AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Mer 30 Juil 2014 - 21:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters & Alexander A. Foster


    Les vacances de Pâques touchaient à leur fin. Plus qu'un week-end et il faudrait reprendre le train pour Poudlard. Encore une fois, Carlie était retournée chez ses parents, dans leur bel appartement londonien. C'était une belle propriété qui était dans la famille de son père depuis des années, ce qui leur permettait d'y vivre quand même. Ils ne roulaient pas sur l'or, ils étaient une famille légèrement au dessus de la normale. Mais ils avaient l'impression d'être des princes quand ils étaient dans cet appartement. Et cela convenait surtout très bien à sa mère. Cette ancienne danseuse du Royal Ballet, qui se complaisait souvent sur le fait qu'elle avait abandonné sa carrière de danseuse pour eux, et bla bla bla... Carlie adorait sa mère, elle était son idole pendant son enfance, jusqu'à la découverte de ses pouvoirs. Mais depuis quelques temps, elle agissait étrangement. Pendant tout le temps où elle avait été chez elle, elle l'avait trouvée distante, étrangement guillerette et toujours dans ses pensées. Alors que rien dans leur quotidien ne laissait sous-entendre une quelconque raison à cette joie soudaine. Mais la Poufsouffle préférait voir ça que de la voir bouder ou s'énerver pour un rien. Elle n'oublierait jamais cette époque où elle les avait quittés, après avoir découvert l'existence de la magie... Elle avait bien profité de ces vacances, mais pour la première fois de sa vie, elle ne voulait pas retourner à Poudlard. Le règne d'Ombrage ne faisait qu'empirer, l'AD était tombée et il y avait les BUSEs à travailler, et à réussir. Elle voulait devenir médicomage, et elle le deviendrait. Son rêve d'enfant, celui qu'elle regretterait toute sa vie, s'était envolé à cause de la magie, mais celui-ci ne disparaîtrait pas, elle ne le permettrait jamais. Elle allait réussir ses examens et devenir médicomage. Point, fin de la discussion !

    Ce samedi là, Carlie retournait une dernière fois au studio. Une ancienne amie de sa mère avait monté une école de danse après s'être retirée du Royal Ballet. Et depuis sa première année à Poudlard, Carlie allait y prendre des cours à chaque vacances scolaires et pendant l'été. Certes, cet enseignement décousu était bien éloigné de la rigueur à laquelle elle avait été habituée au conservatoire, mais elle ne pouvait pas abandonner sa passion ainsi. Une part d'elle vivait toujours pour la danse, et même si elle avait fini par accepter sa nouvelle vie, c'était salvateur de voir que la petite Carlie existait toujours en elle quelque part. Et elle lui donnait une vie de cette manière. Loin de la sorcellerie, loin de Poudlard, comme si son avenir qui lui avait été pris pouvait encore exister quelque part... Elle enfila une dernière fois sa paire de pointe, qu'elle rangerait au placard à la fin de la journée, et qu'elle ne ressortirait pas avant le mois de juillet, quand elle reviendrait Londres. Habituellement ces deux mois étaient largement surmontables et passaient très vite. Mais cette année semblait s'étirer indéfiniment, comme si le professeur Ombrage, Grande Inquisitrice, avait jeté un sort sur le calendrier et toutes les horloges du château... Puis elle se perdit dans la musique classique, les pirouettes, les sauts et l'enchaînement des pas... et elle redevenait elle-même, la vraie Carlie, celle que personne à Poudlard ne verrait jamais.

    Lorsqu'elle rentra chez elle, à la fin de la journée, Carlie retrouva un hibou inconnu posé sur un guéridon dans le salon. Sa mère, assise sur l'un des canapés, lui lançait des regards noirs. Elle faisait des efforts, mais ne pouvait pas tout accepter, ce que Carlie et son père pouvaient comprendre. Et les hiboux avaient toujours été de trop pour elle... La Poufsouffle déposa une bise sur la joue de sa mère et se dépêcha d'emporter le volatile avec elle jusqu'au bureau de son père. Il avait du rentrer de Ste Mangouste déjà, mais avait toujours de la paperasse à traiter en fin de journée, et il avait toujours dit préférer le faire chez lui que dans son bureau au travail, comme ça il pouvait passer du temps avec sa famille. Au moment où la jeune femme s'apprêtait à frapper à la porte, elle aperçut son nom sur la lettre que portait le hibou et haussa un sourcil. Une lettre pour elle ? Elle ne recevait généralement que du courrier de la part de ses parents et que lorsqu'elle était à Poudlard (et de ses amis pendant l'été mais ce n'était clairement pas la période...). Elle continua finalement son chemin et referma la porte de sa chambre sur elle, avant d'ôter la lettre de la patte du hibou qui reprit son envol vers le ciel Londonien, et se laissa tomber sur son lit. Elle décacheta le parchemin et le parcourut des yeux, un grand sourire s'étirant sur ses lèvres. Elle se releva, comme animée par une pile électrique, et courut dans le bureau de son père, oubliant même de frapper. Le Dr Peters leva les yeux pour rencontrer ceux de sa fille, si identiques au yeux de sa femme, et haussa un sourcil interrogatif.

    « Est-ce que je peux aller à une soirée organisée par une copine de l'école ce soir ? On y va par poudre de cheminette, c'est à Londres et... »
    « Qui l'organise ? »
    « Un groupe d'amis de mon année, je ne sais plus exactement qui, ils sont tout un groupe, mais tous les élèves de cinquième année qui ne sont pas Poudlard pour les vacances sont invités. Une façon de se faire plaisir avant de retourner sous le joug d'Ombrage la Terrible et avant d'attaquer les révisions sérieuses et le stress des Buses... »

    Elle attendit, son excitation clairement visible dans ses yeux, mais son père pouvait très bien refuser. Globalement il était assez sympathique pour ce genre de choses, et elle aurait 17 ans, la majorité, d'ici moins de 6 mois. Mais vu les temps qui courraient actuellement et les rumeurs qui pesaient sur le monde magique, des restrictions s'imposaient souvent. Son père était plutôt partisan de Dumbledore et Harry Potter, croyant au retour de Vous Savez Qui, et c'est ce qu'elle craignait le plus... Il finit cependant par lui adresser un sourire et acquiescer.

    « C'est bon, pas de limite d'heure non plus, envoie moi juste un hibou si à minuit tu es toujours là bas... Et tu me laisseras l'adresse, d'accord ? »

    La jeune femme poussa un cri de joie et fendit sur son père pour le serrer dans ses bras. Elle adorait faire la fête, et ils en avaient tous bien besoin. Et puis, elle pourrait peut être encore faire de nouvelles rencontres ? Elle n'avait pas la prétention de connaître tous les élèves de son année, seulement de nom... Elle sortit du bureau en laissant exploser sa joie, ce qui arracha un sourire à sa mère lorsqu'elle la vit. Elle avait entendu la conversation, et réfléchissait probablement déjà à ce qu'elle allait pouvoir lui prêter comme tenue pour la soirée, comme toujours. Carlie lui envoya un baiser et retourna en dansant dans sa chambre. Elle n'avait plus qu'une heure pour se préparer... Elle alluma le poste radio dans sa chambre et monta le volume à fond, en chantant à tue-tête avec la chanteuse. Elle fila sous la douche, encore transpirante de sa journée à danser, et continua à chanter et danser sous le ruissellement de l'eau. Elle était euphorique, et elle se fichait de ce que ses parents pouvaient penser. Ils devaient être en train de se moquer d'elle, mais tant pis. Elle était bien, elle allait oublier les tracas du monde magique et s'amuser avec ses amis. Qui n'aimerait pas cela ? Elle sauta finalement hors de la douche, continuant à se trémousser et d'accompagner les chanteurs de variété à la radio. La jeune femme attrapa sa baguette et fit sortir de l'air chaud pour sécher ses longs cheveux bruns instantanément, en larges boucles qui tombent en cascade dans son dos. Elle se maquilla les yeux un peu plus que d'habitude, un smoky qui approfondissait encore plus ses yeux verts et lui donnant un regard de biche, et ajouta un léger rouge à lèvre, légèrement brillant, pour rendre ses lèvres un peu plus pulpeuses. Les soirées de ce genre apportaient souvent de belles surprises et elle voulait être parée à toute éventualité. Elle retourna dans sa chambre et découvrit plusieurs tenues empilées sur son lit, provenant aussi bien de son armoire que de celle de sa mère. Elle jeta finalement son dévolu sur une robe bustier rouge bordeaux, plissée, qui enserrait son corps musclé, dévoilant ses jambes fuselées par la pratique intensive de la danse de ces deux dernières semaines. Elle accompagna la tenue d'une paire d'escarpins en cuir noir, à talons hauts. Pour Carlie, lorsqu'elle ne portait pas l'uniforme de Poufsouffle, les talons étaient presque une nécessité. Si elle avait hérité de sa mère sa grâce et son talent pour la danse, elle avait également récupéré sa petite taille, et elle complexait légèrement dessus depuis toujours. Elle sourit à son reflet dans le miroir et fit un clin d'oeil. Elle était satisfaite par son apparence, une tenue moldue comme elle les aimait, raffinée, élégante. Parfaite en son sens. Elle cacha son pendentif en argent qu'elle portait toujours autour du cou, une ballerine, dans son bustier et enfila un collier plus long pour finir d'habiller sa tenue. La jeune femme attrapa son sac à main et une veste de blazer noire et rejoignit ses parents dans le salon. Ces derniers lui donnèrent encore quelques recommandations, et lui souhaitèrent une bonne soirée. Carlie s'emmitoufla dans une cape de voyage pour ne pas abîmer sa tenue dans la cheminée et disparut dans les flammes vertes, vers sa destination.

    La soirée battait déjà son plein lorsqu'elle arriva dans l'appartement. Elle n'avait que quelques minutes de retard sur l'heure donnée, mais l'ambiance était déjà là. Elle abandonna sa cape et son sac dans un coin, et fendit la foule. Elle connaissait la plupart des personnes, qu'elle saluait chaleureusement, et découvrait d'autres têtes un peu plus inconnues. Les adolescents se trémoussaient en riant, certains, en groupes, discutaient, et de nombreux garçons arboraient cet air si caractéristique de lorsqu'ils s'apprêtent à sauter sur une proie. La soirée s'annonçait très belle. Carlie discuta avec ses amis, passant de l'un à l'autre. Elle ne savait plus exactement qui étaient les organisateurs de cette soirée, mais ce n'était pas grave. Personne ne semblait trop le savoir non plus. Elle rejoignit un groupe de Poufsouffles au niveau du bar et commanda une bièraubeurre. Elle n'était pas une grosse buveuse, et boire pour boire ne l'intéressait pas. Elle pouvait cependant facilement se faire avoir si elle était en bonne compagnie. Tous se racontaient leurs vacances avec animation, et Carlie écoutait d'une oreille distraite tout en parcourant la salle du regard. Elle aimait ce mélange hétéroclite d'habits moldus et de tenues de soirées sorcières. Tout dépendait de l'éducation de chacun, et du milieu dont ils étaient issus. Mais le mélange était original, et représentait bien ce qu'ils étaient tous, au fond : des adolescents normaux qui vivaient dans un monde parallèle. Un sourire flottait sur son visage tandis qu'elle était toute à ses pensées, et elle ne se rendit compte que son groupe de Poufsouffle s'était éloigné que lorsqu'elle aperçu du mouvement dans son champ de vision et vit un jeune homme s'installer au bar, non loin d'elle. Elle leva son verre comme pour trinquer avec lui. Son visage ne lui était pas vraiment familier, mais elle l'avait déjà vu, c'était certain. En revanche, quelle maison, elle ne pouvait le dire. Mais quoi qu'il en soit, il était très agréable à regarder, et son sourire s'élargit.

    « Santé ! »

    Elle lui adressa un clin d'oeil avant de terminer sa bièraubeurre. Ca s'annonçait être une bonne soirée.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Jeu 31 Juil 2014 - 3:08

Plus qu'un week-end, et Alexander devrait retourner à Poudlard. Non pas que c'eut été un fardeau, mais plutôt un soulagement. La colonie s'était terminée quelques jours auparavant, et il avait été dans l'obligation de retourner chez ses parents, le temps du week-end, avant de pouvoir reprendre le train pour Poudlard. Même si la colonie n'avait pas été à la hauteur de ses espérances, devoir rentrer chez lui était sûrement pire que ce qu'il avait vécu pendant cette semaine. Il savait que ses parents seraient aussi joyeux que lui au moment de leurs retrouvailles... c'est à dire, dégoûtés. Telle était la relation qu'il entretenait avec ses gêniteurs : ils se toléraient. Alexander avait compris depuis très longtemps qu'il n'était pas un enfant désiré ni aimé, et s'était habitué à vivre de cette façon. Mais cela ne voulait pas forcément dire qu'il le prenait bien. Personne ne le savait, mais au fond de lui, il ressentait ce manque, ce trou, que personne ne parvenait à combler. Enfin, personne n'y arrivait parce qu'il n'en donnait pas forcément l'occasion.

Ce fut donc un Alexander passablement irrité qui arriva chez lui. Bien évidemment, et comme il le pressentait, lorsqu'il passa le pas de la porte, ses parents étaient assis dans le salon, devant le poste de télévision. Ils n'eurent même pas un regard pour leur progéniture, et restèrent concentrés sur leur écran. Habitué, Alex ne fit aucune remarque, et ne leur adressa même pas un bonjour. Il monta directement dans sa chambre, son sac sur le dos. Et lorsqu'il y arriva enfin, il s'étala de tout son long sur le lit, et fixa le plafond. C'était chez lui... mais en même temps, il ne s'y sentait pas à l'aise. Comme s'il avait cette impression de ne pas faire partie de cet endroit, de cette vie... Même s'il était né ici, même s'il y avait vécu toute son enfance et son adolescence. Non, vraiment pas... Il songea à Poudlard. Là-bas, au moins, il avait l'impression d'avoir une place. Il n'était pas populaire, il n'avait pas énormément d'amis, mais il y était respecté. C'était tout ce qu'il demandait. Qu'on lui montre un peu de respect. Mais apparemment, c'était trop demandé à Monsieur et Madame Foster.

Le voyage de retour de la colonie fut quelque peu éprouvant, il ne mit pas longtemps à s'endormir, bien qu'il soit à peine 16 heures. Il aurait pu passer le reste de sa soirée ici, s'il n'avait pas été réveillé par un bruit insistant. Comme si on donnait des coups aux vitres de sa fenêtre. Le bruit finit par le sortir de son sommeil, légèrement énervé. Il n'aimait pas qu'on le réveille de la sorte. Les yeux légèrement plissés à cause des rayons de soleil, il se retourna sur le ventre et posa son regard sur sa fenêtre. Derrière la vitre se trouvait un hibou de grande taille, qui tenait une enveloppe dans son bec. Il fronça les sourcils. Il n'avait pas l'habitude de recevoir du courrier, et était quasiment certain qu'il s'agissait d'une lettre provenant de Poudlard. Il consentit à se lever, surtout que le hibou semblait s'impatienter derrière la vitre, en voyant que le jeune homme ne bougeait pas, et se dirigea vers la fenêtre pour ouvrir au hibou. Celui-ci accepta de lui donner l'enveloppe, puis fit demi-tour et repartit presqu'aussi vite qu'il était arrivé. Alexander examina l'enveloppe avec attention. Pas de cachet de Poudlard. Alors, de qui cela pouvait-il bien venir ? Joyce ? Heather ? Elles n'étaient pas du genre à envoyer du courrier pour deux semaines de vacances. Bon, fini le suspense, il était temps d'en savoir plus. Il déplia la lettre qui se trouvait à l'intérieur, en lut les grandes lignes. Un léger sourire se dessina sur son visage. Une soirée organisée par des élèves de Poudlard avant de reprendre le chemin de l'école... Pourquoi pas, après tout ? Ca ne pouvait pas être pire qu'ici, de toute façon. Et puis, si cela lui permettait de ne pas voir ses parents, ça l'arrangeait. C'était donc de plutôt bonne humeur qu'il se prépara, pour se rendre à cette fête. Il opta pour une tenue simple, mais relativement efficace : un tee shirt blanc, assez moulant, et qui lui permettrait de mettre son corps musclé en avant. Car bien sûr, il s'était dit que cette soirée était une bonne occasion de rencontrer des gens et pourquoi pas, allonger sa liste de conquêtes... Un jean de couleur bleue, des cheveux en bataille. Simple, mais efficace, c'était vraiment les deux mots qui caractérisaient son accoutrement. Une dernière vérification devant le miroir, et il se mit en direction du lieu de la fête, sans adresser un mot à ses parents, sans les prévenir de quoi que ce soit. Ce n'était pas comme s'ils en avaient quelque chose à faire. Cela faisait bien longtemps qu'il avait cessé de leur rendre des comptes. Mais s'il espérait parfois, au fond de lui, qu'ils s'inquiétaient pour lui, de temps en temps. Il s'était d'ailleurs souvent demandé s'ils se faisaient du souci pour lui quand les événements graves de Poudlard avaient eu lieu. Mais le Serpentard n'avait reçu aucun courrier de leur part, il en avait donc déduit qu'ils y avaient été indifférents. Tant pis.

Mais tout ça, il devait le mettre de côté, le chasser de son esprit. Ce soir, il allait faire la fête, boire, oublier ses problèmes, profiter de l'instant. Lorsqu'il arriva sur place, il y avait déjà de nombreuses personnes. Des visages qu'il connaissait, d'autres non. Il adressa des signes de tête en direction de certains, et il en ignora d'autres. Il devait trouver un endroit où s'asseoir, et quand son regard se posa sur le bar, il sourit. Il savait où il devait aller.

- Le bar il est là, je vais là ! dit-il, se parlant pour lui-même.

Il s'y installa donc, et se servit dans un saladier rempli d'une boisson qui semblait être du punch. Il en but une longue gorgée, et reposa son verre d'un coup sec. Dieu que ça faisait du bien de boire. On s'adressa à lui. Il tourna la tête. Un élève de Serpentard de sa promotion. Ils discutèrent quelques moments, de tout et de rien. Alexander apprécia cet échange, il n'en avait pas l'habitude, et se demanda si ce n'était pas l'alcool qui faisait déjà effet. En si peu de temps ? Peu probable, sauf si on avait englouti son deuxième verre d'une seule traite. Finalement, on appela son camarade, et il se retrouva seul devant le comptoir. Un troisième verre avalé, il balaya la salle du regard. Il y avait beaucoup de monde, et Alexander ne s'attarda évidemment pas sur les garçons, mais bien sur les filles. Toutes avaient fait l'effort de se faire jolies et séduisantes, peut-être avaient-elles eu le même espoir que le jeune homme de faire de nouvelles rencontres, et plus si affinités. Il sourit à cette pensée, et fit une nouvelle fois le tour de la salle avec ses yeux. Mais ce ne fut que lorsqu'il les posa sur l'autre côté du bar qu'il sut réellement pourquoi il était venu. Une petite brune lui souriait. Il la détailla. Elle portait une robe rouge, qui, il devait l'avouer, mettait particulièrement bien ses formes en valeur. Un corps svelte mais bien entretenu. Un maquillage soigné, mais pas vulgaire. Et un sourire à en faire tomber plus d'un. Il fut comme envoûté. Elle lui fit un clin d'oeil, et bougea son verre, comme si elle voulait trinquer avec lui. Il savait ce qu'il devait faire. Il se resservit une nouvelle fois, avala son verre d'un coup, et se leva pour s'asseoir à côté d'elle. Il titubait un peu, mais faisait de son mieux pour ne pas le montrer. Arrivé à sa hauteur, il put admirer ses yeux de plus près. Et il les trouva magnifique. D'un vert étincelant, avec ce petit côté malicieux. Son coeur s'emballa. Elle était vraiment radieuse. Il se passa une main dans les cheveux, et lui adressa un sourire des plus charmants.

- Salut... Je ne me souviens pas t'avoir déjà vue, et pourtant, je pense que je ne t'aurais pas oublié...

Bon, ce n'était pas la meilleure technique de drague du monde. Alex, malgré l'apparence qu'il dégageait, n'était pas si doué que cela en matière d'approche féminine. Ce manque de confiance en lui qui le poursuivait depuis des années l'avait contraint à faire beaucoup d'efforts pour faire le premier pas vers les filles qui lui plaisaient. Ca ne portait pas toujours ses fruits. Mais parfois, si ! Il avait quand même quelques ex petites copines à son actif, il n'était pas SI NUL que ça. A voir si cela fonctionnerait ou pas avec elle. Il tendit une main vers elle, tout en continuant à lui sourire.

- Je suis Alexander Foster... Je peux t'offrir un verre ?
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Jeu 31 Juil 2014 - 18:57

    Carlie se demandait encore pourquoi elle avait fait signe à cet inconnu. Elle habituellement si réservée avec les gens qu'elle ne connaissait, limite froide et hautaine, avait fait tomber toutes les barrières avant même de les avoir érigées... Elle ne savait pas si c'était lié au charme qui émanait du jeune homme ou si c'était l'ambiance de la fête, mais elle lui avait fait un clin d’œil ! Elle flirtait avec lui avant même de lui avoir parlé, elle ne connaissait même pas son nom... « N'importe quoi ma pauvre fille... Oh mais il vient vers ici ! Hum plutôt pas mal... Même plus que pas mal ! » Elle détailla le jeune homme tandis qu'il s'approchait d'elle : taille moyenne, c'est à dire bien plus grand qu'elle, plutôt bien fait, son T-shirt blanc immaculé donnant envie de toucher ses muscles pour voir s'ils étaient bien réels, une tête d'ange et un regard qui semblait chaleureux. Le sourire de la jeune femme s'élargit à cette vision. Elle ne regrettait pas d'avoir fait de l’œil à ce bel inconnu finalement, il avait l'air d'être de bonne compagnie. Et puis, les soirées offraient tellement de possibilités, on ne sait jamais. Ce n'était pas très sérieux comme attitude, mais elle avait envie de se faire plaisir. Et s'il s'avérait que cet Apollon était célibataire et intéressé, qui serait-elle pour repousser ses avances ? Surtout que les relations se formant en soirée s'évanouissaient souvent au lever du jour, alors... Euuuuuh, pensait-elle vraiment ça ? Elle n'avait pas encore bu la moindre goutte d'alcool, il fallait qu'elle se calme. Elle ne pouvait pas fondre à chaque fois qu'elle croisait un garçon mignon ! Le jeune homme s'arrêta à sa hauteur et passa une main dans ses cheveux, les ébouriffant un peu plus. Et ce sourire... Elle avait l'impression qu'elle allait se liquéfier sur place.

    « Salut... Je ne me souviens pas t'avoir déjà vue, et pourtant, je pense que je ne t'aurais pas oublié... »]

    Carlie leva les yeux au ciel en riant. Elle ne se moquait pas, elle préférait faire ça que de sortir une niaiserie. C'était une manière de draguer assez bateau, mais ça faisait son effet, le pouls de la jeune femme s'emballant légèrement et une légère teinte rosée s'installant sur ses pommettes. Elle se retint de dire qu'il y avait de très fortes probabilités pour qu'ils aient au moins une matière en commun à Poudlard, donc qu'ils se croisaient forcément régulièrement. C'était trop réfléchi, et ça casserait tout, elle le savait. Elle se contenta seulement de sourire avec douceur et de plonger dans le regard chocolat de son interlocuteur. Un regard chaud et qui donna envie à Carlie d'en savoir plus sur lui. Elle se fiait beaucoup à ce qu'elle parvenait à lire dans les yeux des gens, et là elle ne voyait rien de déplaisant. Il tendit la main en prenant de nouveau la parole.

     « Je suis Alexander Foster... Je peux t'offrir un verre ? »

    Foster... Le nom lui disait définitivement quelque chose, ils étaient en cours ensemble toutes les semaines mais elle ne voyait plus quel prof appelait régulièrement ce nom... Rogue peut-être ? Chourave ? Ou bien McGonagall ? Impossible de le dire, impossible de se souvenir également à quelle maison il appartenait. Mais peu importait, elle se fichait des maisons. Elle avait des amis et des ennemis à peu près partout de toute façon, alors ça ne changeait rien pour elle. Elle savait seulement qu'elle n'avait rien contre lui au premier abord, donc tout allait bien. Elle serra sa main doucement, le contact avec sa peau chaude déclenchant un léger frisson qui se répandit dans son échine, et son sourire se fit plus authentique.

    « Carlie Peters. Enchantée Alexander ! Et... Vu comment tu as descendu ton punch tout à l'heure j'imagine qu'il est bon, j'accepte donc ta proposition avec plaisir. »

    Elle lui adressa un clin d’œil, joueuse. Elle sentait cependant sa timidité arriver à grand pas, comme si elle avait été chassée depuis trop longtemps et qu'elle se devait de reprendre ses droits. La Poufsouffle avait l'impression de réintégrer son corps, comme si c'était une autre personne qui avait parlé à sa place jusqu'à maintenant. Elle retira doucement sa main de celle d'Alex et détourna le regard, souriant toujours. Elle se sentait intimidée par le jeune homme qu'elle avait face à elle, et elle allait avoir besoin de ce verre. Elle observa le jeune homme qui s'éloignait pour aller chercher un verre pour chacun d'eux. Il fallait qu'elle se ressaisisse, elle avait envie de s'amuser et de mieux connaître Alexander. Elle ferma les yeux et se laissa porter par la musique qui rugissait à ses oreilles. Elle reconnut le dernier titre des Bizarr' Sisters et elle sourit doucement. La musique pénétrait ses muscles, comme elle le faisait à l'époque lorsque le moment d'entrer sur scène arrivait. Et Carlie se transformait, plus sûre d'elle, plus souriante, plus expressive. Sur scène, il n'y avait pas de place pour la timidité ou le manque de confiance en soi. Il n'y avait plus qu'elle et le public qui la regardait. C'était pareil maintenant, il ne devait plus y avoir qu'elle et Alex face à elle. Rien de plus. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, il était là, de retour face à elle, et elle sourit. Elle attrapa le verre qu'il lui tendait, et le leva comme pour porter un toast.

    « A cette belle soirée, et à cette belle rencontre, Alexander ! »

    Elle aimait bien comme son nom sonnait. Elle but une gorgée du punch et se laissa envahir par les différents parfums de fruits. Le goût du rhum lui donna un coup de fouet et elle termina son verre. Elle devait faire attention, on ne pouvait pas vraiment dire qu'elle tenait bien l'alcool. Manque d'habitude très certainement, elle faisait toujours attention à son alimentation pour garder un corps dans le meilleur de sa forme, et l'alcool était une exception, une entorse au mode de vie qu'elle s'imposait. Elle attrapa un petit four sur le bar et le grignota tout en observant Alex.

    « Alors, tu as passé de bonnes vacances ? J'espère que tu as bien profité d'être loin d'Ombrage pour te faire plaisir, on e risque pas de trouver beaucoup d'occasions de se faire plaisir dans les jours à venir... »

    Elle sourit d'un air mutin, et fit signe à un de ses camarades de Poufsouffle de rapprocher le saladier de punch d'eux. Cette personne le fit en passant et les regarda avec insistance, comme s'il essayait de saisir quelque chose qui échappait complètement à Carlie. Son compagnon de Poufsouffle lui fit les gros yeux, clairement désapprobateur, et passa son chemin. La jeune femme haussa un sourcil interrogateur, avant de leur resservir un verre de punch à tous les deux. A ce rythme là, il allait bientôt falloir qu'ils se rabattent sur autre chose à boire. Ce punch se buvait comme de l'eai ! Elle reporta son attention sur Alex, qui semblait légèrement excédé par l'attitude du blaireau qui venait de les regarder de travers.

    « Il n'avait pas l'air de te porter dans son cœur... Serais-tu un criminel ? A moins qu'il ne soit le meilleur ami de ta copine... »

    Elle avait dit cela en riant et pour détendre l'atmosphère. A vrai dire, elle s'en fichait, il pourrait être le fils caché du professeur Rogue, ça ne changerait rien pour elle. Ce serait seulement différent s'il était le fils caché d'Ombrage, parce que ça, elle ne pourrait le supporter. Mais il n'avait aucune ressemblance avec le crapaud donc il n'y avait aucune raison de s'inquiéter à ce sujet. Et si effectivement il n'était pas célibataire, ils pourraient quand même discuter sagement, elle ne lui sauterait pas dessus, ce n'était pas son genre. Et il lui semblait tellement incroyable qu'une gueule d'ange comme la sienne soit libre, qu'elle préférait se rabattre sur sa deuxième hypothèse. Elle but une nouvelle gorgée de punch, en souriant d'un air mutin.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Ven 1 Aoû 2014 - 1:04

Alors qu'il attendait qu'elle se présente à son tour - ce dont il ne doutait pas, il était évident pour le Serpentard qu'elle n'allait pas résister à son charme naturel - il l'observa, détaillant son visage mais aussi sa tenue - et surtout son corps, hein, c'est un mec, faut pas l'oublier. Ces traits, ces yeux... ils lui disaient vaguement quelque chose... L'avait-il déjà croisée, avaient-ils des cours en commun ? Si c'était le cas, il se demandait combien il avait bien pu se débrouiller pour ne pas la remarquer. Car à ses yeux, elle était magnifique, éblouissante, resplendissante. Bon, on ne savait pas trop si c'était Alex ou l'alcool qui avait ces pensées-là, mais en tout cas, elle lui plaisait beaucoup. Puis soudain, elle consentit enfin à lui répondre, et elle n'avait pas l'air très réticente à donner son nom à un inconnu. Il n'y avait pas de quoi avoir peur avec Alex, de toute façon... Peut-être...

- Carlie Peters. Enchantée Alexander ! Et... Vu comment tu as descendu ton punch tout à l'heure j'imagine qu'il est bon, j'accepte donc ta proposition avec plaisir.

Oooh, Carlie Peters, quel joli nom. Si poétique, si harmonieux, autant que ses courbes généreuses, ahem. Ne nous égarons pas. Ainsi donc, elle s'appelait Carlie. Ce nom lui disait vaguement quelque chose, mais le punch l'empêchait de réfléchir. Ou plutôt, il n'avait pas réellement envie de se rappeler s'il l'avait déjà rencontrée, il valait mieux se concentrer sur l'instant présent, et en particulier sur la ravissante créature qui se trouvait devant lui, toute disposée à parler, ouverte à de multiples possibilités. Nous parlons bien sûr de discussion. L'alcool ferait le reste ensuite. Ahem. Une fois qu'elle eut fini de parler, elle lui fit un clin d'oeil. Alex se contrôla pour ne pas s'effondrer. Cette fille lui faisait vraiment de l'effet, rien que par son regard et son attitude. Et le son de sa voix... Doux, calme, serein... Pas une fille qui gloussait comme une dinde, ou qui criait pour se faire remarquer, non... De toute façon, cette Carlie là n'avait pas besoin de ça pour ne pas passer inaperçue, son charisme faisait tout et devait sûrement attirer bon nombre d'hommes. Mais ce soir, elle était sienne, c'était son territoire, et personne n'y mettrait les pieds. Ou autre chose. Bref.

Après cette brève présentation, ils trinquèrent enfin ensemble, et se mirent à discuter. Alex n'était du genre très ouvert en général, mais ce soir, il se sentait pousser des ailes (et pourtant, il n'avait pas bu de Red*ull) et un peu plus libéré. Bon, il n'irait pas jusqu'à dévoiler ses plus lourds secrets ni son passé, mais il serait beaucoup moins réservé qu'en temps normal. Qu'elle en profite la petite Carlie, peut-être que cette attitude ne durera pas longtemps. Elle lui demanda ce qu'il avait fait pendant les vacances. Il songea à la colonie. Ah cette colonie... Si tu y avais été, elle en aurait été beaucoup plus intéressante ! Non, ce n'était pas le moment de sortir cette phrase. Enfin, pas tout de suite ! Il la réserva de côté et se promit de la réutiliser plus tard. Ou peut-être qu'il n'en aurait pas besoin. A voir !

- On va dire que oui, mais la fin des vacances sera davantage intéressante que le reste, sans aucun doute.

Un léger clin d'oeil, et le tour était joué. Il espérait qu'elle remarquerait l'allusion, après tout, ce n'était pas comme s'il s'était retenu. Puis, alors qu'il continuait à l'observer, il la vit faire un signe à un garçon, qui s'approcha d'eux. Il fronça les sourcils. Qui était ce mec ? De quel droit venait-il les interrompre, quand bien même Carlie l'avait appelé ? Il devait pourtant savoir qu'on ne pouvait décemment pas déranger Alexander Foster en pleine chasse. Il posa son regard sur lui, et immédiatement, quand le jeune homme vit Alexander, il fit les gros yeux, comme s'il se demandait pourquoi Carlie était en train de lui parler. Il sourit très légèrement et se redressa, bombant le torse. Ce garçon savait très clairement qui il était, et Alex en fut particulièrement fier. Il s'éloigna ensuite, laissant une Carlie légèrement en proie aux doutes, qui lui posa alors cette question.

- Il n'avait pas l'air de te porter dans son cœur... Serais-tu un criminel ? A moins qu'il ne soit le meilleur ami de ta copine...

Il ne put s'empêcher de rire. Cette fille était incroyable. Pleine de ressources. Autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Mais SURTOUT à l'extérieur. Ahem, reprenons-nous. Que répondre à cette question... Bien évidemment que non, il n'était pas un criminel... Bon, il avait déjà martyrisé quelques élèves ici et là, mais de là à parler de criminel... A moins qu'on ne considère un bourreau des coeurs comme un criminel ? Là, il plaidait coupable. Pas de quoi en être fier, mais le Serpentard avait mis un point d'honneur à profiter de sa jeunesse et des merveilleuses choses que la vie mettrait sur son passage, lui qui n'avait pas été très gâté pendant son enfance. Alors, qu'il en profite ! Et ce soir semblait être une merveilleuse opportunité. Et puis, la jeune fille aborda un tout autre sujet... Une éventuelle petite amie. Alex ne pût réprimer un autre sourire, cette fois, beaucoup plus large, et beaucoup plus intéressé. Etait-ce une technique pour savoir si le jeune homme était pris ou non ? En tout cas, c'était ainsi qu'il l'interpréta. Il s'approcha un peu plus d'elle, et plongea son regard dans ses yeux verts. Ils étaient vraiment magnifiques. Envoûtants.

- Il est peut-être jaloux parce que j'ai réussi à attirer ton attention... Et lui, est derrière le bar, à devoir rapprocher un saladier de punch pour que tu le remarques... Oui, je pense que ça doit être ça...

Une petite pause, le temps de reprendre une inspiration.

- En ce qui concerne le meilleur ami de ma copine... peut-être que j'en ai une, peut-être pas... Ca changerait quelque chose ? Tu refuserais de m'adresser la parole si je te disais que je n'étais pas un homme libre ? Ou, au contraire, me trouverais-tu moins intéressant si je te disais que je n'avais personne dans ma vie ? Quelle est la chose qui te conviendrait le plus, Carlie Peters ? termina-t-il, dans un murmure.

Un autre clin d'oeil. Elle ne pouvait pas résister, elle était obligée de craquer. Malgré tout, il devait avouer que cette fois, et par rapport à toutes les autres filles qu'il avait connues et séduites, Carlie avait quelque chose de différent. Comme s'il y avait vraiment autre chose que son physique parfait, et que son visage d'ange. Non, il y avait quelque chose de plus profond en elle... Nous parlons évidemment de personnalité. Et c'était cela qui attirait le Serpentard comme une abeille attirée par du miel. Bzz bzz bzz. Et cela allait rendre la soirée particulièrement intéressante. Il attrapa de nouveau son verre, en but une petite gorgée, désireux de garder tout de même toute sa tête afin de ne pas se retrouver sans la maîtrise de son corps.

- Alors... Carlie. Parle-moi un peu de toi...  Ce que tu aimes dans la vie, ce que tu détestes... Est-ce que tu as un chien, un chat, une chouette, un petit copain, une petite copine, des enfants... Je veux tout savoir !

A ce moment précis, il ne savait pas où cette discussion les mènerait. Bon, il en avait une petite idée, mais rien n'était fait, Carlie ne semblait pas non plus être une fille facile qui se laissait séduire et embarquer dans des aventures folles et rocambolesques. Cela rendait le challenge encore plus excitant. Aussi excitant que Carlie. Ahem. En tout cas, cette soirée était prometteuse.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Ven 1 Aoû 2014 - 15:05

    Elle lui avait demandé s'il avait passé de bonnes vacances, une façon comme une autre d'entamer la conversation. Une chose à laquelle elle n'était pas spécialement douée. Avec les gens qu'elle connaissait, ça venait toujours naturellement, mais avec les étrangers, il lui fallait un moment pour se dérider et pour gagner en aisance. Par chance, ils se rencontraient à une fête, les dés étaient donc pipés, l'ambiance et l'alcool aidant. Elle ne pouvait détourner son regard d'Alex bien longtemps. Il était à son goût et elle regrettait de ne pas l'avoir rencontré plus tôt. Ou du moins de ne pas avoir fait attention à lui plus tôt.

    « On va dire que oui, mais la fin des vacances sera davantage intéressante que le reste, sans aucun doute. »

    Carlie crut défaillir suite à son clin d’œil. Et son cerveau s'emballa, faisant mille supputations à la seconde. La fin des vacances... Elle étaient quasiment terminées. Il ne voulait pas parler de cette soirée, si ? Parler d'elle ? Non, elle ne pouvait pas y croire, elle se faisait des idées. Et si, après tout, c'était ce à quoi il pensait ? Est-ce que cela la dérangerait ? Non, pas si elle se fiait à la chaleur qu'elle sentait se répandre dans son corps à cet instant précis. Mais il avait de l'assurance, les mots justes, comme s'il savait comment s'y prendre pour faire tomber une fille dans ses bras. Et généralement elle évitait ce genre de mec, elle ne voulait pas être un nom sur une liste, une conquête de plus sur un tableau de chasse. Mais elle pourrait peut être faire une exception avec Alex, si c'était bel et bien la raison qui l'avait poussé à venir lui parler. Et si c'était ce qu'il sous entendait dans sa phrase... Elle avait besoin d'une nouvelle rasade de punch pour faire taire son cerveau, si elle continuait à trop réfléchir elle allait exploser, et elle n'était pas certaine que le jeune homme aimerait beaucoup avoir des morceaux de cervelles dans son verre. La scène qui se déroula l'aida encore mieux qu'une gorgée d'alcool pour oublier ces questions, surtout lorsqu'elle vit Alex bomber le torse, comme un gorille fier et défendant sa nourriture. Un peu plus et il allait laisser échapper un cri façon Tarzan dans la jungle... Elle lui avait alors demandé ce qui pourrait bien faire réagir son ami de Poufsouffle de la sorte, ce qui déclencha le rire du jeune homme. Qu'elle aimait son rire, si spontané, si vrai en cet instant. Entre son physique plus qu'avantageux, son rire et ses yeux dans lesquels elle voulait se perdre, il allait gagner son cœur qui s'emballait déjà. Il se rapprocha légèrement d'elle, comme pour lui faire une confession, et elle sentait son souffle qui se mélangeait au sien. Sa respiration s'accéléra légèrement, et un frisson la parcourut.

    « Il est peut-être jaloux parce que j'ai réussi à attirer ton attention... Et lui, est derrière le bar, à devoir rapprocher un saladier de punch pour que tu le remarques... Oui, je pense que ça doit être ça... »

    Certes, c'était une explication plausible, plus que sa théorie du criminel ou du fils caché de Rogue ou Ombrage... Ou même des deux ensemble tiens ! Mais non, ces deux là n'auraient pas pu avoir un fils aussi beau, aussi bien foutu, aussi délicieusement bon à regarder, avec un corps si bien entretenu qu'on a envie de le toucher, vérifier si ces muscles ne sont pas qu'une illusion... Hum reprenons... Elle décrocha son regard de celui du jeune homme, et parcourut son visage. Elle avait envie de le toucher, de voir s'il n'était pas qu'une illusion fabriquée par son imagination débordante, largement aidée par l'alcool qui faisait déjà lentement son effet. Elle s'arrêta une fraction de seconde de trop sur ses lèvres tandis qu'il reprenait son souffle, et elle se demanda ce que ça pourrait bien faire de l'embrasser. Que ressentirait-elle ? Et que dirait-il si elle le faisait là tout de suite ? Non elle ne pouvait décemment pas le faire... Si ? Non, non, non !!! On se calme Carlie et on se reconcentre. Il fallait encore résoudre la question de l'éventuelle petite amie. S'il était pris, elle ne s'aventurerait pas sur ce terrain dangereux, elle n'était pas comme ça. Il y avait suffisamment de garçons à Poudlard pour qu'elle trouve son bonheur. Oui, mais il n'y avait qu'un Alexander Foster... Elle retourna plonger dans son regard chocolat, ses yeux étant moins toxiques pour sa santé mentale que ses lèvres. Quoique...

    « En ce qui concerne le meilleur ami de ma copine... peut-être que j'en ai une, peut-être pas... Ca changerait quelque chose ? Tu refuserais de m'adresser la parole si je te disais que je n'étais pas un homme libre ? Ou, au contraire, me trouverais-tu moins intéressant si je te disais que je n'avais personne dans ma vie ? Quelle est la chose qui te conviendrait le plus, Carlie Peters ? » 

    Elle était suspendue à ses lèvres, n'osant même plus respirer. Ils n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, et son murmure l'hypnotisait. Il n'y avait plus qu'eux, le monde pourrait exploser autour d'eux elle ne s'en rendrait même pas compte... Et le nouveau clin d’œil d'Alex failli l'achever. Encore un peu et elle ne répondrait plus de rien. Non, elle devait se reprendre. Tout cela n'était peut être qu'un jeu et elle ne voulait pas être un pion. Elle n'était pas comme toutes les autres filles, elle avait plus de self-control que ça. Il allait devoir se battre encore un peu s'il voulait la faire tomber. Elle cligna des yeux, pour sortir de sa transe et plongea dans son verre pour retrouver contenance. Si seulement les battements de son cœur pouvaient ralentir et se faire plus discrets... Elle avait l'impression qu'il pourrait les entendre, qu'ils allaient la trahir. Elle termina son verre et adressa un sourire au jeune homme. Elle allait mûrir sa réponse, elle avait envie de jouer, même si elle était sûre qu'elle allait perdre. S'il voulait finir la soirée avec elle, il allait devoir la jouer finement, elle ne se laisserait pas avoir comme ça.

    « Alors... Carlie. Parle-moi un peu de toi...  Ce que tu aimes dans la vie, ce que tu détestes... Est-ce que tu as un chien, un chat, une chouette, un petit copain, une petite copine, des enfants... Je veux tout savoir ! »

    Elle aimait comment son prénom sonnait dans sa bouche... Elle sourit d'un air énigmatique. Elle n'était pas le genre de personne qui se livrait facilement. Enfin, les gens qui la connaissaient bien savaient tout d'elle, elle était assez expansive avec eux, mais pas avec les personnes qu'elle connaissait depuis une dizaine de minutes à peine, aussi charmantes et sexy soient-elles... Elle était un paradoxe sur pattes, elle le savait. Elle repêcha un fruit qui s'était égaré dans son verre et le porta à ses lèvres sans se départir de son sourire.

    « Je suis mariée à un homme de 50 ans et j'ai 3 enfants, Riri, Fifi et Loulou. Le dernier est né juste avant la rentrée, ce n'est pas évident de cacher un ventre rond à Poudlard. Je suis étonnée que tu ne m'aies jamais remarquée malgré cette énorme protubérance... Nous vivons d'ailleurs dans un ménage à trois, avec ma petite amie, qui est aussi la sienne quand je suis à Poudlard. Il ne faudrait pas que ce Monsieur se sente trop seul ! La polygamie c'est la vie, tu as déjà essayé ?»

    Elle rit tout en repêchant un second morceau de fruit. Elle s'amusait beaucoup, même si elle savait qu'elle n'était pas convaincante sur le coup. Mais elle ne se livrerait pas aussi facilement. Enfin, tant que l'alcool n'aurait pas délié sa langue... Elle se resservit mécaniquement un verre et remplit celui d'Alex par la même occasion. Elle ne faisait plus trop attention au nombre de verres qu'ils avaient bu, mais ce n'était pas grave, ça lui arrivait souvent quand elle était en aussi bonne compagnie.

    « Bon je plaisante. J'imagine que j'aspire à la même chose que tout adolescent de 16 ans : réussir mes Buses ! Et je suis actuellement en couple avec Siegfried. Nous avons une relation très fusionnelle, et il ne prend pas la tête. Tant qu'il a ses caresses et à manger tout se passe très bien ! »

    Elle lui adressa un clin d’œil, avant de siroter son verre de punch. Il pourrait croire que Siegfried était un beau jeune homme plutôt que son chat, la chute n'en serait que meilleure. Après tout, le Siegfried après lequel il était nommé était un Prince, ce n'était pas pour rien ! La jeune femme plongea de nouveau dans le regard chocolat de son interlocuteur, qui se faisait un peu plus vague à chaque verre qu'ils buvaient. Etait-ce lui qui luttait contre l'emprise de l'alcool, ou bien elle qui ne voyait plus très clairement ce qui l'entourait ?

    « Et pour répondre à ta précédente question, je me fiche de tout. Tu pourrais être le fils caché de Tu Sais Qui que ça ne me ferait ni chaud ni froid. Tu pourrais également avoir un harem qui t'attend chez toi que ça ne changerait rien non plus. Ce ne sont pas ce genre de choses qui m'empêcheraient de continuer à te parler ce soir. »

    Elle lui adressa un sourire éclatant. Elle venait de prendre légèrement ses distances, sous entendant qu'ils ne ferait peut être que discuter. Elle avait envie de jouer et de voir jusqu'où il était capable d'aller. Elle en apprenait plus sur les gens comme ça. Et elle ne doutait pas qu'il trouverait le challenge intéressant. Si effectivement il était un bourreau des cœurs comme elle le pensait, il lutterait dur pour attraper sa cible. Et la soirée n'en serait que plus intéressante, et l'issue que plus appréciable. Elle prit une nouvelle gorgée de punch, sans quitter les yeux du bel inconnu.

    « Et toi, Alexander Foster, qui es-tu ? Et si nous jouions à un jeu ? Une question chacun, obligation d'y répondre... Tout en restant le plus proche de la vérité bien évidemment. Allez, dis moi qu'elque chose sur toi ! »

    Elle haussa un sourcil interrogateur et plissa légèrement les yeux, comme si elle essayait de lire en lui, et éclata de rire. Oui, elle s'amusait beaucoup.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Sam 2 Aoû 2014 - 23:58

Même s'il semblait sûr de lui d'apparence, il n'avait pas envisagé le fait que Carlie se confie sur sa vie, alors qu'ils ne se connaissaient que depuis une dizaine de minutes. La plupart du temps, chaque fois qu'il usait de cette technique de drague, les filles restaient sur leur garde et attendaient un peu avant de se dévoiler. Mais encore une fois, il dût constater que la sublime créature qu'il avait devant lui n'était pas comme toutes celles qu'il avait connues. Encore une fois, elle l'étonnait. Il ne regrettait décidément pas d'être venu à cette soirée, et de l'avoir abordée.

Avant de répondre sérieusement à sa question, elle s'autorisa un petit moment de folie, et lui raconta qu'elle était mariée à un homme de 50 ans, qu'elle avait des enfants, et qu'elle était en ménage à trois... Wait, what ? Elle venait bien de dire "ménage à trois" ? Tout cela devenait plus qu'intéressant. Peut-être que la jeune Carlie était assez ouverte d'esprit, et d'ailleurs, pour envisager une expérience hors du commun... avec une autre fille évidemment, hein, notre cher Serpentard avait sa fierté et son orgueil, comme d'habitude ! Décidément, cette fille le faisait rêver. Puis, elle redevint un peu plus sérieuse, et parla même d'un certain Sigfried... Alex fronça légèrement les sourcils. Non, elle ne pouvait pas être accompagnée... encore moins d'un pauvre mec qui portait ce prénom, c'était impensable. Cette fille méritait un homme, un vrai, avec un nom reflétant la personnalité de quelqu'un de fort... Alexander par exemple, au hasard ! Puis, lorsqu'elle se mit à parler de caresses - il imaginait d'ailleurs la douceur des doigts de Carlie sur sa peau - et de nourriture, il comprit qu'elle parlait d'un animal de compagnie. Ouf, pas de concurrence, le champ était libre.

Tout en continuant à l'écouter avec attention, il reprit une gorgée de punch. Il ne savait plus trop à combien de verres il en était, il savait seulement qu'au bout d'un moment, ils se retrouveraient à court et qu'il fallait y remédier. Ne disait-on pas, sans alcool, la fête est moins folle ?

- Et pour répondre à ta précédente question, je me fiche de tout. Tu pourrais être le fils caché de Tu Sais Qui que ça ne me ferait ni chaud ni froid. Tu pourrais également avoir un harem qui t'attend chez toi que ça ne changerait rien non plus. Ce ne sont pas ce genre de choses qui m'empêcheraient de continuer à te parler ce soir.

A... parler ? Il fronça légèrement les sourcils, reprenant une gorgée de sa boisson pour se retenir de ne pas intervenir à ces mots. Elle ne pensait tout de même pas qu'Alex s'arrêterait à une simple discussion. C'était évident que non. Il avait envie de se rapprocher d'elle, physiquement parlant. Ses yeux se posèrent sur ses lèvres tandis qu'elle parlait, et il les trouva fort attirantes. Bon, il devait se ressaisir. Si elle pensait réellement se limiter à une simple conversation, il fallait qu'il fasse le maximum pour la faire changer d'avis, et espérer la conquérir. Et tous les coups étaient permis, surtout ce soir. Il retint néanmoins qu'elle ne l'avait pas repoussé tant que ça, puisqu'elle tenait à ce qu'ils continuent à se parler. Cela suffit à rassurer le jeune homme, et à le pousser à continuer sur sa lancée. Enfin, il ne fallait pas se lancer trop loin, ça pouvait faire mal si on oubliait de se rattraper. Bref. Il plongea de nouveau son regard dans celui de sa proie (<3), ses yeux envoûtants continuant de lui faire de l'effet. Il ne savait pas combien de temps il tiendrait ainsi, en se retenant de se rapprocher d'elle. Mais il le fallait. Il aimait particulièrement le jeu de séduction qui précédait le passage à l'acte, ce moment où, en général, bon, la plupart du temps, la fille craquait finalement à ses avances. Elle but une nouvelle fois, puis lui posa à son tour la même question.

- Et toi, Alexander Foster, qui es-tu ? Et si nous jouions à un jeu ? Une question chacun, obligation d'y répondre... Tout en restant le plus proche de la vérité bien évidemment. Allez, dis moi qu'elque chose sur toi !

Ainsi elle voulait jouer. Alex lui sourit franchement, un lueur de malice apparaissant dans ses yeux, et dans ceux de Carlie. Très bien, tu veux jouer, on va jouer ♪ vas-y baisse ton caleçon ♪. Que dire sur toi, Alexander Foster, qui attiserait la curiosité de Carlie Peters ?

- Très bien... Alors, voyons...

Il posa sa main sur son menton, faisant mine de réfléchir, les yeux levés au ciel. Puis, il les reposa sur ceux de Carlie, qui semblait dans l'expectative et impatiente d'en savoir davantage sur le magnifique Dom Juan qui se trouvait en face d'elle (oui Alex aimait se lancer des fleurs de temps en temps). Il lui sourit à nouveau, jouant de ses charmes.

- J'ai une chouette qui s'appelle Lyra, qui m'accompagne depuis mes 11 ans, et le plus souvent...

- Ooooh, Aleeeex !

Le Serpentard tourna la tête, en entendant son prénom. Fonçait droit sur lui une grande blonde, 1 mètre de jambes, poitrine mise en avant par un robe moulante et décolletée, et aussi très courte... Des cheveux parfaitement coiffés, un maquillage quelque peu exagéré... Mais le tout ensemble rendait plutôt bien. Alex la connaissait parfaitement pour être sorti plusieurs fois avec elle, et ils se revoyaient de temps en temps, à l'occasion de soirées comme celles-ci. Elle se précipitait vers lui, et quand elle arriva à leur hauteur, elle attrapa le bras du Serpentard et d'un ton enjoué :

- Oh, c'est géniiiiiiial que tu aies pu venir !!!! Viens, il faut que je te présente quelqu'un !!!!

Alex n'eut pas vraiment l'occasion de refuser, et fut entraîné, contre son gré (oui vraiment!!!), par la grande blonde à l'autre bout de la salle. Alex lança un regard désolé en direction de Carlie, qu'il laissa seule au bar. Il fallait vraiment qu'elle arrive à ce moment-là, précisément. Il espéra qu'elle serait assez patiente pour l'attendre jusqu'à ce qu'il revienne, et qu'elle n'allait pas croire qu'il l'avait plantée là, comme s'il l'avait abandonnée parce qu'elle l'ennuyait. Alors que pas du tout !

Cela faisait un quart d'heure qu'il était assis à un canapé du fond de la salle, aux côtés de la grande blonde. Elle avait tenu à le présenter à un chanteur connu de Londres - mais Alex ne le connaissait ni d'Eve ni d'Adam (et en plus, il n'était pas tout nu) - alors il faisait ce qu'il pouvait pour ne pas vexer son ex-conquête... mais il n'avait pas aucune envie de rester. Non, il avait envie d'être ailleurs, en ce moment même. Il avait envie de rejoindre Carlie, celle qui avait réussi à éveiller son intérêt, et pour une fois, cet intérêt n'était pas que physique. D'ailleurs, son regard se perdait souvent en direction du bar, où Carlie se trouvait toujours. Elle n'avait pas l'air d'avoir pris la nouvelle avec joie, puisqu'elle ne souriait plus autant que quelques minutes auparavant, et évitait soigneusement de regarder le Serpentard. Elle devait avoir mal interprété la situation... Il espérait qu'elle ne perdrait pas patience avant et qu'elle s'en irait. Il essayait de capter son attention, mais rien à faire, elle était concentrée sur son verre, et surtout... Elle était en train de discuter avec l'autre imbécile de tout à l'heure. Alex bouillait. Vivement que la grande blonde lui lâche les baskets et qu'il puisse retrouver sa belle. Et virer cet espèce d'abruti.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 3 Aoû 2014 - 12:49

    Elle était détendue, l'alcool commençait joyeusement à faire son effet et Alexander était de bonne compagnie. Sa réserve tombait lentement, mais sûrement, même si elle parvenait encore à garder toute sa tête. Elle était dans un flou joyeux, mais elle s'en fichait. Elle avait voulu jouer, elle risquait de se brûler les ailes avec Alex, mais tant pis. Un sourire éclatant éclaira le visage du jeune homme, effaçant toute trace du doute qui s'était apparemment insinué en lui après qu'elle ait suggéré ne vouloir que parler ce soir. Un point pour elle, elle avait eu raison. Ils étaient actuellement sur la même longueur d'onde, prêts à se lancer à corps perdu dans le jeu, prêts à se découvrir un peu plus. Il fit mine de réfléchir et Carlie ne put s'empêcher de rire face à se comportement. Elle avait envie d'en savoir un peu plus sur cet inconnu, qu'il devienne autre chose qu'un étranger. Ils semblaient bien s'entendre, mais quand on découvre le fond d'une personne, les cartes peuvent être redistribuées. La dure loi de la vie.

    « J'ai une chouette qui s'appelle Lyra, qui m'accompagne depuis mes 11 ans, et le plus souvent... » 

    Le plus souvent quoi ? Et c'était quoi ce cri perçant qui se rapprochait d'eux ? Elles se retourna vers la source du bruit et se retrouva nez à nez avec une blonde splendide, gigantesque et terriblement bien foutue... qui semblait bien familière avec Alex. Ainsi donc il était pris, et ça devait être la petite copine... La Poufsouffle se renfrogna à sa vue et plongea dans son verre. Elle s'était faite avoir comme une débutante, Alex semblait bien s'amuser avec elle pourtant... Elle qui était tout le contraire physique de cette espèce de pétasse blonde. Il avait probablement du vouloir jouer, et c'était elle qui se retrouvait dans la position de la proie. Youpi. La blonde entraîna Alex plus loin, et ce dernier se permit tout de même de lui adresser un regard d'excuse. Il ne faisait pourtant pas grand chose pour se retenir d'être happé par la girafe blonde. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle la détestait déjà. Carlie resta au bar, enchaînant les verres de punch, discutant avec les uns, rigolant avec les autres. Elle sentait le regard d'Alexander dans son dos, mais elle ne voulait pas l'affronter. Le voir assis avec cette blonde et ce je-ne-sais-qui qui se prenait pour une star la faisait enrager. Un quart d'heure était passé, et elle ne savait toujours pas ce qu'elle faisait encore ici à l'attendre. Peut être un mince espoir de le voir revenir vers elle ? « Ma pauvre fille, tu es trop naïve »

    Elle jouait avec les fruits restés dans son verre lorsqu'un plateau se posa vivement à côté d'elle. La jeune femme releva la tête et la tête du Poufsouffle de tout à l'heure apparut dans son champ de vision.

    « Tu devrais manger un peu ou tu vas finir complètement saoule... Et tu ferais mieux d'arrêter de l'attendre, il n'en vaut pas la peine. » dit-il en se retournant vers le canapé où étaient installés Alex et la blonde.

    Elle haussa un sourcil tout en piquant un petit four. Elle n'avait pas mangé grand chose de la soirée, et il avait raison. D'ailleurs, elle n'arrivait même plus à se souvenir du prénom de ce garçon... Un nom peu commun... Ils étaient dans la même maison depuis 5 ans, et elle ne l'appréciait pas beaucoup. Trop grande gueule pour ainsi dire. Ha voilà, Zacharias Smith. Personne ne l'aimait beaucoup d'ailleurs, si on en croyait les bruits qui couraient. Elle piqua un nouveau biscuit qu'elle grignota lentement, pensive, tandis que Smith s'accoudait au bar à côté d'elle.

    « Pourquoi tu dis ça ? Tu le connais ? »

    Le Poufsouffle ouvrit des yeux ronds en la regardant comme si elle était une demeurée. Etait-elle donc la seule à ne pas savoir d'où sortait cet Alexander Foster ? Et qu'avait-il de si terrible pour qu'on la regarde de travers parce qu'elle parlait avec lui ?

    « Alexander Foster, un Serpentard comme tous les autres. Son grand jeu c'est martyriser les petits Gryffondors et autres. Tu sais le genre de mec qui se prend pour un sang pur alors qu'il n'en est même pas un... Tu es une Poufsouffle, il n'en aura rien à faire de toi. Attention à toi Carlie, tu mérites mieux que ça. »

    Elle leva les yeux au ciel face à ces arguments et à son ton dédaigneux. Ridicule. Elle avait toujours été dépassée par ces luttes vis à vis du sang de chacun. Pires que des castes ces histoires là. Et puis les luttes entre les maisons, elle en avait assez. Forcément on arrivait à des guerres quand on passait son enfance à lutter les uns contre les autres, c'est ancré trop profond en certains pour qu'une fois adultes ils grandissent. C'était pitoyable.

    « Tu sais, avec les brutes il suffit parfois d'être du bon côté de la barrière. Mieux vaut être leurs amis que leurs ennemis, et si j'étais toi je ferais attention. »

    Elle but une nouvelle gorgée de punch et se resservit un verre. Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle s'entêtait à défendre le Serpentard, mais elle pensait sincèrement que Zacharias ne valait pas mieux, et était probablement même pire. Elle jeta un coup d’œil furtif vers Alex et sa copine, et vit qu'il regardait vers eux, l'air légèrement effarouché. Tiens donc, il n'était pas content qu'elle discute avec Smith ? Elle allait le faire bisquer un peu plus. Non, ils n'avaient pas fini de jouer, et vu la tête qu'il faisait à l'idée de rester avec la géante blonde, elle avait peut être encore une chance... Elle servit donc un verre de punch à Zacharias et lui adressa un sourire charmeur. Elle n'en revenait pas d'essayer de rendre jaloux un type qu'elle ne connaissait pas avant d'arriver à cette soirée. L'alcool et elle ne faisaient vraiment pas bon ménage. Elle eut un pincement au cœur en pensant que Zacharias serait probablement un dommage collatéral de cette affaire, mais tant pis. Il était suffisamment imbuvable pour que quelqu'un lui rende un jour la monnaie de sa pièce. Et elle n'arrivait plus à penser logiquement, elle s'excuserait demain si elle lui causait trop de torts. Enfin... Si elle s'en souvenait. Carlie se pencha légèrement vers lui sans se départir de son sourire.

    « Mais visiblement tu sembles mieux savoir que moi ce qui est le mieux pour moi, donc je t'écoutes Zacharias. »

    Et le Poufsouffle se lança dans une description dont elle n'écoutait qu'un mot sur deux. Elle flirtait ouvertement avec un de ses camarades de maison pour rendre jaloux un Serpentard. Voilà qui ne plairait à personne... Mais en même temps elle n'avait pas à se justifier... Elle essaya de se concentrer un peu mieux sur les paroles de Smith, mais l'alcool lui faisait tourner la tête, embrouillant ses idées. Elle picora de nouveaux petits fours, tentant de retrouver contenance. Et ça faisait du bien. Elle parvenait même à saisir des bribes du monologue de Smith, trop occupé à s'envoyer des fleurs pour remarquer qu'elle ne l'écoutait pas. Parce que oui, bien évidemment, il était convaincu d'être le genre d'homme qu'il lui fallait... Pourquoi fallait-il toujours que les garçons agissent ainsi ? Elle ne quittait cependant pas son regard qui devenait de plus en plus vitreux à mesure qu'il descendait le saladier de punch, faisant semblant de boire ses paroles. « Vivement qu'il termine... Et en plus il n'y a plus d'alcool pour me permettre de l'oublier... » Elle laissa échapper un éclat de rire, excédée par l'absurdité de la situation. Et l'autre abruti se regonfla, persuadé qu'elle avait ri à l'une de ses blagues, ou qu'elle tombait sous son charme, ou... Elle n'en savait rien à vrai dire...

    « Oh, mais ton verre est vide ! Tiens, maintenant que tu as mangé tu peux continuer... Oups, il n'y a plus de punch... »

    Elle n'avait pas besoin d'une baby-sitter... Elle jeta un coup d’œil à l'horloge murale et s'aperçut que le monologue du jeune homme avait duré près d'une demie-heure ! Qu'est-ce qu'il pouvait s'aimer celui-là... Et Alexander était toujours dans son coin... Le punch n'était pas très fort, et elle commençait à avoir de nouveau les idées claires... Mais elle ne pourrait pas supporter Smith bien longtemps s'il continuait dans sa lancée (pourvu que lui se soit lancé trop loin et qu'il s'écrase violemment contre un mur!). Il saisit sa main, et avant même qu'elle ait eu le temps de comprendre son geste, il la regarda avec un sourire éblouissant.

    « Et si on allait chercher autre chose à boire ? On ne va pas rester là à discuter sans pouvoir se réhydrater non ? »

    La jeune femme acquiesça en souriant. Zacharias lui adressa un clin d'oeil appuyé, probablement ravi de trouver une occasion de se retrouver seul avec elle. « Par le caleçon à cœurs de Merlin... Qu'est-ce que j'ai fait ? » Elle se contenta de sourire platement, cherchant un placard à balais où enfermer Smith pour le reste de la soirée. Mais elle n'eut pas le temps de se lever complètement qu'elle se retrouva face à un Alexander qui semblait complètement excédé... Finalement, il la sauverait peut être de cet enfer dans lequel elle s'était engouffrée ?


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 3 Aoû 2014 - 15:51

" Et tu sais, il a fait une grande tournée dans tout le pays, avec toujours plus de monde pour l'accueillir et l'acclamer, oh, si tu savais, ça fait rêver "

Alexander était à bout, il n'en pouvait plus. Elle semblait particulièrement passionnée par la vie de ce chanteur inconnu du grand public et se complaisait dans le récit de ses aventures. Le chanteur n'avait pas l'air très loquace, puisqu'il n'avait pas ouvert la bouche depuis qu'Alex était arrivé, et ne faisait qu'acquiesçer poliment quand la grande blonde s'adressait à lui. Le Serpentard jeta un regard désespéré en direction de Carlie qui était plongée dans une discussion avec l'autre imbécile de Poufsouffle... Oui, il l'avait reconnu, à force de le fixer depuis l'autre bout de la salle. C'était Zacharias Smith... Un abruti de première. Déjà qu'il ne le supportait pas en temps normal, mais le voir parler avec Carlie attisa sa haine envers lui. Mais que pouvait-elle bien lui trouver d'intéressant à ce mec ? Un petit blond, tout chétif, sans charisme, sans personnalité... Non vraiment, elle n'était pas aussi désespérée que ça... Si ? Si c'était le cas, elle tomberait bien bas... Ou alors, essayait-elle de le rendre jaloux ? Essayait-elle de le faire regretter de l'avoir laissée là au bar ? Il ne la connaissait pas assez pour envisager cette éventualité...

La grande blonde le sortit de ses pensées. Elle avait posé sa main sur la jambe du Serpentard, et s'était penchée vers lui, avec un grand sourire charmeur, lorsque le "chanteur" s'était levé pour aller discuter avec d'autres personnes. Alex posa son regard sur elle, et il vit dans les yeux de son ex ce qu'il voyait le plus souvent quand il se retrouvait seul avec elle : de l'envie. Elle se rapprocha de son oreille, et commença à lui sussurer des choses, lui rappelant notamment les bons moments qu'ils avaient pu passer tous les deux à l'époque, et toutes les choses qu'elle avait apprises depuis et qu'elle rêvait de montrer au Serpentard... Alex ne pût s'empêcher de sourire, amusé par la prestation de la grande blonde, qui faisait de son mieux pour tenter de le reconquérir à nouveau. C'est vrai, ils avaient toujours eu tous les deux de bons souvenirs ensemble, sans prise de tête, sans se rendre des comptes, juste en profitant de l'instant. Après tout... n'était-ce pas ce qu'il cherchait la plupart du temps ? C'était tellement plus simple... Il fut presque sur le point de céder à la tentation de l'embrasser, lorsque son regard se posa sur Carlie. Et l'autre con. De là où il était, il vit Smith tenter d'entraîner la jeune fille quelque part... et Carlie n'eut pas l'air de refuser. Non c'était impensable. Non, il ne fallait pas qu'il la laisse partir, au risque de la perdre définitivement. A ce moment précis, et il n'aurait su dire pourquoi, il considéra qu'elle était plus importante que n'importe quelle autre fille présente ici, ex ou pas. Il y avait quelque chose qui l'intriguait chez Carlie, et il devait le découvrir. Et s'il se permettait de se lâcher avec la grande blonde, il le regretterait amèrement. Il repoussa alors son ex conquête, prétextant une excuse bidon pour ne pas avoir à se justifier sur son refus de profiter de la soirée avec elle. Il se leva d'un coup, et put sentir son regard furieux peser sur son dos. Tant pis. Elle s'en remettrait. Qu'elle aille voir son chanteur de citrouille. Il arriva d'un pas décidé aux côtés de Carlie et de Smith, et s'interposa entre eux deux, se tourna vers Smith, les bras croisés, sûr de lui.

- Déguerpis, avant qu'il ne soit trop tard.

Smith lâcha un petit rire. Il se mit debout devant le Serpentard, essayant de le dominer, mais... déjà il était plus petit, et faisait très gringalet à côté d'Alex. Un jeu d'enfant pour celui-ci. Il tenta tant bien que mal de se donner un air sûr de lui, mais Alex savait que ce n'était qu'une façade, et qu'il l'effrayait plus qu'il ne voulait le montrer.

- Et quoi, Foster ? Tu penses que tu peux empêcher Carlie de me suivre ? Après tout, c'est toi qui l'as lâché, pour aller rejoindre l'autre bécasse. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même !

- Mêle-toi de tes affaires, petit con. Elle est assez grande pour décider de ce qu'elle veut faire, mais je suis quasiment sûre qu'elle préfère de loin ma compagnie à la tienne... Regarde-toi, vermine. Tu l'ennuies profondément, pourquoi crois-tu qu'elle tire cette tête ? Au moins, avec moi, elle souriait...

Un sourire arrogant se dessina sur les lèvres de Smith, légèrement décontenancé. Peut-être s'était-il rendu compte qu'Alex disait la vérité, et qu'elle s'ennuyait à mourir avec lui ? En tout cas, c'est ce qu'Alex espérait. En tout cas, c'était vrai. Il avait remarqué que Carlie avait eu l'air beaucoup plus joyeuse quand ils discutaient tous les deux que maintenant qu'elle s'était retrouvée seule avec Smith. Un fait qui rassurait le Serpentard : elle avait de loin préféré le moment passé avec lui qu'avec ce Poufsouffle. Et Smith semblait effectivement faire le rapprochement.

- Ce n'est que partie remise, Foster. Ne crois pas que tu as gagné quoi que ce soit. Elle n'est pas un objet ! dit-il, comme s'il était un homme bien, plein de morale et de principes. Son ton était loin d'être naturel, en tout cas.

Il lança un regard plein de reproches à Carlie, toisa Alex, et s'éloigna. Satisfait, celui-ci le suivit des yeux, un air mesquin dans le regard, jusqu'à ce qu'il disparaisse de sa vue. Puis, victorieux, il se tourna vers Carlie, tout sourire. Mais lorsqu'il vit son visage, son air énervé, il perdit presqu'aussitôt sa bonne humeur.

- Hum... J'ai l'impression que tu m'en veux... Qu'est-ce qu'il y a ?

Oui Alex, continue, provoque-là, elle n'a pas l'air assez énervée là. C'était clairement le genre de phrase à ne pas sortir si l'on ne voulait pas agacer davantage son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 3 Aoû 2014 - 17:38

    Alex était arrivé à sa rescousse, comme un preux chevalier en armure, et il entama une joute verbale avec Smith, qui semblait malgré tout intimidé par le Serpentard. Elle avait réussi à dégager sa main de celle du Poufsouffle et elle resta installée à sa place, en retrait, à les observer. Une part d'elle était plus que ravie d'être sauvée des griffes de Smith, mais l'autre part était furieuse envers Alex. Mais elle devait reconnaître que leur petite dispute était des plus intéressantes (toujours agréable de voir deux hommes se battre pour sa petite personne, hein ?), et un léger sourire flottait sur son visage. Elle picorait encore quelques petits fours, retenant une envie de rire, satisfaite de voir Zacharias se faire moucher par Alexander. Il n'avait que ce qu'il méritait. Ou pas... Elle n'en savait plus rien. Et lorsqu'Alex parla du moment qu'ils avaient passé tous les deux, qu'elle avait largement préféré sa compagnie à celle du Poufsouffle elle se renfrogna. Oui il avait raison sur ce point, mais c'était LUI qui l'avait abandonnée pour aller flirter avec une pétasse blonde. LUI qui l'avait faite poireauter pendant plus d'un quart d'heure et encore LUI qui l'avait ainsi pratiquement poussée dans les bras de Smith. Enfin non, ça c'était son choix à elle, par défaut bien sûr, mais c'était quand même de SA faute à LUI ! Elle n'aurait pas eu à essayer de le rendre jaloux s'il était resté avec elle... Citrouille, c'était donc bien ce qu'elle était en train de faire... Elle croisa les bras sur sa poitrine, continuant à observer les deux garçons, et Smith semblait être à court d'arguments pour battre Alex à ce petit jeu... Il finit par partir, en insistant bien sur le fait qu'elle n'était pas un objet. Bien qu'elle lui soit reconnaissante de le rappeler, elle leva les yeux au ciel, passablement énervée. Quel acteur celui là... Et s'il comptait encore se battre pour l'avoir, il allait devoir s'accrocher.

    Alex se tourna finalement vers elle, un grand sourire éclairant son visage, heureux comme s'il venait de gagner la guerre. Mais Carlie n'était plus d'humeur à sourire. Ni à rire. Ni à rien du tout en fait, et il l'avait senti. « Tant mieux mon coco, prépare toi à sortir les rames ».

    « Hum... J'ai l'impression que tu m'en veux... Qu'est-ce qu'il y a ? » 

    Carlie se leva et chancela légèrement sur ses talons. Elle se rattrapa à Alex pour ne pas tomber. Sa tête tournait terriblement. Elle recouvra néanmoins rapidement ses esprits et lâcha précipitamment le bras du Serpentard. Comment osait-il poser une question comme celle-là ? Comme s'il ne savait pas déjà ce qui n'allait pas ? Elle était énervée par la situation, et encore plus en colère contre elle même. Elle n'avait aucun droit sur lui, elle n'avait pas à se sentir ainsi vis à vis de lui. Il était libre de sortir avec qui il voulait, ils ne se connaissaient que depuis une petite heure après tout ! Elle ferma les yeux un instant, croisant de nouveau les bras sur sa poitrine, avant de les rouvrir pour les plonger dans ceux d'Alex. Elle pouvait lire à quel point il était perplexe, et elle s'en voulait...

    « Merci d'être venu, c'est très sympa de m'avoir sauvée. »

    Arf, si seulement elle pouvait gommer ce ton ironique dans sa voix... Elle n'allait certainement pas arranger les choses en agissant ainsi...

    « Mais je crois que ta copine t'attend, tu devrais aller la retrouver... »

    Encore ironique, un peu trop agressive, un peu trop jalouse. Parce que finalement c'était ça. Elle s'atit imaginée un instant à la place de cette blonde, et elle était jalouse de cette fille. Jalouse de ce qu'elle avait, jalouse de son apparence, jalouse de son assurance. Et elle n'en était pas fière... Elle passa à côté d'Alex, bien décidée à aller chercher quelque chose à boire. Qu'il la suive s'il en avait envie, elle avait besoin de se calmer. Elle fit quelques pas avant de poser une main sur le mur à côté d'elle. Le monde tournait autour d'elle et son énervement n'arrangeait pas les choses. C'était même pire... Elle s'adossa au mur avant de fermer les yeux et pousser un profond soupir. Si seulement tout pouvait arrêter de tourner autour d'elle... Elle rouvrit les yeux et ils se posèrent sur Alex, qui se trouvait en face d'elle.

    « Finalement, ça change quelque chose que tu sois ou non avec une fille... Donc si la girafe blonde est ta copine, tu ferais mieux d'aller la retrouver, je n'ai pas à me mettre entre vous. Sinon, tu fais ce que tu veux. Mais ne me demande pas ce qui ne va pas après m'avoir abandonnée pendant près de trois-quarts d'heure, pour revenir ensuite comme une fleur. Je ne revendique aucun droit sur toi, si ce n'est un minimum de respect. Maintenant, si tu veux bien m'excuser, j'ai besoin d'aller chercher quelque chose à boire. »

    Il était trop proche d'elle, elle devait s'éloigner. Sa colère commençait à s'apaiser, et si elle restait face à l'influence de son regard chocolat, elle était certaine de ne plus répondre de rien dans les minutes qui suivaient. Elle se déroba donc et reprit son chemin, cherchant le moindre indice d'un endroit où elle pourrait trouver des bouteilles. Elle avait eu une terrible envie de l'embrasser l'instant d'avant, il lui plaisait, elle mentirait si elle osait le nier. Mais tant que cette histoire n'était pas plus claire dans son esprit, elle ne pouvait rien faire. Seulement prendre la fuite. Non sérieusement, elle ne ferait pas le poids face à la géante blonde si elles en venaient aux mains, tout a parce que Carlie aurait embrassé le petit ami de cette fille.Elle allait se faire lamentablement écraser, que ça soit sous ses talons vertigineux ou entre ses attributs plus que généreux... L'image qui lui vint en tête la fit rire. Elle avait l'air idiot à rire seule, alors que la situation n'avait rien de drôle. Alex allait la prendre pour une folle... Allait-il la suivre jusqu'au bout ? Elle vit des gens sortir d'un autre salon, plus petit, chargés de boîtes en cartons, probablement pleines de bouteilles.

    « Hey vous deux, vous pouvez nous aider ? Il reste deux cartons à amener. »

    Carlie acquiesça sans consulter le Serpentard. S'il voulait la suivre, qu'il la suive. Mais tant qu'elle n'avait pas reçu une quelconque explication, elle ne ferait rien qui puisse la mettre en mauvaise posture. Même lui parler. Elle pénétra dans la pièce, suivie de près par le Serpentard. A l'instant où ils se baissaient pour récupérer les cartons, la porte claqua et Carlie se redressa. Elle s'apprêtait à saisir la poignée lorsque ses doigts se refermèrent sur le vide. Une espèce de pièce secrète ? Ouvrable seulement de l'extérieur, ou de l'intérieur à condition d'avoir une baguette ? Ca en avait tout l'air...

    « Par le caleçon à cœurs de Merlin, c'est pas vrai ! » Elle se retourna vivement vers le Serpentard. « On est enfermés ici... »

    Elle avait envie de rire tant la situation était ridicule. Décidément, ils n'en avaient pas fini avec les péripéties... Et inutile d'essayer de crier ou d'appeler à l'aide, la musique était trop forte de l'autre côté du mur pour que quiconque les entende... Et puisqu'ils n'avaient pas 17 ans, ils n'avaient pas le droit d'utiliser la magie. Carlie avait même laissé sa baguette dans sa cape dans l'entrée. Elle fit les cents pas un instant, cherchant une solution à leur problème, mais la seule solution qui existait était d'attendre que quelqu'un vienne leur ouvrir... Mais puisque tout le monde pensait que tout l'alcool était dehors, ils allaient pouvoir attendre... Elle attrapa une des bouteilles des cartons et lu l'étiquette. « Whisky pur feu, parfait... ». Elle se laissa tomber sur le canapé miteux qui traînait dans un coin de la pièce et ouvrit sa bouteille. Au moins, ils ne mourraient pas de soif !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Lun 4 Aoû 2014 - 0:30

Alex ne s’était pas trompé, et avait vu juste sur la réaction de Carlie. Elle était effectivement en colère contre lui, et elle avait ses raisons. Enfin pas tant que ça. Il était quand même revenu pour la sauver des griffes de cet imbécile de Smith. Elle pouvait le remercier un minimum, tout de même ! A la place, elle lui fit comprendre par le regard qu’elle ne lui en était pas si reconnaissante que ça, et même qu’elle lui en voulait. Bon d’accord, il était parti, la laissant seule au bar, pour rejoindre la grande blonde… Ah mais attends… C’était peut-être ça qui l’embêtait ! Elle était sûrement jalouse, et dégoûtée… Il se mit à sourire, malgré lui. Sa fierté venait de prendre un cran de plus. Mais il déchanta rapidement. Carlie avait entrepris de se lever, et quand il avait voulu l’aider en la rattrapant car elle titubait, elle le repoussa vivement, comme pour lui montrer qu’elle n’avait pas besoin de lui. Et puis, le ton qu’elle employa quand elle lui adressa la parole lui fit clairement comprendre qu’elle était en colère contre lui. Malgré tout, il ne pût s’empêcher de sourire, quand il l’entendit parler de sa « copine ». Il n’y avait plus doutes, elle était jalouse, et croyait que la grande blonde était sa petite amie. C’était assez marrant de la voir réagir ainsi, alors qu’ils ne se connaissaient pas vraiment… et de constater qu’elle était déjà jalouse de le voir avec une autre fille… Cela voulait tout dire sur ses intentions envers lui. Non pas qu’il ait douté de ses charmes, au contraire, mais il arrivait certaines fois que des filles n’avaient pas été intéressées… Mais bon, cela restait hyper rare, on ne pouvait pas refuser les avances d’un si beau parti. Surtout avec ses parties. Ahem.

Il voulait lui parler, dire quelque chose, pour tenter de se justifier, pour qu’elle accepte d’écouter sa vision des choses, mais elle semblait décidée à ne pas l’entendre. A la place, Alex aurait juré qu’elle faisait tout pour s’éloigner de lui. En temps normal, le Serpentard n’aurait pas insisté, et n’aurait pas perdu du temps à courir après une fille qui ne voulait pas de lui, ou qui voulait se faire désirer en jouant au jeu du chat et de la souris. Mais encore une fois, en posant ses yeux sur Carlie, il sentit qu’elle en valait la peine, et qu’il ne fallait pas baisser les bras. Qu’il passerait peut-être à côté de quelque chose. Il ne cherchait pas une grande histoire d’amour, loin de là, il ne cherchait pas non plus à s’amuser juste pour un soir. En tout cas, pas avec elle. Il était juste en train de se dire que, même si leur relation ne dépassait pas le stade de l’amitié, quelque chose en Carlie méritait d’être connu, méritait d’être apprécié. Alors, il était décidé à ne pas lâcher l’affaire. Il la suivit, et elle s’arrêta brusquement contre un mur. Elle ne se sentait pas bien. Avait-elle l’habitude de boire autant ? Il n’en avait pas l’impression. Il resta à ses côtés, mais elle lui prouva encore une fois qu’elle lui en voulait. Et qu’elle avait soif. Alex aurait aimé pouvoir faire quelque chose pour elle. Mais il ne se voyait pas la prendre dans ses bras, pour tenter de la consoler, alors qu’elle lui faisait clairement comprendre qu’elle souhaitait se retrouver seule. Il lui adressa quand même un sourire et tenta de l’apaiser en plongeant son regard dans celui de la jeune fille. Il crut un instant qu’elle réussirait à se calmer, mais c’était sans compter sa détermination à ne pas faiblir devant l’adversité. Elle parvint à esquiver le Serpentard et, alors qu’il entreprit de la suivre à nouveau, il fut interrompu par des gens qui sortaient, les bras chargés de cartons. Des bouteilles, sûrement. Ils leur demandèrent de leur filer un coup de main, et apparemment Carlie était particulièrement motivé. Allez, accroche-toi Alex, ce n’est pas une petite brune qui va te faire perdre pied et qui va décider pour toi. Vas-y, fais-lui comprendre que c’est elle qui t’intéresse, et personne d’autre. Oui enfin, plus facile à dire qu’à faire quand la personne à qui vous souhaitez parler vous fuit constamment…

A peine Alex posa son deuxième pied à l’intérieur de la pièce que la porte de celle-ci se referma brusquement sur eux deux. Et bien sûr, pas de lumière… Il l’entendit alors jurer, d’une expression assez originale… Un caleçon, Merlin ? Cette fois, il ne put réprimer son rire. Cette fille était vraiment incroyable, capable d’inventivité et d’humour dans les pires situations. Bon, ce n’était pas comme s’ils étaient réellement dans le pétrin… Enfermé dans une pièce, sans possibilité d’en ouvrir la porte, avec une magnifique jeune femme – qu’il ne voyait pas, certes, étant dans le noir… Il ne pouvait pas rêver mieux comme technique d’approche. Mais avec Carlie, il fallait faire les choses différemment. Il savait qu’il devait capter son attention, et lui prouver qu’elle n’était pas un sale type comme certains l’entendaient… Du coup, quand il le voulait, et avec qui il le voulait. Mais avant toute chose, il fallait rallumer la lumière… Le Serpentard avait bien trop peur qu’elle soit soudainement mal à l’aise à l’idée de se retrouver seule dans le noir avec lui. Alors, il commença à chercher un interrupteur en essayant de toucher quelque chose du bout des doigts… mais la seule chose qu’il réussit à toucher, c’était… ce qu’il semblait être de la peau. Et la claque qu’il reçut en pleine joue lui confirma qu’effectivement, il s’agissait bien de la peau, voire d’une partie plus intime de Carlie. Etait-ce… sa poitrine ? Il profita du fait d’être dans l’obscurité pour sourire largement, comme pour se détendre un peu après toute cette tension ambiante. Puis finalement, à force de balancer ses bras dans tous les sens, sa main agrippa quelque chose qui flottait dans l’air… Il tira dessus et la pièce jusqu’alors plongée dans l’obscurité s’illumina. Le Serpentard plissa légèrement les yeux, le temps de s’habituer à la lumière. Et son regard se posa sur une Carlie, assise sur le canapé, une bouteille de whisky pur feu à la main. Il sourit, et prit la liberté de s’installer à côté d’elle, bien qu’elle ne lui ait rien demandé. Il lui prit la bouteille des mains, en prit une gorgée, grimaça, et lui tendit à nouveau la bouteille.

- Bon eh bien, je crois qu’on risque d’être bloqué là un moment, je n’ai pas ma baguette sur moi… Enfin bon, je ne vais pas me plaindre, j’aurais pu tomber sur Smith comme colocataire !

Il laissa échapper un petit rire, tentant de détendre l’atmosphère et de faire rire Carlie. Mais ce n’était peut-être pas gagné d’avance... Il se tourna légèrement vers elle, repliant un genou contre lui, et la fixa.

- Et à propos de la « girafe » … on n’est pas ensemble. Enfin, on ne l’a pas vraiment été enfin… c’est plus compliqué ça. Bref. Tu n’as pas de soucis à te faire à son sujet, si c’est ce qui t’inquiète.

Il avait pris un ton calme et tendre, espérant que cela suffirait à ramener la Carlie souriante et de bonne humeur qu’il avait croisée auparavant. Il contempla ses yeux vert émeraude, qu'il trouvait toujours aussi magnifiques... aussi magnifiques qu'elle. Il ne se rendit pas compte qu'il souriait, un peu comme s'il était envoûté par elle.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Lun 4 Aoû 2014 - 15:14

    Elle commençait à se calmer dans cette pièce plongée dans le noir. Et elle regrettait ses paroles... L'alcool la rendait toujours plus émotive et ce n'était pas toujours très bon. Et là, elle avait peur d'avoir merdouillé. Mais si elle tenait un tant soit peu à Alex, même s'ils se connaissaient à peine, elle devait essayer de se rattraper. Au moins le ridicule de leur situation avait fait tomber sa colère comme un soufflé, et encore plus le rire que lâcha Alex suite à son expression idiote. Et ce rire la fit sourire de nouveau. Il ne lui en voulait pas de lui avoir parlé ainsi, et c'était le plus important pour elle. Elle trouva le canapé en tâtonnant, ne pensant même pas à cherche un moyen d'allumer cette pièce. Elle entendait Alex qui cherchait, non loin d'elle, et ça lui suffisait. Elle n'aimait pas l'obscurité, mais elle ne se sentait pas en danger. Enfin, elle n'était pas non plus totalement rassurée d'être dans un lieu clos, dans le noir le plus complet, avec un garçon. Il avait bu, elle ne savait pas comment il pouvait réagir... Et elle n'avait pas sa baguette pour se défendre. Ca faisait beaucoup de problèmes à l'arrivée... Elle entendait Alex se rapprocher doucement, cherchant toujours de quoi allumer la lumière, et elle ne pouvait s'empêcher de l'imaginer battant des bras comme un fou sorti d'asile, ou un babouin en train de brailler. Elle sentit l'une de ses mains fendre l'air à côté d'une de ses oreilles et elle s'apprêtait à crier pour le prévenir qu'elle était à côté, lorsqu'elle sentit les deux mains du Serpentard se poser sur... sa poitrine. Hé ben voyons ! La main de la jeune femme partit toute seule et elle tressaillit en entendant le bruit de la gifle. Oups... Se mettre en colère contre lui, le frapper... Vraiment pas des bonnes idées tout ça. Mais enfin, tomber sur sa poitrine quoi ? Comme s'il l'avait fait exprès ! Il était peut être nyctalope, il voyait peut être très bien ce qu'il faisait, il avait visé juste, il voulait l'attaquer, la violer ou je ne sais quoi d'autre ! Hum... Non sans doute pas, elle divaguait. Mais elle sentait l'atmosphère se détendre autour d'eux et elle étouffa un rire. Le jeune homme ne dit rien, ne laissa ni échapper un rire, ni un cri, ni sa rage. Tant mieux ! Et la Poufouffle ne pouvait s'empêcher de penser à quel point la chaleur de sa peau était agréable... Elle ferma les yeux, rêvassant un peu, tout en essayant de positionner Alex dans cette pièce. Elle l'entendait continuer à fendre l'air, mais toujours pas de lumière. Y avait-il seulement une ampoule dans cette pièce ? Finalement une clarté soudaine filtra à travers ses paupières fermées, et elle ouvrit les yeux sur un Alex légèrement hébété, une trace rouge persistant sur sa joue. Oups.

    Leurs regards se croisèrent et elle le ne protesta pas lorsqu'il vint s'installer à côté d'elle. Après tout, elle n'allait pas exiger qu'il reste debout toute la soirée, ils ne savaient pas combien de temps ils allaient rester là... Un sourire flottait sur les lèvres du jeune homme, et Carlie ne pouvait pas retenir le sien. Elle lui laissa gracieusement sa bouteille de pur feu et continua à l'observer. Il ne semblait pas en colère, il n'y avait plus non plus la moindre trace de perplexité sur son visage. Tant mieux, au moins elle n'était pas enfermée avec quelqu'un qui en avait après elle, c'était plutôt rassurant, non ? Il évoqua ensuite leur situation, précisant que lui non plus n'avait pas sa baguette sur lui. Génial ! Enfin, il y avait peut être quelque chose d'intéressant à tirer de cette situation, non ? Il ajouta ensuite qu'au moins il ne se retrouvait pas coincé avec Zacharias Smith. Et à cette remarque, il rit. Et Carlie sourit plus franchement. Elle aimait son rire, il avait cet air détendu, presque enfantin quand il riait, et elle fondait. Elle pouvait se réjouir, son plan avait fonctionné. Il était venu à sa rescousse, tandis qu'elle essayait de le décoller de la blonde. Mais était-il seulement venu par grandeur d'âme, ou bien y avait-il quelque chose d'autre derrière ce geste ? Si seulement elle n'avait pas le cerveau si embrumé... Leurs regards se croisèrent de nouveau lorsqu'il se tourna vers elle, et elle plongea dedans. Elle n'y lisait que de la sincérité, et peut être... de la tendresse ? Ou bien se faisait-elle des idées ? Elle raffermit sa prise sur la bouteille qu'elle avait récupéré, sans le quitter des yeux.

    « Et à propos de la « girafe » … on n’est pas ensemble. Enfin, on ne l’a pas vraiment été enfin… c’est plus compliqué ça. Bref. Tu n’as pas de soucis à te faire à son sujet, si c’est ce qui t’inquiète. » 

    Ils restèrent ainsi un instant supplémentaire, une vague de soulagement déferlant en elle. Elle ne voulait pas savoir ce qu'il se passait entre eux, ça ne la regardait pas. Mais au moins elle ne risquait pas de se retrouver avec des problèmes avec une petite amie en furie. Certes, elle n'aurait probablement pas du la traiter de girafe... Mais elle était vraiment naine à côté d'elle, et elle en voulait à la terre entière d'avoir hérité de la taille de sa mère plutôt que celle respectable de son père ! Elle ferma les yeux un instant et but une gorgée de whisky pur feu. Elle sentait le liquide descendre jusqu'à son estomac, comme s'il lui brûlait les entrailles. Elle grimaça, n'osant même pas imaginer la tête qu'elle devait faire, mais elle sentait son état de faiblesse s'en aller. C'était toujours comme ça quand son taux d'alcool diminuait, elle se sentait mal. Mais il suffisait d'une nouvelle petite dose pour qu'elle aille mieux. Oui c'est étrange... Elle rouvrit les yeux, retrouvant le regard chocolat du Serpentard et son sourire, son air légèrement absent, et elle sourit à son tour. Un sourire vrai, lumineux, comme si rien ne s'était passé. Elle avait oublié sa colère, oublié la blonde, oublié Smith... Il n'y avait plus qu'eux, et c'était tout ce qui comptait. Elle replia ses jambes sous elle, se tournant un peu plus face à lui, et elle mordilla un instant sa lèvre inférieure, cherchant ses mots.

    « Je suis désolée de m'être emportée, je n'aurais pas du. C'était démesuré... » elle porta son attention un instant sur la joue toujours rouge du jeune homme, et un léger sourire étira ses lèvres. Elle effleura la trace laissée par sa main d'un doigt, essayant de ne pas frissonner à son contact. « Et je suis désolée de t'avoir frappé. »

    Elle laissa échapper un petit rire, avant de laisser retomber sa main et de regarder ailleurs. L'intensité de son regard sombre la gênait, elle était habitée par tellement de sentiments contraires, elle était un peu perdue. Et elle n'avait pas l'habitude de rester aussi longtemps plongée dans le regard de quelqu'un. Elle finissait par se sentir comme prisonnière, et elle ne pouvait plus se libérer de cette emprise. Et à ce moment là, Dieu seul savait ce qui pouvait arriver... Et elle était trop sensible au charme d'Alexander pour se laisser avoir. Surtout alors qu'ils étaient seuls dans une pièce et que personne ne viendrait les trouver pendant un long moment... Et elle ne pouvait s'empêcher de repenser à combien son contact sur sa peau était agréable... Combien elle voulait ressentir cette chaleur... Ahem. Elle prit une nouvelle gorgée de whisky avant de tendre la bouteille à Alex. Le breuvage lui donnait de la force et du courage, et elle se retourna vers lui, en souriant. Elle sentait sa réserve tomber de nouveau, elle se rapprochait de la fille qu'elle était au début de la soirée. Oui parfois, elle se sentait comme schizophrène... Elle joua avec son pendentif un instant, comme toujours lorsqu'elle était légèrement ailleurs, tenant de retrouver leur conversation avant que la blonde ne fasse son apparition... Smith, le jeu... Ha oui voilà !

    « Reprenons où nous en étions, j'ai toujours envie de jouer, pas toi ? Au moins ici, nous sommes sûrs de ne pas être interrompus avant d'en savoir plus l'un sur l'autre... Tu me parlais de ta chouette, Lyra... ? »

    Elle espérait qu'il ne serait pas perturbé par le revirement de situation, et surtout par le changement aussi rapide de son comportement... Elle rangea de nouveau son pendentif dans le bustier de sa robe et s'appuya contre le dossier du canapé. Après tout, s'ils devaient rester coincés là pendant quelques heures, autant qu'ils fassent connaissance!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Sam 16 Aoû 2014 - 1:48

En temps normal, lorsqu'Alexander Foster se retrouvait enfermé dans une pièce avec une magnifique créature à ses côtés, descendant à tour de rôle une bouteille de whisky pur feu, la fin de la soirée était déjà toute tracée. Emballé, c'est pesé !  Mais là, il n'en était rien. Oui, la situation était clairement à l'avantage du Serpentard, qui pouvait très certainement profiter de la proximité qu'il avait avec la jeune Carlie pour se rapprocher davantage d'elle et faire plus ample connaissance, si vous voyez ce que je veux dire. Mais le jeune homme n'avait pas envie de ça. Enfin, pas de cette façon-là. Au fur et à mesure de la soirée, quelque chose en Carlie avait attisé son intérêt pour elle. Il avait envie de la connaître davantage, et le rapprochement physique n'était pas sa priorité. Enfin, quand il la regardait, assise tout près de lui, ses yeux verts posés sur les siens, il ne pouvait nier qu'elle l'attirait. Mais il se contenait, ne voulant pas passer pour un mec intéressé par les histoires d'un soir auprès d'elle. Auprès d'une autre, il n'en aurait peut-être rien à faire. Mais pas avec Carlie.

L'ambiance s'apaisait petit à petit, l'alcool y étant pour pas mal, selon le Serpentard. Elle s'excusa de s'être emportée, et de l'avoir frappé, à cause de son geste "légèrement" déplacé. Il haussa les épaules, et continua de la regarder. Elle était si jolie, si belle, si désirable. Il s'agrippa au canapé pour se retenir de lui sauter dessus. Il ne savait pas si son attirance était réciproque - bien qu'il ne doûtât pas de son charme naturel - et il ne voulait surtout pas prendre le risque de tout gâcher. Il respira un bon coup, se laissant emporter par la douceur de la voix de Carlie. C'est alors qu'elle reparla de Lyra, la chouette d'Alexander. Il sourit franchement. Elle avait retenu son nom, preuve de l'intérêt qu'elle portait à leur conversation, malgré l'alcool, malgré l'ambiance affriolante de la soirée.

- Effectivement oui... ça va te sembler un peu bizarre, mais je ne la considère pas comme une chouette, mais comme une amie, mon amie la plus proche.

Il se stoppa net. Il ne voulait pas trop en dire sur lui. Cette foutue carapace. Cette peur qu'on se moque de lui, qu'on se joue de lui. Alors, il se contenta de sourire, et enchaîna sur un autre sujet, pour changer de conversation et détourner l'attention de Carlie.

- A ton tour... quelle a été ta pire folie depuis ton entrée à Poudlard ?

Il voulait en apprendre davantage sur elle, et savoir si elle était capable de ne pas se prendre au sérieux et de laisser parler son grand de folie. Il s'empara de la bouteille de whisky, en but une longue gorgée, grimaça lorsqu'il sentit le liquide couler le long de sa gorge et se loger dans son estomac. Il soupira, reprenant son souffle, tendant la bouteille vers Carlie. Il cligna légèrement les yeux, la pièce commençant à tourner. Ou plutôt l'alcool lui faisant perdre quelque peu l'esprit. Il s'enfonça un peu plus dans le canapé, le regard toujours fixé sur Carlie, qui resplendissait, dans sa petite robe moulante. Dieu qu'elle était sexy. Combien de temps allait-il pouvoir tenir sans lui sauter dessus ? Il ne le savait pas vraiment. Même s'il avait réellement l'intention d'apprendre à la connaître avant d'envisager quoi que ce soit, il était un homme, qui ressentait du désir pour une jolie femme assise à ses côtés. Et au bout d'un moment, il était certain qu'il allait craquer. Mais quand, cela restait un mystère...
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Sam 16 Aoû 2014 - 15:57

    Elle sentait le whisky pur feu lui brûler les entrailles à chaque gorgée qu'elle prenait, mais elle sentait son esprit devenir plus alerte. Enfin, jusqu'à ce qu'il sombre de nouveau dans les brumes alcoolisées... Elle voulait profiter de ces instants de clarté pour discuter avec Alex, apprendre à faire sa connaissance, savoir si son instinct avait raison de la pousser vers ce jeune homme. Elle le reconnaissait progressivement, des situations où elle l'avait déjà aperçu lui revenant en mémoire. Normal après 5 années à se retrouver dans les mêmes cours. Elle avait relancé le sujet sur Lyra, la chouette d'Alexander, sincèrement curieuse d'en savoir plus sur lui. Se livrerait-il ? Ou bien était-il de ceux qui préféraient garder leurs secrets pour eux ? Elle devait le savoir. A première vue, le Serpentard avait l'air d'être quelqu'un d'assez avenant, mais il était peut être avare d'informations en dehors de ça...

    « Effectivement oui... ça va te sembler un peu bizarre, mais je ne la considère pas comme une chouette, mais comme une amie, mon amie la plus proche. » 

    Un sourire tendre étira les lèvres de Carlie à ses mots, tandis qu'elle essayait d'imaginer Alex plus jeune avec sa chouette. Ce n'était en rien ridicule, elle ne pouvait que se sentir attendrie par cette attitude. Elle-même avait une relation particulière avec son chat, surtout au moment où sa mère était partie avant sa rentrée à Poudlard. Siegfried, encore bébé, avait été le seul qui pouvait la réconforter à l'époque... Elle voulait en savoir plus, des détails supplémentaires, mais Alex semblait vouloir passer à autre chose. Tiens, il n'aimait pas parler de lui ? Elle n'aurait pas parié là dessus pourtant... Mais cette avarie ne faisait que renforcer sa curiosité, elle allait devoir être prudente, ne pas insister outre mesure pour qu'il ne se braque pas. Peut être que si il se passait quelque chose entre eux ce soir, ce dont elle était pratiquement certaine, un jour elle parviendrait à gratter légèrement la surface ? Si elle parvenait à ne pas être qu'une fille parmi d'autres aventures d'un soir du moins... Enfin, avec des si et des peut-être on referait le monde, alors...

    « A ton tour... quelle a été ta pire folie depuis ton entrée à Poudlard ? »

    La jeune femme observa Alex boire un peu de whisky tandis qu'elle réfléchissait. Ce n'était pas une question évidente, sa vie était plutôt monotone en réalité. Elle n'était pas du genre à faire des vagues à la Dean Seaworth et Nathan Larsonn, non, elle était trop sérieuse pour participer à ce genre de bêtises. Pourtant, il y avait bien des moments où elle s'était laissée prendre au jeu, forcément... Un souvenir lui traversa l'esprit. Oui, bien sûr... Probablement la pire chose qui lui soit arrivée, et probablement aussi la plus drôle. Mais elle ne pouvait pas lui raconter ça, il allait se moquer d'elle... Et il avait probablement du y assister d'ailleurs, il n'était peut être pas très bon de raviver cet événement dans sa mémoire... Elle n'avait malheureusement pas mieux qui lui venait en tête... Elle sourit, légèrement gênée par ce qu'elle s'apprêtait à faire, avant de reprendre la bouteille de whisky des mains du Serpentard. Elle avait besoin de courage pour raconter cet événement, et pour encaisser le rire d'Alex qui ne manquerait pas d'exploser elle le savait. Elle croisa de nouveau le regard d'Alex, intense, posé sur elle. Elle réprima un frisson avant de baisser la tête et fixer ses genoux.

    « En troisième année, j'ai perdu un pari avec un copain... Le lendemain matin, j'ai du danser sur la table de Poufsouffle pendant le petit déjeuner. J'ai même valsé avec un hibou, tout le monde était plié de rire, c'était vraiment ridicule... J'ai perdu l'équilibre en arrivant au bout de la table, et je suis tombée... dans les bras du professeur Lupin. Si ça le faisait bien rire ce n'était pas le cas de tout le monde... Le professeur McGonagall m'a donnée une semaine de retenue suite à ça... Avec le professeur Rogue, j'ai du récurer des chaudrons tous les soirs, au milieu de ces bocaux immondes. Maintenant j'ai la trouille que tout ce qui peut baigner dans du formol à l'intérieur d'un bocal ! »

    Elle laissa échapper un éclat de rire avant de prendre une nouvelle gorgée de whisky pur feu au goulot de la bouteille. Ils devraient bientôt en entamer une nouvelle... Carlie releva la tête avec un sourire jusqu'à croiser de nouveau le regard d'Alexander. Elle se sentait rougir face à ces révélations, une bouffée de chaleur l'avait envahie. Il allait peut être falloir qu'elle calme le jeu avec le whisky. Et l'espèce d'Apollon assis à seulement quelques centimètres d'elle n'arrangeait définitivement rien...

    « Tu peux rire tu sais, je ne t'en voudrais pas. J'ai rasé les murs du château pendant un moment après ça, les gens n'arrêtaient pas de me rappeler ce que j'avais fait. Tu dois sûrement t'en souvenir, tu n'as pas pu rater ça si tu étais dans la Grande Salle à ce moment là ! »

    Pour quelqu'un qui avait horreur d'être le point de mire, ce moment avait été un calvaire... Enfin elle s'était bien amusée, mais par là suite c'était une autre affaire... Mais elle en gardait un bon souvenir maintenant. L'autre folie qui lui était venue en tête était ce soir. Boire en compagnie d'un quasi inconnu, enfermée dans une pièce sans que ni l'un ni l'autre ne cherche un quelconque moyen de sortir de là... C'était tellement loin de la Carlie qu'elle était habituellement, mais c'était bon d'agir différemment... Elle prit une nouvelle gorgée de whisky en souriant, réfléchissant à une nouvelle question à poser à Alex. Rien de trop trop personnel, mais un peu quand même pour apprendre à le connaître...

    « Bon je t'ai déjà demandé si tu n'étais pas un criminel, qu'est-ce que tu pourrais me dire de plus... Quel est ton plus grand rêve ? Ou, si c'est trop personnel... Comment tu imagines ta vie dans 10 ans ? »

    Pour quelqu'un comme elle qui ne vivait que pour réaliser ses rêves, il n'y a rien de mieux qu'eux pour apprendre à connaître quelqu'un. Mais elle redoutait un peu la carapace érigée par Alex, elle ne connaissait pas encore les limites et elle ne voulait pas franchir la ligne dès maintenant. Elle aimerait beaucoup que la soirée se termine bien donc... Elle lui adressa un sourire en replongeant dans son regard si chaleureux qui la scrutait avec toujours autant d'attention. Rester dans son regard, c'est toujours mieux que le dévisager outrageusement, scruter son corps ou faire une fixette sur ses lèvres. Elle devait résister à la tentation !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 17 Aoû 2014 - 17:59

Lorsqu'elle lui raconta que, suite à un pari, elle avait dû se hisser sur la table des Poufsouffle et entamer une valse, avec un hibou, le visage du Serpentard s'illumina. Bien sûr ! C'était elle, la fille qui s'était ridiculisée devant tout le monde, il y a deux ans. Alexander se rappelait parfaitement de ce moment.

Il venait de recevoir une lettre de la part de ses parents - oui, c'est possible parfois, dans de rares situations - lui demandant de ne pas revenir pendant les vacances de Noël, car ils ne seraient pas à la maison, et qu'ils n'avaient pas envie de l'emmener avec eux, et que donc, il devait rester à Poudlard, car trop jeune et trop immature pour rester seul à leur domicile. Une preuve supplémentaire de leur non attachement au fruit de leur amour... car oui, il était évident qu'ils étaient amoureux, mais concernant Alexander... c'était une toute autre histoire. Ces preuves d'indifférence le touchaient de moins en moins au fur et à mesure des années qui passaient, mais il ne pouvait nier qu'il ressentait toujours un pincement au coeur lorsqu'il voyait tous ses camarades repartir chez eux, ravis de retrouver leur famille. Passablement irrité, il s'était rendu à la Grande Salle pour se venger sur une chose qui ne pouvait pas lui faire de mal : la nourriture. A l'époque, il ne se préoccupait pas autant de son apparence, il tenait juste à ce que personne ne lui adresse la parole et le laisse en paix dans son coin. Seul. Ouais, c'était le mot d'ordre qui résumait les premières années du Serpentard à Poudlard. Et ce soir-là, alors qu'il s'apprêtait à entamer son troisième morceau de rosbif que des applaudissements provenant de la table des Poufsouffle se firent entendre. Sa fourchette près de sa bouche, il avait alors relevé la tête et avait posé ses yeux sur une jeune fille qui tournoyait sur la table, visiblement heureuse de se donner en spectacle devant des blaireaux qui l'encourageaient. Il avait arqué un sourcil et l'avait détaillée. Il l'avait déjà vue de nombreuses fois - ils avaient des cours en commun - mais n'avait pas trouvé grand intérêt à lui adresser la parole. A ce moment-là, il la considérait simplement comme une élève lambda de Poufsouffle, d'une maison comportant des gens un peu trop étranges pour lui. Il avait alors fini par baisser les yeux, préférant se concentrer sur son repas que sur une fille un peu bizarre qui semblait trouver du plaisir à se montrer devant tout Poudlard. Il avait ensuite entendu les remontrances de Mcgonagall, la directrice des Gryffondor, et, bien qu'il n'aimât pas particulièrement cette maison, il avait souri et l'avait remerciée intérieurement d'avoir mis fin à cette torture.

Quand elle mit fin à son récit, il se demanda pourquoi il ne s'était pas rappelé d'elle, dansant sur la table. Il avait complètement occulté cet événement, et lorsqu'il avait vu Carlie à ce bar, il était loin de se douter qu'il s'agissait de la même personne qu'il avait trouvé ridicule deux ans auparavant. Il fallait dire qu'elle n'avait plus rien de la gamine qu'il avait vu sur cette table, non, rien de rien, je ne regrette rien. Elle était différente, et semblait davantage plus mature. Et c'était cela qui intéressait Carlie, pas ce qu'elle avait pu faire avant, le bon, comme le mauvais. Il se contenta alors de sourire, tandis qu'elle lui demandait comment il imaginait sa vie dans dix ans. Il fut étonné par cette question. A vrai dire, il n'y avait jamais réellement songé. Il vivait le plus souvent au jour le jour, ne préférant pas se projeter et privilégiant l'instant présent. Mais à présent qu'elle lui posait la question... c'était différent. Jusque là, leur discussion était sérieuse et posée, et il appréciait cet échange. Il ne fallait pas que ça change. Il haussa légèrement les épaules.

- Pour être honnête avec toi... Je n'en ai aucune idée. Ce n'est pas quelque chose qui me préoccupe. Mais... Il sourit. J'avoue que j'aimerais bien voyager, découvrir le monde. Je n'en ai pas eu beaucoup l'occasion, et c'est quelque chose qui pourrait me botter, je pense. Il termina sa phrase en adressant un clin d'oeil à Carlie.

C'était vrai, il avait envie de découvrir le monde, d'autres cultures, d'autres personnalités, d'autres lieux. Au fond de lui, et il le savait, il avait ce désir de couper tout lien avec ses parents. Mais il était encore mineur, et il lui était impossible pour le moment de subvenir à ses propres besoins. Il s'était fixé l'objectif de terminer ses études à Poudlard avec succès afin de caresser l'espoir de décrocher un boulot qui lui permettrait de vivre décemment. Mais pour cela, il fallait bosser et il lui restait encore du boulot. Sortant de ses songes, il reporta son attention sur Carlie. Au tour du Serpentard de poser une question, non ? Il se gratta le menton, comme pour se donner un espèce de genre intello à la Adam Wright (Adam, si tu passes par là, je t'aime). Soudain, un éclair de génie lui traversa l'esprit. Un air malicieux s'afficha sur son visage.

- A mon tour... On a dit qu'on faisait ce jeu sérieusement et tout, et tout... Serais-tu capable de me refaire cette magnifique danse du hibou, là, devant moi ? Il marqua une pause, bien calculée. Enfin... peut-être que tu es trop sérieuse pour te lâcher d'un coup, je ne voudrais pas trop en demander... Une deuxième pause, suivi d'une inspiration. Il fixa ses magnifiques yeux verts et murmura. Je serais vraiment déçu si tu refusais, Carlie...

Bon ok, ce jeu prenait bizarrement la tournure d'un action ou vérité, mais avec un peu de chance, Carlie ne s'en apercevrait peut-être pas... Et avec un peu d'alcool aussi. Mais après tout, il fallait bien rendre le moment intéressant, et inoubliable. Il tenait à ce que Carlie se souvienne de cette soirée en sa compagnie. Et cette proposition semblait être une magnifique opportunité.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Lun 18 Aoû 2014 - 23:59

    Si Carlie comptait en savoir plus sur Alex en lui parlant de son futur, elle se rendit bien vite compte que c'était peine perdue. Si elle ne comprenait pas réellement comment les gens faisaient pour vivre sans avoir un but ultime dans la vie, elle le respectait néanmoins. A moins que ce ne soit la carapace d'Alex, qu'il préférait garder ses rêves pour lui... Elle n'aurait su le dire, mais elle sourit en réponse au clin d'oeil du Serpentard. Elle même n'avait pas voyagé énormément, hormis un court séjour en France lorsqu'elle avait 8 ans, pour aller voir un ballet de l'Opéra de Paris, et une petite semaine en Russie pour rencontrer la famille de sa mère. Mais à l'époque, elle ne savait encore rien de la magie, et elle était persuadée que chaque pays avait des tonnes de secrets à révéler, elle comprenait donc l'attrait d'Alexander pour le voyage. Elle rit légèrement en voyant sa mimique de réflexion, elle lui rappelait vaguement un étudiant de Serdaigle... Adam ? Belle imitation ;) Mais lorsqu'elle vit l'air de malice qui traversa le visage d'Alex, elle eut peur. De quoi, elle ne le savait pas vraiment, mais elle appréhendait la suite de la conversation. A quoi venait-il de penser ? D'autant plus que c'était à son tour de lui poser une question... Avait-il un esprit complètement pervers ? OU bien étaut -il aussi vil et fourbe que n'importe quel Serpentard ? Elle prit une nouvelle gorgée de whisky, espérant que ça lui permettrait de faire passer cette question atroce qui s'apprêtait probablement à sortir de la bouche du Serpentard.

    « A mon tour... On a dit qu'on faisait ce jeu sérieusement et tout, et tout... Serais-tu capable de me refaire cette magnifique danse du hibou, là, devant moi ? Enfin... peut-être que tu es trop sérieuse pour te lâcher d'un coup, je ne voudrais pas trop en demander... Je serais vraiment déçu si tu refusais, Carlie... »

    La Poufsouflle manqua de s'étouffer avec le whisky à cette question. Par Merlin, ce garçon avait perdu l'esprit ! Comment pouvait-il lui demander de revivre cet instant absolument effroyable de sa vie ? Surtout enfermée dans une pièce seule avec lui ? Rien ne pourrait le distraire du spectacle, il ne pourrait que garder les yeux rivés sur elle...

    « Ce sera difficile non, il n'y a pas de hibou à portée de main... »

    Elle ne pouvait pas faire ça, non, c'était impossible... Mais ce regard qu'il posait sur elle à cet instant... Elle était en train de fondre comme un bonhomme de neige au Soleil (je voudraiiis un bonhomme de neiiiiiiiige), ce n'était pas bon, vraiment pas bon du tout... Elle fixa la bouteille de whisky pur feu qu'elle avait toujours dans la main. Elle sentait tout ce qu'elle avait précédemment ingurgité commencer à faire son effet, mais elle ne se sentait vraiment pas capable d'accéder à sa requête. Et pourtant, elle sentait qu'elle devait le faire. Après tout c'était elle qui avait lancé ce jeu... Certes elle ne pensait pas à ce genre de questions lorsqu'elle l'avait proposé, mais si Alex voulait prendre ce genre d'initiatives, et bien soit... Si elle ne se lâchait pas à 16 ans, elle ne se lâcherait probablement jamais ! Et puis... Faire ceci dans une salle close valait certainement mieux que le faire dans la Grande Salle devant TOUT le monde ! Elle but la fin de la bouteille cul sec avant de grimacer violemment. Il restait peut être un peu plus de whisky pur feu qu'elle ne le pensait... Carlie se remit sur ses jambes, chancelant légèrement sur ses talons, l'alcool lui montant sérieusement à la tête désormais. Pas bon, pas bon du tout... Elle se positionna face au Serpentard avant de lui tirer la langue et de fermer les yeux, se remémorant la musique qu'elle avait en tête à ce moment là... Elle n'arrivait pas à croire qu'elle s'apprêtait à faire ça. L'alcool, c'est la MORT !

    « Bien, je n'aimerais pas te décevoir Alex... En revanche, si tu répètes ça à qui que ce soit, tu finiras noyé dans le lac, avec le calamar géant, c'est bien clair ? »

    Sa voix était légèrement pâteuse et peu assurée. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour potentiellement finir avec un garçon ?

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    Carlie commença à se dandiner, balançant les bras en l'air, comme si elle était très fière de quelque chose. Et ça ne collait absolument pas avec la musique qui filtrait à travers la porte. Honte internationale ! Elle continua ainsi encore un instant, variant un petit peu les mouvements, bougeant la tête et jouant avec ses boucles brunes. Elle n'était plus vraiment consciente de ce qu'elle faisait... Et elle tentait de faire abstraction du rire d'Alex qui sonnait à ses oreilles. Elle aimait vraiment son rire. Pas bon du tout. Au lieu d'avoir un hibou curieux sous la main, elle avait Alex... Et une idée lui traversa l'esprit. Un brin insensée... Elle attrapa les mains du jeune homme et l'entraîna dans une valse folle, en riant aux éclats. C'était bien plus intéressant de danser avec Alex qu'avec un hibou, et ça sentait nettement meilleur même. Elle tournait avec lui, son regard plongé dans ses yeux chocolats. Son champs de vision rétréci par l'alcool, elle ne pouvait se concentrer que sur lui désormais. Elle sentait les effluves de son parfum, qui lui faisaient tourner la tête encore plus que l'alcool, envoûtant... Elle n'aurait qu'à se rapprocher un tout petit peu et elle pourrait poser ses lèvres sur les siennes... Comme ça, sans faire exprès, involontairement... ou presque. Mais non, elle ne devait pas ! Enfin, ils n'allaient peut être pas continuer comme ça encore longtemps, si ? Bonjour les regrets au réveil demain matin s'il ne s'était rien passé entre eux.

    L'esprit vagabondant loin, très loin de là, et l'alcool n'aidant pas, Carlie en oublia de se concentrer sur ses pieds et ses talons immenses... Elle trébucha, et entraîna le Serpentard dans sa chute infernale jusqu'au sol. Alors là, chapeau ! Prise d'un fou rire, elle revint sur terre. Pitié que personne n'entre à ce moment là, comme elle se trouvait sur Alex, ça pourrait fortement porter à confusion. Elle imagina la tête de la blondasse si c'était elle qui les découvrait, et la jolie brune partit d'un nouvel éclat de rire. Jusqu'à reposer ses yeux verts sur Alex, et c'était comme si le temps s'était arrêté.

    « Embrasse-le !
    Non surtout pas, laisse toi désirer !
    Mais je sais que tu en meurs d'envie...
    Oui mais non ! Enfin peut-être, mais je veux dire non ! »


    Super, quel duel dans sa tête... Bonjour la migraine si ça continuait ainsi. Carlie pose son regard sur les lèvres du Serpentard avant de lui adresser un sourire et de retrouver le peu de contenance qu'il lui restait. Non, pas encore. Elle se remit sur ses pieds et tendit une main à Alex pour l'aider à se relever. Elle frémit au contact de sa peau chaude et se dépêcha de la lâcher avant de lui tourner le dos pour masquer son trouble, prétextant prendre une nouvelle bouteille de whisky pur feu. Elle se promit de ne pas y toucher, et la tendit à Alex avec un sourire.

    « Désolée d'être tombée sur toi... Mais j'avoue que c'était plus sympa que me retrouver dans les bras du professeur Lupin ! »

    Elle laissa échapper un éclat de rire et se laissa tomber dans le canapé de nouveau. Elle devait recouvrer entièrement ses esprits si elle voulait survivre à la suite de la soirée. Carlie reporta son attention sur le Serpentard, toujours en souriant. Elle devait trouver quelque chose à la hauteur du défi d'Alexander... Elle n'arrivait plus à penser correctement, son esprit baignant dans une brume opaque aux parfums de whisky pur feu.

    « Bon je ne vais pas être bien originale... Mais tu savais déjà que j'étais prête à faire un truc pareil puisque je l'avais déjà fait. J'aimerais savoir si toi, Alexander Foster, tu aurais été prêt à le faire sur la table de nos chers Serpentards, et à quoi ça aurait ressemblé ! »

    Elle lui adressa un clin d'oeil joueur. Il avait pu rire comme il le voulait, à son tour de s'amuser un peu. Et ça chasserait peut être un peu la fixette qu'elle commençait à faire sur lui... du moins l'espace d'un instant, peut être...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Mer 20 Aoû 2014 - 19:09

Très franchement, il ne pensait pas que Carlie accepterait de refaire sa danse - très spéciale - devant lui, en très petit comité. Certes, il sentait bien qu'elle était capable de se lâcher et de s'éclater, mais de là à se replonger dans ses souvenirs et refaire cette danse - originale -, il n'aurait pas parié dessus. Mais il fut surpris. Positivement, surpris. Il vit tout de même qu'elle avait semblé hésiter, avant de finalement se mettre debout, difficilement, et de le menacer de le jeter dans le lac pour saluer le calamar géant... Il étouffa un rire, et reprit une gorgée de whisky, regardant d'un oeil amusé la jeune fille, qui reproduisit alors à l'identique la danse qu'elle avait faite deux ans auparavant. Oui, cette façon de se mouvoir était tout simplement ridicule... Elle levait les bras en l'air, comme si elle venait de gagner quelque chose, et sa danse n'était pas du tout en rythme avec la musique de l'extérieur, ce qui rendait la scène encore plus extraordinaire. Et cet adjectif n'avait rien de positif. Alex partit littéralement en fou rire devant le spectacle qui se produisait devant lui. Carlie avait vraiment l'air contente, et fière de lui montrer de quoi elle était capable. En revanche, lorsqu'elle l'entraîna malgré lui avec elle, à se dandiner, il ne se sentit pas très à l'aise. Alex n'était pas réputé pour être un grand danseur alors il tenta tant bien que mal de suivre les pas de Carlie, mais le résultat n'était pas excellent... et en plus de cela, il fut entraîné par Carlie qui venait de perdre l'équilibre. Elle trébucha et, COMME PAR HASARD, elle se trouva allongée sur lui. Alex s'arrêta soudain de rire, comme s'il était soudainement hypnotisé par le regard de la jeune brune et qu'il n'y avait plus rien d'autre autour de lui. Elle avait vraiment un visage magnifique, une peau parfaite, et ces yeux... Il ne put s'empêcher de sourire,  et machinalement, il voulut passer sa main sur le visage de celle qui lui faisait face, comme pour vérifier qu'elle était réelle, comme pour se rapprocher un peu plus d'elle, s'il eut été possible de le faire davantage. Mais contre son gré, Carlie ne lui laissa pas le temps d'agir. Elle se releva, et lui tendit sa main pour qu'il se mette debout à son tour. Et encore une fois, avant qu'il ne put dire ou faire quoi que ce soit, elle lui tourna le dos et se dirigea rapidement vers son canapé. Il lâcha un léger soupir, et fourra ses mains dans ses poches. Il commençait à douter. Sur ce qu'il devait faire ou non avec Carlie. Il avait clairement eu envie de l'embrasser, lorsqu'elle s'était retrouvée aussi proche de lui, quelques instants auparavant. Il avait clairement eu envie de ressentir la chaleur de sa peau contre la sienne, et d'admirer à nouveau ses magnifiques yeux émeraudes. Mais si elle s'était relevée... cela voulait-il dire qu'elle n'en avait pas envie, elle ? Que cette proximité l'avait gênée, et qu'elle se sentait mal à l'aise ? Qu'elle voulait s'éloigner de lui le plus possible ? Peut-être avait-il eu mauvaise haleine... et cela l'avait dérangée. Elle se mit à rire. Elle ne devait peut-être pas être si mal à l'aise que cela. Mais cela ne suffit pas à effacer ses doutes. Il ne voulait pas la brusquer, mais Alexander n'était pas du genre à être patient, et si on lui résistait en général, c'était qu'on n'était pas intéressé par lui. C'était en tout cas le constat qu'il faisait de ses précédentes expériences. En général, il n'avait pas à attendre longtemps avant que ses prétendantes ne craquent et ne lui sautent dessus. Mais avec Carlie, c'était différent, vraiment différent. Et c'est pour cela qu'il ne s'enfuit pas de la pièce en courant, et qu'il préféra rester en sa compagnie. Elle avait ce petit quelque chose en plus, et plus le temps passait, plus Alex en était persuadé. Alors oui, il doutait de ses intentions envers lui, peut-être n'était-elle intéressée que par une relation amicale, alors que le Serpentard voulait clairement plus. Il n'arrivait pas à lire en elle comme il le faisait avec d'autres filles plus accessibles qu'elle... Encore une facette de sa personnalité qui l'attirait. Allez, accroche-toi Alex, tu peux le faire. Tout en souriant, il se ré-installa à ses côtés et s'empara de la bouteille de whisky, dont il avala une gorgée avant de la poser à côté de lui. Il posa son regard sur elle, et remarqua qu'elle était en train de réfléchir. Sûrement au prochain défi qu'elle lui lancerait. Et soudain, elle reprit la parole.

- Bon je ne vais pas être bien originale... Mais tu savais déjà que j'étais prête à faire un truc pareil puisque je l'avais déjà fait. J'aimerais savoir si toi, Alexander Foster, tu aurais été prêt à le faire sur la table de nos chers Serpentards, et à quoi ça aurait ressemblé !

Il ne put réprimer son rire. Mais celui-ci était nerveux. Pauvre Carlie, elle allait être déçue... Mais il ne pouvait pas décemment lui mentir sur sa personnalité, elle avait été honnête avec lui depuis le début, il devait faire de même. Même s'il prenait le risque de la faire fuir. Il soupira légèrement.

- A vrai dire Carlie, je ne suis pas du genre à m'exhiber et à me faire remarquer, je préfère être plus discret... Non pas que tu sois exhibitionniste hein ! Elle venait de froncer les sourcils, qui était la preuve chez une fille qu'elle était légèrement contrariée - voire trop - Non non, loin de là, juste que je ne suis pas aussi extraverti que tu sembles le croire. Ne le prends pas mal, s'il te plaît... Il marqua une pause. Disons que je n'aime pas être entouré et épié par toute une foule, je n'en vois pas l'intérêt. Je tiens à ma tranquillité, conclut-il, en avalant une nouvelle gorgée d'alcool.

Il espérait qu'elle ne braquerait pas, et qu'elle reconnaîtrait avant tout que le Serpentard avait voulu être honnête et sincère envers elle. C'était lui, c'était sa personnalité, et il n'allait pas changer de sitôt.

- Donc, reprit-il, pour répondre à ta question, je ne pense pas que tu me verras danser sur la table des Serpents, à moins que je ne sois ensorcelé ou manipulé ! Désolé de te décevoir ! Du coup... ça compte comme une confession non ? C'est donc à mon tour, non ?, dit-il, amusé.

Oui bon, ce n'était pas vraiment fairplay comme attitude, et peut-être que cela allait déplaire à Carlie. Il ne la connaissait pas assez pour savoir si elle serait assez patiente et tolérante envers lui. Pour autant, il n'était pas en train de jouer avec elle. Non, il ne se le permettrait pas, elle méritait bien mieux que ça. Conscient que son soudain silence pouvait être mal interprété, il se hâta de trouver une autre idée pour ne pas que l'ambiance soit lourde et qu'ils ne trouvent plus grand chose à se dire. Il se gratta le menton une nouvelle fois, fit semblant de jouer avec ses lunettes invisibles (Adam Wright style) et se racla la gorge, comme s'il s'apprêtait à prononcer un discours des plus importants.

- Puisqu'on parlait de ta pire honte... au contraire, quelle est la chose dont tu es la plus fière, et qui te rend heureuse rien que d'y penser ?
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Jeu 21 Aoû 2014 - 22:49

    Elle ne savait pas trop si elle préférait qu'Alex soit capable de répondre à sa demande ou non. Elle-même étant d'un naturel très discret, elle n'avait jamais trop apprécié les gens qui se donnaient en spectacle en permanence. Et pour la pousser à danser sur la table de manière aussi ridicule, il fallait soit toucher sa fierté, soit qu'elle ait un taux d'alcool anormalement élevé... Et elle regrettait déjà d'avoir accédé à la requête d'Alex. Bon sang, qu'est-ce qui lui était passé par la tête à ce moment là ?! Elle avait un grain, et elle allait faire fuir Alex, c'était certain ! Du moins, il aurait fui s'ils n'étaient pas enfermés dans cette pièce minuscule au seul avantage d'être approvisionnée en alcool – alcoolique – et du coup de retenir le Serpentard avec elle. Et le rire nerveux qu'il lâcha lorsqu'elle lui demanda s'il était capable de faire de même ne faisait rien pour remonter son moral. Bavo Carlie, bien joué !

    « A vrai dire Carlie, je ne suis pas du genre à m'exhiber et à me faire remarquer, je préfère être plus discret... Non pas que tu sois exhibitionniste hein ! Non non, loin de là, juste que je ne suis pas aussi extraverti que tu sembles le croire. Ne le prends pas mal, s'il te plaît...Disons que je n'aime pas être entouré et épié par toute une foule, je n'en vois pas l'intérêt. Je tiens à ma tranquillité »

    Super, il la prenait pour une demeurée. citrouille, citrouille, citrouille. Bravo Carlie, espèce de blaireaute débile ! Tu as tout gagné là, félicitations. Comment lui expliquer qu'en réalité ils étaient pareils lui et elle ? Qu'elle n'était pas non plus extravertie, ou seulement en comité très restreint avec des gens qu'elle connaissait vraiment, et appréciait ? Et au fond d'elle, elle aurait préféré que cet événement n'arrive jamais, qu'elle reste la gentille petite Carlie timide et légèrement hautaine qu'elle avait toujours été au premier abord. Maintenant, les gens pensaient vraiment qu'elle estimait qu'ils ne valaient pas la peine de passer du temps en leur compagnie. Par bonheur, Alex n'avait pas eu droit à ce côté de sa personnalité. Et elle venait de tout gâcher en passant pour une malade mentale digne d'un aller simple pour Ste Mangouste...

    Le Serpentard conclut finalement en confirmant qu'il n'accéderait pas à sa requête. Mais finalement elle en avait plus apprit sur lui avec sa justification, que s'il avait accepté de se rendre ridicule. Et elle appréciait ce qu'il lui avait révélé. Ils se ressemblaient sur certains points, et elle aimait ça. Peut être pour ça que le courant passait aussi bien entre eux, ce n'était pas une attirance seulement physique ou erronée par l'alcool. Carlie rit de nouveau lorsqu'il imita Adam, attendant la prochaine question qui ne saurait tarder. Pitié Merlin, Dumbledore, Vous Savez Qui ou Gandalf, peu importe, qu'elle ait une chance de se rattraper et de redevenir une fille normale !

    « Puisqu'on parlait de ta pire honte... au contraire, quelle est la chose dont tu es la plus fière, et qui te rend heureuse rien que d'y penser ? »

    Un grand sourire étira les lèvres de la Poufsouffle. Des choses dont elle pouvait être fière, il y en avait. Et il y avait de quoi attiser la curiosité d'Alexander, et la faire de nouveau passer pour une fille on ne peut plus normale. Ou presque.. Parce qu'elle avait toujours du mal avec le fait que la normalité existe dans un monde de magie... BREF. Elle s'installa plus confortablement sur le canapé, faisant toujours face au Serpentard et continuant à sourire avec douceur. Mais d'abord...

    « Avant de te répondre, j'aimerais juste mettre une petite chose au clair... Je sais que je viens de passer pour une fille qui aimait se faire remarquer. Mais en réalité, c'est tout l'opposé de moi. On est plutôt pareil tous les deux à ce niveau là, je n'aime pas faire de vagues, je n'aime pas me faire remarquer et je déteste être au centre de l'attention. Je sais que tu ne me l'as pas demandé, mais j'aimerais vraiment que tu n'aies pas une mauvaise impression de moi, ou que tu me prennes pour une fille que je ne suis pas. »

    Voilà, elle avait rattrapé le coup. Elle voulait être honnête avec lui, qu'il comprenne qu'elle ne se comportait pas comme ça lorsqu'elle était dans son état normal. Elle continua à sourire, tentant de lutter contre les vapeurs d'alcools qui emprisonnaient toujours son esprit. Encore un petit effort, pour répondre à sa question. Et après elle se laisserait porter, en espérant qu'elle ne balancerait pas trop d'âneries. Plongeant dans le regard chocolat d'Alex pour parvenir à se concentrer (tout en fondant comme neige au soleil encore une fois) elle releva finalement la tête et fixa l'ampoule qui pendait lamentablement du plafond, comme partie dans ses souvenirs.

    « La chose dont je suis la plus fière... C'est du futur qui m'attendait si la magie n'avait pas fait irruption dans ma vie. Des efforts que j'ai fourni depuis toute petite pour réaliser mon plus grand rêve, des sacrifices que j'ai pu faire pour arriver à faire partie des meilleurs petits rats de la Royal Ballet School. J'ai touché mon rêve du bout des doigts, et ça restera toujours ma plus grande fierté. »

    Elle cilla, et la pièce se reforma autour d'elle. Elle avait eu l'impression d'avoir été transportée hors de cette salle, hors du temps, dans son passé qu'elle chérissait, et dans la dimension parallèle en laquelle elle aimait croire. Et c'était comme un lent retour sur Terre qu'elle vivait à présent. Elle s'emportait toujours lorsqu'elle en venait à parler de cette passion, de ce secret qu'elle n'avait confié qu'à si peu de monde. L'alcool déliait les langues, c'était bien connu. Mais elle avait lancé le jeu, demandant toute l'honnêteté possible, et elle n'avait d'autre choix que d'être honnête avec Alex. Et elle était contente de l'avoir été. S'il devait se passer quelque chose avec Alex ce soir, elle voudrait que ça soit plus qu'une aventure d'un soir. Alors autant qu'il en sache le plus possible sur elle, non ? D'ailleurs en parlant de ça...

    « Alors Alex, à mon tour de te poser une question... Quelle est la chose que tu aies le plus envie de faire là maintenant tout de suite ? »

    Wait... WHAT ?! Mais POURQUOI avait-elle sorti cette question ?! S'il vous plaît, une cachette, un terrier, un trou quelconque où elle puisse se cacher. Ou bien une pelle pour qu'elle creuse sa tombe tout de suite. Qu'est-ce qui lui était passé par la tête Merlin ? Bien, elle ne pouvait plus faire marche arrière donc... Elle adressa un sourire énigmatique au Serpentard, et un clin d'oeil. Super, aguicheuse au possible. Plus jamais elle ne boirait d'alcool, c'était décidé. Espérons qu'il ne remarque rien et qu'il continue d'agir comme si de rien n'était – tout en répondant à sa question néanmoins. « Vas-y Alex, continue à boire et mets toi aussi mal que moi, que je ne me sente plus seule... »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Ven 22 Aoû 2014 - 1:58

Avant de répondre à sa question concernant sa plus grande fierté, elle tint à lui apporter une précision, une précision qui semblait lui tenir à coeur, comme si ce détail changerait la façon dont Alex la voyait, comme si cela influencerait son jugement, et surtout, comme si cela apporterait un quelconque changement sur la finalité de la soirée. Elle semblait avoir besoin de se justifier. Alors, il la laissa parler, conscient du fait que cela lui tenait apparemment à coeur, qu'il s'agissait de quelque chose de très important pour elle. Il en profita pour reprendre une gorgée de whisky, qui, au fur et à mesure de la soirée, paraissait aussi pénible qu'agréable. Son estomac était en feu, mais il était extrêmement détendu, et ne pensait à rien d'autre qu'à Carlie. Oubliés ses soucis, oubliés ses parents, ces bons à rien qui n'avaient que faire de l'endroit où se trouvait leur fils, et ce qu'il pouvait bien faire. Bon, Alex n'était pas du genre délinquant, mais tout de même... Bref, Carlie. Elle lui expliqua qu'elle n'était pas du tout le genre de fille à se faire remarquer, du moins, pas comme elle venait de lui montrer. Elle n'était pas du style à attirer les regards sur elle, bien au contraire. Elle était... un peu comme Alex. Peut-être pas aussi renfermé qu'elle et aussi sauvage qu'elle - il était clairement difficile de faire pire que lui, et le Serpent lui-même le reconnaissait - mais elle lui expliqua qu'elle était plus discrète, en général, n'aimant pas attirer l'attention sur elle. Il ne put réprimer son sourire face à cet aveu. Oui, c'était clairement un aveu. Carlie semblait soudainement soulagée, comme si un énorme poids venait de décoller de sa poitrine. Alex apprécia ce geste, cet effort qu'elle avait fait pour être honnête avec lui. Après tout, c'était elle qui avait lancé ce jeu, elle était obligée de s'y tenir à présent. Néanmoins, cette confession l'intimida un peu. Jusqu'où devrait-il aller dans ce petit jeu ? Alex n'était pas du genre à se confier sur les détails les plus intimes de sa vie, et il sentait que cette discussion prenait exactement cette direction. Et cela l'effraya. Il n'avait jamais parlé à personne de ses problèmes, du manque d'affection et de reconnaissance qu'il ressentait vis à vis de ses parents, et ce n'était pas une fille qu'il avait rencontrée en soirée et qui lui avait directement plu qui changerait la donne. Certes, elle était intéressante et méritait d'être connue, mais il en fallait beaucoup plus pour qu'Alex accepte de se dévoiler. Eh non cocotte, il fallait s'accrocher, et crois-moi, tu risquerais de te brûler les ailes. Oui, j'ai un don pour voir le futur. Ahem. Concentrons-nous sur le présent. Ce présent, où Carlie était censée répondre à la question concernant sa plus grande fierté. Ce qu'elle fit, et elle avait l'air particulièrement heureuse de dévoiler cette partie de sa vie à Alex.

- La chose dont je suis la plus fière... C'est du futur qui m'attendait si la magie n'avait pas fait irruption dans ma vie. Des efforts que j'ai fourni depuis toute petite pour réaliser mon plus grand rêve, des sacrifices que j'ai pu faire pour arriver à faire partie des meilleurs petits rats de la Royal Ballet School. J'ai touché mon rêve du bout des doigts, et ça restera toujours ma plus grande fierté.

Petits rats de la Royal Ballet School. La première image qui lui vint à l'esprit fut une rangée de souris habillée d'un tutu rose autour d'elles, faisant des pointes et des demies pointes. Puis, il se rappela soudain qu'il s'agissait là d'un terme qu'on employait en danse classique. Du moins, il lui semblait que c'était cela. Il ne s'était pas trompé, elle paraissait extrêmement fière et passionnée lorsqu'elle abordait le sujet. Et pourtant, il avait l'impression qu'elle parlait de cette passion comme quelque chose de passé, de terminé. Comme si elle était passé à autre chose, une fois que la magie eut fait son apparition dans sa vie. Un peu comme Alex lorsqu'il reçut sa lettre pour Poudlard, qui y vit là la liberté qu'il avait attendue pendant toutes ses années de calvaire chez ses parents. L'idée de commencer une nouvelle vie, loin d'eux - du moins, le temps des cours - lui avait immédiatemment plu et il avait passé l'été à attendre impatiemment que la rentrée arrive. Décidément, ils avaient beaucoup plus en commun qu'il ne le pensait. Une preuve qu'il n'était pas nécessaire d'appartenir à la même maison à Poudlard pour bien s'entendre. Bon, il était vrai que jusque là, les gens lui avaient souvent prouvé le contraire, mais cela semblait changer, maintenant qu'il se retrouvait en face de Carlie.

Mais la question qu'elle lui posa alors à son tour modifia complètement la façon dont les choses allaient tourner. Du moins, peut-être que certaines de ces choses allaient arriver plus vite que prévu. Elle avait osé lui demander quelle était la chose qu'il avait le plus envie de faire en ce moment-même. La réponse semblait parfaitement évidente, pourtant, pourquoi se posait-elle la question ? Il ne pouvait avoir envie que d'une seule chose : enfiler un tutu, et se mettre à tournoyer devant les yeux d'une Carlie époustouflée et émerveillée ! Non mais allô quoi ? Ce n'est clairement pas le genre de questions que l'on posait à un garçon lorsqu'on se retrouvait enfermé dans une pièce avec lui, habillée d'une robe rouge assez moulante qui mettait ses formes en valeur et qui pouvait faire craquer n'importe quel homme digne de ce nom. Néanmoins, il ne fallait pas qu'il se laisse impressionner. Elle voulait jouer ? Très bien, ils allaient jouer. Il se rapprocha légèrement d'elle, et se permit d'effleurer du bout des doigts le bras de Carlie qui était posé à côté d'elle, sur le canapé.

- A vrai dire oui, il y a bien une chose dont j'ai envie, mais je ne pense pas que tu mettes longtemps à deviner de quoi il s'agit...

Il se rapprocha une nouvelle fois, plongeant son regard dans les yeux verts de Carlie. Il pouvait sentir son souffle, et sa respiration qui s'accélérait tandis qu'il se rapprochait davantage d'elle. A quoi pouvait-elle s'attendre d'autre, après une telle question ? Il espérait qu'elle était consciente de l'impact de cette demande sur Alex. Et surtout, il espérait qu'elle ne le repousserait pas. Pas avec tout ça. Pas après toute cette discussion, ces regards, cette proximité. Cela n'aurait aucun sens. Il se mit à jouer avec une de ses mèches brunes, et la remit derrière son oreille, profitant du moment pour effleurer son visage. Elle était vraiment magnifique. Les yeux du Serpentard se posèrent sur les lèvres de Carlie. N'aies pas peur, murmura-t-il, tandis que son visage ne se trouvait à présent qu'à quelques centimètres à peine de celui de la jeune Poufsouffle. Il fit alors le premier pas. Bien qu'il l'ait déjà fait depuis quelques instants. Il déposa un léger baiser, non pas sur ses lèvres, mais au coin de la bouche de Carlie. Il ne bougea pas durant quelques secondes, puis finalement se recula. Son coeur battait un peu plus vite qu'à l'accoutumée, et il n'avait pas l'habitude de se retrouver dans un tel état. Cette fille n'était pas comme les autres, et elle parvenait à l'émouvoir et à lui faire ressentir des choses qu'il n'avait jamais éprouvées auparavant. Du désir, certes, désir d'être physiquement proche d'elle, mais il n'y avait pas que ça. Du désir d'aller plus loin avec elle, de ne pas se cantonner à un flirt d'un soir non. Il voulait tenter quelque chose de plus solide avec elle, quelque chose de plus sérieux. Il ne se voyait évidemment pas marié, ni vieillir avec elle, loin de là, mais il sentait qu'ils pouvaient vivre une jolie histoire, tous les deux. Certes, ils ne se connaissaient que depuis cette soirée, mais celle-ci avait suffi à Alexander pour lui confirmer que Carlie l'attirait et qu'il voulait faire un petit bout de chemin avec elle, car il savait que ce ne serait que bons et tendres moments. Il lui fit un léger clin d'oeil, et s'apprêta à prendre la parole, lorsqu'on toqua à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Lun 25 Aoû 2014 - 20:33

Spoiler:
 

    Pourquoi ? Pourquoi ? POURQUOI ?? Mais qu'est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour poser cette foutue question ?! Et si... Si elle s'était trompée ? S'il n'en avait rien à faire d'elle ? Si tout cela n'était qu'une mascarade ? Si Alexander ne jouait qu'un jeu, dont elle n'était qu'un pion ? Si pire, c'était un pari effectué avec la girafe blonde ? Si les deux étaient en train de se jouer d'elle, elle pauvre gentille Poufsouffle innocente, seulement coupable d'être une jeune fille de 16 ans un peu trop sensible aux charmes d'un garçon de Serpentard. Et voilà qu'elle se comportait comme une allumeuse, après s'être énervée contre lui et ridiculisée. Décidément, ça ne tournait pas rond chez elle... Par bonheur (vraiment ?) Alexander ne sembla pas destabilisé par la nature de sa question... Plutôt... amusé peut être ? Il se rapprocha d'elle et la lueur de malice qui brillait dans son regard n'augurait rien de bon... Carlie tressaillit au contact des doigts du jeune homme sur son bras, qui laissèrent comme une traînée de flammes dans leur sillage. Elle était hypnotisée par son regard, incapable de s'en détacher, incapable de penser, de respirer ou de faire quoi que ce soit de sensé.

    « A vrai dire oui, il y a bien une chose dont j'ai envie, mais je ne pense pas que tu mettes longtemps à deviner de quoi il s'agit... »

    Ok, elle allait défaillir. Son regard chocolat qui semblait l'envelopper toute entière, insistant, malicieux... Leurs visages n'étaient plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, leurs souffles se mêlaient, celui de la Poufsouffle de plus en plus saccadé. Elle savait ce qui allait suivre, et les nombreuses Carlie qui vivaient dans sa tête dansaient toute la macarena en chantant à tue-tête. Oui, elle attendait ce moment depuis un certain temps, elle ne pouvait pas mentir là dessus. Mais l'alcool lui faisait tourner la tête, et semblait exacerber toutes ses sensations. Un courant d'électricité la parcourut toute entière lorsqu'il effleura son visage, accélérant encore plus la chamade de son cœur. Si elle survivait à ce suspense... Non non, pas d'exagération. Elle ressentait la même excitation que celle qui précédait une entrée sur scène, la même fébrilité, l'impression qu'elle allait s'envoler et disparaître. Et c'était comme si le temps s'était arrêté, les secondes semblaient des jours... Jusqu'à ce que les lèvres du Serpentard ne se posent à la commissure de ses lèvres à elle, lui coupant le souffle instantanément. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Est-ce que ce geste avait un sens ? Hésitait-il à faire plus ? Ou bien était-ce à son tour de faire le premier pas (ou plutôt le deuxième en l'occurrence) ? Sa tête allait exploser sous les questions qui arrivaient par centaine. Elle avait envie de déconnecter son cerveau ne serait-ce qu'un instant, pour apprécier ce moment délicieux. Elle avait envie de plus qu'un baiser d'un soir – tout en restant sage bien évidemment, rooooh – mais elle ne savait vraiment pas si c'était pareil pour lui...

    Lorsqu'il se recula, laissant une petite pantoufle pantelante face à lui, Alex avait pourtant l'air satisfait, mais certainement pas calculateur. Et le clin d'oeil qu'il lui adressa finit de l'achever. Elle était pendue à ses lèvres, tentant de retrouver contenance malgré tout, espérant qu'Alex aurait la gentillesse de lui dire ce qu'il attendait d'eux – ou du moins si ce « eux », ou « nous » pouvait seulement exister. Autant le savoir de suite pour aviser ensuite. Et... Non, un intrus osait frapper à la porte, rompant la petite bulle dans laquelle ils se trouvaient depuis quelques instants... Qui ? Qui osait les déranger ?! Carlie se retourna vers la porte restée close jusque là, qui s'ouvrit sur... Smith ! Elle allait lui arracher les yeux ce soir, il le cherchait vraiment ! Et sa tête de fouine là, insupportable ! Il eut un mouvement de recul en voyant qui se trouvait dans la salle, et rapidement l'air furieux. Un de ses amis tenait la porte tout en discutant avec les gens autour, indifférent à la scène qui allait se dérouler à côté de lui. Carlie allait s'énerver s'il ouvrait la bouche, elle avait trop bu et ça allait faire des étincelles.

    Smith pointa un doigt accusateur vers Alexander, visiblement en colère, à tel point que l'on pouvait presque s'attendre à voir de la fumée sortir par ses oreilles.

    « Qu'est-ce que tu fous encore là Frosties ? Je croyais t'avoir dit de rester loin de Carlie ? Et toi tu l'enfermes dans une pièce, seule avec toi, où personne ne peut vous entendre ?! »

    Frosties, sérieusement ? Ce mec était vraiment un abruti... Et Carlie espérait qu'Alex savait se montrer plus menaçant que le tigre des céréales Frosties (ok je sors). Son condisciple de Poufsouffle attrapa son poignet et la tira vers lui, l'obligeant à se lever du canapé. Elle allait protester, mais manqua de s'étaler de toute sa longueur à cause du vertige provoqué par le mouvement trop brusque. Smith voulait la tuer ou quoi ?!

    « Viens Carlie, on va ailleurs. » Il se tourna vers Alex, méchamment. « Tu l'as saoulée et tu voulais profiter d'elle c'est ça ? Tu m'écoeures, Foster, je ne croyais pas que les Serpentards étaient capable de s'abaisser à de telles choses... »

    Carlie écrasa le pied de Zacharias de son talon aiguille pour qu'il la lache. Ce type était vraiment le pire abruti de la Terre, et il ferait tout pour faire couler Alex, elle le sentait. Le Poufsouffle poussa un cri de douleur et la lâcha, avant de la fusiller du regard. Il puait l'alcool lui aussi, soit il avait trop bu, soit il était tombé dans une piscine de punch... Mauvais signe tout ça, très mauvais signe. Et ça ne laissait présager rien de bon.

    « Qu'est-ce que tu fous là Smith ? On n'a pas besoin de toi, et JE n'ai pas besoin de ton aide, merci quand même pour l'attention. Tu as dit toi même que je n'étais pas un objet, je peux donc me débrouiller seule. Et crois moi, si je n'avais pas envie d'être ici avec Alex – oui il a un prénom – je n'y serais pas. Donc tu peux foutre le camp je crois ! »

    Ses yeux verts lançaient des éclairs, elle était franchement énervée et Smith l'avait bien cherché. Il la regarda comme si il avait prit une gifle en pleine figure, outré qu'elle prenne la défense d'un Serpentard plutôt que celle d'un de ses condisciples.

    « Hey, je crois qu'il lui a lancé un sortilège de confusion, elle a perdu la tête ! Tu viens m'aider ? »

    Le Serdaigle qui faisait le gué lui adressa un sourire carnassier avant de sortir sa baguette, d'un même mouvement que Smith.

    « Miam, j'avais envie de bouffer du serpent ! »

    Oups. Ils étaient mal, aucun d'eux n'avait de baguette pour se défendre... La porte était bloquée, ouverte, par chance, ils pouvaient peut être s'échapper... Sans réfléchir, Carlie s'élaça sur ses talons et sauta sur le dos de Smith, masquant ses yeux de ses bras.

    « Occupe toi de l'autre Alex, il faut qu'on sorte d'ici ! »


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Jeu 28 Aoû 2014 - 23:15

Il y avait une bonne cinquantaine de personnes présentes à cette soirée, et la seule qui avait eu l'idée de se ramenerpile ce moment-là, c'était cet abruti de pantoufle de Smith. Avait-il un détecteur de baiser sur les lèvres de Carlie pour débarquer comme ça sans prévenir ? Alexander passa d'un état de bien être total à un état d'énervement, et cette colère était dirigée vers le Jaune. Il ne savait clairement pas à qui il avait affaire, cet imbécile de Smith. Lorsqu'il entraîna - contre son gré - la jeune Carlie, il sentit la rage monter en lui. De quel droit se permettait-il de décider ce qui était bon ou pas pour elle ? De décider avec qui elle voulait être, et ce qu'elle voulait faire une fois avec cette personne ? Personne, un minus, un moustique, un insecte, un cafard, bref, un truc minuscule qu'Alex avait de ratatiner. Et lorsqu'il l'accusa d'avoir volontairement entraîné Carlie ici, pour la saouler - avec de la boisson hein, pas en parlant trop, Alex n'est pas capable de saouler quelqu'un, il est tellement intéressant et charmant et beau bref - et abuser d'elle, ce fut la goutte de potion qui faisait déborder le chaudron. Ce mec était juste jaloux de lui et du fait qu'il ait réussi à attiser l'intérêt de Carlie, contrairement à lui. Il se demandait bien ce qu'une fille pourrait lui trouver un jour, à ce blondinet de pacotilles. Bref. Alex ne désirait qu'une chose à présent : faire taire Smith et surtout, lui faire avaler ses dents. Mais ce fut Carlie qui prit les devants, lorsque le Poufsouffle fit appel à son ami et qu'ils sortirent tous les deux leur baguette, pointées à présent en direction de Carlie et lui. La jeune fille sauta littéralement sur le dos de Smith et tenta tant bien que mal de le déstabiliser. Quoique, en observant la scène, le Poufsouffle semblait bien mal en point, essayant de se débarasser de Carlie qui obstruait sa vue. Alex profita de ce moment de diversion pour foncer droit sur l'autre Jaune. Il le plaqua à terre, lui confisqua sa baguette - qu'il se retint de briser en deux, même si l'envie était présente - et qu'il jeta loin de lui, hors de sa portée. Il lui asséna un coup de poing en pleine tête, et le Jaune semblait dans les vappes. Bien. Pendant que Carlie était toujours suspendue sur le dos de Smith, Alex en profita pour attraper les pieds du deuxième Jaune et pour le faire glisser dans la pièce. Il fit ensuite signe à Carlie de descendre de Smith (rho voyons). Il attrapa la jeune fille par le poignet, et fit en sorte de la placer derrière lui, pour qu'il se retrouve face à face avec Smith. Un sourire mesquin se dessinait sur son visage tandis que Smith semblait perdre toute contenance et toute fierté, qu'il avait voulu afficher quelques minutes auparavant. Ce qui rassura Alex. Il s'approcha de lui, réduisant l'espace qui les séparait, pour se retrouver à quelques centimètres de lui. Il le dominait très clairement par la taille et le Serpentard dût baisser la tête pour ne pas briser cet échange de regard.

- Ecoute-moi bien Smith, la prochaine fois que tu te mets en travers de mon chemin, je te promets, tu me le paieras. Et la prochaine fois que je te reprends à essayer de dicter la conduite de Carlie, ou même à simplement croiser son regard, tu regretteras que tes parents t'aient mis au monde et t'aient donné ces petits yeux bleus. Je me suis bien comprendre ?

Il n'attendit même pas sa réponse, et de toute façon, il savait très bien qu'il n'aurait rien répondu. Le visage de Smith n'exprimait plus la colère, mais bien la peur. Une vraie mauviette, ce n'était pas pour rien que le blaireau était l'emblème des Poufsouffle... oui bon, Carlie était une Poufsouffle, oui c'est vrai, mais elle n'avait rien à voir avec le minable qui se trouvait devant lui. Loin de là. Elle était plus digne. Elle aurait dû appartenir à Serpentard, rien que pour ça. Mais là n'était pas la question. Il s'apprêta à se retourner et à entraîner Carlie un peu plus loin, pour laisser le Jaune réfléchir à ce qu'il venait de se passer, mais une petite voix dans son esprit lui indiqua que ce n'était pas terminé, et qu'il devait l'achever. Et Alex ne mit pas longtemps à écouter cette petite voix qui s'adressait à lui. Le sourire toujours aussi mesquin, il se retourna à nouveau pour faire face à Smith, qui se demandait bien ce que pouvait lui vouloir encore Alex. Mais il n'allait pas tarder à le savoir. Alex serra le poing et l'envoya droit dans la figure de Smith. Il sentit ses doigts craquer sous la pression, mais ne voulut pas montrer le moindre signe de souffrance. Il dominait la situation depuis tout à l'heure, et cela devait rester ainsi. Smith porta ses mains à son nez, ensanglanté, et s'agenouilla, sous la douleur. Alex en profita pour l'entraîner à son tour dans la pièce, en compagnie de son ami, et referma la porte derrière lui, en n'oubliant pas de leur souhaiter une bonne soirée. Il se retourna vers Carlie, et l'observa. Il ne savait pas trop ce qu'elle penserait de lui, si elle le considérerait comme quelqu'un de violent à présent. Mais il ne voulait pas y songer. Sa main lui faisait extrêmement mal, et il grimaça, contre son gré, lorsqu'il serra ses doigts.

- Je propose qu'on retourne là-bas, on n'a plus trop à s'en faire pour eux, je pense...

Sans attendre une réponse de sa part, il prit la direction du salon, où se trouvaient encore une bonne vingtaine de personnes, et se dirigea vers le bar. Il le contourna, fouilla dans le réfrigérateur à la recherche de glaçons, qu'il mit à l'intérieur d'un torchon qui traînait là, et qu'il posa sur sa main, endolorie. Il s'assit derrière le comptoir, et se retourna, surtout pour voir si Carlie l'avait suivi, malgré tout, malgré cet incident. Après tout, il l'avait sauvée des griffes du Jaune, elle pouvait au moins reconnaître ça, même si elle n'avait pas apprécié la manière. Mais il ne fallait pas qu'elle oublie que les deux moustiques étaient prêts à faire usage de la magie contre eux, donc, c'était de la légitime défense. C'est du moins ce que tenta de se dire Alex pour se rassurer. A voir si Carlie était du même avis que lui. Sinon eh bien...
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Sam 30 Aoû 2014 - 1:16

    Carlie regarda sa main et fut surprise d'y trouver la baguette de Zacharias... Elle avait du la lui arracher pendant la lutte, sans même s'en rendre compte. A vrai dire, tout ce qui venait de se passer ces derniers instants était un flou de couleur et de bruits entremêlés de manière désorganisée. Comme si tout s'était passé en accéléré, entre le moment où elle avait sauté sur le dos de Smith avec sa robe trop courte et ses talons trop hauts, et celui où Alex avait fermé la porte sur les deux garçons. Ah si, elle se souvenait d'un bruit effroyable de craquement d'os qui lui avait fait froid dans le dos. Elle haussa les épaules et déposa la baguette au milieu d'un bouquet de fleur posé sur un petit guéridon à la sortie de la pièce secrète. Bon courage à lui pour la retrouver. Et elle posa les yeux sur Alex, qui semblait attendre de voir si elle allait le suivre ou non. La jeune femme mordilla sa lèvre inférieure, tentant de remettre les actions dans l'ordre. Une bouffée de gratitude l'envahit lorsqu'elle le regarda, teintée d'inquiétude lorsqu'elle le vit grimacer. S'était-il blessé ? Elle avait cru sur le moment que c'était le nez de Smith qui avait explosé sous le choc, mais finalement ce n'était peut être pas le cas. Et elle ressentait autre chose... De la peur ? Non pas de la peur... Un certain malaise peut être. Avait-elle un instant pensé que cette histoire les mènerait aux mains ? Probablement pas... Et la voilà qui s'était retrouvée du côté d'Alexander, un Serpentard, à faire face à deux de ses condisciples de Poufsouffle. N'était-ce pas sensé être la maison de la loyauté pourtant ? Et il lui suffisait de fréquenter Alex quelques heures pour tourner le dos à ses principes... Voilà une histoire qui allait faire du bruit si elle survivait à cette soirée (l'histoire impossible entre un Serpentard et une Poufsouffle, comme c'est romantique). Enfin, n'importe qui aurait envie de mettre son poing dans la figure de Smith s'il en avait l'occasion, et elle se doutait que de nombreux Poufsouffles le feraient également volontiers, loyauté ou non. Quand le fruit est pourri à l'intérieur, on ne peut plus rien faire pour lui. Mais quand même, une telle violence... Certes c'était elle qui avait poussé Alex dans cette voie, et ils auraient plutôt du tenter la diplomatie à la force, se comporter comme des gens civilisés et intelligents.... Puis la tête de Smith lui revint en mémoire, sa baguette brandie, son regard fou. Non ils avaient définitivement fait le bon choix. Et de voir sa tête déconfite et effrayée face à Alex était une merveilleuse récompense. Tant pis pour le reste.

    « Je propose qu'on retourne là-bas, on n'a plus trop à s'en faire pour eux, je pense... » 

    Carlie se rendit compte qu'elle était totalement perdue dans ses pensées quand elle revint sur terre suite à ces paroles. Et qu'elle vit le Serpentard s'éloigner. Elle ne devait pas avoir l'air très engageante, appuyée contre la porte cachée, perdue dans ses pensées.. Super, belle façon de le remercier. Elle se sentit coupable en entendant les gémissements étouffés des deux Poufsouffles derrière elle, et se promit de prévenir quelqu'un si elle ne les avait pas revus lorsqu'elle partirait. Non pas avant, elle ne voulait pas prendre le risque de les recroiser de nouveau, encore plus énervés qu'ils ne l'étaient. Alex ne pouvait pas perdre sa deuxième main. Citrouille, Alex. Son esprit embrumé d'alcool n'arrivait décidément plus à se focaliser sur la moindre chose plus de deux secondes. Elle le vit disparaître dans le salon, et se décolla enfin de la porte. Elle comptait bien passer la fin de la soirée avec lui, surtout après ce qu'il s'était passé dans cette pièce. Il se retourna lorsqu'elle entra à son tour dans la pièce, et elle lui adressa un grand sourire. Elle n'allait pas l'abandonner comme ça, voyons. Elle rapprocha le siège le plus proche pour s'asseoir à côté de lui, toujours souriante.

    « Merci, vraiment. Sans toi, j'aurais eu du mal à m'en sortir seule je pense... Ce type est une vraie plaie. Deux fois dans la même soirée tu joues le chevalier en armure, je ne méritais pas tant. Et joli coup de poing ! »

    Elle lui adressa un clin d'oeil en riant doucement, lui signifiant ainsi qu'elle ne lui en voulait pas d'en être arrivé à se battre. Elle était lucide, elle savait qu'ils n'avaient aucune chance sinon. Elle chassa l'idée que toutes ces aventures ne seraient pas arrivées si justement le Serpentard n'était pas arrivé dans l'équation, et si du coup elle n'avait pas eu besoin de dragouiller Zacharias Smith pour le rendre jaloux. On est bête à 16 ans que voulez-vous ? Son regard se posa sur le chiffon qu'il tenait sur sa main et elle se mordilla de nouveau la lèvre inférieure, gênée qu'il se soit blessé pour elle. Et il avait l'air d'avoir mal, ce qui était encore pire. Elle baissa la tête sur ses genoux avant de reprendre la parole.

    « Je suis désolée... Je n'aurais pas du t'entraîner là dedans. Je te suis redevable, Alex. Et je suis désolée que tu te sois blessé... Je peux regarder ? »

    Carlie releva la tête jusqu'à rencontrer le regard du jeune homme, attendant son approbation. Elle avait déjà vu son père s'occuper d'une main blessée, il lui avait appris à gérer ce genre de situation, un minimum du moins, dès le moment où elle avait exprimé son vœu de devenir médicomage. Et si elle pouvait aider Alex, elle le ferait avec plaisir. Elle n'allait pas le traîner chez elle au milieu de la nuit et le présenter à son père pour qu'il l'examine, il ne fallait pas non plus exagérer. Elle allait devoir se débrouiller seule. La jeune femme attrapa la main d'Alex avec douceur, la maniant avec d'infinies précautions, et retira la pochette de glace. Les phalanges étaient contusionnées par les coups, un peu raides peut être. Elle massa délicatement sa main, guettant les signes de douleur, mais à son sens, il n'y avait rien de grave... Elle récupéra la pochette de glace qu'elle appliqua de nouveau sur sa main blessée, tout en continuant de la tenir et de la masser doucement, dessinant des cercles avec son pouce. Elle n'avait toujours pas les idées très claires, et ça ne ferait sans doute qu'empirer avec le temps, vu tout ce qu'elle avait bu et sa faible résistance, mais elle arrivait à se concentrer un peu, c'était déjà ça. Elle rencontra de nouveau son regard et lui adressa un sourire empli de douceur.

    « Je ne pense pas que ça soit cassé, ne t'en fais pas. Après je ne suis pas encore médicomage hein, mais normalement pas besoin de s'inquiéter, je pense que la douleur s'estompera progressivement... Si je peux me racheter de quelconque manière, dis-le moi. »

    Nouveau sourire. Quoi qu'il puisse se passer à la fin de cette soirée, elle savait déjà qu'ils ne seraient plus deux étrangers. Et Alexander l'intriguait, elle était forcée de l'admettre. Sa carapace, son courage, leurs nombreux points communs... Elle voulait au minimum devenir amie avec lui, elle en était sûre. Et elle se sentait vraiment coupable de ce qu'il venait de se passer, et elle ferait tout pour se racheter. D'autre part, elle mourrait d'envie de savoir ce qu'il s'apprêtait à lui dire juste avant l'intervention de Smith, juste après ce pseudo-baiser... Elle n'oserait pas demander cependant, même en n'ayant plus toute sa tête. Elle espérait juste ne pas avoir vu sa chance s'envoler lorsque la porte s'était ouverte.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Lun 1 Sep 2014 - 23:10

Lorsque Carlie fit son apparition dans la grande pièce, il soupira. Mais c'était surtout un soupir de soulagement, de voir que le coup de poing qu'il avait envoyé dans le pif de Smith ( et de l'autre ) n'avait pas influencé le désir de la jeune fille de passer la soirée avec lui. Elle aurait pu s'enfuir, ou rester avec Smith et son ami pour les rassurer. Mais non, elle était bien là, ici, devant lui, à lui masser la main, pour vérifier qu'il n'avait rien de cassé. Elle lui assura que ce n'était pas le cas, et que même si elle n'était pas -encore- médicomage, elle s'y connaissait un peu pour savoir si sa main était endommagée ou pas. Un léger sourire se dessina sur son visage. Il la toucha quand elle s'excusa, rejetant entièrement la faute sur elle, et lui quémandant d'accpeter de lui pardonner. Bien évidemment qu'il ne lui en voulait pas, elle n'avait rien fait de mal. Tout ce qu'elle avait fait, c'était accepter de passer la soirée avec le Serpentard, même si ce n'était pas prévu au départ, et d'accepter ce rapprochement physique avec lui. C'était bien la seule chose qu'elle pouvait se reprocher, et Alexander n'était pas prêt de lui en vouloir pour ça. Loin de là. Alors que sa main blessée était toujours dans celles de Carlie, il posa sa main gauche sur les siennes et les serra légèrement.

- Tu n'as rien à te faire racheter, Carlie, rien du tout. Tu n'es en aucun cas fautive de la bêtise de cet imbécile de Smith... Il est jaloux, tout simplement, et entre nous, je le comprends, vu le bellâtre que je suis.

Un clin d'oeil, et le tour était joué. Il espérait que Carlie mettrait sa culpabilité de côté et qu'elle redeviendrait la jeune fille joyeuse et douce qu'il avait vue quelques instants auparavant. C'était la Carlie qu'il commençait à apprécier, pas celle qui se sentait coupable de la connerie des autres. C'était la Carlie souriante qui avait fait craquer le Serpentard, et qui l'avait incité à venir vers elle. Et il voulait la retrouver à tout prix.

- Alors, jeune Carlie, dit-il en plongeant son regard dans ses yeux verts émeraude, comme ça, pour se défendre, on saute sur le dos de son adversaire, et on essaye de le déstabiliser ? C'est une technique comme une autre, après tout. Il ne put réprimer un léger rire. Mais, en duel, ça risque de te porter préjudice, le temps que tu l'atteignes, tu auras déjà pris un sort en pleine tête. A moins que tu ne te mettes à valser, ou même à faire la danse du hibou pour l'attraper... et encore, je doute que cela suffise...

Il espérait sincèrement qu'elle ne le prendrait pas mal, même s'il s'était mis à rire lorsqu'elle s'était donnée en spectacle devant lui. Il devait tout de même qu'elle était douée, et qu'elle savait se mouvoir avec une grande facilité. Non vraiment, il était impressionnée par la façon dont elle rendait le tout sensuel et attirant. Beh oui, Alex était un homme avant tout, et il avait été davantage subjuguée par sa beauté. Il espérait au fond de lui avoir l'occasion à nouveau de la voir danser près de lui...
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Mer 3 Sep 2014 - 12:08

    Carlie continuait à masser doucement la main endolorie du Serpentard, se sentant toujours aussi coupable de cette blessure, et ce sentiment était largement exacerbé par le whisky pur feu qui continuait à lui monter à la tête. Elle avait vraiment trop bu et elle commençait à regretter cette folie. Enfin, au moins, la compagnie d'Alexander était plus qu'agréable et elle garderait un bon souvenir de cette soirée... si l'alcool n'effaçait pas tout bien entendu. Tout le monde ne peut pas prétendre avoir passé une partie de la soirée enfermé dans une pièce secrète, puis s'être battu et avoir enfermé deux personnes dans une pièce dont ils pourraient difficilement sortir d'eux-même bien qu'ayant une baguette avec eux, du fait qu'ils n'étaient pas autorisés à user de la magie en dehors des murs de l'école. Non vraiment, de bons souvenirs. Jusqu'à ce qu'elle s'en prenne plein la tête à son retour dans la salle commune de Poufsouffle, ce qui arriverait inévitablement elle s'en doutait.

    Elle reporta son attention sur Alex lorsque celui-ci serra doucement ses mains dans sa main libre. Elle rencontra son regard et sentit son cœur s'emballer légèrement.

    « Tu n'as rien à te faire racheter, Carlie, rien du tout. Tu n'es en aucun cas fautive de la bêtise de cet imbécile de Smith... Il est jaloux, tout simplement, et entre nous, je le comprends, vu le bellâtre que je suis. » 

    La Poufsouffle leva les yeux au ciel en riant. C'était sûr, il ne se prenait pas pour n'importe qui celui là... Et entre nous, il avait toutes les raisons de le faire.

    « Heureusement que tu me fait de l'oeil après ça, je te jure que je serais partie à la recherche d'un cure dent pour faire dégonfler ta tête. Si ça continue comme ça, tu vas finir par t'envoler, et j'aimerais bien que tu restes assis sur ce tabouret avec moi... »

    Elle riait, mais elle était sincère dans ce qu'elle disait. Enfin sauf peut être pour transpercer sa tête avec un cure dent... Quoique. Non non, elle n'était pas une psychopathe, faut pas croire. Mais elle pensait le reste de sa phrase. Le temps allait continuer à filer à toute vitesse avec lui, elle le savait. Ils s'entendaient bien et riaient beaucoup, une belle amitié semblait se profiler à l'horizon et elle en était particulièrement fière. Il plongea de nouveau son regard dans le sien et elle ne put plus s'en détourner. Elle avait trop bu pour se sentir gênée par ce contact quasi permanent entre eux, mais elle en oublia presque comment respirer. Bravo Carlie.

    « Alors, jeune Carlie, comme ça, pour se défendre, on saute sur le dos de son adversaire, et on essaye de le déstabiliser ? C'est une technique comme une autre, après tout. Mais, en duel, ça risque de te porter préjudice, le temps que tu l'atteignes, tu auras déjà pris un sort en pleine tête. A moins que tu ne te mettes à valser, ou même à faire la danse du hibou pour l'attraper... et encore, je doute que cela suffise... » 

    Carlie le fusilla du regard, tentant de garder son sérieux, et d'ôter toute trace de chaleur de sa voix.

    « Je réitère mes menaces Foster, si tu parles à qui que ce soit de ce que j'ai pu faire là dedans, je te jure que ce sera la dernière chose de ta vie que tu feras. Je te ferai manger le calamar géant et je te noierai dans le lac. Ne me tente pas ! »

    Elle le regarda encore le plus sérieusement du monde pendant quelques secondes, avant d'éclater de rire. Qu'il était difficile de garder son sérieux face à lui... Sa présence la mettait en joie, combinée à l'ambiance festive autour d'eux, et elle ne prétendrait jamais être une bonne actrice. Mais elle espérait quand même qu'il l'ait prise au sérieux, ne serait-ce qu'un court instant, ce serait déjà une petite victoire personnelle.

    « Sinon, pour revenir à ta critique... Oui, sauter sur le dos de son adversaire est pour moi plus utile que mettre mon poing dans sa figure. Je suis une naine, je me débrouille comme je peux. Et pour terrasser un géant, il vaut mieux pour moi que je saute sur son dos et que je l'aveugle plutôt que d'essayer vainement d'atteindre son nez, tu ne crois pas ? D'autre part, je suis redoutable avec une baguette, donc pas besoin de subterfuges de la sorte pour que je me sauve la vie ! »

    A son tour de se montrer un brin prétentieuse. Mais elle ne mentait pas, elle maniait bien la baguette et se donnait énormément de mal pour maîtriser le plus de sortilèges possibles. Elle n'était certes pas une Hermione Granger bis, mais elle se débrouillait plutôt très bien quand même. Elle rit doucement, avant de reprendre la parole.

    « Et la danse du hibou... C'est un merveilleux moyen pour déconcentrer ton adversaire et gagner du temps j'en suis sûre. Je parviendrai même à dérider Tu Sais Qui, j'en suis certaine ! »

    Non non, pas d'exagérations.. Non vraiment je vous dit. Bon... Peut être un tout petit peu. Et elle n'aurait sûrement jamais le cran de tester sa théorie. Enfin si elle devait se retrouver face à Vous Savez Qui elle serait très probablement paralysée de peur, incapable de faire quoi que ce soit, alors danser vous pensez bien... Elle réprima un frisson à ces pensées et adressa un clin d'oeil à Alex.

    « Et puis, tu te moques de moi... Mais je suis sûre qu'en réalité tu es jaloux de ne pas pouvoir faire la même chose... »

    Bon il fallait qu'elle arrête de pousser le bouchon aussi loin. Elle avait dit ça dans un souffle, avec la voix la plus suave possible. Son cerveau baignait vraiment dans l'alcool et partait dans tous les sens. Plus jamais elle ne boirait autant, c'était décidé. Avant même de savoir ce qu'elle faisait, elle prit de nouveau la parole.

    « D'ailleurs ça me fait penser que je ne t'ai pas correctement remercié pour m'avoir sortie de là sans encombres... »

    Elle se rapprocha avant de poser ses lèvres à la commissure de celles du Serpentard, comme il l'avait fait précédemment, avant l'intervention de l'autre blaireau. Ce n'était que bref et furtif, le temps qu'elle comprenne ce qu'elle était en train de faire et de se reprendre. Elle s'écarta de lui, en rougissant légèrement. Incapable de soutenir son regard, elle observa vaguement la salle en tenant de reprendre ses esprits. Ce n'était pas son genre d'agir sans réfléchir... Et la Carlie qu'elle était ce soir était assez éloignée de celle qu'elle était habituellement. Elle espérait seulement qu'Alex ne serait pas déçu par la fille qu'elle était réellement, plus réfléchie et plus posée que celle qu'elle avait été avec lui jusque là. Et qu'il ne lui tendrait pas rigueur de faire et raconter n'importe quoi à l'heure actuelle.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Ven 5 Sep 2014 - 19:18

Lorsqu'elle le menaça, une nouvelle fois, de le jeter dans le Lac pour aller saluer le calamar, il ne pût s'empêcher de rire. Elle voulait sûrement avoir l'air sérieux, mais le serpentard savait pertinemment qu'elle ne l'était pas du tout. Pas une once de crédibilité. Rien de méchant là-dedans, mais Alexander avait bien compris depuis un moment qu'elle semblait l'apprécier -un piti peu- et qu'elle serait incapable de le balancer dedans. Et en plus, elle n'en aurait certainement pas la force. Des petits pas de danse n'avaient jamais tué quelqu'un... Alors, il se contenta de hocher la tête, comme pour lui montrer qu'il intégrait l'information au plus profond de son cerveau, pour les prochaines fois. Et puis, elle se mit à rire. Vraiment magnifique. Il avait envie de toucher ses cheveux, son visage, pour vérifier une nouvelle fois si elle était réelle. Il avait cette appréhension de se réveiller et de constater qu'il se trouvait toujours dans son lit, chez lui, et que tout ce qu'il avait vécu n'était qu'un simple rêve. Mais la douleur de sa main le ramena sur Terre et lui assura qu'elle se trouvait bien là, face à lui, tout sourire.

Elle lui assura que sa technique et sa danse du hibou la sauverait de n'importe quelle situation. Même contre Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Il se retint d'ailleurs de grimacer quand elle en fit allusion. Il n'aimait pas s'exprimer sur ce sujet, la menace lui semblait alors moins présente, même s'il savait pertinemment qu'il était de retour, et qu'il pouvait frapper à tout moment... D'ailleurs, cela avait-il un lien avec les horribles choses arrivées à Poudlard ? Peut-être, peut-être pas, il n'en avait aucune idée. Et son regard se reposa alors sur la douce Carlie, et il oublia ces sombres pensées. Elle était toujours en train de sourire et de lui parler, une lueur de malice dans les yeux. Il ne fallait plus qu'il pense à tout cela. Et qu'il se focalise sur Carlie. C'était la chose la plus importante pour ce soir, le reste était tout à fait banal. Même Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom était à côté de Carlie une pauvre chose innofensive.

Et puis, elle lui fit remarquer qu'elle ne l'avait pas encore remercié de lui avoir sauvé la vie, tel un héros des bandes dessinées... Ahem. Bon, Smith & son pote étaient moins glorieux que les méchants des histoires, mais ils faisaient quand même partie des méchants. Et en guise de remerciement, il la vit s'approcher de lui et, tandis qu'il observait ses magnifiques yeux verts avec envie, elle déposa à son tour un baiser au coin de ses lèvres, de la même manière que lui, quelques temps auparavant. Elle se recula ensuite et le fixa, comme si elle guettait la réaction du Serpentard. Mais comment veux-tu qu'il réagisse Carlie ? Qu'il te repousse, qu'il te donne un coup de pied pour que tu t'envoles jusqu'au mur ? Mais non, c'est pas ça ! Un léger sourire apparut sur les lèvres d'Alex, qui fut particulièrement surpris de ce geste, mais pas du tout déçu. Lorsqu'il sentit ses lèvres sur les siennes, il sentit une chaleur lui envahir le corps, et il n'eut plus envie qu'elle s'en aille. Malheureusement, elle s'était reculée. Elle détourna le regard. Avait-elle honte ? D'embrasser un Serpentard, alors qu'elle appartenait à Poufsouffle ? D'embrasser Alexander Foster, le coureur de jupons de ces dames ? Peut-être... Il voulait en être sûr. Il lui prit le menton et l'obligea à tourner la tête vers lui. De sa main libre, il attrapa la sienne, et la força à se rapprocher de lui. Assis sur son tabouret, elle se retrouva entre ses deux jambes, sans pour autant être complètement collés l'un à l'autre. Il pouvait sentir qu'elle tremblait légèrement, comme elle l'avait toujours fait à son contact, depuis le début de la soirée. Il espérait sincèrement qu'elle n'avait pas peur de lui et surtout, qu'elle n'avait pas agi de cette manière à cause de l'alcool. Lui aussi avait les idées légèrement floues à cause de la boisson, mais il était certain d'une chose : il ne voulait pas se contenter d'une simple amitié avec Carlie. Il voulait beaucoup plus. Que leur relation dépasse le stade du flirt d'un soir et qu'ils envisagent quelque chose de plus concret. Mais... que voulait Carlie ? Elle le regardait toujours, comme si elle lui demandait -par télépathie- ce qu'il avait l'intention de faire. Lui-même ne le savait pas vraiment. Il y allait à l'instinct. Et son instinct lui indiquait qu'il ne voulait pas se séparer de Carlie, et qu'il aimait sentir le contact de sa peau sur la sienne. Il approcha sa tête de la sienne, et colla son front contre le sien. Il pouvait sentir le souffle de la Jaune sur son visage. Dieu qu'elle sentait bon. Et ses yeux, encore une fois... Il ne pouvait pas s'en passer. Il fit glisser son doigt sur la joue droite de Carlie. Quelle peau douce, agréable au toucher... Ses yeux fixaient les siens, puis finalement, ses lèvres. Il avait envie de les sentir sur les siennes, une nouvelle fois. Et il n'allait pas s'en priver. Espérons qu'elle ne le repousse pas. N'aies pas peur, murmura-t-il dans un souffle. Il s'approcha encore, s'il eut été possible de le faire davantage. Son regard se posa furtivement sur les yeux de Carlie, une nouvelle fois, pour tenter de lire une quelconque appréhension dans son regard. Il n'en était rien. Si ce n'était de l'impatience. Il ne pût s'empêcher de sourire. Son regard fixa à nouveau ses lèvres. Il approcha les siennes, et lui déposa un doux baiser. Encore cette chaleur, qui envahissait son coeur, et ce sentiment de bien-être, qu'il éprouvait, lorsqu'il se retrouvait proche d'elle, lorsque leur peau se touchait. Il eut l'impression que leur baiser avait duré une éternité, tellement il l'avait trouvé intense et doux à la fois, touchant et fort en même temps. Quelque chose qu'il n'avait jamais ressenti auparavant. Cette fille avait réussi à le toucher en plein coeur, à lui faire éprouver des choses qu'il n'avait jamais connues. Il se détacha enfin, à contre coeur, d'elle mais son front resta collé au sien. Je vais avoir du mal à m'arrêter, si tu continues à me regarder avec ces yeux magnifiques... dit-il sur un ton malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 7 Sep 2014 - 14:49

    Elle n'osait pas croiser son regard chocolat. Elle ne regrettait pas son geste, loin de là. Mais la Carlie timide qu'elle était en réalité avait réussi à prendre le pas sur la Carlie dévergondée par l'alcool. Elle ne pensait pas avoir choqué le Serpentard, vu les signaux qu'elle recevait depuis quelques temps, mais elle ne pouvait se résoudre à le regarder de nouveau en face. Enfin... Jusqu'à ce qu'il l'oblige à tourner la tête en s'emparant avec douceur de son menton, et à se rapprocher de lui par la même occasion. Leurs fronts appuyés contre l'autre, il n'y avait plus d'échappatoires possibles. Elle ne pouvait se détacher de ce regard si doux qui semblait l'envelopper toute entière . Leurs souffles se mêlaient et elle sentit son cœur s'emballer au contact de sa main sur sa joue, laissant une traînée de picotements dans son sillage. Un nouveau frisson la parcourut. C'était comme si le temps s'était arrêté. Elle n'entendait plus la musique autour d'eux, seulement le battement du sang dans ses tempes et le souffle chaud du Serpentard qui venait chatouiller son visage. Et son murmure, qui l'incitait à ne pas avoir peur. Mais ce n'était pas de la peur... Seulement son contact qui la faisait réagir ainsi, curieusement. Peut être aussi la légère impatience vis à vis de ce qui allait suivre ces paroles. Elle répondit à son sourire, et l'observa se rapprocher d'elle lentement, comme si les secondes étaient devenues des minutes, appréciant cette lueur particulière qu'il avait dans le regard. Et puis... Le temps s'était arrêté. Le contact de ses lèvres sur les siennes avait effacé tout le reste. Elle se sentait... Transportée. Comme si le monde autour d'eux n'existait vraiment plus, qu'il n'y avait plus qu'eux et la douceur de ce baiser qu'elle n'osait presque plus attendre, plein de promesses. Parce que ce n'était pas le genre de baiser qu'on donnait à une fille qu'on voulait avoir seulement pour la soirée, du genre désintéressé. Non, c'était trop doux, trop tendre... Et il offrait de belles perspectives, elle en était sûre.

    Lorsqu'ils se séparèrent, Carlie resta un instant les yeux fermés, s'imprégnant de la douce odeur du parfum d'Alex, et imprimant ce moment dans sa mémoire. Si l'alcool devait effacer certains souvenirs de cette soirée, elle ne voulait en aucun cas perdre celui-ci. Elle rouvrit finalement les yeux, un sourire tendre aux lèvres, et rencontra le regard sombre et chaleureux du Serpentard. Elle pourrait bien ne plus s'en détacher finalement...

    « Je vais avoir du mal à m'arrêter, si tu continues à me regarder avec ces yeux magnifiques... » 

    La Poufsouffle laissa échapper un léger éclat de rire. Elle sentit son cœur comme enfler dans sa poitrine face à ces paroles. Elle se sentait comme une gamine de 12 ans avec son premier flirt, c'était incroyable... Certes, elle n'avait pas eu tant d'expériences que ça avec les garçons, mais elle avait toujours eu un faible pour les jolies phrases comme celle-ci. Elle était une vraie romantique que les histoires d'amour faisait rêver. Pas étonnant que les ballets classiques aux histoires tragiques la fassent vibrer... Elle passa la main qui ne tenait pas la main du Serpentard derrière sa tête pour caresser doucement sa nuque, toujours en souriant, avant de venir délicatement lui voler un baiser furtif. Juste pour le plaisir de sentir encore ses lèvres contre les siennes.

    « Et si... Nous nous éclipsions d'ici pour aller faire une promenade au clair de lune ? »

    L'appartement donnait sur Regent's Park, qui à cette heure-ci serait désert. Et le bruit ambiant et les regards en coin que leur lançaient les gens encore présents à la soirée commençait à la fatiguer. Oui, une Poufsouffle venait d'embrasser un Serpentard. Elle se fichait de ce que les gens pouvaient penser, mais elle n'aimait pas se sentir épiée... Par chance, Alex acquiesça et elle lui adressa un grand sourire. Elle se leva, chancela légèrement sur ses talons, encore une fois (elle avait presque oublié que la tête lui tournait légèrement grâce à l'alcool) et se saisit de la main non blessée du Serpentard. Elle récupéra sa cape et son sac là où elle les avait laissé, et aperçu vaguement Smith et son copain au moment où elle s'apprêtait à ouvrir la porte. Elle ne put retenir un sourire en voyant leur air échevelé et serra doucement la main d'Alex en lui indiquant du menton vers où regarder.

    La nuit était assez fraîche, l'été ne s'installerait pas encore avant un bon mois, mais c'était agréable. Elle entremêla ses doigts à ceux d'Alex tout en marchant dans la rue, éclairée par les quelques réverbères et la lune, presque pleine au dessus d'eux. Carlie regarda le ciel et les étoiles. C'était une nuit claire, belle et agréable, d'autant plus lorsqu'on est en bonne compagnie comme c'était le cas ce soir. Ils marchèrent en silence, bien qu'il ne soit pas réellement pesant. C'était plutôt un instant qui se passait de mots. Lorsqu'ils abordèrent l'entrée du parc, ils la trouvèrent fermée. Carlie n'avait pas pensé à ça...

    « On fait quoi ? On passe par dessus ? »

    Visiblement, cette idée leur convenait à tous les deux. Avait-elle peur d'entrer dans un parc en pleine nuit avec un garçon qu'elle venait seulement de vraiment rencontrer ? Non. Elle faisait confiance à Alex là dessus. Elle le laissa passer en premier afin qu'il l'aide en suivant. Et oui, ce n'est pas évident de passer par dessus une grille avec des talons trop haut et une robe trop courte... Mais la jeune femme s'en sortit plutôt bien, contre toute attente et avec l'aide d'Alex. Il n'aurait pas été très fin de se retrouver au sol, les quatre fers en l'air... Une fois dans le parc, il commencèrent à se promener, suivant le sentier qui serpentait entre les arbres. Jetant une nouvelle fois un œil vers le ciel, Carlie s'arrêta et montra un point à Alex, l'obligeant à lever la tête.

    « Tiens regarde, une étoile filante ! Fais un vœu ! »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 7 Sep 2014 - 20:25


Lorsqu'elle lui proposa d'aller faire un tour dehors, il ne pût qu'accepter l'offre. L'ambiance de la soirée devenait quelque peu pesante, le Serpentard avait remarqué que de nombreux regards s'étaient tournés vers eux deux, en particulier après qu'ils se soient embrassés. C'était évident que ce genre de relation ferait parler, après tout, elle était Poufsouffle, il était Serpentard, deux maisons totalement opposées. Mais ce soir, il n'en avait que faire. Il se sentait bien en sa compagnie, et n'allait certainement pas se laisser faire par des gens aux aprioris préhistoriques.

- Allons-nous en d'ici.

Elle attrapa sa main et l'entraîna à l'extérieur. Il titubait légèrement, l'alcool faisant toujours effet sur son cerveau, mais il était moins perdu que quelques minutes auparavant. Sans doute le baiser que lui avait donné Carlie lui avait permis de redescendre sur Terre, même s'il avait cru s'envoler en sentant ses douces lèvres sur les siennes.

Lorsqu'ils passèrent enfin la porte, Alex prit une grande inspiration. L'air était frais, mais agréable. Il avait l'impression de ne pas avoir respiré normalement depuis de nombreuses heures déjà, depuis qu'il était arrivé à cette soirée. Ils marchèrent durant quelques minutes, et finirent par arriver devant un parc, dont la porte était fermée. Elle lui proposa alors de passer au dessus, et Alexander ne pût s'empêcher de jeter un regard à la robe que portait Carlie, et à imaginer la jeune fille grimper par dessus la rembarde... Il secoua la tête. Ce n'est pas le moment Alex, concentre-toi ! Il passa en premier, galanterie oblige... Bah oui, il fallait bien vérifier qu'il n'y avait rien de dangereux de l'autre côté ! Une fois les pieds sur Terre - même si les garder sur le sol était difficile lorsqu'on se retrouvait en face d'une magnifique créature comme Carlie -, il lui tendit une main et l'aida à passer à son tour. Il fit de son mieux pour rester concentré sur son visage et pour ne pas que dévier son regard sur autre chose. Même si la tentation était grande. Quelle idée de mettre une robe comme ça quand on voulait jouer les casse-cous... Surtout devant un homme comme Alex, avide de belles choses de la Nature. Ahem. A son tour, Carlie remit les pieds sur Terre - enfin bon, il était difficile de garder les pieds sur Terre lorsqu'on se trouvait à côté d'un bel homme comme Alexander - et elle l'obligea à lever les yeux vers le ciel, même s'il n'en avait pas envie. Pas du tout même. Il était obnubilé par les yeux émeraudes de Carlie, dont il savait qu'il ne se lasserait pas. Il avait même envie de l'embrasser à nouveau, pour ne pas oublier la sensation de ses lèvres sur les siennes, mais elle parût insistante alors, il consentit à lever la tête. Il ne fût pas déçu de l'avoir fait. Une étoile filante passa en quelques secondes, pour finalement disparaître. Faire un voeu ? Alex ne croyait pas vraiment en ces choses... Voire pas du tout. Il était très terre à terre, et était plus partisan des choses pratiques que de la théorie. Mais il ne voulait en aucun cas faire le rabat-joie auprès de Carlie, qui semblait vraiment ébahie après avoir vu l'étoile filante. Alors, il se mit à sourire, et ferma les yeux. Que pouvait-il bien souhaiter ? Oh, des tas de choses, sans doute... Une famille, une vraie, de bonnes notes à ses BUSEs, le dessèchement de Nathan Larsonn... Non, tout ça était ridicule. Ce genre de choses n'existait pas, tout simplement. Il rouvrit les yeux et posa son regard sur elle.

- A ton tour !

Il n'allait évidemment pas lui dire qu'il n'avait rien souhaité. Ce n'était pas un mensonge en soi, simplement une omission. De toute façon, il voulait éviter de rentrer dans la sphère privée, en tout cas, en ce qui le concernait. S'il s'agissait de Carlie, il était toutefois complètement ouvert, afin d'en découvrir un peu plus à son sujet, comme s'il avait besoin d'une confirmation pour lui prouver qu'il ne se trompait pas sur elle, et qu'elle en valait vraiment la peine, pas comme ces filles qu'il avait côtoyées juste le temps d'une soirée. Non, il en était de plus en plus sûr, il voulait quelque chose de plus solide avec elle. Et ça en prenait la tournure, il le sentait.

Une fois qu'elle eût fait son voeu, après avoir fermé et rouvert ses yeux en quelques secondes, il attrapa de nouveau sa main, entrelaça ses doigts aux siens, et l'entraîna sur le ponton de bois qui se trouvait non loin d'eux. Il en vérifia l'état : il n'avait pas l'air usé, ce qui signifiait qu'ils étaient en sécurité. Du moins, en surface. Il était possible que ce lac cache également une grosse créature peu ragoûtante, voire dangereuse, tel le calamar qui dormait dans le lac de Poudlard. Chassant ces sombres pensées, il invita Carlie à s'asseoir sur le rebord, et, ôta ses chaussures pour plonger ses pieds nus (ouhhh des pieds) dans l'eau froide. Il frissonna légèrement au contact de l'eau sur ses pieds. Il tourna ensuite son regard vers Carlie, et lui sourit. Posant sa main sur la sienne, il reprit la parole.

- En tout cas Carlie, je suis particulièrement heureux d'être là, ici, avec toi ce soir. Je n'aurais pas pu rêver mieux comme fin de vacances... dit-il, de sa voix suave.

Il était sincère dans ses propos. La colonie n'avait pas été très intéressante, mis à part la bataille de polochons qui lui avait permis de se lâcher un peu, ainsi que sa rencontre avec Amaryllis, une fille très gentille au premier abord. Mais cette soirée avait rattrapé toute la frustration qu'il avait ressentie pendant ces vacances de Pâques. Et elle avait même réussi à la dissiper. Il se sentait bien, comme il l'avait rarement été ces dernières années. Mais, cela durerait-il ? Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir. Il serra un peu plus sa main dans celle de Carlie, et plongea son regard dans le sien.

- Il y a une chose que j'espère : que cette rencontre ne trouve pas sa fin ce soir, et qu'elle se prolonge... Je suis peut-être légèrement alcoolisé et je dois sûrement dire des choses un peu étranges mais...

Il se tourna, ramenant une de ses jambes contre lui. Il se rapprocha d'elle, et colla une nouvelle fois son front au sien, comme avant.

- J'espère qu'on aura l'occasion de se revoir après cette soirée, au sein de Poudlard. Je n'ai pas envie que l'on soit de parfaits étrangers une fois cette soirée terminée, ou que l'on prétende qu'on peut être amis. Carlie semblait grimacer à ces mots, il se rendit alors compte de sa bourde. Enfin, pas que je ne veuille pas être ami avec toi ! Enfin, j'aimerais être un peu plus qu'un ami, enfin, tu comprends, tu vois ce que je veux dire...

Il n'arrivait plus vraiment à contrôler ses paroles, et avait l'impression de s'égarer au fur et à mesure qu'il s'adressait à elle et qu'il se dévoilait concernant ses intentions envers elle. Il n'avait jamais été doué à ce niveau-là, préférant garder ce genre de choses pour lui. Mais avec elle, c'était différent, encore une fois. Il devait faire cet effort s'il ne voulait pas qu'elle s'envole, et que tout ce qu'ils venaient de vivre disparaisse. A voir si elle serait d'accord, ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 14 Sep 2014 - 0:04

    Elle quitta l'étoile filante des yeux pour observer le profil du Serpentard, illuminé par la clarté lunaire. Il était vraiment craquant, pas étonnant qu'elle soit tombée dans ses filets aussi vite... Elle n'était qu'une fille après tout, et elle se doutait qu'une bonne partie de la gent féminine de Poudlard devait le trouver à leur goût. Leurs regards se croisèrent le temps d'une fraction de seconde après qu'Alexander ait formulé son souhait. Elle ne voulait pas savoir de quoi il s'agissait, les souhaits appartiennent à chacun, de même que les rêves les plus secrets. Elle ferma les yeux à son tour, souhaitant voir sa mère rester avec eux encore longtemps. Elle sentait bien que l'ambiance chez elle était bizarre, entre ses parents. Et puis, elle croyait plus en ses capacités et sa motivation pour réussir ses BUSEs qu'en la chance. Finalement, elle ne croyait pas vraiment aux souhaits formulés comme ça, elle avait toujours plus compté sur elle même que sur sa bonne étoile. Après, si on pouvait juste rajouter un petit coup de pouce au destin parfois...

    Elle jeta un coup d'oeil à leurs doigts entrelacés et sourit, avant de reporter son attention sur le parc qui les entourait. Et le lac dont ils se rapprochaient à chaque pas. C'était un cadre magnifique et tellement plus paisible que l'appartement qu'ils venaient de quitter. Carlie fixa la surface du lac, d'un œil peu assuré. Qui savait quelles étranges créatures pouvaient se cacher sous la surface d'apparence si calme. Les strangulots vivaient ils également dans les lacs moldus ? Probablement... Elle abandonna néanmoins ses escarpins à talons et poussa un soupir de soulagement en sentant le sol sous ses pieds. C'était toujours un bonheur d'enlever des chaussures pareilles, même si on se sent comme dans des pantoufles dedans... Elle rit légèrement face à la différence de taille existant entre les deux adolescents. Une tête les séparait. Elle était mieux sur ses talons finalement. Elle s'installa aux côtés du jeune homme, repliant ses genoux contre elle. Non, elle ne mettrait pas les pieds là dedans. Elle posa une joue sur ses genoux pour observer Alexander, et lui adressa un grand sourire. Le cadre était terriblement romantique, il fallait le reconnaître. Son sourire s'élargit encore plus lorsqu'il lui avoua qu'elle améliorait sa fin de vacances, rougissant légèrement. Elle sentait encore l'alcool lui tourner légèrement la tête, et les mots d'Alex n'arrangeaient rien. Elle se permettait encore d'espérer qu'ils vivent plus que cette seule soirée, mais était-ce ce qu'il désirait aussi ? Ou bien n'étaient-ce que des paroles en l'air ? Elle passait un bon moment, très bon même, et elle comptait bien en profiter si ce devait être le seul...

    C'était comme s'il avait entendu ses pensées. La lueur dans le regard qu'il portait au moment où il plongea de nouveau dans ses yeux la rasséréna instantanément. Ce n'était pas un jeu, elle le sentait, elle lui faisait confiance, elle le croyait.

    « Il y a une chose que j'espère : que cette rencontre ne trouve pas sa fin ce soir, et qu'elle se prolonge... Je suis peut-être légèrement alcoolisé et je dois sûrement dire des choses un peu étranges mais... » 

    Ils étaient sur la même longueur d'onde... La nuit en paraissait d'autant plus belle. Elle ferma les yeux, lorsqu'il posa de nouveau son front contre le sien, inspirant profondément les effluves de son parfum mêlées aux odeurs de la nuit et des plantes du parc. Une odeur entêtante, presque magique... Elle rouvrit ses grands yeux verts pour rencontrer les iris sombres du Serpentard, attendant impatiemment la suite de sa phrase. Suite qui vient de manière assez maladroite en soi... Un flot de paroles un peu désordonné, un peu maladroit... Mais tellement attachant. Elle grimaça légèrement au moment où il évoqua le fait de prétendre une amitié. Prétendre ? Comment ça prétendre ? Il se rattrapa rapidement cependant, et elle se doutait bien que c'était ce qu'il voulait dire. Elle laissa échapper un éclat de rire face au derniers mots du jeune homme, qui se mélangeaient comme s'il ne savait pas vraiment où en venir. Elle posa un doigt sur ses lèvres, lui intimant ainsi de se taire, sans le quitter des yeux, riant toujours doucement. Il avait vraiment des yeux envoûtants, dans lesquels on se perdait si facilement. Elle serra ensuite doucement sa main, toujours dans la sienne, et caressa sa joue, lentement, sans se départir de son sourire empli d'une infinie douceur. Elle posa ensuite doucement ses lèvres sur les siennes, se sentant instantanément transportée. Ils étaient sur la même longueur d'onde, ils voulaient la même chose, la nuit était magnifique, que demander de plus ?

    Elle se sépara de nouveau de ses lèvres, presque à contre cœur, posant de nouveau son front contre le sien, un grand sourire illuminant son visage. Elle caressa sa joue de son pouce, distraitement, sans quitter son regard.

    « Je veux la même chose... Qu'on poursuive la magie de cette soirée au delà du lever du Soleil, voir où cette histoire peut nous mener... »

    Un murmure, c'est tout ce qu'elle était en mesure de laisser échapper. Elle savait que leur relation allait faire parler à Poudlard, plus qu'ils ne le voulaient, pour eux qui n'aimaient pas attirer l'attention sur leur personne. Mais elle ne pouvait pas laisser partir quelqu'un comme Alex, c'était impossible. Ce courant instantané qui était passé entre eux, la façon dont elle réagissait à son contact. C'était spécial, et rare. Elle n'avait presque jamais ressenti ça avec quelqu'un... Elle devait le garder, quoi qu'il puisse arriver. Elle était sûre que les jours à venir allaient être plus beaux. Le retour à Poudlard le lendemain n'était pas réjouissant, avec tout ce qui les attendait là bas, mais la perspective de partager ces journées avec le Serpentard rendait les choses plus tentantes. Elle vint mordiller doucement la lèvre inférieure d'Alexander, une lueur de malice dans le regard, avant de lui voler un nouveau baiser en riant doucement. Elle se sépara finalement de lui pour se remettre face au lac, fixant le reflet de la lune. Elle posa sa tête sur l'épaule du Serpentard avec un léger soupir.

    « On est quand même mieux ici, tu ne trouves pas ? Loin de Smith et des regards de travers... J'aimerais bien que la soirée ne finisse pas. »

    Elle avait parfaitement conscience, et elle se doutait qu'Alex devait l'être aussi, qu'ils allaient se confronter à quelques difficultés en revenant ensemble à Poudlard, surtout après ce qu'il s'était passé avec Smith. Mais il valait mieux être deux face à l'adversité, non ? Elle était sincère dans ses paroles, et sans alcool, elle n'aurait peut être pas été si démonstrative et sentimentale. Mais tant pis, ils n'auraient pas du en abuser autant. C'était étonnant qu'ils parviennent encore à tenir une conversation logique.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Sam 20 Sep 2014 - 21:15

Lorsqu'elle l'embrassa, il comprit immédiatement qu'elle voulait la même chose que lui. Que cette histoire se prolonge et qu'elle dure au-delà de cette simple soirée. Il était rassuré. Il ne rêvait pas, il ne fabulait pas, ils étaient bien sur la même longueur d'onde, et éprouvaient tous deux la même chose. A voir combien de temps cela durerait... Alex n'était pas du genre relation longue durée, il préférait profiter de l'instant présent. Il espérait qu'elle pensait la même chose. Il secoua la tête. Il n'était pas l'heure de penser à ce genre de choses, pas du tout. A la place, il posa les yeux sur elle, plongeant son regard dans le sien, et l'écouta parler de Smith et de tous ceux qui jugeraient sûrement leur relation presque hors norme. Il soupira légèrement. Elle marquait un point. Un Serpentard -pire, Alexander Foster- qui s'était épris d'une Poufsouffle, aussi douce que Carlie ? Certains ne manqueraient pas de dire que le Vert avait profité de la situation, de l'alcool ingurgité pour faire tomber la jeune fille dans ses filets. Il en était persuadé. En temps normal, il accordait de l'importance au regard que les autres pouvaient porter sur lui, n'aimant pas particulièrement que l'attention soit autour de lui. Mais encore une fois, avec Carlie, c'était différent. Il voulait vivre cette histoire, persuadé qu'elle devait avoir lieu, qu'elle dure des années ou juste quelques mois. Et peu importe ce que diraient les autres. Alex serait là pour répondre aux détraqueurs - pas les grandes créatures bizarres hein - et défendre Carlie, si jamais. Il se tourna à nouveau vers le lac, le bras autour des épaules de Carlie, et la laissa s'appuyer contre son torse.

- On s'en fout de ce que pensent les autres, vraiment... Si ça ne leur plait pas, ce n'est pas mon problème, et ça ne devrait pas être le tien. J'ai appris depuis longtemps à ne pas m'occuper de ce que pensent les autres, et à ne compter sur personne.

Il se stoppa net. L'alcool, c'était vraiment quelque chose de mal quand on était quelqu'un comme Alex qui ne souhaitait pas parler de sa vie privée. Il faillit en dire davantage, mais se retint au bon moment. Il ne connaissait pas assez Carlie pour savoir s'il pouvait lui faire complètement confiance ou pas. Après tout, peut-être était-ce un pari qu'on lui avait lancé, si elle réussirait à séduire un Serpentard comme Alexander ? Il chassa cette idée de son esprit. Ouais, l'alcool continuait de lui faire perdre un peu l'esprit. Un silence s'installa entre les deux jeunes élèves, et il distinguait la respiration lente de Carlie. Elle semblait apaisée, même s'il se doutait qu'elle pensait à l'après. Au retour de Poudlard. Il voulait la rassurer, mais il savait autant qu'elle que cela ne serait pas facile, au contraire.

- Bref, ne t'en fais pas, tu ne seras pas seule, ton héros sera là pour te protéger.

Il avait dit cette phrase sur le ton de la plaisanterie, mais il était au fond, très sérieux. Non pas qu'il la voyait comme une petite chose sans défense et tout à fait inoffensive - au contraire, il sentait qu'elle n'était pas du genre à se laisser faire, il fallait voir avec quelle ardeur elle s'était élancée sur Smith - mais n'était-ce pas le rôle du mâle de protéger sa dulcinée ? C'était en tout cas de cette façon qu'Alex voyait les choses. Dans toutes ses relations, il avait fait de son mieux pour être en quelque sorte l'homme dominant, que cela plaise ou non à sa partenaire. Parfois, ça avait fonctionné, d'autres fois non. Il ne savait pas ce que l'avenir avec Carlie lui réservait, mais il s'en fichait. Cela promettait juste d'être intéressant.

Il joua avec une de ses mèches de cheveux, tandis qu'il fixait un point invisible à l'horizon. Il se décida enfin à rompre le silence.

- Et si quelqu'un ose te dire quoi que ce soit sur notre relation, tu n'as qu'à lui sauter sur le dos, ou à le déstabiliser avec une petite danse, je suis intimement persuadé que ça aura son effet.

Il lui donna un petit coup d'épaule, presque certain de la réaction qu'elle allait avoir. Il détourna ensuite son regard sur elle, et l'observa. Non, rien ne changeait, elle était toujours aussi belle, même en pleine nuit. Il lui caressa la joue, avant d'y déposer un léger baiser. Encore une fois cette chaleur, chaque fois qu'il se trouvait près d'elle. Du désir, ce désir de ne plus se séparer d'elle, et de sentir la chaleur de sa peau sur la sienne ? Oui, sûrement. Elle était magnifique, on ne pouvait le nier. Et elle était à lui. Il se sentait chanceux, réellement.
Revenir en haut Aller en bas
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète-en-chefMODO
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète-en-chef
    MODO
AVATAR : Lucy Hale
MESSAGES : 1018

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 octobre 1979, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex) Dim 28 Sep 2014 - 0:40

    Carlie se rapprocha légèrement d'Alexander pour lover sa tête dans son cou, observant toujours la surface lisse du lac, semblable à un miroir. Comme s'ils étaient perdus dans l'immensité du ciel, avec es étoiles au dessus et au dessous d'eux. Elle sentait son esprit s'engourdir de plus en plus, entre l'alcool et le bien-être qu'elle ressentait à cet instant précis. La fatigue semblait les gagner tous les deux. Elle ne savait pas quelle heure il était, elle avait même oublié le hibou qu'elle devait envoyer à son père. Tant pis, elle se rattraperait le lendemain, ou plutôt dans les heures à venir. Tout ce qui importait maintenant, c'était le bras d'Alexander autour de ses épaules et le battement tranquille de son cœur qui résonnait à ses oreilles. Parfois la vie sait offrir des moments magnifiques de par leur simplicité déconcertante. Il ne tenait qu'à nous de savoir en profiter et les apprécier à leur juste valeur. Elle tentait de chasser ces idées noires sur ce qui les attendait dans ce futur si proche. Et d'après ses paroles, Alex en avait au moins autant conscience qu'elle. Mais elle parvint à puiser du réconfort dans ses paroles. Leur force était qu'ils étaient ensemble face à l'adversité, et elle ne doutait pas qu'ils s'en sortiraient. Elle avait l'impression que les jours à venir allaient malgré tout être beaux, et c'était tout ce dont elle avait besoin. Qu'importe le temps qui leur était donné, elle sentait déjà qu'elle commençait à s'attacher au Serpentard. Peut être trop rapide, allez savoir. Seul l'avenir sera en mesure de dire si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Mais elle était confortée dans son idée par la tendresse dont le jeune homme ne cessait de faire preuve. Une belle histoire les attendait, elle voulait y croire.

    Elle sourit donc aux remarques du vert et argent, se blottissant encore un peu plus dans ses bras, et rit doucement lorsqu'il se présenta comme un héros. Non non, il n'avait pas tendance à prendre la grosse tête, ce n'était qu'une idée. Elle ferma les yeux tandis qu'il jouait avec ses cheveux, savourant ce moment pourtant si simple. Pourquoi se compliquait-on toujours la vie ? Alors qu'il était si facile de puiser de bonnes choses dans les plus petits événements ? Le silence entre eux était confortable, comme si chacun était plongé dans ses pensées, respectant celles de l'autre, sans vouloir les interrompre. A vrai dire, l'esprit de Carlie était vide de toute pensée à l'heure actuelle. C'était agréable et terriblement reposant...

    « Et si quelqu'un ose te dire quoi que ce soit sur notre relation, tu n'as qu'à lui sauter sur le dos, ou à le déstabiliser avec une petite danse, je suis intimement persuadé que ça aura son effet. » 

    La jeune femme laissa échapper un léger rire à ces paroles, se décollant légèrement du Serpentard pour lui envoyer un coup de poing joueur dans les côtes. Elle allait en entendre parler encore longtemps de cette histoire, mais il régnait déjà une certaine complicité entre eux. S'ils ne s'étaient pas embrassés, ils seraient quand même probablement devenus de bons amis. Elle espérait qu'ils avaient emprunté la bonne voie.

    « Tant que tu es là pour lui mettre un magnifique crochet du droit, je n'ai pas de raisons de m'inquiéter. »

    Le temps semblait avoir cessé de s'écouler, dans le calme du parc. Seul le cri d'une chouette de temps en temps les obligeait à revenir à la réalité. Depuis combien de temps étaient-ils là ? Quelques minutes ? Une heure ? Peut être deux ? Un frisson brisa le cours des pensées de la Poufsouffle. Il était temps de rentrer s'ils ne voulaient pas manquer le train le lendemain. Elle déposa un baiser sur la joue d'Alex avant de se lever et de lui tendre une main pour l'aider à son tour. Remontant sur ses talons, elle serra sa main dans la sienne, et d'un simple regard, ils se remirent en route. Toutes les bonnes choses avaient une fin, mais ils allaient se quitter pour mieux se retrouver dans le train, elle en était convaincue. Ils retraversèrent le parc et retournèrent à l'appartement où se tenait encore la fête pour certains de leurs camarades les plus acharnés. Devant les flammes dansant dans l'âtre de la cheminée, Carlie embrassa une nouvelle fois le jeune homme avec tendresse.

    « Bonne nuit, Lex. Rendez vous demain dans le Poudlard Express, tu devrais me reconnaître. »

    Elle lui adressa un clin d’œil avec un grand sourire, effectuant une dernière pression sur sa main. Elle attrapa une poignée de poudre de cheminette qu'elle jeta dans les flammes, énonçant l'adresse de ses parents, et elle envoya un baiser au Serpentard avant de disparaître en tourbillonnant.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carlie E. Peters
« And I’m burning yeah I’m burning, I’m burning so deep that just breathing hurts, I’m melting darling, I can’t let go » © Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex)

Revenir en haut Aller en bas

[Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Mai 96] A little party never killed nobody (Fe. Alex)» I.03 A little party never killed nobody. (Pv. Luke Castellan) [Terminé]» A little party never killed nobody | &Marley Mayers + Déesse Artémis» A little party never killed nobody» a little party never killed nobody (maxia)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1995-Août 1996-