AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[avril 1996] Les opposés s'attirent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [avril 1996] Les opposés s'attirent Ven 7 Mar 2014 - 21:34


Adam & Hayden


Le papier du cahier était recouvert de dessins de runes bien particulières tracées au crayon noir. Il y en avait presque une dizaine de différentes, étalées sur une double page, éparpillées en tout sens. Avec l’encre de sa plume, il en avait redessiné une partie à l’intérieur de son bras. D’une taille assez petites, elles s’alignaient comme les mots d’un texte sur sa peau mais Hayden restait dubitatif, le résultat ne lui plaisait pas vraiment ainsi. Il voulait quelque chose de plus grand, de plus visible, de plus « agressif », lui qui, pourtant, avait toujours été reconnu pour être un adolescent calme, discret et posé jusque-là. Mais cet Hayden là appartenait à une autre vie, il pouvait sentir le changement se faire en lui jour après jour depuis les vacances de Noël. La colère qui grondait en lui rongeait peu à peu l’adolescent qu’il était. Il avait la désagréable impression de subir une sorte de mutation et que d’ici peu, son nouveau lui éclorait, abandonnant derrière lui la mue de celui qui avait été Hayden.

Tout le monde s’était aperçu de son changement de comportement depuis Noël. Quand il était rentré, ses potes, comme toujours, lui étaient arrivés dessus, riant bruyamment, discutant de leurs cadeaux et vacances et Hayden était resté silencieux avant de finalement carrément les envoyer se faire voir, ce qu’il n’avait jamais fait jusque-là. Depuis lors, fatigué de ne pas voir l’humeur sombre de leur ami s’envoler avec le temps, ses potes lui avaient peu à peu tourné le dos et Hayden s’en portait bien mieux.

L’heure du repas de midi approchant, Hayden se leva de son lit. Le dortoir était désert. En cette période de vacance, ils n’étaient que 2 élèves de 5ème année à s’y trouver encore. Lui et l’autre Tête d’ampoule qu’Hayden ne connaissait pas autrement, prénommé Adam. Il ne prit pas la peine de nettoyer les dessins de petites runes qu’il s’était dessiné à l’intérieur de l’avant-bras, ça partirait sous la douche et, vêtu d’un simple jean troué au genou et d’un t-shirt à l’effigie d’un groupe de rock sorciers connus, Hayden descendit jusqu’à la grande salle tout en se grattant le lobe de l’oreille.

Récemment, il se l’était fait percé, sachant que son père piquerait une crise dès qu’il verrait l’anneau, et cela lui piquait encore un peu. Il était bien content de ne pas être une fille et de ne pas avoir les deux lobes percés, c’était le genre de truc qui devait rendre dingue les premiers jours. Mais il allait bien falloir qu’il s’y fasse maintenant qu’il avait dans l’idée de se lancer dans les tatouages, dès qu’il aurait trouvé comment exactement il voulait mettre en place l’idée qui avait germé dans son esprit sur sa peau. Il avait dans l’intention de commencer ça dès les vacances d’étés. Même s’il n’avait que 16 ans, un gars de Poufsouffle, qui aurait limite plus eu sa place à Serpentard, lui avait donné quelques adresses de tatoueurs moldus pas très regardant sur l’âge.

Dans la Grande Salle, l’ambiance était digne d’un enterrement. La décoration de Pâques était colorées et très réussies mais la salle était très vide. Hayden pouvait entendre deux gamines, a priori des jumelles, de Serpentard glousser en feuilletant un magasine, preuve d’à quelle point la pièce était calme contrairement à d’habitude.

Vu el peu d’élèves présents, la table des Serdaigle n’était pas entièrement dressée, obligeant les quelques rares élèves restant à s’installer ensemble en bout de table et c’est ainsi qu’Hayden se retrouva à prendre place face à Adam.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Mar 11 Mar 2014 - 7:29

Pour une fois, Adam n’avait pas eu à faire preuve d’imagination pour décliner poliment l’invitation de son paternel à aller tourner en rond et subir ses silences toute une semaine. La traditionnelle relâche de Pâques serait consacrée à la révision d’un ensemble de notions primordiales à la réussite de ses Brevets Universel de Sorcellerie Élémentaire. Certes, il avait dû insister un peu sur « l’importance capitale » de ses révisions, mais son père ne comprenait pas vraiment le système scolaire sorcier de toute façon.

Du coup, l’élève de cinquième ne savait plus vraiment ce qui était lui était le plus dommageable dans cette relation. Le manque d’effort de son géniteur qu’il associait à un désintérêt pour sa personne ou bien encore le manque de capacités intellectuelles de celui-ci pour parvenir à interpréter un système de notation étendu sur six échelons.

Qu’importe.

Relevant la tête de son cahier de note à la recherche d’une fourchette, son regard croisa celui de l’étudiant Cornwell. Même maison bien sûr, même promotion, particulièrement brillant en histoire de la magie et très certainement acrophobe. Quoi d’autre? Une récente et très apparente dissonance dans le champ théorique de l’attitude et du comportement dont le rapport cause-effet lui échappait complètement. Évidemment, il n’avait que très rarement et très peu échangé avec l’élève Cornwell, mais ce qui savait piquer sa curiosité méritait toujours un effort d’introduction. Dans le cas présent, le choix des inscriptions runiques sur son avant-bras, bien sûr.

- " Quand on songe que le lapin est un symbole antique qui a toujours représenté la fécondité et l’œuf, le symbole de la germination qui se produit au début du printemps, le choix des symboles associés à la Pâques moldue me semblent plutôt… discutables. "

Ce qui bien sûr, voulait dire « Bonjour » en language d’aigle.

Ceci dit, il était plutôt conscient que même à Serdaigle, la structure et la maîtrise de la langue échappaient partiellement ou complètement à certains. Tout de même, lui et l’élève Cornwell étaient pratiquement seuls à table et son instinct lui soufflait que l’humeur de celui-ci trouverait écho dans son plus récent commentaire. Ou bien il détestait Pâques, ou bien il était plutôt déçu de devoir rester à Poudlard pour l’occasion. D’ailleurs, n’était-ce pas la première fois que l’élève Cornwell bafouait une relâche scolaire? De mémoire d'Adam, il s'était toujours trouvé seul de sa promotion à profiter de la quiétude du collège pendant les vacances.

Donnée manquante?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Mer 12 Mar 2014 - 14:03


Adam & Hayden


Accoudé à la table, Hayden chipotait avec sa fourchette dans son assiette, faisant passé un à un les petits pois d’un bord à l’autre de son assiette alors que l’appétit l’avait une fois de plus déserté. Il ne s’inquiétait pas de son manque d’appétit des dernières semaines mais pourtant, alors qu’il n’était déjà pas spécialement épais au départ, il avait commencé à perdre du poids. Ses joues se creusaient légèrement, accentuant la forme de ses pommettes et rendant son visage plus anguleux. Mais après tout, cela pouvait tout aussi bien être également dû aux changements physiques survenant avec l’entrée dans l’âge adulte.

Concentré sur sa tâche alimentaire digne du génie civile avec l’évacuation des petits pois sur le rebord gauche alors que le reste de son repas, qu’à demi entamé, refroidissait dans le reste de l’assiette, Hayden eu un léger sursaut de surprise en entendant une voix s’élever dans le silence à peine entrecoupé de murmures de la Grande Salle faisant pensant à une veillée funèbre. Sur le coup, il jeta un coup d’œil autour de lui pour voir à qui Tête de lunette s’adressait et réalisa qu’ils étaient seuls dans le secteur. C’était donc à lui qu’il s’adressait ? D’accord mais le problème était le suivant : bien qu’il est comprit tout les mots de la phrase, Hayden était bien incapable d’en comprendre vraiment le sens. Mais de quoi est-ce qu’il pouvait lui causer ? Hayden avait l’impression d’arriver au beau milieu d’une conversation et de ne pas réussir à en comprendre le thème.

Euh… Ouais, répondit-il très intelligemment avec la tête même du type n’ayant absolument rien pigé mais tentant de gagner du temps pour réussir à battre en retraite avant qu’un psychopathe armé d’un couteau ne lui saute dessus pour le tailler en pièces.

Il lui fallut une petite poignée de seconde pour tout remettre dans un enchainement plus cohérent dans son esprit. Après tout, Hayden n’était pas à Serdaigle pour rien, il était quand même capable de faire fonctionner correctement ses neurones quand il le voulait bien. C’était surtout la tournure de la phrase qui l’avait prit par surprise.

‘fin t’sais, reprit-il  finalement. Quand tu penses que leur vieille croyance dit qu’à Pâques ce sont des lapins qui pondent des œufs au son des cloches ou qu’à Noël c’est un vieux type en rouge qui fait le tour du monde en une nuit pour livrer les cadeaux alors qu’ils croient même pas aux dragons… Plus rien m’étonne vraiment avec les moldus. Tu pourrais leur certifier qu’une civilisation perdue depuis des lustres a annoncé la fin du monde pour dans quelques années qu’ils y croiraient dur comme fer…

Hayden appréciait énormément les moldus, pour le peu qu’il connaissait d’eux. Il aimait leur culture, leur débrouillardise, il avait adoré aller au cinéma un jour pendant les vacances mais il fallait être honnête, les moldus pouvaient vraiment se montrer très crédules parfois.

Après cela, Hayden reposa son regard sur son assiette, Aussitôt, une mèche lui retomba devant les yeux. Habituellement, il profitait toujours des vacances de printemps pour aller faire un tour chez le coiffeur pour rafraîchir cette coupe qu’il portait depuis quelques années. La coupe totalement traditionnelle de l’adolescent traditionnel et bien sous tout rapport que ses parents attendaient toujours de lui qu’il soit. « Le petit-ami rêvé pour nos filles », ne cessaient de répéter les amies de sa mère, elles aussi mères d’adolescentes. « Il est tellement mignon et si bien élevé ».

La vraie fierté de ses parents.

Sauf que désormais, quand il voyait son reflet dans la glace tout les matins, l’image du garçon parfait, parfaitement façonné par ses parents qui s’étaient avérés, eux, être loin d’être aussi parfait qu’ils voulaient en donner l’air, Hayden sentait un vide si douloureux grandir en lui qu’il n’avait qu’une envie, c’était de sauter du haut de la Tour d’Astronomie pour que cela cesse enfin pour de bon.

De toute façon, les symboles sont pas plus bizarres que ce qu’ils célèbrent. Un mec plein de pouvoir qui meurt et qui revient à la vie ? Moi perso, j’appel ça un puissant sorcier possédant un Horcruxe donc pas aussi gentil qu’on le prétend… Et après ça ils ont quand même eu le culot de vouloir nous faire cramer au bûcher à cause de la magie… Cherchez l’erreur.

Non, Hayden n’avait vraiment rien contre les moldus, toutes les civilisations avaient leur part de bourdes à leurs actifs, mais niveau incohérences, il fallait avouer qu’ils faisaient fort quand même dans leur genre.


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Ven 14 Mar 2014 - 7:35

Chaque mot prononcé par l’étudiant Cornwell renforçait une courbe directe sur le tableau corrélationnel de l’enthousiasme d’Adam. Les référents moldus de son collègue étaient non seulement exacts à son humble avis, mais également plutôt brillamment présentés. Certes, ceux-ci avaient su tiré avantageusement profit de ce qu’il appelait la technologie, mais il s’agissait bien du seul domaine dans lequel l’élève de cinquième année était prêt à leur accorder une expertise sérieuse.

Considérant pendant un moment supplémentaire son interlocuteur, Adam se fit la réflexion que l’opinion de celui-ci trahissait certainement des origines sorcières puisqu’aucun sorcier né-Moldu de sa connaissance ne se serait autoriser de tel remarques ou du moins n’aurait pas relevé une agression dans son propre commentaire. En fait, seul son demi-frère ne se serait probablement pas vexé, bien au fait de la situation du père d’Adam et de la jeunesse presque entièrement dépourvue de magie dans laquelle le Serdaigle avait évolué. Ceci dit, les causes de la colère de l’étudiant Cornwell semblait tout autre et non pas particulièrement dirigé contre quelques moldus inoffensifs.

- " L’idée de s’amuser de leur impossibilité à maîtriser la magie et de leur manque de connaissance lié à notre monde n’était peut-être le meilleur usage à faire de nos propres capacités. Ahem…. Hayyyyyden, c’est bien ça? "

Le cinquième avait hésité, étirant un moment la première syllabe. S’il maîtrisait parfaitement le nom de tous ceux qu’ils jugeait digne d’occuper un espace de sa mémoire, celle des prénoms lui échappait bien souvent. D’ailleurs, bien que le nom « Cornwell » soit d’origine anglaise, la plupart des représentants du nom se trouvaient concentré en territoire américain désormais. Hors, vu ses traits et ses caractéristiques capillaire, il y avait fort à parier d’ailleurs qu’une vélane avait fait sa place dans l’arbre généalogique de l’adolescent, quoiqu’il était difficile de dire à quel niveau générationnel exactement. Du coup… scandinave, anglais, américain?

À nouveau, son regard se porta sur l’avant-bras du blondinet, mais il était encore trop tôt pour entamer le sujet.

- " C’était un choix délibéré ou pas exactement? " lança t-il tout bonnement, dans une référence directe au fait que son collègue n’était jamais demeuré à Poudlard auparavant. Il lui avait semblé inutile de gaspiller une affirmation pour le lui rappeler.
- " J’ai lu que les traditions sorcière scandinave pour Pâques était particulièrement intéressantes. Notamment, la ronde des soleils dansants… "

Il avait décidé d’arrêter son choix sur le nord de l’Europe, au risque d’être corrigé par l’étudiant Cornwell quand à son domicile fixe et ses origines.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Ven 14 Mar 2014 - 17:29


Adam & Hayden


Les petits pois avaient tous traversés l’assiette sans encombre ou presque, malgré la terrible montagne de purée les obligeants à faire un détour au risque de s’y retrouver engluer. Et même si les petites boules vertes étaient poisseuses de sauce, elles étaient toutes saines et sauves. Désormais, Hayden s’appliquait à enfoncer une à une chacune des rondelles de carottes cuites dans la fameuse montagne de purée jusqu’à les y faire disparaître totalement.

Autant dire qu’Hayden ne s’était pas vraiment attendu à ce que la conversation se poursuive. D’autant que depuis Noël, les gens avaient plus tendances à l’éviter qu’à lui parler. Mais c’était sans compter sur la persévérance, ou la curiosité au choix, du type assit en face de lui.

Ouais c’est bien ça, confirma-t-il. Bien que toujours accoudé à la table, le menton posé dans sa main, Hayden avait à nouveau levé les yeux sur Adam, s’il ne se trompait pas, l’observait à travers sa frange devenue trop longue. Mais tu veux dire quoi par-là ? Qu’on n’aurait pas dû les laisser faire cramer les leurs quand ils croyaient brûler des sorciers au bûcher en sachant très bien que nous, un simple transplanage et on aurait été sauvé des flammes ? P’t’être ouais… Enfin en même temps, même s’ils ont été très cons sur ce coup-là et qu’au final ils ont tués les leurs… C’était quand même nous qu’ils visaient.

C’était triste, mais c’était la vérité et puis cela datait de plusieurs centaines d’années, Hayden n’allait pas les pleurer non plus. Après, li n’était pas trop sûr qu’Adam faisait référence à ce genre de choses mais il était pas très facile à suivre comme type et Hayden n’était pas toujours sur de comprendre ce qu’il disait. C’était pourtant bien de l’anglais à priori.

Et il n’était pas au bout de ses surprises. En effet, Hayden enfonçait la dernière rondelle de carotte dans sa purée quand la question d’Adam le prit au dépourvu. C’était un choix délibéré de quoi ?

Dis tu pourrais mettre un début à tes phrases parce que je suis pas Legilimens moi, je peux pas lire dans ta tête pour savoir de quoi tu cause.

Est-ce qu’il lui parlait des bûchers ? Du fait qu’il soit resté à Poudlard ? De la manière dont il avait caché les carottes dans sa purée ? De la victoire fracassante de l’équipe de Russie sur l’équipe d’Italie au Quidditch ?

Et voila que maintenant il lui parlait des traditions Scandinave. Alors soit ce type était encore plus cinglé qu’Hayden le pensait et se renseignait en douce sur lui depuis des années, soit il était encore bien plus intelligent et observateur qu’il en avait l’air. Par crainte de finir paranoïaque, Hayden préféra opter pour la seconde solution.

Aurinkotanssi…, le reprit-il gentiment avec une facilité de prononciation, un marquant bien le « R » en le roulant d’une manière inutilisée dans la langue anglaise, et une vitesse de réponse qui laissait facilement comprendre qu’il s’agissait là d’une langue qu’il maitrisait au moins aussi bien que l’anglais. C’est le nom qu’on lui donne en Finlande. Je sais pas comment ça s’appel dans les autres langues, je les parle pas, ajouta-t-il en haussant simplement des épaules. Mais ça se pratique plus des masses. C’est comme toutes les vieilles traditions, certains s’y accrochent et d’autre pas. Là où vit mon grand-père, elle est pratiquée sur la place du village tous les ans. Je l’ai vu une fois quand j’étais môme. Mais comment tu sais que je suis à moitié finnois ?

Certes, cela n’avait absolument rien d’un secret, Hayden n’avait pas la moindre honte de ses origines. Mais étant de père anglais, né en Angleterre, de nationalité anglaise et portant un nom anglophone, enfin hormis sont second prénom qui, lui, était effectivement finnois, Hayden se demandait bien comment Adam était au courant de ses origines du côté maternel.

Ce type était décidément un vrai mystère et, pour le coup, Hayden délaissa pour de bon son assiette, intrigué. Ses derniers temps, il faisait tout pour ne pas ne serait-ce que penser à ses origines ou à sa famille mais dans le contexte actuel, sa curiosité de Serdaigle avait prit le dessus sur sa colère pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Lun 17 Mar 2014 - 6:54

Le regard d’Adam était désormais rivé à l’assiette d’Hayden. Quelque chose clochait dans l’organisation de celle-ci.

Des recherches effectuées auprès de bébés de 16 mois par la très célèbre revue scientifique British Medical Journal avaient récemment permis d’établir que c’était en manipulant la nourriture, en jouant avec elle et finalement, en y goûtant que les bambins était aptes à identifier les aliments et à mieux communiquer leur besoins en rapport à ceux-ci au fil de leur apprentissages.  

Grosso modo, le nourrisson découvre alternativement la notion de plaisir/déplaisir, de faim/satiété, de gratification ou non vis-à-vis la personne qui le nourrit et, au-delà, il  prendra conscience de son propre pouvoir d’accepter ou non ce qu’on lui propose.

Le fil de sa réflexion fut interrompu par une remarque de l’étudiant Cornwell à savoir que celui-ci ne disposait pas des capacités attribués aux Legilimens. Il n’avait pas relevé le précédent commentaire à temps pour y répondre.

Retenons donc pour le moment que la nourriture est un matériel de communication privilégié à respecter entre le sujet et son entourage. Ainsi, le parcours du combattant des petits légumes vers de l’assiette voisine de la sienne étaient une réponse claire à la véritable question silencieuse du cinquième année.

L’étudiant Cornwell acheva d’ailleurs de confirmer une portion des intuitions d’Adam en spécifiant être à demi-finnois. Scandinave donc. Bien qu’il s’agissait principalement d’un coup de chance, il en fut ravi. Il avait favorisé le meilleur choix d’un processus par élimination qui en offrait trois.

- " Je ne savais pas. Ceci dit, les cheveux blonds et les yeux bleu sont généralement associés à une descendance nordique. Pourquoi? Parce que les hivers longs et sombres affectent moins les gens dont l’iris est clair et sensible à la lumière. On retrouve ainsi des iris principalement noirs et bruns sombres à proximité de l’équateur et inversement, aux pôles. Pour le reste et plus près du monde sorcier, certains de tes traits ne sont pas sans rappeler ceux des vélanes, également concentrés dans la région de la Scandinavie. "

Adam fit une pause.
Il avait l’habitude de parler rapidement lorsqu’il s’agissait d’étaler des faits, mais ne souhaitait pas perdre l’attention d’Hayden. Quelque chose du garçon lui laissait croire que ces deux-là avaient peut-être autre chose en commun que le simple insigne de leur maison.

- " C’était à propos des vacances, je me demandais si ta présence à Poudlard pour la relâche était volontaire ou bien… forcé? "

Adam avait hésité pendant un très court laps de temps puis avait rapidement pointé la montagne de purée dans l’assiette de son collègue.

- " Devenu grand, si un sujet se met à table sans vraiment avoir faim, il sera amené à jouer avec sa nourriture, « à chipoter », à en faire un élément de communication. Dans plusieurs cas, il s’agit du traitement subconscient de certaines… contrariétés liés à l'entourage rapproché. Considérant que nous nous trouvons en vacances et que nos B.U.S.E.s ne sont que dans quelques mois, les sources d’irritants me semblent... limités. "

Le ton d’Adam était doux et plus lent qu’à son habitude. Hayden n'était pas satisfait de se trouver en sa présence et il était pourtant persuadé de ne pas en être la cause directe.
Il reporta son attention sur sa propre assiette, relevant ses lunettes à l’aide de son index avant de conclure, sans fixer son interlocuteur mais plutôt sa fourchette encore vierge.

- " Je n’entretiens pas de très bons rapports avec mon père et ma mère profite toujours de la relâche pour s’exiler au Mexique à des fins récréatives qui m’indiffèrent. "

Voilà.
Adam n’était pas très doué dans le champ des relations humaines, mais il savait pertinemment qu’une confidence ne pouvait être attendue sans qu'une autre ne soit offerte en échange. Peut-être était-ce enfin l'occasion de le confirmer...  
Et?:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Lun 17 Mar 2014 - 20:07


Adam & Hayden



Spoiler:
 

Toujours accoudé à la table, le menton posé dans la main, Hayden laissait passer son regard couleur glace de son assiette à Adam avec un rythme plus au moins régulier. Il n’avait pas autrement envie de discuter mais il fallait avouer que Tête de lunette, avec sa manière étrange de s’exprimer, avait su capter sn attention, bien plus qu’Hayden voulait bien le laisser paraitre. Il savait qu’Adam était du genre particulier, après tout ça faisait 5 ans qu’ils partageaient le même dortoir, mais il n’avait jamais vraiment parlé avec lui en dehors des questions basiques sur les cours où la disparation d’un objet quelque part dans la chambre. Il fallait dire qu’Hayden et Adam n’avaient pas eu le même cercle d’amis. Du moins à l’époque où Hayden en avait encore des amis. Ces derniers semblaient avoir bien disparus dernièrement.

Ce fut avec bien plus d’intérêt qu’il ne l’aurait pensé qu’Hayden écouta le raisonnement d’Adam quant à ses origines. OK, il était vrai que généralement, on associait les grands blonds aux yeux bleus, aux traits anguleux et à la peau pâle aux scandinave. Le père d’Hayden avait beau être anglais, le Serdaigle avait tout tiré du côté de sa mère pour ce qui était du physique. Il ne lui manquait plus que la carrure imposante du viking pour compléter le tableau. C’était d’ailleurs un sujet sur lequel Henkki, un de ses cousins un peu plus âgés que lui, adorait le charrier, Henkki ayant lui-même à peu près la carrure d’un ours alors qu’Hayden semblait condamner à garder sa silhouette haute mais longiligne.

Ma mère est à moitié vélane, confirma Hayden en acquiesçant doucement de la tête tout en baissant le regard. Parler de sa mère, dont il n’avait plus de nouvelles depuis près d’un mois était difficile pour lui. La dernière fois qu’il l’avait vu, c’était durant les vacances infernales de noël. Depuis, elle lui avait écrit une fois pour lui dire qu’elle rentrait quelques temps en Finlande. Elle lui avait donné des nouvelles de la famille une fois, début mars. Et depuis, silence radio.

Et ainsi donc c’était des vacances a Poudlard qu’Adam avait voulu lui parler ? Voila qui était déjà un peu plus clair. Hayden haussa des épaules tout en s’appliquant à écraser consciencieusement la petite montagne de pomme de terre dressée au milieu de son assiette.

Un peu les deux… Ma mère ne veut pas de moi et mon père est trop occupé avec sa copine qui doit accoucher dans les prochains jours. Alors à choisir, j’préfère encore rester ici que de me prendre la tête pendant 2 semaines avec mon père stressé et sa copine se plaignant en permanence de tout… sans oublier les futures nuits à pas dormir à cause des pleures du bébé…

Par le passé, Hayden avait toujours voulu avoir un petit frère ou une petite sœur, mais ça, c’était jusqu’à ses 10 ans environ. Après ça, il s’était fait à l’idée de rester enfant unique. Jamais il n’aurait cru devenir grand frère à 16 ans. Il n’avait rien contre le bébé à naître, une petite fille qui répondrait au prénom ridicule de Melody, mais il n’était pas non plus particulièrement excité. Le fait qu’elle soit le fruit des amours adultère de son père avec une fille qui aurait pu être la grande sœur d’Hayden ne l’aidait pas vraiment à se faire à l’idée non plus. Et bon, apprendre entre deux crises parentales qu’il allait être grand frère dans à peine 4 mois ne lui avait pas laissé le temps de s’y habituer non plus. Du coup, il ne rencontrerait pas sa petite sœur avant les vacances d’été et cela lui convenait tout aussi bien. Il ignorait encore Ô combien il tomberait sous le charme de cette petite grenouille rose qui ferait, par la suite, de lui le plus intentionné des grands frères.

C’était étrange, ces derniers temps, Hayden s’en fichait un peu de la vie de ses camarades. Le vide en lui semblait se répercuter sur sa vie de tous les jours. Et pourtant, voila qu’il en venait à parler de sujets qu’il n’abordait jamais avec un type qu’il connaissait à peine et à se demander ce qu’il foutait dans cette école presque déserte au lieu d’être dans sa famille.

Toutefois, ses interrogations changèrent quand Adam se lança dans son monologue scientifique. Cessant d’écraser sa purée, Hayden releva doucement les yeux sur lui, une mèche blonde trop longue lui retombant devant les yeux et qu’il fit glisser machinalement en arrière d’un rapide geste de la main, observant Adam littéralement bouche bée alors que son regard exprimer de manière très clair la célèbre expression : What the fuck ?!

Il s’apprêtait d’ailleurs à lui demander de quelle planète il débarquait et, surtout, à lui demander s’il comptait y retourner bientôt mais il fut prit de cours par la révélation d’Adam. Aussitôt, il senti son agacement s’adoucir.

Finalement, aussi incroyable que cela puisse paraître, ils n’étaient pas si différent l’un de l’autre.

Les parents craignent, finit-il par répondre sur un ton bien plus aimable et doux. Tes parents sont divorcés eux aussi ?


Dernière édition par Hayden Cornwell le Jeu 27 Mar 2014 - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Jeu 27 Mar 2014 - 7:04

Le ton de sa propre confidence l’avait étonné, il faut bien le dire. Adam n’avait pas particulièrement l’habitude de ces choses-là et sans vraiment le réaliser, il se trouvait désormais lui aussi à séparer de façon presque mécanique ses légumes verts de sa purée.

Face à lui, Hayden replaçait une mèche de ses cheveux derrière ses oreilles, preuve synergologique que le blondinet lui accordait bel et bien son attention. Si la plupart des gens croyaient que ce geste ne servait qu’à dégager le visage, Adam savait qu’il s’agissait largement d’une croyance. 
En fait, il a été établi que dans 85% des cas, la personne se recadre pour bien se centrer sur son sujet en portant une main ou une mèche derrière une oreille.

Voilà qui posait donc une nouvelle problématique. Comment la maintenir au juste, cette attention dont il était l’objet? En temps normal, la plupart de ses collègues haussaient les épaules après deux ou trois répliques trop complètes pour leur capacité d’interprétation puis comme c’était généralement en cours, il était certain de toujours parvenir à soutenir un échange sur la matière présenté.

Mais voilà, le regard bleu clair d’Hayden espérait autre chose que d’échanger sur les traditions moldu ou bien finnoise.  Leur famille? Qui sait. Le ton du cinquième année était sonnait plutôt compatissant.

- " Oui, ça fait quelques années déjà. Mon père n’a jamais vraiment su s’adapter au développement de mes capacités magiques et comme ma mère est sorcière… enfin, voilà quoi. "

Pour une rare fois, Adam ne voyait pas trop quoi ajouter sur le sujet. En fait, il n’en avait surtout aucune envie et espérait bien sincèrement que l’étudiant Cornwell ne se montrerait pas trop avide de détails. Quoi ajouter, sinon qu’il était la cause même de l’éclatement de sa cellule familial? Que son père était en fait un cracmol?

Un premier petit pois se fit alors la malle en direction du cahier à dessin d’Hayden, reportant l’attention de jeune aigle à lunette sur les symboles tracés au feutre à l’avant-bras de son interlocuteur. Adam avait beau être particulièrement doué en études des runes, le sens de celles-ci lui échappait en bonne partie. L’une d’elle lui rappelait vaguement celle signifiant un début, ou bien alors le commencement de quelque chose. Une seconde, visiblement tracée avec insistance, semblait faire référence à une cassure ou une dissidence.

- " C’est récent toi, le divorce de tes géniteurs? "

…ou alors peut-être bien une rupture? Cela dit, presque conscient de la fragilité du discours à ce stade, Adam n’avait pas osé émettre d’hypothèse à haute voix comme il avait pourtant l’habitude de le faire. En fait, étrangement, il n’en avait pas senti le besoin. Hayden, visiblement, savait s'adapter mieux que lui à ce qui l'entourait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Jeu 27 Mar 2014 - 21:24


Adam & Hayden


Si on lui avait dit qu’il se retrouverait à discuter avec Wright un jour d’autre chose que de leurs cours, Hayden n’y aurait jamais cru. Il avait beau y réfléchir, en 5 ans il ne se souvenait pas d’avoir vraiment eu de conversation avec lui et pourtant, leurs lits étaient voisins depuis leur premier jour.

Et pourtant, alors qu’à la base Hayden était parti dans l’optique de manger dans le silence sans adresser la parole à personne, voila qu’il se surprenait à se laisser prendre dans la discussion qu’il commençait à échanger avec Adam. Il finit même, durant un instant, pas en délaisser l’exercice de Génie Civile qui se déroulait dans son assiette entre la purée, les petits pois et les inondations de sauce.

C’était la première fois depuis Noël qu’il parlait de sa famille à quelqu’un et le fait qu’Adam semble partager ses problèmes semblait l’aider à s’ouvrir quelque peu.

Ton père est moldu ? Je me suis toujours demandé comment ils réagissaient quand ils apprenaient que leurs enfants sont des sorciers…, expliqua Hayden en haussant vaguement des épaules. La question ne s’était jamais posé pour lui. Officiellement, il était de sang-mêlé mais pas dans le sens où on pouvait l’entendre d’habitude. Généralement, sang-mêlé signifiait avoir du sang moldu mais aussi loin qu’il le savait, Hayden n’avait jamais eu de moldu dans sa famille hormis un lointain ancêtre dont il ne connaissait pas le nom et une tante éloignée.

A la question d’Adam, Hayden resta silencieux un moment, reprenant le trifouillage à coups de fourchette dans son assiette, semblant réfléchir à s’il allait répondre ou l’envoyer se faire voir avant de finalement opter pour la première option.

En fait… Techniquement parlant ils sont pas encore divorcés. Ils arrivent au bout j’crois que ce sera fait à la fin du mois. Mais ils vivent plus ensembles depuis noël…

Après quoi, Hayden se renferma à nouveau dans son silence mais celui-ci était bien moins froid qu’avant, c’était plutôt comme si Hayden était perdu dans ses pensées et non dans le but de repousser Têtes de lunettes. Ainsi, finalement, après un long silence, il releva les yeux sur Adam.

On fini par s’y faire un jour… ? J’veux dire, d’écouter ses parents s’insulter mutuellement chacun de leur côté et refuser de même avoir à se retrouver dans une même pièce ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Jeu 3 Avr 2014 - 7:29

Après plus de deux séries d’échanges dont aucun n’avait porté sur leur horaire ou leur devoirs, il semblait désormais certain qu’Adam se trouvait engagé dans une conversation « amicale ». Plutôt que de simplement retourner à ses activités de construction culinaires ou l’ignorer comme bien des compatriotes avait l’habitude de le faire, Hayden semblait s’intéresser à lui, ou du moins à ce qu’il avait à partager avec lui.

Toutefois, Adam n’était pas encore certain d’être prêt à aller aussi loin que la dernière question se son collègue l’exigeait.

- " C’est pas tout à fait ça, mais le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’a pas très bien réagit. " lança t-il tout en évitant de croiser le regard bleuté d’Hayden et en s’empressant d’enchaîner. " Sans vouloir faire polémique sur les statuts de sang, disons que ça doit être plus simple à gérer pour les sorciers sang-pur ou même les hybrides comme toi! "

L’aigle s’était exprimé avec un vaste sourire. Hayden avait de la chance, ses origines lui conféraient ce petit quelque chose d’exotique qui semblait plaire à tout le monde, filles et garçons. Lui n’avait que sa paire de lunettes et son intellect. Quoique bon, le blondinet c’était plus ou moins placé en marge de sa popularité depuis un temps… et Adam savait très bien ce que c’était que d’être en marge. À sa façon certainement, mais il était content de sentir qu’il n’y était pas si seul au fond.

Il prêta ainsi silencieusement oreille aux confidences d’Hayden sur sa situation familiale. À vrai dire, il n’avait aucune idée de quoi ajouter. Pour l’avoir vécu, il lui semblait futile d’exprimer du réconfort ou du soutien à l’endroit d’Hayden, ce n’était pas comme si la décision lui revenait. Les parents « craignent » parce qu’il ne savent pas tenir compte des données corollaires, voilà tout. Les B.U.S.E.s, les valises, les inquiétudes, les mensonges par omission, tout ça leur échappait à eux et à leurs nombrils.

Un peu comme la réponse à la dernière question d’Hayden échappait à Adam. Affichant un air surpris, il marque ainsi une pause avant de s’exprimer d’un ton un peu faiblard.

- " Hum. On ne s’y fait jamais, mais ont fini par arrêter de croire que c’est important. "

À nouveau son regard s’était posé sur l’avant-bras de son compagnon de dortoir. Les runes qui y étaient tracées le fascinait de plus en plus et il faut le dire, l’envie de changer la tournure de la conversation pour quelque chose de plus léger était ben présente.

- " Tu dessines vraiment bien, ton trait est fluide. "

Adam ne se souvenait plus très bien d’où il l’avait entendu, mais en matière de relation interpersonnelle il avait retenu au moins ce dicton : « Si tu veux que ton ami t’offre une bouteille, commence par lui offrir un verre ». Dans le cas présent et puisque le verre de jus d’Hayden était encore bien plein, le compliment ferait office à la fois de liquide et de réceptacle.

- " Quel est leur signification particulière? " demanda t-il avec un air faussement détaché en pointant les symboles avec l'extrémité de sa fourchette vide.

En réalité, Adam avait complètement délaissé son assiette et les exercices d’excavations de purée pour se concentrer sur son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Dim 13 Avr 2014 - 16:59


Adam & Hayden


Quand Adam fit référence à son côté hybride, Hayden ne pu s’empêcher de faire une grimace, plissant du nez. Il n’avait jamais aimé le terme hybride même si, dans le fond, c’était ce qu’il était. A ses yeux, ce terme avait un petit quelque chose de péjoratif. En fait non, pas un petit quelque chose, pour lui hybride était à mettre sur la même lignée que sang-de-bourbe niveau terme injurieux. Maisil n’en voulait pas à Adam pour autant. A priori, il n’avait utilisé ce terme que dans le sens premier de son terme, sans arrières pensées contrairement à une certain nouvelle prof n’ayant visiblement aucune sympathie pour tout ce qui n’était pas à 100% humains.

Tu te goure. Pour les hybrides comme moi comme tu dis, c’est plus la galère qu’autre chose, répondit-il finalement dans un soupire. La famille du côté de mon père me prend de haut parce que je suis pas complètement humain et du côté de ma mère ils me traitent comme une espèce de tâche parce que je ne suis pas complètement vélane, expliqua-t-il dans un haussement d’épaules, se rappelant comment sa famille paternelle le regardait parfois avec un semblant de dégoût ou de curiosité, comme s’ils s’attendaient à lui voir pousser une seconde tête tandis que du côté maternel, il devait endurer les railleries de ses cousins et cousines, tous de vrais vélanes. Et il ne pouvait même pas vraiment leur en vouloir. Ce n’était pas comme s’il appartenait à deux cultures différentes, ou au monde moldu et sorcier à la fois. Là au moins, dans le fond il serait tout de même resté un être humain à part entière. Mais là, ce n’était pas le cas, c’était ça le plus difficile à gérer.

J’ai ma place nulle part…, ajouta-t-il la gorge nouée sans même se rendre véritablement compte qu’il venait là de révéler quelque chose qui le torturait depuis qu’il était môme sans jamais en parler à qui que se soit… à un presque parfait étranger.

La suite de la conversation était d’ailleurs plus ou moins du même acabit. Depuis Noël, Hayden s’était enfouit dans un silence complet au sujet de ses parents et voila qu’il se retrouvait assit à une table presque désert à en parler à un type qui était pourtant son voisin de lit depuis 5 ans mais avec qui il n’avait jamais discuté avant. Hayden en fut même surprit de se découvrir des points communs avec lui.

Lorsqu’Adam répondit à sa question, Hayden l’observa un instant. Il aimait bien sa façon de voir la chose, cela finirait par perdre de l’importance. En guise de réponse, il se contenta d’acquiescer d’un vague mouvement de tête tout en réfléchissant à ses sages paroles.

Quand Adam lui parla de ses traits fluides, Hayden fronça des sourcils, se demandant quand et comment Adam avait pu tomber sur ses dessins avant de suivre la direction de son regard, et de sa fourchette, sur son avant-bras. Ah oui les symboles, ils les avaient totalement oubliés ceux-là pour le coup.

Oh ça… C’est une vieille tradition du clan vélane d’où je suis originaire. En fait les hommes du clan ont pour tradition de se faire se genre de tatouages dans le bras. Chaque symbole à une signification propre décrivant un événement ou un sentiment. La naissance, la mort, l’amour, la trahison ou plus abstraitement le bonheur, la beauté, l’horreur… enfin tu vois le genre. En fait le but c’est un peu qu’ainsi, tout le monde peut connaître la vie et le parcours du vélane juste en lisant son bras si tu veux bien. Par exemple celui-là
, dit-il en désignant le tout premier de la série, signifie la naissance. En l’occurrence, dans le cas présent, la mienne. Ou tu as aussi celui-là, continua-t-il en montrant un autre symbole, qui signifie le changement positif pour mon arrivée à Poudlard et juste à côté c’est l’intelligence, en clin d’œil à la maison Serdaigle. Et parfois certain symboles se répètent comme celui-là, dit-il en montrant un autre, qui signifie la séparation. Celle pour ma première vraie rupture et la 2ème pour la séparation de mes parents. Certains symboles peuvent se répéter 6, 7 fois voir même plus parce que même s’ils ne veulent pas dire la même chose selon le contexte, leur représentation reste la même. Par exemple celui de la naissance justement qui est le même pour la tienne mais aussi pour celle des frères et sœurs et des enfants et petits-enfants.

Réalisant qu’il se perdait dans ses explications et que, surtout, il était soudainement bien plus loquace que d’habitude, Hayden su tût en se massant la nuque avant de terminer sur un petit haussement d’épaules.

C’est comme un journal intime en fait mais que tu porterais sur ta peau.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Dim 27 Avr 2014 - 6:05

Adam n’osait plus remuer le petit doigt. Ses yeux étaient grands ouverts et sa respiration, quasiment au beau fixe. Les dernières paroles d’Hayden ne s’étaient pas contentées de se faire un chemin jusqu’à son hippocampe ( organe responsable de faire passer les données de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme ), elles avaient aussi jugés bon de faire un détour par son cœur. Enfin, son cœur comme représentation figurative du siège des émotions puisque tout le monde sait bien que les émotions sont une réaction psychologique et physique à une situation et relèves donc du système nerveux bien plus que du moteur sanguin des hommes.

Mais qu’importe.

Son père non plus n’avait de place nulle part, coincé à la frontière de deux mondes mésadaptés à sa situation.

Adam lui-même n’avait pas trop sa place nulle part, parmi des collègues qui jugeaient son esprit trop cartésien et qui n’avaient rien d’autre à faire que de se moquer de son acharnement aux études.

Alors, peut-être bien qu’ensemble, les deux jeunes hommes sauraient la trouver, leur place. Voir même, la faire tout simplement.

Touché d’une façon plutôt inattendue par la voix presque brisée de son nouvel ami, Adam hésita un instant à prendre la parole.

- " Il faut dire que Bradley, Gareth et Marvin n’ont jamais bien compris les principes de délimitations territoriales qui s’opèrent dans un dortoir partagé. Moi , j’ai l’habitude de faire léviter leurs affaires au-dessus de leur lit quand ils prennent trop de place… "

Le cinquième année adressa ensuite un sourire sincère et bien plus léger au blondinet. Il n’était pas nécessaire de creuser le sentiment de solitude qu’ils connaissaient tous deux, ils se comprenaient parfaitement et il lui avait semblé de bon ton de simplement y faire un clin d’œil plutôt que d’insister et d’engager un terrain glissant pour lui, celui des confidences.

Puis du reste, il est vrai que la situation était ironique. Des quatre garçons avaient qui il avait partagé son dortoir au cours des années précédentes, Hayden se trouvait être son voisin direct et pourtant celui qu’il connaissait le moins bien, mais supportait le mieux.

Un dortoir pour cinq esprits...:
 

La situation était visiblement appelée à changé. Fixant avec attention l’avant-bras d’Hayden au fur et à mesure que celui-ci progressait dans ses explications, le binoclard ne put s’empêcher de réprimer un large sourire à la mention de la rune d’intelligence ainsi que de laisse filtrer un seul et unique commentaire.

- " C’est absolument fascinant! "

La définition qu’en avait Hayden était intéressante d’ailleurs, un journal qu’on porte toujours sur soi, de loin le « cadenas » le plus ingénieux qui soit. Puis, spontanément, sa curiosité et son incompréhension d’un élément du système ajoutèrent quelques plis à son front, lui donnant ainsi un air d’incertitude.

- " Attends, ta première vraie rupture tu dis? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Dim 25 Mai 2014 - 13:51


Adam & Hayden


Étrangement, de s’être ainsi confié à Adam avait retiré comme une partie du poids qui pesait sur la poitrine d’Hayden. Pour une fois, il avait pu exprimer ce qu’il ressentait sans que l’on lui dise que tout ça, c’était juste la crise d’ado et que ça allait lui passer. Adam lui sembla aussitôt bien plus sympathique. Comme quoi, cela ne tenait parfois pas à grand-chose.

En revanche, la réponse que lui fit ensuite Adam eu le mérite de le surprendre et il leva ses yeux couleur glace sur lui en fronçant les sourcils, se demandant ce que leurs camarades de dortoirs avaient à voir là-dedans. Il lui fallu quelques secondes pour comprendre et à sa propre surprise, il eu un léger rire en secouant la tête. Il ne savait pas si Adam avait volontairement fait de l’humour ou pas mais ça avait eu le mérite de marcher.

Un jour, je vais balancer leurs affaires par la fenêtre ouais… ou suspendre leurs caleçons dans la salle commune. Comment on peut être aussi bordélique ?

Il fallait dire que de son côté Hayden, sans être manique, avait toujours été très ordonné. Déjé tout gamin, il avait toujours eu pour l’habitude de ranger sa chambre de lui-même, n’aimant pas le désordre et il avait gardé cette habitude à Poudlard, gardant toujours rangé son coin de dortoir. Dommage que ses camarades n’en fassent pas autant. Hayd ne comptait plus le nombre de fois où il avait trouvé un caleçon utilisé ou une chaussette sale aux alentours de son propre lit et ne lui appartenant pas. Pour le coup, Hayden regrettait que les chambres ne soient pas de deux. Adam était le seul avec qui il n’avait pas connu ce genre d’ennuis.

C’était la première fois qu’Hayden parlait de cette vieille coutume vélane qui l’avait toujours fasciné depuis qu’il était tout petit. Du moins, c’était la première fois qu’il en parlait avec quelqu’un d’autre que ses grands-parents, qui connaissaient cette coutume mieux que quiconque.

Ce n’était pas par timidité ou par gêne qu’il n’en parlait jamais mais juste parce qu’il avait toujours douté que les autres élèves puissent réellement comprendre l’implication de tout cela. Même si les vélanes étaient étudiées en cours sur les créatures magiques, ce qui ne manquait pas d’offusquer Hayden d’ailleurs, les coricers ne savaient grand choses sur eux en général. Pour la plupart, les vélanes se limitaient é des femmes d’une très grandes beauté au pouvoir attractif des sirènes et se changeant en créatures effrayantes une fois énervées. Hayden avait même découvert lors du Tournoi des Trois Sorciers que plusieurs jeunes sorciers ignoraient même qu’il existait des vélanes de sexes masculins.

Mais Adam, lui, semblait avoir comprit. Ou du moins, comme il l’avait dit, il semblait trouver cela fascinant.

Je suis bien d’accord ! Et j’ai l’intention de perpétuer la tradition. Mais je ne sais pas encore si je vais garder le format traditionnel. Après tout, je ne suis qu’à moitié vélane.


Hayden avait envie de marquer cette différence qui l’avait toujours fait se sentir différent, il ne savait juste pas encore exactement comment même si une idée commençait a germer doucement dans son esprit. Une idée complètement folle à dire vrai, qu’il lu faudrait ensuite assumer pour le restant de ses jours.

Oui, ma première rupture amoureuse. Je te parle pas des flirts d’une soirée ou deux mais d’une vraie rupture après une relation qui a duré 1 an.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Ven 18 Juil 2014 - 21:20

Adam n'avait désormais plus aucun intérêt pour la nourriture qui traînait encore dans son assiette. Ses yeux parcouraient tout simplement les symboles tout au long du bras d'Hayden ainsi que ceux qui ornait le cahier devant lui. Il se souvenait avoir vu Hayden gribouiller auparavant, mais n'avais bizarrement jamais remarqué que les assemblages de traits clairs relevaient au final d'un alphabet runique quelconque.

Autre que la courte série de tatouages, le sourire du Scandinave parvint à retenir son attention. Il est vrai que le cinquième année n'était pas particulièrement doué pour faire de l'humour ou du moins, de l'humour jugé populaire ou accessibles à d'autres qu'au grand esprit qui fréquentaient avec assiduité la bibliothèque du collège. Il y a avait bien Meredith qui parvenait généralement à saisir le sens de ses blagues, mais comme dans bien des domaines inhérents à sa maison, la lionne demeurait l'exception. Néanmoins, l'étudiant Cornwell semblait non seulement avoir relevé le commentaire, mais bien l'approuvé dans son entièrement, se permettant même d'en rajouter une couche quand aux sévices qu'il rêvait de faire subir au trio de bordéliques avec qui ils étaient coincés. Ce fut donc au tour d'Adam d'enfiler un large sourire.

- " Prends bien soin de verrouiller ta malle de vêtements à double tour si tu fais ça, je ne serais pas étonné qu'ils pigent dans nos ressources en cas de pénurie d'uniformes, rien que pour ne pas devoir récupérer ou ranger les leurs. "

Observant d'un oeil intrigué son nouveau compagnon, il ne put s'empêcher de noter le désir d'Hayden à cultiver à sa façon sa différence. À leur âge et dans un milieu institutionnel aussi fermé, c'était bien l'une des choses qui pesait le plus lourd pour Adam, cette pression à une certaine conformité, même au sein des différentes maisons du collège. Le binoclard ne s'entendait pour ainsi dire qu'avec un nombre très limité de représentants de chaque fratrie et c'est bien à Serdaigle même que la chose lui semblait parfois le plus complexe. Ainsi, la perspective d'y avoir enfin un allié aux valeurs similaires et allant bien au-delà du simple savoir absolu ou des résultats aux B.U.S.E.s l'enchantait. Le blondinet n'avait que faire de ses notes de cours ou bien encore de sa capacité à mener n'importe quelle démarche expérimentale à bien, il n'avait qu'envie de discuter, de parler un peu de lui et de se plaindre gaiment de leur compagnons de dortoir.

En regard au dernier commentaire de son voisin, Adam ne put s'empêcher de tourner un peu la tête pour observer le décor tout autour. Les effigies moldu traditionnelles, les couleurs pastels un peu écoeurantes et complètement faussés par la lueur des chandelles et l'écho grandissant de la salle presque vide. Décidément, ce n'était pas particulièrement un endroit enclin aux confidences. Déjà qu'il s'agissait d'un domaine avec lequel il n'était pas particulièrement à l'aise, aussi bien choisir le contexte et l'environnement en fonction de la tâche à accomplir.

Rassemblant ses affaires rapidement, Adam se leva d'un bond puis fit une signe de tête au grand blond en direction de la sortie.

- " Puisque tu ne sembles pas démontrer d'intérêt particulier pour la gastronomie des elfes, que dirais-tu qu'on poursuive cette discussion sur l'herbe fraîche dans la cour intérieur, là ou Klastingas ne risque pas de nous embêter avec ses icônes de la pâques moldu ? "

Optimiste sur l'effet qu'aurait sa proposition lié à l'observation de leur assiettes respectives, le jeune homme s'élança le premier, certain que leur travaux d'excavation de purée susciterait bien l'admiration d'une ou deux créatures en cuisine.

Une amitié était née?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent Ven 25 Juil 2014 - 15:56


Adam & Hayden

J’ai pas attendu sur toi pour le faire, crois-moi…

C’était vrai, dès le premier jour de sa première année, quand Hayden avait vu les énergumènes qui allaient partager son dortoir pour 7 ans, il avait tout de suite prit la peine de bien verrouiller sa malle. Suite à quoi, il avait vite apprit à délimiter son territoire. Une zone claire, propre et impeccablement rangée ou le lit était fait au carré tout les matins sans exceptions et où aucuns sous-vêtements ne trainaient jamais suspendu au lit ou parterre. En revanche, il était vrai que le lit était généralement entouré de piles de livres en tout genre et de parchemins griffonnés. Cela lui avait déjà valu les railleries des autres mais il s’en moquait. Hayden n’avait jamais supporté la saleté.

Tout le monde, depuis la première année, s’accordait à dire qu’Adam était un type vraiment étrange et sur pas mal de point, Hayden partageait également cet avis mais plus ils discutaient, plus il s’apercevait qu’en réalité ils avaient bien plus en commun qu’il n’aurait pu le penser. Certes, ils ne réagissaient ni ne parlaient de la même manière mais malgré cette différence plus que flagrante, ils étaient assez semblables.

Ainsi, quand Adam se leva, Hayden ne se fit pas prier pour le suivre, d’autant que les lapins et les œufs colorés lui sortaient un peu par les yeux. A chaque fêtes moldues, c’était le même cirque. Hayden savait bien que la grande majorité des élèves de l’école avait de la famille non sorciers mais tout de même. Quand on n’avait jamais vécu parmi les moldu, cela donnait un choc. Les sorciers de sa famille fêtaient aussi certaines de ses fêtes, comme Noël, mais jamais avec une telle abondance de décorations pas toujours du meilleur goût.

Bonne idée, si je vois encore un lapin souriant devant un œuf rose, je hurle.

Délaissant son assiette qu’à moitié vide, il suivit Tête de Lunettes vers la sortie.

Sérieusement, comme si moi je faisais chier tout le monde avec les fêtes vélanes…

Comme quoi, le début d’une franche amitié tenait parfois à peu de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [avril 1996] Les opposés s'attirent

Revenir en haut Aller en bas

[avril 1996] Les opposés s'attirent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Les opposés s'attirent... ou se déchirent [Jason]» Les opposés s'attirent... [T'riss'Lara]» On dit que les opposés s'attirent. Dans notre cas ils s'annulent [PV-Nikolaï]» iii — Idées d'avatars par groupes» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1995-Août 1996-