AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Repas en famille ... [Rabastan] [Midi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Sam 21 Aoû 2010 - 19:41


    Narcissa savait que la vie d'un mangemort recherché n'avait rien de passionnant. Sans l'avoir pratiquer réellement, elle imaginait sans peine qu'il n'était vraiment pas facile d'être un hors-la-loi! Et justement, dans son entourage, ils n'étaient pas rares, évidemment. Narcissa Malefoy faisait tout pour paraître extrêmement nette et sans bavure … Toutefois, il était évident qu'elle trempait encore pleinement dans les affaires du Seigneur des Ténèbres.

    Son fils, son propre fils avait été choisi pour remplir les voeux de leur maître et Narcissa en avait pleuré des jours entiers. Son époux, Lucius, n'avait pu la contraindre à cesser ni même à ne pas tenter une dernière chose: aller voir Severus Rogue. Elle l'avait supplié, accompagnée de Bellatrix. Et désormais, ils étaient liés par le serment inviolable. Severus s'était engagé à aider, sauver et suppléer Drago au besoin.
    Narcissa comptait chacune de ses respirations en espérant que la prochaine ne soit pas l'annonce de la mort de son fils chéri, Drago. Son fils unique, celui pour qui elle donnerait tout, celui pour qui elle sacrifierait tout. Narcissa n'était pas dans le sillage des mangemorts par profonde conviction envers le seigneur des Ténèbres. Ce n'en était pas la première des raisons: c'était avant tout par amour de sa famille que Narcissa suivait avec application les consignes. Mais lorsque celles-ci mettaient en danger son propre fils, elle était prête à tout, même à trahir.

    Toutefois, au fil des années, des amitiés étaient nées et Narcissa ne pouvait nier que certaines personnes étaient devenues important à ses yeux. La froide jeune femme aurait souhaité pouvoir cacher aux yeux du monde cette face de sa personnalité, mais son amour pour Drago crevait les yeux, sous les allures froides voire glacées et son affection pour sa soeur, malgré leurs différences et leur séparation pendant les années que Bellatrix avait passé derrière les Détraqueurs de sa prison.

    Et parmi ces connaissances qui étaient devenues des amis, il y avait Rabastan Lestrange. C'était le beau-frère de la soeur de Narcissa. Donc le frère de Rodolphus. Cela faisait donc longtemps qu'il se connaissait. Mais voilà … Rabastan avait été de longues années, comme Bellatrix, enfermé.

    Et si auparavant, leurs relations avaient été bonnes, la jeune femme avait eu du mal à s'habituer au retour de toutes ces personnes auprès d'elle. Surtout qu'ils étaient en fuite, et qu'elle ne pouvait donc pas s'amuser à les inviter à un repas du dimanche midi, en toute tranquillité. Quand elle voulait les voir, c'était toute une affaire complexe.
    Ce jour-là, c'était Rabastan, qu'elle s'était décidée à faire venir. Leur propriété de campagne était parfaitement protégée et elle avait demandé à son époux de faire passer le message à Rabastan: elle l'attendait pour déjeuner le lendemain midi. Il ne devait pas avoir beaucoup d'occasion de manger correctement aussi mit-elle les petits plats dans les grands. Enfin, son elfe de maison s'occupa de tout cela. Elle vérifia elle-même les mesures de sécurité de la maison. Il ne faudrait pas qu'on puisse découvrir Rabastan chez elle. Lucius ne serait pas là: on tenait à sa présence au ministère.

    Lorsqu'il fut midi, la jeune femme avait revêtu une jupe droite à taille haute d'une couleur verte sombre ainsi qu'un chemisier blanc en dentelle. Elle était très élégante, comme à son habitude, avec sa camée aux couleurs de Salazar au cou et ses perles aux oreilles. Ses escarpins noirs résonnaient sur le sol marbré de la belle demeure alors qu'elle descendait pour attendre son invité. Les systèmes de sécurité laisserait passer Rabastan et lui seul aujourd'hui, si on exceptait évidemment Lucius qui avait accès à la maison de manière évidente. Elle s'était arrangée afin que Rabastan puisse transplaner directement dans le parc, à l'abri des regards indiscrets. Tapotant du pied, elle finit par s'asseoir dans un petit salon attenant, aux lourds fauteuils de velours. Croisant les jambes et ses mains sur celles-ci, elle se tenait bien droite. D'un coup de baguette, elle amena sur la table basse sise à côté du fauteuil, une coupe en cristal remplie d'un vulgaire jus de citrouille. Le luxe n'avait pas d'heure. Elle s'en régala cependant. Attendant son invité, quelque peu inquiète qu'il ne parvienne à venir jusque chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mar 24 Aoû 2010 - 13:47

Aujourd'hui plus qu'un autre jour, il pendrait grand soin de son apparence. Une fois lavé, il avait impeccablement raccourci la petite ligne de barbe qui longeait son menton, et dont, à présent, aucun poil ne dépassait. Il savait se montrer perfectionniste. Ses cheveux qui avaient un peu poussé, touchant ses épaules et ondulant légèrement, il les entrava dans un étroit catogan de cuir noir. Ensuite, toujours en caleçon et chaussettes (d'un vieux gris un peu délavé) il se concentra sur la tenue qu'il allait porter. Cela faisait déjà plusieurs mois qu'il était libre, et très exactement dix jours qu'il avait croisé son ami Thomas Rahl. Donc cela faisait aussi dix jours qu'il avait aussi rencontré Simon, une vieille connaissance qui lui avait permis, grâce à un Impérium bien placé, de récupérer une partie de ses économies à Gringotts. Ni vu ni connu, il avait bien feinté les Gobelins et était encore tout fier. Depuis cette heureuse matinée, Rabastan (une fois parvenu à convertir, auprès des bonnes personnes, une partie de ses Gallions en Livres Sterling) logeait dans un petit hôtel Moldu du côté de Wolverhampton. Il y passait inaperçu, de toute façon l'établissement était localisé dans les bas-fonds de la ville, là où personne ne pose de questions, pour la simple et bonne raison que vous leur donnez l'argent qu'ils réclament pour vous loger, et puis basta. Bien que la chambre soit tout à fait salubre, et même assez bien éclairée, l'hôtel comportait un défaut majeur. La finesse de ses murs. Tendis qu'il ouvrait l'armoire contenant, pèle-mêle, tenues de sorcier et de Moldu, Rabastan put profiter des ébats amoureux des voisins d'à côté. Il soupira avec lourdeur, heureux d'avoir une bonne raison de partir aujourd'hui. Quand ce n'était pas ces bruits grossiers et dignes d'animaux sauvages en rut, il s'agissait de musique, si l'on pouvait appeler ces atrocités Moldues ainsi, de disputes où encore de ronflements assourdissants. Le voisinage changeait assez souvent, apportant à chaque fois de nouvelles nuisances sonores. Rabastan était le premier client à être resté aussi longtemps dans l'établissement, d'après la réceptionniste.

Enfin, il trouva son bonheur : une chemise gris foncé toute neuve, accompagnée d'une cravate noire, d'un pantalon de la même couleur. Par-dessus le tout, il passerait au moment de sortir un manteau lui aussi de couleur sombre, d'un vert léger, se rapprochant du gris. Tendis qu'il bouclait une ceinture de cuir à la boucle argentée, quelqu'un hurla un juron, quelque part dans une pièce voisine. Des bruits de lute résonnèrent. Ces Moldus n'était vraiment que des blattes. Des nuisibles grouillant et tellement nombreux qu'ils étaient obligés de se caser dans des cages à lapin ! Et lui sorcier au sang pur, devait se les coltiner et vivre au quotidien leur misère, en même temps que la sienne ! Une brusque colère le saisit. Il songea à faire péter ce maudit capharnaüm, ils mettraient de toute façon ça sur le compte d'une fuite de gaz. Puis il se calma, inspirant brusquement, desserrant les poings. Non. Il en avait encore besoin, de cette chambre. Ici, il n'avait croisé aucun sorcier. Il pouvait sortir à visage découvert. Il jouissait d'une réelle tranquillité, d'un confort, bien que relatif au niveau sonore. Pour les semaines à venir, il devrait donc mettre ses exigences de côté, calmer ses nerfs. Étrangement, il avait beaucoup augmenté sa consommation de tabac. Mais aujourd'hui, il laisserait ses cigarettes ici. On ne fume pas devant une femme d'une telle importance sans lui manquer de respect. Et Narcissa Malefoy méritait tout le respect de Rabastan. Ils n'étaient parents que par alliance, mais pourtant ils étaient proches, s'entendaient bien. Il l'appréciait beaucoup, la sœur de Bellatrix. Bien plus que cette dernière, qui était bien trop siphonnée à son gout.
Quand Lucius et lui s'étaient rencontrés, et que le sorcier blond lui avait transmis l'invitation de Narcissa, Rabastan avait accepté avec plaisir, attendant à présent avec impatience ce dîner avec les Malefoy, dans leur résidence secondaire.

Il consulta sa montre : il allait être temps de s'y rendre, justement. Au dernier moment, il décida de rendre sa tenue un peu moins stricte. Il retira sa cravate et ouvrit deux boutons du col de sa chemise. Décontracte, mais pas non plus baba cool. Fort loin de là.
Tout en passant son manteau et en jetant quelques sorts de protection sur sa chambre pour prévenir toute effraction, Rabastan se sentit particulièrement fier de lui. Il était certes un prisonnier évadé, mais il savait rester digne. Il ne viendrait pas chez les Malefoy, ou tout autre ami proche, vêtu en crève-la-faim, en posture de faible. Non, cela jamais, il aurait préféré mourir. Il ne mangeait pas aussi souvent qu'il l'aurait pu, préférant économiser son argent, mais il garderait toujours, même s'il avait du dormir dans un carton sous un pont, toute la dignité d'un Lestrange. Sa famille n'était pas vraiment aisée, mais elle n'en restait pas moins une des plus anciennes. Une famille de nobles en déchéance. Bien qu'il regretta de ne pas avoir grandi dans le même luxe que Narcissa, Bellatrix où Lucius, il restait incroyablement et imperturbablement fier de son patronyme.
Une fois son élégant manteau boutonné, il rangea sa baguette dans une poche et mit un chapeau noir. Ensuite, il transplana, comme demandé par Narcissa, en direction du parc de la seconde résidence Malefoy.
Traversant l'espace vert aux plantes entretenues avec soin, il approcha de la vaste propriété. Il se retint de siffler avec admiration. La maison était tout simplement impressionnante. Il ne se souvenait plus de s'il y était déjà venu, mais elle lui plaisait. En plus et surtout, les alentours étaient très calmes, et ce silence était bénéfique, quand on revenait de son sale quartier assourdissant de Wolverhampton.

Après cette brève contemplation, il approcha de l'entrée principale et frappa trois coups nets à la porte. Ensuite, il recula de quelques pas, attendant qu'on lui ouvre, souriant déjà.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Ven 27 Aoû 2010 - 11:04


    Narcissa entendit retentir dans le premier étage de la demeure des Malefoy, trois petits coups nets. A n'en pas douter, c'était Rabastan Lestrange. Il était impossible que ce soit Lucius: il rentrait chez lui sans frapper, ce qui était somme toute assez banal. La protection autour de la maison familiale des Malefoy devait certainement être tout à fait satisfaisante: Narcissa n'était pas une piètre sorcière, elle avait un don certain pour la magie, même si elle avait décidé de ne point l'exploiter afin de se consacrer à sa tâche première qui était d'élever son fils et de s'occuper de son époux. La tradition était éminemment importante pour la jeune femme et elle savait pertinemment qu'il en allait de même pour son mari. Ils formaient donc un couple parfaitement assorti.

    L'elfe de maison de la famille alla ouvrir la porte à l'invité et lui susurra que Maîtresse Narcissa l'attendait dans le petit salon. Celui-là même où la jeune femme avait pris place quelques minutes plus tôt pour y savourer un jus de citrouille. Il était drapé de tenture vert sombre et il y avait sur les meubles de bois sombre des rappels argentés. Cela aurait été une pièce très sombre si elle n'avait été percée de larges ouvertures rectangulaires qui donnaient sur le parc de la demeure. Narcissa s'y tenait assise sur l'un des fauteuils recouvert de velours vert, assortie par sa tenue à la pièce. En entendant la porte s'ouvrir, elle se leva pour aller à la rencontre de son invité.
    Narcissa n'avait pas eu la chance d'avoir souvent le pauvre Rabastan -qu'elle plaignait sincèrement pour la vie qu'il était obligé de mener depuis sa fuite d'Azkaban, l'année précédente- à sa table. Elle tenait donc particulièrement à lui faire plaisir et avait donc décidé, en conséquence, d'un repas particulièrement recherché et savoureux. La plupart des plats avaient été servis lors d'anciens repas de la famille Malefoy et la femme de Lucius était en mesure de savoir les saveurs qu'ils exhalaient. L'elfe de maison avait donc eu des consignes particulièrement précises qu'il irait exécuter après avoir amené à sa maîtresse l'invité.

    Se portant à la hauteur de Rabastan, Narcissa lui tendit sa main. Elle pratiquait encore les traditionnels baise-mains. Elle avouait sans complexe trouvé cela totalement charmant et adorait cette idée de l'ancienne galanterie. Narcissa, encore une fois, montrait qu'elle tenait à la tradition. Elle ne doutait pas que Rabastan se plie lui aussi, à cette manière de se saluer. Tout en l'approchant, ses yeux avaient passé en revue la tenue et la manière de se déplacer de son futur compagnon de table. Il portait une chemise d'un gris souris qui avait un aspect neuf et plutôt avenant. C'était quelque peu sombre mais Narcissa n'était pas étonnée de ce choix. Elle remarqua également la couleur particulière de son manteau, entre le gris et le vert. Il semblait que le sort les ait assorti pour ce repas méridien. Elle eut un léger sourire à l'égard de son invité, pas trop insistant, cependant, ce n'était pas dans la nature de la jeune femme sourire sans cesse. Elle préférait largement les petits sourires légers émaillant une conversation agréable.

    La jeune femme remarquait aisément qu'il avait tenu à montrer de cette manière qu'il ne venait pas chercher l'aumône, malgré sa situation toute particulière. Elle connaissait cette fierté. Si elle n'en possédait pas une si développée, elle pouvait toutefois comprendre celle qui animait le jeune homme qu'elle avait invité chez elle. Elle supposa qu'il avait enlevé son chapeau dans l'entrée de sa demeure. Narcissa prit la parole une seconde après l'arrivée de Rabastan.


    -Bonjour Rabastan ! Comment vous portez-vous ? Certainement laisserez-vous vos affaires à notre elfe de maison ?

    En disant cela, elle claqua des doigts et l'elfe qui allait retourner à sa cuisine s'empara des affaires que voulut bien lui donner Rabastan Lestrange. Avant de renvoyer l'elfe en cuisine d'un regard perçant et assez peu aimable. Peu lui importait ce genre d'individus magiques. Elle sourit ensuite à son invité et lui proposa d'un ton assez aimable quoi que légèrement froid encore. Elle mettrait quelques secondes à se dégeler.

    "-Asseyez-vous, mon ami, je vous prie!"

    Elle s'assit à son tour sur l'un des fauteuils, indiquant celui à sa gauche à Rabastan. Narcissa sortit sa baguette et demanda avec une voix légèrement plus avenante à celui qui était le frère de son propre beau-frère (vous suivez toujours ? ), ce qu'il souhaitait boire. Il y avait un large choix dans le buffet qu'elle ouvrit d'un coup de baguette pour permettre à son invité de choisir. On y trouvait des alcools typiquement british, des jus de fruits, des coktails … Bref, tout ce qui se servait à un apéritif sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Lun 30 Aoû 2010 - 20:05

Son sourire s'estompa quand une créature repoussante lui ouvrit la porte. Comme un crétin, il s'était attendu à ce que ce soit Narcissa qui lui ouvre la porte, mais il semblait avoir oublié que les Malefoy possédaient un elfe de maison, peut-être même plusieurs. La petite créature à la peau semblable à du cuir salua pompeusement le sorcier. Celui-ci n'eut même pas un mouvement de tête. Et il ne le regardait même plus. En bref, il le traitait exactement comme le faisaient les autres sorciers.
« Bienvenue Monsieur Lestrange... Madame vous attend dans le petit salon... laissez-moi vous y conduire... »
Petite voix couinante, et attitude recroquevillée, comme s'il craignait de recevoir un coup de savate. Avec les elfes de maison, il ne fallait pas s'attendre à grand chose en matière d'originalité. L'elfe indiqua au Mangemort un porte-chapeaux dans l'entrée, dissimulé par un battant de la porte. Il y pendit son couvre-chef puis se laissa conduire dans le fameux petit salon. C'était une pièce riche en tentures et boiseries. Le vert y était la couleur dominante, et ce n'était pas pour lui déplaire. Au contraire, car en plus d'être la couleur de leur ancienne maison à Poudlard, elle avait un effet apaisant.
La maitresse de maison se tenait devant un canapé de velours vert, vêtue d'un beau chemisier de dentelle blanc. Elle portait aussi une jupe droite d'un vert sombre, se mariant à la perfection avec ses escarpins noirs. Madame Malefoy était très en beauté. A vrai dire, même après toutes ces années, il trouvait qu'elle n'avait pas changé, et était sûr qu'il l'aurait reconnue s'il l'avait rencontrée au hasard d'une rue. Il était persuadé qu'elle ne pouvait pas en dire autant pour lui, par contre. La prison avait dû rendre d'une façon où d'une autre, différent.
D'un pas léger et élégant, elle approcha de lui, lui tendant une main pâle. Pas dans un geste banal, pour qu'ils se serrent la main, mais de façon plus distinguée, un millier de fois plus distinguée : pour un baisemain. Les bonnes manières, même archaïques, ne se perdaient jamais chez les Sangs-Purs. Même pas après plusieurs années sans avoir eu une seule occasion de se conduire en gentleman. D'un geste délicat, il prit cette main offerte, et se pencha profondément pour à peine l'effleurer du bout du nez : toucher concrètement la main de Narcissa avec ses lèvres aurait été une preuve d'irrespect, il se surprit d'ailleurs beaucoup lorsqu'il s'aperçut qu'il se souvenait de cette règle. Une fois cette salutation traditionnelle faite, Narcissa adressa un sourire poli à Rabastan, qui le lui rendit.


-Bonjour, Narcissa.
-Bonjour Rabastan ! Comment vous portez-vous ? Certainement laisserez-vous vos affaires à notre elfe de maison ?

Sa voix était douce et belle. Elle paraissait honnêtement contente de le voir. Il ne s'agissait donc pas d'une vague visite de courtoisie, mais bien d'une invitation à un repas entre amis. Leurs rapports n'avaient pas changé bien qu'ils n'aient eu aucune nouvelle l'un de l'autre. Narcissa claqua des doigts, appelant ainsi l'elfe de maison pour qu'il récupère le manteau de Rabastan.
Une fois ceci fait, Narcissa considéra un quart de seconde son elfe de maison d'un regard froid. Plus comme s'il avait été un parasite qu'un serviteur. Il ne s'était pas trompé, en général les sorciers ne traitaient pas leurs elfes de maison comme des êtres vivants, et les Malefoy n'échappaient pas à cette règle. Cela ne le gêna pas, au contraire. Il se voyait mal faire semblant de sympathiser avec ces hybrides.


-Je me porte comme un charme, je vous remercie, répondit-il une fois assis. J'espère que vous même allez bien.

D'un ton resté encore un peu froid, la belle femme invita son ami à prendre place dans l'un des fauteuils, ce qu'il fit avec un remerciement très poli. Ensuite, Narcissa invita Rabastan à choisir ce qu'il pourrait souhaiter en apéritif. Elle avait retrouvé, assez vite, une voix agréable, calme. La seule vue de son elfe de maison semblait lui taper sur les nerfs. Peut-être les Malefoy avaient-ils eu un déboire avec un de leurs anciens serviteurs ? Il se souvint de l'un d'entre eux, avec de gros yeux verts. Doxy où un nom du genre ? Non, ce n'était pas cela. Il ne put se le remémorer, mais à quoi bon ? Il n'était pas venu pour discuter de ces idiotes créatures.

-Je prendrais bien un Whisky Pur Feu, je te remercie de le proposer, répondit-il dans un sourire calme.

Il se sentait bien, ici. Et c'était la première fois depuis plusieurs mois qu'il se sentait bien quelque part. La dernière fois, ça avait été quand il avait vécu quelques jours dans la maison de Moldus assez riches, partis en vacances pour la semaine. Cela avait été la plus belle semaine de sa vie, se souvint-il. Mais là, c'était mieux, il se sentait insouciant, ne s'inquiétant pas outre mesure d'être en dehors de sa chambre d'hôtel mitée.


-Ce cher Lucius, comment va-t-il ? Je n'ai que peu d'occasions de le croiser. Et le petit Drago ? Enfin petit... il n'aimerait pas entendre parler de lui de cette manière, il doit être presque majeur, si je ne me trompe pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mer 1 Sep 2010 - 18:34


    Le baise-main de Rabastan fut à la hauteur de ce qu'attendait de lui Narcissa. Malgré toutes ces années, il avait réussi à rester un homme du monde. L'idée que celui qui approchait son visage de sa main délicate ait été un mangemort qui avait torturé ne l'effleurait même pas. C'était tout naturellement qu'elle invitait ce délinquant notoire à manger chez elle. Elle avait pris des précautions, certes, mais ce n'était rien quant aux risques qu'elle courrait. Une certaine forme de courage … Ou une certaine volonté de refuser la vérité. Elle vivait avec un meutrier, servait par son travail d'épouse les voeux du Seigneur des Ténèbres. Et jamais la nuit, elle ne s'était retournée dans son lit en se demandant si elle avait fait les bons choix. Lucius avait toujours réussi à sortir leur famille de toutes les situations délicates. Narcissa avait du de temps à autre intervenir aussi pour éviter des déparages familiaux.

    Cependant, Narcissa s'était retournée dans son lit pour une chose: la vie de son fils, Drago était désormais menacée. Par la volonté même du Seigneur des Ténèbres. Et Narcissa ne pouvait même pas montrer cela. La seule action folle de sa vie avait été d'aller voir Severus Rogue pour éviter que son fils ne soit sacrifié. Une action … Totalement déconseillée. Narcissa savait qu'elle risquait d'aggraver les choses. Mais cependant, le serment inviolable avait réussi à calmer les choses. Drago aurait un protecteur à Poudlard. Elle regrettait de ne pas avoir pu faire mieux. Si elle avait été une catholique, elle aurait pu prier avec ferveur. Mais elle était une sorcier et ne savait donc pas se renfermer dans la religion.

    Rabastan regardait Narcissa avec gentillesse. Du moins, c'est ainsi qu'elle perçut le regard du mangemort sur son corps. Il l'appréciait, bien qu'il ait vécu des années difficiles. Il ne lui en voulait pas, d'avoir vécu une vie dorée pendant qu'il souffrait derrière les murs d'Azkaban ? Peut-être que si … Elle ne parvenait pas à en être certaine. Et elle préféra prendre de ses nouvelles. C'était la meilleure chose à faire car la plus neutre pour le moment. Narcissa devait reprendre ses marques avec Rabastan. Elle le vouvoyait, comme dans le passé et elle avait l'impression que l'un et l'autre méritait le respect avec ces années passées. La jeune femme répondit d'une manière plutôt simple et sans apprêt à la question de Rabastan:


    -Je vais aussi bien que les circonstances me le permettent, comme toujours.

    Un petit sourire, pour détourner les soupçons d'un plausible malaise. Les circonstances, Rabastan ne devait pas les connaître. Elle espérait qu'en tout cas, il n'était pas au courant de sa visite chez Severus. Elle en avait honte, maintenant. Seule sa lâcheté l'avait poussé à aller chez le directeur de Poudlard.

    Pense à autre chose, Narcissa, détends toi … Tout va bien se passer.

    La demande de Rabastan ne l'étonna pas et bientôt, on entendit résonner dans le petit salon le bruit de la bouteille de Whisky Pur-feu cogner contre le léger verre des Malefoy et ensuite, d'un coup de baguette, le verre arriva près de Rabastan, attendant que l'homme s'en saisisse d'un geste sûr. Elle laissa échapper un autre petit sourire avant de reprendre un visage plus fermé. Elle ne se confierait pas tout de suite. Et remercia intérieurement Rabastan de faire les frais de la conversation.

    -Voilà votre Whisky Pur-Feu.

    Parler de la famille était un sujet assez peu sensible, en temps normal. Toutefois, entre Lucius et elle, ce n'était pas un bonheur sans nuage depuis toutes ses années bien qu'elle fasse énormément d'effort pour parvenir à un accord du moins de façade. Narcissa avait sacrifié et sacrifiait encore énormément pour sa vie familiale. C'était le prix à payer, pensait-elle, pour une vie honorable et plutôt heureuse. Cela importait seul.

    -Oh, mon époux va très bien … Merci de vous en inquiéter, Rabastan. Quant à Drago, il grandit si vite que c'en est inquiètant ! Oui, sa majorité sera atteinte cette année! Enfin, quel bonheur de le voir grandir.

    Le masque de cire sur le visage de Narcissa manquait de craquer quand elle parlait de son fils. Mais elle savait qu'elle devait absolument faire attention à ce qu'elle pouvait dire. Et à ce qu'elle pouvait montrer: Rabastan n'était pas stupide et s'aperceverait vite si jamais elle lâchait la moindre petite information compromettante.
    -J'espère que vous n'avez eu aucune difficulté à vous libérer pour ce midi ? J'avoue ne pas vous avoir averti très tôt, Rabastan …

    Elle lâcha un petit sourire. Comme souvent. Mais guère plus. Elle revenait ensuite à une figure plus compasée. Quoi qu'elle ne fut pas moche ainsi, un sourire illuminait instantanément son visage de fraîche quarantenaire. Mais Narcissa ne devait pas sourire, elle l'avait appris toute son enfance: être digne, ma fille, répétait sa mère. C'est ce qu'elle essayait toujours de faire
    .

    -J'ai essayé de préparer un repas qui puisse combler votre palais, je me doute que votre quotidien culinaire ne doit pas être évident …

    Elle amenait la conversation sur les conditions de vie de Rabastan … c'était le moins dangeureux. Ils pourraient tranquillement parler de la vie de Rab' depuis sa sortie d'Azkaban, pour ne pas dire sa fuite. Parfait! Narcissa contrôlait, du moins le pensait-elle, la situation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Ven 10 Sep 2010 - 18:55

[Encore désolé pour le retard !]



Bien qu'elle se montre souriante et aimable, Rabastan remarqua que Narcissa conservait une certaine réserve. Elle semblait éviter de faire trop dans les 'familiarités'. Après tout ce temps, il fallait dire, c'était normal. Maintenant que les minutes passaient, il accusait le choc. * Toutes ces années... * Il réalisait alors que revoir quelqu'un après quinze ans n'était pas aussi simple qu'après quinze jours. Et du coup, il comprenait cette neutralité. Il s'en voulut juste de ne pas l'avoir anticipée, de se sentir un peu surpris d'obtenir une réponse assez passe-partout lorsqu'il lui avait demandé de ses nouvelles. Il répondit au sourire qu'elle lui adressa. Puis un bref silence tomba. Celui-ci ne fut perturbé que par de vagues tintements de verre, tendis que la maîtresse de maison faisait se remplir un verre de Pur Feu, à la demande de son invité.
Il se saisit du récipient en lévitation.


-Merci beaucoup.

Il le posa doucement sur l'accoudoir de son fauteuil, vérifiant d'un coup d'œil qu'il ne menace pas de tomber. Puis il écouta Narcissa parler de son époux, puis de Drago. Tous deux allaient visiblement bien, à merveille même. Mais il crut ressentir un vague malaise. Non, pas de la part de Narcissa, qui était, son statut oblige, un minimum expérimentée pour cacher ses émotions. Comme beaucoup de membres de l'aristocratie, elle était, dans son souvenir, capable de paraître rayonnante malgré les mauvaises périodes. Non, ce malaise venait d'ailleurs. Mais il se décida à l'ignorer, et sourire vaguement quand elle eut fini.

-Oui, ça doit être une immense fierté de voir son fils entrer dans le monde... Je suis sûr qu'il deviendra un grand sorcier.

Il but alors une gorgée du précieux alcool, savourant son arôme, puis fermant les yeux lorsque ce qui faisait qu'on appelait cela Whisky Pur Feu arriva. Sa trachée se mit à brûler violemment, tout comme l'intégralité de sa bouche. Puis son estomac, et bien entendu, le contenu de sa boîte crânienne. S'il avait été seul, il aurait émit un bruit grossier pour manifester sa surprise, mais là il se contenta de sourire, et de soupirer très légèrement. C'était un très bon Pur feu. Il fallait dire qu'il n'était pas chez n'importe qui, et n'aurait donc pas droit à une vulgaire piquette.
-Délicieux... [i]murmura-t-il.
Il entendit alors Narcissa prendre la parole, et reporta son attention sur elle, déposant le verre sur une table basse cette-fois-ci.

« J'espère que vous n'avez eu aucune difficulté à vous libérer pour ce midi ? J'avoue ne pas vous avoir averti très tôt, Rabastan … »

-Ne vous en faites pas, Narcissa, aujourd'hui j'étais libre de disposer à ma guise.


Il but une nouvelle gorgée de whisky. Le même effet fulgurant se produisit, mais Rabastan ne manifesta rien, l'effet de première surprise étant passé. Il observa quelques instants la pièce, ce vert dominant, ces objets riches et anciens... La voix claire de Narcissa l'arracha à cette contemplation. Elle parlait de ce qui attendrait son hôte après cet apéritif. Un repas qui allait visiblement le combler de délices. Il sentit ses glandes salivaires entrer à l'œuvre, rien qu'à l'idée. En plus, il n'avait pas déjeuné.

-Voilà qui me met en appétit, répondit-il dans un sourire. Vous avez raison, ma situation en ce moment n'est pas tous les jours aisée. Cependant, ces dernières semaines se passent convenablement. J'ose espérer que les choses s'arrangeront rapidement, ou au moins continueront d'aller dans ce sens.

Quand les conversations se taisaient, il n'y avait plus un bruit dans la pièce. Pas de cris provenant de voisins irritables au rythme de vie décalé, pas de murs qui tremblent ou de sons d'aspirateur provenant de l'extérieur. C'était merveilleux d'avoir sa propre maison, sans voisins à des kilomètres à la ronde. Cela avait été le cas du Mangemort, avant Azkaban, et à chaque fois qu'il repensait à sa confortable maison, un pincement au cœur lui venait. Il savait bien que, qu'elle soit habitée ou non, il serait inconscient de sa part d'oser ne serait-ce qu'en approcher. Des Aurors devaient sans doute l'attendre dans les alentours, et près de la plupart des endroits qu'il avait fréquenté, ou encore où il avait vécu. C'était d'ailleurs pour cela que Rabastan préférait trouver asile dans des villes comme Wolverhampton, endroits où il n'avait jamais été croisé par des congénères au sang magique, pour la simple et bonne raison qu'avant, il n'y était jamais allé.
Rabastan repensa alors à ce qu'avait dit Narcissa au sujet de Drago. Qu'il grandissait de manière inquiétante. Inquiétante à quel niveau ? Peut-être que le jeune homme avait manifesté l'envie de suivre les traces de son père, et qu'en tant que mère, Narcissa avait craint cela ? Ou peut-être était-ce tout simplement une expression.
Il le saurait bien au cours de la conversation... Sachant qu'ils étaient tous deux en train de refaire connaissance, il préféra attendre encore un peu avant d'amener le sujet. Il essaierait de le faire avec tact, pour ne pas mettre les pieds dans le plat comme un gros malotru...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Dim 12 Sep 2010 - 12:27

    Narcissa et Rabastan étaient confrontés malgré eux à la difficulté de renouer un lien que la vie avait distendu. Ils ne se connaissaient plus aussi bien qu'ils l'auraient souhaité. Narcissa l'avait considéré comme un ami très proche, maintenant, elle ne savait plus vraiment comment appréhender leurs relations. Le silence qui emplit le salon de la famille Malefoy mit Narcissa mal à l'aise, sans qu'elle put rien y faire. Elle savait qu'elle devait garder ses secrets. Même et peut-être surtout avec Rabastan, qui connaissait bien trop de monde. Et qui avait sacrifié énormément plus qu'elle-même pour le Seigneur des Ténèbres.

    Elle-même, n'était pas une magemorte. Elle avait réussi à garder une vie correcte, voire même très riche, auprès de son époux et de leur fils. Même si son mari avait malgré tout souffert dans sa carrière ministérielle un moment, désormais, c'était passé. Mais tout recommençait. Le vent tournait à nouveau, la force des temps sombres revenait. Son invité la remercia et de façon machinale, elle répondit, polie et délicieuse, de façade en tout cas:

    -Je vous en prie, j'espère que vous trouverez bonne cette boisson.
    En parlant de Drago, ses soucis s'étaient renforcés: il était au centre de ses soucis, actuellement, pourtant, elle continuait à plaider qu'il grandissait désormais. Elle souriait, de façon incertaine. Un peu ébranlée par ce qu'elle évoquait à mots couverts, elle détourna le regard quand il lui dit qu'il deviendrait un grand sorcier. Se reprenant bien vite, elle revint à son invité. Elle lui répondit d'une voix légèrement plus stressée et moins mondaine que précédemment, mais toujours très assurée:

    -Un grand sorcier... Oui, je l'espère.

    Elle espérait également qu'il deviendrait un homme et ne resterait pas dans les annales comme un adolescent. Qu'il ne mourrait pas au service de celui qui était maintenant son maître. Elle en souffrait déjà, comme si une partie de son coeur de mère était gelé, tant qu'elle ne le saurait pas hors de danger. Elle esquissa un petit sourire, qu'elle espérait pas trop crispé. Elle ne croisait pas franchement le regard de son invité.

    Elle n'avait pas pris conscience, en invitant Rabastan, qu'elle devrait dissimuler tant d'elle-même. Elle préféra donc parler du jeune homme qui lui faisait face. De sa vie, plutôt que de la sienne. Si il prenait cela comme une preuve d'intérêt, elle aurait tout gagné. Souriante, elle engagea donc la conversation sur ses conditions de vie, sa manière de vivre, ce qu'il aimait manger. Narcissa eut un sourire satisfait, quand elle le vit apprécier réellement ce qu'il buvait. Elle se détendit visiblement et un vrai sourire anima son visage. Hochant la tête, Narcissa acquiesça à sa remarque.

    -Voilà qui tombe fort bien, alors, mon cher ami. Je suis très heureuse de vous avoir à ma table.

    En disant ses quelques mots polis, elle se rendit compte que c'était vrai. Elle rêvait à leur ancienne complicité. Mais avaient-ils évolué l'un et l'autre trop pour se rejoindre comme autrefois ? Elle écouta ce qu'il disait, avec attention. Son ami méritait bien qu'elle s'intéresse à cette vie difficile qui devait être la mienne. Elle-même avait la chance de posséder ce manoir, ou du moins, d'en partager la location avec son époux.

    -Je vous le souhaite, Rabastan … Sincèrement.

    Elle esquissa un vrai sourire, plein de gentillesse. C'était assez rare, elle qu'on disait plutôt habitué au nez des braves gens qu'à les embrasser avec prévenance. Mais Rabastan, c'était différent: elle le connaissait depuis si longtemps, il lui avait apporté tant qu'elle devait faire un effort.

    -Si nous passions à table, mon ami ?

    L'entrée ne tarderait pas à arriver. Elle se leva de son siège, avant de le guider à travers les couloirs du manoir vers une immense salle à manger où se trouvait une table en chêne qui prenait une place conséquente. Elle avait prévu de réduire cette grande table car sinon, ils seraient trop loin. D'un coup de baguette, la table se restreint à une petite table pour deux. Un second coup de baguette et la table se mit tranquillement. Elle le laissa choisir sa place, d'un élégant geste de la main:

    -Prenez place, mon ami, je vous prie.

    Un petit sourire doux se plaqua sur son visage, alors qu'elle prenait la place qu'il restait et appellait d'un claquement de doigt sec son elfe de maison. Sans s'embêter à regarder la bête de plus près, elle lui ordonna d'emmener l'entrée. Cela ne prit que peu de temps. Bien vite, l'elfe fit apparaître dans leurs assiettes deux veloutés aux cèpes, une panière remplie de petits pains bien frais. Narcissa s'empara de sa cuillère pour goûter le potage non sans avoir demandé à son hôte, auparavant, si il aimait cela:

    -C'est un velouté de cèpes, Rabastan … Appréciez-vous ses saveurs ?
    Elle espérait que le fait de déjeuner ensemble, maintenant, empêcherait son ami de poser trop de questions, même si elle se doutait qu'il n'hésiterait pas à lui demander ce qu'il voulait savoir. Tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mar 21 Sep 2010 - 9:56

« Un grand sorcier... Oui je l'espère... »

Les mots, et la manière dont ils avaient été prononcés, laissèrent quelques instants Rabastan pensif. Narcissa semblait avoir, pour quelques secondes en tout cas, perdu cet quelque chose de distingué qui s'entendait habituellement dans sa voix. Elle avait eu un ton plus nerveux, comme une personne nerveuse qui tenterait de paraître évasive. Le Mangemort savait parfaitement qu'il devait faire comme s'il ne remarquait pas la nervosité de la noble mère, mais il en était incapable. Il avait à présent envie de tirer cela au clair... tout en espérant ne pas mettre les pieds dans une sale affaire. Lorsque Narcissa lui répondit, au sujet des conditions peu aisées de sa vie d'évadé, Rabastan profita de cela pour tenter de créer, ou plutôt de renouer, les anciens liens de proximité qu'ils partageaient. Il souhaitait sincèrement qu'ils redeviennent aussi complices qu'avant toutes ces maudites années, tout comme il était réellement intrigué par ce qui concernait Drago, jeune homme qu'il n'avait encore jamais vu autrement qu'en tant que nourrisson au cours d'un repas mondain de l'époque...
Rabastan répondit au franc sourire de Narcissa. Elle venait de lui dire qu'elle souhaitait, elle aussi, que cette situation s'améliore. Ces paroles pourtant simples, semblaient bel et bien venir du fond du cœur. Et cela lui fit beaucoup de bien. Se sentant comme un peu plus à l'aise, le Mangemort expliqua à Narcissa, vaguement par peur de l'ennuyer avec des détails, son mode de vie. Qu'il changeait de ville assez fréquemment, pour ne pas se faire remarquer. Qu'il préconisait les endroits le plus Moldu possible. Il n'avait pas beaucoup de choix, les sorciers le reconnaîtraient immédiatement... Il ne put s'empêcher de préciser qu'il était de plus en plus lassé de ces dits Moldus. Vivre à leur contact ne lui avait pas permis de les apprécier, bien au contraire ! Mais en même temps, venant d'un Mangemort, c'était logique...

Puis un peu plus tard, Narcissa lui proposa de passer à table. Rabastan acquiesça, puis imita son hôte lorsqu'elle se leva du fauteuil. D'un pas élégant, elle mena son invité au travers d'un dédale de longs couloirs aux murs desquels pouvaient être observés quelques tableaux et portraits, très probablement ceux de Malefoys décédés depuis des années. C'était après tout une ancienne famille reconnue dans la communauté magique. Appréciée par certains, méprisée et crainte par d'autres.
Ils entrèrent dans une très vaste salle à manger, aux allures de salle de réception. Au centre de cette pièce plus somptueuse encore que celle où ils avaient bu, était une table pouvant recevoir un nombre tout à fait respectable de couverts. Sous l'effet d'un sort de réduction lancé par Narcissa, l'immense meuble se réduisit jusqu'à devenir assez grande pour accueillir deux couverts. Elle parut tout à coup beaucoup plus conviviale. Narcissa faisait beaucoup d'efforts pour que son invité se sente à son aise, comme avant. Il le sentait, et l'en remerciait. Peut-être que finalement, il serait moins difficile qu'ils l'avaient pensé de redevenir aussi proches qu'avant. Rabastan regarda assiettes et couverts léviter jusqu'au bois de la table, toujours sous la direction de Narcissa... Puis celle-ci l'invita à prendre place, ce qu'il fit en même temps qu'elle, se mettant face à face.

L'elfe de maison refit une brève apparition, recevant les instructions de sa maitresse avant de disparaître dans un pof sonore. Une poignée de secondes plus tard, leurs assiettes creuses se remplirent d'un velouté au parfum subtil. Un parfum des plus alléchants, mêlé à celui de petits pains encore tièdes qui venaient d'apparaître à leur tour. Il huma discrètement l'air, imaginant les délices qui l'attendaient. Ce repas serait le premier vrai depuis très longtemps...
D'un geste vif mais maniéré, il prit la cuiller posée près de sa main, puis goûta au breuvage doux, chaud juste comme il fallait qu'un potage le soit. Le goût était si savoureux, que c'en était étonnant. Pas qu'il s'attendait à manger quelque chose de mauvais, au contraire il savait qu'il était invité chez des gens qui aimaient se régaler à table. Mais c'était juste qu'il en était venu à complètement oublier que même des champignons, aliment pourtant tout bête, pouvaient devenir des mets recherchés. Narcissa lui demanda s'il appréciait. Il reposa sa cuiller après une seconde gorgée puis répondit avec un sourire franc :


-Cela fait très longtemps que je n'avais pas autant apprécié ce que je mangeais. C'est délicieux.

Puis posément, il reprit la cuiller et poursuivit son entrée. Après réflexion, il avait décidé d'attendre encore un peu pour évoquer Drago, ou tout autre sujet qui pourrait travailler Narcissa. Il voulait juste rétablir les bons liens entre eux.
La question qu'il posa sur un ton calme concernait Bella, sa belle-sœur, bien qu'il ne l'ait jamais beaucoup aimé (sans le montrer). Dans son souvenir, les deux sœurs étaient très liées. Donc :


-Je me demandais comment va Bellatrix. Bien que cela ne surprenne, depuis janvier, je ne l'ais pas revue, ni elle ni mon frère d'ailleurs... Avez-vous eu des nouvelles des époux ?


*Si époux est encore le bon terme*
ne put-il s'empêcher de songer, se souvenant de l'obsession qu'avait la Mangemort pour le Seigneur des Ténèbres. Obsession passionnelle que bien sur, elle faisait passer avant son mariage. Mais cela ne concernait pas Rabastan...
Lorsqu'il baissa les yeux en direction de son assiette, il remarqua qu'elle était bientôt vide.



[Des ma prochaine réponse je ferais un peu plus avancer les choses, je me disais juste qu'uil valait mieux que Rab ne saute pas directements ur le sujet qui fache ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mer 22 Sep 2010 - 16:14


    Narcissa ne pouvait nier qu'elle était déconcertée face à ce Rabastan qu'elle ne connaissait pas ou plutôt, plus aussi bien qu'elle l'avait cru. Non pas qu'elle ne veuille plus le soutenir, mais les diverses expériences qu'ils avaient chacun vécu, de leur côté, en l'absence de l'autre, compliquait leurs retrouvailles. Mais elle allait faire des efforts, pour qu'enfin revienne leur complicité ancestrale. En l'invitant à déjeuner, elle avait souhaité alléger ses difficultés quotidiennes, qui était dues à sa ferveur envers le Seigneur des Ténèbres et Narcissa Malefoy admirait Rabastan pour cela.

    Elle-même n'était pas une mangemorte. Et cette manière d'aduler son maître, malgré des conditions de vie difficiles étaient une chose que Narcissa comprenait mais qu'elle n'aurait jamais pu réussir. Evidemment, si elle avait été mariée à Rabastan, elle n'aurait pas eu le choix et aurait du le suivre dans son exil. Peut-être avait-elle eu le nez creux, en épousant Lucius alors … Toujours était-il que malgré sa servilité envers le Seigneur des Ténèbres, Lucius avait réussi à sauver leur peau à tous lors de sa première chute. Narcissa ne se l'avouait pas à elle-même, par peur qu'on ne lise un jour dans son esprit son soulagement. Elle n'aurait jamais pu, jamais voulu, supporter, même par fidélité, les conditions de vie à Azkaban. Elle n'en avait pas la force morale.
    Imaginez donc que Narcissa se languit déjà de son jeune fils qui a une mission à accomplir. Son amour maternel surplombe d'évidence sa ferveur envers les Mangemorts et leur maître. Là encore, elle ne l'avouerait même pas à son propre esprit: cela pouvait être trop risquer. Elle pensait donc exclusivement, ou presque, au bonheur qu'était le retour au pouvoir du Seigneur des Ténèbres. Elle s'était trahie une fois, en allant trouver Severus pour obtenir son aide par rapport à Drago. Il s'était ensuivi une belle pagaille entre elle et son époux. Et Rabastan ne devait pas savoir qu'elle était lâchement allée trouver Severus pour l'implorer. Elle avait agi sur un coup de tête et Bellatrix l'avait suivi, pour lui éviter de faire d'autres idioties. Malgré leur différence et le fanatisme assidu de Bella, Cissy tenait énormément à l'avis de sa soeur aînée. La quarantenaire blonde s'était retrouvée démunie, totalement à côté de la plaque et ayant envie de s'agenouiller devant Lord Voldemort pour implorer sa pitié. Seule sans doute la crainte de son époux et de possibles représailles sur son enfant avait obligé Narcissa Malefoy à ne pas agir ainsi.

    Elle avait invité Rabastan à prendre place à table. Ouvrant la marche, elle l'avait conduit à la salle à manger et avait aménagé au mieux sa table. Son but étant de toute évidence de le mettre à l'aise. Elle se reprochait quelque peu son laisser aller au début de leurs retrouvailles, sa petite voix qui avait tremblé quand elle avait parlé de Drago et elle avait souhaité, Mrs Malefoy, passer à autre chose. Se reprendre était une obligation. Pour cela, Narcissa misait tout sur des situations auxquelles elle était habituée. Un repas savoureux servi dans sa propre salle à manger faisait parti de ces moments où elle savait exactement comment agir. L'habitude, certes, car les Malefoy recevaient très souvent des invités et Narcissa avait une qualité d'hôte reconnu par tous.

    Des mets recherchés mais savoureux, voilà quel avait été son objectif. De toute évidence, l'elfe de maison avait suivi ses consignes à la lettre. Narcissa ne pensa cependant pas un instant à remercier l'animal magique qui n'avait fait que ce qu'elle lui avait ordonné: tout le mérite de ce repas lui revenait donc. Le délicieux liquide coulait lentement dans la gorge de Narcissa qui prenait un plaisir certain à déguster tout cela. Envolés pour un instant, ces doutes sur sa manière d'accueillir Rabastan. Elle sourit donc avec une douceur qui lui était la plupart du temps inconnue et qu'elle réservait en général à ces proches. Son mari savait ainsi qu'elle pouvait être douce, câline, attentive, quand elle s'en donnait les moyens. Quelques années plus tôt, Rabastan avait su également quelle amie pouvait être Narcissa. Elle restait pourtant cette jeune femme sûre d'elle, fière de sa famille, de sa nichée, prête à beaucoup pour sauver sa famille, ce qui ne l'empêchait pas de faire preuve de douceur
    .

    -J'en suis heureuse, mon ami …

    Glissa donc la jeune femme en guise de réponse à son invité. Déposant sa serviette sur ses genoux, elle goûta jusqu'à la lie son potage, appréciant le velouté et le goût des champignons. C'était un plat qu'elle avait toujours apprécié et que la présence de ce vieil ami rendait encore plus délectable. Elle eut un léger sourire. La question qui suivit cette dégustation plut à Narcissa, elle pouvait y répondre sans se poser trop de questions: elle voyait régulièrement sa soeur qu'elle aimait tant et dont elle avait été privée si longtemps.

    -Oui, Bellatrix et moi nous voyons assez souvent. Après toutes ces années, nous avont tant à partager. Ne voyez-vous pas Rodolphus ?

    Narcissa Malefoy avait manqué bien des étapes avec sa soeur. Et elle avait parfois l'impression que la vie s'était arrêtée pour elles deux aux portes d'Azkaban. Elles se retrouvaient avec plaisir quand elle le pouvait et Bellatrix avait une force de caractère admirable: elle était un soutien pour sa jeune soeur devant les quelques épreuves que la vie lui apportait. Notamment pour ce qui était de Drago. Elle n'avait pas parlé de l'époux de Bella, qui était aussi le frère de Rabastan, car elle n'entretenait pas avec lui des rapports étroits et réguliers.

    Comme Rabastan, elle s'était posée des questions sur le mot couple appliqué à Rodolphus et Bella. Elle avait l'impression que sa soeur était toute concentrée sur une unique personne et en oubliait son époux. Ce n'était peut-être qu'une impression et la jeune femme n'aurait pu réellement dire si elle avait raison: il aurait fallu pour cela vivre chaque instant auprès des époux et elle n'en ressentait pas l'avis. Plus tard, peut-être cela arrivera-t-il, mais elle jouissait encore pour le moment de l'intimité avec son époux, dans leur belle demeure. Il n'y avait peut-être plus entre Lucius et Narcissa une passion flamboyante, mais une tendresse les unissait sans conteste.

    Avisant l'assiette maintenant vide de son invité, elle claqua des doigts pour que l'elfe de maison débarasse de façon magique la table, ce qui mit très peu de temps. Elle indiqua en même temps à la créature qu'elle avait à amener assez vite le plat de consistance. Pour la suite du repas, elle avait choisi de faire plus simple: ce serait du rosbeef, accompagnée de pommes de terres sautées, de fins haricots verts et également de flageolets finement cuisinés. Un plat simple et traditionnel, qui, elle l'espérait, pourrait ravir les papilles de son invité. Mais l'elfe de maison ne viendrait les servir que dans quelques minutes, le temps qu'ils digèrent l'entrée. Elle releva la tête vers son invité, remettant dans le même temps une mèche de cheveux qui s'étaient sauvés de sa stricte coiffure et qui la rajeunissait sans conteste avant de s'essuyer calmement les lèvres avant de sourire à Rabastan. Elle ne regrettait pas son invitation.


HJ: pas de soucis ;) ! Je te laisse faire au mieux :D !


Dernière édition par Narcissa Malefoy le Mer 10 Nov 2010 - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Sam 2 Oct 2010 - 19:38

Décidément, cette entrée était un régal. Il la savoura jusqu'à la dernière goute, évitant tout de même de racler le fond de son assiette creuse, montrant ainsi les bonnes manières dont il devait jouer en la compagnie de cette noble amie. Une autre chose le rassurait, aussi. Il avait comme l'impression que peu à peu, avec une certaine lenteur certes, mais sûrement, la fine couche de gêne qui les paralysait commençait à fondre. Narcissa reprenait une attitude douce et amicale, laissant un peu de côté l'hôte conventionnelle, et lui même, qui n'avait pourtant pas le compliment facile, se surprit à la féliciter sur la nourriture, et même un peu plus tôt, sur l'apéritif. Et ce constat lui fit du bien. Car il savait que si Narcissa et lui redevenaient aussi proches qu'avant, il se sentirait mieux. Car avoir des amis, c'est bon pour le moral, surtout lorsqu'on a une vie aux conditions aussi spéciales que celle de Rabastan.
Il écouta la réponse de Narcissa sans rien dire, mais avec attention. Il se surprit même à être étonné de savoir les sœurs si proches. Il trouvait qu'elles avaient peu de choses en commun niveau personnalité. En fait, elles étaient toutes deux nobles, maniérées, sauf que Bellatrix avait perdu la boule, était beaucoup trop impulsive et était très dure, que ce soit avec ses proches ou le commun des mortels. Et Narcissa ne l'était pas. Ou du moins, jamais Rabastan ne l'avait vue avoir l'occasion de l'être... Narcissa évoqua ensuite Rodolphus, demandant à son invité s'ils se voyaient en ce moment. Or il fallait avouer que non, les frères Lestrange, qui à une époque avaient eu de bons rapports bien fraternels, avaient perdu quelque chose. Quelque chose comme la sympathie qu'il y a normalement entre deux personnes avec des liens familiaux aussi direct. Et ce, sans l'ombre d'une raison valable. Alors qu'il repensait à tout cela, Narcissa appela d'un claquement de doigts son elfe de maison, lui demandant de ramener les assiettes vides, puis d'amener bientôt le plat principal... La créature disparut après avoir salué sa propriétaire, montrant toute son allégeance et toute sa soumission. Un peu comme un Mangemort face à son maître en somme... Rabastan ravala sa salive lorsque cette image plutôt négative lui vint. Ce n'était pas la même chose, voyons ! Les Mangemorts n'étaient pas des animaux. Enfin bon.

Alors que la créature venait de disparaître derrière la porte, Rabastan reporta son attention sur Narcissa, qui passait dans un mouvement délicat un recoin de sa serviette sur sa bouche, et se décida à répondre à la question qu'elle venait de lui poser. Et il décida de se montre franc.


-Il y a bien longtemps que les choses ont changé entre mon frère et moi. Nous ne sommes plus en aussi bons termes qu'avant, donc je n'ai que peu de nouvelles de lui.

Disant cela, Rabastan avait employé un ton neutre. Il refusait de dramatiser une chose dont il ne se souciait presque pas. Il eut ensuite un haussement d'épaules, de type « c'est la vie » et but une gorgée d'eau, espérant tout de même que sa déclaration n'ait pas jeté un petit froid. Les conflits entre frères, cela arrivait parfois. Et Narcissa savait que Rabastan avait toujours eu du mal avec les liens familiaux, que ce soit avec ses parents, son frère, etc.

-Je me dis qu'au moment venu, lui et moi aurons une conversation, mais pour être honnête, rien ne presse.

Il eut un sourire, puis baissa la tête vers la table lorsqu'y apparurent leurs assiettes, transportées par la voie magique. Il n'avait même pas vu ou entendu arriver l'elfe de maison, mais savait que ce devait être de son fait... Il attendit que Narcissa commence à manger pour l'imiter, et se régaler. Même les haricots verts, qui pourtant étaient un aliment banal, étaient merveilleusement assaisonnés. Il félicita de nouveau son hôte, grand sourire comblé aux lèvres à l'appui. Décidément, tout cela lui réchauffait le cœur, lui redonnait de la motivation. Il aurait l'esprit plus léger lorsqu'il retournerait 'chez lui', c'était certain...

-Merci pour tout ça, Narcissa. C'est vraiment merveilleux.
*Merde, mais depuis quand je suis aussi gentil?*

Bien entendu, il savait que ces compliments ne pouvaient que faire très plaisir à Narcissa, mais en même temps, sans vraiment savoir pourquoi, il se sentait un peu bête en les disant, bien qu'ils viennent du cœur (et de son estomac ^^). Il lui sourit, puis décida de changer de sujet, mais surtout de commencer à évoquer le sujet qui l'intriguait le plus :

-Je me posais une question, concernant votre fils... Lorsqu'il aura atteint sa majorité, pensez-vous qu'il suivra la voie de son père ? Je serais curieux de le voir évoluer.

Il allait adresser à Narcissa un sourire amical, mais s'en abstint. Une intuition, en lui, lui fit comprendre qu'il venait de commettre une énorme boulette, et il se sentit tout à coup extrêmement gêné.

-Mais je me montre trop indiscret. Veuillez m'excuser, Narcissa...


Dernière édition par Rabastan Lestrange le Jeu 2 Déc 2010 - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mar 5 Oct 2010 - 16:54



    Une bonne chair n'était pas forcément le signe d'une bonne compagnie, Narcissa le savait bien. Il était même d'ailleurs fort rare dans le monde sorcier de pouvoir associer l'un à l'autre. Elle-même, qui avait les moyens de servir une cuisine raffinée, grâce notamment à l'aide d'un elfe de maison très compétent, et également à de l'argent dont elle ne manquait pas. Malheureusement, Narcissa avait remarqué qu'elle peinait à trouver assez d'invités intéressants pour partager cette nourriture exquise et ses repas délicieux . Lorsqu'elle avait enfin pu gouter au plaisir de partager avec Rabastan un tête à tête gustatif, elle n'avait pas craché sur son plaisir.

    Etonnament, elle ne s'était rendue compte que bien plus tard que le jeune homme ne serait pas forcément aussi à l'aise avec elle, qu'ils avaient pu l'être auparavant. Un peu lâche, parfois, Cissy Malefoy évitait de voir des vérités en face. Et celle-ci, particulièrement, elle ne voulait pas avoir à l'affronter. La jeune femme avait espéré que sa quarantaine et les années qui avaient passé sans qu'il puisse se voir, ne puissent pas séparer mentalement et psychologiquement Rabastan et elle-même. Autrement dit, la jeune femme pensait qu'ils pourraient retrouver sans trop de difficulté, une belle complicité. Sourire ou rire, penser à la même chose sans se consulter.

    Même si la jeune femme s'entendait bien, même très bien, avec sa soeur, Bellatrix. Elles avaient vécu nombre de choses difficiles ensemble, et maintenant que Bella était sortie d'Azkaban, même si elle était une femme que Narcissa ne pourrait jamais comprendre, elles étaient amies et soeurs. Mais de totue façon, peut-on un jour comprendre réellement autrui ? On peut sans doute au mieux approcher d'une compréhension de surface … Mais là n'est pas la question. Même si c'était bel et bien ce que Rabastan lui avait demandé.

    Ils avait comme lien, un lien de famille. Elle était la belle-soeur de son frère, il était le beau-frère de sa soeur. Ils s'étaient donc fréquentés à cause et par cela, mais Narcissa avait le souvenir que déjà auparavant, ils s'entendaient bien. Sa douceur, parfois sournoise, devait avoir conquis le jeune homme. Narcissa sourit doucement à cette idée. Doucement, elle se dégelait. Glaciale, un instant plus tôt, elle était passée à une froideur moins gênante et était désormais plus amicale. Néanmoins, elle n'avait aucune idée sur la durée de cette tendresse amicale. A sa réponse, Rabastan en donna une autre. Elle écouta, cessant de manger, la tête légèrement penchée en signe d'intérêt.

    Elle se rendit compte qu'elle n'imaginait pas vraiment la relation que pouvait avoir d'autres frères et soeurs. Elle-même était la cadette de deux soeurs et elle se cramponnait à sa famille, qui était d'une importance capitale. Toutefois, il y avait bel et bien une hierarchie dans ce cramponnage: Drago, son fils chéri et unique passait toujours avant sa soeur. Et malgré l'envie que Bella avait de voir son neveu servir le Seigneur des Ténèbres, Cissy avait tout fait pour le protéger. Parce qu'elle l'aimait d'un amour fou, presque passionnel.


    -Oh, je vois …

    Elle était désolée d'avoir été si indélicate, en posant cette question à Rabastan. Elle sourit avec douceur, effleurant doucement de sa main blanche et délicate, la nappe qui tronait sur la table, avant de gouter au plat que l'elfe de maison avait amené. C'était gouteux, même si ce n'était pas aussi raffiné que cela avait pu l'être, lorsqu'elle faisait de grandes réceptions. Les temps changent et il y avait des cycles qu'on ne pouvait comprendre, mais qui continuait à s'acharner sur vous, peut-être tous les dix ou quinze ans. Lorsqu'elle serait vieille, si elle y arrivait, la vieille femme qu'elle serait devenue repenserait peut-être à tous ces montées et descentes qu'elle avait connu dans sa vie … Toutefois, sentant le ton neutre de son compagnon de repas, Narcissa n'insista pas et son regard clair croisa celui de Rabastan. Les paroles suivantes de Rabastan ne l'étonnèrent pas de lui, elle se souvenait de lui ainsi et elle hocha la tête avec grâce. Elle se réjouit également intérieurement de ne pas connaître cela avec sa soeur. Pour le moment toutefois …

    Les remerciements et les compliments font chaud au coeur de toutes les maîtresses de maison, du moins de toutes celles que je connais ou ai connu, et Narcissa n'échappa pas à la règle. Elle rougit légèrement, un court instant, contente d'avoir satisfaite son ami. Cela ne dura que quelques secondes. Avec les événements des dernières semaines, elle était plus sensible aux émotions qu'à l'habituel et elle finit par répondre, avec un sourire plus large que les précédents:


    -La merveille pour moi est de vous faire plaisir, mon cher Rabastan …

    Reprenant les termes de son compagnon, elle espérait faire une réponse plus élégante qu'un vulgaire « merci » ou « je vous en prie », trop souvent utilisé, dans une conversation. Ils avaient, tout en bavardant, savourer le plat et Narcissa n'était pas loin de l'avoir fini. Elle allait demander à Rabastan si il voulait le dessert, mais elle fut arrêtée dans son idée.

    Blêmir est très révélateur. On peut y voir toute votre inquiètude, votre malaise. Or, Narcissa venait de blêmir. Après la douce rougeur, le contraste était saisissant. Elle était bel et bien gênée. Souhaitant éviter de montrer plus longtemps sa gêne, elle s'empara de son verre et en but quelques gorgées, le plus calmement possible. Doucement, elle respira, tout en essayant d'être naturelle. Drago était le sujet sensible du moment et Rabastan insistait lourdement. Ses mains se posèrent sur la table et ses doigts se crispèrent sur la nappe, tandis qu'elle s'éclaircissait la voix, pour éviter de le surprendre en refusant de répondre:


    -Drago suivra les pas de mon époux, je pense.

    Sa voix semblait sèche, même si elle avait vainement essayé de la rendre neutre. Elle s'en voulait de ne pas plus maîtriser ses émotions, mais ces derniers temps, sa vie s'était précipitée vers une abysse et elle ne savait quand elle toucherait le fond pour ensuite remonter. A moins qu'il n'y ait jamais aucun fond et qu'elle soit condamnée à toujours descendre ? Elle commençait à se le demander. Afin de changer de sujet, elle appela à nouveau l'elfe de maison qui débarassa la table rapidement.

    -Souhaitez vous le dessert maintenant Rabastan ?

    Sa gêne était encore perceptible mais on sentait l'effort qu'elle faisait pour ne pas s'y laisser aller. Elle sourit légèrement. Il lui avait fallu quelques minutes pour reprendre des couleurs normales. Maintenant, si son invité acceptait le dessert, l'elfe l'amènerait. Dans le cas contraire, elle supposait qu'ils discuteraient encore quelques temps. A cette idée, elle sentait sa gorge se nouer, mais tâchait d'arborer un visage serein. Jouer la comédie ne devait pas lui être si difficile …


Dernière édition par Narcissa Malefoy le Mer 10 Nov 2010 - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Dim 17 Oct 2010 - 19:11

« Oh, je vois... »

Narcissa observa quelques secondes le visage de son invité. Il eut l'impression qu'elle était désolée que cela se soit déroulé ainsi entre les deux frères. Mais dans son souvenir, Narcissa avait toujours été très liée avec sa famille, maintenant qu'il y pensait... Contrairement à lui. Mais au final, il se moquait bien de tout cela. Au diable Rodolphus, au diable Bellatrix. Il passait un moment agréable avec une amie retrouvée et refusait que cela soit gâché par des sombres pensées. Le repas était tout simplement délicieux, et les compliments que fit Rabastan à son hôte semblèrent avoir l'effet voulu. L'élégante femme adressa un sourire tellement plus détendu que les autres, que Rabastan se retrouvé propulsé dans le passé, lorsqu'ils passaient de bons moments ensemble. Elle eut aussi une presque imperceptible montée de rouge aux joues, quelque chose de charmant, nota Rabastan. Quelque chose qui prouvait qu'elle ne restait pas de glace lorsqu'on la complimentait, et qui la rendait très belle, plus encore que lorsqu'elle abordait ce visage fier et impassible que tous lui connaissaient.
*Lucius doit être tellement heureux,* songea-t-il en répondant au sourire de Narcissa. Sans aller jusqu'à être amoureux, il l'avait toujours trouvée de toute beauté, comme beaucoup d'hommes. Elle représentait ce que beaucoup de sorciers de noble lignée recherchaient : une beauté distinguée et en rien provocatrice, et une intelligence indéniable... Bien sûr, jamais Rabastan ne se serait permis de draguer Madame Malefoy (cela lui aurait de toute façon valu l'image d'un malotru, et les foudres de Lucius). Il s'était toujours contenté de la complimenter chaleureusement, comme tout ami le ferait en somme, et il lui semblait que jamais il ne s'était montré trop élogieux (ce qui aurait été un peu déplacé).
Puis lorsque de nouveau, Rabastan évoqua l'héritier des Malefoy, il vit Narcissa blêmir. *Il y a donc bien quelque chose qui cloche au sujet de Drago...* songea-t-il, se sentant désolé en voyant cette réaction, proche du cri pour quelqu'un de si calme que Narcissa. Elle avait perdu la légère teinte rose d'il y a quelques instants, et semblait plutôt prête à défaillir. Elle était inquiète, aussi. Enfin c'était l'impression qu'avait le Mangemort en la regardant. Elle prit le temps de répondre; en fait Rabastan pensait même qu'elle ne répondrait pas, ce qui aurait été son droit. Elle prit dans un geste lent son verre, en but quelques gorgées, comme pour s'éclaircir la gorge. Rabastan se sentait de plus en plus idiot, puis elle finit par lui répondre, avec un peu plus de froideur dans la voix :


« Drago suivra les pas de mon époux, je pense. »

Ce changement de ton rendit Rabastan silencieux pour encore quelques secondes. Il la regarda, ne sachant trop que répondre. Le regard qu'il lui adressait n'était pas plein de pitié ou de compassion, il songeait au courage dont elle devait faire preuve pour laisser les choses se dérouler comme cela sans rien pouvoir faire, car oui, voir son fils suivre les pas de son père sous les ordres du Seigneur des Ténèbres pouvait être une fierté, mais aussi le risque de le voir mourir prématurément... Et Narcissa, mère tant protectrice, ne pourrait supporter la seule idée de perdre son fils.
Puis elle proposa de passer au dessert, après que l'elfe de maison eut débarrassé la table. Sa voix avait retrouvé un peu de son calme, un peu de sa sérénité. Il était donc certain que la situation lui était douloureuse. Il décida donc de ne pas insister... Il refusait de la mettre plus mal à l'aise encore, alors qu'elle même s'était montrée très agréable avec lui. Cela aurait été ingrat.


-Volontiers, Narcissa, répondit-il.

Il laissa retomber le silence, puis lorsque l'elfe de maison eut finalement amené le dessert, une fois qu'ils furent de nouveau seuls, sans oreilles indiscrètes, Rabastan ne put retenir ces mots, dits sur un ton un peu gêné :


-Écoutez, je sais que je ne dois pas me mêler de cela, et je suis désolé de vous avoir embarrassée. Mais...

A la dernière seconde, il reteint sa main d'aller se poser -dans un geste amical et rassurant- sur celle de son hôte. Il fit passer ce geste pour autre, en prenant son verre sans en boire le contenu. Il se contenta de faire courir ses doigts sur le cristal d'un geste nerveux et faussement distrait, poursuivant :

-Je voulais juste vous dire que je suis votre ami, enfin cela vous le savez... Mais je veux dire que si vous craignez pour votre fils, je pourrais toujours veiller sur lui, discrètement. Si vous voulez, nous pouvons parler d'autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Dim 24 Oct 2010 - 15:20


    Narcissa était mal à l'aise avec certains sujets de discussion. Cela était visible, malgré tous ses efforts pour que son invité ne s'en rende pas compte. La jeune femme n'avait pas conscience que Rabastan puisse autant en savoir sur elle, rien qu'en la regardant. Elle pensait se maîtriser bien plus que ce ressentait le jeune homme. Souriante, elle avait réussi à se détendre, relâcher cette pression qu'elle maintenait sur elle depuis longtemps.

    Déjà enfant, Narcissa avait toujours appris à se contenir. Enfant parfois solitaire, elle aimait à rester dans sa chambre, sur son lit, à lire de longues heures. La jeune femme appréciait tout particulièrement, adolescente, ce silence. Cette façon de vivre une autre vie par le biais des livres, cela animait les désirs de Narcissa. Aujourd'hui, elle ne marchait plus autant ainsi, s'étant pleinement épanouie, au côté de son époux. Leur relation, sans être idyllique, était solide et Narcissa comptait sur le soutien de son mari. Elle-même, en échange de cette protection, donnait l'image d'une épouse parfaite, comme tant de vieille famille auraient voulu leur bru.

    Elégante, Narcissa savait s'habiller chez les meilleurs couturiers, se chausser chez les meilleurs bottiers et se placer entre les mains des meilleurs coiffeurs afin d'être l'image même de la femme classe et classique. Ses vêtements étaient toujours une merveille de raffinement et elle ne se rappelait plus la dernière fois où elle avait eu à rougir d'une maladresse vestimentaire. La jeune quarantenaire s'était fait les griffes depuis qu'elle avait épousé son riche fiancé.

    Intelligente, Narcissa parvenait sans difficulté à tenir une conversation mondaine. Certes, elle n'avait pas étudié l'astro-physique, mais elle avait un esprit vif qui lui permettait de parler sans gaffes ou maladresses. Sa syntaxe était d'ailleurs parfaitement étudiée et elle prenait garde à son ton. Froid quand elle devait l'être, chaleureux quand la carrière de son époux en dépendait. Un parfait petit caméléon.
    Obéissante aux règles établies bien avant sa naissance, Narcissa avait souvent été docile avec Lucius, même si elle changeait parfois derrière lui certaines choses. Mais quand était né son fils, Narcissa avait su que c'était à lui qu'elle devait une loyauté sans faille. Il était sa chair alors que Lucius n'était que le père de cet enfant. Toutefois, en apparence, son comportement n'en avait été modifié d'aucune façon. Elle était restée la douce épouse, à la verve parfois sèche, mais aux mains fragiles.

    Narcissa pensait que cela comblait les demandes de son époux, mais ils n'avait jamais eu l'occasion d'en discuter. Ce n'était pas un des sujets convenables au cours de leur repas du soir, qu'ils essayaient de partager ensemble. Enfin, qu'ils essayaient … Car désormais, Lucius était incarcéré à Azkaban et la jeune femme se trouvait démunie. Une blessure qui la fragilisait presque autant que l'engagement de son fils auprès du Seigneur des Ténèbres.

    Alors qu'elle disait que son fils suivrait les pas de son mari, elle espérait tant se tromper et que Drago n'aurait pas à connaître la même vie que son époux. Certes, ils avaient vécu des choses mrveilleuses à deux, Narcissa s'était réjouie de l'avénement du seigneur des Ténèbres et de la place de Lucius dans cet avénement. Mais le revers avait été dur. Elle n'était pas loin de perdre mari et fils ensemble. Et alors, que lui resterait-il ? Elle s'était toute centrée sur eux. Sa vie n'avait eu d'autres ambitions que de leur plaire et leur faire plaisir. Où en était-elle maintenant, seule dans cette maison ?

    Le dessert arriva, alors qu'elle faisait des efforts pour garder son calme le plus longtemps possible. Narcissa luttait contre elle-même, sans vraiment savoir comment elle pourrait rester face à Rabastan, stoïque et calme, plus longtemps. La lutte était inégale et bien rude. Elle passait déjà chacune de ses journées dans la crainte de l'annonce de la mort de son fils … Cissy se secoua mentalement. Elle allait devoir aller se dépenser. En d'autres temps, elle aurait peut-être emmené en victime conquise, son époux dans leur chambre pour quelques heures de folie, mais maintenant … Elle n'en avait pas l'occasion. Le seul homme rpésent n'était pas son époux et cette idée tomba à l'eau aussi vite qu'elle était venue. Courir, faire du sport … Narcissa rejetta également cette idée. Il lui restait le seul échappatoire vraiment efficace qu'elle connaissait: un bon livre et un chocolat chaud devant une cheminée.

    La jeune femme ne savait plus vraiment pourquoi elle avait invité Rabastan. Relier une ancienne relation car actuellement sa vie sociale était proche du néant ? Sans doute … Elle n'avait pas pensé, du moins pas consciemment, qu'il pourrait l'aider vis à vis de Drago: elle avait fait appel à Severus Rogue, contre l'avis de tous. Maintenant, elle ne pouvait se permettre de risquer une nouvelle fois d'aller contre le Seigneur des Ténèbres dont Rabastan était un réel partisan, elle le savait. Son maître passerait avant elle. Elle devait donc garder le silence et c'est ce qu'elle fit, parvenant à sourire, de manière légère et à boire une gorgée de liquide, après avoir dit:

    -Oh, non, laissez donc, des inquiètudes futiles de mère inquiète …

    Elle commenca à manger le dessert, cherchant ainsi à changer la conversation, comme le lui avait proposé Rabastan. Elle hocha d'ailleurs la tête à cette proposition. Un petit sourire, plus vrai que le précédent, s'afficha sur son visage. Ils étaient rares les vrais sourires de Narcissa.

    -Oui, je ne vais pas vous tracasser plus longtemps avec mes problèmes familiaux … cela doit vous ennuyer en tout point ! De quoi voudriez vous me parler, mon cher ?

    Elle lâcha un petit rire négligé, sur cette affirmation, avant de s'arranger pour ne pas croiser plus longtemps le regard de son ami. Qu'il était difficile de garder pour soi ce genre de choses, mais Narcissa savait que ce n'était pas que son destin qu'elle jouait, en se taisant, mais aussi ceux de son époux, de son fils et peut-être même de Rabastan. Moins il en savait, mieux il se porterait certainement. Narcissa porterait seule encore aujourd'hui, son fardeau. Et elle le porterait sans aucune larme, aucun sourire triste. Elle recevrait comme elle en avait le devoir, avec amitié, Rabastan. Facile à dire ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Jeu 4 Nov 2010 - 12:01

Rabastan avait préféré parler d'autre chose, sentant que le sujet ne faisait que renfermer Narcissa sur elle-même. Et ce n'était pas préférable, puisqu'ils tentaient de rattraper le temps perdu, d'avoir une discussion amicale, sans malaise. C'est fou ce que le Mangemort pouvait avoir un don pour gâcher les bons moments. C'était dans sa nature, il n'y pouvait rien, et se félicita d'avoir proposé une nouvelle perche. Narcissa s'y accrocha immédiatement, précisant avant qu'elle n'avait que des inquiétudes maternelles, rien de plus. Rabastan hocha la tête, puis, le dessert étant arrivé, ils commencèrent à le manger. Cette fois-ci, Rabastan décida de réellement prendre le temps de le manger, savourant les premières (et délicieuses, comme l'avait été tout le repas) bouchées.
Ce fut alors que Narcissa reprit la parole, au bout de quelques minutes. Elle semblait d'ailleurs un peu plus à l'aise, enfin il était aussi possible qu'elle masque ses émotions pour éviter que le bref malaise causé par Rabastan ne persiste. Elle adressa un sourire à son ami, celui-ci y répondit puis écouta sa question. Elle voulait savoir s'il y avait quelque chose dont il aurait aimé parler... et en effet, il y avait bien un sujet. Il savait que Lucius était à Azkaban (et d'ailleurs, il se sentait réellement désolé pour le noble sorcier, qui avait toujours été correct avec lui), et écoutant Narcissa rire légèrement, il hésita à poser sa question. Après avoir évoqué Drago, il n'allait pas remuer le couteau dans la plaie et parler de ce pauvre Lucius. Non. Mais il avait décidé, malgré tout, de parler d'une chose pesant sur son moral depuis trop longtemps.

Narcissa ne le savait peut-être pas, mais cela faisait plusieurs mois que Rabastan était un Mangemort déshonoré. Et à vrai dire, il craignait de parler de cela à Narcissa. Il avait peur que cela ne fasse que dégrader le début de bonnes relations qu'ils avaient...

-En effet, il y aurait bien quelque chose... commença-t-il.

Il lui fallait juste une minute, le temps d'y réfléchir. Aborderait-il ce point là ou non ? Son esprit était lourd depuis des mois. El fait lors de l'évasion massive, il n'était pas tout de suite retourné auprès du Lord. Il était trop dévasté pour cela. Il était faible, malade comme un chien, bref tout sauf en état, mais surtout, il avait un plan. Il voulait quelques semaines pour se remettre en état et avait eu le plan un peu farfelu d'entrer dans Poudlard, pour tenter d'assassiner Dumbledore. Bien sur, il laissa très vite tomber l'idée. C'était un total suicide. Il abandonna très vite ce plan, qu'il avait mis des mois à préparer. Il s'était adapté à cette brève période de liberté, mais savait bien qu'il n'aurait pas eu la paix éternellement. De plus, il n'avait jamais vraiment désiré quitter les Mangemorts, il avait juste eu envie de revenir avec les honneurs. Au lieu de cela, son retour fut sévèrement puni par un Lord croyant voir revenir en rampent un déserteur. Il lui avait fait subir plusieurs Doloris, bien sentis, puis avait menacé de le donner à manger à Nagini ou à Greyback, il ne savait plus. Mais il ne l'avait au final pas fait. Bien sûr, Rabastan avait supplié et gémi, cela allant de soi. Puis, après cette punition, une autre, bien pire survint. Les autres Mangemorts, certains ayant été ses amis, le traitèrent en pestiféré. Certains s'en prenaient à lui verbalement où physiquement. Et ne lui étaient confiées que des missions de bas étage, voilà pourquoi il avait échappé au Ministère, voilà pourquoi il n'était pas de nouveau à Azkaban.
Il finit par prendre son courage à deux mains.

-Je ne sais pas si vous êtes au courant de ma présente situation, en ce moment. J'ai beaucoup de difficultés à en parler, et en ce moment, vous êtes bien l'une des rares à rester sympathique à mon égard... et je vous en remercie.

Il lui adressa un sourire. C'était cette fois ci un sourire reconnaissant, qui fut plutôt bref. Tout comme son amie, il n'était pas habitué à sourire.

-Je me souviens qu'avant le Ministère... il est arrivé à Lucius de le décevoir. Et... je me demandais, comme vous êtes son épouse, si vous saviez comment il était parvenu à surmonter cela ? Bien sûr, sa situation n'a pas été aussi délicate que l'est la mienne... mais je me demandais s'il parvenait à garder son esprit calme. Parce que... j'avoue avoir du mal.

Il avait un peu honte de se confier de la sorte, mais en même temps, un sentiment de légèreté s'installa. Parfois, il était bon de vider un peu son sac. En attendant que Narcissa ne donne une réponse, il continua à manger son dessert.


[En fait au début de notre rp je n'avais pas encore décidé de la situation de Rab chez les Mangemorts, du coup tu peux décider de si Narcissa était au courant où non ^^]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mer 10 Nov 2010 - 18:37



    Oui, Narcissa avait pris le parti de se replier sur elle-même en cas de discussion désagréable. Le terrain était glissant et la jeune femme l'avait très vite senti. L'expérience lui permettait depuis plusieurs années de sentir là où elle ne devait pas aller. En l'occurrence, le sujet de l'engagement de Drago envers le Seigneur des Ténèbres était trop sensible. Cela engageait non pas uniquement l'épouse de Lucius, mais également sa famille dans son ensemble, déjà bien éprouvée par les récents événements. Son époux était en prison, enfermée dans la haute tour, surveillé par des Détraqueurs qui pouvaient à tout moment s'emparer de son âme … La peur que ressentait Narcissa pour cet homme qui partageait sa vie depuis de longues années était réelle et non feinte. La nuit, il lui arrivait de se réveiller, en sueur, sortant violemment d'un cauchemard qu'elle n'avait pas réussi à contrôler, hurlant à la mort, ou au contraire, recroquevillée sous sa couette, les pieds glacés et les dents claquant, malgré la chaleur relative régnant dans la chambre qu'elle occupait. Elle mettait alors de longues minutes à se rendormir … Des minutes durant lesquelles elle imaginait tous les scénarios possibles, qui allaient de la pure torture sur elle-même et son fils, ou bien les scénarios heureux, le retour de Lucius chez eux, leurs retrouvailles passionnées …Et parfois, une haine glacée s'emparait de son coeur, où elle rêvait de pouvoir tuer tout ceux qui avaient été à la cause de l'échec de Lucius. Cela aurait permis un apaisement de son esprit qu'elle avair bien du mal à trouver depuis plusieurs mois.

    Cela la fragilisait et fragilisait ses défenses, habituellement acérées et solides. Jamais, en temps normal, elle n'aurait laissé échapper son mal-être devant Rabastan, si tout avait été comme prévu. Jamais elle n'aurait du rougir, être mal à l'aise. Même si il était son ami, la jeune femme se devait de garder une distance, nécessaire pour se protéger. Lucius lui-même la voyait assez rarement sans cette carapace de froideur qu'elle aimait à arborer. Depuis l'adolescence, voire l'enfance, on lui avait appris à quel point il était important de cacher ce qu'on pensait. Le but était de ne pas être atteignable. Se placer au-dessus des sentiments humains et des faiblesses de l'humanité. Cela amenait à des réputations de dédain, de hauteur. Mais ce n'était pas la finalité recherchée. Cette réputation avait touché réellement l'adolescente qu'elle avait été. L'adulte n'en avait plus grand chose à faire, habituée à la bonne société se maudissant par derrière et s'embrassant par devant.

    Le dessert avait été à la hauteur du reste du repas et Narcissa s'en félicitait. Malgré les années passées, elle savait qu'un bon repas, dans une élégante demeure ne pouvait que faire plaisir à Rabastan. C'était pour lui qu'elle avait tant soigné sa réception. Et elle se félicitait de le voir manger avec tant de plaisir les mets préparés à son intention. Le cours de la conversation, lui aussi, avait pris une direction qui rassura un moment la maîtresse de maison. C'était elle maintenant qui posait les questions, demandant à son invité quel sujet il souhaitait aborder. Un léger sourire aux lèvres, elle regardait Rabastan, s'attendant à des questions anodines. D'évidence, cependant, rien ne lui serait épargnée. Lorsqu'il dit qu'un sujet lui tenait à coeur, Narcissa était loin de se douter ce que ce serait
    .

    -Oui, très cher ?

    Et badaboum. Narcissa se retrouva devant une autre réalité dure à accepter. Son mari, sa famille, n'était plus bien vue par le maître suprême des mangemorts. Elle-même n'en avait pas fait les frais et Lucius était peut-être même heureux d'être en prison, loin des punitions de Lord Voldemort. Narcissa regarda donc le jeune homme droit dans les yeux. Une lueur douloureuse dans son regard fut vite remplacé par une expression plus neutre. Oui, Lucius avait été en mauvais terme avec lui. Mais Narcissa ne savait pas si elle devait dévoiler les petits secrets de Lucius. Souvent, d'ailleurs, c'était à deux qu'ils avaient assumé cette épreuve. Narcissa essayant de réconforter, d'aider, de détendre, son tendre mari si éprouvé. Cependant, Narcissa était coupée du monde très fermé des mangemorts et n'était donc pas au courant de la situation compliquée, apparemment, de Rabastan.

    -Votre présente situation ?

    Le sourcil levé en signe de perplexité, elle chercha le regard de Rabastan, se demandant ce qui avait bien pu se passer. Si elle avait reçu chez elle un homme qui n'était plus en bon terme avec le Seigneur des Ténèbres, elle pourrait avoir à s'en repentir. A cette pensée, elle frissonna. Toutefois, elle ne recula pas et vaillamment, répondit à son ami. Elle pensait pouvoir faire confiance à Rabastan. Du moins avant, le pouvait-elle.

    -Lucius avait besoin de se confier. Cela peut paraître étrange, mais nous discutions énormément. Evidemment, vous n'avez pas d'épouse pour remplir ce rôle …

    *Ni pour vous accueillir dans un lit chaud et acceuillant …*

    Si Narcissa avait pensé à cette solution, elle ne pouvait pas en parler à Rabastan, cela n'aurait eu pour effet que de le frustrer un peu plus, certainement. La sang-pur but une gorgée avant de reprendre la parole, pesant ces mots, avant de s'exprimer plus en avant sur ce qu'elle pensait de cette histoire, et attendant aussi les explications de Rabastan sur ce qui lui arrivait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Mer 17 Nov 2010 - 14:46

Encore une fois, inconsciemment, Rabastan était parvenu à mettre les pieds dans le plat. Narcissa parvint à cacher un peu plus son malaise, mais il devina qu'évoquant Lucius, il ravivait la douleur de son amie.
Par contre, lorsqu'il parla de ses déboires en tant que Mangemort déshonoré, il remarqua que Narcissa parut ne pas comprendre. Elle haussa un sourcil un instant, comme pour dire « quoi ? » puis tenta de comprendre par un regard de Rabastan. Mais celui-ci ft parfaitement incapable de soutenir le regard de Madame Malefoy plus d'une seconde. Il s'était mis dans cette situation embarrassante lui-même, ne pensant que trop tard aux conséquences : s'il racontait à Narcissa qu'il était traité en paria chez les Mangemorts, serait-elle toujours prête à rester son amie ? Cela n'était pas sur. Ce n'était pas que Narcissa soit une femme méchante, c'était plutôt qu'il était dans ses intérêts de rester dans les bonnes grâces du Lord, pour son bien comme pour celui de sa famille. Rabastan comprendrait si une fois qu'il lui raconterait, elle préfèrerait ne plus le fréquenter. Mais il en serait très malheureux. Voilà pourquoi il hésitait...
Narcissa sembla le remarquer, et commença par répondre à la question qu'il lui avait posé. Lucius, donc, avait eu besoin de se confier, ce que visiblement il avait fait auprès de son épouse. Rabastan constata à quel point ils s'entendaient bien, pour tout se raconter, même des choses aussi douloureuses pour un excellent Mangemort.
Mais comme Narcissa l'avait dit, Rabastan n'avait pas de gentille petite épouse à qui se confesser. Du coup, il devait trouver une autre solution à son problème, se dit-il. Comme par exemple passer ses nerfs sur un malheureux Moldu. Oui, peut-être qu'il ferait cela en rentrant à Wolverhampton... Finalement il se rendait compte à quel point il avait foiré sa vie. Il n'était pas si vieux que cela, certes, mais accusait méchamment le choc. Un nouveau verre de whisky aurait été le bienvenu.
Il hocha la tête à la réponse de son amie.

-Pas d'épouse pour m'écouter et m'épauler. C'est vrai que ça limite mes choix. Lucius a beaucoup de chance, vous êtes une femme bien.

Il resta silencieux une minute. Voyant que Narcissa attendait qu'il lui donne quelques explications, il comprit qu'il n'avait guère de choix. Noyer le poisson aurait été impoli. Il devrait donc y passer, et prendre le risque de perdre l'amitié d'une personne avec laquelle il n'avait jamais eu de conflit, enfin pas à son souvenir. Il poussa un bref soupir, résigné. Puis :

-Eh bien disons qu'après l'évasion massive d'Azkaban, je ne suis pas revenu tout de suite au près du Seigneur des Ténèbres. Il a pensé que j'avais déserté, alors que je n'aurais jamais fait cela. C'était juste que... j'avais besoin de temps pour me reconstruire après ces années passées en prison. Je pensais revenir auprès de lui en étant un sorcier puissant et digne de le servir, mais visiblement il a mal compris mon intention.

Il laissa un bref silence s'installer, respirant plus longuement affin de se calmer, puis poursuivit :

-A présent, je ne me vois confier que des mission de moindre importance, et je pense qu'il faudra encore un certain temps avant qu'Il ne me juge de nouveau digne de sa confiance.

Rabastan avait bien failli ajouter que les autres le traitaient en paria, mais il aurait eu l'air d'un gamin se plaignant, et il n'avait pas besoin d'avoir cette image là, en plus de celle d'un paria... En tout cas, voilà, la chose était dite. Rabastan observa Narcissa quelques secondes, silencieux, puis baissa les yeux de crainte d'y lire du dégoût, de l'antipathie ou tout autre sentiment blessant. Elle pouvait très bien décider qu'il n'était plus fréquentable après une telle nouvelle, comme l'avaient fait d'autres qui juste là avaient été ses amis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Sam 27 Nov 2010 - 19:47



    Non, Cissy n'était pas dans les petits papiers des mangemorts ou du Seigneur des Ténèbres et de ce fait, n'était pas au courant des dernières rumeurs ou des derniers faits. Le fait que Rabastan puisse ne pas être en odeur de sainteté l'étonnait et la faisait craindre un nouveau retournement de situation. Elle savait pertinemment qu'elle devait protéger son fils et son époux, avant ses amis. Si jamais Rabastan avait agi d'une manière totalement opposée à la volonté de leur maître, elle serait obligée de l'envoyer loin d'elle. Sans doute ne le dénoncerait-elle pas, parce que cela n'apporterait rien à sa famille. Mais toutefois, elle ne pouvait imaginer ce qu'il avait bien pu faire pour être dans les mauvaises grâces du Lord, alors même qu'il avait tant sacrifié de sa vie personnelle pour cette cause qu'il croyait juste.

    Si elle avait donné à Rabastan les solutions qu'avaient trouvé Lucius, ce n'était pas non plus le signe qu'elle acceptait la situation nouvelle de son ami sans réagir: elle voulait bel et bien des explications et les plus précises possibles … Parce que Narcissa ne prenait pas de décisions sans les avoir mûrement réfléchies. D'autant plus quand son époux n'était pas avec elle pour la conseiller. La remarque de Rabastan étonna Narcissa. Il devait pourtant savoir que même si elle était « une femme bien » comme il le disait si joliment, elle n'hésiterait pas à lui demander de partir si il lui révélait quoi que ce soit de compromettant. Elle leva son regard vers celui de Rabastan et garda le silence, tout comme lui avant de finir par dire:

    -Ne soyez pas trop confiant, Rabastan, la confiance perd trop d'hommes ces temps-ci …

    Ce n'était pas à proprement dit une menace, plutôt une mise en garde de la part de Narcissa à Rabastan, sur ce qu'elle-même pouvait faire. Elle ne voulait pas le mettre devant le fait accompli, mais lui laissait le bénéfice du doute. Peut-être avait-il exagéré ses propos ?

    Visiblement non, se rendit vite compte l'épouse de Lucius Malefoy. Le Seigneur des Ténèbres pardonnait difficilement à ceux qui mettaient du temps à lui revenir. Narcissa avait pu en être témoin, dans les années précédentes, ou même avant sa première disparition. Ses yeux se fermèrent un instant, comme si elle revivait des moments difficiles et douloureux, avant de se poser à nouveau son regard, plutôt glacé, dans celui de Rabastan. Si elle comprenait les raisons avancées par le trentenaire, il était clair que ce n'était pas à elle de juger si elles étaient véridiques ou non.

    Apparemment, Narcissa souhaitait le laisser aller au fond de ses explications avant de se pronconcer, puisqu'elle ne parla pas durant le temps de silence que laissa, volontairement ou pour rassembler ses esprits, Rabastan. Elle le regardait, fixement, sans avoir encore pris aucune décision.

    Elle fut soulagée, très vite. Même si Rabastan n'avait plus la même confiance … Le Seigneur des Ténèbres ne l'avait pas refoulé. Il faisait toujours parti des fidèles. Un léger soupir de soulagement échappa donc des lèvres de la jeune femme. Elle était tellement contente que ce ne soit pas aussi grave qu'elle l'avait cru.

    -Je suis rassurée, Rabastan … Je crois en vos capacités et j'espère que vous saurez les montrer au plus vite à notre maître.

    Finalement, elle ne perdrait rien à recevoir Rabastan. Si il faisait tout pour se mettre dans les bonnes grâces du Seigneur des Ténèbres, cela ne pourrait être que positif pour eux tous. Toutefois, elle prendrait garde à rester en retrait en public. Son regard chercha celui de Rabastan, une fois de plus, pour lui communiquer ce que les mots ne pouvaient dire: sa crainte passée, ses pensées … La jeune femme était un peu embêtée, toutefois … Si seulement Lucius avait été là, pour partager cette information avec lui, cela aurait été si simple. Comme elle regrettait l'absence de son époux plus le temps passait.



HJ: désolée du temps de retard ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi] Dim 26 Déc 2010 - 17:14

Lorsqu'elle le mit en garde, le Mangemort sentit sa gorge se nouer un peu plus. Il comprit dans les mots de son amie qu'il devait éviter de trop se fier aux gens, qu'ils soient ses amis où non, et ce surtout en ces difficiles moments. Peut-être avait-il mal interprété, il l'ignorait. Mais il savait que cela signifiait qu'ils pouvaient très bien couper les ponts après ses explications, si celles-ci étaient trop angoissantes pour la mère de famille protectrice. Comme déjà dit, Rabastan comprendrait cette mesure.

-Oh, je l'ai découvert, Narcissa, répondit-il. A force de croire que certains me soutiendraient quoi qu'il arrive, j'ai reçu beaucoup de coups bas.

Puis, il expliqua à son amie. Il expliqua tout, angoissé, le cœur battant si fort qu'il crut que cela pourrait s'entendre dans la grande pièce. Comment la noble femme allait-elle réagir ? Comme souvent lorsqu'il redoutait un événement, il se faisait toutes sortes de scénarios, tous plus malheureux les uns que les autres. Dans chacun d'eux, l'homme blasé perdait une amie, qui plus est une excellente amie de plus. Il eut l'impression que les secondes que prit Narcissa pour réfléchir prirent la lenteur de semaines. Puis, après cette intenable inquiétude, vint un soulagement libérateur. Il vit le visage de Madame Malefoy se détendre, et elle lui exprima sa certitude qu'il saurait retrouver la confiance du Seigneur des Ténèbres. Il sourit à son tour, autant pour répondre que pour exprimer le soulagement qu'il ressentait.
Quelques secondes de plus passèrent, au cours desquelles plus personne ne parla. Ils se regardèrent dans les yeux, puis chacun partit dans ses pensées.

-J'espère redevenir très vite le Mangemort que j'étais avant.

*Sinon, je n'ai plus qu'à mourir*
Il termina la bouchée qu'il restait de son dessert, savourant le met, qui semblait même avoir un goût meilleur qu'aux dernières ingestions. C'est fou ce qu'un peu de soulagement peut changer la vie !

Puis, il observa la noble femme assise face à lui. Rabastan savait que Narcissa était malheureuse sans Lucius. Bien qu'elle lui ait dit être rassurée pour lui, il sentait que cette conversation ne faisait que remuer ses mauvaises pensées. Cela risquait de l'enfoncer sans la déprime, et Rabastan s'en voudrait d'être responsable du malheur d'une personne qu'il appréciait... C'était pourquoi à présent, le Mangemort allait devoir trouver un moyen d'aider son amie à penser à autre chose, car c'était après tout de sa faute si elle était de moins bonne humeur. Elle allait finir par regretter d'avoir invité le Lestrange si cela continuait (si ce n'était pas déjà le cas).

Des souvenirs lui revenaient petit à petit, à mesure que le silence pesait. Avant qu'il ne soit à Azkaban, avant son évasion et sa présente situation, Rabastan avait toujours vu le cercle des Mangemorts comme sa famille. Le mot était certes un peu fort, mais c'était son sentiment (alors ne l'en blâmons pas). Il se rappelait de son ami Croupton, à présent décédé, où tout comme. Il avait subi quelques années plus tôt le baiser du Détraqueur. Il n'était plus qu'une coquille vide. La nouvelle avait blessé Rabastan, l'avait poussé à se renfermer plus que jamais. A présent, cela en tête, il savait que chez les Mangemorts, il était plus seul que jamais. Par contre, en dehors du Quartier Général, il avait encore une bonne amie avec qui échanger quelques mots.
Rabastan sourit à Narcissa.

-Enfin... dit-il, soupirant brièvement. A part cela, avez-vous eu des nouvelles de M. Yaxley ? Je ne l'ai pas revu depuis longtemps.

Et a vrai dire, Rabastan se doutait bien que le Mangemort devait, lui aussi, l'éviter un peu. S'il posait la question à Narcissa, c'était parce qu'il se souvenait que l'homme aux traits durs et au caractère fort était en très bon termes avec le couple, et que lui-même l'appréciait. Enfin, encore une fois, dans son souvenir ! Il espérait ne pas avoir encore une fois gaffé, et attendit la réponse de Narcissa.

[Je crois que j'ai fait pire que toi pour le retard . Puis désolé, ma réponse est vraiment naze -_-]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Repas en famille ... [Rabastan] [Midi]

Revenir en haut Aller en bas

Repas en famille ... [Rabastan] [Midi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un repas de famille ~ [ Daniel & Matthew ]» Les repas de famille consistent à se manger entre parents. ¬ Rhys & Benedict» « Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents. » // Raphaëlla» [Port-Real] Repas de famille (pv Sansa)» Un repas de famille ? ft. Ethan Sharp
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1995-Août 1996-