AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo} Jeu 15 Avr 2010 - 22:28

- HENRIETTAAAAAA ! HENRIETTAAAAAA ! JE VEUX UNE GLACE ! JE VEUX UNE GLACE ! JE VEUUUUUUUX UNE GLACE !

La petite Garner escalada une chaise et grimpa sur la table, hystérique. Elle avait faim, soif et était surtout révoltée par ses parents, qui avaient décidé de la faire garder elle et son frère par Henrietta, une baby-sitter moldue. Il avait d'ailleurs fallut un bon bout de temps pour que les parents Garner trouvent une personne, assez compétente, pour s'occuper de deux monstres de cette envergure. La dernière baby-sitter qui avait gardé tous les enfants, s'était empressée de partir une fois la soirée terminée en souhaitant ne plus jamais avoir affaire à eux. La famille n'eut plus jamais de nouvelle d'elle. Heureusement, ce matin-là, seuls étaient présent Kiarah et Théo (et dieu sait combien elle avait déjà du mal à tenir en laisse ces deux-là). Comment se faisait-il qu'ils se soient retrouvés dans cette situation, me demanderez-vous. Tout était de la faute de l'aîné. Alors que Kiarah jouait tranquillement avec ses poupée, dans le salon, Théo était arrivé son camion de pompier sous le bras – dans un bruit infernal - et avait complètement saccagé la maison miniature qu'elle avait elle-même aménagée (en criant partout qu'il y avait le feu). Résultat, ils s'étaient évidemment disputés et Théo avait fait tomber le vase préféré de leur mère qui s'était brisé en mille morceaux sur le sol. En voyant ça, leurs parents les condamnèrent à rester tout les deux à la maison, eux ayant décidé d'aller faire leurs courses avec le reste de la famille.

- Non Kiarah, reste tranquille, s'il te plait.

Faisant mine de n'avoir rien entendu, la petite fille sauta de la table sur laquelle elle s'agitait et courut dans toute la salle à manger, criant et réclamant sa glace, poursuivie par la baby-sitter qui essayait en vain de la rattraper. Elle poursuivit sa course jusque dans la véranda, où elle s'empressa d'ouvrir la porte pour gravir les quelques escaliers glissants qui la séparaient de la terrasse et ensuite, du jardin. Il faisait humide à l'extérieur, il avait plu la vieille, si bien que les marches en pierre de la terrasse étaient devenues très glissantes. Henrietta, qui poursuivait toujours la fillette, se prit les pieds dans un objet qui trainait sur les trois marches d'escaliers et tomba, tête la première, sur le carrelage. Elle s'étala ainsi de tout son long, inanimée, les yeux clos, tel un cadavre allongé sur une table d'autopsie. Elle respirait encore, en fait elle ne devait être qu'assomée.

- Henriattaa ?

Kiarah - qui s'était calmée en quelque seconde suite à ça – se pencha sur le corps inanimé de la jeune femme, ne sachant d'abord pas comment réagir. Etait-elle morte ? La fillette blêmit rien qu'à cette idée et ses yeux se remplirent de larmes, apeurée. A cinq ans à peine, on ne savait comment réagir face à ce genre d'incident. De plus, elle ne connaissait pas encore l'usage de la magie. Les genoux tremblants, elle escalada le corps et rentra dans la véranda. Ou était donc son imbécile de frère ? Toujours là quand il faut pas, jamais quand il faut.


- THEEOOOOOOOOOO


Elle entreprit de faire le tour du rez-de-chaussé, seulement il n'y avait aucune trace de lui. Elle monta d'un étage et tambourina à la porte de sa chambre.


- THEO ! C'est important ! Ouvre !

N'attendant même pas une réponse de la part de son frère, elle entra dans la pièce, traversa le bazar qui trainait par terre et s'assit devant lui, l'air grave cette fois-ci et on ne peut plus sérieuse.


- Mon cher Théo, Henriatta est morte.

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?


Dernière édition par Kiarah Garner le Mer 11 Aoû 2010 - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo} Ven 7 Mai 2010 - 12:46

Assis sur le sol de sa chambre, au premier étage de la maison des Garner, Théo regardait ses figurines Playmobil d’un air boudeur. Ses parents étaient vraiment trop injustes avec lui. Ils lui avaient confisqué son camion de pompier simplement parce qu’il avait fait tomber par mégarde le vase offert par Mamy Marcelle. Mais ce qu’ils n’avaient pas voulu comprendre c’est que c’était Kiarah l’unique responsable de ce carnage. Bon d’accord il avait un peu abimé sa maison de poupées mais cela ne serait certainement pas arrivé si elle ne l’avait pas laissée trainer en plein milieu du salon. Lui il n’avait pas eu le choix, il avait été obligé de forcer le passage avec son camion de pompier. C’était ça ou alors tout le salon prenait feu. Mais ça non plus les parents n’avaient pas voulu l’admettre. Et puis, en voyant l'état de sa maison, sa sœur avait aussitôt commencé à piquer une de ses crises habituelles. C’était marrant à regarder ses crises d’ailleurs: elle devenait toute rouge et elle se mettait à envoyer valser tout ce qui lui passait par la main. Mais aujourd’hui en plus elle avait osé le gifler! Se faire gifler par une fille! Et plus petite que lui en plus. Ca c’était vraiment la honte et le petit garçon ne l’avait pas supporté. Alors pour se venger il lui avait un peu tiré les cheveux et cela avait dégénéré jusqu’à ce que, sans vraiment réaliser comment, il entende un bruit de verre brisé dans son dos. C’est à ce moment là que sa mère avait débarqué dans le salon et elle aussi avait alors piqué une crise en voyant que son vase préféré était en mille morceaux. Mais c’était pas si grave, le vase il était moche en plus. Faut dire que Mamy Marcelle elle n’avait pas vraiment bon goût. Enfin bref, sa mère n’avait pas voulu l’écouter et elle lui avait confisqué son camion et expédié dans sa chambre. Et plus tard, son père était venu lui dire que sa sœur et lui étaient consignés à la maison aujourd’hui, sous la garde d’une baby-sitter moldue même pas belle. C’était vraiment trop injuste ! Et qu’est-ce qu’il allait pouvoir faire sans son camion de pompier maintenant?

« THEO! C'est important! Ouvre! »


Perdu dans ses lamentations, Théo sursauta en entendant les hurlements de sa sœur. Il n’eut même pas le temps de réagir que déjà celle-ci faisait déjà irruption dans sa chambre, l’air complètement paniqué. Furieux, le petit garçon leva le bras devant lui, d’un geste qui se voulait menaçant :

« Héééé, t’as pas le droit de rentrer dans ma chambre. C’est interdit aux filles! »

Mais sa sœur ne semblait pas vouloir l’écouter ou n'en avait que faire de ses protestations. Aussi rapide que l’éclair, elle traversa sa chambre en quelques enjambées et vint s’asseoir juste devant lui. L’enfant garda le silence, intrigué par la drôle de tête de sa sœur. Elle avait l’air drôlement sérieux. Il s’apprêtait à lui demander pourquoi elle était si bizarre mais cette dernière le devança.

« Mon cher Théo, Henrietta est morte »

Les yeux ronds, Théo dévisagea sa sœur. Il lui fallut une dizaine de secondes pour assimiler la nouvelle. Henrietta, morte? Ho ho... Le petit garçon se mordit les lèvres, l’air inquiet. Maman et papa n'allaient pas être contents, mais alors là pas du tout. Déjà qu'ils avaient piqué une crise pour un bête vase alors s'ils apprenaient en rentrant que Kiarah et lui avaient aussi cassé la baby-sitter... Enfin, c'était Kiarah, lui il n'avait même pas bougé de sa chambre. Pourtant, son petit doigt lui disait que ça allait encore lui retomber dessus. La mine abattue, le petit garçon songea à son camion de pompiers qu'il ne récupèrerait certainement pas à cause de ça. Il lui fallait trouver une solution. Il se redressa et se gratta la tête, à la recherche d'une brillante idée. Au bout de quelques minutes, ses yeux s'illuminèrent soudainement et il tira brutalement sur la manche de sa soeur pour l'inciter à le suivre:

« Vite, aide-moi! On va enterrer Henrietta dans le jardin! »


C'était une véritable idée de génie. Mais en fait, cela ne venait pas de lui: il avait vu ça hier dans le film que maman regardait à la télévision. Dans le film, le vilain monsieur enterrait le corps pour qu'on ne le retrouve pas. Comme ça, personne ne pouvait le gronder. Il leur suffisait de faire pareil et comme ça personne ne serait au courant. Et il pourrait récupérer son camion! Sans attendre sa soeur, l'enfant se précipita comme un fou hors de la pièce. Direction le garage. Il leur fallait des pelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo} Mer 11 Aoû 2010 - 17:48

« Héééé, t’as pas le droit de rentrer dans ma chambre. C’est interdit aux filles! »

La petite Kiarah était paniquée. Si ses parents apprenaient qu'elle avait tué la baby-sitter, elle serait confisquée de jouets jusqu'à la fin de sa vie ! Ça aurait été trop injuste, il fallait trouver une solution, et vite. N'ayant pas d'autres choix possibles, elle était allée voir son frère. Il était plus grand qu'elle, il aurait forcément une idée. Et puis sinon, elle lui ferait du chantage en le menaçant de dire à papa et maman que c'était aussi de sa faute. Le jouet sur lequel Henrietta avait glissé appartenait à Théo, il laissait traîner ses affaires n'importe où, incapable de ranger. D'ailleurs, sa chambre était un vrai bazar, dix mille fois pire que celle de Kiarah ! On se demandait comment il arrivait à s'y retrouver. C'était limite si on savait marcher, il fallait escalader. Bref, quand elle lui avait annoncé qu'Henrietta était morte, il l'avait regardé avec des yeux ronds, tout silencieux. La petite fille commençait à s'impatienter devant le temps que son frère mettait à répondre. Elle se mit à chipoter à ses chaussures, s'amusant à les lasser puis à les délasser. Soudain, Théo tira brusquement la manche de son pull, pour qu'elle le suive.

« Vite, aide-moi! On va enterrer Henrietta dans le jardin! »

Kiarah le suivit sagement, se demandant comment ils allaient bien pouvoir faire pour enterrer une madame de deux tonnes dans leur petit jardin. La maison était silencieuse, seul les bruit de leurs petits pas dévalant les escaliers se faisaient entendre. Ils avaient la mine grave, extrêmement concentrés sur leur « mission ». Ils devaient à tout prix la mener à bien, sans quoi ils seraient punis, et ça, ce n'était vraiment pas marrant. Une fois qu'ils eurent atteint le garage, Kiarah escalada un vieux tabouret pour pouvoir activer l'interrupteur. La lumière se répandit dans tout cet espace vide, encombré de vieilleries que leurs parents conservaient. La voiture n'était pas là, ils l'avaient empruntée pour aller faire leurs courses au supermarché du coin. Il y avait des toiles d'araignées partout, la petite fille grimaça en pensant à toutes les bestioles qu'il devait y avoir. La pièce lui paraissait énorme et le pire, c'était qu'il fallait qu'ils trouvent leurs pelles dans tout ce bazar. Elle avait vu une fois maman ranger ses affaires dans un coin, quand ils étaient revenus de la plage. Elle leva la tête et miracle, aperçut enfin tout le matériel de plage, avec les seaux, les pelles et les râteaux, au dessus d'elle. Problème : ils étaient quasiment impossible à atteindre, même en se mettant sur la pointe des pieds.

« J'arrive paas ! C'est trop haut. »

Elle jeta un regard suppliant vers Théo, qui devait bien faire une demi tête en plus que lui. Si il la laissait grimper sur ses épaules, elle pourrait les atteindre, ces pelles ! Elle lui adressa un grand sourire, suivit de ses yeux suppliants, qui lui donnait un air de chien battu.

« Si tu m'aides pas, on pourra pas enterrer Henrientta et après, Papa et Maman y vont nous punir ! »


C'était obligé que son frère l'aide, parce que sinon, il pouvait dire adieu à son joli camion de pompier ! Et elle, il lui confisquerait sa maison de poupées barbies. Et si on lui confisquait sa maison de barbies, elle ne serait pas contente du tout ! Il suffisait que Théo se mette à quatre pattes par terre, comme ça, elle monterait sur son dos, et elle pourrait attraper le sac de plage. Sinon il pouvait aussi lui faire la courte-échelle mais il n'avait pas beaucoup de force et il risquerait même de la faire tomber. Ou alors, il devait trouver une autre solution. Libre à lui de choisir, tout ce qu'elle voulait pour l'instant, c'était ces maudites pelles. Kiarah trépignait presque sur place, les parents pouvaient arriver d'une minute à l'autre et il fallait absolument qu'Henrietta soit enterrée avant leur arrivée.

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo} Lun 11 Avr 2011 - 22:02

[H.J : Sorry, j’te jure que j’étais persuadée que c’était à toi de répondre T_T. T’avais raison pour une fois.]

Le temps était compté, il n’y avait pas une minute à perdre. Le cœur battant, Théo dévala les escaliers à toute allure et fonça vers le garage. Des craquements dans son dos lui confirmèrent que sa sœur le suivait. Une fois sur place, le petit garçon entreprit d’inspecter les vieilleries qui trainaient dans la pièce. Cela faisait une éternité que tous deux n’avaient plus mis les pieds ici. Sa sœur redoutait bien trop les araignées et autres bestioles du genre pour s’aventurer seule ici. Quant à lui, on lui avait simplement interdit car sa mère ne supportait pas qu’il vienne fourrer son nez partout. C’était déjà bien assez la pagaille comme ça sans que son fouineur de fils ne vienne en rajouter. Et quand elle parlait de pagaille, elle n’exagérait pas ; mettre la main sur leurs pelles allait être plus difficile qu’il ne l’avaient pensé. Tandis qu’il jetait un œil du côté des affaires de sport, Théo remarqua une énorme caisse, poussée dans un coin. Elle était remplie de poussière, signe évident qu’elle devait trainer là depuis un bon moment. Bien loin d’être dégoûté, le petit garçon s’approcha et s’agenouilla près de la caisse en carton. Oubliant qu’il était ici pour une mission urgente, il ouvrit celle-ci avec avidité.

« J'arrive paas ! C'est trop haut. »


C’est à peine si l’enfant entendit ce que sa sœur lui disait. Il était bien trop occupé à dévorer des yeux le contenu de la caisse : des voitures miniatures. Des dizaines et dizaines de peties voitures! Les yeux brillants, Théo s’empara de l’un des véhicules et l’examina plus attentivement. Il ne lui fallut que quelques secondes pour réaliser que ce qu’il tenait entre les mains n’était autre que l’une des pièces de la collection de vieilles voitures de son père. Plus jeune, il se souvenait d’avoir supplié des heures durant pour pouvoir seulement toucher l’un de ces merveilleux engins. Malheureusement, son cher paternel lui avait toujours refusé ce plaisir, prétextant que ce n’étaient pas des jouets mais bien des pièces d’une collection très précieuse. Puis, du jour au lendemain, toutes les voitures avaient disparu de l’étagère où elles se trouvaient. Interrogés, ses parents lui avaient affirmé qu’ils s’en étaient finalement débarrassés, faute de place dans la maison. Et voilà que, des années plus tard, toutes ces voitures se retrouvaient entre ses mains, dans une vieille caisse presque moisie. Non seulement il était désormais détenteur d’un merveilleux trésor mais en plus - et surtout - il détenait là la preuve que ses parents étaient de vilains menteurs. Ils méritaient bien d’être punis eux aussi.

« Si tu m'aides pas, on pourra pas enterrer Henrientta et après, Papa et Maman y vont nous punir ! »

En entendant les plaintes aiguës de sa sœur, Théo leva les yeux au ciel. Qu’est-ce qu’elle pouvait être agaçante celle-là ! A regret, il jeta un dernier coup d’œil sur sa toute récente trouvaille puis referma la caisse. En revanche, il se garda bien de remettre en place la voiture qu’il avait extraite quelques secondes plus tôt, préférant l’enfouir dans sa poche. Dès qu’il aurait récupéré son camion de pompier, il viendrait en chercher d’autres. Se tournant vers sa sœur, il déclara d’un ton impérieux:

« Compte pas sur moi pour t’aider à monter, t’es beaucoup trop grosse. J’vais escalader. Laisse-moi faire ! »


Et, joignant le geste à la parole, il se précipita sur une vieille étagère branlante adossée au mur et entreprit tant bien que mal son ascension. Les pelles n’étaient pas accrochées trop en hauteur si bien qu’il mit moins d'une minute à s’en emparer. Son butin dans les mains, le petit garçon sauta du haut de l’étagère plutôt que de reprendre le chemin en sens inverse. Une fois sain et sauf sur la terre ferme, il se tourna fièrement vers sa sœur, prêt à lui tendre l’une des pelles. Mais cette dernière ne lui accorda aucune attention. Elle était bien trop occupée à regarder avec effroi l’étagère qui, ayant visiblement souffert de poids de son frère, était en train de lui tomber dessus…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD7e annéeAdmin colérikikique mais qui se soigne
    SERPENTARD
    7e année
    Admin colérikikique mais qui se soigne
AVATAR : Barbara Palvin
MESSAGES : 3735

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire, et très sélective
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 31/12/1981, LONDRES
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo} Mar 27 Jan 2015 - 20:33

Kiarah ce cessait de se creuser les méninges pour trouver une solution. Atteindre ces pelles était primordial, et le temps pressait tellement ! Voyant que son frère ne répondait pas à ses supplications, elle se retourna et le vit soudain s’amuser avec de vieilles voitures rangées au fond d’une caisse poussiéreuse. Etrange, il lui semblait les avoir déjà vues quelque part. N’étaient-ce pas les automobiles que papa avait exposé un jour dans le salon, et que Théo désirait tant ? A vrai dire elle n’en avait que faire, la seule préoccupation que devait avoir son aîné en ce moment ne devait être que ces fichues pelles !

« Compte pas sur moi pour t’aider à monter, t’es beaucoup trop grosse. J’vais escalader. Laisse-moi faire ! »

Elle s’apprêtait à lui répondre, mais c’était peine perdue, il était déjà en train d’escalader l’armoire. Indignée et boudeuse, elle l’observa les bras croisés tandis qu’il poursuivait son ascension. C’est vrai qu’elle était un peu plus dodue que les autres fillettes de son âge, mais tout le monde disait qu’elle était adorable, avec ses bras un peu potelés et ses petites joues roses rondouillettes. Et maman lui coiffait toujours très bien ses longs cheveux bruns, alors que Théo avait toujours l’air de sortir tout droit d’un champ, avec ses cheveux ébouriffés et ses habits tâchés de terre ! Les parents les réprimandaient souvent, lui et Tony, parce qu’ils en avaient assez de devoir laver leur linge tous les jours. Kiarah n’avait jamais rien à se reprocher là-dessus, puisqu’elle était toujours très propre sur elle. D’ailleurs, elle se trouvait bien plus jolie que ses frères.

Tandis qu’elle continuait à bouder, elle entendit alors derrière elle un petit miaulement. C’était leur petite chatte, Carpette, qui sans doute curieuse du bruit que faisaient les enfants, était venue les voir. Kiarah la caressa un instant, avant de jeter un coup d’œil à son frère, qui était parvenu au sommet de l’étagère et s’était emparé de leurs ustensiles. Oubliant soudain sa colère, elle le regarda, visiblement ravie, jusqu’à ce qu’il saute de son sommet pour revenir sur la terre ferme. Le visage de la petite fille blêmit toutefois lorsqu’elle se rendit compte que l’armoire sur laquelle Théo était perché il y a encore quelques secondes à peine, commençait dangereusement à trembler. Il ne fallut que très peu de temps pour que celle-ci ne s’écrase sur eux en un grand fracas.


La poussière virevoltait dans le garage de la maison suite à la terrible chute des étagères branlantes. Par chance, aucun ne semblait blessé. Kiarah s’était mise à pleurer sous le choc, et aussi parce qu’elle avait reçu un râteau en plastique sur la tête.

« Maman et papa ils vont vraiment être très très en colère », pleurnicha-t-elle en regardant son frère qui avait l’air tout aussi éberlué qu’elle.

La petite continua à pleurer quelques instants, jusqu’à ce qu’elle se rende compte d’une chose grave, encore bien plus grave.

«…..Théo ! Carpette ! Elle est où ? CARPETTTTEEEEEEEEE ! »

Kiarah se souvenait avoir entendu un faible miaulement au moment où l’étagère leur était tombée dessus. Cherchant des yeux son petit chat, elle vit alors la queue du félin dépasser de sous une caisse qui avait atterri sur le sol pendant la chute. S’étant soudain arrêtée de pleurer, elle regarda alors son grand frère, horrifiée, et ne sachant que dire….

Spoiler:
 

_________________

 


There's more to me than you ever will know
Down here where the rest of us fell

Obsession has begun
Possessed by destruction
How did I get so low?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo} Aujourd'hui à 19:37

Revenir en haut Aller en bas

Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Mars 1986; Londres ~ Carnage chez les Garner {Théo}» le 2 Viressë, le 25 Mars en Arda et chez nous.» La vocation de l'élite par JEAN PRICE MARS» Le forumhaiti face à l'histoire d'Haiti de 1986 à 2006» visite chez le gynéco
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps-