AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Juin 1996] ♪ I'm singin' in the...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Juin 1996] ♪ I'm singin' in the... Jeu 10 Juil 2014 - 22:26



♪ I'm singin' in the...
La pantoufle Kavanaugh & Branleur Seaworth



Pfff, on s'en fout de lui ! Il avait un cheval ? Il a sauvé une princesse ? Non, il a foutu son nez dans un bouquin, a calculé une série de nombres sortis de nulle part, et a crié « Youpi tralalala, j'ai trouvé ! » Quand il s'agissait de réviser un thème qu'elle n'aimait pas, La pantoufle était particulièrement de mauvaise foi. Le gars aurait pu faire la découverte de la plus grande potion guérisseuse du monde des sorciers, s'il n'avait pas eu une vie trépidante, ça n'intéressait pas la jeune Poufsouffle. Et dire que les exam' approchent, et que je n'ai toujours pas passé cette page-là de mon bouquin ! Je vais finir par le bouffer ce M. machintrucbidule. Avec un nom pareil en plus, tu m'étonnes que son talent n'a été reconnu que post-mortem!! De très mauvaise foi, il n'y avait aucun doute à avoir.

Elle avait passé en revue tous les personnages historiques qu'elle devait retenir. Avec un cheval, une histoire d'amour impossible avec sa cousine par alliance au cinquième degré du côté de son arrière-grand-mère maternelle, quelques bestioles magiques, une longue série de voyages, et aucun détail ne lui échappait, mais dès qu'il s'agissait d'un vieux monsieur qui travaille seul et qui déteste le parfum des femmes, elle le boudait durant toute l'année scolaire. Alors que sa tête s'était soudainement penchée sur le côté pour observer une mouche violette au sol, qui se bataillait avec ses ailes trop grandes – comment s'appelait cette espèce déjà ? – elle reporta son regard sur son parchemin qui était sur le point de glisser de ses genoux !

Assez ! Quand on a aucune volonté, faut se rendre à l'évidence!

Sa voix résonna dans la pièce. Elle se leva de son lit et commença à ranger ses affaires. Lorsque son dortoir était complètement vidé, elle aimait bien réviser allongée sur son lit. Le silence de la bibliothèque l'étouffait, mais celui du dortoir la plongeait dans une ambiance différente. C'était davantage du calme que du silence. L'ambiance des lits était intime, elle était tout simplement dans sa bulle, et n'était pas tentée de lever le nez de son bouquin pour voir si la petite rousse – là – à la table d'à côté, avait avancé plus de pages qu'elle ou si le grand Serdaigle aux yeux verts – de ce côté là – avait encore la tête dans les nuages pendant que sa copine lui donnait un coup de livre pour le réveiller. De temps à autres, une élève de Poufsouffle passait prendre des bouquins ou les déposer, se posait cinq petites minutes pour papoter avec La pantoufle, rigoler des derniers potins, et reprenait le chemin inverse pour aller manger ou repartir bûcher à la bibliothèque. Bien qu'elle n'était pas mauvaise élève, La pantoufle n'était pas ce que l'on pourrait appeler studieuse à proprement parler. Elle avait un tempérament assez particulier, et avait plutôt ses « têtes » en matière de thématiques d'études. Elle tentait de travailler sur les sujets qu'elle ne maîtrisait pas trop, ou dans lesquels elle avait quelques lacunes, mais n'allait pas forcer le destin si quelque chose ne rentrait VRAIMENT pas. Elle fourra son livre de chevet dans un petit sac ridicule et se dirigea vers la sortie avant de s'arrêter net.

SQUIZZZZZZY !? Bout d'chou, t'es où? Oh t'es là mon minet ! Oh oui, tu fais ronron ! B'voui tu aimes ta maman ! Mais oui t'es un beau chatounet hein !

A nouveau, il était plutôt favorable pour elle que le dortoir soit vide, mais après tout, pour elle, peu lui importait. Elle avait exactement la même attitude seule qu'en communauté, ce qui lui avait d'ailleurs présenté un statut de folle auprès de certains. Mais alors lorsqu'elle était vraiment seule, c'était encore pire, et avec son chat, n'en parlons même pas ! Sa niaiserie dépassait les limites de toute niaiserie acceptable.

Non chatounet, tu restes ici toi. Oh, me fais pas des yeux comme ça, tu sais que j'aime pas!

La couleur écaille-de-tortue de Squizzy – le chat qui lui appartenait depuis bien des années – était due à des expériences magiques, tout un tas de métamorphoses que La pantoufle lui avait infligées. Changement de couleur, allongement ou raccourcissement des poils, métamorphoses en un autre animal (une grenouille qui avait d'ailleurs gardé la teinte originale blanche du chat), mais malgré tout cela, l'angora avait conservé tout son amour pour sa maîtresse, et La pantoufle ne pouvait en être que ravie. Ce chat avait été tout pour elle. Pas seulement son cobaye, il avait d'abord été son confident, son spectateur durant ses interprétations en privé de Roméo & Juliette, une oreille attentive lorsqu'elle lui lisait des contes qu'elle venait d'inventer, une parfaite boule de poils pour se consoler à la fin d'un roman d'amour et un excellent critique lorsqu'il acquiesçait de sa petite tête poilue quand elle lui demandait son avis. Il était parfait, de tous points de vue. Alors qu'il ronronnait dans ses pattes, l'empêchant de sortir, La pantoufle se décida à le prendre dans ses bras, lui faire quelques caresses et le posa sur son lit. Il la regarda un instant, souleva la queue une dernière fois quand elle frôla à nouveau son poil scintillant, et vint se coucher sur son oreiller en boule l'air de dire « C'est bon j'ai compris, tu peux sortir, je garde la maison. » A cette pensée, elle sentit ses lèvres former un léger sourire, avant de passer la porte et de traverser la salle commune des Jaunes. Où aller maintenant ?

Le lac ! Oui, c'était une idée alléchante. La plupart des élèves révisaient, dormaient ou mangeaient, elle avait donc une petite chance pour que le lac ne soit pas bondé à cette heure-ci. Elle se recroquevillerait près d'un arbre, ouvrirait son bouquin à l'abri des regards indiscrets, et pourraient partir dans ses rêveries, oubliant tout de ce scientifique qui lui avait tant pris la tête en ce début d'après-midi. Elle traversa le château d'un pas lent, bien décidée cependant à aller dans la direction du point d'eau. Les couloirs étaient quasi-vide mais les groupes se formaient peu à peu quand elle sortit du château. Passée les arbres, à présent seule, elle se mit à chantonner.

« Lalalalalala »

Sentant qu'en poussant sa chansonnette, celle-ci n'avait rien de bien intéressante, elle se mit en tête de reprendre une chanson qu'elle avait inventée avec ses deux sœurs pour faire les clowns devant le reste de la famille.

« Hais là hais ! » commença-t-elle « Hais là hais ! La mer, et dites cas terrine riz vœux re j'y mis du pâté. Hais là hais ! » Celle-ci n'était pas plus constructive, mais elle lui rappela ces moments de fous-rire avec les sœurs Kavanaugh. Elle reprit de plus belle. « Hais là hais ! La mereuuuuuuh ! Et diteuuuuuh ! Cas terrine ? Riz ? Voeux ? Reuuuuu ? J'y mis du pâtéééééééééé !!! ♪ » Alors qu'elle commença la danse qui allait avec, elle jeta son sac à terre, contre un arbre, s'approchant peu à peu de l'eau. « Hais là hais ! La mer et dites ? Cas terrine riz vœux ! Riz vœux ? Re j'y mis ? Mis du quoi ? DU PÂTÉ !!! » Son ton devenait de plus en plus théâtral, comme si elle lançait une réplique à son grand chevalier et que ces paroles n'étaient autre qu'une déclaration d'amour. « DU PÂTÉ !!! » Répéta-t-elle comme si un chœur l'accompagnait. Sur sa dernière note, elle s'étrangla. Elle doutait à présent du fait qu'elle était seule. Un pantalon. « Mon Dieu ! » Ces yeux s'écarquillèrent. « Un ca... un ca... » La pantoufle leva les yeux vers l'eau et une tête fit son apparition.


Dernière édition par Elaheh Kavanaugh le Lun 21 Juil 2014 - 1:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin 1996] ♪ I'm singin' in the... Sam 12 Juil 2014 - 16:12


(oui, gif que je trouvais bien vu les circonstances. (a))


A sa grande habitude, le blaireau traînait nonchalamment dans le parc, les mains dans les poches. Il venait tout juste de rompre avec Alice et son humeur n’était clairement pas au beau fixe. Quelle idée de s’attacher à une Serdaigle en période de BUSES ! Il aurait du rester avec Joyce… Ah ! Il avait vraiment joué le con cette fois-ci.
Ses anciens démons à tête de cigarettes lui chatouillaient doucement les veines et il devait faire preuve de tout le sang-froid dont il était capable pour ne pas aller sonner Hayden ou bien Ethan en quête de la clope divine. C’était comme ça, c’était lorsque votre âme glandait au bien bas de votre self-esteem que vos addictions vous sonnaient.

Foutue invention de l’homme.

Heureusement, il pouvait compter sur son acolyte de toujours pour pouvoir penser à autre chose : Nathan. Alias le glandu ou bien tout simplement son meilleur ami. Voyant que son compagnon de connerie avait une baisse de régime, le blond s’était démené à lui rendre le sourire par toutes les manières possibles et imaginables. Surtout imaginables, en fait.
Plus tôt dans la journée, les deux adolescents avaient plaisantés comme des mufles concernant le popotin divins de ces mesdames, avant de se lancer des défis stupides comme : « Le premier qui descend son regard vers leurs fesses devra faire ci. » « Celui qui n’arrivera pas à la regarder dans les yeux devra faire ça. » Jeux complètement débiles et ridicules mais ça permettait à Dean de plonger son esprit dans autre chose que toutes ces conneries de déprime post-relation.

Mais cette fois-ci les sorciers avaient fait très fort. Passant un niveau au-dessus, ils avaient pariés qu’aucun des deux ne seraient capables de regarder plus de deux minutes les miches d’Ombrage. N’écoutant que son cœur de compétiteur, le jaune avait foncé tête baissé dans le jeu, énonçant même que le perdant aura un gage vraiment difficile et qu’il sera même obligé de le faire. Nathan avait alors sourit, lui balançant que celui qui n’arriverait pas à relever le défi devrait se baigner sans rien d’autre que sa tenue corporelle (comprendre = nu.) dans le lac du parc.

Il aurait vraiment du se douter que ses pauvres yeux océans n’allaient pas supporter l’horreur de la chose. Son meilleur ami avait été un peu plus courageux mais avait lâché du regard peu de temps après Dean. Les protestations de celui-ci n’avaient rien donné : il allait devoir se balader à poil dans le lac. Bravo la réputation après ça, déjà qu’elle ne volait pas vraiment haut. Mais c’était pas le pire, limite ça, il s’en foutait. C’était plus le fait qu’il n’avait pas le sang d’un nordique lui ! Il allait forcément finir gelé là-dedans, même si on était en Juin, fallait pas oublier qu’ils étaient également en Angleterre.

Mais le branleur était quelqu’un de fier, puis ça allait probablement bien lui changer les idées (là, peut-être même que ça allait pouvoir lui geler le cerveau, qui sait ?) alors il avait calculé son coup pour plonger dans les eaux glacées du parc pendant que quasi personne n’y était. Une horaire proche du couvre-feu ? Parfait. Non pas qu’il était pudique, mais afficher son corps aux yeux de toute la population Poudlarienne n’était pas vraiment dans ses options. Nathan ne l’avait pas accompagné, lui sommant que de toute manière s’il ne revenait pas trempé, ça voulait dire qu’il lui avait menti et qu’il saurait que ce n’était qu’une poule mouillée.

C’était pas plus mal en fin de compte, au moins il pourrait faire sa besogne sans les moqueries de son voisin de chambre dans les oreilles. Toujours mieux.

Faisant pour la dixième fois le tour du parc, Dean se dirigea enfin vers le lac, soupirant comme un éléphant à qui on aurait confisqué ses cacahuètes. Il avait fait le dude, mais maintenant qu’il y était, il n’était plus complètement sur de vouloir faire un plongeon avec les sirènes et le calamar Géant. Parce que oui, c’était peut-être ça qui lui faisait le plus peur : les créatures aquatiques.

Le cuivré serra les dents et déposa son sac. Sans plus de cérémonie, il commença à retirer un à un tous les tissus qui le recouvraient pour finir dans son plus simple appareil.
Le soleil n’était pas complètement caché et pourtant, le jeune homme sentait le vent sur sa peau comme des milliers de poignards glacials. Histoire de ne pas finir congelé sur place, il plongea directement dans l’enfer aquatique.

« OH P*TAIN !! » s’était-il exclamé, la voix brouillée par l’eau.

Les petits poignards glacials ressentis avant ? De la gnognotte, comparé aux coups d’épées froids qu’il se prenait maintenant dans la chair. Le branleur s’essaya néanmoins à quelques mouvements pour s’habituer à la nouvelle fraîcheur  environnante. Après quelques minutes, ce n’était pas si désagréable, ça ressemblait à une douche sans chaudière. Truc qu’il avait vécu de nombreuses fois dans sa vie vu le manque d’argent de sa famille.
Il commençait même à y prendre goût, à ce bain, c’était pas si…

« Hais là hais ! La mer et dites ? Cas terrine riz vœux ! Riz vœux ? Re j'y mis ? Mis du quoi ? DU PÂTÉ !!! » chantonnait une voix féminine au loin.

Mais quel était le fuck ? Le cuivré s’arrêta net dans ses figures de natation. Quelqu’un était là. Proche de lui qui plus est, à moins qu’il n’est développé une quelconque mutation des oreilles pendant ses petites pirouettes dans l’eau. Puis… Quoi, « Hais la hais ? » « Riz vœux ? » c’était quoi ce nouveau langage ? Ça ressemblait à ça l’étude des runes ? Le branleur ne s’extirpa pas tout de suite de sa cachette humide, peut-être qu’elle allait finir par se barrer ?

« DU PÂTÉ !!! » s’écriait pourtant la voix.  Bordel, ce n’était pas possible d’être aussi tarée. Et apparemment, elle n’était pas prête de partir. C’était bien la veine du blaireau qui décida alors d’immerger du lac.

Il n’y voyait rien, aussi plaqua-t-il sa main sur ses cheveux pour les mettre en arrière alors qu’il s’avançait vers la silhouette blonde qui se détachait du décor face à lui. C’était qui elle déjà ? Il lui semblait l’avoir déjà aperçu avec Olivia dans la salle commune, mais impossible de se souvenir de son nom. La jeune fille semblait bouche bée face à lui, il avait un poireau qui lui avait poussé sur le pif ou quoi ?

Puis il se souvînt, non, il était juste complètement nu face à elle, ce qui pouvait expliquer son expression pour le moins… Confuse.  Elle ne chantonnait plus.

« T’as vraiment l’expression d’une pantoufle. » fut la seule chose qu’il réussit à lui lâcher. Ok , il y avait plus gentlemen, surtout qu’il se trouvait toujours sans rien sur les fesses. Il y avait de quoi déstabiliser n’importe quelle fille en fleur. Sauf que… Ouais, ces vêtements étaient justement à côté de la dite-fille, et que s’approcher d’elle allait probablement la faire fuir en hurlant. Ou bien peut être qu’elle allait lui sauter dessus ? Il n’y comprenait décidemment rien aux gonzesses.

Le cuivré se recula alors un peu, histoire que l’eau cache au moins la partie basse de son corps. Les gens étaient toujours moins choqués d’un torse qu’une paire de cacarinettes, c’était bien connu. Maintenant, il fallait soit éloigner la belle pour qu’il puisse s’habiller tranquillement, soit il fallait la réveiller suffisamment pour qu’elle accepte de lui passer ses vêtements.

En gros, faire son chieur.

« Bon, ça va, j’suis pas le premier mec à poil que tu vois quand même. » A vrai dire, il n’en savait strictement rien. Elle avait quand même l’air vachement à l’ouest. « A moins que tu m’admires ? C’est compréhensible. » c’était pas probablement la meilleure approche, il avait ça en commun avec Nathan. Non, il fallait peut être trouver plus poli… « Si tu veux, on peut commencer par le début. Moi, c’est Dean. » puisqu’elle faisait partie de la même maison, elle avait déjà du entendre parler de lui et ses conneries. « Et toi tu es ? J’vais pas t’appeler la Pantoufle quand même.  Quoi que… Ça t’irait bien. » l’art et la manière de se faire des amis par Dean, voilà un ouvrage qui se vendrait à des millions d’exemplaires, au moins.

Il espérait quand même que l’eau le cachait bien, puisque c’était ça qui déstabilisait la blonde. Ah, il avait toujours aimé les blondes.

Ca n’allait pas aider de penser à ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin 1996] ♪ I'm singin' in the... Mer 16 Juil 2014 - 15:57




♪ I'm singin' in the...
La pantoufle Kavanaugh & Branleur Seaworth



En manque certain de réflexe, Elaheh se retrouva vite devant un élève entièrement nu. Oui, de la tête au pied. Comme un ver. Sa tête sortie de l’eau, le jeune homme avait laissé apparaître son torse hors de l’eau, pour finalement sortir intégralement. Pour la jeune Poufsouffle, le temps sembla s’arrêter. Réaction : zéro. Paralysée par… la honte ? Impossible à dire. Elle entendit de loin "…expression d’une pantoufle". Hein ? Mais de quoi parlait-il ? C’était plutôt lui qui était toqué, non ? Une pantoufle ? Et puis quoi encore ? Et puis, oubliant presque la nudité du jeune Poufsouffle, elle se rappela soudainement ce qu’elle était en train de faire avant de remarquer les habits au sol. Quelle andouille ! Il t’a entendu chanter ! Cette chanson idiote ! Mais quelle idée !? Elle énuméra une liste de jurons intérieurement, tout en laissant une couleur rosée teindre ses joues. Elaheh, tu es une idiote ! Face à la nudité de ce corps,  Elaheh tenta de garder son calme silencieusement, tandis que les parties intimes du jeune homme furent maintenant cachées par l’eau.

« Je… oui ? »

Hein ? Elaheh respira un coup et poursuivit.

« Enfin non bien sûr » essaya-t-elle de répondre quand il lui fit remarquer qu’il ne devait pas être le premier homme nu qu’elle voyait dans sa vie. T’admirer ? Et puis quoi encore ? Il était plus évident pour elle de penser que de lui répondre. Elle remarqua cependant qu'il n'était pas si désagréable à regarder. Même plutôt agré... C'est bon hein!! Il avait des manières si perturbantes, qu’Elaheh en était toute retournée. Le jeune homme lui disait quelque chose, elle n’aurait pas su dire son nom, ni même l’année dans laquelle il était, mais il était de Poufsouffle, elle en était certaine. « Disons que je suis… surprise. » C’était le moins qu’elle pouvait dire. Quoi qu'elle était bien loin de la vérité. Elle chantait à tue-tête une chanson idiote tandis qu’il était nu : on seulement, elle n’était pas si seule qu’elle le pensait, et en plus, la présence du jeune homme était plutôt... inhabituelle. Surprise ? Carrément interloquée ! Reprenant ses esprits pendant un instant, elle s’éloigna de l’eau et fit mine de chercher quelque chose dans son sac pour que son regard se focalise sur une autre vue.

« Moi, c’est Elaheh. » Certes, ça n’était pas très polie de se présenter sans regarder la personne à qui l’on parlait, mais la blondinette n’avait plus trop de choix. Elle avait gardé un certain contrôle dans sa voix, mais la vision qu’elle avait eu quelques secondes plus tôt l’avait plutôt bien ébranlée.

Pantoufle ? C’était quoi son délire de vouloir l’appeler Pantoufle ? C'est un peu ridicule quand même. Elle ne fit même pas de réflexion là-dessus, on verrait après. Ça n’avait pas grande importance pour le moment.  Farfouillant dans son sac en attendant qu’il sorte de l’eau, elle commença à s’impatienter. En effet, son sac n’étant pas très grand, ce Dean allait vite comprendre que ça n’était qu’une excuse pudique. Elle se décida à lui dire, d’une voix calme mais peu assurée. « Tu.. tu vas t’habiller ? » Qu’est-ce que tu veux qu’il te réponde ? Qu’il préfère rester tout nu ? Qu’il compte venir bronzer à côté de toi, son membre dirigé vers le ciel ? Ses joues devinrent de plus en plus rouges à cette image et, sentant une chaleur envahir l'intégralité de son visage, elle l’approcha encore plus de son sac, la tête quasiment dedans. Brusquement, elle tenta de se reprendre en levant la tête à nouveau vers lui.

« Je veux dire… Ce serait bien que tu t’habilles, non ? » Et maintenant elle lui demandait son avis. Voilà autre chose ! Son regard resta sur le jeune homme, comme bloqué. Elle ne bougea pas. A présent assise à côté de son sac, la main à côté d'elle, elle arrachait un à un les brins d'herbe à sa portée, très mécaniquement, comme si elle les comptait inconsciemment. Sa respiration était rapide, mais peu à peu elle reprit un souffle normal, le visage toujours en feu.


[c'pas bien long, désolée!]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Juin 1996] ♪ I'm singin' in the...

Revenir en haut Aller en bas

[Juin 1996] ♪ I'm singin' in the...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE» 15 JUIN» Le 28 juin... Paul Emile Victor...» Lundi 20 juin
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1995-Août 1996-