AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Ven 7 Mai 2010 - 20:11

[Ame sensible, s’abstenir.]



Il faisait froid ce soir là. La jeune fille grelotait dans ses couvertures et dormait d’un sommeil très agité. Son chat avait préféré rester dehors pour la nuit et Lara souffrait de son absence. Elle aimait caressait son chat dans ses moments d’angoisse. Malgré la peur, l’enfant ne se réveillait pas et se sont des cauchemars qui lui rendirent visite, portés par le froid.




** Rêve**

Robe simple et blanche déchirée, cheveux noirs d’encre en bataille. L’ombre couleur de neige se déplaçait tel un fantôme. Pas de bruit, pas de trace de pas. La créature longeait la forêt boisée d’un ‘’pas’’ rassuré et cadencé. Les nuages cachaient par moments la Lune qui cette nuit là s’illuminait d’un rouge claire. Seules quelques chauves-souris en quête de pitance et hululements de hiboux trahissaient le calme inquiétant de la scène.
Soudain la forme humaine bifurqua vers la clairière située dans les bois. Le chemin était parsemé de ronces qui continuaient de déchiqueter la robe et on y découvrait du sang … des pieds ensanglantés prouvaient que c’était une humaine. Pourtant ces douleurs ne semblaient pas dissuader la personne qui ne ralentissait pas l’allure. Arrivé au milieu de la clairière, le visage du personnage se dessinait nettement. C’était bien la jeune Lara, mais avec un teint blafard et complètement décomposé. Un petit désir de meurtre se lisait dans ces yeux, une colère sans nom transformée en un vœu sanglant.
Au centre de cette nouvelle scène, elle attendait, la respiration saccadée. Plus le temps passait, plus une épaisse fumée sortait des bois et l’entourait, comme pour lui indiquer la fin de toute forme de vie autour d’elle. Lentement l’enfant s’agenouilla et baissa la tête en étendant son cou horizontalement au sol … et alors tout se passa très vite. Une lame étincela, rayon blanc tranchant le nuage des ténèbres, la petite sentit une vive douleur puis un grand froid au cou. Sous la Lune, un corps se séparait, une tête roula au sol, une masse s’effondra dans un lac rougeâtre.

** Fin**





Une vive douleur réveilla la jeune Serdaigle en sursaut. Elle était tombée du lit et s’était cogné la tête contre sa table de nuit. Lara se leva aussitôt et observa autour d’elle en retrouvant peu à peu ses esprits. Son cœur battait ardemment et Lara opta pour un petit passage dans la salle de bain pour se mouiller le visage. Quel cauchemar étrange !
Il arrivait souvent que la pauvre petite fasse des cauchemars baigné de sang et de larmes. Non, l’enfant ne cauchemardait pas de détraqueurs ou autre créatures magiques. Lara se voyait toujours dans une situation ou elle devait se tuer, ou elle voyait sa famille, ses proches, périrent sans qu’elle ne puisse les sauver.
Lara descendit dans la salle commune des Serdaigle. Il devait être très tard, personne ne veillait. Sans se soucier des ordres de la Grande Inquisitrice de Poudlard, elle décida de sortir et de trainer dans les couloirs pour profiter de la sécurité du château et se rafraîchir les idées.

Après quelques minutes à errer sans connaître son itinéraire, elle se retrouva dans un endroit malheureusement très familier pour elle : les cachots.
Quelques années auparavant, Lara Ventdunord avait franchit pour la première fois les portes de Poudlard et avait aussitôt été prise dans sa curiosité incontrôlable et avait découvert les cachots. L’ambiance n’était pas plaisante.
Elle marchait lentement et inspectait chaque recoin, affolée à l’idée de croiser quelqu’un. Plus elle marchait plus l’écho de ses pas se répercutaient dans l’espace. Il fallait qu’elle parte, elle ne devait pas s’attarder ici.

Lara se mit alors à forcer l’allure, décidé à terminer sa ballade nocturne au plus vite. Son cœur battait si fort que n’importe qui aurait pût l’entendre. La sueur perlait son front.
A un angle de mur, Lara serra son virage et sursauta, une ombre arrivait face à elle. Terrorisée, l’enfant s’arrêta et fixa l’ombre les yeux écarquillait. Peut être devrait-elle s’agenouiller et tendre son cou horizontalement au sol …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Dim 9 Mai 2010 - 15:37

Elle faisait dans l’illégalité, et alors ? Devait-elle baliser pour autant ? Quoi,les règles ? Mais depuis quand Erin respectait le couvre-feu imposer par Ombrage ? Il y a erreur, non ? Quoiqu’il en soit, le fait de traîner dans les couloirs bien après l’heure ne l’effleurait même pas. De toute façon, elle était préfète, alors elle avait le droit. Elle abusait de ses privilèges vous dites ? Non, elle essaie juste d’en tirer le meilleur profit possible. Légitime. De toute façon, tous s’accordent à dire que tous ceux ayant du pouvoir tendent à en abuser. Erin était loin d’être la seule à abuser de ses pouvoirs. Niveau abus de pouvoir, Ombrage était quand même la plus calée. Il fallait voir ses foutus décrets qui étaient dans le hall, et qu’Erin regardait à présent, dubitative.

La Serdaigle revenait de la Salle Commune. Elle n’était pas allée se coucher, préférant rester calée dans son fauteuil avec ses bouquins de cours et ses parchemins. Elle révisait, comme d’habitude, paniquée à l’idée de rater une épreuve, alors qu’elle pouvait largement les avoir, haut la main même. Erin avait toujours été une élève brillante, mais absolument pas du genre à s’endormir sur ses lauriers. Elle était plus que consciente que ses seules capacités ne suffisaient pas à la tirer de toutes les situations, et qu’il valait mieux entretenir son savoir au jour le jour, après tout, au moment adéquat on n’était jamais à l’abri d’un accident : sujet qui fâche ou trou de mémoire. La mémoire qui flanche, ça, Erin était bien placée pour en parler. Elle n’avait pas une capacité de mémorisation fulgurante, bien que sa mémoire soit plus visuelle qu’auditive. Elle retenait surtout à force de répétition. D’où l’utilité de relire ses notes, voyez vous ? Elle ne le faisait pas par plaisir –sauf certaines matières, il ne fallait pas cracher dans la soupe pour autant- mais plus par nécessité, elle n’était pas masochiste non plus. Elle s’était étirée, le feu dans l’âtre l’engourdissait. Elle ne comprenait pas pourquoi ils s’entêtaient à vouloir allumer les feux dans les salles communes, car dehors il commençait à faire chaud. Les beaux jours arrivaient. Après les examens, ce serait l’été, le soleil, les vacances. Une libération.

La demoiselle souriait en pensant à ses projets pour l’été, alors qu’elle somnolait. Elle n’avait pas le courage de regagner son lit, ni même de remballer tout son matériel. Elle était tellement apathique, gagnée par la fatigue, qu’elle commença à piquer du nez. Ses yeux se fermèrent, et elle comata pendant un moment, le livre toujours sur les genoux. Elle devait s’être endormie pour de bon puisque la jeune Van Hall fut réveillée par un bruit mat. Le livre venait de quitter ses genoux pour venir s’écraser au sol, dans un bruissement de pages froissées. La Serdaigle sursauta légèrement, mais ne paniqua pas. Elle était suffisamment habituée, il n’était pas rare qu’elle s’endorme parmi ses livres et autres fournitures scolaires. Par contre, en l’espace d’un instant, elle se demandait ce qu’elle faisait là, avant de réaliser qu’elle était toujours dans la salle commune. Elle devait s’être endormie pendant un moment, puisque dans la cheminée il n’y avait plus que des braises rougeoyantes, qui dégageaient à peine de chaleur. Elle s’étira à nouveau, étant restée mal positionnée pendant trop longtemps. Elle posa ses pieds nus au sol, et enfila ses sandales. Elle avait envie d’aller faire un tour dehors. Oui, en pleine nuit. Elle aurait même pu pousser le vice jusqu’à aller en griller une, mais fallait pas déconner non plus. Il y avait un temps pour tout.

Elle se leva alors, toute motivée, une fois n’était pas coutume. Le fait qu’elle risquait de se faire prendre et de faire perdre des points à Serdaigle ne l’effleurait même pas. Après tout, elle pouvait fort bien invoquer l’excuse de la ronde,mais malheureusement, dépassé un certain seuil horaire, l’excuse ne fonctionnait plus. Après tout, c’était normal. A quatre heures du matin, plus personne ne traînait dans les couloirs, la ronde devenant alors obsolète. Elle sortit de la salle commune, encore vêtue de son uniforme, son badge de préfète bien mis en évidence sur sa robe, juste au cas où. La brune s’était ainsi retrouvée dans les couloirs, et dans le hall d’entrée, son regard étudiant tous les décrets ombragiens juste histoire de voir si un nouveau n’avait pas été ajouté, cela n’aurait guère été surprenant.

Un bruit attira l’attention, pas loin d’elle. Par pur réflexe, Erin sortit sa baguette magique. Elle ne savait pas qui se promenait par ici, et si tard. Elle devait se préparer au pire. Elle passa en revue les différents sortilèges qu’elle pouvait utiliser sans faire mal à sa cible potentielle. Il y avait bien le maléfice d’entrave, ou encore le sortilège de stupéfixion. Le pétrificus totalus était parfait aussi. Ouais, on verra bien, si ça se trouve, elle n’aurait pas besoin d’y avoir recours. Mais par Merlin, ça l’intriguait. Les bruits étaient bizarres, et ça semblait venir des cachots. Encore ces débiles de Serpentard qui devaient être en train de se livrer à des activités louches. En tout cas, ils n’étaient pas censés se trouver dans les couloirs, hors de leur salle commune. La préfète, par pur souci de conscience, se décida à y aller, baguette brandie devant elle. On ne sait jamais, elle pourrait être confrontée à des grands gaillards ayant tous deux têtes de plus qu’elle, elle devait être à même de se défendre, et ce n’étaient malheureusement pas ses petits poings frêles qui allaient leur faire peur, surtout qu’elle avait une force de mouche. La meilleure défense pour elle était soit la fuite, soit la magie.

Elle s’enfonçait dans l’obscurité dantesque et humide, après avoir allumé l’extrémité de sa baguette d’un simple lumos. Le rai de lumière ainsi créé éclairait la pénombre environnante. La préfète ne s’était jamais aventurée par ici, se considérant de toute façon en territoire ennemi. Et puis, il fallait quand même être dingue pour s’aventurer là dedans en pleine nuit…Ou être un Serpentard. Qui de toute façon, pour regagner leur salle commune, n’avaient pas le choix. Ils étaient bien obligés de passer par là. Des bruits de pas se rapprochaient, et Erin à l’aide d’un informulé éteignit sa baguette, par simple précaution. Si elle pouvait éviter de se faire repérer, ça serait cool. La brune avançait toujours, les bruits de pas se rapprochaient. Elle flippait à l’idée de se retrouver nez à nez avec un Serpentard, ou même un prof. Pire, Ombrage en personne. Quoique le vieux crapaud rose devait avoir rejoint son marécage peuplé de chatons tous aussi immondes les uns que les autres. Parce que quand on passait des soirées entières et consécutives dans le bureau d’Ombrage, on finissait vraiment par avoir une overdose de fanfreluches et de chatons.

Le souffle court, Erin bifurqua à droite, en se demandant si Dédale en personne n’avait pas, par le plus grand des hasards, conçu l’endroit. Les cachots étaient vraiment tordus en plus d’être glauques. Elle frissonna aux éventuelles horreurs qui auraient pu se passer dans le secret des salles vides, ou les complots qui s’y tramaient. Le QG de la brigade inquisitoriale devait se trouver dans le coin, l’armée en question était essentiellement composée de verts et argents. Et puis, Erin bifurqua encore. Et cette fois, devant elle, se tenait une masse informe et bizarre. Erin se retint de hurler, son cœur quant à lui cognait comme un fou. Elle brandit sa baguette, visant du mieux qu’elle pouvait la silhouette, avant de s’écrier :


« -Stupéfix ! »

Un éclair rouge fendit la nuit, avant de ricocher sur la masse sombre, qui tomba au sol. Erin alluma de nouveau sa baguette pour y voir plus clair, et fondit sur l’élève quand elle s’aperçut que ce qu’elle venait de stupéfixier n’était pas un Serpentard, pas plus qu’une créature bizarre et informe. Le rai de lumière éclairait le visage figé de Lara Vendunord, une Serdaigle que la jeune Van Hall connaissait de vue. La préfète murmura le contresort qui permettait d’annuler les effets se son sortilège, se sentant tout à coup très mal. Elle s’empressa alors de demander à Lara, soucieuse de son état.

« -Lara ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Je suis vraiment désolée, je t’ai prise pour quelque chose d’autre. J’ai pas voulu te faire peur. Je ne t’ai pas fait mal au moins ? »

Trop de questions affluaient d'un coup, la panique se lisant aisément dans la voix de la Serdaigle. Mais elle voulait rattraper son erreur, se sentant sur le coup vraiment très bête. A agir ainsi sous le coup de la peur et d’une impulsion motivée par cette dernière, si elle en avait eu la possibilité, Rowena l’aurait sûrement reniée.

[HJ: La fin est un peu...Particulière. Si tu as une quelconque réclamation à ce sujet, je suis toute ouïe x) Je modifierai sans problèmes ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Dim 23 Mai 2010 - 21:54

En effet quelqu’un arrivait face à elle. A ce moment là ce fût une terreur sans nom qui s’empara de la jeune fille. Première réaction, sortir sa baguette. Malheureusement cette dernière était emmêlée dans sa manche. Alors la jeune fille de Serdaigle se mit à reculer, reculer devant quelque chose qui faisait peur, une fuite incontestable. Cela prouvait que la jeune fille n’avait aucun courage, pourtant Lara en avait du courage. Comme pour le montrer, elle s’arrêta et fixa la créature qui s’approcher. Un souvenir lui sauta alors aux yeux.

« Stupéfix ! »

Que c’était-il passé ? Lara ne sentit plus son corps et elle s’effondra au sol sans douleur. Quelqu’un approchait toujours de plus en plus vite. Peut être était ce la fin de tout, l’aventure de Lara dans ce monde était terminé, elle allait rejoindre les cieux, et se transformer en étoile.


**ON**

* Les deux êtres étaient assis dans l’herbe, en face de l’étang. Les chevaux broutait les quelques brins d’herbe qui survivait à l’hiver. Emmitouflés dans des couvertures, Lara était près de son grand père, face au troupeau. Lui n’avait pas froid, il était vêtu simplement et ne grelottait pas, comparé à l’enfant. Mais Lara ne voulait pas rentrer, peut être que ce soir là, son grand père avait une autre histoire à lui raconter.
Le vieil homme leva ses yeux fatigués vers le ciel et contempla la voûte céleste. Son regard était vide, seule une petite lueur brillait au fond de ses pupilles, une lueur de sagesse.


« Tu devrais rentrer jeune fille, il est tard »

Jamais son grand père ne l’appelait par son prénom. Il disait qu’un prénom est une partie intime de la vie d’une personne qu’on ne doit pas utiliser n’importe quand.

« Je veut rester pour vous écouter »

Le vieillard sourit et son visage s’éclaircit quelque peu.

« Mes histoires n’ont rien à apprendre à une nouvelle vie. »

« Alors je prendrais l’histoire comme simple repère. »

Son grand père rit doucement, rien ne pouvait calmer la curiosité de sa petite fille. Mais malheureusement le temps était compté

« Les étoiles reflètent toutes les histoires tu n’as pas besoin de m’écouter »

Lara sentit que le vieillard avait quelque chose à conter sur les étoiles.

« Que sont-elles pour toi ? »

« Deux réponses à ta question. Celle du savant et celle du poète. Selon toi laquelle est la meilleure ? »

« Le savant pour la crédibilité, le poète pour les rêves. »

« Une étoile est une sphère qui brule loin de notre monde, c’est tout ce que je sais que tu pourras raconter dans ton école ! Mais sache que lorsqu’une personne nait, on dit qu’une étoile veille sur elle. Elle s’éteint à la fin de sa vie. »

« Où est ton étoile grand-père ? »

L’enfant ne pouvait pas retenir sa curiosité mais elle comprit aussitôt que la question n’aurait pas dût être posée et elle s’empressa de se lever pour rejoindre son lit douillet. La voix de son grand père l’arrêta dans sa course.

« Lève les yeux, celle qui brille le moins est la mienne. » *

** OFF**


Figée au sol Lara ne pouvait pas réagir à se nouveau souvenir. Chaque jour ses rêves se focalisaient sur son grand père. Des rêves qui se transformaient en cauchemar. L se passait quelque chose et Lara savait que sa place était auprès de sa famille à cet instant précis. Soudain ses articulations remuèrent et ses muscles purent enfin se contracter. Elle était libérée du sort. Affolé elle se redressa et écarquilla les yeux vers son assaillant. Mais ce n’était autre qu’Erin van Hall, préfète de Serdaigle. L’enfant resta sans voix et fixa sa camarade avec des yeux de hiboux. Pourquoi l’avait elle attaqué ?

« -Lara ? Qu’est-ce que tu fais ici ? Je suis vraiment désolée, je t’ai prise pour quelque chose d’autre. J’ai pas voulu te faire peur. Je ne t’ai pas fait mal au moins ? »

Lara se demandait pour ‘’quoi’’ la préfète de Serdaigle l’avait confondu. L’ennui était que Lara avait été traumatisée par l’attaque et ne pouvait même plus parler. Tremblant de tous ses membres et pris une grande respiration et essaya de parler, en vain. La peur avait bloqué la respiration de l’élève de Serdaigle et elle était toute essoufflée.
La jeune fille priait pour ne recevoir aucune punition. Après un long moment de stress, son cœur finit par calmer ses battements et elle réussit à prendre la parole.


« J’arrive pas à dormir … »

Bouh ! L'ecxuse bidon ! Mais devait-elle tout lui dire ? Les cauchemars qui la hantaient ? Non, Lara ne pouvait rien dire. Elle n’avait jamais adressée la parole à une préfète et donc ne savait pas comment s’y prendre.

« Pardon… »

Des excuses pourquoi ? Pour être en ce moment même perdue dans les cachots le soir alors qu’elle risque le renvoi pour ce comportement jugé inacceptable par la Grande Inquisitrice ? Non, Lara ne s’excusait pas pour ça, Lara s’excusait toujours pour rien lorsqu’elle était face à quelqu’un qui pouvait la punir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Jeu 1 Juil 2010 - 14:29

Erin avait attaqué un élève! Elle lui avait jeté un sort, et elle était tombée! Par Merlin, pourquoi fallait-il qu’elle soit aussi impulsive? Aussi sensible à la peur? Si elle continuait à être aussi craintive, elle allait constituer une cible de choix pour ses ennemis, qui pourraient alors l’attaquer, profitant de la porte ouverte. Seulement, la jeune Van Hall n’était pas en situation de légitime défense, elle avait lancé le sort sans réfléchir, sous le coup d’une impulsion. Elle s’était sentie agressée, elle avait répliqué. Si l’épisode était des plus particulier, cela avait eu au moins le mérite de rassurer la jeune Serdaigle: elle conservait et son sang-froid, et ses réflexes, malgré l’absence de pratique en cours de défense contre les forces du mal, qui, qu’on se le dise, n’en était pas un, réellement en soi. Qu’importe. Erin se sentait mi fière, mi désolée. Une innocente avait subi sa bêtise, c’était ce qu’on pouvait appeler une faute professionnelle. C’est pourquoi elle s’était empressée de la ranimer, et de s’excuser. Elle n’avait vraiment pas à attaquer sa camarade, qui à présent devait bien la prendre pour une folle. Erin se mordilla la lèvre inférieure, et haussa les épaules avec fatalité. Après tout, elle l’avait bien mérité. A présent, il s’agissait de faire son boulot de préfète, et d’interroger sa camarade de maison afin de savoir ce qu’elle fichait dans les couloirs. Elle fronça les sourcils, perplexe. Lara Ventdunord. Ce n’était pas le genre d’élève dont on entendait parler en mal, elle était même plutôt timide et discrète, ne cherchant pas spécialement à faire de vagues. A sa connaissance, elle n’avait jamais eu à reprocher à Lara un quelconque écart du règlement intérieur, ni à la punir pour quoi que ce soit. Quelle mouche l’avait donc piquée, pour qu’elle vadrouille bien après le couvre-feu dans les couloirs?

« J’arrive pas à dormir … »

Et alors? Avait envie de répliquer la jeune préfète. Était-ce une raison pour se retrouver hors de la salle commune à des heures indues? Pour se retrouver dans les cachots qui de plus est, qui n’étaient pas franchement proches de la salle commune de Serdaigle en plus de ça. Lara avait de la chance d’être tombée sur Erin, même si cette dernière l’a accueillie avec un stupéfix. Parce que si ça avait été Ombrage ou Rusard, Ventdunord aurait sûrement eu moins de chance. Si l’excuse était valable aux yeux d’Erin, elle aurait sûrement été insuffisante pour les deux vautours, avides de tourmenter les élèves, même les plus jeunes et surtout les plus jeunes histoire de les traumatiser un maximum. Erin s’était montrée compréhensive. Il lui arrivait fréquemment de vadrouiller le soir dans les couloirs en attente de trouver un sommeil qui tardait à venir. Elle n’allait donc pas lui reprocher ce qu’elle-même faisait déjà avant d’être préfète, ce serait vraiment cracher dans la soupe. Elle n’allait d’autant pas réprimander Lara que cette dernière était passablement terrorisée, encore sous le choc de l’attaque. Et pour lui avoir causé autant d’émotions, Erin était désolée, tout simplement. Elle ne savait même pas ce qui lui était passé par la tête pour l’attaquer de la sorte. Elle avait eu un comportement déplacé, dangereux, et c’était à elle de s’excuser. Elle s’était répandue en excuses mais cela n’était pas suffisant à ses yeux. Cela ne justifiait en rien sa réaction, disproportionnée par rapport à la situation. Elle aurait dû le savoir pourtant, il n’y avait rien de dangereux à Poudlard! Et si elle avait jeté un sort à un professeur, hein? Elle aurait risqué gros, très gros même!

« Pardon… »

Pardon pour? Pour s’être retrouvée sur sa route au mauvais moment? Pour avoir reçu un sort qui n’aurait pas dû être lancé? Erin fronça encore plus les sourcils, l’air embarrassé. Ce n’était pas à Lara de s’excuser, mais elle! Seulement, la Serdaigle ne savait pas comment faire pour la rassurer sur son sort. Avec elle, Ventdunord ne risquait plus rien. Elle cautionnait presque sa vadrouille, prête à passer l’éponge. Elle ne voulait pas davantage tourmenter la pauvre enfant qui avait déjà pris cher! Mais Lara devait comprendre que c’était tout de même risquer, elle aurait vraiment pu tomber sur des personnes moins clémentes, encore plus susceptibles de la punir, et pire encore. En outre, elle aurait pu se faire attaquer par un Serpentard, les cachots étant leur repaire. Elle se frotta furieusement les tempes, comme à chaque fois lorsqu’elle était en pleine réflexion. En tant que préfète, elle devait lui faire la morale, même si elle en était désolée à l’avance. Le règlement c’est le règlement. Il fallait qu’elle soit prudente pour éviter que ce genre de situation ne se reproduise. La Serdaigle regarda sa cadette très sérieusement, avant de lui dire, le plus simplement du monde:

« -Tu n’as pas à t’excuser, c’est moi qui ai eu un comportement déplacé. Je ne te punirai pas cette fois-ci. Cependant, tu sais que tu as dépassé le couvre-feu, non? Imagine que ce ne soit pas moi, mais par exemple McAyr de Serpentard? Tu crois qu’il t’aurait laissée filer sans punition lui? Non, je pense qu’il aurait été avertir Ombrage, et à mon avis, c’était le pire qu’il puisse t’arriver, en dehors du fait de te faire attaquer par une folle en pleine nuit dans les cachots. »

La préfète n’avait pu s’empêcher de faire un peu de dérision, après tout, mieux valait en rire qu’en pleurer, non? Puisqu’elle venait de parler de la Brigade Inquisitoriale, Erin allongea le cou, pour savoir si par hasard l’un d’entre eux ne se promenait pas dans les couloirs. Ce serait vraiment le comble de la malchance. Non seulement Lara se ferait réprimander. Mais Ombrage se ferait une joie de la punir, après avoir été ramenée par un élève qui leur aurait enlevé des points à toutes les deux. Erin aurait eu beau s’insurger sur le fait qu’elle était préfète, rien n’y aurait fait. Et franchement, ça craignait vraiment comme situation. Fort heureusement, ni Ombrage, ni sa maudite Brigade Inquisitoriale n’étaient dans les parages, et la préfète ne se retrouverait pas en retenue pour promenade illicite dans les couloirs, l’heure de la ronde ayant franchement été dépassée. Soit. L’adolescente venait de marquer une longue pause, le temps de rassembler ses pensées et de reprendre ses esprits. Elle regardait toujours Lara, de ce même œil placide et neutre. Professionnelle, en somme.

« -J’espère que tu comprends ce que tu aurais encouru si tu étais tombée sur Ombrage ou même Rusard, bien que je sois certaine qu’ils dorment à l’heure qu’il est. Seulement, je ne veux plus que ça se reproduise à l’avenir, Lara. Cette fois-ci je ne te punirai pas, ce serait injuste, le sort t’a bien assez punie comme ça même si entre nous, je ne l’ai pas fait exprès. Mais la prochaine fois je ne serai pas aussi clémente. Je ne voudrais pas faire de favoritisme, tu vois? »

Il fallait se mettre à sa place, tout de même. Si elle punissait un autre élève pour cette raison, il serait totalement injuste de ne pas punir Lara. Etre à Serdaigle, dans la même maison que la préfète ne signifiait pas pour autant bénéficier de passe-droit. Si certains étaient adeptes de cette pratique, tant mieux pour eux, mais Erin ne cautionnait pas ça, elle était après tout juste, droite et intègre. Ce n’était pas pour faire une injustice au premier venu, même si c’était pour sauver un élève de sa maison. Aujourd’hui, elle n’avait tout simplement pas envie d’envoyer de nouvelles victimes au Crapaud, qui de toute manière prendrait certainement mal le fait qu’on vienne la réveiller aussi tard. Surtout pour un élève.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Dim 8 Aoû 2010 - 16:11

Plus de peur que de mal, et heureusement. Cela dit, la petite n’arrivait pas à se remettre les idées en ordre et ne se souvenait plus de ce que ses bredouillements voulaient signifier. Peu importe, la voilà dans de sales draps ! Encore un peu sonnée, elle restait patraque, comme une poupée sans caractère, vide, égarée, dépassée. Dépassée par la situation, car, il faut bien le stipuler, ce n’était pas la première fois que Lara se baladait seule dans le château, qui plus est pour trouver le sommeil. En effet, surtout en cette période où les examens approchaient, la petite Serdaigle était plus que nerveuse. Bien que ses résultats ne l’importaient guère.
Pendant quelques instants, son esprit s’égara en ricochant sur les lourds murs de pierre. Elle imagina son lit qui l’attendait toujours, son chat qui chassait les papillons de nuit et ses révisions qui, enfermées dans les livres, ne demandaient qu’à être lu, un minimum.


« Je ne te punirais pas cette fois-ci »

Pas de punition voulait dire pas de problèmes. Entre autre, la conscience pouvait se tranquilliser. Mais biens sur que Lara savait que le couvre-feu était passé ! L’ennui, c’est que c’est à ce moment précis que l’enfant s’inquiète. Il se passait des choses. Des évènements positifs et négatifs. Elle ne pouvait donc pas trouver le sommeil dans ses conditions.
On pouvait imaginer Mlle Ventdunord comme une totale parano, qui s’imagine découvrir un prochain cataclysme en lisant dans le vent en écoutant les animaux et même, en croyant que ses rêves (ou cauchemar), montraient une vérité ou un symbole métaphorique.
[HP : Ca me soulage xD]
La suite des mots de la préfète ne traversa même pas son esprit, tant elle était ailleurs. Cependant, la petite boutade lui détacha un léger sourire. Et grâce à ce dernier, l’ambiance se détendit totalement. Il était vrai que Lara ne risquait plus rien en présence d’Erin Van Hall. Son statut de préfète prouvait qu’elle était en mesure de faire régner un certain ordre et calme, bien sur dans la limite du convenable. Ce statut, la jeune fille en rêvait. Pas forcément pour exercer un droit d’embêter les nouveaux et s’affirmer auprès des plus grands, mais juste pour pouvoir défier sa conscience et être en mesure de protéger n’importe qui d’un potentiel danger. Sans se vanter, Lara adorait utiliser sa baguette magique à bon escient, elle était même assez doué pour ça.
A présent elle se redressa complètement et arbora un regard presque complice. Entre élève de même Maison elles pouvaient se comprendre. Car une Maison et un choix de vie imposé, une seconde famille qui reste à Poudlard le meilleur moyen de se faire un cercle d’amis.


« Peut être que ton sortilège m’a remué les neurones. Je suis en tord c’est vrai et je te remercie de ne pas me pénaliser. »

Enfin une phrase qui tenait un peu la route. Pour s’exprimer, c’était toujours une véritable galère pour la Serdaigle. Et puis Erin avait raison. Si par malheur elle était tombée sur la Grande Inquisitrice ou McAyr … mais qui était-ce ? Sans grande réflexion, elle opta pour le préfet des Serpentard, ou encore le chef de la Brigade Inquisitoriale, petit clan créé par Madame Ombrage. Mais peu importe sa véritable identité, dans le ton d’Erin, on comprenait parfaitement qu’elle avait eu beaucoup de chance de ne pas être tombée sur lui.
La préfète reprit la parole pour appuyer le fait que Lara avait frôlé une catastrophe. La petite, qui commençait à somnoler debout, approuva les mots d’Erin en hochant vigoureusement la tête. Ca y est, le sommeil arrivait pas à pas. La « grande » de Serdaigle semblait encore s’excuser pour son sortilège, disant qu’elle ne l’avait pas fait dans un but précis. Mais Lara était sur que ce n’était pas elle qui devait se confondre en excuse. Après tout, on pouvait aussi se balader avec une baguette pointée vers l’avant, pour parer un danger. Lorsqu’un instant la jeune fille s’imagina tourner un angle de cachots pour se retrouver face à ce McAyr, en lui plantant la baguette dans le ventre, elle chassa brutalement cette idée de son esprit en clignant vigoureusement les paupières.
Comme pour la forcer à rentrer, un long bâillement étira la mâchoire de Lara.


« Je vais dormir alors, merci encore et bon courage ! »

A lieu de se détourner, elle attendit, debout devant Erin, comme si cette dernière devait lui donner l’ordre de rentrer dans le dortoir des Serdaigles. Lara imaginait déjà ses rêves : elle préfète dans les cachots en train de coincer McAyr, anormalement en première année (c’est un rêve après tout !)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Mer 25 Aoû 2010 - 19:13

Erin n’aimait pas vraiment punir un élève. Selon elle, il y avait d’autres moyens que la répression pour faire comprendre quelque chose à quelqu’un. Dire qu’elle était censée représenter l’ordre, cela pouvait faire rire pour le coup. Erin n’avait rien de terrifiante, elle était même gentille, voire même un peu trop. Mais attention, elle n’était pas le genre de personne dont on pouvait facilement abuser, la Serdaigle était également extrêmement méfiante. Ses premières années en tant que préfète n’ont pas été facile, après tout, Van Hall n’était peut-être pas la meilleure personne susceptible d’occuper le poste. Elle était un brin timide, trop rêveuse, mais avec un caractère bien trempé et un sens des responsabilités assez étonnant pour une jeune fille de son âge. Il fallait dire qu’elle a quasiment grandi qu’avec des adultes, avec des frères tous plus vieux qu’elle, alors même si elle était le bébé de la famille, la petite dernière -avec Victor, bien qu’il revendiquait être né en premier alors que ce n’était pas du tout le cas- elle n’était pas immature pour autant, bien au contraire. Le plus dur avait été probablement de se faire respecter, surtout par des Serpentard intransigeants sur la pureté du sang, après tout, elle avait un père Moldu, son sang était loin d’être pur. Mais la toute jeune préfète qu’elle était avait sorti les griffes, armée de sa répartie qui pouvait tout à fait être tranchante. Finalement, elle avait réussi à s’imposer, malgré l’intransigeance de certains élèves. Quand on voyait ses bulletins de notes, exemplaires, et les appréciations qui en découlaient, ce n’était même plus étonnant de la voir occuper un tel poste. Tout le monde ou presque s’était fait à l’idée, et l’expérience avait été plus que bénéfique pour la jeune Serdaigle. Sa fonction lui avait permis de s’affirmer et de ne plus se laisser impressionner par les autres, parfois plus jeunes, comme cela pouvait être le cas avant.

C’était bien resté en travers de la gorge qui voyaient en Erin quelqu’un de facile à berner. Bien entendu, plusieurs ont essayé, à ses débuts. Après tout, la demoiselle était réticente à faire des reproches, n’ayant pas du tout une donneuse de leçons dans l’âme. Elle préférait même être foudroyée par l’orage plutôt que de devoir rappeler à l’ordre quelqu’un qui aurait fait une bêtise, quitte à cautionner ce qu’ils faisaient de mal. Et un jour, elle a eu ce fameux déclic, bien décidée à montrer qui elle était, ELLE, Erin Van Hall, et surtout, bien décidée à se faire respecter pour faire enfin honneur à son rang. Elle en a suscité des regards interloqués, ne comprenant pas un revirement de situation aussi soudain, des commentaires parfois sarcastiques et sceptiques. Mais Erin s’était efforcée de rester intraitable, quand bien même l’envie de fuir à toutes jambes l’aurait prise. De toute manière, si elle avait fui, elle aurait cruellement manqué de crédibilité, ce qui était à éviter. L’autorité lui était venue tout naturellement, à force d’exercice. Elle n’était qu’une bonne âme, venant sans hésiter au secours de son prochain, jouant volontiers les justicières, défendant la veuve et l’orphelin. Elle était pour certains devenue un guide, la lumière du phare qui allait éclairer leurs pas dans des chemins davantage ténébreux. Elle avait acquis un certain flair pour débusquer les menteurs, sa paranoïa légèrement développée, et Merlin merci, à bon escient. C’est ainsi qu’elle a vu que Lara était dénuée de mauvaises intentions, et sincère dans ce qu’elle disait. Erin avait donc fermé les yeux, conseillant tout de même à Lara de ne pas recommencer, pour la forme. Même si elle avait confiance en sa cadette de Serdaigle pour respecter le contrat tacite qui s’était formé entre elles, par la force des choses. La clause était toute simple: Si Erin ne surprenait plus Lara à faire des bêtises, alors elle fermera les yeux pour cette fois. Autrement, la prochaine fois, elle sévirait.

« Je vais dormir alors, merci encore et bon courage ! »

Maintenant, il ne restait plus qu’à ramener la jeune Serdaigle à la salle commune, Erin ne pouvait décemment pas la laisser filer de la sorte, surtout après l’avoir stupéfixiée. Il devait résulter de l’affrontement, si on pouvait appeler cela ainsi, un certain choc post-traumatique plus ou moins important. La Serdaigle avait donc décidé de ramener elle-même sa camarade à la salle commune, sens des responsabilités oblige. Juste au cas où il lui arriverait quelque chose alors qu’elle l’a lâchée dans la nature. L’endroit était suffisamment glauque, ce n’était pas un lieu où il fallait traîner le soir. Et imaginons un seul instant qu’il puisse arriver quelque chose à Lara, genre qu’elle s’évanouisse au détour d’un couloir, ou pire, qu’elle se fasse attaquer par un autre élève, ou punir par un préfet qui n’aurait rien compris à la vie…Non, vraiment, Erin devait poursuivre sa mission de sauvetage. L’ennui, c’est qu’elle n’avait pas vraiment fini sa ronde. Elle n’avait pas vraiment fini sa ronde. Et elle ne pouvait pas abandonner Lara à son triste sort. Il fallait réfléchir, et vite. Erin commença tout d’abord par protester, tant qu’à faire.

« -Non, non, non! Je ne te laisserai pas rôder toute seule dans les couloirs, pas après ce qui s’est passé, et ce pour quoi je suis réellement désolée d’ailleurs. Je n’ai pas fini ma ronde, d’habitude je la fais avec un ami, mais pas ce soir, c’est pourquoi je me promenais moi aussi toute seule, par ici, alors qu’il aurait été mieux que nous soyons deux, mais soit…Tu es vraiment fatiguée, ou tu es partante pour finir ma ronde avec moi? J’aurais ainsi l’esprit bien plus tranquille, en fait. »

Pourquoi fallait-il toujours qu’elle parle trop, et à moitié hystérique qui de plus est? Pourquoi fallait-il qu’elle ne prenne pas la peine de respirer entre deux phrases, pour embrayer sur un discours plus assommant encore? Erin eut l’ombre d’un sourire en pensant au long et épuisant monologue qu’elle avait délivré à Ombrage il y a quelques mois déjà, dans son fameux cours sur l’utilité de la négociation en cas d’une attaque imminente. Le rappel de cet épisode désastreux et pourtant hilarant avait suffi pour remettre Erin de bonne humeur. Elle s’était bien amusée ce jour là, même si sa note, elle, avait nettement moins été marrante. Qu’importe, le jour où Erin aura envie de travailler lors d’un cours d’Ombrage, il pleuvra des grenouilles. Ce n’était pas de la mauvaise volonté. C’est juste qu’elle n’avait aucune envie de faire des efforts quand la personne en face n’en faisait pas, ce n’est que question de justice. Finalement, Erin se tourna vers la jeune Ventdunord, un sourire aux lèvres.

« -alors, tu viens? P’têtre que je pourrai aussi t’enseigner les ficelles du métier…Si tu veux, bien sûr. Tu peux tout aussi bien me dire que tu trouves ça particulièrement assommant et que tu t'en fous, je n'en serai même pas vexée»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Mar 7 Sep 2010 - 12:32

Il était évident que personne n’aimait se balader dans s couloirs, surtout la nuit, surtout dans les cachots. Il y régnait une atmosphère loin d’être chaleureuse. Au contraire tout n’était que silence, noirceur et désolation. Un spectacle de cauchemar attendait chaque personne qui, avec aucun courage et une bonne dose de stupidité, venait faire la petite balade au clair de lune. Clair de lune ? Impossible de le deviner car la où étaient les deux Serdaigles, aucune ouverture permettait de nous dévoiler l’astre blanc. L’air semblait comprimé, un air qui sentait la vieillesse et asséchait la gorge.
Être Préfète signifiait ne pas craindre se que l’on voyait, on se que l’on pouvait s’imaginer. De ce coté là, Lara était plutôt mal positionnée. Après tout il n’y avait qu’elle pour se faire des scènes de cauchemars atroces, rempli de sang et de Ténèbres. Mais pour contrer son Imagination un peu trop mal tourné, Lara affrontait le danger de face. Au lieu de faire demi tout devant un monstre ou autre, elle préférait analyser la situation, et au pire des cas, se défendre, au meilleur des cas … allez savoir !
Être avec Erin Van Hall la rassurait énormément. La ‘grande’ de Serdaigle était très sympathique –évidemment sinon Lara aurait reçu la plus belle des punitions- et très patiente. Et puis, l’union fait la force.


« -Non, non, non! Je ne te laisserai pas rôder toute seule dans les couloirs, pas après ce qui s’est passé, et ce pour quoi je suis réellement désolée d’ailleurs. »

Lara se souvenait parfaitement du sortilège qu’elle avait reçu. C’était la première fois que cela lui arrivait. C’était assez impressionnant d’ailleurs. Imaginez que le dernier souvenir que vous ayez avant de devenir prisonnier, c’est une baguette magique pointée droit sur vous et un regard effrayant … quoi que lorsqu’Erin avait utilisée la Stupéfixion, il n’y avait rien de menaçant dans son regard, plutôt du désarroi et de la surprise ; Tant mieux, cela signifiait que le sortilège avait été lancé par mégarde, un pur réflexe. Donc pas dans l’intention de lui faire du mal. Lara l’avait très bien compris.
Un grand sourire s’étala sur son visage, genre –allez on tourne la page !-.


"Je n’ai pas fini ma ronde, d’habitude je la fais avec un ami, mais pas ce soir, c’est pourquoi je me promenais moi aussi toute seule, par ici, alors qu’il aurait été mieux que nous soyons deux, mais soit…Tu es vraiment fatiguée, ou tu es partante pour finir ma ronde avec moi? J’aurais ainsi l’esprit bien plus tranquille, en fait. »

Les yeux s’écarquillèrent et la curiosité gagna son cœur. Partir en ronde avec une préfète à la découverte de Poudlard (tout en assurant sa sécurité, il ne faut pas oublier la rêgle d’or !). C’était exactement se que désirait secrètement la jeune fille.

« Vraiment ? Oh je suis sur que la fatigue va partir. Merci ! »

Toute fière, Lara se secoua un peu et attendit que son idole –à savoir Erin Van Hall-, lui montre quel chemin elles allaient emprunter.

« -alors, tu viens? P’têtre que je pourrai aussi t’enseigner les ficelles du métier…Si tu veux, bien sûr. Tu peux tout aussi bien me dire que tu trouves ça particulièrement assommant et que tu t'en fous, je n'en serai même pas vexée»

Les ficelles du métier, exactement ce que la petite rêveuse voulait. Toute fière, Lara hocha vigoureusement la tête, parfaitement prête à vivre un pur moment de bonheur. C’était un peu comme le professeur et son élève, le maître et son apprenti. Sur d’elle et des compétences qu’elle allait apprendre, Lara se sentit aussitôt en confiance, dans un bain bien chaud.

« Je suis plus que partante ! Par où on va maintenant ? »

La confiance était revenue, le cauchemar s’était envolé. Dans sa grande concentration, son point fort qu’était la curiosité et le courage pris le dessus, laissant ses points faibles, évidemment la timidité et bien d’autres –parce que si on les cite tous, on à pas fini la nuit-. D’ailleurs la nuit était à ‘’son heure de pointe’’ et la préfète avait du pain du la planche. Il était hors de question de rester un fardeau dans les pattes d’une personne dans l’exercice de ses fonctions ! Dans un parfait élan, les deux Serdaigles empruntèrent la route de la connaissance, du danger. Ce chemin qui menait vers d’autre secret, vers un destin que Lara convoitait.


[Je suis fan de ta façon d'écrire Erin, explique moi comment tu fais *__* ]
[Minable Topic mais pas beaucoup de temps, je suis sincèrement désolé]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Lun 29 Nov 2010 - 20:35

Erin aurait sûrement honte de se l’avouer, mais la présence de Lara la rassurait, animant un tant soit peu l’ambiance glauque et délétère des cachots. De jour, ils n’étaient guère reluisants, de nuit, ils étaient carrément infects. En réalité, elle avait même été plutôt contente de croiser Lara, si la Serdaigle n’avait pas surgi, Erin serait probablement morte de peur à l’heure qu’il est. Certes. Drôle façon de lui témoigner de la reconnaissance que de lui jeter un sort. La Serdaigle était certes courageuse, mais elle avait le courage plutôt fuyant. Elle n’avait pas peur de combattre Ombrage et de se dresser contre les tyrans notoires, mais elle avait peur d’un cachot bête et méchant, cachot totalement inoffensif pour peu qu’on n’y fasse pas de mauvaises rencontres. Elle avait été terrorisée par une simple gamine de sa maison, si Victor avait eu vent de cette mésaventure, elle en aurait entendu parler pendant encore très longtemps. De toute manière, en règle général, Erin avait beaucoup subi les moqueries de ses aînés étant enfant, et même encore maintenant cela perdurait. Juste parce qu’elle était une fille, et par définition plus fragile. Cela justifiait-il pour autant qu’ils lui avaient fait tout voir, la poussant parfois jusqu’aux crises de larmes? Elle devait se forger le caractère, répétait inlassablement Einar, convaincu du bien fondé de son action. Il était vrai que la petite Van Hall avait toujours été naïve, tombant facilement dans les pièges qu’on lui tendait, des pièges parfois odieux. Elle avait pleuré, râlé, été bien trop souvent humiliée, tant et si bien qu’elle avait cru mourir de honte. Mais elle s’était renforcée, avait appris à se dresser contre les personnes qui chercheraient à lui nuire, à rester forte en cas de coup dur sans toutefois parvenir à être totalement détachée et insensible. Elle était blindée la Serdaigle, mais son cœur naïf et fragile existait encore, et parfois à ses dépends. Les cachots, à la fois sombres et intrigants n’avaient fait que de stimuler son imagination fertile, ravivant ses peurs les plus enfouies. Petite, Erin avait peur du noir, et cet effroi, aussi insignifiant fusse-t-il, ne s’était jamais vraiment estompé, loin s’en faut. Mais plutôt mourir que de l’avouer!

Il fallait qu’elle quitte cet endroit au plus vite. Retourner dans un endroit davantage éclairé, plus sympathique, là où l’on ne risquait pas de faire des mauvaises rencontres. Encore faut-il esquiver Rusard mais c’était une autre histoire. Erin ne se préoccupait pas du vieux grincheux et de sa chatte rachitique, elle avait son badge de préfète sur elle. Cela ne l’épargnerait certes pas du regard furieux et chargé de reproches que lui lancerait le cracmol, mais qu’importe. Erin se mordilla la lèvre inférieure, pensant à nouveau à la rapidité avec laquelle elle avait stupéfixié Lara. Sans nul doute les séances de l’AD avaient porté leurs fruits, les réflexes de la jeune fille en matière d’attaque n’en étaient que meilleurs. Le pire dans tout ça était qu’elle n’avait pas vraiment réfléchi avant de faire. Et réagir de façon totalement déraisonnée n’allait pas à la Serdaigle. Tout en croyant être en situation de légitime défense, elle avait gratuitement attaqué une élève, plus jeune qu’elle qui plus est. En dégainant sa baguette plus vite que son ombre, la préfète avait commis une faute, qui aurait pu lui coûter cher si elle avait été surprise. Le règlement ne prohibait-il pas toute utilisation de la magie dans les couloirs de Poudlard, sauf en cas de danger ou d’urgence? À ce qu’elle sache, la Serdaigle n’était pas en danger immédiat. Un élève, ce n’était pas bien méchant. Surtout du gabarit de Lara. Elle n’avait vraiment aucune excuse. Tout en marchant, la jeune Serdaigle se tourna vers sa camarade.

« Euh, dis, Lara? »

Erin se sentait vraiment gênée de lui demander ça. Après tout, c’était elle la fautive. Mais elle ne voulait vraiment pas que ça se sache, surtout avec Ombrage dans les parages. Pour sûr que s’il venait à être au courant des récents évènements, l’immonde crapaud rose aurait eu vite fait à la punir. Merci bien, Erin avait déjà eu plus de tête à tête avec Ombrage qu’il n’était raisonnable. Et comme Erin se revendiquait publiquement contre la grande inquisitrice, autant dire qu’à la première anicroche, l’odieux personnage serait sans pitié. À coup sûr elle ne rêvait que d’une occasion pour mettre la préfète turbulente dehors une bonne fois pour toutes, de façon à ce que la Serdaigle ne puisse plus jamais compromettre la dictature qu’elle avait installée en se montrant aussi scandaleuse. Somme toute, Erin était mal à l’aise d’acheter son silence à Lara. Après tout, elle avait parfaitement le droit de se plaindre qu’une folle-furieuse l’a attaquée en pleine nuit.

« ça me gêne de te demander ça…Mais…Tu pourrais s’il te plaît ne pas ébruiter ce qui s’est passé? Je n’ai vraiment pas envie que ça arrive aux oreilles d’Ombrage. »

Bravo! Non seulement elle était sacrément culottée, mais en plus elle donnait l’impression d’avoir peur de la Directrice? Quel exemple pour une préfète! Erin se frotta les tempes, horriblement gênée. Si Lara voulait l’envoyer balader et raconter à qui voulait l’entendre ce qui s’est passé dans les cachots en cette nuit de Juin, libre à elle de le faire, Erin ne s’en formaliserait pas. Ou si peu…Mais il ne fallait surtout pas que sa cadette s’imagine qu’elle avait peur du Crapaud, ça non!

« Hey, c’est pas qu’Ombrage m’effraie, tu vois, loin s’en faut. Au contraire, si je dois tout faire pour que le Crapaud tombe de son piédestal, je le ferais sans aucune hésitation, tant que la paix revienne à Poudlard! C’est juste que…Je ne suis pas censée faire ça, tu vois. C’est interdit dans le règlement. J’ai agi un peu trop vite, et sans réfléchir, c’est vraiment la dernière chose à faire. »

Elle pinça les lèvres, l’air contrit. Erin voulait s’excuser encore une fois, mais ne l’avait-elle pas déjà fait assez? Lara ne lui avait-elle pas assuré que ce n’était pas grave, d’autant plus que ce sort barbare ne lui avait laissé aucune séquelle? Quel serait alors l’intérêt pour la Serdaigle de clamer haut et fort qu’Erin Van Hall, derrière ses airs de poupée prude et rêveuse dissimulait une véritable âme de psychopathe? Si ce n’était que détruire sa réputation…Mais là encore, Erin se félicitait d’être tombée sur Ventdunord. La Serdaigle ne comptait pas abuser de sa gentillesse, d’autant plus qu’elle ne mangeait pas de ce pain là…Mais si elle était tombée sur Belmontet, la situation aurait été légèrement différente. Gageons que cette histoire aurait figuré à la Une de la Gazette de Poudlard par un beau matin…Mais Lara n’était-elle pas l’amie de cette colporteuse de ragots? Merde Erin, arrête un peu la parano, veux-tu?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Sam 18 Déc 2010 - 12:31

Perdu dans ce cachot en rien luxueux, et qui pourrait rivaliser avec la fameuse maison de Dracula, véritable légende dans le monde des Moldus, avec pour seul compagnie une préfète, qui plus est de sa propre maison, qui à l’air plutôt à cheval sur les principes et sur le règlement, n’importe quel élève aurait définitivement perdu tout espoir de se faire pardonner pour cette ballade nocturne en plein lieu maudit, et aurait, pour garder ne serait ce qu’un peu de fierté, accepter de se dénoncer auprès des « grands du château », à savoir l’abominable nouvelle directrice de Poudlard. Rien qu’à s’imaginer faire cela, la jeune sorcière laissa un frisson la parcourir, ce qui fît descendre la température qu’elle se forçait de croire clémente pour s’engouffrer dans le froid total. Erin était sans doute de celles qui ne croyaient pas en la « thérapie de la solitude, du danger et de la nuit ».

Mais pour être tout à fait franche, Lara était fascinée par son travail qu’elle réalisait à la perfection. En effet, arpenter les couloirs du château, se faire mille et une histoire de fantôme et chevalier au cheval blanc dans tous les recoins de Poudlard, remettre sur le droit chemin quiconque ose s’en écarter, c’était vraiment une occupation de grande qualité. De fait, la responsabilité qui pesait sur les épaules d’un préfet devenait presque utile. Mais cesse un peu de cogiter dans ta tête petite Serdaigle, ne voit tu pas que devant toi se tient quelqu’un qui peut t’ôter tous tes rêves ? En effet, après le délit de Lara, Ombrage se serait faite une joie de l’exclure du château. Sans laisser de chance à la gamine de pouvoir revenir.
Revenir au château ? Lara s’imagina d’abord s’en séparer. Se séparer des liens qu’elle avait tissés, des objectifs qu’elle s’était fixée, tout un monde finalement, tout un avenir qui s’était tracé sous ses yeux, lui ouvrant la porte à de multiples facettes de la vie, toutes plus folles les unes que les autres. Et quoi ? Dans sa tête, retourner chez elle était un rêve ? Lara se rendit compte à quel point elle était stupide. Il n’y avait rien pour elle là bas, dans la petite ferme perdu au milieu des champs, pour seule occupation une vie de pauvre, condamnée à exécuter des tâches répétées incessamment depuis son enfance.
Et pourtant il y a là bas ce qu’on appelle une famille. Ce soir là, comme presque tous les autres soirs, la demoiselle se posa la question dans sa tête. Mais la réponse était loin d’être simple, en effet, chaque elle était différente !


« Euh, dis, Lara? »

Dans un petite soubresaut, Lara reprit conscience de là où elle était, d’avec qui elle était, de ce qu’elle allait devoir imaginer comme plan pour pouvoir s’échapper. Oui, finalement il lui fallait retourner à son lit douillet, à ses devoirs, à ses parchemins à remplir pour contenter chaque professeur. De nouveau donc, elle reprit connaissance de la réalité et focalisa son attention sur Erin Van Hall, l’élève-modèle des Serdaigles, qui demandait son attention.

La proposition, ou du moins le souhait de la préfète lança un nouveau point d’interrogation dans la tête de la jeune fille. Pourquoi cacher ce qu’elle avait fait ? Lancer un sortilège dans le but de se protéger est admirable, et de plus, Lara n’avait pas eu le temps de contrer le maléfice pour se défendre, ce qui ajoutait un point d’honneur à la réaction immédiate d’Erin. Mais sur son visage de jeune fille mature, Lara y lisait une gêne. On constatait donc que la grande n’était pas fière de ce qu’elle avait fait, et pour ne pas lancer un débat, Lara décida de se taire et de hocher la tête vigoureusement, en plantant son regard dans les yeux de son interlocutrice, pour lui prouver qu’elle pouvait lui faire confiance. Mais la confiance ne s’accorde pas à quelqu’un aussi facilement, il faut du temps, parfois plusieurs mois, avant d’être sur d’une personne. Lara connaissait bien cela, car en beaucoup de personnes elle avait fait « des pronostics », des confiances un peu futiles, avant de se rendre compte que placer sa confiance était un acte, soit d’une grande générosité et d’un incroyable sincérité, soit complètement stupide, naïf et au dessous de toute crédibilité.
En Erin ? Aucune question ne pouvait se poser, Lara lui plaçait toute sa confiance. Une préfète se devait d’être d’une grande présence d’esprit et d’une capacité solide à contrôler ses émotions, pour ne pas se laisser tenter par la déviance. Peut être que la gamine –qui cela dit commençait à fatiguer- n’allait pas lui confier tous ses secrets, de toute façon jamais au grand jamais Lara ne faisait cela. Mais dans tous les cas, elle était persuadée d’une totale sécurité avec Erin.
Finalement décidée à rentrer, Lara ralentit un peu l’allure. Repensant à la soirée, elle se rendit compte que beaucoup de péripéties étaient arrivées, et qu’il était grand temps de laisser mijoter tout cela dans un coin de sa mémoire, bien enfoncée dans un bon lit chaud. Lara poussa un profond soupir, généralement dans une discussion, c’est ce qui marque le fait qu’un interlocuteur veut cessez la conversation.


« Merci Erin de ne pas m’avoir jugé négativement alors que je trainais dans les cachots. J’espère que ta fin de ronde va bien se terminer. Fais moi confiance, je ne dévoilerais rien. »

Stop Lara ! Tu parle trop vite, tu n’as même pas expliqué ce qui tu allais faire, si cela se trouve, Erin va très mal le prendre si tu pars comme ça, et je pense que tu t’es attirée assez d’ennui pour ce soir ! Heureusement que la voix de la conscience est là pour nous faire reprendre nos esprits. Donc Lara chercha de nouveau ses mots, laissant le temps à Erin de réagir comme elle l’entendait, ce qui pouvait être dangereux pour la petite.

« Je pense que je vais partir au lit, tu dois rester concentrée sur ton travail de Préfète, que j’admire beaucoup d’ailleurs … »

Lara avait donc avoué un petit secret, peu importe, car après tout Erin était préfète et il était logique qu’elle fasse apparaître des fans autour d’elle !
Mais la sorcière resta de marbre, comme pour attendre l’autorisation de rentrer dans la tour des Bleus et Argents.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Ven 14 Jan 2011 - 22:26

Cette ronde quotidienne touchait à sa fin. Erin allait bientôt retrouver la chaleur et le confort de son dortoir de Serdaigle pour dormir d’un sommeil sans rêves. La jeune préfète n’était pas mécontente de l’avoir faite avec Lara, qu’auparavant elle ne connaissait que de vue. En fait, Erin connaissait Lara par l’équipe de Quidditch dont-elles faisaient toutes les deux partie. Parfois, elles bavardaient à l’occasion, par pure politesse. Erin n’avait jamais vraiment passé de temps avec la jeune Ventdunord avant ce soir. Tout ceci grâce à un sort malencontreusement jeté au détour d’un couloir perdu dans les cachots froids, sombres et humides. La suite aurait pu être pire, à l’image des scénarii échafaudés par la Serdaigle à l’imagination débordante et un brin paranoïaque qui plus est. Elle avait craint de croiser Ombrage avant de se ressaisir. L’ennemi, à l’heure qu’il est, devait sûrement dormir à poings fermés. La préfète finit par bailler. Il était venu le temps de rentrer, de quitter une bonne fois pour toutes cet endroit inquiétant, tout du moins, jusqu’au prochain cours de potions. Autant le jour, les cachots étaient inévitables, en raison des cours qui s’y déroulaient parfois, autant la nuit, ceux qui n’appartenaient pas à Serpentard n’avaient aucune raison de s’y trouver. Ceux qui s’y rendaient exprès alors qu’il y faisait si sombre devaient sûrement avoir un sérieux problème mental. La Serdaigle se félicitait d’avoir trouvé Lara au détour d’un couloir, Lara qui s’était perdue. Au moins, elles pourraient toutes les deux rentrer dans leur tour, le trajet paraîtrait beaucoup moins long et pénible que si elles avaient été seules. Le temps passe plus vite quand on s’amuse, dit-on. Maintenant que Lara lui avait promis de ne rien dire à personne quant à cet accident, Erin se sentait beaucoup mieux. Elle allait pouvoir dormir tranquille, si toutefois elle ne se sentait pas coupable d’avoir attaqué Lara alors qu’il n’y avait pas de danger imminent. Quelque chose la poussait à faire confiance à sa camarade. Pour toute réponse, Erin sourit. Un sourire au demeurant confus. Elle avait l’impression qu’elle ne s’excuserait jamais assez. La préfète se rendit compte bien assez vite que Lara en avait également assez. Il fallait la comprendre, la pauvre, elle avait dû avoir son lot d’émotions pour la soirée.

« Merci Erin de ne pas m’avoir jugé négativement alors que je trainais dans les cachots. J’espère que ta fin de ronde va bien se terminer. Fais moi confiance, je ne dévoilerais rien. »

La Serdaigle hocha la tête, gestuelle qu’elle appuya d’un léger sourire reconnaissant. La jeune femme n’avait eu aucune raison de juger Lara. Erin ne jugeait jamais les gens, elle s’efforçait de rester impartiale et juste. Selon elle, tout le monde avait une chance. Peu importait qu’ils soient beaux, laids, minces ou obèses, ce qui importait était ce qui venait du cœur. Sa confiance était difficile à obtenir, et quand quelqu’un venait à la trahir, elle perdait toute grâce aux yeux de la Serdaigle. La jeune Van Hall accordait beaucoup d’importance à certaines valeurs telles que l’amitié, l’amour, la fidélité dans un couple, mais aussi le respect, la loyauté et la solidarité. Erin n’hésitait jamais à venir en aide à ses camarades, quitte à sacrifier un peu de son temps. Elle était comme une lumière qui servait de guide dans une obscurité bien trop oppressante. Victor, son frère, disait souvent qu’elle était égoïste et qu’elle ne pensait pas aux bonheur des autres, mais c’était faux. Elle se préoccupait du bien être des autres avant du sien. Victor ne comprenait pas à quel point sa sœur pouvait détester sa petite-amie. Oui, elle était peut-être égoïste dans ces moments là. Mais elle avait simplement peur que son frère l’abandonne, que cette fille soit plus importante qu’elle. Erin avait peur d’être abandonnée et elle se battait pour garder auprès d’elle ceux qu’elle aimait, quitte à adopter parfois les mauvais comportements. Voilà pourquoi elle paraissait parfois si étouffante, si exaspérante à toujours quémander tendresse et affection. Erin était quelqu’un qui manquait cruellement d’amour et d’affection, et pourtant Merlin sait combien sa famille avait pu lui en donner. Mais ce n’était jamais assez. Erin était en effet une éternelle insatisfaite. Quand bien même tous s’accorderaient à dire qu’elle était une élève exemplaire et qu’elle méritait tous ces louanges qu’elle s’attirait, Erin, elle, doutait perpétuellement. Elle manquait tout simplement de confiance en ce qu’elle était, en ce qu’elle faisait, en ses capacités. Même quand on lui assurait qu’elle était parfaite, elle n’en croyait pas un mot.

« Je pense que je vais partir au lit, tu dois rester concentrée sur ton travail de Préfète, que j’admire beaucoup d’ailleurs … »

Erin se rembrunit légèrement quand Lara la complimenta sur sa prestation en tant que préfète. Un compliment était certes toujours agréable à recevoir, mais ils avaient le don d’embarrasser la préfète qui ne savait jamais quoi répondre. Elle s’était simplement lassée de démentir à chaque fois, dans un excès de fausse modestie. Mais le fait était que la préfète était réellement modeste, elle était même atteinte d’un gros complexe d’infériorité, à toujours se comparer aux autres et à ne se jamais trouver assez bien. Après un long silence embarrassant, Erin finit par hocher la tête, lèvres toutefois pincées. Elle passa une main dans ses cheveux bruns, qui avaient beaucoup poussé depuis le début de l’année. Elle ne l’avait sans doute pas encore remarqué, mais elle avait beaucoup changé, physiquement comme mentalement. Ombrage n’avait été qu’un intermédiaire, un tremplin. Erin se sentait plus en confiance, plus à même de s’affirmer, même si elle avait encore du chemin à faire avant de s’accepter totalement. Elle posa son regard chocolat sur la frêle silhouette de sa camarade, avant de lui adresser un sourire timide. Encore une chose sur laquelle elle devait travailler. Sourire. Elle avait beau être naturelle et spontanée, Erin souriait difficilement. Pourtant, tout le monde lui disait qu’elle était tellement jolie lorsqu’elle le faisait. Elle haussa finalement les épaules, avant de réprimer un long bâillement.

« -Je vais y aller aussi, de toute façon j’ai terminé ma ronde. Ce soir, c’est très calme en comparaison de ce qui se passe d’habitude. Je te raccompagne? »

Question rhétorique. Erin avait déjà amorcé un mouvement pour partir. Lara n’avait plus qu’à la suivre. La jeune Van Hall, à présent, retrouverait sans problèmes le chemin qui les a amenées là. Il suffisait simplement qu’elles reviennent sur leurs pas pour regagner le monde des vivants.


FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall) Mar 18 Jan 2011 - 19:49

C’était ainsi qu’était fait la vie de toute façon. Dans une communauté il devait y avoir, tout d’abord les membres, soudés et unis dans un but commun. Mais aussi il faut quelqu’un qui, disons le, dirige la communauté. Oui il ne faut pas se leurrer, Toute société est forcément bâtit avec l’aide d’une hiérarchie, même si ce mot fait parfois dresser les cheveux sur la tête. Ensuite, il existe dans une communauté une personne qui les relie entre eux. Et dans le cas de la Maison de Serdaigle, on pouvait facilement deviner qu’ Erin Van Hall occupait ce poste. Pendant un court instant, Lara se mit à sa place. C’était un peu comme être un pilier important dans la vie des autres, que ce soit dans la sécurité de la volonté et la vie de tous, un(e) préfète ce devait d’être responsable, disponible et charismatique. Intelligent, vif et volontaire. Exactement son rêve. Quoi de plus beau, à ses yeux, que d’être quelqu’un sur qui l’on peut compter quoi qu’il arrive ? Quoi de mieux que de se savoir connu des autres ? Lara se voyait mal dans ce rôle de part son caractère réservé, mais d’un autre côté elle se sentait particulièrement prête et excitée à l’idée de pouvoir vivre l’aventure unique d’être préfète de sa propre maison.
Quoi qu’il en soit, avoir croisé Erin cette soirée là lui avait permis de se fixer sur plusieurs points. Pas forcément celui de se jurer de ne plus sortir, car de toute façon, si Mme Ombrage le refusait, Lara le ferait de toute façon, c’était … une promesse solennelle et dans l’intérêt de tous les élèves (et de presque tous les professeurs d’ailleurs … en vérité seul le concierge Rusard était du côté du crapaud rose). Non seulement elle sortirait encore, mais de ce fait le danger lui paraissait complètement surréaliste. Lara se sentait prête à tout pour avancer dans le noir, être au premier rang face à un quelconque problème étrange … du moment qu’elle était seule. Finalement c’était bien là le principal défaut de la jeune Serdaigle. Avoir des amis, pas beaucoup mais juste assez pour être sur que ceux là peuvent compter sur vous et réciproquement, bien sur qu’elle était d’accord, sa seule véritable phobie serait de les mettre en danger. Peut être était ce l’une des raisons à ces cauchemars répétés, elle se voyait mourir, sans doute à la place d’un autre ? Dans ce cas comment expliquer parfois la vue du corps d’un membre de sa famille lorsqu’elle était endormie ? Il était impossible de répondre à ces questions pour l’instant , mais dans un sens elle était persuadée d’avoir fait un premier pas vers la vérité sur ces atrocités qu’elle vivais de plus en plus, pratiquement à chaque nuit.
De toute évidence, il était plus que temps de retourner au dortoir. Si par malheur elle ne retrouvait pas le sommeil, c’est le professeur Rogue qui risquerait d’être très content en voyant sa mine déconfite devant le chaudron bouillant.


« Vous pensez avoir assez de qualité pour vous permettre de dormir dans ma classe ? Cela dit j’en doute … »

La voix du maître des potions venait de résonner dans sa tête comme si un marteau lui était tombée sur le crâne. Sa conscience lui intimait l’ordre, par le moyen de son Imagination débordante, de rentrer immédiatement entre ses couvertures qui l’attendaient depuis bien assez longtemps. Un petit sourire moqueur lui vînt aux lèvres, pour toute réponse à cette ordre intérieur. Il était impossible d’ignorer une injonction donnée à soi même … sauf en cas d’extrême urgence où le réflexe passe avant la réflexion. Comme quoi ces deux mots se ressemble de part leur orthographe mais ne se ressemble pas du tout. Le noir ne faisait qu’aggraver les choses. Dans les cachots aucun rayon de lune ne pouvait transpercer les épais murs du château, et seul les flambeaux majestueux leur offrait assez de luminosité pour marcher. Avec un petit soupire qui lui permettait de faire entrer un nouveau vol d’air dans ses poumons, Lara se décida enfin. Être à la hauteur ou ne pas être à la hauteur, ce n’était pas du tout une question à se poser maintenant. Si l’on commençait à se lancer dans des débats philosophiques sur la légitimité d’être en mesure d’accomplir quelque chose ou pas, on ne s’en sortait plus. Lara voulait être préfète. Elle était sur de son vœu.
Stop ! ne cherche pas à aller plus loin, tout d’abord tu ne pourras pas lui en toucher un mot et en plus je ne vois pas à quoi cela va t’aider à retrouver ton sommeil pour être fraîche demain.
Nouvelle information venant du cerveau, cette fois encore il n’y avait rien à redire.


« -Je vais y aller aussi, de toute façon j’ai terminé ma ronde. Ce soir, c’est très calme en comparaison de ce qui se passe d’habitude. Je te raccompagne? »

Plutôt deux fois qu’une, Lara ne pouvait rien dire de plus. C’était un peu comme la cerise sur le gâteau, il était en effet très rare qu’elle soit raccompagnée, ou encore que quelqu’un veuille bien lui tenir compagnie.

« Allons-y ! »

Lara se sentait complètement abasourdie par cette rencontre. Elle avait vécu une expérience que pour rien au monde elle n’aurait ignorée. Se secouant un peu, Lara remit ses jambes en état de fonctionnement et suivit la direction indiquée par Erin, celle, bien évidemment, de la Tour des Serdaigle.

FIN DU RPG

ce fût un plaisir immense de faire ce jolie RP, j'adore vraiment ta façon d'écrire tu as du talent wouahou !! A la prochaine !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall)

Revenir en haut Aller en bas

[Juin] « Assassinat... ou pas ! » (PV : Erin Van Hall)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE» Chavez soupconne une tentative d'assassinat contre sa personne» Enquete sur l'assassinat de Jean Léopold Dominique» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1995-Août 1996-