AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD7ème annéeAdmin à l'esprit tordu
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin à l'esprit tordu
AVATAR : Taylor Warren
MESSAGES : 2643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: [Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart] Mer 13 Fév 2013 - 12:04

[NB: ce topic a lieu juste après le cours de transplanage.]

Ce qu'Irina redoutait tant n'arriva finalement pas. Elle ne fut pas forcée à faire ces stupides exercices moldus, pourtant indispensables selon les dires de Swart, et à dire vrai, elle était plutôt contente d'être entrée dans le vif du sujet aujourd'hui, à savoir le transplanage à proprement parler. Force était de constater que à part pour une poignée d'élèves, la leçon de transplanage n'était pas une réussite. Heureusement, personne ne s'était encore désartibulé, car sinon, les choses auraient été un peu plus compliquées à gérer pour le moniteur. Déjà qu'il n'était pas nécessairement compétent, si en plus il devait gérer une situation de crise, Irina ne donnait pas cher payé de sa peau. Après son premier essai qui fut une réussite, Irina s'était reposée, ne désirant pas continuer l'exercice tout de suite. Elle attendait d'être en meilleure condition physique pour retenter l'expérience, elle ne voudrait pas non plus se désartibuler à cause d'une faiblesse passagère. Alors, Irina s'était mise sur le côté, pour regarder. Elle ne s'était apparemment pas assez éloignée, puisqu'un élève lui atterrit presque littéralement dessus, lui meurtrissant l'épaule par la même occasion puisqu'il s'était rattrapé en s'appuyant à cet endroit là. Irina allait tout naturellement lui lancer une réplique bien cinglante, histoire de faire payer son geste à cet inconscient, mais elle se ravisa lorsqu'elle reconnut Sevan, un élève de sa maison. Vue aujourd'hui, dans la grande salle, Irina Collins en train de faire preuve de clémence envers un de ses camarades qui pourtant l'avait bousculée. Sevan avait de la chance de faire partie de la même maison qu'elle, c'était son appartenance qui l'avait en quelque sorte amnistié, s'il avait appartenu à une autre maison, il n'était pas dit qu'il ne se serait pas tiré sans séquelles. Quelqu'un d'autre...genre...Richester, pour ne citer qu'elle. Encore que, ce n'était pas un bon exemple, car la Poufsouffle se serait forcément pris une remarque désagréable.  Irina la détestait, ce n'était pas nouveau, et Olivia le lui rendait bien. Cela dit...Irina n'avait pas pu s'empêcher de laisser échapper un soupir blasé lorsque Richester s'était évanouie. Il n'y avait qu'elle pour faire un truc pareil. Moqueuse, Irina avait regardé Swart se précipiter aux côtés de la préfète en chef. Ça lui fera les pieds, tiens. Il en était certes à son premier incident en tant que moniteur de transplanage, mais ce ne serait certainement pas le dernier. Irina, elle, profita de ce bref interlude pour regarder autour d'elle, histoire de voir où les autres en étaient.

En fait, ils en étaient plus ou moins au même point qu'elle. Pour ceux qui avaient réussi leur premier transplanage, ils ne semblaient pas prêts à recommencer de sitôt. Il fallait dire que ça secouait pas mal. Un tel déplacement, sans se désartibuler de surcroît demandait une telle force mentale que c'en était épuisant. D'ailleurs, Irina était surprise de voir que Swart n'avait évidemment rien prévu pour les requinquer après leur exercice. La Serpentard réalisa alors que beaucoup avaient dû se faire des frayeurs en essayant de transplaner. Irina avait beau être une sorcière de sang-pur et s'estimer tellement supérieure aux autres sorciers, elle avait beau être convaincue faire partie d'une élite, elle n'en était pas moins au même niveau que tous les autres, elle n'était qu'une débutante, et elle avait autant de chances d'échouer que les autres, si on pouvait appeler ça ainsi. Irina avait toujours fait confiance à son intuition, elle ne l'avait jamais trompée. Aussi quand elle ne le sentait pas, familièrement parlant, elle n'y allait pas, tout simplement. C'était peut-être ce dernier paramètre qui lui avait permis d'éviter la désartibulation. Cela ne faisait aucun doute que si elle avait tenté le diable, elle se serait trouvée en bien mauvaise posture, et Swart se serait bien moqué d'elle ! Cette simple idée, pour la jeune fille, lui était insupportable. Alors, Irina avait voulu lui montrer qu'elle était capable. Non, elle n'avait pas besoin de se rabaisser à faire ces stupides exercices, avilissants qui plus est. Pour être honnête, Irina ne les avait pas retravaillés depuis la dernière fois et ce même si Swart avait conseillé de les refaire, deux fois plutôt qu'une. Elle faisait confiance en ses capacités et à sa volonté inébranlable. N'avait-il pas rappelé la règle des trois D ? ça au moins, c'était plus utile que de jouer avec une cuillère, un œuf ou un citron ! Et surtout, c'était bien plus concret. Cela confortait d'autant plus Irina dans l'idée selon laquelle le transplanage n'était pas l'apanage des faibles d'esprit ou des indécis. Dans ce cas de figure, n'avoir aucune volonté ou être incapable de prendre une décision pouvait s'avérer fatal. Il fallait réfléchir vite et bien, tergiverser pour savoir quand y aller ne servait strictement à rien. Néanmoins, et Irina devait le reconnaître, c'était distrayant de voir comment les autres géraient un tel exercice. Personne n'avait réussi du premier coup. Pour la plupart d'entre eux, il avait fallu s'y reprendre à plusieurs fois avant d'oser tenter de transplaner. Enfin. Il vaudrait peut-être mieux qu'elle y retourne avant d'être injustement accusée de ne rien faire.

Pendant tout le reste de la séance, donc, Irina s'entraîna. Elle était plutôt fière d'être parvenue à un si bon résultat alors qu'elle en était à sa première séance. A force de s'entraîner, Irina finit par remarquer que les effets indésirables dus au transplanage commençaient à s'estomper. Ce type de déplacement lui paraissait moins brutal, elle ressentait de moins en moins la nausée qu'elle avait ressentie la première fois, et heureusement d'ailleurs ! Si chaque sorcier devait avoir envie de rendre son déjeuner à chaque fois qu'il transplanait, il n'y aurait pas grand monde qui opterait pour ce type de transport. D'ailleurs, à bien y réfléchir, tous les types de transport inventés par les sorciers étaient plus ou moins violents. Partant de ce constat, force était d'admettre que la poudre de cheminette ou les portoloins n'étaient pas des méthodes plus douces. Surtout que sujette au vertige, il était hors de question pour la Serpentard d'emprunter un balai. Les cours de vol l'avaient profondément traumatisée et elle ne souhaitait plus en parler. Plus jamais elle ne monterait sur un balai, elle l'avait juré. Alors, elle avait tout intérêt à décrocher son permis de transplanage si elle voulait être capable de se déplacer comme elle le souhaitait. Que les cours soient enseignés par Damien Swart n'était qu'une formalité, ce n'était qu'un mauvais moment à passer. À subir, tout du moins. Bientôt, le moniteur de transplanage annonça la fin du cours, et presque concomitamment, les élèves commencèrent à se disperser. Irina, elle, prit délibérément son temps pour ranger le peu d'affaires qu'elle avait sorti parce qu'elle avait la ferme intention d'aller parler au moniteur de transplanage. Elle ne l'avait pas encore confronté depuis la fin de l'affaire Collins, se contentant de le haïr de tout son être. Il n'était qu'un individu méprisable et jamais sa cousine n'aurait dû s'enticher d'un idiot pareil, pour commencer. Elle voulait le confronter, mais Irina ne savait pas trop ce qu'elle allait bien pouvoir lui dire, ce n'était généralement pas elle qui engageait la conversation, laissant ce soin aux autres et s'offrant la liberté de les recaler si le besoin s'en faisait ressentir. Alors, la demoiselle prétexta tout simplement une question, en toute innocence, bien évidemment.

« Professeur ? » le héla-t-elle, appuyant consciencieusement sur le mot professeur, un rictus sardonique accroché aux lèvres. « Puisque comme l'Histoire de Poudlard le suggère, nous ne pouvons pas transplaner dans l'ensemble de l'école, et que vous avez eu, il me semble, une autorisation du professeur Dumbledore pour pouvoir organiser votre cours dans la Grande Salle, j'imagine qu'il va nous être difficile, voire impossible de nous entraîner jusqu'au prochain cours ? »

Ce qu'elle était en train de demander n'était ni plus ni moins qu'une évidence. Evidemment qu'ils n'allaient pas pouvoir transplaner jusqu'au prochain cours. Sauf si bien sûr ils se rendaient à l'extérieur de Poudlard pour s'entraîner clandestinement, mais c'était une méthode assez risquée, s'ils venaient à se désartibuler, il n'y aurait personne pour les aider et pour leur rendre leur intégrité physique d'antan. Surtout que transplaner sans permis était parfaitement illégal, alors ils risquaient d'avoir le Ministère aux trousses, ce qui était injuste puisqu'ils ne feraient que s'entraîner pour justement avoir le permis sans encombres. Par ailleurs, Irina s'attendait à ce que Swart lui conseille à nouveau de faire les exercices de la dernière fois, elle le voyait venir, sur ses gros sabots. Alors, la Serpentard enchaîna avec une question beaucoup plus vicieuse, tout en faisant semblant d'être inquiète pour sa propre sécurité – et accessoirement, celle de ses camarades.

« D'ailleurs, quelque chose me taraude l'esprit. C'est à propos de l'impossibilité théorique de transplaner dans l'enceinte de Poudlard. Vous dites avoir ouvert une brèche spécialement pour ce cours, mais puisque l'espace est quelque chose d'immatériel qu'on ne peut pas délimiter, pouvez-vous nous garantir que ce qu'on a fait aujourd'hui est sans risques pour notre intégrité physique ? Car il se peut que certains d'entre nous, pendant l'entraînement, se soient heurtés à cette barrière. Pensez-vous que cette barrière puisse-être à l'origine de la désartibulation de certains d'entre nous ? »

Bon, d'accord, elle était en train de lui poser une question vachement pointue, quand même. Elle s'était aventurée en terrain vaseux, avec son histoire de barrières. Seulement, pour elle, c'était une façon comme une autre de tester la compétence de ce cher Swart, car il était évident, pour elle tout du moins, que tout bon moniteur de transplanage qui se respectait se devait de répondre aux questions élémentaires de sécurité et de rassurer ses ouailles et ce n'était pas encore gagné quand on connaissait l'hurluberlu qui leur enseignait l'art difficile du transplanage.


Dernière édition par Irina Collins le Sam 28 Déc 2013 - 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 877

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: [Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart] Ven 18 Oct 2013 - 23:16

Le transplanage était loin d'être une activité facile. Les vomissements et les évanouissements de certains prouvaient qu'il ne suffisait pas d'un travail minime pour réussir la leçon. Tout au contraire.  Cette contrainte pouvait même bloquer l'avancée du programme. Pour autant, lorsqu'il faisait la conclusion de cette journée, Damien était plutôt satisfait du cours. Les examens finaux se passeraient bien, il en était convaincu.
La salle se vidait peu à peu. Pendant que les derniers élèves se servaient du jus de fruits, l'adulte notait sur son carnet les appréciations sur la prestation de chacun. Une fois fini, il rangea l'objet dans son sac. Son intervention dans le château s'achevait ici. Ou du moins, c'était ce qu'il croyait.


« Professeur ? »

Il lui sembla reconnaître cette voix . Se tournant vers celle-ci, il put constater que sa supposition était bonne. Irina Collins. La Serpentard se tenait face à lui. C'était bien la dernière personne avec qui il avait envie de se trouver. L'an passé, l'affaire Collins avait fait bien du bruit et préférant la tranquillité, il avait préféré rompre avec sa petite amie de l'époque, Daphné. Depuis, le jeune homme avait évité soigneusement la sœur et la cousine de son ex.

Alors que pouvait bien lui vouloir Miss Collins ? Surpris de la trouver face à lui, il s'interrogeait. Il devait bien y avoir quelque chose qui l'emmenait jusqu'à lui. Cela ne pouvait rien présager de bon, se disait-il.  Il garda d'abord le silence, écoutant et observant la jeune fille. Pas un seul instant, il ne détourna les yeux du regard des siens. Plus pour satisfaire un égo personnel que pour prouver quelque chose à la demoiselle, le jeune homme refusait de baisser les yeux face à la Serpentard.

Il mit un certain à répondre. D'abord silencieux et songeur, il préférait prendre le temps nécessaire pour formuler les réponses les plus justes possibles.


« Vos parents, avant vous, ont certainement déjà passer le permis de la même manière. S'ils ont été capables de réussir leur examen, j'imagine que vous en êtes capable aussi. »

Il était méfiant. Il n'appréciait guère la jeune femme et savait que cette antipathie était réciproque. Aussi, préférait-il prendre des distances avec la jeune femme.

« Ceci étant, je ne peux que vous conseiller de refaire les exercices de la première leçon. Ne sous-estimez pas leurs efficacités. »

Sa réponse était peut-être prévisible, mais qu'importe. Si la Serpentard souhaitait des conseils pour réussir son examen final, Damien ne pouvait que lui répondre de cette façon. Il fallait que la jeune fille mette de coté ses réticenes aux pratiques dites "moldues". Ca ne lui fera pas de mal, tiens.

« Vous vous doutez bien que si l'exercice était trop dangereux ou sans contrôle, le professeur Dumbledore n'aurait pas autorisé cette pratique. »

Il voulait souligner par là qu'il était assez compétant pour assurer les leçons de transplanage. Albus Dumbledore avait, après tout, accepté sa venue au château. Le jugement qu'on pouvait porter sur lui et sa disposition à exercer son métier commençait à lui peser. Certes, il n'avait jamais été brillant à Poudlard. Il n'était toujours pas un "brillant" sorcier, mais s'il y avait un domaine dans lequel, il se débrouillait aussi bien - même plus que la moyenne - c'était le transplanage. S'il ne suffisait pas d'être doué pour être professeur, le Ministère de la Magie l'avait formé. Damien était à présent obligé de faire des efforts et d'"étudier", s'il voulait conserver son travail. Alors en soit, s'il n'avait pas été facile de quitter Poudlard, cette nouvelle expérience l'avait changé. Fait grandir aussi, là où il avait peut-être manqué de maturité l'an passé.

« Désartibulation, il y a, lorsqu'il n'y a pas assez de détermination. Et si la destination est bel et bien fixée, il n'y a pas de raison, miss Collins a ce qu'un élève aille toucher une quelconque barrière. Au fond, la décision finale est capitale. »

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD7ème annéeAdmin à l'esprit tordu
    SERPENTARD
    7ème année
    Admin à l'esprit tordu
AVATAR : Taylor Warren
MESSAGES : 2643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: [Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart] Sam 28 Déc 2013 - 14:53

Titiller cet imbécile faisait partie des passe-temps préférés d'Irina. Tout du moins, c'était le cas lorsqu'il était encore à Poudlard. En intégrant l'équipe professorale, peut-être qu'il se pensait immunisé contre les attaques de la Serpentard, mais il se trompait lourdement. Irina était tellement outrée de voir un abruti comme lui travailler pour le compte du Ministère qu'elle entendait bien lui chercher des poux autant que nécessaire – le but étant bien sûr de démontrer son incompétence au monde entier. Maintenant qu'il était accessoirement professeur, Irina ne pouvait plus se permettre de l'attaquer de front, aussi elle allait devoir jouer serré – très serré. Rabâcher sans cesse son statut de sang pour le moins odieux n'était en soi pas une preuve de finesse. Elle allait devoir trouver autre chose. De la même façon, elle ne pouvait plus mettre en avant le fait qu'il était sorti avec sa cousine. C'était un argument qui commençait à perdre en efficacité, et pour tout avouer, Irina commençait à en avoir assez de l'invoquer à tout bout de champ. Dans le fond, ce qu'elle voulait, c'était avant tout étouffer la tristement célèbre Affaire Collins, qui avait fait un sacré remue-ménage à l'époque où Swart était encore étudiant. Remuer les braises encore fumantes n'allait rien résoudre au problème, bien au contraire. Tout était une question de stratégie. Il fallait lui faire payer l'affront qu'il avait fait à sa famille en sortant avec une des leurs, tout en évitant d'attirer l'attention, tout du moins, plus qu'il n'était nécessaire. En tant qu'héritière d'une famille de sang-pur, Irina devait adopter une certaine ligne de conduite, et tâcher de ne pas trop faire de vagues. Elle avait une réputation à entretenir, ainsi qu'un certain prestige à conserver. Cela ferait donc désordre si la jeune Collins venait à être au cœur d'un nouveau scandale. Qui plus est, Irina n'avait pas envie de suivre les traces de sa cousine. Si cette idiote s'était joyeusement compromise avec ce crétin fini, Irina ne comptait surtout pas emprunter le même chemin. Elle souhaitait plus que tout redorer le blason de sa famille, et être digne d'eux. Aussi utilisa-t-elle les meilleures armes dont elle disposait. C'était une Serpentard, que diable, n'était-elle pas censée faire partie des roublards ? Dans sa petite vendetta, la ruse allait être sa meilleure alliée. Quoi de mieux que de poser une série de questions plus vicieuses les unes que les autres, et ce dans le seul but de le piéger ?

A dire vrai, Irina n'en attendait pas beaucoup de lui. Après tout, il n'avait pas inventé l'eau tiède, et elle doutait sérieusement qu'il soit capable de répondre à des questions aussi pointues sans se démonter face à elle. Pour le moment, elle enfonçait des portes ouvertes, mais il s'agissait surtout de tester la patience et le côté pédagogue de ce cher Swart, la compétence viendra après. Si elle voulait mener à bien son plan, autant ne pas brûler les étapes, n'est-ce pas ? Irina se tenait droite, comme l'élève modèle et impliquée qu'elle était censée être. Dans un premier temps, elle voulait juste faire croire qu'elle s'intéressait beaucoup à la matière, tout du moins en théorie, parce qu'avec les exercices de la dernière fois, on ne pouvait pas dire qu'elle avait mis du sien, bien au contraire. En fait, ça l'avait tellement gonflée qu'elle n'avait pas refait ces exercices, ni pendant le cours, ni en dehors, elle ne voulait pas s'infliger une telle humiliation plusieurs fois de suite, elle n'était pas non plus masochiste. Déjà que son orgueil avait été fortement écorné lorsqu'elle avait fait tout ça devant tout le monde, il était inutile d'en rajouter. Pourtant, ce cher Swart n'était pas de son avis. Le faisait-il exprès dans le seul but de la voir se ridiculiser ? Cela se pourrait fort bien. Raison de plus pour ne pas lui donner satisfaction. Autant dire qu'elle ne les referait pas, ces fichus exercices. Il y avait forcément un autre moyen d'y arriver. On ne mélangeait pas les torchons et les serviettes après tout. Irina n'était certainement pas la première sorcière à être ulcérée de devoir s'abaisser à ces pratiques. En fait, pour tout avouer, Irina n'était même pas certaine que ces exercices eurent été agréés par le Ministère de la Magie. Il était évident que chaque moniteur de transplanage avait ses propres méthodes, furent-elles peu orthodoxes. Si elle avait su que cet abruti finirait par lui apprendre comment transplaner, pour sûr qu'elle aurait fait des pieds et des mains pour que sa mère lui paye un percepteur privé. Déjà, elle n'aurait pas été obligée de se farcir toute cette bande d'incapables. Et de deux, elle n'aurait pas à supporter la compétence plus que douteuse d'un moniteur qui vient tout juste de finir ses études. Ne disait-on pas après tout que l'expérience se forgeait à mesure du temps qui passe ?

« Bien sûr que j'y arriverai. » répondit la jeune femme en haussant un sourcil sarcastique. « C'est évident, même. »

Elle se retint d'ajouter que si lui avait pu avoir son permis, et même accéder à un tel poste, alors, c'était probablement à la portée du premier crétin, d'autant plus qu'il n'était qu'un stupide sang-de-bourbe, et elle, elle avait ça dans le sang, tout simplement. En tout cas, ce serait une honte que quelqu'un comme elle ne parvienne pas à décrocher son permis. Elle le savait, et elle allait tout mettre en œuvre pour l'avoir. Swart ou pas Swart, d'ailleurs. Il arriverait bien un jour où elle allait réussir à se le mettre dans la poche. Elle ne souhaitait en aucun cas attirer sa sympathie, ni même son indulgence, en fait, elle voulait juste le mettre hors de son chemin, et ce pour qu'il ne l'empêche pas d'accéder à ce qu'elle voulait. Il devait garder à l'esprit qu'il n'était pas le seul moniteur de transplanage travaillant au Ministère de la Magie, Irina venait d'une famille assez influente pour pouvoir embaucher quelqu'un d'autre à son service si elle le désirait. Elle ne manquait jamais de ressources, et il devait bien le garder à l'esprit pour ne pas se faire piéger. Il ne fallait jamais sous-estimer Irina Collins, jamais.

« Oh, bien sûr. Le vieux Dumbledore. Sans vouloir lui manquer de respect, peut-on encore se fier à ses décisions ? J'ai cru comprendre qu'il était un peu malade ces temps-ci. Oh, il n'est pas malade comme quelqu'un qui a la Dragoncelle, mais...quand je dis malade, c'est vraiment malade, vous voyez ? Il s'absente de plus en plus souvent, et quand il réapparaît, il est plus mal en point que jamais. Pour moi, cette décision a tout l'air d'émaner de quelqu'un qui n'a plus rien à perdre. »

L’état de leur directeur n'avait pas échappé à la jeune Collins. Avait-ce un rapport avec tout ce qui se passait au château en ce moment ? Assurément. La mort d'Hana Jin Lee devait lui peser. Malgré toute sa grandeur, il n'avait pas pu empêcher la mort de cette élève. Cela montrait bien qu'il n'était plus au point s'agissant des questions de sécurité. Beaucoup de parents fâchés demandaient sa démission, qu'il confie les rênes de Poudlard à quelqu'un de plus compétent. Irina trouvait cela complètement aberrant d'avoir levé les sortilèges qui assuraient la sécurité de Poudlard le temps que durerait leur leçon. N'importe qui aurait pu venir jouer les trouble-fête. Cela prouvait que Dumbledore perdait lentement mais sûrement la tête. Aussi mieux valait-il être prudent et ne pas se fier à ses décisions. En cherchant bien, on pouvait aussi remettre en cause la compétence du Ministère, mais ça, c'était un autre débat. Le Ministère ne tournait plus rond depuis qu'Ombrage y avait mis le nez, et ça allait de mal en pis. De toute évidence, Fudge n'était plus taillé pour assumer de telles responsabilités. En même temps, quand on voyait la qualité et le sérieux de ses représentants...

« En parlant de décision...j'ai cru voir que beaucoup de mes camarades étaient incapables d'en prendre une. Je pensais à Olivia Richester, par exemple. Quand je pense que la plupart d'entre eux sont incapables de se décider sur ce qu'ils vont porter le jour suivant...vous pensez que dix-sept ans, c'est trop tôt pour apprendre à transplaner ? Ne pensez-vous pas que c'est un exercice qui demande un peu de maturité ? »

Quand on voyait les piètres performances de ses camarades, c'était à se poser des questions ! Irina s'était désolée de les voir hésiter autant, de ne pas être capables de se dire une bonne fois pour toutes cette fois, j'y vais. Irina pouvait concevoir que la peur de se faire désartibuler pouvait impressionner les plus téméraires d'entre eux, mais honnêtement, elle se demandait si dix-sept ans, c'était vraiment le bon âge pour apprendre à transplaner. Enfin, quand on sait que certains adultes sont tout autant incapable de prendre des décisions et de faire preuve de détermination, l'âge était une notion tout à fait relative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 877

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: [Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart] Lun 19 Mai 2014 - 17:17

Cette fille possédait une certaine force de caractère. Ne doutant jamais de ses capacités -du moins pas en public-, la jeune fille semblait pleine d'assurance. A ses côtés, on pouvait vite se sentir si petit ou si ridicule... Cette intimidation qu'elle soit volontaire et/ou naturelle, fonctionnait parfaitement, mais Damien Swart essayait "d'affronter" la jeune fille du mieux possible. Pour cela, il jouait avec ses propres armes en restant distant et en essayant de ne laisser rien paraître sur son visage.

Alors qu'il pensait appuyer l'approbation de ses actions grâce au soutien du professeur Dumbledore, son élève se montra moins convaincue. En effet, elle souligna ses absences à répétitions et son état de santé déclinant. Il était vrai qu'en réintégrant le château, Damien avait trouvé le directeur de l'école changé. La fatigue se lisait les traits de son visage. Cependant, ayant connaissance des agressions s'étant produit au château, il n'était guère surprenant que le directeur de l'école ait dû faire face au ministère de la magie, aux parents d'élèves, à la presse, etc... On dit que les soucis provoquent des maladies chez les hommes. Peut-être que tout ces histoires étaient liées...


- Contrairement à vous miss Collins, ma présence au château n'est pas assez fréquente pour que je puisse juger sur les capacités du professeur Dumbledore. Il reste pour moi, un grand homme.

Il préférait rester prudent. Il était dangereux d'émettre des hypothèses sans avoir de réelles sources. De plus, il se méfiait des dires de la jeune fille. Sans conteste, elle était très intelligente. Mais elle était également maline. Il se méfiait de ce renard -ou plutôt devait-il dire serpent.
Néanmoins, il ne pouvait que souligner sa loyauté et son admiration pour le directeur de l'école.


- En parlant de décision...j'ai cru voir que beaucoup de mes camarades étaient incapables d'en prendre une. Je pensais à Olivia Richester, par exemple. Quand je pense que la plupart d'entre eux sont incapables de se décider sur ce qu'ils vont porter le jour suivant...vous pensez que dix-sept ans, c'est trop tôt pour apprendre à transplaner ? Ne pensez-vous pas que c'est un exercice qui demande un peu de maturité ?
- C'est un long débat. Les avis divergent au ministère de la magie. Certains trouvent en effet que c'est trop tôt et suggèrent de n'autoriser l'apprentissage qu'à un âge plus avancé. Il faudrait voir au cas par cas, mais cela n'est guère possible. Il fallait bien que le ministère impose un âge minimum. Un sorcier devient majeur le jour de ses dix-sept ans et le ministère a jugé qu'à cet âge un sorcier était apte à transplaner. La décision ne vient pas de moi. Certaines personnes manqueront de maturité toutes leurs vies, alors que d'autres font preuve d'une grande sagesse dès un très jeune âge.

La question de Irina n'était guère facile et l'adulte avait essayé d'y répondre au mieux. Sentant qu'elle ne le laisserait pas tranquille de si tôt, il décida de prendre les devants.

- D'autres questions ?

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart] Aujourd'hui à 11:31

Revenir en haut Aller en bas

[Mars 1997] De l'utilité des questions élémentaires de sécurité [Damien Swart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Mars 1997] Nuit, douce nuit.» [MArs 1997] Un lieu chargé de souvenirs (PV Neville Londubat)» De l'utilité du terrorisme» Five Questions About Haiti and the Coup Attempt» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-