AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia Ven 26 Oct 2012 - 1:19


RICTUSEMPRA
Ma Présentation


I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE

♦ NOM : BARCLAY Edelweiss, Florelia

♦ ÂGE : 16 ans

♦ DATE DE NAISSANCE : 12/01/1981

♦ ORIGINE : Les origines des Barclay sont peut-être le secret le plus important et le mieux gardé de la famille. Et comme tous les secrets les mieux gardés, ils sont ceux dont on parle le plus à Londres. Ainsi, malgré l'éternel affichage de leurs origines de Sang Pur, les ancètres d'Edelweiss ont "fauté", et un Moldu est présent, trois générations plus tôt, dans la branche maternelle. Ce qui fait de cette chère enfant, une sorcière aux origines communes, voir même, sales, comme se plait à le considérer sa mère.

♦ ANIMAL ÉVENTUEL : Très peu portée sur la relation que tout un chacun peut avoir avec un animal, Edelweiss préfère la compagnie d’un beau piano, d’un violon ou d’une harpe. Vous aurez compris qu’elle a préféré ne prendre aucun de ces bestiaux proposés dans cette Animalerie Magique. Les seuls animaux qu’elle tolère sont ceux qui se rapprochent aux chevaux puisqu’elle monte depuis sont plus jeune âge.

-----------------------------

II. APPARENCE & PERSONNALITÉ

♦ PHYSIQUE : Edelweiss est ce que l'on pourrait appeler une "petite pousse". 1m65. Pas très grande n'est-ce pas, mais il s’agit des gènes asiatiques de sa mère. Pas vraiment le choix à ce niveau-là. Elle ne peut qu’utiliser des talons pour tricher. Et encore. Ce n'est pas le plus évident lorsqu'il faut chevaucher un balai pour les corps, ou pour se tenir debout durant des heures devant un chaudron et une potion à porter à ébullition. De corpulence moyenne, Edelweiss n’est pas vraiment le genre de fille qui se remarque de part sa silhouette. Elle a plutôt tendance à passer inaperçu. Ce qu'elle préfère largement. Non pas qu'elle soit spécialement du genre à raser les murs, mais elle préfère éviter de trop se faire remarquer. Il n'y a pas de meilleur moyen pour attirer une attention malsaine.

On dit souvent des yeux qu'ils sont le miroir de l'âme. Ceux d'Eddie en sont probablement le meilleur exemple. De couleur noisette en temps normal, ils ont tendance à virer au vert lorsque le soleil frappe à son zénith ou lorsqu'elle est fortement agacé par un comportement ou un évènement. Dés lors qu'il s'agit de cheveux, Edelweiss aime à se distinguer. Elle adore changer de coupe et de couleur dès lors qu’elle en a l’occasion. L’avantage d’être sorcière, est de pouvoir passer d’une coupe courte et blonde à une longue et rouge en à peine une nuit. Et tout cela sans dessécher le cheveu grâce aux potions qu’elle peut acheter dans quelques boutiques au Chemin de Traverse ou à Prés au Lard. Oui, c’est une coquette.

♦ STYLE VESTIMENTAIRE : Le rapport qu'a Edelweiss avec la mode est très simple : Robe de sorcière. Et comme elle passe le plus clair de son temps à Poudlard, cela n'est pas spécialement gênant. Certes, une fois à l'extérieur de l'établissement sorcier, c'est une autre histoire. Elle a longtemps été habituée à ce que l'on choisisse pour elle ses vêtements, et ne s'est donc jamais vraiment penché sur un style que l'on pourrait considérer comme personnel. Pourtant, depuis quelques temps maintenant, elle se met un peu plus à l'ouvrage. Elle commencerait même à apprécier les après-midi shopping lors des vacances ou des sorties.

♦ AUTRE(S) : Edelweiss a un petit tatouage dans le creux des reins, qui représente une arabesque agglutinant plusieurs runes en un enchevêtrement complexe. La signification ? Pensiez-vous vraiment que vous alliez le savoir ? Naïveté attendrissante…

♦ CARACTÈRE : Nous pourrions nous arrêter un instant sur cette fameuse personnalité. Edelweiss n’est pas vraiment une jeune femme aristocrate dans l’âme. Elle apparait plus comme une jeune fille à l’innocence foudroyante que comme une manipulatrice aguerrie. Très facile d’approche, elle tisse avec aisance des liens avec les autres. Elle a une tendance que l’on pourrait presque considérer comme suicidaire à faire confiance aveuglément… Jusqu’au point de rupture. Nous y reviendrons un petit peu plus tard. Bien entendu, aussi candide et naïve qu’elle puisse être, après avoir perdu la confiance de quelqu’un, elle se fait une règle d’or de ne plus lui accorder ce précieux sésame jusqu’à son cercle intime d’amis. Sa loyauté envers ceux qu’elle considère comme étant véritablement proches est sans limite. Certes, ils se comptent sur les doigts de la main (notez bien le singulier de la main, le singulier). En effet, bien qu’elle adore qu’on lui fasse confiance, elle, ne l’accorde finaement qu’à fort peu de gens. Question de sureté. Moins de personne sont proches d’elle, moins elle a de risque de devenir vraiment méchante. Jamais elle ne trahira ses réels amis, en même temps, trahir des gens auxquels elle tient beaucoup ne lui viendrait juste pas à l’esprit.

Eddie est une jeune fille au caractère relativement lunatique. Elle peut d’un jour à l’autre passer d’une douceur et d’une amabilité à toute épreuve à une agressivité et une animosité hors norme. Certains disent que cela dépend des lunes, d’autres des étoiles et constellations, mais c’est surtout qu’elle est d’une grande susceptibilité. Même si elle ne le montre pas sur le coup, une remarque blessante aura tôt fait de la mettre d’une humeur massacrante pour la semaine. Rancunière, elle ne laisse pas passer quelque chose qui va la toucher. La vengeance est un plat qui se mange froid, elle le sait et ne se pressera jamais dans une revanche.

-----------------------------

III. HISTOIRE & RP

♦ HISTOIRE PERSONNELLE :
Chapitre 01 : Les Successeurs Contestés

Le premier mariage de Frederik Barclay avait été ce que l’on appelle aujourd’hui encore, un mariage d’agrément. Il fallait conserver le statut de famille au Sang-Pur, telle avait été la décision du Patriarche. Soyons clairs, les sentiments des deux époux l’un envers l’autre étaient tout simplement inexistants. Rien. Le néant. Pourtant, parce qu’il fallait bien le faire, la nouvelle Madame Barclay finit par être enceinte. La joie de l’événement ne semblait pas prendre la gorge des jeunes gens. Au contraire. Ils leur semblaient voir dans ce ventre arrondi l’image même du dégoût que l’autre et que leur relation leur inspiraient. Et c’est le sourire aristocratique figé sur les lèvres qu’ils annonçaient la prochaine arrivée d’un enfant, d’un héritier. C’est les yeux pétillants qu’ils proclamaient à qui voulait l’entendre leur joie de devenir parent.

Le jour tant espéré – ou pas – arriva bientôt. Frederik était encore au bureau avec Le Patriarche, parlant, comme toujours, de la décadence des Sang-Purs et de l’importance de garder leur lignée. Ce genre de conversation que toutes les familles Londoniennes ont tendance à avoir alors que Lord Voldemort rode dans les parages. Ce genre de conversation qui donne des hauts-le-cœurs fort peu élégants à tous ceux qui ont encore des sentiments humains. Un émissaire vint à pas précipités jusqu’au bureau afin de prévenir le futur père qui ne prit pas le temps de prendre congé dans les règles de l’art, et se transplana jusqu’à Sainte-Mangouste. Une infirmière s’avança vers lui.

« Comment cela deux héritiers ?
- Monsieur, votre femme a mis au monde des jumeaux.
- Des jumeaux ? Seigneur Dieu Tout Puissant… Elle est encore en vie ?
- On ne meurt pas systématiquement lorsque l’on accouche Monsieur. »

Le ton légèrement sarcastique de la sage-femme lui valut un regard sombre, promettant mille souffrances. Il se dirigea dans la chambre, voulant parler avec son épouse du problème « twin », comme il le considérait actuellement. On ne pouvait rien espérer de pire pour débuter le partage des biens pour la prochaine génération. Des jumeaux. Et dire qu’il allait devoir l’annoncer au Patriarche…

« Très chère, des jumeaux.
- Je crois que j’avais remarqué en effet. »

La réplique de la jeune femme fit légèrement tiquer le mari qui serra les dents pour ne pas réagir au quart de tour comme habituellement. Ils se regardèrent un long moment en silence avant que la femme ne détourne les yeux en soupirant.

« Comment une telle engeance du démon a-t-elle pu paraître ici…
- Je n’en ai que peu d’idées. Que peu d’idées… Toujours est-il qu’il nous faut rapidement un héritier correct ou Père risque de me déshériter…
- Vous avez toujours eu le don de calmer les gens cher ami. »

Fit-elle, levant les yeux au ciel. Frederik regarda un instant sa femme avant de hausser négligemment les épaules et de sortir de la pièce, promettant de revenir d’ici quelques heures pour lui donner des nouvelles de ses enfants, et surtout, des nouvelles du Patriarche. Parce qu’il fallait voir les choses en face, jamais cet homme ne laisserait des jumeaux prendre la tête de la famille. Il devait trouver son père, et vite.

« J’ai appris qu’il s’agissait de jumeaux. »

A moins que celui-ci ne vienne à lui. Serrant les dents, et surtout les poings, il s’avança vers le chef de famille, craignant d’avance la conversation qu’ils allaient avoir. Il sentait qu’il n’allait pas apprécier ce qui allait suivre.

« Il est hors de question qu’ils héritent de quoi que ce soit. Ils porteront le nom Barclay uniquement parce que tu les as engendrés. Mais que ce soit clair, je ne les reconnaitrais jamais comme faisant parti de la famille.
- Bien Père.
- J’espère que tu vas trouver une solution pour parer à ce problème.
- Ce problème ?
- Ta femme est incapable de mettre au monde un héritier.
- Vous m’avez imposé cette femme, Père. »

Aucun des deux hommes ne baissa le regard. Ils ne semblaient pouvoir se transmettre leur véritable ressenti qu’à travers leurs yeux. Une violente tension s’imprégna de l’air, et finalement, Le Patriarche quitta la clinique, ne laissant derrière lui qu’une de ses habituelles recommandations, froides et impersonnelles.

*

« Tu comptes demander quoi ?!
- Le divorce, Père.
- Il en est hors de question !
- Avec cet accouchement difficile, elle est incapable de porter à nouveau un enfant. Il n’y aura pas d’héritier. Pas avec elle tout du moins. Alors pourquoi voulez-vous que je reste avec une femme qui est incapable de faire ce que nous attendons d’elle ?!
- … Quel âge ont les jumeaux.
- Bientôt trois ans.
- … Une idée pour une prochaine épouse ?
- Vous acceptez ?
- Une idée pour une prochaine épouse ?
- Oui… Mais je doute qu’elle vous plaise.
- Qui est-elle ?
- Kim SungLee.
- Je ne la connais pas. Elle vient d’une famille de Sang-Pur sud-coréenne ?
- Non.
- Il en est hors de question !
- Mais elle pourra donner un héritier mâle !
- Il aura les yeux bridés !
- Mais ce sera un garçon ! »

Le silence s’imposa de lui-même dans le bureau, avant que Le Patriarche ne lâche un profond soupir. Il sentait que cette histoire allait lui donner des cheveux blancs. Il ne pouvait pas accepter l’idée qu’un sang impur n’entre dans sa famille. Mais pourtant, Dieu seul savait à quel point il avait besoin d’un héritier mâle.

« Très bien. Mais il est hors de question que je n’ai pas d’héritier mâle. »

Chapitre O2 : L’Héritière Sera Une Femme

Une semaine après cette discussion entre deux générations de la famille Barclay, la première femme de Frederik décéda des suites d’une maladie – ou d’un empoisonnement, mais cette hypothèse ne put jamais être confirmée. L’homme se retrouva ainsi veuf, et put épouser en seconde noces une certaine Kim SeungLee, grande élève reconnue pour ses brillantes études à Poudlard, et avec laquelle il avait sympathisé lorsqu’il suivait ses cours. SeungLee fut très rapidement enceinte – il fallait bien dire que Le Patriarche les poussait, mais aussi que Frederik comprenait enfin ce que voulait dire concevoir un enfant dans l’amour. Et neuf mois plus tard…

« Comment cela une héritière ?
- Monsieur, votre femme a mis au monde une fille.
- Une fille ? Seigneur Dieu Tout Puissant…
- A peine étonnant…
- Vous avez dit quelque chose ?
- Je disais seulement que votre femme vous attend. »

Cela commençait sérieusement à se gâter. Une fille. Ce n’était pas vraiment le moment. Tout cela risquait de vraiment devenir compliqué. Comment allait-il pouvoir expliquer cela à son père ? Comment ce dernier allait-il réagir ? Il entra dans la chambre, remarquant SeungLee on ne peut plus fatiguée.

« Une fille ?
- Il paraitrait.
- Vous le faites exprès ?
- Je vous prie d’être raisonnable Frederik. Répliqua la jeune femme, dépitée.
- Comment ferons-nous face à Père…
- Nous nommerons la fille en tant qu’héritière.
- Pardon ? Une fille en tant qu’héritière ? Vous êtes vraiment drôle. Pensez-vous sérieusement que mon père va accepter ce genre de compromis ?
- S’il lui est bien présenté, oui. »

Un petit silence s’installa. Une fille pour succéder à la famille des Barclay… Certes, il restait le frère de Frederik pour fournir un représentant mâle unique. Oui, cela pouvait être possible. Mais elle n’était même pas de Sang-Pur, cette petite. Cela allait être très complexe à mettre en place.

« Expliquez-moi donc comment vous souhaitez lui faire avaler cela.
- Il suffit d’éduquer correctement cette fille afin qu’elle puisse tenir le rôle de chef de famille face à votre Père. Nous devons la former aux mondanités de ce monde, lui apprendre les croyances qu’elle doit avoir, quel vocabulaire elle devra employer, les connaissances auxquelles elle pourra se lier. Elle doit devenir la plus aristocrate des Barclay. Elle en deviendra l'héritière. »

*

Les premières années de la vie d’Edelweiss ne furent pas très… communes. Comme tous les enfants de sorciers, elle fut élevée dans le monde de ses pairs, et leur vie quotidienne facilitée par une sorcellerie très présente. En effet, pourquoi s’embêter à éplucher une pomme-de-terre récalcitrante lorsqu’un couteau de cuisine bien éduqué pouvait le faire à notre place ? Dés son plus jeune âge, la fillette s’est trouvée un attrait particulier pour la littérature tant moldue que sorcière. Chaque semaine, elle devait rencontrer une perceptrice qui s’occupait de lui enseigner la vie aristocrate qu’elle allait devoir tenir. Elle dut apprendre à jouer plusieurs instruments afin de contenter les attentes du Patriarche. Bref, les huit années les moins amusantes de toute sa vie.

Tout changea à l’arrivée de Sophia. Sophia était la cristallisation du fruit défendu, du péché. Mais c’était aussi une sorcière au Sang-Pur, qui pouvait, malgré son statut de femme, maintenir le rand de la famille Barclay. Dès lors que cette enfant adultère prit place dans la famille, alors qu’elle était âgée de trois ans, tous les regards se tournèrent vers elle. Et Edelweiss dut apprendre à faire avec une tout nouvelle vie, pleine d’une liberté qu’elle n’aurait jamais pu rêver. Pleine de choix, et de décisions qui n’appartenaient plus qu’à elle.

« Théo’, Matt’, attendez-moi ! »

Elle passait dorénavant le plus clair de son temps avec ses frères, préférant délaisser la maison familiale où l’ambiance devenait trop pesante. Il leur arrivait bien souvent à tous les trois de se retrouver dans le Ranch de la famille, à quelques kilomètres de là, pour profiter de la vie d’une manière bien plus naturelle. Il pouvait passer des journées entières sans mettre les pieds dans le manoir, et sans que cela ne dérange personne. Le Patriarche avait déjà tracé leur avenir : le vide. Ils n’étaient rien, au final.

Une nouvelle épreuve s’imposa à Edelweiss lorsque ses deux frères furent admis à Poudlard. Elle se retrouvait seule, et c’était quelque chose qu’elle avait en horreur. Elle cherchait encore et toujours à quitter la maison familiale et passait donc son temps comme elle le pouvait. Au Ranch à monter. Dans les petits boudoirs du manoir à reprendre la pratique des instruments qu’elle avait délaissée durant quelques années. Dans la bibliothèque à lire encore et toujours plus. Ces romans la rendaient mélancolique. Pourquoi ces petites filles pouvaient-elle prétendre à tant de richesses et d’amour alors qu’elle devait vivre avec cette famille si froide ?

Chapitre O3 : Serpentard Sera Ta Maison… Ou Pas.

La réception de la lettre n’avait pas fait de vague avec ses frères. Le Patriarche avait décidé qu’ils iraient à Serpentard, et ils étaient allés à Serpentard. Sûrement leur côté vicieux, rusés et cette tendance à prendre les autres pour… des déchets. Et par "les autres", il fallait entendre une infinité de personnes, parents, grand-parents, oncles, tantes et soeur compris. Notez le singulier de soeur. Sophia était souvent la victime de leurs mauvaises blagues. Edelweiss avait du les vivre aussi, quelques années auparavant. Mais avec l'arrivée de la petite dernière, elle avait su remonter dans leur estime. Et nous voici donc en Juillet, lors d'une paisible matinée. Lorsque le courrier arriva ce matin-là, rien d’inhabituel ne se produit. Edelweiss ouvrit son courrier, eut un large sourire en comprenant qu’elle allait revoir ses frères autrement que pour les vacances, et Le Patriarche annonça qu’elle devait aller à Serpentard. Et, à la fin de l’été, lors de la Cérémonie de Répartition, tout se déroula comme prévu… Ou pas.

« Barclay Edelweiss Florelia. »

La jeune fille s’avança vers le tabouret sous le regard de ses frères, et s’installa. Le Choixpeau prit place sur son crâne, et sa voix commença à s’immiscer dans son esprit. Il lui murmurait alors qu’il était étonné de voir une Kim à Poudlard. Que c’était plutôt intéressant. Qu’elle ne ressemblait pas à ses demi-frères, mais que beaucoup de choses les rapprochait… Elle se demandait à cet instant comment un bout de chiffon pouvait en savoir autant sur ce qui était pourtant peu connu du grand public. Ledit bout de chiffon s’en offusqua, avant de pousser un peu plus loin son analyse. Il parvint à remonter dans les souvenirs d'Eddie qui se surprenait à revivre certains épisodes à chaque fois que le Choixpeau lui en parlait. Puis, sans qu'elle ne s'en rende compte, une voix forte annonça sa maison.

♦ EXEMPLE DE RPG :
1/ Vous êtes dans la bibliothèque en train de faire des recherches pour votre sujet à rendre le lendemain matin. Vous souhaitez tourner la page du livre que vous êtes en train de feuilleter, mais sans le vouloir vous la déchirez. Que faîtes-vous, sachant que Mme Pince, la bibliothécaire se trouve dans les parages ?

L'hiver approchait. C'était indéniable. Il suffisait de voir la multitude de couches de polaires que les élèves commençaient à enfiler sous leur robe de sorcier. Les températures baissaient sans donner l'impression de s'arrêter au 0 symbolique. La neige n'était pas encore tombée, mais on pouvait sentir dans l'excitation générale - notamment visible parmi les premières et secondes années - que ça n'allait pas tarder. Il fallait avouer qu'ils étaient jeunes, et que Poudlard enneigé était quelque chose de vraiment magique. Les premières fois. Pour Edelweiss, Poudlard enneigé se résumait maintenant à une montagne de d'inconvénients. Les cachots, habituellement humides, devenaient de véritables patinoires sur lesquelles elle avait la monstrueuse tendance à se « péter la gueule ». Littéralement. Les cours de Potions étaient un vrai calvaire à cause de ces températures extrêmes. Enfin... Extrêmes... Disons simplement qu'Eddie préférait largement le printemps où le soleil faisait quelques apparitions remarquées.

C'était donc toute emmitouflée de laine et de moumoute qu'Edelweiss s'était rendue jusqu'à la bibliothèque afin de pouvoir terminer le devoir de ce cher Rogue. Une recherche à effectuer sur une plante au nom abracadabrantesque qui revenait souvent dans les Potions qu'ils allaient étudier et devoir préparer par la suite. Elle avait bien tenté de se concentrer et de travailler dans la Salle Commune de sa maison, mais, malheureusement, un match de Quidditch était en préparation, et tout le monde était à cran - et super bruyant. Elle avait donc migré vers le seul endroit qu'elle savait silencieux et paisible - Mme Pince oblige - pour pouvoir espérer compléter et terminer son dossier.

« Abécédaire des Plantes Nécessaires à la Confection de Potions... »

Naviguant dans les rayons avec l'aisance de l'habitude, Edelweiss finit par trouver le livre qu'elle souhaitait. Ce n'était pas la première fois qu'elle l'utilisait et avait, depuis sa première année, bien compris qu'il s'agissait là d'un des plus importants ouvrages pour les devoirs de Rogue. Installée tranquillement à l'une des tables libres, elle tourna rapidement les pages, cherchant à l'aveuglette celle qui contenait toutes les informations nécessaires à une note parfaite. Non pas qu'elle soit spécialement attirée par le haut du classement, mais contrairement aux apparences, elle adorait les Potions. Et avoir de bons résultats dans cette matière était un peu devenu comme un chemin de croix personnel. Surtout lorsque l'on pouvait observer la ténacité que mettait leur enseignant pour leur placer des bâtons dans les roues.

« Génial... Juste génial... »

Un profond soupir s'extirpa de sa bouche lorsqu'elle remarqua qu'elle venait de déchirer l'une des pages alors qu'elle la tournait. Elle qui adorait lire, détestait abîmer ainsi un ouvrage aussi vieux. Elle se mordilla les lèvres, incertaine quant à la conduite à tenir. Plusieurs choix se posaient à elle. Elle pouvait par exemple, faire comme si de rien n'était, et continuer ses recherches. Le risque avait un nom. Madame Pince. Cette vieille chouette était pire qu'un requin à l'affût du sang. Elle pouvait repérer un livre endommagé à des kilomètres à la ronde. Et étant donné que c'était Edelweiss qui détenait actuellement le livre, elle allait subir un passage de savon en règle. La seconde option consistait à avouer son crime. Faute avouée, faute à demi-pardonnée. Parait-il du moins. Mais avec Madame Pince, c'était peut-être à revoir. Une troisième possibilité était la réparation pure et simple de la page via la Magie. Mais le faire là, sous les yeux de tous, et avec le risque de voir débarquer Madame Pince... C'était trop de risque pour rien. La dernière des solutions qu'elle envisageait était la dénonciation. Non pas de sa personne, mais d'une tierce. En dénonçant quelqu'un, un autre élève par exemple, elle pourrait ainsi échapper à la punition probable, et continuer tranquillement ses travaux. Oui. C'était après tout la meilleure solution. La plus prudente et la plus avisée.

« Où est donc cette vieille fille... »

Levant les yeux de sa table, elle se mordilla la lèvre inférieure, cherchant à se calmer pour pouvoir jouer son rôle d'élève outrée à la perfection. Edelweiss se leva, prit avec elle l'ouvrage, et se dirigea vers le bureau de la bibliothécaire. Arrivée devant, elle afficha un air courroucé qu'elle avait depuis de longues années peaufiné et maîtrisé, puis posa sur la table la preuve du délit. Seul un sourcil haussé répondit à son geste. Le flair de Madame Pince était-il devenu trop vieux pour remarquer la déchirure pourtant évidente ?

« Un problème Mademoiselle Barclay ?
- Oui Madame Pince. Ce livre est déchiré. Cette page tout du moins. La dernière fois que je l'ai consulté, aucune marque n'était visible. Je ne savais pas si vous étiez au courant, j'ai donc préféré vous l'amener. Vous savez bien à quel point dégrader ainsi les biens de l'école m'est insupportable.
- N'avez-vous pas l'impression de trop en faire Mademoiselle ?
- J'aurai pu le réparer moi-même. Mais faire de la Magie en dehors des cours est prohibé par le règlement me semble-t-il. »


La bibliothécaire haussa son second sourcil avant de sortir sa baguette. Elle l'agita rapidement, marmonnant un sortilège qui eut pour effet de réparer les dégâts. Puis elle leva les yeux vers l'élève, semblant chercher quelque chose dans son regard. Edelweiss connaissait bien cet air dans ses pupilles. C'était le soupçon. Celui qui était en train de voir son niveau d'implication dans l'affaire. Elle prit donc l'air surpris, feignant une profonde innocence, avant de voir les lèvres de la vieille femme se pincer. Comme quoi, son nom était vraiment représentatif de sa personne.

« Vous pouvez retourner vous asseoir. Je vous remercie d'avoir porté cet élément à ma connaissance. Et ne traînez pas trop, le couvre-feu approche. »

Tout en hochant la tête, Eddie récupéra le livre et fit demi-tour. Un sourire satisfait s'installa sur ses lèvres. Présumée et prouvée innocente sans aucun jugement. Son étude avait encore été la meilleure. Une perte de temps vu qu'elle avait passé cinq minutes avec Madame Pince, mais après tout, elle avait pu esquiver une remontée de bretelles et un discours sur le soin avec lequel devaient être traités les livres. Un bon bilan au final.

-----------------------------

IV. HORS JEU

♦ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? Une recherche Google

♦ ÂGE IRL : 20 ans.

♦ PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Tiffany Hwang

♦ EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ? Nope.

♦ DÉSIREZ-VOUS ÊTRE PARRAINÉ(E) ? :Nope. Normalement, ça devrait le faire.

♦ AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? :Waddiwasi & Magicobus
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia Sam 27 Oct 2012 - 11:22

Bienvenue à toi :)

Avant qu'on discute de ta fiche, je vais te demander de remettre un peu le nez dans le règlement. Tu y es presque, mais il te manque encore un petit quelque chose ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia Mer 14 Nov 2012 - 15:08

Bonjour,

Sans nouvelle depuis 3 semaines, je déplace ta fiche dans les fiches en attente. Préviens-nous si tu reviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia Aujourd'hui à 10:37

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Présentation de BARCLAY Edelweiss, Florelia» Présentation d'Anabella Von Edelweiss» présentation de demi lovato» Modèle de présentation» Ma présentation ! (Phyllali)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-