AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Juillet 1996] Dernier voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 1295

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: [Juillet 1996] Dernier voyage Mer 21 Juil 2010 - 15:55

Juillet 1996.
Dernière année. Dernier mois. Dernier cours. Dernier stress. Dernier examen. Derniere semaine. Dernier soir. Dernière nuit. Dernier repas. Dernier jour…

Adieu Poudlard.

Il savait que ce jour arriverait, mais il n’avait jamais su l’imaginer. Quitter Poudlard. Terminer ses études. Et malgré la bonne nouvelle (il n’aurait plus jamais de cours), Damien restait calme. Il avait quitté son dortoir après s’être remémoré des bons moments passés dans cet endroit avec ses camarades. Il avait prit sa valise et la cage dans laquelle Maïween, son chat, dormait et s’était dirigé vers l’extérieur du château. Il était temps de tourner la page ! Il ne lui restait qu’une chose à faire : prendre pour la dernière fois le Poudlard-Express. Ah le Poudlard-Express ! L’étudient Swart l’avait emprunté un certain nombre de fois. Terminer sa scolarité par un voyage à bord du convoi était tout à fait normal, puisque c’était à l’intérieur de celui-ci que sa vie de sorcier avait débuté (puisque auparavant il habitait chez ses parents, deux moldus).

Il prit place dans un compartiment où deux personnes étaient déjà présents. Les places près du hublot étaient déjà prises. A défaut, le jeune homme s'installa sur les places vacantes restantes, après avoir rangé sa valise et la cage contenant Maïween. Le train n’était pas encore parti et il restait encore deux sièges vides dans le compartiment.

Un brin nostalgique, Damien se souvient de son premier voyage à l’intérieur du train.
C'était le 1er septembre 1989.


Flash Back.
Trouver le Poudlard-ExpressLa voie 9¾ ? Oui, oui, c’était bien ce qu’indiquait le ticket de train. Une famille semblait perdue dans l’immense gare de Londres. La mère avait demandé de l’aide, mais n’avait pu être davantage informé ; la voie 9¾ n’existait tout simplement pas ! Agacé, le père proposait de retourner à Poole, leur ville d’origine. Cette école de magie ne devait être qu’un canular, disait-il. Le petit garçon de onze ans, quant à lui continuait de regarder ce ticket de train, essayant de découvrir la réponse à la devinette. Certes, il n’avait pas spécialement envie de prendre le train seul – ce serait la première fois – mais il voyait là un moyen de montrer à quel point il était un grand garçon. Prendre le train seul et vivre loin de ses parents à son âge lui semblaient être quelque chose d’incroyable.

Ce garçon, vous l’aurez deviné, était Damien Enzo Oliver Swart, quelques minutes avant de découvrir dans le monde de la sorcellerie. C'était le 1er septembre 1989 et il était 10h35. La famille Swart avait 25 minutes pour trouver l’emplacement du train s’ils ne voulaient pas louper son départ.

[…]
Damien rentrait pour la première fois dans le Poudlard-Express. Quitter ses parents ne s’était pas avéré difficile. Mme Swart avait versé une larme en voyant son garçon monter dans le train. Son mari était resté de marbre. Se frayant un chemin dans les couloirs, Damien essayait de trouver un wagon qui pourrait l’accueillir, lui, son chat et sa grosse valise. Enfin, il trouva un compartiment à moitié rempli. Il n’avait pu obtenir une place prêt de la fenêtre, mais au côté d’élèves plus âgés. Il avait gardé le silence une grande partie du voyage, écoutant les aventures que ses aînés avaient réalisées les années précédentes. Ce fut aussi, pour Damien, l’occasion d’apprendre quelques éléments du monde magique, bien qu’au départ, il n’y comprenait pas grand-chose. Les moldus, les Gryffondors, le Transplanage et le Quidditch lui étaient étrangers.
Fin Flash Back
Un soupir échappa le jeune homme qu’était devenu Damien Swart. Les années s’étaient enchaînés et ne s'étaient pas ressemblés. Elles avaient toutes connues des évènements spécifiques. Elles avaient été l’occasion de faire des rencontres. Il y avait eu les mauvais moments et ceux de joie. Il était rentré dans cet établissement encore petit garçon et en sortait grandi. Un jeune homme. Il allait à présent rentrer dans vie active. Une vie d’adulte. Même s’il avait hâte de tester cette nouvelle mission, la chose l’inquiétait. Il devait travailler sérieusement à présent s’il voulait vivre. Les repas ne lui seraient plus servis le matin par les elfes de maison. La vie à venir s’avérait ne plus être aussi luxueuse. Un nouveau soupir. Il devait bien l’avouer, Poudlard allait lui manquer.
Le train démarra sa course et Damien sût qu’il s’éloignait de l’école qui l’avait hébergé sept années durant.

Adieu Poudlard…

[Ce topic est ouvert à tout le monde, tant qu'ils sont susceptible d'être dans le Poudlard-Express en juillet 1996.
Damien Swart quitte Poudlard. Définitivement. Il est donc nostalgique et triste, même s’il ne le montre pas. Il risque d’y avoir pas mal de flash-back, mais je serais heureuse de faire un bout de chemin avec vous. Ce topic est limité à 4 personnes.]

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE6ème année
    POUFSOUFFLE
    6ème année
AVATAR : Je ne sais pas
MESSAGES : 10
MessageSujet: Re: [Juillet 1996] Dernier voyage Sam 7 Avr 2018 - 20:22

Il faisait nuit, la lune trônait au milieu du ciel. Un souffle doux se répandait dans l'air. C'était l'été, enfin le froid laissait place à la chaleur. Le temps agréable permettait de profiter de la douceur des nuits. Cérus laissa les fenêtres ouvertes à côté de son lit. Toute la nuit, il contempla le spectacle des nuages qui défilaient sous les étoiles, la tranquillité apparente du parc, les reflets du décor à la surface miroitante du lac noir. Les nuages recouvraient le ciel, ils dissimulaient la lune et les phares de l'espace derrière un épais manteau noir. Il pouvait encore deviner la présence de la planète dans le ciel par sa taille immense. La lueur du soleil se reflétait à sa surface, dardant ses rayons diffractés sur le château, la vaste plaine du parc et la forêt interdite. Tout était calme, il n'y avait pas un bruit. Il ressentait seulement un sentiment de paix intérieure avec de la nostalgie. Il était heureux de l'arrivée de la fin de l'année scolaire. Ses épreuves de B.U.S.E. étaient passées. Il se débrouilla bien. Il avait de l'appréhension sur son avenir. Il s'aérait un peu, il n'arrivait pas du tout à dormir. Il avait beau se retourner dans tous les sens, il ne trouvait pas le repos. Il se leva vers trois heures du matin, ouvrit les fenêtres. Cela lui permettait de respirer, d'apaiser son stress et d'interrompre le cours des images qui défilaient dans sa tête. La lune disparaissait de temps en temps, le vent s'engouffrait à flots dans le dortoir endormi.

Le jour allait bientôt se lever. Il voyait la lueur du soleil émerger des collines. Il passa le reste de la nuit à regarder l'aube poindre à l'horizon par la fenêtre du dortoir. Le paysage s'illuminait à ses yeux ébahis dans un monochrome bleu phosphorescent. Les phares des lueurs dans le feu des constellations s'apaisaient, il arrivait de moins en moins à les voir. Les étoiles se cachaient dans le grand gouffre de l'espace. Il attendait le jour avec impatience, un nouvel espoir s'éveillait. Il espérait au fond de lui que tout resterait comme maintenant. Il espérait retourner en arrière pour changer des événements. Il redoutait de ne plus pouvoir récupérer le temps perdu en espérant une amélioration en vain. Il n'avait pas l'habitude de se sentir mal à ce point. Il ressentait un manque, un vide s'était fait dans son âme qui occultait son jugement. Il s'imaginait disparaître d'un seul coup, dans la brume et l'espace. Il ne se sentait plus dans son corps, des frissons parcouraient son dos. D'un seul coup, une chute apparaissait à ses yeux. Un vieil homme tombait dans le vide, des cris parcouraient l'assemblée des gens qui se trouvaient là. Il avait du mal à saisir le sens de cette réminiscence. Sa mémoire le portait au fil des sensations, les images étaient la vision de ses souvenirs. Il avait du mal à se concentrer sur ce qu'il voyait, les détails se troublaient à sa vue.

Sa valise était prête, aujourd'hui sonnait l'heure du grand départ. Il rentrait chez lui pour les vacances, il n'avait pas beaucoup de projets. Il ne voulait pas faire trop de plans, car il s'imaginait la suite des événements. Il avait peur pour la suite. Il voulait que les choses demeurent toujours pareilles. Il ne voulait pas que ça change. Comment allait devenir l'avenir ? C'était bien la seule chose que le professeur de divination ne pouvait pas savoir. Il avait remarqué que les prophéties ne concernaient que certains individus. Le monde n'était que le réceptacle de ces prophéties, mais l'évolution de la société entière ne pouvait pas être prophétisé. Tous ceux qui avaient essayé de prévoir l'avenir à l'échelle des civilisations mortelles avaient échoué. Un individu peut facilement se révéler, on ne peut pas prévoir les réactions d'un amas d'individus. La guerre, la résistance, les indésirables étaient partout présents. Chacun épiait les autres, on jugeait les livres à leur couverture. L'habit ne fait pas le moine. Il ne pouvait rien savoir de cet avenir mystérieux, il ne pouvait rien savoir de l'année suivante, il ne savait pas s'il allait retourner à Poudlard. Est-ce que l'école allait devoir fermer ses portes ? Que se passerait-il sans Dumbledore ?

Les rayons de la lune perçaient une dernière fois les nuages et quelques étoiles étaient visibles. Le ciel redevenait plus clair, laissant entrevoir l'étendue infinie de l'espace, il ressentait un vertige à l'idée de tomber à l'intérieur. La nature offrait un spectacle merveilleux. Elle restait toujours la même, les étoiles brillaient et la lune veillait sur l'empire de la nuit. Peut-être que c'était grâce à leur lumière qu'on pouvait rêver. La nature était secouée par le sursaut de certains bruits qui déchiraient le silence. Ils ne cessaient jamais, la nuit n'était pas complètement la camarade du silence. Il restait longtemps à profiter de ce moment privilégié entre la nature et lui. Cette communion avait un goût d'éternité. La lune immergée restait derrière les nuages, accompagnée dans son naufrage par le murmure lointain de la vie. Les lueurs de l'aube apparaissaient derrière les collines. Au loin près du lac, sous un arbre magnifique gisait une tombe blanche, c'était la tombe qui symbolisait le plus le sentiment du moment qui courait dans la foule. Il avait du mal à la regarder, il se demandait pourquoi. Ce monument serait le témoignage de la fin, du reste de sa vie ou le symbole d'un espoir. Il y avait beaucoup de questions qui restaient en suspens.

Ce matin Cérus se sauva de bonne heure. Il entendait sur le chemin qui conduisait au train les murmures des conversations. Tout le monde parlait de la mort d'Albus Dumbledore, comment il avait chuté du sommet de la tour d'astronomie, comment les mangemorts avaient pénétré dans l'enceinte du château, comment ils avaient été repoussés en dehors de cette enceinte. Il pensait que la tragédie de la veille laissait augurer des lendemains plutôt sombres. Poudlard était sauf, mais pour combien de temps ? Dans le train, il chercha une cabine libre. Il restait peut-être de la place dans une cabine, déjà occupé par un garçon un peu plus âgé que Cérus et deux autres élèves. Il décida de s'adresser poliment à tous les occupants puis tout particulièrement au garçon seul sur l'autre côté de la banquette de la cabine.

- Bonjour tout le monde, est-ce que je peux m'asseoir ici ? Toutes les autres cabines sont déjà occupées, il se tourna vers le garçon et lui tendit la main. Ravi de te rencontrer, je m'appelle Cérus et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Juillet 1996] Dernier voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Dernier voyage? [intrigue]» Les gens du voyage» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès» Voyage de Bougainville» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Autres lieux-