morale qui l'empêchait de sombrer dans la noirceur. Justement, Leah n'était plus là. Personne pour l'empêcher de participer au chaos. Personne pour lui mettre la main sur l'épaule et lui dire « c'est mal, reviens ». La tentation était grande. Le monde à feu et à sang. Tous ces bouseux dépourvus de pouvoirs magiques, à terre. Ils le faisaient bien rigoler, tous ces pro-moldus. Aimons-nous les uns les autres. Stefan aurait mis sa main à couper que si les moldus connaissaient leur existence, ils auraient déjà essayé de les exterminer. Aucune chance qu'ils aient eu une approche pacifique envers les sorciers. Aucune chance pour que les deux camps vivent éternellement en paix.

Mais toutes ces idées, le jeune homme les gardaient pour lui. Elles n'étaient pas à rendre publiques ou du moins pas avec n'importe qui. Cela pourrait lui ruiner certains contacts et il tenait beaucoup au semblant de vie sociale qu'il s'était crée cette année. Bien que pratiquement muet durant ses quatre premières années à Poudlard, il s'était aperçu qu'il n'avait aucuns soucis à se lier avec de parfaits inconnus. Si certains le regardaient avec défiance en raison de la couleur de sa maison, il arrivait néanmoins à parler de tout et de rien avec chacun. C'était comme un jeu, trouver le clic en quelqu'un qui va le mettre en confiance, pour qu'il commence à t'apprécier. Peu importe sa maison ou son âge. Chacun peut devenir utile plus tard. Certaines personnes avaient même réussi à gagner son estime. Les « happy few ». Il tolérait les gens drôles également : leur compagnie était légère, divertissante, sans engagement.

Bon, forcément, parfois la bêtise assumée de ses condisciples l'énervait et son mauvais caractère reprenait le dessus. Son style de vie nihiliste qu'il s'efforçait de respecter au maximum, avec comme credo « rien est important, donc on s'en fout » perdait souvent face à son tempérament orageux et il arrivait qu'il se batte contre un élève, qu'importe sa maison, son âge, ou son sexe d'ailleurs. Stefan était violent mais pas stupide et il avait très vite compris qu'un mec qui tape tout le monde, même les filles, est très mal considéré. D'où l'avantage des relations éphémères, quelques mots échangés, un salut de la tête et tout le monde est content, pas le temps de creuser et de réaliser la bêtise de l'une quand cette dernière réalise la noirceur de l'autre. Limiter les contacts pour éviter de devenir brutal. Travail de surface.

Rester superficiel, tout le temps. Pas évident lorsqu'on bouillonnait intérieurement. Le blond n'était pas bête. Il savait que son travail sur lui-même était un échec complet. Agir comme un branleur, un mec qui s'en fout de tout, qui n'est concerné par rien... C'était facile. Donner le change auprès des autres, aucun problème. Mais il aurait vraiment voulu devenir comme ça. Un mec que rien ne touchait, sans sentiments. Juste de l'indifférence. Et les efforts drastiques qu'il faisait pour se comporter de la sorte n'étaient qu'une preuve supplémentaire de sa défaite. Obligé de se contrôler à chaque instant alors que cela aurait dû être naturel. Obligé de jouer le mec blasé, absent alors qu'il éprouvait des sentiments. L'ignorance maître alors qu'il voulait juste tout foutre en l'air. Mais quand cela devenait trop dur, il lui suffisait de penser à Leah qui lui avait brisé le cœur et cela devenait plus facile. Les humains blessaient les autres, c'était dans leur nature. Et Stefan ne voulait plus jamais donner à personne la possibilité de le casser à nouveau. Il ne répondrait plus de rien alors.

Dans ses rapports sociaux factices, là où c'était devenu le plus facile, étonnement, c'était avec les filles. Ces créatures bizarres à sa rentrée à Poudlard, devenues extraordinairement stupides l'an dernier, avec leurs gloussements et leur manie de se déplacer en bande. Avant sa rentrée en cinquième année, Stefan n'avait jamais considéré sortir avec une de ses dindes. Après sa rébellion et son deuil de l'abandon de sa sœur, il avait décidé de sortir avec toutes sans exception, sauf les moches. « éphémère » is my new credo. Relations d'un jour, d'une semaine ou d'un mois, tout dépendait de la vitesse avec laquelle il se lassait et de la rapidité à laquelle sa nouvelle proie s'attachait. Il éprouvait un plaisir coupable à faire pleurer les filles. Incapable de faire payer à sa sœur la trahison, c'était son genre qui en payait le prix. Pourtant, la plupart des greluches revenaient. Un sourire, et elles pardonnaient. Pauvres connes. Faut dire qu'il était beau, elles le lui disaient tout le temps.  

Ses rondeurs enfantines s'étaient effacées durant l'été précédent son entrée en cinquième année, alors qu'il gagnait une bonne vingtaine de centimètres. Grand, costaud -pratique quand on aimait bien se défouler en tapant sur quelque chose ou quelqu'un-, des yeux clairs qui s'assortissaient parfaitement avec ses cheveux blonds. Chaque fois que Stefan passait devant un miroir, son image lui renvoyait celle de Leah. On aurait pu croire à des faux jumeaux : en grandissant, il devenait son double masculin. Cela lui donnait juste envie de casser tous les miroirs. Mais il avait la chance d'avoir un physique avantageux, il n'allait pas se priver des bénéfices qui allaient avec.

Oh, il irait probablement en enfer pour son comportement plus tard. Mais on était pas sérieux quand on avait quinze ans. Rien ne comptait, sauf lui-même et son bonheur immédiat. Le reste ? Fuck it. Du moins il essayait de s'en persuader.


III. HORS JEU

    ♦ COMMENT AS-TU CONNU CE FORUM ? Double-compte
    ♦ AGE IRL : 24 ans
    ♦ PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Alex Pettyfer
    ♦ EST-QUE TON PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ?  Non
    ♦ DÉSIRES-TU ÊTRE PARRAINE(E) ? : Non
    ♦ AS-TU LU LE RÈGLEMENT ? : [ Alohomora! Ϟ ]  


Désolée pour le pavé monstrueux 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1181

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mar 19 Aoû 2014 - 23:19

Ambitieux... Opportuniste... Tendance à l'individualisme...
Mon enfant, ta place est à ...

SERPENTARD

(HJ: très belle présentation, bravo! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mar 19 Aoû 2014 - 23:36

Je seconde, c'était une fiche vraiment agréable à lire! :)

(Re)bienvenue parmis nous! ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mar 19 Aoû 2014 - 23:57

ReBienvenue dans la plus belle maison de Poudlard ! :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mar 19 Aoû 2014 - 23:59

Bon, on a tous pariés sur l'identité de ce DC.. C'est Louise c'est ça ? Je veux savoir
Bref, je m'attelerai sans doute à lire bien en détails la fiche un peu plus tard parce que c'est un sacré morceau tout de même ! En attendant, bienvenue à Serpentard   
Revenir en haut Aller en bas
SERDAIGLE7ème année
    SERDAIGLE
    7ème année
AVATAR : Lily Collins
MESSAGES : 3383

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Plus compliqué que prévu
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mer 20 Aoû 2014 - 9:25

Après l'invasion des pantoufles, voilà celle des vipères...
Rebienvenue, j'ai beaucoup aimé lire ta fiche qui était très détaillée

_________________

Entre et mon ♥ balance
♥♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mer 20 Aoû 2014 - 12:28

UNE FICHE GENIALE.
Ahem pardon.

Non sincèrement, j'adore l'histoire, le caractère du personnage, son évolution... Bref, TOUT.
Un lien ? Un RP ? Je veux un RP avec un mec et tu es ma proie.

A très vite. <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mer 20 Aoû 2014 - 13:07

Je te souhaiterais bien la bienvenue mais...non.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mer 20 Aoû 2014 - 14:28


REBIENVENUE 8D
quelle non-surprise cette avatar... o/
Revenir en haut Aller en bas
SERPENTARD6ème annéeTu veux être mon ex?
    SERPENTARD
    6ème année
    Tu veux être mon ex?
AVATAR : Alex Pettyfer
MESSAGES : 68
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mer 20 Aoû 2014 - 21:14

Merci à tous  (sauf Nathan, évidemment)

C'est ça Ali, c'est Louise! Je rentre dans la cour des grands

Alex, avec plaisir, on discute de ça dès que je crée ma fiche de liens


(Charlotte, bien sûr. Pettyfer for life)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne Mer 20 Aoû 2014 - 22:54

Alex Petty-froufrou ♥

OUI OUI OUI, je dis OUI OUI OUI (si tu veux me demander en mariage, je dis OUI OUI OUI aussi !)

Re-bienvenuuuuuuuuuuue (je vais de suite la lire cette superbe fiche)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Présentation de Stefan H. Hawthorne

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Stefan H. Hawthorne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Présentation de Stefan Salvatore» HAWTHORNE, Stefan [Hope] - 5ème année» présentation de demi lovato» Modèle de présentation» Ma présentation ! (Phyllali)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Présentations élèves :: Fiches validées-