AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Janv 97] Ghosts and Owls [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
GRYFFONDOR2ème annéeMembre des sales gossesModératrice
    GRYFFONDOR
    2ème année
    Membre des sales gosses
    Modératrice
AVATAR : Maisie Williams
MESSAGES : 423

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 12 mai à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Lun 20 Jan 2014 - 19:23

Samedi 18 janvier 1997 : exploration de la tour d’astronomie.
But : atteindre le sommet pour effectuer un repérage des environs du Château, afin de préparer l’expédition du dimanche 19 janvier 1997 à la lisière de la Forêt interdite.
Température : 9°, temps nuageux avec un vent fort venant de l’Ouest.
Matériel : carte de Poudlard, plume, baguette, un chocogrenouille.
Explorateurs : Louise Fitzgerald.

La fillette referma son carnet de bord, y glissa la carte de Poudlard qu’elle dessinait petit à petit au gré de son exploration de l’école, et sortit de la salle commune des Gryffondors, ravie à l’idée de pouvoir cartographier une nouvelle partie du parc. Elle rêvait d’explorer la Forêt interdite, mais consciente du danger et de ses piètres capacités magiques, elle ne s’y risquerait pas tant que sa connaissance des abords du bois ne serait pas parfaite. Aujourd’hui, Louise commençait tout juste sa mission de repérage, sachant que l’entrée dans la Forêt interdite ne serait possible que dans quelques mois, voire plus. Qu’importe, la brunette avait sept ans pour cela, et le Château était suffisamment grand pour qu’elle puisse ses livrer à ses investigations ailleurs en attendant. Bien que d’un naturel impulsif, quand il s’agissait d’une affaire aussi importante que de pénétrer dans la Forêt, la gamine se montrait d’une patience d’ange.

Toute à son objectif de demain, la Gryffondor emprunta un escalier sans y prêter attention, mais persuadée de se rendre dans la Tour d’Astronomie, elle ne réalisa qu’elle s’était perdue qu’à l’arrivée au sommet d’une Tour qui ne ressemblait en rien à celle où elle suivait des cours d’étude des planètes et autres étoiles. La fillette se retrouvait dans une partie du Château encore inexplorée par ses soins, mais qu’importe, la vue devait être aussi bonne que dans la Tour d’Astronomie et ne nuirait pas à ses plans, et c’est pourquoi elle poussa la dernière porte avant le sommet sans prendre garde aux hululements étouffés qui s’en échappaient.

Alors qu’elle pénétrait dans la pièce, la gamine réalisa son erreur. Elle se retrouvait dans la Volière, et avant qu’elle ne puisse faire demi-tour, une énorme chouette lui fonça dessus, dans l’unique but d’atteindre un autre perchoir, mais cela suffit à terroriser l’enfant, qui se précipita à l’autre bout de la pièce. Très mauvaise stratégie. Louise se retrouvait maintenant à l’opposé de la sortie, le salut, cernée par des dizaines de volatiles qui la regardaient d’un air mauvais, la gamine en était persuadée. Ils allaient la mettre en pièces. La Rouge et Or avait tous les animaux en horreur, mais vouait une haine encore plus féroce aux chouettes et hiboux, tout simplement parce qu’elle en avait peur, mais plutôt mourir que de le reconnaître. La fillette esquivait le petit déjeuner dans la Grande Salle chaque matin sous divers prétextes, un exercice à finir ou une absence d’appétit, tout plutôt que de subir le bal des hiboux venus distribuer le courrier.

On reste calme, on respire. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était quitter la pièce d’un pas décidé mais tranquille, sans jeter de regard à l’énorme hibou qui venait de faire son nid au dessus de la porte. Pfft, même pas peur ! Attendez, comment ça un hibou au dessus de la porte ? Mon dieu, il était énorme ! Et il avait le même regard que Rogue, un petit regard torve qui la jaugeait, attendant le moment où elle ne serait plus sur ses gardes pour l’attaquer. Impossible de sortir. Elle allait mourir là, sans même avoir atteint l’âge vénérable de douze ans. Elle n’avait pas encore avoué ses sentiments au Professeur de Vol (en même temps, c’était dégoutant de sortir avec quelqu’un), ne s’était encore jamais cuité au Whisky Pur-Feu, et ne s’était toujours pas vengée de la fille qui lui avait jeté de l’encre au dernier cours de Métamorphose ! L’Histoire avec un grand H ne pouvait se terminer ainsi ! En même temps, tuée par une chouette, ça en jetait sur la pierre tombale, et puis ça restait dans la lignée familiale que d’avoir une fin pitoyable.

Proche de l’hystérie, perdue dans un tourbillon de pensées de plus en plus stupides mais toutes basées sur sa fin prochaine, sans cesser d’observer le gros hibou qui régnait sur la porte, tel Cerbère veillant sur la porte des Enfers, la fillette fut distraite par des bruits de pas. Quelqu’un venait et allait la trouver là, tétanisée, à cause de plumeaux vivants ?!!! Si elle ne mourrait pas déchiquetée par les griffes des oiseaux, la petite fille mourrait donc de honte. Pas moyen. Elle était à Gryffondor en plus, la maison des courageux, des braves, des cœurs vaillants, et tout le Château allait savoir qu’elle, Louise Fitzgerald, si fière de son appartenance à sa maison, était une flippette ?! L’orgueil l’emporta sur la peur, et la fillette reprit quelque peu contenance. Le seul problème, c’est qu’elle était toujours incapable de bouger parce que Jean-Loup (rebaptisé comme tel parce que, euh… voilà) le gros hibou continuait à la fixer. Il lui fallait donc mentir sur sa présence dans la Volière, trouver une explication à son immobilité. Plus c’était gros – comme Jean-Loup. Stop ! Elle devait arrêter de penser au hibou et garder la tête froide-, plus ça passerait. Alors que la porte s’ouvrait et qu’un élève entrait dans la pièce, la sale gosse ferma les yeux un bref instant, une idée venant de lui traverser l’esprit, puis les rouvrit, prête à jouer. Figée, le regard fixé sur un perchoir vide, Louise croisa les mains comme si elle allait se mettre à prier et attendit. Le spectacle pouvait commencer…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC4ème année
    NUNCABOUC
    4ème année
MESSAGES : 108

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Mer 22 Jan 2014 - 13:57

    Samedi 18 janvier 1997. Salle commune des Serdaigles.
    Point final. Clara venait de conclure son ultime phrase et terminer ainsi sa dernière lettre. Comme elle en avait l’habitude, elle prenait le temps d’inscrire sur un parchemin de ces nouvelles. Oui, elle allait bien. Oui, elle faisait de son mieux en cours. Non, il ne faisait pas encore très chaud dehors, mais le château était bien chauffé. Ne pas s’inquiéter. Embrasses tout le monde. Et à bientôt. Vous me manquez. On aurait pu reprocher à la Serdaigle son manque flagrant d’originalité dans ces courriers, mais elle n’avait jamais été du genre à se livrer ouvertement. L’écriture avait beau être un moyen comme un autre de s’exprimer, son nihilisme s’appliquait aussi sur le blanc du papier. La plume n’était pas synonyme de délivrance. Elle laissait à la lecture –elle avait un faible pour les fables et contes- ce soin là.

    Rangeant la feuille soigneusement pliée dans une enveloppe, l’enfant entreprit de noter le nom de « Josiane & Boby Wingston » sur le papier, d’une calligraphie qu’elle voulait appliqué. Après quoi, elle plaça le courrier dans son sac en bandoulière. Lorsqu’elle aurait un moment, elle monterait jusqu’à la volière. Elle confierait son courrier à un hibou ou une chouette et lui donnerait pour mission de transmettre le présent qu’elle venait de lui transmettre.
    C’était une habitude. Depuis sa rentrée dans l’école de sorcellerie, il en était ainsi.

    Après avoir médité sur la dernière leçon du professeur McGonagall et avoir rangé la table qu’elle avait investi, la troisième année sortit de sa salle commune. Elle songeait réaliser ce voyage qui lui permettrait d’aller jusqu’à son facteur animalier. Ne songeant pas en avoir pour bien longtemps, elle ne prit avec elle que son sac en bandoulière ainsi que sa baguette. Elle évitait de s’en séparer. Sans s’arrêter, elle parcouru le château et gravit les escaliers qui la séparaient de la volière.
    Elle arriva enfin.
    Dans un premier temps elle referma avec une application exagérée la grande porte qu’elle venait de franchir. Puis presque craintive, elle s’avança au centre de la pièce. Le lieu n’était pas réputé pour être des plus propres et accueillant. Après tout, c’était ici là que se reposaient tous les volatiles entre deux expéditions. Plumes abîmés, excréments non nettoyés, toutes sortes de choses traînaient sur le sol. Il était vrai qu’après mure réflexion, la volière n’était pas forcément le lieu le plus irréprochable qui existe. Pour couronner le tout, il y avait aussi ces occupants. Les fameux hiboux. L’école mettait à la disposition de tous ces oiseaux pour envoyer tout sortes de colis. Cela permettait aux personnes, comme Clara, qui n’avait pas choisi ce type d’animal lors de leur rentrée scolaire, de pouvoir donner de ses nouvelles. Il est vrai qu’il était difficile d’imaginer un rat voyageant dans toute l’Angleterre pour transmettre un bout de parchemin.

    Jusque là, elle n’avait pas vu qu’elle n’était pas seule. Lorsque son regard mi-bleu mi-vert se posa sur celui d’une silhouette humaine, la Serdaigle eu un temps d’arrêt. Evidemment, la volière n’était pas un lieu privé –tout au contraire-, mais l’endroit lui avait paru trop calme pour être occupé par une autre personne. Les gens pouvaient manquaient parfois, cruellement de discrétion.
    La fille qui se trouvait devant elle ne disait rien. Clara se demanda même si elle avait remarqué sa présence. Elle la détailla alors, sans pour autant s’approcher (Si elle le pouvait, elle gardait ses distances). Jeune, l’étudiante semblait ne pas être très âgée. Elle ne lui était pas familière et aussitôt, Clara conclut qu’elle n’était pas de Serdaigle – ou alors était-elle très discrète. Son nom et son prénom, quant à eux, il lui était totalement inconnu.
    Sa position lui évoquait quelque chose. Une prière peut-être. Oh ! Merlin, qui pouvait-elle prier ? Suivant le regard de la jeune fille, Clara ne vit qu’un pauvre perchoir vide. Elle ne comprenait pas.
    Existait-il un dieu des chouettes ? Cette enfant attendait-elle son oiseau ? Pire, venait-elle d’être témoin d’une attaque ? Après le précédent massacre dans ce même lieu, il ne fallait se croire sans danger. Ce mystérieux assassin pouvait très bien être revenu.

    Les longs discours n’étaient pas son activité favorite. Aussi, Clara, préféra t-elle rester immobile à l’observer. Elle n’osait pas débuter la conversation, ne serait-ce que pour lui demander si elle allait bien. Attendre simplement que sa camarade bouge lui semblait une solution favorable. Les réponses viendraient peut-être d’elle-même. Elle comprendrait alors l’attitude de cette mystérieuse enfant. Hum, oui. C’était beaucoup plus simple que d’ouvrir la bouche.

_________________
« Les secrets les plus noirs refont toujours surface,
d'une manière ou d'une autre. »

Harmonia's theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR2ème annéeMembre des sales gossesModératrice
    GRYFFONDOR
    2ème année
    Membre des sales gosses
    Modératrice
AVATAR : Maisie Williams
MESSAGES : 423

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 12 mai à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Mer 22 Jan 2014 - 16:57

Toute à son scénario, Louise ne prit que quelques secondes pour détailler le nouvel arrivant dans la Volière. Une fille, sans doute plus âgée qu’elle, et pas de sa maison mais de Serdaigle. Dieu merci. La rumeur qu’elle avait peur des chouettes mettrait surement plus de temps à arriver aux oreilles de sa propre maison que si cela avait été un Gryffondor ou pire, un Serpentard. La fillette gardait quelques mauvais souvenirs de la colocation subie en début d’année chez les Verts à cause de l’incendie de la tour des Rouges et Ors. Mais elle n’avait pas le temps de se remémorer ces souvenirs fâcheux.

Alors qu’elle attendait une question de la Serdaigle, cette dernière resta muette, empêchant la brunette de se lancer dans son mensonge. Damned. Cela rendait les choses plus compliquées. Ou au contraire, plus simples. Il suffisait de se taire également, et la Bleue-Argent partirait d’elle-même au bout d’un moment. Le jeu du roi du silence, un jeu où elle excellait… Par sa nullité.


Tu dois sûrement te demander ce que je fais…

Absolument pas. L’élève n’avait posé aucune question, et Louise était presque sûre qu’elle l’aurait laissée en paix. Elle avait l’air réservée, mais ce n’était qu’une simple déduction de la fillette. La Serdaigle allait peut-être se révéler une sale commère et partir crier sur tous les toits qu’elle avait surprit une mioche de Gryffondor en train de prier dans la Volière. Soit dit en passant, c’était mieux que de dire qu’elle avait surprit une mioche de Gryffondor en train de pleurer de peur dans la Volière. Quoiqu’il en soit, Louise avait tenu à peine cinq secondes au jeu du roi du silence implicite qui s’était lancé entre les deux filles. Toujours ce besoin de parler, de remplir les vides, même quand le résultat allait être pire que le silence. De toute façon, c’était désormais trop tard, elle avait entamé la conversation et devait aller jusqu’au bout de son plan. Elle se retourna vers la jeune fille, le regard voilé, et commença à expliquer d’une voix feutrée sa présence dans la Volière.

Ma chouette a été tuée dans l’attaque sauvage d’il y a quelques temps… J’ai seulement retrouvé quelques plumes et le médaillon que je lui avais accroché à la serre droite. L’assassin n’a rien laissé, rien qui ne puisse me permettre de faire son deuil, de l’enterrer… La fillette reprit son souffle, puis continua après un raclement de gorge, avec des sanglots dans la voix. C’était la chouette de ma grand-mère, qui me l’avait laissé sur son lit de mort… Son dernier cadeau, maigre héritage certes, mais j’y tenais tellement, à ce tr… cet oiseau…

La Gryffondor manqua s’étouffer sur la dernière phrase. Elle avait failli dire truc à la place d’oiseau, ce qui aurait foutu tout son mensonge à l’eau. Bon, ok, le coup de la grand-mère morte c’était un peu énorme, mais bon… La suite allait être encore pire.

Du coup, je me dis que son âme est encore ici, dans les lieux où elle a vécu ses derniers instants. Et j’essaye de communiquer avec son esprit. Madame Trelawney m’a dit que c’était une excellente idée et que si j’avais le troisième œil, j’y arriverais sans peine… Pour l’instant je ne perçois que des vibrations, mais j’ai confiance !

La gamine finit son discours avec une once d’espoir dans la voix, alors qu’une partie d’elle voulait exploser de rire. Ridicule. Où avait-elle donc été pécher ce délire mystique ? Néanmoins, l’ambiance glauque de la Volière depuis l’attaque donnait un fond de vérité à ses paroles. La Serdaigle ne la connaissant ni d’Eve ni d’Adam pourrait gober son histoire. En plus, sur sa performance, la sale gosse se donnait 8 sur 10. L’improvisation n’était plus un problème pour elle, rodée à sortir des mensonges plus gros qu’elle depuis des années, mais devoir mettre en scène une histoire aussi farfelue et la rendre crédible tout en zieutant à droite et à gauche qu’aucun de ces oiseaux de malheur allait venir l’attaquer, ça, c’était du challenge ! Certes, Louise aurait ensuite une réputation de frappadingue. Mais valait mieux être traitée de timbrée que de trouillarde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC4ème année
    NUNCABOUC
    4ème année
MESSAGES : 108

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Sam 25 Jan 2014 - 11:43

La patience, en voilà une qualité primordiale. Clara laissait au temps lui apporter des réponses. Inutile d’ouvrir la bouche pour formuler ses interrogations. L’enfant lui faisant face prendrait d’elle-même la peine de lui expliquer. Elle en était persuadée. Et sa supposition n’était pas entièrement fausse puisque la jeune fille prit bientôt la parole. Si elle se demandait ce qu’elle faisait ? Quelque peu, elle l’avouait. Cependant, elle n’en fit pas part à sa camarade, se contentant de la détailler du regard.
La gamine lui exprima alors les raisons de sa présence ici. Pas des plus joyeuses. La mort, même d’un animal, n’était jamais agréable. On pouvait même en être particulièrement affecté.

« Je suis désolé pour ta chouette. Comment se prénommait-elle ? »

Elle comprenait et compatissait totalement. Elle avait elle-même perdu un animal récemment. Kimbio, son rat était mort aux vacances de décembre. En deuil les premiers mois, elle n’avait pas encore songé à s’acheter un nouvel compagnon. Un petit rongeur avec qui elle pourrait partager ses doutes et tracas. Les hommes n’étaient pas dignes de confiance. Un animal, au moins, n’irait jamais répéter les secrets des uns des autres. Il pouvait aussi être d’une loyauté sans faille. Et c’était ce qu’elle appréciait sans doute le plus.
L’assassin de la volière avait fait bien des massacres. Son frère et elle avaient eu bien de la chance de ne pas en être victime. Mais d’autres élèves avaient été touchés par le massacre. Bien des chouettes et hiboux avaient été retrouvé mortes les mois précédents.
Elle n’avait pas encore conscience qu’on lui mentait et s’était plongé dans la gueule du loup.

Ame et esprit. Le discours de la fillette changea quelque peu, laissant place une toute nouvelle atmosphère.


« Tu crois en ce genre de choses ? »

Nombreux étaient ceux qui ne pensés pas la matière comme sûre. Lorsqu’elle avait décidé de s’inscrire au cours du professeur Trelawney, la Serdaigle avait constaté cela. Après, il était certain qu’il restait quelque exception. Il y avait toujours quelques élèves pour qui la divination était quelque chose d’évident. Clara ne savait comment considérer la matière quant à elle. Inquiétante serait la divination si elle s’avérait toujours exacte. Aussi, l'apprentie sorcière était intriguée de telles facultés et ne parvenait pas à les repousser entièrement. Ses croyances étaient ainsi floues.
La gamine quitta sa compatriote du regard pour analyser les lieux. Elle voyait la volière d’une toute nouvelle façon.


« Selon toi, cet ‘’esprit’’ réapparaîtrait dans le corps d’un autre animal ? Ne resterait qu’une vibration ou encore quelque chose d’autre ? »

Elle restait prudente. Elle n’avait pas encore pris son parti. Cette histoire d’esprit l’échappait totalement.

_________________
« Les secrets les plus noirs refont toujours surface,
d'une manière ou d'une autre. »

Harmonia's theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR2ème annéeMembre des sales gossesModératrice
    GRYFFONDOR
    2ème année
    Membre des sales gosses
    Modératrice
AVATAR : Maisie Williams
MESSAGES : 423

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 12 mai à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Sam 25 Jan 2014 - 18:26

Ça marchait. L'élève de Serdaigle, légèrement perplexe au départ, affichait désormais un visage compatissant en écoutant la tragique histoire de son hibou. Décidément, les gens avaient un problème avec les animaux. Pour quelles raisons s'attacher à un être, certes de chair, mais dénué de parole et donc d'intérêt ? Le contact ? Si la fillette pouvait comprendre en dernier recours l'utilité d'un chat, fourrure vivante, ceux qui optaient pour des hiboux ou crapauds de compagnie laissaient la Gryffondor sans voix. Et il ne fallait même pas la lancer sur les rats. Mais les hiboux, chouettes, et autres trucs à plumes, c'était quand même le pire. Vicieux comme tout, et en plus, ça volait !!! Le fils de Veracrasse qui avait décidé que ces animaux étaient de parfaits compagnons était probablement mort depuis longtemps, étouffé par les fientes et plumes de ses pseudos amis à ailes, mais il restait quand même en bonne place sur la liste noire que tenait consciencieusement Louise.

« Je suis désolé pour ta chouette. Comment se prénommait-elle ? »

Ah. La question à mille gallions. Qu'elle n'avait pas prévue. Pourtant, la gamine le savait : lorsqu'on mentait, il ne fallait laisser aucune marge. Tout planifier dans les moindres détails. C'était les détails qui donnaient de la force au mensonge. Elle fit semblant de retenir un sanglot pour se donner une contenance, mais son cerveau tournait à toute allure. Un nom, bon sang, un nom. Dumbledore ? Non. Ethan ? Et puis quoi encore ?! Alors que toutes ses connaissances défilaient dans son esprit à vitesse lumière, l'inspiration lui vint soudain.

Mimosa, souffla la fillette entre deux reniflements. Ma grand-mère l'avait nommé ainsi, parce que la grâce de ces fleurs lui évoquait la grâce de la chouette lorsqu'elle volait dans les airs... Et voilà, nom trouvé. Pas besoin de rajouter à l'attention de la Serdaigle qu'elle n'avait pensé à ce prénom uniquement parce que c'était le cocktail favori de Grand-mère Patty. Mais Louise reprit aussitôt son discours, les yeux perdus dans le vague. La voir dans le ciel, c'était comme assister à un ballet aérien, avec Mimosa comme étoile et les nuages comme ses danseurs.

Tout était dans la mise en scène. Un air rêveur, et le mensonge prenait forme. Louise elle-même avait l'impression de voir l'oiseau tourner autour des nuages. Un peu plus, et elle aurait pu jurer sur sa vie que Mimosa avait vraiment existé. Mais la Bleue insistait pour avoir des détails sur le fantôme de sa chouette, et la fillette n'avait pas envie de décevoir son auditoire.

« Tu crois en ce genre de choses ? »

Non, bien sûr que non. C'était un ramassis d'idioties basées sur la lecture de feuilles de thé. Pour la Gryffondor, les feuilles de thé usagées n'avaient qu'une place et c'était à la poubelle. Mais ce n'était plus à elle de penser. Elle n'était plus l'incrédule et complètement réfractaire à la divination Louise Fitzgerald, mais une autre, persuadée que les morts pouvaient être ressentis, que les non-dits n'étaient accessibles qu'à ceux qui savaient. Désormais elle détenait le troisième œil, elle voyait ce que personne n'apercevait, elle devinait ce que nul n'imaginait. C'est pourquoi, sans dire un mot, elle hocha la tête d'un air solennel.

« Selon toi, cet ‘’esprit’’ réapparaîtrait dans le corps d’un autre animal ? Ne resterait qu’une vibration ou encore quelque chose d’autre ? »

Le ton légèrement suspicieux de la Serdaigle n'échappa pas à la fillette. On doutait de ses capacités surnaturelles ? Soit. Elle n'avait pas prévu de se laisser entraîner à ce point dans son mensonge, mais sa camarade était dubitative. Il était donc temps d'élever le niveau.

Tu veux dire la réincarnation ? Je t'en prie, c'est une idée chère aux moldus, répondit Louise d'un ton dédaigneux. Je te parle de ce que la plupart désignent comme des fariboles, parce qu'ils n'ont jamais su observer le monde qui nous entoure. On passe notre vie à la vitesse d'un courant d'air, sans prendre le temps de s'arrêter de courir un instant pour juste écouter, sentir, voir tout ce qui nous échappe habituellement. La fillette reprit son souffle un instant, avant d'enchaîner. Je ne dis pas que nous découvririons un nouveau monde fait d'esprits. Il faut des années d'entraînement pour ça, je l'ai lu dans un livre sur le sujet. La gamine faillit s'étouffer à ces mots, le dernier livre qu'elle avait ouvert en réalité remontait à au moins trois ans. Mais elle se ressaisit rapidement. Un instant d'hésitation et tout son plan tomberait à l'eau.

Mais à mon stade, là, j'arrive à percevoir quelques vibrations. C'est infime, mais je ressens des émotions, comme la douleur, la tristesse, l'incompréhension... Pour moi, c'est clairement ma chouette qui me parle, qui me raconte son calvaire... Tu ne sens absolument rien, toi ?!

Elle finit son discours en regardant la Serdaigle droit dans les yeux, une lueur de défi dans le regard. Plus c'était gros, plus ça marchait. Soit la jeune fille qui lui faisait face gobait tout, soit elle restait sur ses gardes et la prenait pour une folle. Quel que soit le résultat, personne ne saurait jamais que Louise avait une peur bleue des hiboux. Surtout du gros, là, toujours le même, perché au dessus de la porte. Toujours pas décidé à bouger. Pourtant elle le surveillait en permanence du coin de l'oeil, pour ne pas louper l'instant où il s'envolerait. Car à ce moment, que la Serdaigle ait cru à son histoire ou non, la Gryffondor partirait en courant et ne remettrait plus jamais un orteil dans cet endroit de malheur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC4ème année
    NUNCABOUC
    4ème année
MESSAGES : 108

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Ven 7 Mar 2014 - 18:59

Pauvre Mimosa. Pauvre Louise.
Voyant sa camarade chagrinée -en réalité, ce n'était qu'un leurre que la naïve Serdaigle ne percevait pas-, Clara fut quelque peu bouleversée. Peu tactile et timide, elle n'osa pas aller la réconforter. Néanmoins, s'il s'était avéré qu'elle eut possédé un autre comportement, certainement lui aurait-elle pris la main. Faute de quoi, elle se contenta de la regarder, une moue triste et compatissante sur le visage.

Par Merlin, elles étaient en train de parler d'esprits ! C'était si peu probable.  Habituellement, le sujet était plutôt tabou ou rapidement considéré comme une blague. Du moins, l'entourage de la petite Serdaigle n'avait jamais apporté la moindre importance à tout ce qui touché aux fantômes ou aux esprits. A tort ou pas, Clara s'interrogeait sur ce sujet encore flou à ses yeux. Elle n'y croyait pas forcément, mais quelque chose l'attirait. Certainement voulait-elle comprendre ou bien remplir sa soif de connaissance. Celà tombait bien, la Gryffondor venait de lui confier sa faculté à ressentir des vibrations. Les yeux ronds, sa camarade la dévisagea un temps. Waouh. C'était passionnant.


- Tu ne sens absolument rien, toi ?!

Si elle distinguait des vibrations, elle ? Elle hésita un moment avant de répondre. Les yeux fermés, elle essaya néanmoins de percevoir quelque chose... Mais que devait-elle capter ? Un bruit ? Un son ? Un chatouillement au creux de sa main ? Elle finit par rouvrir les yeux et presque désolée, fit "non" de la tête. Non, elle ne percevait rien. C'était si abstrait... Trop indéfini pour elle.

- Et... Que perçois tu exactement ?

La curiosité avait gagné et elle avait osé poser la question pourtant interdite. Néanmoins, Clara manquait d'assurance et craignait que la question soit malvenue. N'ayant jamais eu l'occasion, jusqu'à ce jour, de poser directement la question à un devin - ou futur devin-, elle ignorait les éventuels précautions à prendre.
Alors Louise, que ressens-tu ? Est-ce quelque chose de physique ?


- Tu m'apprendrais ?

Si Merlin, il était possible d'apprendre. Mais intriguée, la troisième année ne souhaitait que "ressentir les vibrations" dont lui avait parlé Louise un peu plus tôt. Elle était loin -à des années lumières- de se douter qu'en réalité, cette histoire de divination n'était qu'une fourberie. Il n'y avait pourtant aucune honte à avouer avoir peur des hiboux. Pourtant Louise taisait ses angoisses derrière un mensonge bien plus gros encore. Attentive, Clara écoutait son discours et y était intéressée. C'était tout ce qui comptait.

_________________
« Les secrets les plus noirs refont toujours surface,
d'une manière ou d'une autre. »

Harmonia's theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR2ème annéeMembre des sales gossesModératrice
    GRYFFONDOR
    2ème année
    Membre des sales gosses
    Modératrice
AVATAR : Maisie Williams
MESSAGES : 423

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 12 mai à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Ven 23 Jan 2015 - 15:06

Louise avait de la chance dans son malheur. Elle se retrouvait dans le pire endroit de la terre avec la fille la plus naïve du monde. Sa camarade essayait vraiment de ressentir des présences, fermant les yeux et se concentrant sur dieu-savait-quoi. C'était presque beau, autant de crédulité. Elle n'allait pas s'en plaindre. Il suffisait juste que le hibou monstrueux au dessus de la porte s'envole et que la Serdaigle ferme les yeux assez longtemps, et la fillette serait saine et sauve, libre de s'enfuir à toutes jambes. Avec un peu de chance, l'élève croirait qu'elle avait vu un fantôme.

Et... Que perçois tu exactement ?

Très bonne question, mon capitaine. La gamine ne percevait rien, strictement rien. Niveau ressenti, par contre, elle aurait eu des trucs à dire. La chair de poule sur ses avants-bras, la sueur froide qui coulait le long de son dos, la terreur qui l'envahissait minute par minute de plus en plus sûrement à mesure qu'elle restait dans cet endroit rempli de plumes vivantes. Mais la Gryffondor était déjà trop enfoncée dans son propre mensonge pour pouvoir s'en tirer par une pirouette. Autant continuer à s'enfoncer.

Rien de très précis, je ne suis qu'une débutante, avoua la sale gosse d'une voix contrite, comme essayant de s'excuser pour son amateurisme. Parfait. Les pieds tournés vers l'intérieur, piétinant sur place, les mains tordues par la gêne. L'expression parfaite de l'humilité. Ah, si seulement menteuse professionnelle avait été une possibilité de carrière future... J'essaye juste de mieux appréhender le monde qui m'entoure, les forces qui s'y opposent, continua la fillette tout en se donnant un high-five mental pour avoir utiliser le mot « appréhender » correctement dans une phrase.

Tu m'apprendrais ?

Oh boy. T'apprendre quoi ? A pas prendre pour argent comptant tout ce que les gens te disent ? La vérité avait beau sortir de la bouche des enfants, ce proverbe aurait mérité d'être remis en question face à Louise. Et depuis quand Louise était devenue professeur de divination ?! Worst job ever. Enfin, c'était de sa faute, tout ça. Pas moyen de reculer.

Tu sais, je suis pas sûre qu'on puisse apprendre. C'est un don. Si tu l'as, tu peux le développer, mais sinon... On peut toujours essayer, hein, déclara l'enfant d'un ton grave. C'était sérieux, ces trucs là, ou du moins fallait-il en convaincre la Serdaigle. Ferme les yeux, respire, inspire, continue. Essaye de sortir de ton corps, cette enveloppe de chair qui nous restreint. Mais d'où elle sortait tout ça ? Pour un peu, la gamine y aurait cru elle-même. C'était beau. Si tu gardes les yeux fermés, tu vas pouvoir commencer à ressentir ce qui se passe autour de toi, et si tu es complètement détendue, voir au delà de ce qu'il y a à voir. Une médaille, s'il vous plait, une médaille ! La Gryffondor n'arrivait plus à stopper le flot de paroles qui s'échappait de sa bouche, elle ne comprenait même plus ce qu'elle racontait, mais ça fonctionnait.

La Serdaigle avait les yeux fermés, et le hibou taille XXL venait de s'envoler à l'autre bout de la pièce. La voie était libre. Liberté, j'écris ton nom. Pour un peu, Louise en aurait pleuré. Elle fit un pas en direction de la porte, mais le plancher grinça. Non, non, garde les yeux fermés, ne te laisse pas déconcentrer par l'extérieur ! Dis moi ce que tu ressens, mais garde les yeux clos, sinon tu vas tout gâcher, tout, tout, tout, chuchota la fillette, essayant de donner une grandiloquence mystique à sa voix. Un pas de plus vers la porte... Elle avait l'impression de jouer à un, deux, trois, soleil.

Un pas de plus... Peu à peu, la sortie se rapprochait, alors qu'elle continuait de donner des indications vagues et confuses à voix basse à la jeune fille. C'est évidemment le moment qu'un hibou choisit pour effleurer la Gryffondor, qui ne put retenir un hurlement. citrouille. Vite, reprendre le contrôle, ne rien laisser paraître.

Désolée, désolée, mais je crois que j'ai ressenti la présence de Mimosa plus fortement que jamais ! C'était incroyable, haleta l'enfant, espérant que la terreur dans sa voix passerait pour un état de transe. Foutus hibous. Tout était à recommencer maintenant, alors que la sortie n'avait jamais été aussi proche. Tu veux réessayer l'expérience ? Demanda la brunette en essayant de dissimuler l'hystérie qui la gagnait. Elle allait finir par devenir timbrée avant la fin de la journée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC4ème année
    NUNCABOUC
    4ème année
MESSAGES : 108

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG MÊLÉ
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Mar 5 Mai 2015 - 12:22

Même s'il était peu probable qu'elle parvienne à communiquer avec le moindre fantôme, ne possédant aucun don de voyance, Clara se demandait comment sa camarade de Gryffondor réussissait de telles prouesses. En soit, elle ne savait pas comment considérer l'art divinatoire. Son frère jugeait la matière absurde et Mrs Trelawney, comme folle. Néanmoins voulant se forger sa propre opinion, elle s'était inscrire à la rentrée au cours facultatif. Si elle admettait que son enseignante était atteinte par la folie, la troisième année se demandait si avec un nouveau tuteur, la divination gagnerait en crédibilité.

Louise s'improvisait professeur. Et Clara, dans la peau de l'élève appliquée, suivait ses conseils à la lettre. Les yeux fermés, les pieds enracinés au sol, elle essayait de faire abstraction de son environnement. Dénuée du sens de la vue, elle était attentive au moindre son. Néanmoins, elle ne percevait rien d'autre. Même après avoir calé sa respiration à celle de la Gryffondor. Elle ne relâchait pas ses efforts. Et bien que surprise par le grincement du plancher produit par les pas de sa cadette, Clara conserva les yeux fermés. A vrai dire, elle serait resté concentré suffisamment longtemps pour que Louise puisse s'éclipser en douce, si cette dernière n'avait pas poussé un hurlement après avoir été effleuré par une chouette. Alertée par le cri de sa camarade, la Serdaigle avait ouvert immédiatement les yeux afin de repérer un éventuel danger. Mais non, il n'y avait rien. Louise justifia son acte en affirmant avoir ressenti la présence de Mimosa.


- ça va dis ?

Maintenant qu'elle l'observait avec attention, Clara remarquait que Louise n'était pas dans son état normal. Était-ce la transe qui la rendait livide ? Elle transpirait peut-être... Pour parvenir à entendre les esprits devait-elle aussi être dans un état second ? L'idée de perdre le contrôle de sa conscience ne l'enthousiasmait guère. À vrai dire, elle excluait complètement ce type de pratique. Pour elle, s'abandonner à une de ces activité était dangereux. Cette peur était très certainement liée à sa personnalité... Après tout, tout les mois, elle perdait le contrôle de son corps et devenait un monstre... Merlin, elle aurait tout donné pour pouvoir éviter ces instants. En attendant, elle craignait que des phases d'hypnoses ou de transes ne fassent ressentir la part cachée qui se trouvé en elle. C'était peut-être ridicule, dans la mesure où sa théorie était totalement infondée, mais elle ne rigolait pas avec le sujet. Il était hors de question de mettre quiconque en danger !

- Je ne t'ai pas demandé si cette pratique était dangereuse...

Car si l'exercice s'avérait l'être, elle renonçait à son apprentissage. Tans pis. L'art de la divination n'était certainement pas fait pour elle. Elle pourrait toujours demandé à Louise d'aller communiquer avec Kimbio si elle souhaitait réellement avoir des nouvelles de son rat défunt.

_________________
« Les secrets les plus noirs refont toujours surface,
d'une manière ou d'une autre. »

Harmonia's theme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Janv 97] Ghosts and Owls [PV] Aujourd'hui à 4:54

Revenir en haut Aller en bas

[Janv 97] Ghosts and Owls [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Je suis contre le déchoukage du président Préval» 12 JANV 2010 & 12 JANV 2011! NOV 87 NOV 2010 HAITI DE CRISE EN CRISE, 2 KA EN KA» Autre son des élites sur leurs implications dans la catastrophe du 12 janv» Yamada no Orochi || 13 Janv.» (libre) i don't give a damn, i don't give a shit ? 24 janv, 23h15
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-