AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Avril 97] Les vertus de l'oubli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE6ème annéeAdmin fouineuse
    SERDAIGLE
    6ème année
    Admin fouineuse
AVATAR : Mandy Moore
MESSAGES : 8462

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Dim 27 Avr 2014 - 22:45



    Citation du message. « La vie ne va pas sans de grands oublis ! »  (Honoré de Balzac)
    ----------------------------------------------------------------------------------


Mars 1997. Dans la salle de divination.
Sur le coin des lèvres. Son index caressant la commissure de sa bouche, l'étudiante réalisait tout juste l'évènement qui venait de se produire. A vrai dire, c'était plutôt l'ensemble du cours qui avait été totalement improbable. Si inhabituel et inattendu, il s'était terminé tel un feu d'artifice : En un bouquet final.
Constatant qu'elle était une des dernières élèves encore en classe et que son professeur l'observait du coin de l'œil, elle fut soudainement embarrassée. Elle crut son attitude ridicule et s'empressa de ranger ses affaires, occupant ainsi ses mains. Remarquant alors la présence du sac de son partenaire de classe sur la table, Jessicayumi attarda son regard vers l'objet. Se demandant un bref instant si elle devait attendre que son propriétaire vienne le récupérer ou non, elle finit par s'en saisir, après avoir positionné le sien sur son dos. Se rendant auprès du professeur Querida, elle lui remit son devoir, avant de tourner les talons et quitter la salle.

Elle avait d'abord espéré croiser le garçon le plus tôt possible, afin de lui rendre ses affaires rapidement. Seulement ne l'ayant pas croisé en regagnant sa salle commune, la Serdaigle avait finalement déposé le sac dans son dortoir, reportant à plus tard le moment où elle recroiserait le Gryffondor.


Avril 1997. Devant l'entrée de salle commune des Gryffondors.


- Hum... Vous n'êtes pas de Gryffondor, n'est-ce pas ? demanda la Grosse Dame en croisant les bras dans son tableau.
- Non madame. J'attends quelqu'un.

Guère rassurée, le tableau analysait la Serdaigle d'un œil mauvais. Pourtant, Jessicayumi n'avait pas de mauvaises intentions à l'égard de la Grosse Dame ou bien envers la maison des rouge et or. Tenant le fameux sac toujours en sa possession, d'une main, elle n'était venue que le rendre à son propriétaire. Néanmoins une fois sur place, elle se retrouvait devant une impasse. Elle ne pouvait pénétrer dans la salle commune des Gryffondor sans connaître le mot de passe. De plus, le blason de son uniforme trahissait son appartenance à la maison de Rowena Serdaigle. Il ne lui restait plus qu'à attendre... Ayant conscience qu'elle pouvait être là pour un moment, elle adossa son dos contre un mur et se laissa glisser au sol. Ramenant le sac vers ses genoux, elle attendit silencieusement, ignorant les marmonnements de la Grosse Dame à ses côtés.

L'arrivée d'une jeune étudiante attira l'attention de la Serdaigle qui se redressa aussitôt. Analysant les cheveux blonds attachés en une queue de cheval de l'étudiante, Jessicayumi reconnut Anna Marshall, une sixième année de Gryffondor. Cette dernière devait certainement regagner sa salle commune. Profitant de la situation, la Serdaigle fit un pas vers elle, afin d'attirer l'attention vers elle.


- Euh... Anna ? Est-ce que tu peux me rendre un service s'il te plait ? En rentrant dans la salle commune, est-ce que tu pourrais voir si Neville Londubat y est... Et si c'est bien le cas, pourrais-tu lui demander de sortir un instant ? S'il te plait. Merci beaucoup.

Se retirant pour laisser Anna rentrer dans la salle commune, Jessicayumi entreprit de reprendre le sac resté au sol. Lorsqu'elle se retourna à nouveau vers le tableau, le passage avait disparu emmenant avec lui l'étudiante de sixième année. Se retrouvant de nouveau en tête à tête avec le tableau de la grosse dame, l'apprentie sorcière lui adressa un sourire gênée. Une manière bien que maladroite pour elle de s'excuser de sa présence ici. En effet, elle avait l'impression d'être en faute. Ou peut-être était-elle simplement impressionnée par la présence de la Grosse Dame.

Une nouvelle fois, le passage de la grande salle s'ouvrit. Neville Londubat apparut alors. Posant ses yeux noisettes sur lui, Jessicayumi essaya de lui sourire.


- Bonjour...

Elle ne savait pas exactement comment se comporter avec lui. C'était déjà le cas depuis leur rupture, mais depuis qu'il l'avait pratiquement embrassé avant de s'enfuir de la salle de divination, elle ne savait quelle attitude adopter en sa présence. Cette incertitude l'avait d'ailleurs poussé à attendre plusieurs jours avant de venir à la rencontre du garçon pour lui rendre le sac oublié. Pendant cette période, elle avait longuement réfléchi. Pour autant, cette longue réflexion ne lui avait servi qu'à une chose : Savoir qu'elle allait l'attendre devant sa salle commune. Pour ce qui était de la manière dont elle allait réagir en sa présence, elle n'avait pas réussi à obtenir la moindre réponse.

Sentir le regard de la Grosse Dame sur elle la dérangeait toujours autant. Aussi proposa-t-a à Neville, d'un coup de la tête d'aller un peu plus loin. Au moins, ainsi ils seraient à l'abri du regard du tableau.
Maintenant à quelques mètres du passage des Gryffondor, la Serdaigle s'immobilisa, afin de faire face au jeune homme.


- Je crois que tu devrais regarder plus souvent ton rappeltout.

Essayant d'employer un ton léger en prononçant ses paroles, la jeune fille tendit le sac au jeune homme, éclaircissant ainsi ses propos.

[Merci à Anna qui a bien voulu que je fasse intervenir son personnage.]

_________________
Jessicayumi Anthéa Belmontet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème annéeAdmin tout en douceur
    GRYFFONDOR
    7ème année
    Admin tout en douceur
AVATAR : Matthew Lewis
MESSAGES : 3179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Mar 23 Sep 2014 - 23:36

Voilà une semaine et demi qu'il l'évitait. Son sac à dos, le seul qu'il avait cette année, lui faisait défaut à chacun de ses cours, mais aucun courage ne lui était venu pour le réclamer à Jessicayumi. Pourtant, il avait su se pencher vers elle et....il secoua sa tête. Quelle idée stupide ! Il s'était frappé le front du plat de sa main en rentrant de ce fameux cours de divination. Et il se terrait le plus possible dans sa salle commune pour ne pas croiser la Serdaigle dans les couloirs depuis. Une seule fois, ils avaient failli se croiser, mais le Lion avait fait tout un détour pour ne pas qu'elle le voit. Cela en devenait ridicule.
Neville ne savait pas vraiment ce qu'il fuyait. Était-ce qu'il craignait qu'elle ne lui parle plus jamais ? Qu'elle lui en veuille ? Qu'elle le gifle ? Ou....tout le contraire ? Il était effrayé à l'idée que l'une ou l'autre proposition devienne réalité. Son indécision lui avait valu une mauvaise note en histoire de la magie (vu qu'il n'avait pas rendu le parchemin qui se trouvait dans son sac) et il trainait tous ses cours et plumes dans ses mains toute la journée.

Ce soir-là, il tentait de se concentrer sur la lecture d'une vieille œuvre que McGonagall les avait forcé à lire depuis un moment, et pour lequel il ne s'était jamais décidé à le faire comme tant d'autres dans sa classe. Un devoir dessus était prévu dans deux malheureux jours, aussi, il avait plutôt intérêt à s'activer pour être un minimum prêt. Alors qu'il arrivait enfin à se concentrer sur le chapitre le plus ennuyant, une main vint tapoter son épaule brièvement. Il leva les yeux et aperçut en premier la chevelure d'Anna. Elle lui indiqua simplement qu'une fille l'attendait devant le portrait de la Grosse Dame. Il l'interrogea d'un sourcil et elle lui lâcha avec un sourire goguenard qu'il savait parfaitement de qui elle voulait parler, avant de s'en aller sans rien rajouter. Il se leva avec une précipitation telle que son manuscrit tomba à ses pieds. Sans s'en inquiéter, il marcha jusqu'à la porte, puis fit demi-tour, se demandant ce qu'il devait faire. D'autres élèves dans le dortoir le regardèrent d'un air étonné qu'il ne capta même pas. Il regarda ses vêtements et constata qu'il était bien trop mal habillé pour la voir. Il fila dans son dortoir en grimpant les marches quatre à quatre, fut vite à l'intérieur, interrompant la conversation des deux camarades présents. Il traversa la pièce jusqu'à la buanderie dans laquelle il récupéra un jean, un t-shirt blanc à col roulé et un léger pull bleu marine. Il fila dans la salle de bain, se changea en trois secondes puis s'arrêta devant la glace pour essayer d'arranger ses cheveux. Rien à faire, ils étaient beaucoup trop indisciplinés et le jeune garçon n'avait pas vraiment le temps pour les arranger. Il manqua de s'emmêler les pieds dans le pyjama qu'il avait largué par terre et les shoota par agacement. Il souffla quelques secondes pour essayer de décompresser puis descendit calmement afin d'éviter de tomber.
Le stress malgré tout au cœur, il respira à fond avant de passer le portail des Gryffondors. La scène qui s'ensuivit se déroula comme au ralenti à ses yeux. Son rythme cardiaque s'emballa encore plus devant l'image de l'adolescente et son visage ne parvint qu'à osciller entre le sourire et l'hésitation face à cette image. Il la trouvait encore plus belle que d'habitude mais ne manqua pas de remarquer son sac à ses côtés.


- Bonsoir

- Euh salut...

Il ne savait ni où se mettre, ni quoi dire. Il rangea ses mains dans ses poches, trop tenté de jouer avec et comprit, par le regard de la Bleue et Argent, qu'elle tenait à s'éloigner de la porte. Il se retourna pour comprendre pourquoi et rencontra le regard contrarié de la Grosse Dame, comme s'il était un traitre de côtoyer une Serdaigle. Il n'y prêta pas attention, bien trop habitué aux extravagances de cette femme depuis des années, et s'enquit de se déplacer le plus près possible de l'escalier mouvant.

- Je crois que tu devrais regarder plus souvent ton rappeltout. fit-elle sans rancœur dans la voix tout en lui tendant son sac à dos.

Il était d'ailleurs étonné par sa nonchalance. Pas de colère, pas de véhémence. Elle était là, juste, simplement.


-Ah...euh....oui...

Il se sentait bête. Il avait répondu, comme s'il découvrait qu'il venait juste de perdre son sac à dos, ce qui était totalement incohérent avec son attitude depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Il s'approcha d'elle lentement, prit le sac et soupira.

- Je...te remercie...pour...enfin tu sais...me l'avoir ramené...et aussi...euh....

Il n'osait pas la regarder en face, comme si le regard de cette fille allait lui brûler les yeux ou l'empêcher de parler. Lui faisant signe de s'asseoir aux bords des escaliers, il s'y assit sans l'attendre tout en posant son sac sur la marche à ses côtés.

- Mmmh...je te demande pardon pour ça....enfin pour la dernière fois....

Il risqua un regard vers elle et ne comprenant pas l'expression de son visage, il s'empressa de rectifier :

- Enfin, non, pour t'avoir planter comme ça après le cours. Et t'avoir laisser porter mon sac aussi...je veux dire...en tout cas, je ne regrette pas ce que j'ai fait...

Sa phrase s'acheva dans un souffle, comme le dernier que son courage lui avait permit de lâcher.

_________________





Longue vie aux Rictusempriens !
Gardez-nous au top en pointant votre baguette ici, ici et ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéeAdmin fouineuse
    SERDAIGLE
    6ème année
    Admin fouineuse
AVATAR : Mandy Moore
MESSAGES : 8462

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Sam 27 Déc 2014 - 1:15

Citation du message. « Qui cache ses fautes est, à la fin, trahi par sa conscience. »  (William Shakespeare)
----------------------------------------------------------------------------------
Alors qu'elle se demandait si elle devait s'éclipser à présent que le sac était de nouveau en sa possession, le Gryffondor l'invita à s'assoir à ses côtés aux bords des escaliers. Jetant un coup d'œil rapide dans les environs pour vérifier que personne ne montait les escaliers, elle s'installa à ses côtés. Elle passa ses bras autour de ses jambes, pas forcément à l'aise. Mais les bégayements du garçon lui indiquaient qu'elle n'était seule dans cette situation. Cependant, loin de juger négativement son incertitude, elle trouvait que les hésitations du garçon rendaient ses propos plus touchants. Neville Londubat n'était peut-être pas le garçon sûr et viril souhaité par la plus part des jeunes adolescentes, mais sa maladresse avait dès le départ attirée la Serdaigle. En effet, elle aimait sa singularité et trouvait en lui quelqu'un de plus juste et vrai que chez les garçons séducteurs, coureurs de jupons.  

La dernière révélation qu'il venait de lui faire la surprit. Elle voulut cacher la rougeur de son visage derrière ses cheveux détachés et en évitant de le regarder. Les yeux rivés sur les marches qui se trouvaient sous ses pieds, elle resta silencieuse. Les pensées fusaient dans sa tête. Comment pouvait-elle réagir à cette déclaration ? Devait-elle le refroidir et le repousser ? Après-tout elle avait été surprise et n'avait pu réagir lorsque les lèvres du Gryffondor s'étaient posés contre les siennes. Elle n'aurait jamais accepté ce baiser si elle avait été consciente. Néanmoins, maintenant que le bisou avait été volé, fallait-il revenir sur l'acte... ?! Oh ! Si vous croyez qu'elle allait admettre avoir apprécié le baiser, vous rêvez ! Miss Belmontet n'était pas prête à révéler ce genre d'information. Têtue, elle préférait rester muette sur le sujet.

Les secondes s'écoulaient et  des deux adolescents n'osaient prendre la parole. Pourtant au bout d'un moment, la jeune fille finit par rompre le silence.


- Tu espères toujours que quelque chose nous unisse à nouveau ?

Son regard était toujours fixé vers les escaliers.
Sa voix était étonnamment calme.


- Dans deux mois, cela fera un an que nous sommes séparés. Je reconnais m'être trompé sur Harry Potter. Et... Et sur Rita Skeeter, finit-elle par admettre. Tu sais lorsque j'ai appris dans la Gazette que tu étais parti au ministère de la magie avec Harry, Hermione, Ron, Ginny et Luna, je m'en suis voulu de ne pas t'avoir cru plus tôt... J'ai découvert que j'étais rancunière et  aussi que j'avais une fierté mal placée. Il m'a fallu des mois et des mois pour que ma colère envers toi et envers moi-même ne se calme.

Elle ne lui avait jamais confié ses pensées là. A vrai dire, elle ne se confiait plus à lui depuis qu'ils n'étaient plus ensembles. Par conséquent, ils n'avaient jamais reparlé en dehors de cours en commun. Et dans le mesure du possible, la jeune fille avait fait son possible pour que les deux jeunes gens ne se retrouvent pas ensemble. A vrai dire, depuis septembre, ils ne s'étaient retrouvés à faire équipe ensemble que pendant un cours de vol et lors de la dernière leçon de Divination.

_________________
Jessicayumi Anthéa Belmontet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème annéeAdmin tout en douceur
    GRYFFONDOR
    7ème année
    Admin tout en douceur
AVATAR : Matthew Lewis
MESSAGES : 3179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Dim 10 Mai 2015 - 22:34


Il laissait le silence plané, ne sachant pas quoi ajouter d'autre suite à la révélation qu'il venait de faire. Il se contenta d'attendre sa réaction avant de faire ou dire une bêtise qu'il risquait de regretter.

- Tu espères toujours que quelque chose nous unisse à nouveau ?

Le Lion savait pertinemment, en entendant cette phrase, qu'ils étaient à un tournant décisif de leur relation. Un de ces tournants qui assure une suite ou coupe toute chance future. Neville réfléchissait à deux milles à l'heure pour savoir quelle réponse il pouvait bien apporter à cette question. Car au fond, qu'est-ce qu'il voulait ? Il l'avait souhaité très fort il y a quelques mois. Et son attente c'était mué en une sorte de sentiment nostalgique. Comme quelque chose qu'il n'arriverait jamais à récupérer, à rectifier, à rattraper, à recréer. Sans qu'il ait le temps de répondre - ce qui le soulagea - Jessicayumi continua :

- Dans deux mois, cela fera un an que nous sommes séparés. Je reconnais m'être trompé sur Harry Potter. Et... Et sur Rita Skeeter. Tu sais lorsque j'ai appris dans la Gazette que tu étais parti au ministère de la magie avec Harry, Hermione, Ron, Ginny et Luna, je m'en suis voulu de ne pas t'avoir cru plus tôt... J'ai découvert que j'étais rancunière et  aussi que j'avais une fierté mal placée. Il m'a fallu des mois et des mois pour que ma colère envers toi et envers moi-même ne se calme.

D'abord, il fut estomaqué par autant de révélations d'un coup. Il releva enfin la tête et la regarda intensément. Il fut soufflé par la facilité avec laquelle elle avait réussi à lui avouer tout ça. Puis analysant petit à petit ce qu'elle avait dit, il sourit franchement. Ce qui du intriguer la jeune fille car elle le regarda avec interrogation.

- Hé bien, tu as compté...tu sais ? Les mois depuis lesquels nous sommes séparés...et...ben, ça me fait sourire...au moins, je sais que je ne suis pas le seul..., acheva-t-il, plus pour lui-même.

Il sentit que Jessicayumi se raidit et enchaina :


- Je ne me moque pas de toi, ne va pas croire ça, surtout pas...

Il prit une inspiration, et se déplaça une marche plus bas, pour s'agenouiller devant elle et lui prit une main dans les siennes, espérant par-dessus tout qu'elle ne la lui retirerai pas. Sa chaleur contre la sienne lui donnerait le courage de dire ce qu'il voulait lui dire depuis tout ce temps. Plongeant son regard dans le sien, et tentant désespérément de contrôler les tremolos qui naissaient dans sa gorge, il se lança :

- Est-ce que j'espère que quelque chose renaisse ? Oui, totalement. Est-ce que je te demande de revenir maintenant ? Non....je...je suis patient. Et, euh...je pense avoir la force de t'attendre le temps qu'il faudra. C'est toi, et... - il sourit - en fait, ça a toujours été le cas...c'est toi qui décide si oui...quand....comment...où....

Il sentit l'émotion le gagner. Il aurait voulu le cacher, mais des larmes commençaient à le gagner.

*Ne pleure pas, bigre, tu vas paraître ridicule !*

Une souffrance émanait dans sa supplique. Il était irrémédiablement amoureux de cette fille, et ce, depuis toujours. Jamais il n'aurait cru possible d'aimer autant. Ce jeune homme était comme une boule d'amour, il en avait tellement été privé enfant, qu'il avait comme un compteur à partager. Un puits inépuisable. Et en l'ayant ainsi devant lui, il était prêt à tout pour la récupérer. Mais comme il l'avait compris il y a des semaines, il était aussi prêt à s'effacer si cela pouvait la rendre heureuse. Un sacrifice de soi dont il ne se savait pas capable. Il l'avait fait une fois, il était prêt à recommencer, bien que ça le morcellerait de nouveau.

- Depuis le début, je t'aime avec tes qualités et tes défauts. Et au vue de ce que tu viens de me dire, j'en déduis que ta colère contre moi s'est apaisée ?

Il tenta un sourire, bien que faiblard, espérant qu'elle ne resterait pas muette, sans quoi un nouveau malaise s'immiscerait entre eux, et maintenant qu'il venait de se jeter à l'eau, il ne voulait pas que ça se termine ainsi...

_________________





Longue vie aux Rictusempriens !
Gardez-nous au top en pointant votre baguette ici, ici et ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéeAdmin fouineuse
    SERDAIGLE
    6ème année
    Admin fouineuse
AVATAR : Mandy Moore
MESSAGES : 8462

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Dim 7 Juin 2015 - 4:21

Citation du message « Un sentiment ne peut devenir une source d'énergie que s'il est l'expression d'un puissant besoin. »  (Sigmund Freud)
----------------------------------------------------------------------------------

Parler à cœur ouvert ne lui était pas arrivé depuis un certain temps, à présent. Après l'avoir fait, Jessicayumi se sentait soulagée et libérée. Pour autant, elle appréhendait la réaction du Gryffondor. C'est pourquoi son regard jusque là rivé droit devant elle, se tourna vers lui. Mais devant le sourire franc qu'il lui adressa, elle comprit qu'elle n'avait pas mal agi.
Lui aussi avait compté le nombre de mois qui était passé depuis leur séparation. Quelque part, elle était heureuse de l'apprendre. Cependant, elle se demanda un moment si elle devait prendre ses paroles comme un reproche. Ou bien était-ce de l'ironie ?  


- Je ne me moque pas de toi, ne va pas croire ça, surtout pas...

Devinant ses angoisses, le jeune Gryffondor éclaircit tout de suite la situation.
Il vient s'installer une marche plus bas et s'accroupit face à elle. Ses doigts trouvèrent les siens. Elle sentit ses épaules se détendre lentement et se rendit compte à quel point son corps avait pu être tendu jusque là.


- Depuis le début, je t'aime avec tes qualités et tes défauts.

Pouvait-on réellement aimé une personne dans sa totalité ? Neville disait très certainement vrai, mais elle repensa à sa propre lubie pour le journalisme et la divination qu'il avait qualifié d'ânerie, l'an passé. Son point de vue sur le sujet n'avait très certainement pas changé depuis... Si cet intérêt avait déjà dérangé, ne serait-ce pas le cas une prochaine fois ? D'un autre côté, n'apprend pas de ses erreurs ? Depuis qu'ils s'étaient rencontrés, les deux adolescents avaient grandi et mûri. La Serdaigle avait conscience qu'elle avait eu des torts et savait par conséquent qu'elle agirait avec plus de précautions -et retenue ?- à l'avenir.
Mais elle chassa ses pensées de sa tête. Depuis leur rupture, elle avait mille fois réfléchi à la question. Etait-elle arrivé à une conclusion particulière ? Pas réellement. La vie est un trop grand mystère et les sentiments qui la pimentent en sont le cœur.  


- Et au vue de ce que tu viens de me dire, j'en déduis que ta colère contre moi s'est apaisée ?
- Oui, je crois.

Difficile de se contenter d'un simple oui. C'était plus compliqué qu'un simple oui. Mais elle ne saurait comment l'expliquer.
Oui, la colère était partie. Mais pour dire vrai, elle était passée par multiples sentiments depuis un an. Rongée par la fureur, elle s'en était nourri pour faire face à son petit-ami et rompre. Etait ensuite arrivée la tristesse. Elle doutait et regrettait. Les remords l'avait gagné et elle avait voulu réparer ses erreurs en proposant au jeune homme un rendez-vous. Mais ce fut la déception qu'elle trouva ce soir-là, lorsqu'elle comprit qu'il ne viendrait pas. La colère était alors revenue, la vieille amie, pour l'aider à surmonter ce mauvais moment. L'amertume et la fierté avaient fini par l'accompagner au quotidien. Elle avait alors fui le Gryffondor durant des mois. Mais ces derniers "amis" s'étaient éloignés d'elle lorsqu'elle avait dû faire équipe avec le jeune homme une première fois en novembre. Quel sentiment avait-elle ressenti alors ? Elle ne saurait le nommer exactement.  Mais les sentiments négatifs s'étaient dissipés... Les choses semblaient -enfin- s'améliorer jusqu'à ce qu'elle apprenne que le Gryffondor avait été vu en train d'embrasser une autre fille. La jalousie l'avait chatouillé et elle l'avait balayé en faisant appel à l'amertume à nouveau. Elle avait donc reprit ses distances jusqu'au cours de divination. Une nouvelle fois, les sentiments s'étaient joués d'elle. Déstabilisée, elle avait -contre toute attente- cherché la présence de Neville. Finalement, une dernière amie était venu se présenter à elle : La surprise. Douce, timide, mais bien présente. Neville l'avait étonné et ce, de manière positive.
Oui, quelque part, elle se sentait mieux. Mais comment être sûr que ces sentiments n'allaient pas une nouvelle fois la surprendre ? Comment être si sûre de soit, alors que c'était justement avec le sixième année, qu'elle avait certainement ressenti le plus de sentiments - aussi variés que puissants...


- J'ai éprouvé tellement de sentiments ces derniers mois. Si je suis là, aujourd'hui, j'imagine que ça va mieux. Mais avec toi, je ne sais jamais à quoi m'attendre.

Sa dernière phrase pouvait être comprise de différentes manières.
Après-tout ne l'avait-il pas embrassé quelques jours plus tôt, sans crier gare ?
Elle osa resserrer l'étreinte qui liée leurs mains.


- Qu'est-ce que tu ressens actuellement ?

_________________
Jessicayumi Anthéa Belmontet



Dernière édition par Jessicayumi Belmontet le Mar 22 Déc 2015 - 13:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème annéeAdmin tout en douceur
    GRYFFONDOR
    7ème année
    Admin tout en douceur
AVATAR : Matthew Lewis
MESSAGES : 3179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Sam 12 Sep 2015 - 18:19


Il commençait à avoir mal aux genoux dans cette position. Il songea qu'il devait changer de position mais comment faire pour qu'elle ne se sente pas obligée de réagir. Il avait peur que s'il se levait, elle fasse pareil et se décide à partir. Ou qu'elle devienne vexée s'il lui tournait le dos. Tandis qu'il cherchait le moyen le plus simple de rester à ses côtés, elle continuait de se confier à lui, ce qui le poussa à rester immobile pour l'instant.

- J'ai éprouvé tellement de sentiments ces derniers mois. Si je suis là, aujourd'hui, j'imagine que ça va mieux. Mais avec toi, je ne sais jamais à quoi m'attendre.

-Ah bon...? Il baissa les yeux sur le sol, soudain triste de lui faire cet effet là.

Etait-il si imprévisible que ça ? Il avait plutôt l'impression d'être un de ces garçons si prévisible qu'il en devenait ennuyant. Après tout, il n'était pas comme son ami Harry, à toujours courir partout pour prouver ses convictions....Certes il en avait, et en avait toujours eu d'ailleurs. Par exemple, il considérait que son amitié était quasi sans faille. Pouvant l'amener jusqu'à risquer sa vie pour protéger ceux qu'ils aimaient. Pour autant, il n'avait pas l'âme d'un aventurier. Et il n'était pas non plus un dragueur. Plutôt timide car souvent maladroit. Certaines choses le faisaient sortir de ses retranchements, mais en général, le Gryffondor pouvait s'apparenter à un fleuve tranquille. Il avait plutôt soif de savoir et voulait partager ses connaissances à qui lui demandait, sans forcément s'imposer (c'est ce qu'il avait d'ailleurs essayer d'enseigner à Hermione, il ne savait pas si ça avait fonctionné jusqu'ici). Mais il n'aurait pas fait un bon Serdaigle, n'aimant pas non plus la compétition.
En faisant un retour arrière sur sa vie à Poudlard, son passé, notamment ces dernières semaines, avaient tendance à contredire ce qu'il pensait de lui-même. Depuis qu'il était dans cette école, il n'avait cessé de s'étonner lui-même. Fier d'être chez les Lions, il se sentait à sa place, ce qui ne lui était pas arrivé depuis son enfance. En somme, on pouvait dire que son adolescence était la période préférée de sa vie. Il ne s'était jamais senti aussi vivant. Sûrement qu'approcher la mort avait cet effet là. Et que c'était à longue durée chez lui. Il savait à quel point c'était unique d'avoir la chance de vivre, de s'exprimer, de se rassembler, de se sentir uni à d'autres personnes à un instant "T". Le département des mystères lui avait à la fois donné la peur de sa vie et la plus belle opportunité de voir son ennemie en face. Il faisait encore des cauchemars, mais cette fois, il les comprenait. Des bribes de sa mémoire d'enfant lui étaient revenus, et il s'était un peu réconcilié avec lui-même. Il pouvait se donner la chance d'avancer, de voir plus loin que ce qu'il s'était autorisé jusqu'ici. Le Rouge et Or savait désormais qu'il était lui aussi courageux. Et surtout, aujourd'hui, Neville l'avait Elle. Il avait raté le coche la première fois, il ne réitèrerait pas cette erreur deux fois.


- Qu'est-ce que tu ressens actuellement ?

- Hé bien..., dans une grimace, il sourit, posa une main sur l'escalier pour soulager les fourmis qui commençaient à gagner ses chevilles après avoir grignoté lentement ses orteils.  Là, tout de suite, j'ai mal aux jambes ah !
Il rit presque pour masquer sa bêtise et son manque de résistance, qui auraient sûrement le don de casser l'ambiance.
 Je voudrais, si tu le permets, essayer un truc...mais j'aimerais que tu aies confiance...de nouveau...et que tu me laisses faire, d'accord ?

Il balaya la honte qu'il ressentait et s'encouragea intérieurement de ne pas manquer encore plus de valeur aux yeux de la Serdaigle. Toujours accroupi, il se retourna sur sa marche et lui tourna le dos. Puis avec ce qu'il espérait être de la délicatesse, malheureusement mélangée à de l'hésitation, il s'approcha lentement de la marche la plus proche d'elle...pour s'asseoir...entre les jambes de la jeune fille, comme il leur était arrivé de le faire par le passé. Il garda néanmoins quelques centimètres de distance, restant assis au milieu - voir presqu'au bord en fait - de cette marche, laissant le soin à la jeune fille de valider ou non sa position. Neville risquait de se faire jeter...ou au contraire de la sentir contre lui. C'était quitte ou double. Mais en attendant, qu'est-ce que ça lui faisait du bien aux jambes !!!

- Et si tu veux savoir ce que je ressens au fond de mon cœur...il te suffit...de l'écouter...

Un savant mélange de vertige et de peur - pas comme celle de mourir non - lui parcourut l'échine. Il ne serait pas à l'aise tant qu'il ne saurait pas à son tour ce qu'elle ressentait. Sa proximité lui manquait tellement. Et il n'avait pas été aussi proche d'elle depuis qu'ils s'étaient séparés. Dans une inspiration nouvelle, la senteur de son léger parfum parvint jusqu'à ses narines, et il ferma les yeux pour s'en imprégner. C'était déjà si agréable d'être là...

_________________





Longue vie aux Rictusempriens !
Gardez-nous au top en pointant votre baguette ici, ici et ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéeAdmin fouineuse
    SERDAIGLE
    6ème année
    Admin fouineuse
AVATAR : Mandy Moore
MESSAGES : 8462

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Ven 16 Oct 2015 - 17:31

Citation du message. « Le bonheur ne saurait être un état arythmique et clos sur lui-même, une béatitude sans vagues. Il est au contraire une pulsation qui exacerbe et épanouit notre sensibilité, rendant nos émotions plus prégnantes. »  ( Vincent Cespedes )
----------------------------------------------------------------------------------

- Qu'est-ce que tu ressens actuellement ?
- Hé bien... Là, tout de suite, j'ai mal aux jambes ah !

Accompagnant ses paroles, d'actes, le Gryffondor prit appui sur les marches de l'escalier et s'accroupit.
Bien qu'elle était loin d'attendre cette réponse, les phrases du sixième année firent sourire la jeune sorcière. Elle aimait sa spontanéité.


- Je voudrais, si tu le permets, essayer un truc...mais j'aimerais que tu aies confiance...de nouveau...et que tu me laisses faire, d'accord ?

Etait-il absurde de croire qu'il allait de nouveau l'embrasser ? Chassant ces pensées de sa tête, elle le laissa se retourner, pour mieux s'installer entre ses jambes. Il lui faisait à présent dos. Ce n'était pas la première fois qu'ils se retrouvaient dans cette position. A une autre époque, ils s'étaient déjà retrouvés dans une telle situation... C'était si étrange d'être de nouveau si proche, alors que depuis leur rupture, elle avait toujours veillé à garder une certaine distance avec le Gryffondor - le cours de vol de novembre étant une exception. Elle n'était pourtant, pas particulièrement gênée. Elle se sentait juste "bizarre". Tout lui faisait si drôle et elle ne savait pas si c'était parce qu'elle appréciait l'instant présent ou parce qu'il lui rappelait juste d'anciens souvenirs heureux.

- Et si tu veux savoir ce que je ressens au fond de mon cœur...il te suffit...de l'écouter...
- C'est un peu compliqué alors que tu me tournes le dos, tu ne crois pas ?

Elle ne savait pas réellement si elle avait envie de se lever. N'étaient-ils pas bien ainsi ?
Elle aurait pu se déplacer, s'installer deux marches plus bas et poser son oreille contre son torse... Mais elle n'en fit rien. Elle se sentait bien... Comme dans un cocon ou une bulle coupée du monde. Il n'y avait plus qu'eux deux. Elle ne voulait pas quitter cette atmosphère, pour rien au monde. Le moindre geste brusque pourrait l'en arracher. Non, non, elle ne bougerait pas.


- Recules un peu, souffla-t-elle avec douceur.

Il ne s'était pas assis convenablement sur la marche et le Gryffondor pouvait reculer de quelques centimètres.
Lorsque ce fut fait, elle se pencha vers lui avec douceur. Délicatement, elle approcha ses doigts de son cou, avant de poser son index et son majeur sur une de ses artères. En veillant à ne pas lui faire mal, elle exerça une petite pression avec ses doigts, avant de s'immobiliser. Attentive, elle attendit un moment, avant de ressentir ce qu'elle cherchait : Des pulsations. Elle sentait les battements successifs et réguliers du rythme cardiaque du Gryffondor.
Ses lèvres s'étirèrent en un nouveau sourire.
Elle laissa glisser sa main gauche sur le torse du garçon, posant par la même occasion son bras sur l'épaule du Gryffondor. Puis, après une seconde d'hésitation, elle fit de même avec son deuxième bras. En liant ses deux mains, la jeune fille encercla le jeune homme et l'attira contre elle. Sans un mot, elle posa sa tête contre celle du garçon, humant par la même occasion son odeur. Ses yeux se fermèrent et elle ne bougea pas pendant quelques instants.

Tout cela était si insensé. Et pourtant si réel... Elle avait tellement l'impression d'être en plein songe.
Elle rouvrit les yeux. Sans bouger, elle demanda :


- Qu'est ce qui t'a traversé l'esprit à la fin de ce cours de Divination ? Et pourquoi es-tu parti comme un voleur ?

Nul reproche. Nul rancœur. Son ton était curieusement neutre.

_________________
Jessicayumi Anthéa Belmontet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR7ème annéeAdmin tout en douceur
    GRYFFONDOR
    7ème année
    Admin tout en douceur
AVATAR : Matthew Lewis
MESSAGES : 3179

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Jeu 7 Juil 2016 - 19:41

- C'est un peu compliqué alors que tu me tournes le dos, tu ne crois pas ?

Rien ne lui prédisait la suite des évènements. Il était nerveux de l'intérieur, mais d'apparence extérieure parfaitement calme. La respiration jusqu'ici contrôlée (malgré les pointes d'émotions qui lui traversaient le corps) étaient en train de littéralement rendre l'âme quand elle lui proposa ensuite de se rapprocher tout contre elle. Il fut à la fois étonné et tellement soulagé parce qu'elle avait, en quelques centimètres (et en trois mots !), parcouru les centaines de kilomètres qui les avaient séparé tout au long de ces derniers mois.

Le contact délicat de ses deux doigts sur son cou lui lança une décharge électrique qui parcourut tout son corps. Il se demanda si elle avait ressenti son tressaillement et tenta de rester maître de ses battements de coeur. Seulement, c'était sans compter le rapprochement physique de la jeune fille, qui à son tour, laissait libre cours à ses envies en épousant le dos du Gryffondor avec son corps. Ce fut l'étincelle qui emballa son flux sanguin, la chaleur (le feu ?) dans ses oreilles et ses joues, les divins souvenirs dans sa mémoire. C'était comme la première fois qu'elle l'avait prise dans ses bras, mais...en bien plus fort. Comme si leur séparation avait fait gagner en intensité chacun de leurs échanges physiques.

Les yeux clos, il savoura chaque centimètre d'elle qui l'entourait, de sorte à pouvoir l'imprimer dans sa mémoire, et s'assurer de ne jamais oublier cette sensation. On ne sait jamais, cela pouvait ne plus se reproduire...

Un silence non gênant s'installa entre eux, un de ceux qu'on ne veut pas briser, voulant garder le charme du sort qui les enveloppait sans réserve. De la magie, sans magie. Heureusement que personne n'était venu les déranger, dans ce moment le plus crucial. Et c'est quand il s'apprêtait à renforcer leur lien en posant sa main sur la sienne qu'elle lâcha doucement :


- Qu'est ce qui t'a traversé l'esprit à la fin de ce cours de Divination ? Et pourquoi es-tu parti comme un voleur ?

Le Lion rouvrit les yeux, surpris par la question. Et aussi par le ton qu'il tentait de cerner. Il est vrai qu'il s'était déjà interroger sur son attitude, aussi stupide eut-elle été. Et à l'heure actuelle, il n'avait aucune raison de lui mentir. Sans bouger, il répondit dans un murmure :

- J'ai eu peur.

Il ne pouvait pas faire plus simple et plus sincère. Cherchant ses mots pour ne pas paraître lâche, l'adolescent continua, lentement et en détachant chacune de ses phrases :

- Peur...que tu me rejettes - ou que tu ne me gifles, pourquoi pas, dit-il dans un petit rire. Peur d'avoir mal agi, laissant un désir qui...qui dormait depuis des mois prendre le contrôle de mes actes. Alors que...tu es la mieux placée pour savoir que ce n'est pas mon genre d'agir sans le consentement d'une personne.

Il soupira doucement, recherchant du courage dans son for intérieur pour continuer sur sa lancée.

- La peur s'est donc aussi dirigée contre moi. Je m'étais promis de ne plus te contrarier, ou de ne plus te blesser par mes actes irréfléchis et pourtant....J'ai gardé une certaine amertume quand je t'ai perdu parce que j'avais choisi de nous sacrifier au profit de ce que je pensais plus "juste".

Voulant donner plus de poids à ses mots, il posa ses deux mains sur les bras de la Serdaigle, de sorte qu'ils soient tous deux unis et plus proches qu'ils ne l'avaient jamais été depuis leur rupture.

- Ce soir-là, sans forcément vouloir jouer les héros, j'avoue que je me suis senti...nécessaire à la cause de Harry. Parce que c'était quelque chose de plus grand que moi...Et que...pour une fois, on avait besoin de moi. Et pas forcément pour aider en botanique, je ne sais pas si tu comprends... Sans compter le fait que j'avais, tout au fond de moi, cette petite envie de rencontrer Bellatrix Lestrange en face à face. Il avait accompagné cette précision d'un geste de la main, l'index et le pouce se rapprochant pour donner l'illusion de petitesse. Souriant d'un air penaud, il acheva en agitant sa main nerveusement dans ses cheveux comme si quelque chose l'avait gêné l'espace de quelques secondes : je n'aurais jamais pensé la croiser d'aussi près par contre...

Avec une grimace, il fit une pause. Décidant qu'il était temps de l'affronter, il pivota doucement sur le côté dans le but de la regarder, bien que tristement, dans les yeux.

- Je suis désolé. De ne pas avoir été à la hauteur...de tes attentes...de ce que tu mérites...Mais avec tout ça, je sais que j'ai grandi...mûri....

Il planta ses iris dans ceux noisettes de la Bleue et Argent.

- Et toi...et moi...c'est plus fort que je ne l'aurais cru au départ...

_________________





Longue vie aux Rictusempriens !
Gardez-nous au top en pointant votre baguette ici, ici et ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE6ème annéeAdmin fouineuse
    SERDAIGLE
    6ème année
    Admin fouineuse
AVATAR : Mandy Moore
MESSAGES : 8462

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Jeu 14 Juil 2016 - 2:13

Citation du message.  
«Faut pas forcer la confidence ; elle vient quand elle peut. Jamais trop tôt, jamais trop tard.»
( André Major )
----------------------------------------------------------------------------------

Ils n'avaient pas été aussi proches depuis bien fort longtemps. Une atmosphère particulière les enveloppait, rendant l'instant propice aux confidences. La cinquième année osait aborder des sujets qu'elle aurait pourtant évité en temps normal. Comme par exemple, en lui demandant les raisons qui l'avaient poussé à agir comme il l'avait fait à la fin du cours de divination. Elle ne souhaitait pas le juger ou lui reprocher ses actes, mais bel et bien comprendre son attitude. C'est pourquoi elle resta silencieuse et à l'écoute, lorsqu'il lui expliqua avoir eu peur. Neville ne manqua pas de développer en détail ce qu'il entendait par ces angoisses.
La Serdaigle avait pleinement conscience qu'il lui faisait un aveu personnel. Elle était touchée par la confiance dont il lui faisait preuve encore aujourd'hui.


- Ce soir-là, sans forcément vouloir jouer les héros, j'avoue que je me suis senti...nécessaire à la cause de Harry. Parce que c'était quelque chose de plus grand que moi...Et que...pour une fois, on avait besoin de moi. Et pas forcément pour aider en botanique, je ne sais pas si tu comprends... Sans compter le fait que j'avais, tout au fond de moi, cette petite envie de rencontrer Bellatrix Lestrange en face à face. Je n'aurais jamais pensé la croiser d'aussi près par contre...

Quelques secondes suffirent à la jeune fille pour comprendre qu'il faisait référence à leurs échanges dans la volière, le jour de leur rupture. En tout aussi peu de temps, elle eu l'impression d'être plongé une année en arrière. Elle les revoyait tous les deux sur les lieux... Leur rupture était imprévue et s'ils s'étaient retrouvés cette journée, c'était pour trouver une solution aux tracas qui les tourmentaient. Et pourtant, tout avait basculé. Finalement, ils s'étaient fais énormément de mal l'un et l'autre...

Marquant une pause dans son discours, le jeune homme se tourna vers elle pour lui faire face.


- Je suis désolé. De ne pas avoir été à la hauteur...de tes attentes...de ce que tu mérites...Mais avec tout ça, je sais que j'ai grandi...mûri....
- J'ai également des excuses à te présenter. Premièrement parce que j'ai eu tort en croyant Rita Skeeter. Et puis... j'aurais tout simplement dû prendre en considération ce que tu me disais, parce que tu étais mon petit-ami à cette époque... Je me suis laissée influencer par ce que je ressentais... J'enviais les personnes avec qui tu passais du temps et dont je m'étais faite une idée après avoir lu la Gazette du Sorcier. Sur ce coup-là, j'ai été la dernière des crétines.  

Un an plus tôt, elle l'avait traité de manière similaire. Aujourd'hui, elle avait choisi le terme intentionnellement. Peut-être que Neville pourrait ainsi percevoir à quel point elle regrettait certains de ses actes et certaines de ses paroles...

- Je n'ai pas non plus été la meilleure des petites amies, confia t'elle avant de garder le silence pendant quelques secondes. Pendant toute cette année, nous avons pu prendre du recul, s'éloigner l'un de l'autre et apprendre de nos erreurs...

Comme la Serdaigle l'avait dit plus tôt, dans deux mois cela ferait un an qu'ils s'étaient séparés. En même temps, il lui semblait que leur rupture remontait à une éternité, tout comme il lui semblait n'être séparé de Neville que depuis la veille.  

- Et toi...et moi...c'est plus fort que je ne l'aurais cru au départ...

Ils continuaient à avoir cette relation si particulière... Les gestes tactiles et leurs proximités depuis quelques minutes étaient là pour servir de témoins. Jessicayumi ne pouvait le nier. Ils restaient attirés l'un vers l'autre.

- Je dois reconnaître que je suis de ton avis.

Elle accompagna sa confidence d'un petit sourire timide.
Un sentiment de bonheur et de bien-être la submergea, la rendant tout simplement heureuse. Comme si le simple fait d'énoncer tout haut ce qu'elle gardait secrètement en elle depuis des mois, venait de la libérer. Comme si elle venait d'apprendre elle-même ce qu'elle savait pourtant depuis longtemps, mais qu'elle refusait de s'avouer.
Se mêlant à la joie, il y avait la timidité. Elle venait d'ouvrir son cœur à Neville, alors qu'elle avait pris soin de se protéger de ce genre de situation pendant des mois.

Son regard rencontra celui du Gryffondor.
*Et maintenant ?* Elle avait l'impression que le moment présent était décisif et qu'il pouvait marquer un tournant dans leur relation. Elle n'osait y penser sérieusement, y croire ou espérer quoi que ce soit...
Avec délicatesse, elle posa son front contre celui de Neville. Leurs visages à présent collés, elle pouvait sentir la respiration du garçon contre elle. Fermant les yeux pour se concentrer sur cette sensation, elle chercha à l'aveuglette la main du garçon pour pouvoir s'en saisir avec douceur.
Puis elle s'immobilisa, ne faisant que profiter de la situation.

Elle aurait été incapable de dire s'ils étaient ainsi depuis quelques secondes ou quelques minutes. Le temps s'était arrêté.

Lorsqu'elle finit par rouvrir les yeux, elle prit conscience qu'elle ne rêvait pas. Ils étaient toujours très proches l'un de l'autre. Jessicayumi aurait voulu prendre la parole. Dire quelque chose. Mais tout ce qui lui passait à l'esprit lui semblait être dénué d'intérêt. Rien ne lui semblait être à la hauteur. C'est pourquoi, elle préférait ne rien dire qui pourrait casser leur alchimie.
Il n'en restait pas moins, qu'elle souhaitait exprimer ce qu'elle ressentait... Elle hésita quelques instants... Puis, elle inclina la tête pour venir déposer ses lèvres contre celle du Gryffondor, tandis que sa main lâchait celle du garçon pour venir se glisser sur sa nuque.
Elle sentit son estomac remuer sur lui-même tandis que son cœur s'emballait. Merlin ! Elle avait déjà embrassé Neville, mais ce baiser lui procurait des sensations qui lui étaient jusqu'alors inconnues...
Lorsque leurs visages se séparèrent, elle ne le quitta pas des yeux. Une nouvelle fois, elle ne savait que dire. A croire qu'on lui avait volé la langue... Mais elle espérait ainsi comprendre ce qui se passait dans la tête du Gryffondor. Ils leur arrivaient de se comprendre sans parler. Elle souhaitait y parvenir présentement.


[HJ : Je réalise que notre IRL à Disney, c'était (à un/deux jours prêts) il y a cinq ans ♥ ]

_________________
Jessicayumi Anthéa Belmontet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Avril 97] Les vertus de l'oubli Aujourd'hui à 17:00

Revenir en haut Aller en bas

[Avril 97] Les vertus de l'oubli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)» 21 AVRIL 1971 /21 AVRIL 2010 DISPARUTION D'UN LEADER VISIONNAIRE !» undi 27 avril 2009 FORCES OCCULTES, FORCES CULTURELLES A 969 mètres d’altitude» Premier Avril
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-