AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Mars 1997] And i still haven't found what i'm looking for.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD7ème annéeAdmin à l'esprit tordu
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin à l'esprit tordu
AVATAR : Taylor Warren
MESSAGES : 2643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: [Mars 1997] And i still haven't found what i'm looking for. Sam 17 Mai 2014 - 13:14

Les mains fébriles d'Irina fouillaient chaque recoin du dortoir des garçons. La sixième année semblait chercher quelque chose désespérément. Ses gestes n'avaient rien de méthodique, de précis. C'était comme si elle agissait sous une influence étrangère à sa volonté. La Irina que l'on voyait en cet instant n'avait rien en commun avec la Irina habituelle. D'ordinaire, Irina était froide, calme, impassible. Elle n'exprimait aucune émotion, elle semblait détachée de tout, même de son propre esprit. En ce moment précis, il en allait différemment. Irina Collins semblait être animée par une quelconque démence, exactement comme si elle était possédée. Son regard était absent, désespérément vide. Si quelqu'un venait à se plonger dans son regard habituellement glacé, il n'y verrait que du vide, un vide sidéral, absent. Elle ne se focalisait même pas sur ce qu'elle était en train de faire. Ses bras semblaient être animés d'une volonté propre, elle n'avait pas réellement besoin de voir ce qu'elle faisait, seuls ses gestes comptaient. Elle tâtonnait du bout des doigts, saisissant parfois certains objets à pleines mains pour les poser autre part sitôt après. Elle cherchait quelque chose. Elle avait une image très précise en tête, mais elle ne trouvait rien qui puisse y correspondre. Il n'y avait pas de place pour la frustration, elle n'avait pas le droit de se décourager. N'importe qui aurait renoncé mais pas elle. Cette chose était forcément quelque part. Le garçon ne pouvait pas s'en être débarrassé, c'était impossible. Agir de telle sorte ferait forcément de lui un suspect. N'importe qui pourrait le surprendre et le tenir responsable de la mort de la pauvre Hana. Ils étaient si proches, tellement proches qu'il pouvait être le suspect idéal. Crime passionnel, ça vous parle ? Pourtant ça ne pouvait pas être lui, quand bien même il possédait l'arme du crime. Il était bien trop benêt pour faire une telle chose. Tuer quelqu'un n'était certainement pas l'apanage des plus faibles. Il fallait une certaine volonté pour donner la mort à quelqu'un, avoir un sentiment de toute puissance suffisant pour passer à l'acte. Irina le savait. Voilà un moment déjà qu'elle avait franchi la barrière, elle-même avait déjà tué, elle avait du sang sur les mains. Le sang d'un traître, certes, mais du sang quand même, ce qui pouvait paraître beaucoup, surtout au regard de son jeune âge. Toujours se méfier de l'eau qui dort, dit-on, lorsqu'il s'agissait d'Irina Collins c'était on ne peut plus vrai. Que l'on sache, cette histoire était morte et enterrée, n'est-ce pas ? Personne ne pouvait la relier à la disparition de cet élève survenue un  ou deux ans plus tôt. Personne ne pouvait l'en inquiéter. Elle était sauve, pour le moment. Sa liberté ne tenait qu'à un fil. Il faut dire qu'à cette époque, héberger un criminel à Poudlard et lui permettre de vivre une vie parfaitement normale serait plutôt mal vue. Qu'un tel événement éclate au grand jour aurait des conséquences désastreuses sur Albus Dumbledore, qui perdrait beaucoup de sa crédibilité au point d'être plus impopulaire que jamais. À éviter, donc.

Elle revenait dans sa salle commune quand c'était arrivée. La transition n'avait même pas été brutale, elle se contentait simplement de faire ce qu'elle avait en tête depuis le début. La donne a vraiment changé au moment même où elle était rentrée dans la salle commune. Au lieu de se diriger vers le dortoir des filles elle avait convergé vers le dortoir des garçons. C'était une aubaine qu'il ne soit pas aussi sécurisé que celui des filles, car elle n'aurait jamais pu y accéder. Au pire, elle aurait pu demander à un des garçons de lui rendre ce petit service, quitte à utiliser la force pour qu'il obtempère sans ciller – car évidemment, fouiller dans les affaires d'un camarade, c'était vraiment mal. D'ordinaire, Irina ne faisait que peu de cas de ce qui était bien ou mal. Elle était la candidate idéale pour mener ce type d'opération. Voilà pourquoi il l'avait choisie, elle parmi tant d'autres. Irina Collins était réputée pour être redoutable, certains la pensaient invincible, indifférente au monde qui l'entoure. Que nenni. Si il avait réussi à l'avoir, d'autres réussiraient très certainement. On tombait toujours sur plus fort que soi. D'un côté, il n'était pas bien difficile de faire pression sur elle, bien qu'elle ne craquait pas immédiatement face au chantage. Elle savait résister mais il suffisait de lui rappeler cette petite histoire pour la faire céder. Oh, il n'en avait pas eu besoin. Il avait pu la contrôler à distance, comme il l'avait fait avec Benicourt pour qu'il attaque la petite Valentine. Aussi si on venait à lui demander ce qui s'était passé, pourquoi elle avait agi de la sorte, elle ne saurait pas répondre, elle se souviendra juste d'une sensation de flou ayant envahi son esprit, la dépossédant de tout contrôle sur ses faits et gestes, et même sur ses pensées. Elle ne pouvait même pas essayer de lutter, quelqu'un d'autre tirait les ficelles. Irina ne saurait même pas qui est à l'origine de tout ça. Les autres quant à eux croiront qu'elle avait pété les plombs. Dans le fond, ça n'aurait rien d'étonnant. Tout le monde savait qu'Irina n'était pas saine d'esprit, il lui manquait même une case selon les dires des plus médisants. Pourtant, elle était habile pour cacher cette tare. Elle ferait un très bon occlumens. Dommage que Rogue avait préféré enseigner ce talent à Potter, lequel n'avait pas semblé très réceptif. Mécaniquement, Irina tira une malle en dessous d'un lit.  Ce qu'elle cherchait avec autant d'entrain était forcément là dedans. Le seul problème, c'était que la malle était soigneusement verrouillée, un cadenas en condamnait l'accès. Ça se corsait. Pour accéder au fameux sésame, celui-là même qui lui rendrait sa liberté d'action, il lui fallait l'ouvrir. Irina tournait le cadenas dans tous les sens. Espèce d'idiote. Tu es une sorcière, non?. Ah, oui, c'est vrai. Irina sortit sa propre baguette et d'un alohomora soigneusement lancé, elle ouvrit enfin la malle, prête à la fouiller de fond en comble. Il s'agissait là du dernier obstacle qui la séparait du précieux objet. Elle trouva en premier lieu des grimoires, rien de bien alléchant. Elle y trouva tout un fatras de choses qui ne présentaient aucun intérêt. Irina sentit un sentiment de colère l'envahir. Un sentiment de colère qui n'était pas réellement le sien. Ce n'était pas là. C'était où, bon sang ? La malle avait certainement un faux fond. Il ne pouvait en être autrement. Le grincement d'une porte qui pivotait sur ses gonds l'empêcha de mener plus loin ses investigations. Quelqu'un arriva. Peut-être le propriétaire de toutes ces affaires ? Irina se redressa brusquement, les cinq sens en éveil. Son poing s'était crispé sur sa baguette, prête à s'en servir sur quiconque se mettrait en travers de son chemin.

« Qui va là ? » lança-t-elle, allongeant le cou pour tenter de voir qui était l'intrus.

La sixième année avait fini par se relever, son regard fouillant frénétiquement la pénombre, guettant la moindre silhouette. Derrière elle, il y avait cette malle ouverte, et possiblement ce qu'elle cherchait en mettant tant d'ardeur à la tâche. L'arme du crime s'y trouvait forcément. Irina devait s'en emparer pour s'en débarrasser. Car si cela venait à tomber entre les mains de Dumbledore, ou pire, du Ministère, il suffirait d'un prior incantato pour déterminer quels étaient les derniers sortilèges lancés par cette baguette, et probablement y aurait-il celui qui avait servi à tuer Hana. Il s'agissait là d'une catastrophe qu'il fallait impérativement éviter. Laisser cette baguette entre les mains du garçon avait été une erreur, une terrible erreur qu'il fallait maintenant réparer. Un peu de distraction, cependant. L'affrontement entre les deux élèves s'annonçait particulièrement alléchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7ème annéeAdmin qui a du chien
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin qui a du chien
AVATAR : Nico Tortorella
MESSAGES : 1272

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec la nana la plus sexy de Poudlard s'il vous plait.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 13/02/1980 à Edimbourg en Écosse.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Mars 1997] And i still haven't found what i'm looking for. Lun 19 Mai 2014 - 22:22

Sevan descendait les escaliers qui menaient aux cachots d’un pas à la fois lent et pesant. Dans le silence lugubre de ces couloirs de pierre, le claquement de ses talons sur les dalles paraissait amplifié. Le Serpentard avait pourtant emprunté ce chemin des centaines de fois depuis son arrivée à Poudlard, mais après ce qui était arrivé à Hana dans ces mêmes couloirs, il ne les traversait plus de la même façon. Les cachots s’étaient chargés d’une atmosphère lourde  qui l’étouffait parfois. Ce n’était pas de la peur, mais une peine, un poids qui s’écrasait dans sa poitrine, une boule qui nouait sa gorge. Cela faisait presque trois mois qu’il l’avait trouvée, mais il voyait toujours les images chaque fois qu’il fermait les yeux. Chaque fois qu’il passait dans ce couloir bien précis, il revivait l’angoisse, la panique qui l’avait saisi. La lumière fébrile qui perçait par l’embrasure de la porte, le bouillonnement paisible d’un chaudron, les mots chuchotés à l’oreille d’un mourant… Puis finalement la mare de sang, la respiration rauque de sa meilleure amie et la supplication dans son regard... Sevan finissait toujours par détourner brusquement la tête et presser le pas, le souffle coupé comme s’il venait de recevoir un coup de poing dans le ventre. Il avait tenté d’utiliser ces souvenirs qui le hantaient à son avantage, il avait cherché à reconnaitre la voix qu’il avait entendu, identifier la silhouette qui l’avait percuté, en vain. Dans la précipitation, il n’aurait même pas été capable de dire s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme et il était pris d’un sentiment d’impuissance qui le rendait fou de rage.

Mais ce qui l’enrageait le plus c’est que tout le monde semblait passé à autre chose. Le sixième année avait souvent l’impression d’être le seul encore torturé par ce qui était arrivé ce soir-là, incapable de reprendre le cours normal de sa scolarité. Pourtant, même avec l’annonce récente du décès de Hana qui aurait dû raviver l’indignation générale, les élèves avaient l’air plus préoccupés par sa mésaventure avec Eleana et Maverick plutôt que par le sort d’une Serpentard que finalement personne ne connaissait vraiment. Hormis dépêcher un ou deux émissaires du ministère pour protéger l’école, aucune mesure concrète n’avait été prise pour la sécurité alors même qu’il apparaissait désormais évident que le criminel se trouvait à l’intérieur du château. Certes, Benicourt avait été pointé du doigt comme étant le coupable idéal depuis ce qui était arrivé à la petite Valentine, mais Sevan était persuadé qu’il était innocent. Il avait beau haïr le Serdaigle de tout son être, il en savait assez sur lui pour savoir qu’il préférait se servir de ses poings plutôt que de sa baguette et qu’il avait de toute façon trop d’amour propre pour attaquer par surprise. Dans tous les cas, cela avait conforté Sevan dans l’idée que Dumbledore avait plus important à faire que de s’occuper de son école et il commençait à se demander s’il ne serait pas temps qu’il commence sa petite enquête lui-même. Après tout, il avait gardé en sa possession quelque chose qui pourrait lui être d’une grande aide…

Le jeune homme avait faussé compagnie à ses camarades avant la fin du diner dans la Grande Salle afin de pouvoir redescendre tranquillement vers sa salle commune. Au vu de son humeur de ces dernières semaines, personne ne lui avait posé de question et personne n’avait eu le culot de le suivre. Le Serpentard passait le plus clair de son temps seul à ruminer ses idées noires et les quelques moments où il se retrouvait en présence de ses camarades lui étaient de plus en plus pénibles. Il n’avait envie de voir personne, il n‘avait pas envie de discuter ni d’entendre parler de choses futiles comme les examens où les vacances scolaires... Le moindre geste, le moindre mot qui sortait de leur bouche l’irritait au plus au point et quand elles n’étaient pas ponctuées de silences pesants, les conversations que Sevan avait avec eux terminaient généralement sur une pique cinglante de sa part qui mettait tout le monde mal à l’aise. Il était absolument exécrable et il en avait parfaitement conscience mais il ne supportait plus rien. A trop vouloir jouer les insensibles et prétendre ne plus avoir aucune émotion, Sevan se comportait en véritable martyr.

Comme il s’y attendait, il ne croisa personne dans la salle commune et c’était tant mieux. Il poussa doucement la porte du dortoir des garçons qui pivota sur ses gonds avec un léger grincement. La nuit était déjà presque tombée et la pièce était sombre. Pas assez sombre cependant pour qu’il ne remarque pas la personne qui venait de se redresser brusquement au fond du dortoir, tout près de son lit… Sevan fronça les sourcils, songeant d’abord qu’un de ses camarades était peut être rentré avant lui, mais il ne lui fallut pas longtemps pour remarquer que la silhouette était beaucoup trop fine pour être l’un des garçons avec qui il partageait la zone. Même Ethan avec ses bras de poulet n’était pas aussi féminin. Instinctivement, le Serpentard serra ses doigts sur sa baguette. Son jugement fut confirmé lorsqu’une voix de femme l’interpela pour qu’il décline son identité, comme si c’était lui qui se trouvait en infraction. Il ne répondit pas et fondit pratiquement sur elle, s’arrêtant à hauteur de sa baguette brandie. Irina Collins. Voilà qui à qui appartenait la baguette pointée sous son  nez. Cachant sa surprise, les traits de Sevan se durcirent. Il la connaissait à peine, mais suffisamment tout de même pour deviner que la trouver au milieu de son dortoir ne présageait rien qui vaille. Elle faisait partie des filles que le jeune homme aurait presque pu trouver jolies, avec son visage fin et son teint de lait, mais elle était tellement glacée que Sevan ne l’avait jamais regardée autrement que comme une pierre quelconque sur un mur des cachots. Il n’avait jamais cherché à faire sa connaissance et il était persuadé que de toute façon ils n’auraient jamais rien à se dire. « Qu’est-ce que tu fais là ?» Il chercha à la sonder tout en sachant qu’il ne trouverait rien dans son regard. Elle semblait agitée, toutefois, chose qu’il n’avait pas l’habitude de voir chez elle. Le Vert et Argent remarqua soudain la malle ouverte derrière elle, sa malle, ses affaire éparpillées partout et il sortit à son tour sa baguette, presque par réflexe en réponse à cette intrusion dans sa vie privée. « Qu’est-ce que tu fais là ?» répéta-t-il plus fort en détachant les syllabes, brulant d’animosité. S’il y avait bien une chose qu’il ne tolérait pas, c’était bien qu’on vienne mettre son nez dans ses affaires. Irina Collins ne l’intéressait en rien, les airs qu’elle se donnait ne l’impressionnaient, la seule chose qu’il voulait savoir désormais c’est en quoi lui l’intéressait…

_________________
I must live with my quiet rage
But do not ask the price I paid, I must live with my quiet rage, tame the ghosts in my head that run wild and wish me dead. Should you shake my ash to the wind ? Lord, forget all of my sins, oh let me die where I lie, neath the curse of my lover's eyes. -endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mars 1997] And i still haven't found what i'm looking for.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Mars 1997] Nuit, douce nuit.» [MArs 1997] Un lieu chargé de souvenirs (PV Neville Londubat)» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars» Mardi 1er mars 2011» Rapport d'activité du 20-21-22 mars 2010
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-