AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Mai 1996] Un rêve étrange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Mai 1996] Un rêve étrange Dim 21 Mar 2010 - 18:03

    Assis dans son fauteuil, le regard vitreux, il laissa tomber le journal sur le sol. La salle commune était plongée dans le pénombre du soir. Le silence était maitre des lieux. Seule battement d'une bourrasque de vent qui tapait contre les grandes vitres, se faisait entendre. Les pages d'un livre d'astronomie posé sur la table basse, tournaient lentement au rythme d'une respiration régulière. Les tableaux de la pièce dormaient profondément, ne cherchant pas à troubler le silence. Le soleil qui se couchait doucement à l'horizon, se faisait de plus en plus mendiant. La pénombre englobait peu à peu chaque objet de la salle commune. Comme si elle prenait plaisir à savourer l'un des mets les plus délicieux que préparaient les Elfes de Maison. Seule une ombre, grande et svelte, se tenant dans un fauteuil semblait munie de vie. Mais à son apparence, on aurait pu le croire mort. Son visage inerte, semblait pencher de plus en plus vers la gauche, comme si les muscles de son cou, n'étaient plus apte à un port de tête droit. Ses bras tombaient des deux cotés du fauteuils, et ses jambes semblaient molles. Un cadavre qui sombrait dans l'oubli.

    Soudain Justin se réveilla. Sa respiration semblait rapide, et il suait énormément. Ouf. Ce n'était qu'un cauchemars, rien de plus. Il regarda tout autour de lui. La pièce baignait dans l'éclat d'un soleil de printemps, en plein après-midi du mois de mai. Certains jouaient aux cartes, d'autres lisaient, voire travaillaient leurs coups de sortilèges. Le jeune homme passa une main sur son front, comme s'il venait de courir plusieurs kilomètres. Il ne comprit pas vraiment pourquoi ce rêve lui avait fait tellement d'effets. En même temps, il ne s'agissait que d'un homme mort dans une pièce très familière. Cet homme ne lui ressemblait pas pour autant. On aurait bien pu croire qu'il s'agissait de Justin, se décomposant sur ce même fauteuil, où il était assis à cet instant précis. Mais non. Alors pourquoi avait-il eut peur ? Il essaya de se rappeler de son rêve... Mais en vain. Peut-être qu'en attendant un peu, il retrouvera le visage de cet homme mourant. Il se leva, puis contempla la pièce de ses moindres recoins. Soudain un élève de deuxième année passa devant lui, en lui marchant sur le pied, jouant avec une bombabouse.


    - "Hey toi ! Tu pourrais t'excuser... Par la barbe de Merlin, qu'est-ce que tu fabriques avec ça ? C'est interdit dans l'enceinte de l'école ! Si Ombrage te voit avec ça, on risque de perdre des points..."

    Heureusement qu'il était là pour gérer ce genre d'incident... Et grâce à son magnifique grade de préfet, il pouvait profiter pleinement, de priver quelques petits innocents, du plaisir de se comporter comme une petite crapule. Justin sortit sa baguette magique, et rangea à l'aide d'un sort de lévitation, la bombabouse dans son sac. Il resta quelque peu songeur par rapport à son rêve. Sa soeur, Alexandra Montaigne, avait un don particulier. Lorsqu'elle faisait des rêves plutôt intenses, généralement ils se réalisaient. Ou peut être qu'elle était en lien avec quelqu'un. Elle n'avait jamais trop su. Peut-être que Justin était dans le même cas. Peut-être qu'il avait eut accès aux pensées de quelqu'un. Qu'il était lié ? Mais c'était impossible... Ce genre de chose ne peut arriver qu'aux grands héros, comme Harry Potter qui était liée à Celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom. Bref, le préfet de Serdaigle essaya d'évacuer cette idée de la tête, puis s'installa dans un fauteuil, un bon bouquin dans les mains.


Dernière édition par Justin Montaigne le Dim 18 Avr 2010 - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Dim 21 Mar 2010 - 20:26

Pouwah ! Mathieu détestait décidément ces nuits blanches. Comme à ses habitudes, il était resté assis à la fenêtre de la salle commune à attendre. Mais attendre quoi au juste ? Attendre le son d'un hurlement d'un loup ? Non. Bien que Mathieu est retrouvé sa soeur, il lui était toujours impossible de dormir les nuits de pleine lune. Clara lui avait bien sûr expliqué comment elle faisait dans ce cas là, avec cette nouvelle potion tue-loup mais ce n'avait pas suffit à rassurer le jeune homme pour autant. Hier soir il l'avait accompagné jusqu'à la porte de la salle commune, histoire de la protéger tant qu'il le pouvait encore. Pour lui, il était impossible d'imaginer une gamine de 12 ans, pâle comme la mort, frêle comme les feuilles d'un arbre, dehors en pleine nuit et dans la forêt interdite en plus. Un endroit où Mathieu ne mettait jamais les pieds, vous pouvez en être certain !
Vous pouvez donc imaginer sa tête au petit matin ? Il avait courut chercher à manger dans la grande salle et avait attendu sa soeur dans le hall en jetant sans cesse des coups d'oeil dans le parc. Heureusement nous étions un samedi et après un bon petit déjeuner tous les deux, Clara partit directement se coucher. Mathieu en profita pour réviser quelques cours et faire les devoirs demandés des autres professeurs. Telle fut sa matinée peu intéressante.

Dans les alentours de quatre heures de l'après midi, après avoir peu manger au repas de midi et bavarder avec quelques camarades de classe sur un sujet particulièrement coriace du professeur Rogue, Mathieu monta dans sa salle commune. Lui qui croyait la voir peu animé avec le soleil qu'il faisait dehors, il remarqua que plusieurs élèves s'y trouvaient tout de même. Mathieu se faufila parmi les tables où se trouvaient des joueurs d'échec (il remarqua d'ailleurs qu'un d'eux pouvait faire échec et mat, mais ne dit mot) puis enjamba les jambes d'un élèves de premières années qui venaient de goûter à une de ces friandises des Weasley puis réussit à se glisser jusqu'à un canapé où se trouvait à l'autre bout un septième année concentrait dans son travail. Mathieu fit bien attention en s'asseyant de ne pas le déranger en le bousculant ou tout autre geste qui aurait put engendrer sa colère. Une fois, dans ce canapé si moelleux, Mathieu sentit ses yeux s'alourdir. Il n'avait pas dormit dans les environs de 21 heures, c'était normal que son corps et son esprit est besoin de repos. Ainsi, tout doucement, les bruits autour de lui s'atténuèrent, sa vue devient flou jusqu'à ce que tout disparaisse brutalement et qu'il plonge dans le sommeil.


« Hey toi ! Tu pourrais t'excuser... »

Mathieu se réveilla en sursautant légèrement. Il avait été tiré de son sommeil d'une manière trop brutale pour qu'il se rende compte de qui il était, où il était, quel jour il était et tout ce qui suit. La première chose qu'il comprit c'est qu'on le rappelait à l'ordre. Mathieu tourna la tête vers celui qui venait de parler, sa vue encore floue et les cheveux décoiffés (comme d'habitude en faite =='). Mathieu mit une minute à comprendre que le préfet de Serdaigle ne parlait pas à lui mais à un élève de seconde année. Mathieu passa sa main sur son visage pour reprendre un peu contact avec la réalité. Petit à petit, il entendit toute la salle commune, sentit une odeur de cheveux cramé qui venait d'un groupe de sixième année qui s'entraînaient, et vu correctement le préfet. Normal qu'il soit surpris, celui-ci se trouvait à même pas un mètre de lui, dans un fauteuil à côté du canapé où se trouvait Mathieu. Il remarqua que le bosseur à côté de lui avait disparut puis chercha l'horloge des yeux. Il avait dormi à peine 10 minutes, mais il lui semblait que ça fessait une éternité. Mathieu se redressa et prit un bonbon qui traînait sur la table. Il venait de dormir sans rêver. Quelque chose qui lui arrivait rarement. Il enleva le papier, tout en essayant de se concentrer sur son court sommeil. Il essaya en vain de se souvenir d'une simple image, mais non rien. Il prit le bonbon dans ses doigts et le mit dans sa bouche. Au simple contact de la sucrerie sur la langue, de terrible vomissement lui monta à la gorge. Il n'eut le temps que de courir jusqu'à la fenêtre. Il vomit une première fois, sans avoir eut le temps de l'ouvrir. A la seconde fois il réussit à vomir dehors. Sensation affreuse et terriblement désagréable. Mathieu détestait vomir. Petit, il vomissait presque tout le temps dans la voiture et avait horreur de la mer. Il suffisait qu'il se trouve sur un bateau qui tangue un peu pour que son repas du midi ou du soir soit évacué par la bouche. Mathieu tremblait, se tenant au rebord de la fenêtre tellement habitué à cette situation. Ce que Mathieu détestait le plus c'était l'odeur. Une odeur qui vous prend le nez et qui ne vous quitte que si vous respirez une odeur plus forte, comme le vinaigre. Mathieu mit biens cinq minutes à calmer ses vomissements. Il était tout pâle lorsqu'il retira sa tête de l'encadrement de la fenêtre. Il tremblait toujours et il se sentait vidé. Que soit maudit les Weasley !


Dernière édition par Mathieu Lenoir le Mar 27 Avr 2010 - 13:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Mer 24 Mar 2010 - 22:24

    Alors qu'il était plongé dans une douce lecture, le préfet de Serdaigle entendit un dégorgement immonde s'écraser sur le sol de la salle commune. Qui avait bien pu oser vomir en sa présence ? C'était juste inacceptable. Bon, en même temps, avec tout ce qui circulait entre les élèves, il était normal que quelqu'un puisse tomber malade. Bien entendu, il s'agissait de l'œuvre cruel de Fred et Georges Weasley... Qui avait bien pu vouloir manger l'une de leurs cochonneries ? Justin se leva de son siège, incroyablement bien installé auparavant, pour laver la grosse éclaboussure de vomi.

    « Tergeo ! »

    Heureusement qu'il était de nature douée en Sortilèges et Enchantements... Sinon la tâche aurait triplée de volume. Et ça, il n'était pas question pour les autres étudiants, de devoir supporter l'odeur du vomi plus longtemps. Justin n'était pas de très bonne humeur, vu qu'il n'arrivait pas à comprendre le rêve qu'il avait fait quelques minutes dans le passé. Il se dirigea donc vers le garçon maladif. Baguette à la main, le visage sévère, Justin avait tout pour faire peur. Mais il n'avait pas envie de passer pour un rabat-joie, même si l'envie de gourmander Mathieu était là. Il ne le connaissait pas particulièrement, mais simplement de vue. Peut-être l'avait-il croisé au cours d'une soirée ou bien même dans ce lieu, propice aux rencontres. L'adolescent tendis un mouchoir au jeune Serdaigle complètement déboussolé.

    « Tiens. Tu as du vomi sur le visage et sur ta cravate... »

    C'est avec un petit sourire en coin, que Justin contempla le garçon. Il ressemblait au stéréotype parfait d'un jeune Serdaigle déprimé. Le visage blafard, les yeux légèrement rouges, comme s'il venait tout juste de sortir d'une drogue parfaite. Mathieu n'avait pas l'air en forme, mais surtout, il semblait avoir subit une sorte de maléfice ou bien avait-il mangé quelque chose qu'il ne fallait pas. Du moins, son regard en disait tant. Justin ne savait pas trop quoi dire. Il n'aimait pas vraiment taper la discute avec des gens qu'il ne connaissait pas. Mais en même temps, il était là pour créer des liens entre les élèves. Alors quitter les lieux n'était pas la solution. Justin n'aimait pas non plus voir quelqu'un mal à l'aise. Et qui avait-il de plus mal à l'aise d'avoir vomi en public, et d'être observé et jugé de haut en bas, par une bonne dizaine d'élèves ?
    Justin fusilla du regard un groupe de jeunes Serdaigles, qui semblaient glousser et critiquer la tenue du jeune Lenoir. Il donna une petite tape amicale dans le dos de son camarade et l'invita à prendre place, face à la cheminée, après avoir dégager l'endroit.


    « Tu t'appelles Mathieu Lenoir n'est-ce pas ? Moi c'est Justin Montaigne. Tu as sûrement déjà entendu parlé de moi, vu que je suis le nouveau préfet. Qu'est-ce qui s'est passé dis moi ? »

    Vomir comme ça... il n'y avait aucun sens. Il fallait toujours une bonne raison. D'ailleurs, Justin semblait avoir déjà vu quelqu'un appartenant à la famille Lenoir. La ressemblance était assez frappante. Il avait croisé une jeune fille dans la volière l'autre jour, aussi maladive que ce jeune garçon. Justin se racla la gorge avant de reprendre. Il ne laissa même pas le temps à Mathieu de répondre à ses questions.


    « Dis moi... Tu n'aurais pas une soeur par hasard ? »


Dernière édition par Justin Montaigne le Dim 18 Avr 2010 - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Lun 29 Mar 2010 - 17:42

S'appuyant contre le rebord de la fenêtre, pour reprendre ses esprits, Mathieu entendit à par les rires moqueurs des élèves de sa maison une personne s'adressait à lui. Il se retourna et aperçut le préfet de leur maison nettoyer le vomi qui avait taché le tapis. Mathieu observa le préfet qui avait rappelé à l'ordre un seconde année avant que Mathieu ose toucher à cette cochonnerie. Le préfet de Serdaigle ou plutôt Justin était en sixième année si Mathieu s'en souvenait bien. Grace à sa grande taille cependant, Mathieu n'avait pas l'air "d'un petit" de deux ans de moi que son ainé. Celui-ci avait des cheveux noir et des yeux d'un bleu clair, mais Mathieu en s'attarda pas sur son physique. Après tout il le connaissait de vu, et entre "mecs" on se regarde assez rarement.
Mathieu se tourna vers Justin qui accomplissait à merveille son rôle de préfet. Il venait de nettoyer la salle commune et maintenant il venait auprès de Mathieu lui donner un mouchoir. Mathieu accepta et enleva de se qu'il pouvait sur ses vêtements. Pendant qu'il s'essuyait, Mathieu sentit le regard de Justin et ceci le mit un peu plus mal à l'aise. Après les rires moqueurs des élèves qui vous regardent de haut en bas, maintenant Mathieu était avec le préfet. Quelle image, il devait donner de lui ? Mathieu n'aimait pas être au centre de l'attention et encore moins quand ce n'est pas à votre avantage. Il s'imaginait déjà entre la rumeur se répandre. Celui qui vomi. Pour pas Mathieu !
Le jeune homme une fois finit, même s'il restait des auréoles sur sa cravate. Mathieu releva la tête puis essaya de sourire en guise de remerciement. Il jeta le mouchoir qui n'était plus utilisable dans la poubelle puis décida de remercier tout de même Justin. Après tout, qu'est-ce qu'il croyait ? Qu'en ouvrant la bouche, il vomirait de nouveau ?


« Merci. »

A peine avait-il prononcer se mot (avec le soulagement que rien n'était sortit de sa bouche), que Justin lui mis une tape dans le dos et l'entraina vers la cheminée loin de l'odeur. Mathieu pensait à aller se changer, et aller boire de l'eau mais ne put dire non au préfet et le suivit. Il s'assirent tous les deux sur un canapé vide à l'approche du préfet. Que voulez-vous, sa a des avantages quand même face aux petits de premières année ! Mathieu sortit sa baguette et utilisa le même sort de le sixième année mais cette fois ci sur sa robe de sorcier. Etant lui aussi doué dans la matière des Sortilèges et Enchantements, il réussit parfaitement son coup et la trace de vomi disparut aussitôt pendant que Justin lui demande :

« Tu t'appelles Mathieu Lenoir n'est-ce pas ?
- Oui, tu es...
Moi c'est Justin Montaigne. Tu as sûrement déjà entendu parlé de moi, vu que je suis le nouveau préfet. Qu'est-ce qui s'est passé dis moi ?
- Oui j'ai déjà entendu parlé de toi. Et heu... pour les vomissements, c'est à cause de ceci. »

Il pointa le bonbon qu'il avait à peine touché et rejeté une fois les vomissements commencés. Le bonbon en question se trouvait sur la table basse en face d'eux, l'air inoffensif, le papier qui servait d'emballage à ses côtés.

« Mais je connais normalement ce genre de friandises, mais je venais de me réveiller. Je n'avais pas encore repris tout mes esprits. Mais ce n'est rien, je ne veux pas pour autant que les Weasleys aient des ennuis à cause de moi. Disons qu'ils ont déjà assez de soucis avec le professeur Ombrage. Non ? »

Mathieu observa Justin. Etait-il un admirateur de Ombrage et en accord avec les opinions du Ministère ou était-il un rebelle du crapaud rose, comme pas mal d'élèves dans la maison Serdaigle, même si peu le montré. En disant ceci, le Serdaigle n'avait en faite pas envie d'avoir des ennuis. Il ne voulait pas qu'à cause de lui, le peu de chose qui fasse rire soit supprimé par SA faute. Il était admirateur du courage des jumeaux face à ces restrictions même si aujourd'hui il était tombé dessus. Mathieu culpabilisa et ne put s'empêcher d'ajouter :

« C'est de ma faute, je n'aurais pas du y toucher. J'ai été bête. »

Mathieu regarda le bonbon. Peut-être sur le coup il avait eut envie d'étrangler les jumeaux roux, mais ce sentiment avait disparut aussi vite qu'il était apparut. Pourquoi en vouloir aux autres, alors que c'est vous qui toucher à ce que vous ne connaissez pas ? Ceci étant le mode de raisonnement de Mathieu. Il était toujours entrain de se remettre en question et de mettre la faute non sur les autres mais sur lui.

« Dis moi... Tu n'aurais pas une soeur par hasard ?
- Oui, j'ai une petite soeur. Clara... Tu la connais ? »

A cette question, un véritable sourire était apparut sur le visage de Mathieu. Clara, la préoccupation totale de Mathieu. Une soeur fragile et innocente frappé d'un mauvais sort qu'il fallait protéger en tant que grand frère. Le sujet de sa soeur le mit tout de suite un peu plus à l'aise, mais cependant il était troublé qu'il la connait. Il était en sixième année et elle en deuxième. L'avait-il surpris dans les couloirs, hier soir et l'avait punit alors qu'elle devait allé dans la forêt interdite ? Tout de suite, l'imagination débordante de jeune homme prit le dessus sur la réalité.


Dernière édition par Mathieu Lenoir le Mar 27 Avr 2010 - 13:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Lun 29 Mar 2010 - 22:08

    Une fois installé, les deux jeunes garçons entreprirent une discussion. Justin voyait bien que Mathieu était mal à l'aise. En même temps, ils ne se connaissaient que très peu, et Justin était préfet. Ce n'était pas forcément drôle de se retrouver en tête à tête avec l'autorité. Mais en même temps, personne n'osait plus porter un seul rire sur le pauvre Lenoir. Il enleva le vomi qui était resté collé à sa cravate à l'aide de sa baguette magique, puis le remercia. Accordant un sourire à son camarade, Justin prit ses aises. Il posa ses pieds sur la table basse, et ses bras sur les accoudoirs du fauteuil. C'était bien agréable d'avoir un peu de pouvoir, pour profiter de quelques privilèges. Alors pourquoi est-ce que Mathieu se sentait-il aussi mal à l'aise ? S'il s'agissait encore de cette histoire de vomi, ça n'avait plus d'importance. Tant que les Serdaigles étaient respectueux entre eux, tout allait pour le mieux du monde. Du moins, c'est ce que pouvait croire notre cher préfet. Mathieu enchaina sur ce fameux bonbon vomissant.

    « Mais je connais normalement ce genre de friandises, mais je venais de me réveiller. Je n'avais pas encore repris tout mes esprits. Mais ce n'est rien, je ne veux pas pour autant que les Weasleys aient des ennuis à cause de moi. Disons qu'ils ont déjà assez de soucis avec le professeur Ombrage. Non ? »

    Ce n'était vraiment rien, et Justin afficha un large sourire imitant le vieux crapaud rose qui parcourait les couloirs, sa baguette à la main. Il se rappelait bien du dernier cours de Défense Contre les Forces du Mal qu'il avait eut avec elle... Se défendre tout en restant diplomate. Lors de la partie pratique, il avait eut la forte envie de faire avaler le bout de bois qu'Ombrage lui avait pointé dessus pendant une bonne dizaine de minutes. Bien entendu il ne la supportait pas, mais elle avait le pouvoir. Alors pourquoi se résigner à la détester ? Si on suivait les consignes qu'elle donnait, il n'y avait aucun problème. Puis Justin était quelqu'un de perfectionniste. De ce fait, il ne cherchait pas vraiment les ennuies. C'est du moins pour ça qu'il fut nommé préfet de Serdaigle.

    « Oui je pense aussi. Ces Weasley ne savent vraiment pas se mettre à carreaux ! Ce qui m'ennuie par contre, c'est de voir circuler ces cochonneries dans l'école... Et dans notre salle commune. Par principe, j'aimerai éviter de devoir m'expliquer face à Ombrage sur le fait que les Serdaigles puissent posséder des produits de frères Weasley. Enfin bref... »

    Mathieu s'excusa une seconde fois, ce qui commença à exaspérer le jeune Montaigne. Pourquoi est-ce que les gens cherchaient-ils toujours le pardon ? C'est bon, il ne l'avait nullement gourmander sur le fait d'avoir toucher ce bonbon. En fait, c'est plus Justin qui se sentait coupable d'avoir laissé un tel objet trainer dans les environs. C'est donc avec l'aide de sa baguette magique, qu'il fit léviter la sucrerie malsaine, pour l'enfermer dans la commode aux objets confisqués. Par ce geste si ample et harmonieux, le jeune Serdaigle se sentait pourtant épier du regard. Comme détesté par le fait d'être si autoritaire et peu cool. Mais bon, ses chers camarades de maison ne pouvaient pas comprendre. Si Ombrage voyait ne serai-ce qu'une seule opposition de la part d'un Serdaigle dans la salle commune, c'est lui qui prenait tout. Et Justin n'avait vraiment pas envie de faire face à cette Harpie furieuse. Surtout ne pas mêler ses parents dans une histoire qui ne les concernent pas. D'ailleurs, comment pouvait réagir Ombrage si elle savait que la mère de Justin était moldu ? Tout le monde savait qu'elle détestait les moldus... Ce n'était plus une rumeur, mais un fait. Justin décida de dévier la conversation sur la soeur de Mathieu. Il savait très bien qu'il en avait une, vu qu'il l'avait croisé dans la volière la semaine dernière.

    « Oui, j'ai une petite soeur. Clara... Tu la connais ? »

    Avant de répondre à la question, Justin se pencha vers la table basse et commença à jouer avec des cartes laissées à l'abandon. Bien entendu, elles étaient enchantés, et les petites figurines qui se trouvaient à l'intérieur de l'encadrement des bouts de cartons, s'aventuraient de cartes en cartes. Le même principe que les tableaux de l'école. Ça devait être assez pénible de jouer tranquillement, sans que l'un des personnes ne vous fasse une farce.

    « Je la connais comme si comme ça... Elle a de nombreuses faiblesses. Je l'ai croisé dans la volière, couverte de vomi... A croire que c'est un truc de famille ? Je pense que tu devrais bien t'occuper d'elle Mathieu... Crois en mon expérience de grand frère ah ah ! »

    Son rire était amical, mais en même temps très forcé. Alexandra n'a pas toujours été la fille dure et franche qu'elle est maintenant. Justin l'a souvent sorti de nombreuses galères, et surtout de sa solitude. Bien qu'elle ne l'ait jamais remercier, l'ainé de la famille Montaigne, savait qu'au fond de son petit être fébrile, sa sœur l'aimait par dessus tout. Il toisa Mathieu pendant quelques secondes, puis se massa les tempes. Justin voyait bien que le jeune Serdaigle avait énormément d'amour pour sa sœur. Mais était elle en sécurité à Poudlard ? Si Mathieu se voulait être le meilleur des grands frères possible, il se devait d'être à ses cotés. Or là, il ne l'était pas. Mais Justin ne voulait pas en rester là. Il avait l'intention d'en savoir un peu plus sur le rêve du jeune Lenoir. C'est vrai. Après tout, pourquoi être encore dans les vapes après une petite sieste de 5 minutes ? C'était tout de même étrange. Cependant, il préféra attendre la réponse du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Dim 4 Avr 2010 - 15:57

Tout en parlant, Mathieu observa Justin se détendre. Celui-ci posa ses pieds sur la table basse écarta ses bras. Mathieu fit comme si de rien n'était et continua sa réponse. Jamais, il n'aurait oser limiter ou être aussi décontracter. C'était dans sa nature aussi. Il le faisait bien sûr, mais rarement et seulement chez lui quand il était seul. Pour vous dire, qu'il ne le ferait jamais, dans une salle commune bondée de monde. Mais Mathieu oublia vite ce détail et décida d'être plus sympathique avec le préfet. Oui, il avait du pouvoir, de l'autorité mais ce n'était pas non plus la police. -Mathieu aimait bien faire des références moldus avec le monde sorcier.- Le serdaigle voyait bien qu'il essayait ou qu'il voulait l'aider à se mettre à l'aise et Mathieu décida de faire un effort, en posant son dos contre le dossier du siège. Il était droit comme un I, se qui accentué sa grande taille.
Mathieu aperçut le large sourire de Justin lorsque le Serdaigle finit de parler. Qu'est ce qui le faisait sourire ? Le fait qu'il parle de Ombrage ? Mathieu restait toujours très prudent avec ce sujet. On racontait que à présent, elle invitait les élèves dans son bureau et les faisait dire la vérité sans que les jeunes sorciers sans rendent compte. Mathieu avait frémit de peur à cette nouvelle qui, espérait-il, soit une simple rumeur pour accentuer le portrait d'Ombrage. Mathieu n'aimait pas cette femme et ses manières. Depuis l'évasion massive à Askaban de plusieurs mangemorts hautement surveillés, Mathieu trouvait la version de Harry Potter beaucoup plus plausible, bien qu'effroyable, que celle du Ministère qui ne savait que nier et trouver des excuses improbables.


« Oui je pense aussi. Ces Weasley ne savent vraiment pas se mettre à carreaux ! Ce qui m'ennuie par contre, c'est de voir circuler ces cochonneries dans l'école... Et dans notre salle commune. Par principe, j'aimerai éviter de devoir m'expliquer face à Ombrage sur le fait que les Serdaigles puissent posséder des produits de frères Weasley. Enfin bref... »

Mathieu commençait à cerner le caractère du préfet. Justin était quelqu'un qui aimait faire ce qu'il était dit. C'était quelqu'un de droit. D'après ce que Justin venait de lui dire, c'était sûrement quelqu'un qui ne cherchait pas les ennuis préférant respecter ce qu'il avait à faire. Il était sûrement aussi ambitieux, vu que c'est un préfet et qu'il aime le dire. Mathieu voyait son préfet ainsi pour le moment. Mais il voyait bien que c'était quelqu'un de sympathique. Il lui avait prouvé en essayant de le mettre à l'aise.
Le jeune homme ne relança pas le sujet sur les frères Weasley et n'osait encore moins parlé d'Ombrage. Heureusement Justin aussi évita ce domaine de conversation et préféra la clôturer en enfermant le bonbon des Weasley dans un tiroir où Justin confisquait tout ce qui était interdit. Il faut dire, qu'il y en avait de ces choses interdites ! Mathieu avait toujours l'impression d'être en faute à peine il sortait de sa salle commune. Il c'était même un jour, demandé si Ombrage n'avait pas mis des vidéos surveillances version sorcier dans les couloirs ! Bien que cela ne soit pas possible, il restait tout de même la B.I. La Brigade Inquisitoriale doit faisait partit en très grand nombre, des serpentards. Cela, avait étonnait le moins du monde Mathieu qui était habitué à se prendre des coup d'épaules par les septièmes années qui faisaient sa taille. Ceux plus petit, éviter quand même.
Ils abordèrent donc le sujet sur Clara, la soeur de Mathieu. Pendant qu'il lui répondait, Justin joua avec des cartes. Mathieu eut peur qu'il lui propose une partie. Le Serdaigle était bon que aux échecs et non aux cartes. Décidément, mal installé en essayant d'être détendu, Mathieu se redressa, posa ses coudes sur ses genoux, et prit ses mains les unes dans les autres.
Justin rit après avoir posé quelques questions à Mathieu. Celui-ci observa son préfet qui semblait s'être perdu. Sa dernière phrase, ne lui faisait que penser que le préfet avait lui aussi une jeune soeur. Aussi proche que de lui que Clara et Mathieu l'était ? Il ne le savait pas, mais après ce qu'on vécut, les deux Lenoir, c'était presque une certitude qu'ils soient aussi proche l'un de l'autre. Justin dans ses pensées et Mathieu dans les siennes, fixant le feu dans la cheminée, un silence s'installa. Mais il dura peu, lorsque Mathieu décida de répondre après avoir choisis ses mots. Il devait toujours être très prudent lorsqu'il parlait de Clara.


« Elle a oublié de me raconter cette mésaventure... Surement oui. Il sourit avec tendresse en pensant à sa petite soeur. Je m'occupe de ma soeur. Je fais très attention à elle. Elle me le reproche même de temps en temps. Je suis même un peu trop protecteur. Nouveau sourire en coin, puis se retourne vers Justin. Tu as donc un frère ou une soeur ? Est-il à Poudlard, il me semble pas... Oh mais si ! Ne serait-ce pas Alexandra ? En Gryffondor ? Nous sommes de la même année, je suis donc dans sa classe la plupart du temps. »

Sa y est, Mathieu s'était décontracté. Il était temps ! Il n'avait pas tout de suite fait le lien entre Justin et Alexandra, sa soeur. Il la connaissait sans plus, mais il était heureux de savoir au moins qui c'était. Mathieu n'avait que rarement parlé à la rouge et or, étant timide et elle d'un caractère assez fort. Mais cependant, Mathieu doutait que ces deux là soient proches l'un de l'autres, Mathieu ne se souvenait pas d'avoir vu Alexandra avec son frère. Bien que cela fasse quatre ans qu'il soit à Poudlard. Mais peut-être était-il proche tout en gardant une certaine distance. Après tout avoir de al famille dans la même école n'était pas toujours facile. Pour les Lenoir c'est différent bien sûr, mais il arrivait à comprendre les autres.


Dernière édition par Mathieu Lenoir le Mar 27 Avr 2010 - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Dim 18 Avr 2010 - 15:58

    Il eut un rire de bon coeur et posa ses deux mains sur ses cuisses. Les yeux bleus de Justin se posèrent sur ceux de Mathieu. Il en avait mit du temps pour se décontracter. C'est vrai que les jeunes Montaigne n'étaient pas très proche au sein de l'école, mais durant les vacances scolaire, c'était toujours avec plaisir qu'ils s'amusaient à faire des farces à leurs parents. Justin croqua dans sa pomme, puis fit un petit clin d'oeil au Serdaigle.

    « C'est vrai qu'Alexandra et moi sommes totalement différent. Déjà physiquement et mentalement ah ah ! Par contre, on doit avoir le même sens de l'humour pourri ! »

    C'est vrai que Justin a un humour assez particulier. On va dire que les blagues les plus nulles peuvent le faire mourir de rire. Il ne pourra jamais oublier le moment qu'il avait passé avec une très bonne amie en 3ème année dans la salle commune. Il était tard le soir, et tout le monde finissait ses devoirs pour monter se coucher. Justin était resté avec elle, toujours à bosser sur leur dissertation d'histoire de la magie. Puis un moment, la folie prit l'envie à son amie de raconter n'importe quoi. Au début elle ne finissait pas ses phrases et se comportait comme une attardée sortie droit de St Mangouste... Puis passe le temps et la voilà entrain de raconter des blagues aussi stupides que pourrait en sortir un troll des montagnes. Bien sûr, Justin lui était mort de rire. Un sourire se dessina sur le visage du préfet à cette pensée. Que c'était bon d'être jeune et insouciant ! Maintenant, il n'avait plus trop l'occasion de partir dans des délires avec ses amis. Ils étaient bien tous prit par le travail et le stresse de l'année prochaine. Et oui, les ASPIC lui faisait peur. Même si ses parents n'arrêtaient pas de le dire que tout allait bien se passer, Justin se mettait la pression tout seul. Bon, en même temps il adorait passer son temps, le nez plongé dans un grimoire. Et puis, apprendre la magie était chose plus agréable qu'une équation à résoudre en mathématiques... Quoiqu'il aimait tout au plus les matières moldus. Et oui, avant de venir à Poudlard, sa mère Hanna avait prit le soin de leur faire cours à la maison. Donc il connaissait le programme moldu et bien entendu le monde de la magie.

    Justin n'avait pas envie de passer son temps à relater des vieux souvenirs. Il voulait aller de l'avant et avait également envie de connaître un peu plus ce cher Lenoir. Mathieu semblait être quelqu'un de très discret tout comme sa sœur. Mais il avait bon cœur et paraissait légèrement plus ouvert. Du moins, Justin avait pu ouvrir une conversation avec lui. Ce qui était bien plus dur avec Clara. D'ailleurs, une image frappante de sa sœur lui revint à l'esprit. Il n'avait pas vraiment envie de retourner sur ce sujet de conversation, mais l'état de santé de la cadette des Lenoir l'inquiétait beaucoup. Il n'avait pas averti l'infirmerie, ni même Ombrage, car il semblait qu'avertir Mathieu en premier était meilleure chose à faire. Et puis de toute évidence, Ombrage semblait de moins en moins rôder dans les parages.


    « Au fait Mathieu... Est-ce que ta sœur va bien ? Je veux dire... A part le fait d'avoir vomi dans la volière, je trouve qu'elle était dans un piteux état... C'était assez effrayant. Et puis, je ne pense pas que ça soit faute de nourriture, parce qu'on est assez gâté de ce coté là. »

    Non pas qu'il voulait blâmer Mathieu sur son rôle de grand frère. Mais peut-être ne voyait-il pas que Clara était au point mort de la gaité et de la joie ? Il n'avait pas vraiment envie de s'investir dans la relation frère-sœur des Lenoir, mais pensait qu'il était préférable d'avertir le grand frère, pour qu'il puisse apporter le plus de soins sur sa petite sœur. Même si celle-ci refuse, autant lui en dissuader. La salle commune quant à elle, se vidait doucement, l'heure du diner approchait. Peut-être que Mathieu se montrerait-il plus confident que Clara ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Mar 27 Avr 2010 - 13:18

Mathieu était à présent beaucoup moins distant et timide qu'au début de leur conversation avec Justin. Celui ci n'avait pas le même soucis que Mat' à parler avec bonne humeur. Le Serdaigle n'oubliait tout de même pas qu'il s'adressait à un préfet. Justin Montaigne semblait très fier et honoré d'avoir ce poste. Mathieu lui savait qu'il ne serait jamais nommé préfet. Il n'avait pas assez de caractère pour punir des petits qui s'amusent à salir la salle commune. Justin lui semblait y arriver tout en répondant aux autres critères de préfets : être à l'écoute des autres. Le Serdaigle se dit qu'être préfet enfin de compte revené à être délégué de classe chez les moldus. Cette idée l'amusa quelque peu, mais elle disparut vite de son esprit lorsque Justin lui confirma que Alexandra était bel et bien sa soeur. D'après son ton et son clin d'oeil que Mathieu n'aurait jamais oser faire, le préfet s'entendait lui aussi très bien avec sa soeur. Mais Mathieu sentait que ce n'était pas le même lien que lui-même avait avec Clara. Il réfléchit un instant et se dit que quiconque n'ayant pas vaincu ce qu'avaient vécu les Lenoir, pouvait ressentir ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre. Mais Mathieu était toujours très heureux de savoir que d'autre frère et soeur à Poudlard s'entendaient à merveille un peu comme eux. Car il savait que le contraire existait. Des frères et des soeurs, ou des cousins qui ne pouvaient plus s'entendre.

Mathieu ne sut que répondre et se contenta de sourire. Il sentit que Justin était parti ailleurs, assez loin de cette pièce, dans des souvenirs que Mathieu ne pouvait connaître. Le quatrième année quant à lui, observa autour de lui les élèves qui jouaient aux échecs. Comme je l'avais précisé plus en haut, Mathieu était un excellent joueur d'échec. Il possédait lui-même ces propres pièces version sorcier qui lui obéissait au doigt et à l'oeil. Au début il avait essayé d'ignorer la partie que menait deux deuxième années qui semblaient très sérieux, mais Mathieu ne pouvait s'empêcher de regarder l'un des enfants. Celui-ci ne cessait de se faire avoir par son adversaire. Ce qui, bien évidemment, exaspéré Mathieu au plus haut point. Il aurait bien aimé lui expliquer la technique qu'utilisée continuellement son camarade et lui dire comment la contrer, mais il se retenait. Et puis aurait-il le courage ? Son attention était donc, une nouvelle fois attirée par cette partie d'échec et Mathieu calcula mentalement les deux façons pour les deux joueurs de gagner, même si l'un avait beaucoup plus de pièces mortes que l'autre. C'était bientôt la fin de la partie et Mathieu se rendit compte que celui qui perdait, pouvait renverser la tendance en trois coups. *Mais non ! N'envoie pas ta tour par là-bas ! Envoie plutôt ta reine !* Mais Mathieu ne put continuer ainsi, puisque Justin venait de reprendre la parole. Toujours concentré par les échecs il mit cependant un certain temps à comprendre. Il n'entendit distinctement que ces mots :


« [...] ta sœur va bien ? [...] piteux état... effrayant... faute de nourriture... »

Il avait entendu toute la phrase mais ces quelques bouts de phrase l'avaient le plus marqué, comme des coups de marteau qu'on lui avait lancé sur le crâne. Il se figea un instant, incapable de bouger, ni de parler. Il avala difficilement sa salive. Justin ne pouvait voir que la moitié de son profil gauche, mais de face, on aurait pu constater le net changement de couleur du Serdaigle. Il était passé du blanc, au vert -comme si il allait de nouveau vomir- puis au rouge écarlate. Le jeune homme se retourna vers le préfet, essayant de reprendre son calme. Il s'en voulait à lui même à présent car il savait que son changement d'attitude n'avait pas échapper à Justin Montaigne. A présent Mathieu se tenait droit, on pouvait sentir sa gêne et son manque d'assurance. Il semblait perdu et profondément mal à l'aise. Mais il culpabilisait, car il savait comment réagir dans cette situation. Même si ça lui était arrivé que très rarement qu'on ose lui poser cette question, il savait quelle attitude il devait adopter. Souvent, il se métamorphosait complètement, sans le faire totalement exprès. Dans les rares moments où cela se produisait, il devenait presque froid et les gens l'avait trouvé désagréable. Mathieu, lui, désagréable ? Oui c'est le monde à l'envers mais c'était la meilleure façon pour que ces personnes trop curieuses n'osent plus poser ces questions tabou. Mais aujourd'hui tout semblait différent. L'attention du jeune homme avait tellement changé de centre d'intérêt qu'il n'avait rien vu venir. Pourtant il le savait, que lorsqu'on parlait de sa soeur, on se rapprochait des interrogations embarrassantes. Mais Mathieu était peut-être un peu trop décontracté pour rentrer dans son personnage froid. Alors au lieu de dire : « Ma soeur est en très bonne santé ! Et je m'occupe d'elle extrêmement bien ! J'aimerais bien savoir si tu t'occupes aussi bien de tes frères et soeurs, toi ! ». A la place de ces phrases, il dit :

« Clara va très bien. Elle a la... digestion difficile. Il lui arrive souvent d'être malade et de vomir ainsi. Et... Je m'occupe d'elle du mieux que je peux. »

Mathieu avait essayé de se reprendre, et avait réussi à parler d'une voix claire et sûre, malgré le chamboulement qu'il avait ressenti. Jamais il ne révélerait le terrible secret que les Lenoir cachés. Mathieu ne l'avait jamais dit à personne et s'était juré à lui et à sa mère, de ne jamais le révéler. Et même si la personne qui se trouvait face lui était un préfet. Mathieu imagina un seul instant que Ombrage soit au courant que Clara soit... malade. Il ferma les yeux, préférant effacer cette pensé de sa tête. Il leva la tête vers Justin. Il espérait avoir était assez convaincant malgré sa piètre prestation.


Dernière édition par Mathieu Lenoir le Jeu 28 Juil 2011 - 0:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Dim 2 Mai 2010 - 11:32

    Bon il était clair que la famille Lenoir cachait quelque chose à Justin. Alors il fallait y aller en douceur. Mathieu n'était pas bête et il ne dévoilerait pas aussi facilement le secret qui pesait sur le famille Lenoir. Mais bien entendu, Justin voulait le connaître. Non pas pour le dévoiler au monde entier, mais juste pour pouvoir aider Clara. Mathieu se disait être un grand frère respectable et très protecteur. C'était bien entendu totalement faux. Il avait juste envie de donner une bonne image de leur famille et montrer à quel point ils étaient soudé. Mais si c'était le cas, pourquoi Justin aurait trouvé Clara rachitique et fragile ? N'importe qui pouvait voir qu'elle avait un sérieux problème, qu'elle était malheureuse et effrayée. Comment pouvait-on laisser ses choses là se faire, sans agir ? De plus, Ombrage ne tarderait sûrement pas à poser une main sur Clara pour lui demander ce qu'elle fait durant les nuits de pleine lune. C'est vrai, à chaque fois qu'on la voit, ses habits sont complètement entaillés, déchirés ou encore couvert de boue. Bref, pas très classe pour une gamine de 12 ans. Mathieu répondit à la question tout en restant très évasif.

    La digestion difficile... N'importe quoi ! C'est pas parce qu'on a des problèmes d'estomac qu'on a l'impression de ressembler à un mort vivant. En plus de ça, Clara semblait manquer de sommeil. Et ça montrait bien qu'elle avait de sérieux problèmes. Justin avait l'intention de l'aider. Mais pour cela, il fallait découvrir le secret de cette famille. Cette famille qui ne voulait rien dire, qui se taisait pour ne pas être aider. Etait-ce l'idée des parents ? Avaient-ils fait un pacte ? Il fallait bien se douter qu'on porterait des soupçons sur leur fille, en envoyant Clara dans une école aussi prestigieuse que Poudlard. Il fallait y aller en douceur, et Justin serait prêt à faire le maximum de recherches pour découvrir le secret de leur famille... Même s'ils n'avaient pas l'intention de lui en parler.

    L'horloge de la salle commune sonna trois coups. Au dehors le temps se dégradait petit à petit. On entendait le tonner et l'ambiance de la salle commune paraissait plus sombre. Il était tout juste trois heure de l'après-midi et la pièce se remplissait petit à petit. Les joueurs de cartes devenaient de plus en plus bruyant, tandis que ceux qui révisaient leurs cours jetaient des regards de braises aux fainéants. Justin n'avait pas l'intention de lâcher Mathieu Lenoir et surtout, il continuerait dans cette discussion. D'ailleurs, il n'allait pas le laisser partir, fuir comme sa pauvre soeur, avoir cette attitude de lâche.


    « Ecoute, je pense que ta soeur à un problème plus sérieux qu'une digestion difficile. Elle n'a pas voulu me le dire... Mais j'ai l'impression que c'est plus grave qu'elle ne veut le montrer. Est-ce que tu es au courant de quelque chose ? »

    Voyant que le jeune Lenoir se montrait septique à l'idée de répondre au jeune préfet, Justin s'avança vers lui, le regard ampli de confiance.

    « Tu peux me donner un indice, n'importe quoi... Je veux aider ta soeur. Vous aider. Je ne dirais rien à personne... J'ai l'impression que tu ne sais pas quoi faire avec Clara et je suis prêt à t'aider. »

    Justin n'était pas du genre à mentir. Surtout pour ce genre de choses. Il était préfet et voulait aider les membres de sa maison. C'était son devoir après tout. Il ne laisserait pas tomber l'affaire Lenoir, même si Mathieu refusait son aide. Même s'il allait dire : Non tout va bien. Justin savait que c'était totalement faux. D'ailleurs, Clara n'avait même pas mentionné le nom de Mathieu, pour dire qu'il y avait un sérieux problème de communication dans leur famille. Qui pouvait être les parents Lenoir pour envoyer leur gamine dans une école de magie aussi loin d'eux, alors qu'elle était de toute évidence, malade.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Sam 15 Mai 2010 - 11:54

* « Mathieu... Je dois te dire quelque chose. » *
Sophie Amore Lenoir semblait assez lointaine de Mathieu. Mais plus elle parlait, plus elle se rapprochait cependant du jeune homme.

« Ecoute, je pense que ta soeur à un problème plus sérieux qu'une digestion difficile. »
Boum boum, boum boum. Son coeur s'accéléra légèrement.

* « Tu te rappelles de la nuit où Greyback est venu ? Il a mordu Clara. Et lorsque qu'un loup-garou mord une personne... » *
Ces mots étaient gravés dans son esprit à jamais.

« Elle n'a pas voulu me le dire... Mais j'ai l'impression que c'est plus grave qu'elle ne veut le montrer. Est-ce que tu es au courant de quelque chose ? »
Le coeur de Mathieu accéléra encore un peu plus. Boum boum, boum boum, boum boum...

* « Celle-ci devient elle aussi un... loup-garou. » *
Sa mère était à présent face à elle, nette et tellement belle. Mais si détruite derrière ses traits d'ange.

« Tu peux me donner un indice, n'importe quoi... »
La voix de Justin était tellement lointaine. Mais les cris de Clara derrière la porte du grenier étaient si proches et si horrible à entendre.

* « Mathieu, il faut que tu me jures quelque chose... » *
Son coeur ne pouvait plus être contrôlé, Mathieu avait l'impression de courir à toute allure, sans jamais ne pouvoir s'arrêter. Il était si fatigué pourtant.

« Je veux aider ta soeur. Vous aider. Je ne dirais rien à personne... »
Son coeur finirait-il par lui arracher la peau de la poitrine, pour bondir au dehors ?

* « Jamais, Ô jamais, tu ne révèleras le secret de Clara quelle que soit la personne... » *
Elle lui semblait si réelle. Clara criait toujours à côté, mais ces cris se transformaient en aboiements effrayants.

« J'ai l'impression que tu ne sais pas quoi faire avec Clara et je suis prêt à t'aider. »
Les boum boum, boum boum de son coeur lui faisaient mal, très mal. *Clara où es-tu ?*

* « Jures le moi, Mathieu !
- Je te le jure maman. » *
Un hurlement de loup s'éleva alors dans les airs, bien qu'il se trouvait simplement dans l'esprit du jeune homme. Mathieu sentit, alors son cœur le lâcher. Il s'était calmé, en fait, il ne battait plus du tout. Le jeune homme se sentit tomber dans un tunnel, où une mince lumière en dessiné le bout. Il se rapprochait d'elle à toute vitesse, l'air lui fouettant le visage. La lumière dorée se rapprocha de plus en plus jusqu'à l'absorber tout entier.

Mathieu rouvrit les yeux. Il était toujours assis sur le canapé de la salle commune. Rien ne semblait avoir changé. Justin se trouvait à ses côtés, légèrement de face et de profil à la fois. Il semblait le regarder avec un regard intrigué mais il restait patient. Mais vu son air légèrement surpris, ce n'était pas la pièce ni même les Serdaigles à l'intérieur qui avaient changés. Mais Mathieu.
Ses yeux étaient noirs, son teint était livide ce qui faisaient ressortir ses cheveux bruns. Les poches sous ses yeux ressortaient beaucoup plus que tout à l'heure, tellement ses traits étaient déformés par la rage qui bouillonnée en lui et la douleur de la vérité le faisait trembler. Il serra ses mains en deux poings menaçants. On aurait pu croire que c'était un moyen pour contrôler ses tremblements, mais non. Mathieu avait bel et bien envie de donner un bon coup de poing à cet idiot de Montaigne. Qu'importe qu'il soit sorcier ou pas, il avait envie de se battre à mains nus de lui faire comprendre sa douleur en le frappant de toutes ses forces. Cependant cette idée ne resta que dans l'esprit de Mathieu, il ne la mit pas en application, même si l'envie le démangeait. Mathieu resta tout de même lucide et se leva d'un bond. Il se contrôla pour ne pas lui en mettre une au passage, mais décida de dire d'une voix très basse.
« Viens ! » Son ton était sec, froid, désagréable et avait perdu toute sa timidité habituelle. Mathieu savait que Justin allait le suivre. Celui ci était beaucoup trop curieux pour rester assis. Mathieu bouscula plusieurs petits Serdaigles ou des plus grands, mais la plus part s'écartèrent. Pas grand monde connaissait Mathieu. Du moins, juste de vue. Il était réservé et ne parlait pas à pas grand monde. Cependant toutes les personnes qui virent Mathieu, ne le reconnaissaient plus. Certains murmurèrent très bas, mais ils furent peu. Les deux jeunes hommes avaient traversé la salle commune rapidement. Espérons que la rumeur ne se déclenche pas et fasse le tour de Poudlard, mais le Serdaigle n'y pensa même pas. Il avait un autre objectif dans la tête. Il monta les escaliers menant aux dortoirs des garçons. Mathieu rentra dans le sien. Il n'était pas vide. Un camarde de quatrième année était plongé dans sa valise. Il se retourna en entendant quelqu'un rentrer. Il fut surpris de voir Mathieu ainsi et il hésita à partir. Mais lorsque le préfet rentra à son tour dans la pièce, son choix fut vite fait. Lorsqu'ils furent à nouveau seuls, Mathieu referma la porte derrière eux et se mit au milieu de la pièce, Justin face à lui.

L'état du jeune homme n'avait pas changé. Son regard de tueur, n'avait peut-être qu'augmenté mais il tremblait toujours et n'avait pas desserré ses poings d'une seconde. Son coeur battait toujours aussi fort. Etait ce le signe d'une quelconque faiblesse ? De la peur peut-être ? Mathieu ne le savait pas et ne voulait pas le savoir. Sa préoccupation première n'était pas son coeur, mais Justin Montaigne. Mathieu ne le quittait pas des yeux. Il ne cillait presque pas. Sa mâchoire était carré, tellement ses dents s'appuyées les unes contre les autres. Il ne se passa rien pendant plusieurs secondes. Justin croyait peut-être que Mathieu cherchait ses mots ? Ce n'était pas faux. Mais il ne lui arrivait que colère, rage, haine et surtout douleur. C'était surement la faiblesse de son coeur. Mathieu venait-il de la trouver ? *Je ne suis pas faible !* A cette pensée, ses yeux de renfrognèrent. *Clara, je le fais pour toi... Je t'aime.*
Mathieu venait de prendre sa décision. Bien qu'elle avait était prise depuis le début. Il avait eut le choix. Dire la vérité à Justin pour qu'il l'aide ou se taire ? Il avait choisit aucune des deux. Il regardait toujours le préfet qui à ses yeux n'était à présent qu'un simple élève beaucoup trop curieux lorsqu'il parla d'une voix grave et forte.


« Si tu veux aider Clara laisse la tranquille ! Pour qui te prends-tu ? Nous ne sommes pas dans un roman où tu veux jouer le héros généreux. Tu ne comprends pas... Tu ne sais rien et tu ne sauras jamais rien ! Ni aujourd'hui, ni demain ! »

Mathieu semblait fou. Fou de douleur, fou de rage ? Sûrement les deux en même temps. Justin le prendrait sûrement pour un malade mental, mais qu'importe ! Le plus important pour Mathieu, était qu'il sorte de la vie de Clara. Qu'il leur fiche la paix avec ses questions. Comme si il pouvait comprendre ? Ou imaginer. C'était impossible. Mais Mathieu sentait que se serait très dur à l'expliquer au fils Montaigne.

« Tu t'occupes de chose qui ne te regarde pas. J'espère avoir était assez clair ! Que je ne te vois pas auprès de Clara à lui poser tes questions déplacées. Sa santé est FRAGILE et elle n'a pas besoin en plus que quelqu'un la harcèle. Tu es prévenu ! Et si je vois un article dans la gazette ou Ombrage qui pose une seule question à Clara, tu auras à faire à moi ! »

Les menaces. Il utilisait les menaces à présent. Mathieu n'était vraiment pas dans son état habituel. Heureusement, le jeune Lenoir ne lisait pas les pensées de Justin. Il l'aurait sinon tué sur le champs.
Mathieu attendait à présent une simple affirmation du préfet. Qu'il ne s'approcherait pas de Clara. Qu'il ne lui poserait plus jamais de question, et qu'il n'en parlerait pas à la gazette ou à Ombrage. Mais Justin accepterait-il ? Mathieu espérait. Sa baguette dans sa poche droite n'attendait qu'à être utilisé.


Dernière édition par Mathieu Lenoir le Jeu 28 Juil 2011 - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Mer 27 Juil 2011 - 23:26

Alors que le visage de Mathieu se décomposait peu à peu, Justin retint son souffle. Il avait l'impression d'avoir manqué de pertinence quelque part, mais ne voyait pas où. Il tenait vraiment à connaître la souffrance qu'éprouvait Clara, après tout il s'agissait là du rôle d'un préfet. Prendre soin de ses camarades. Il se souvenait du jour où Cho Chang avait reçu un maléfice cuisant de la part de Lindsay Lane. Un sortilège qui faisait pousser les dents d'une façon extraordinaire. Hermione Granger avait été affectée du même sort quelques années auparavant. Justin avait accompagné Cho à l'infirmerie et avait rétablie les choses dans le bon ordre en parlant à Lindsay. De nature plutôt diplomate et calme, il savait trouver les mots pour remettre les choses au plat.
Mais visiblement, les efforts qu'il s'efforcer de faire face à Mathieu n'aboutirent pas à grand chose. C'est dans un craquement sonore que Mathieu se réveilla. Debout, face à Justin il lui lançait ce regard noir portant de haine. Justin le voyait bien et ne pouvait pas le nier. Pendant une fraction de seconde, il ne savait pas comment réagir. Soit laisser Mathieu reposer ses nerfs tranquillement, ou bien s'interposer et essayer de comprendre le malaise.
Avec une certaine sécheresse dans le ton de sa voix, Mathieu ordonna à Justin de le suivre. Il poussa quelques élèves sur son chemin et Justin excusa la brutalité du camarade d'un signe de main. Erin qui passait par là dévisagea le préfet d'un air étonné, lui demandant d'un simple regard qu'elle mouche avait piqué le jeune Lenoir. Justin haussa les épaules, ne sachant quoi répondre. Après tout, il s'attendait à des explications sérieuses, ne comprenant pas cette colère soudaine. Avait-il dit quelque chose de travers ?

Le préfet leva les yeux au plafond, essayant de se remémorer toute la conversation qu'il avait eut avec son camarade, quelques secondes auparavant. Après avoir failli louper la première marche de l'escalier menant au dortoir, Justin reprit ses esprits rapidement. Que voulait-il lui montrer là haut ? Mathieu poussa du coude un autre élève lui obstruant le passage et ouvrit une vieille porte en bois brute. Justin s'excusa une seconde fois auprès de l'élève agressé, qui maugréa dans sa barbe. D'un pincement de lèvres, les poings sur les hanches, Justin était contrarié. Ennuyé par l'attitude farouche et hostile du jeune Lenoir. Il ne l'avait encore jamais vu dans cet état, lui qui d'ordinaire se tenait à l'écart des autres, ne disant pas un mot, s'effaçant du monde des vivants. Lorsqu'ils entrèrent dans le dortoir des garçons de cinquième année, un jeune homme s'enfuit la tête baissée, fermant la porte derrière lui. Les voilà seuls, le regard furibond de Mathieu plongé dans l'incompréhension de Justin.

Une colère terrible, aussi dévastatrice qu'un souffle de dragon, se lisait dans la prunelle sombre du jeune homme. Sa mâchoire était si contractée, qu'elle en déformait son visage. Les nerfs à vif, Mathieu ne tenait plus en place. Il allait exploser d'une minute à l'autre dans ce silence de mort. Justin l'attendait au tournant, il n'allait pas s'emporter pour si peu, après tout il n'avait rien fait de grave.


« Si tu veux aider Clara laisse la tranquille ! Pour qui te prends tu ? Nous ne sommes pas dans un roman où tu veux jouer le héros généreux. Tu ne comprends pas... Tu ne sais rien et tu ne sauras jamais rien ! Ni aujourd'hui, ni demain ! » lança-til d'un ton acerbe et violent.

Justin n'appréciait pas vraiment cette attitude. Il s'adressait à un préfet, quelqu'un de plus âgé, et non pas à un pote de cours avec qui il aurait eu une petite embrouille face à une potion ratée. Justin garda contenance face aux paroles hostiles et mal placées du jeune garçon. Il se prenait en aucun cas pour un héros généreux, loin de là. Il exercait simplement son devoir, celui de veiller sur les membres de la maison Serdaigle. Clara n'était pas bien, elle avait une santé fragile et quelque chose clochait chez elle. Il avait le droit de savoir ce qui n'allait pas. Et l'attitude glacial qu'il avait soudainement prit lorsque Justin l'avait lancé sur le problème « Clara Lenoir », montrait bien qu'il ne s'agissait plus d'un problème de digestion. Il y avait un secret derrière tout ça. Mathieu s'emportait pour un rien, il ne connaissait pas Justin et ne savait en aucun cas qu'il pouvait avoir une confiance dévorante en un préfet.
Justin ne répliqua pas. Il ne prononça aucune parole, de toute façon, Mathieu le devança une seconde fois.


« Tu t'occupes de chose qui ne te regarde pas. J'espère avoir était assez clair ! Que je en te vois pas auprès de Clara à lui poser tes questions déplacées. Sa santé est FRAGILE et elle n'a pas besoin en plus que quelqu'un la harcèle. Tu es prévenu ! Et si je vois un article dans la gazette ou Ombrage qui pose un question à Clara, tu auras à faire à moi ! »

Des paroles futiles encore balancées. Justin en avait plus qu'assez de cette attitude qui ne menait à rien. Mais il savait une chose maintenant, Mathieu avait peur qu'il dénonce quelque chose à Ombrage. Qu'est-ce qu'il irait rapporter à ce vieux crapaud rose ? Erin lui apprenait à faire face à l'autorité mal placée d'Ombrage, et voilà que Lenoir l'accuse d'être de son coté. Mais où est-ce que le monde va ? Un sourire malingre se dessina sur le visage impassible du préfet. Il comprenait maintenant que Mathieu voulait simplement protéger Clara d'un danger quelconque, qu'il se serait emporté avec le premier venu qui aurait posé une question au sujet de sa soeur. Mais les gens se posaient des questions. Les murmures tournaient autour de Clara et ça, Mathieu semblait ne pas vouloir le voir. Justin s'était juste lancée dans une discussion, voulant avoir quelques réponses pour les aider, pour qu'on arrête de les regarder de travers et qu'ils puissent enfin se sentir à l'aise dans cette école.
Mais il ne tirera rien avec Ombrage dans les parages. Justin haussa les épaules et décida d'intervenir, le plus docte possible.


« Bien je comprends ta réticence à vouloir protéger ta soeur d'Ombrage. Je sais que c'est une femme cruelle, qui n'a que pour motivation de torturer ses élèves. Mais sache une chose Mathieu, je ne suis pas de son côté. Je ne suis en aucun cas en accord avec le règlement qu'elle a instauré. Après avoir vu ce qu'elle a fait à Alexandra, je ne me permettrai pas de dénoncer ta soeur à Ombrage ! » La voix de Justin se fit plus lourde, mais plus calme et posée. « Si Clara avait la santé fragile, tu ne la surprotègerai pas autant, tu ne te mettrais pas dans une colère complètement déplacée. Saches au passage que bousculer tes camarades dans un excès de colère ne t'apporte rien. J'ai vu les symptômes de ta soeur et je sais qu'elle est atteinte d'une magie que je n'arrive pas encore a expliquer. Garder un secret à deux est très difficile. Serdaigle est une maison, une seconde famille. Je ne suis pas là pour vous faire du mal, au contraire. J'ai été nommé préfet pour de bonnes raisons: confiance, honnêteté et sagesse. Jamais je ne mettrai en danger ta famille Mathieu. Donc calme ta colère ... »

Justin resta calme. Son coeur battait doucement, son visage n'exprimait en aucun cas une exaspération ou une attitude farouche. Il ne voulait pas la guerre, et cherchais simplement à aider les Lenoir. Il avança sa main en direction de Mathieu tout en gardant ses distances. Levant un sourcils, il pointa la main droite du jeune homme qui se glissait doucement sous sa cape.

« … Et pourrais-tu enlever ta main de ta baguette. C'est assez gênant comme situation. » dit-il posément, un sourire gêné sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange Dim 4 Sep 2011 - 19:51

Mathieu sentait son pouls s'accélérer à chacun de ses mots prononcés. Ce ne fut que lorsqu'il arrêta de parler, que les battements de son coeur reprirent un rythme régulier. Le Serdaigle était cependant toujours noir de colère. Justin ne s'en était sûrement rendu compte mais il l'avait poussé à bout. Rare était les fois où le jeune Lenoir s'énervait. C'était un adolescent calme, discipliné et sérieux qui ne cherchait jamais les ennuis. Aujourd'hui, il avait prouvé qu'il pouvait très bien se montrer menaçant et agressif que ce soit envers ses camarades de classe ou contre les préfets, qu'ils soient en-chef ou non. Il n'y avait qu'un seul sujet qui pouvait fâcher à ce point Mathieu et c'était certainement le cas de Clara. Justin avait mis le doigt dessus et appuyé à présent avec insistance. Ce qui avait bien évidemment, fait éclaté l'alarme, le défenseur et le protecteur du secret de Clara et de Clara elle-même. Sophie leur mère, Mickaël leur père, Mathieu et Clara s'étaient promis une chose : Ne jamais révéler le secret de Clara. Pour la sécurité de toute la famille et de leurs proches. Ils n'avaient pas honte de Clara, bien sûr que non, mais les loups-garous étaient mal vus dans la communauté sorcière. Si une personne en dehors du cercle familiale, connaissait l'existence de la maladie de sa soeur alors se serait fini. Une rumeur serait lancée, effrayant les parents des élèves de Poudlard. Albus Dumbledore recevrait alors des centaines de courriers de parents affolés et outrés que leurs enfants vivent avec un loup-garou. Mathieu pensa tristement au professeur Lupin. Clara allait connaître le même sort que lui, si quelqu'un apprenait le secret des Lenoir. Elle ne pourrait pas poursuivre ses études si bien entamées, serait rejetée par ses amis, ses camarades, le ministère de la magie. Sa vie entière serait brisée. Comme si le fait d'être transformé en loup-garou chaque pleine lune ne suffisait pas à son malheur. Mathieu était énervé pour cela. Parce que sa soeur avait suffisamment souffert et que d'essayer d'en comprendre la cause ne pouvait que la nuire d'avantage. Mais comment allait-il le faire comprendre à Justin Montaigne, la tête brûlée ?

Mathieu restait tendu et chaque gestes et paroles de Justin ne faisaient qu'attiser son énervement qui restait palpable. Le petit sourire, certes fragile mais bien là, que le préfet avait affiché vers la fin du discours de Mathieu, ne lui avait que très peu plus. Il l'avait même mis dans une rage infernale cependant gardée soigneusement en lui. Ses pensées étaient cinglantes envers son ainé qui était vu comme un idiot qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. Le jeune Serdaigle savait bien qu'il devait garder ce genre de ressentit pour lui. Il fallait qu'il reprenne son calme au plus vite. Il devait contrôler la situation et forcer Justin à lâcher prise. Mathieu s'amusa pour calmer sa haine, à comparer le préfet à un boule-dog particulièrement laid et baveux entrain d'empêcher son maître de lui retirer l'os qu'il avait entre les crocs. *C'est toi ou moi, Justin. Mais sache que je n'abandonnerais pas. Tu ne sauras rien et tu repartiras d'ici avec un échec cruel pour quelqu'un qui a ce qu'il souhaite avec son insigne.* Le jeune Serdaigle avait senti que ses premières paroles n'avaient pas suffi. Justin ne changeait pas d'habitude. Il ne fut donc, pas très étonné lorsque Justin reprit la parole.


« Bien je comprends ta réticence à vouloir protéger ta soeur d'Ombrage. »
* Non, tu ne comprends pas Montaigne et c'est bien là le problème. Tu ne comprends que ce dont tu as envie de comprendre, là est la différence. *

« Mais sache une chose Mathieu, je ne suis pas de son côté. »
Mathieu se retient de lever les yeux au ciel ou de couper la parole au préfet pour lui crier que ce n'était pas le cas. Comment pouvait-il croire qu'il les défendait puisqu'il ne savait rien, et que le jeune Lenoir lui avait déjà précisé qu'il n'en dirait pas plus ? Le Serdaigle sentit la colère remonter. Plus violente, plus puissante. Il perdait le contrôle de son corps.

« Si Clara avait la santé fragile, tu ne la surprotègerai pas autant, tu ne te mettrais pas dans une colère complètement déplacée. »
Il n'avait pas tort, bien évidemment et Mathieu savait qu'il avait commis une erreur en s'énervant aussi rapidement. Mais tout ceci l'avait pris de court. Sa fureur empira cependant au mot "surprotéger". *Je ne la surprotège absolument pas !* se dit Mathieu pour se cacher la vérité. Sa main se glissa dans sa poche droite sans qu'il ne s'en rende réellement compte. Il avait déjà eut envie de l'utiliser tout à l'heure. Et cette envie la démangeait bien trop à présent pour l'ignorer plus longtemps.

« J'ai vu les symptômes de ta soeur et je sais qu'elle est atteinte d'une magie que je n'arrive pas encore a expliquer. »
Que savait-il exactement ? Mathieu devait absolument interroger sa soeur. Justin devenait leur menace numéro un. La personne a éviter dès qu'ils le pourraient à la même place qu'Ombrage d'ailleurs-. Le jeune Serdaigle notait tout de même que Justin ne savait pas ce qu'elle avait. Il savait simplement que ça la rendait "malade". Et ce terme était vague. Peut-être qu'il utiliserait le manque d'indices de Justin, pour le lancer sur une fausse piste, s'il ne se décidait toujours pas à lâcher l'os. Mathieu garda cette idée en tête. Il préparerait et mettrait en place cette option plus tard. Une fois qu'il n'aurait plus le préfet sur le dos.

Le fait que Justin n'exprime aucune émotions sur son visage, exaspéré Mathieu. Il aurait préféré que le préfet se mette en rogne -ainsi il aurait eu une bonne raison pour le frapper- ou qu'il soit exaspéré ou encore moqueur -là aussi ça aurait été une bonne raison pour cogner-. Mais non, rien, il restait calme, comme un élève plein de sagesse et de bonnes valeurs qui savait quoi faire et comment se tenir quelque soit la situation dans laquelle il se trouvait. *Mister Perfect! * pensa Mathieu avec colère.


« … Et pourrais-tu enlever ta main de ta baguette. C'est assez gênant comme situation. » fit-il pour enfoncer le tout, un sourire aux lèvres.

C'était la goutte d'eau qui faisait déborder -et dans ce cas exploser le vase-. Un grand silence s'installa dans le dortoir des garçons de quatrième année. Les deux Serdaigles restèrent un long moment à se fixer mutuellement, l'un totalement posé, l'autre totalement déjanté de l'intérieur. La première envie de Mathieu fut de lui jeter un sort particulièrement violent et qui le ferait souffrir. Mais bien évidement il n'allait pas utiliser un sort impardonnable. Non il serait plus judicieux de l'immobiliser puis de lui donner un con coup de pied dans le ventre sans qu'il ne puisse se défendre. Ou non qu'il se défende, Mathieu préférait. Il avait presque la même taille, même si Justin était beaucoup plus âgé, le jeune Sedaigle était grand. Et le même gabarit. Mathieu était très bon en sortilège mais le préfet connaissait surement beaucoup plus de choses que lui avec ces années d'avances. Il valait donc mieux se battre à mains nues, même s'il n'avait pas peur d'affronter Justin en duel. Le fils Lenoir réfléchit puis se dit qu'un maléfice ferait assez de dégât pour un premier lancé. Il savait visé juste, encore plus lorsque sa cible était à moins de deux mètres de lui. Il allait enfin lui remettre les idées en place, lui faire comprendre une fois pour toute que son insigne ne lui permettait pas tout. Ce n'était pas comme si, il ne l'avait pas prévenu. Mathieu sourit intérieurement, se réjouissant d'avance. Il se décida, puis agit.

« D'accord. Je me calme, mais en échange tu laisses Clara tranquille. Tu pourras me harceler autant que tu le souhaites mais je te demanderais une nouvelle fois de ne pas mêler Clara à ceci. Elle est très sensible et j'aimerais qu'elle passe une bonne année. Si je te dis que tes questions pourront lui faire plus de mal que de bien, c'est que c'est vrai. Elle n'a pas envie qu'on connaisse tout ces soucis de santé. J'aimerais que tu comprennes et que tu respectes ce point. Je me suis mal comporté avec mes camarades de maison en bas, j'irais m'excuser dès que nous en aurons fini. J'apprécie beaucoup notre maison et je suis fier d'être à Serdaigle, tout comme Clara, mais ce n'est pas pour autant que nous ayons envie d'étaler les problèmes de santé de ma soeur à tout nos confrères. Tu en fais parti. Je reste intransigeant sur ce point. Clara est soignée par les meilleurs et Dumbledore est au courant, ça suffit largement. Nous n'avons pas besoin de nous confier mais si Clara en a envie... Je lui dirais que tu es prêt à l'écouter. Si elle ne vient pas vers toi, j'aimerais que tu la laisses tranquille. »

Il avait changé d'avis. Opté pour la paix, avait été la plus sage des décisions. Il ne servait à rien de faire la guerre avec le préfet. Lui faire croire qu'il gagne était plus judicieux. Reprendre son calme, montrer ses remords et lui faire comprendre qu'il a raison. Mathieu avait retiré sa main droite de sa poche, sans sa baguette puis avait parlé d'une voix calme mais tout de même ferme sur les points qui lui semblait les plus importants. Il avait laissé coulé sa haine, préférant porter un masque de renoncement. Justin allait-il croire à son jeu de faux semblant ? Il l'espérait car il était épuisé et avait besoin de se reposer pour réfléchir à un nouveau plan. Justin n'en resterait pas là, il était évident qu'il n'allait pas abandonner aussi vite. Mathieu reprit la parole, l'air grave, faisant un petit pas vers son préfet.

« Je te demande de bien vouloir m'excuser. Mais j'ai une fâcheuse tendance à m'énerver beaucoup trop rapidement quand on me parle de Clara. C'est idiot je sais, mais je tiens énormément à elle. Et je n'ai pas envie de la voir malheureuse. Ton rôle de préfet était de te soucier de tes camarades, tu as fait ton travail. J'ai pris cela pour une menace, j'en suis vraiment désolée. Je devrais être plutôt heureux d'avoir un si bon préfet pour s'occuper de notre maison. » fit-il avec un rire très léger. « Je suis un idiot, j'espère que tu ne m'en voudras pas éternellement. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mai 1996] Un rêve étrange

Revenir en haut Aller en bas

[Mai 1996] Un rêve étrange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un bien étrange rêve...» Une étrange découverte» Visite étrange en début de nuit» audi a4 a vendre 1996 pour pièces» Par un étrange hasard... [RP Darren - Kelsey]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1995-Août 1996-