AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Deirdre P. Vaughan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Deirdre P. Vaughan. Mer 2 Déc 2009 - 4:15


I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE




    ♦ NOM : V A U G H A N

    ♦ PRÉNOM(S) : Deirdre Peaches Nymphea

    ♦ AGE & DATE DE NAISSANCE : Deirdre est agée de seize ans et est née le vingt sept décembre mille neuf-cent soixante dix-huit, à Enniskillen, ou « Inis Ceithleann » en irlandais, importante ville de l'Irlande du Nord.

    ♦ ORIGINE : La famille Vaughan est issue d'une longue lignée de sorciers, bien qu'ici et là certains se soient entichés de modlus et aient ainsi coupés le sang pur familial, mais ces renégats évitent bien souvent de se montrer lors des réunions familiales. Grand bien leur fasse.

    ♦ ANIMAL ÉVENTUEL : Pumpkin, son chat apparemment herbivore.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Mer 2 Déc 2009 - 4:39


II. TEXTE PERSONNEL

Découvrez la playlist Deirdre V. avec Jil Is Lucky



    Tout le monde ne naît pas dans l'attente oisive et euphorique de deux futurs parents aimants. Deirdre le comprit assez tôt. Née dans le Manoir familial, the Dundrum Manor, et dans une famille de la petite bourgeoisie irlandaise, sang pur de surplus, Deirdre naquit un soir d'hiver, quelques jours après la Nativité, le Vingt sept décembre. Après de nombreuses heures de souffrance, Lady Vaughan, née Dorothy Walters, mis au monde un nourrisson à la peau pâle et presque translucide. Loin d'être surprise, Dorothy et son mari, Sir Casey Vaughan, attendirent avec appréhension l'annonce du sexe du nouveau né. Alors que la médicomage venue exprès de Dublin s'affairait à laver l'enfant, il régnait une tension plus que palpable dans la pièce qui s'entendait à présent la sueur et le sang séché. Les fenêtres étaient embuées et l'horloge de la chambre à coucher des parents Vaughan laissait tonner les secondes dans un son qui semblait tonitruant face au silence de tous les occupants de la pièce. La médicomage se tourna enfin vers les parents, la tête baissée, dans un ultime baissement découragé d'épaules. « C'est une fille. ». La cinquième.

    Leur cinquième fille venait de voir le jour. Une de plus, pensa lâchement Sir Vaughan. Ce dernier ne rêvait que d'un héritier mâle déjà bien avant la naissance des ces quatre précédentes filles. Comment se contenter d'une fille lorsqu'on peut avoir un successeur? Pourtant, le sors s'acharnait contre lui. Cinq fille. Il y avait eu Philomena, dix ans,l'aînée au caractère capricieux, Cara,huit ans, la seconde et effacée, Vivienne, presque sept ans, la troisième et déjà érudite, Noreen, cinq ans, la quatrième et coquette, et enfin cette petite dernière, Deirdre. Ils avaient tout d'abords pensé à l'appelée Nymphea, mais Sir Vaughan en avait plus qu'assez des prénoms à consonances fragiles et délicates, des filles dans toutes leurs splendeurs. Non, pour cette dernière qui serait sans doute leur dernier enfant, ils choisirent enfin Deirdre. - Deirdre, prénom tiré d'une légende irlandaise où une jeune enfant vit le jour à la cour d'Irlande. Un druide fit alors part d'une prophétie après la naissance de l'enfant: elle serait magnifique mais beaucoup de sang serait versé pour elle. Tous les guerriers voulurent alors la tuer. Pourtant, le Roi les en empêcha. En grandissant, refusant un mariage qui lui était imposé, elle s'enfuit avec son amant, qui se fera tuer ainsi que sa belle. Tout deux reposent dans deux tombes côte à côte. Deux pousses jaillirent des deux tombes et deux jeunes arbres en poussèrent. Leurs branches se rejoignirent et s'entremêlèrent scellant l'amour des deux amants jusque dans la mort. - La famille Vaughan étant très proche de ses racines irlandaises, Sir Vaughan choisit ce prénom contre l'avis de son épouse. Cette enfant serait leur dernière. Celle qui terminerait cette malchance à laquelle il avait eu droit. Celle qui serait la dernière des Vaughan. Il espérait que sa dernière fille n'hériterait pas d'un des vices notoires de ses sœurs aînées. Il plaçait quelques minces espoirs dans ce nouveau né. Extrêmement minces. Lady Vaughan soupira. Encore une. Encore une enfant à marier. Ils allaient être ruinés. Ils allaient encore devoir diviser leur fortune pour la cinquième dote consécutive. Bien sur, elle était heureuse d'avoir cet enfant, mais cela sentait le déjà vu, il n'y avait pas l'appréhension et l'excitation des nouvelles découvertes. Non. Une cinquième fille. Cinq fois la même chose mais en même temps quatre caractère d'ors et déjà diamétralement opposés. Qu'en serait-il pour la cinquième? Elle grandirait au milieu de ses sœurs, sans doute houspillée et torturée, câlinée et étouffée, avec quatre mères par procuration sur son dos.

    On peut dire que, physiquement, Deirdre est atypique: Sa peau est très pâle, voir translucide en hiver où seul le froid, qui lui teint légèrement les joues d'un rosé à faire pâlir les joues des enfants, la distingue des morts. Elle a une peau qui, de surcroît, marque extrêmement facilement, elle a donc souvent des bleues dont elle ignore tout de leur apparition. Son visage ovale est souvent accompagné de cernes, dûs à la nicotine, au stress et au manque de sommeil, ce qui fait ressortir ses yeux gris. Ses cheveux étaient roux étant enfant. Sa mère ne cessait de jurer que c'était la couleur du diable, que jamais personne dans la famille n'avait eu une aussi affreuses tignasses. Avec l'adolescence, ses cheveux devinrent raides et tirant sur le blond vénitien, voir le châtain très clair. Elle les a toujours porté longs, souvent en opposition à sa mère qui la traitait toujours de garçon, comme pour lui prouver qu'elle était bel et bien une fille. Quand au corps de Deirdre, on l'a souvent traité de rachitique, d'extrême maigreur, mais Deirdre mange à sa faim, elle picore, comme un petit oiseau, dors peu, et fume beaucoup, alors son corps est comme celui d'une femme qui ne s'en préoccupe pas plus que ça. Détachée de la mode, elle aime les couleurs plutôt sombres, pour faire ressortir ses yeux, ses cheveux et pour imposer un contraste avec la blancheur de sa peau. Les vêtements, elle avoue en avoir énormément, bien que en total décalage avec la mode des jeunes sorcières, elle aime s'acheter ce qui lui plaît et n'hésite pas à faire tâche dans des soirées obligatoire, il fallait garder le financement de son appartement coûte que coûte, bien que souvent elle ne se rend pas compte de son décalage, où qu'elle fasse tout comme. Fait marquant, étant la plus jeune des sœurs Vaughan, Deirdre est aussi la plus grande de toutes. Elle mesure en tout et pour tout un petit mètre quatre vingt. La souplesse n'étant pas son fort, Deirdre a une démarche un peu maladroite, ayant sans doute grandit trop vite sans réellement réussir à prendre conscience de sa taille, et souvent comparée à un pantin.

    Malgré ses quatre sœur aînées, Deirdre ne se laissa jamais menée à la baguette. D'un tempérament de feu et une lueur sauvageonne dans les yeux, elle tenait plus du garçon manqué que de la gentille petite fille de bonne famille comme l'étaient ses sœurs avec ou sans leurs masques mondains. D'un naturel sauvage et bagarreur, Deirdre fit le désespoir de sa mère et attira, de façon tout de même très modérée, l'attention passive de son géniteur. Assez désobéissante pour s'attirer les foudres de ses sœurs et de sa matrone, de charme et de charisme pour enjôler de son sourire cajoleur son père. Savoureux mélange de charme et de sourires mutins, une enfant impulsive et entêtée. Elle n'avait jamais été réellement violente jusqu'à ses huit ans. En effet, pour son anniversaire, son père lui offrit un chaton qu'elle nomma Berthie. Et elle dû faire face à la cruauté de ses sœurs, et plus particulièrement à celle de Philomena. L'aînée Vaughan en voulait à sa jeune sœur de savoir dompter leur père si peu impressionnable d'habitude, elle lui en voulait d'être un centre d'attention bien plus intéressant qu'elle même, et surtout qu'elle ait un chat. Sir Vaughan avait toujours refusé que ses filles aient un animal de compagnie. Pourtant, il n'avait put répondre par la négative devant les yeux provocateurs de sa fille cadette. Sans doute à cause de la maladresse de ce père trop rigide et de l'injustice qu'il montrait ouvertement entre ses filles, les sœurs de Deirdre la détestée. Les aînées avant donc torturé le pauvre petit animal en lui lançant des cailloux ou en lui tirant la queue. Lorsque Deirdre les surpris, elle se jeta, folle de rage, sur Philomena et lui mordit le bras jusqu'au sang. Elle en a aujourd'hui encore la trace, mais elle dit à qui veut l'entendre que c'est lors d'un duel, qu'elle a bien entendu remporté, qu'elle s'est fait cette cicatrice si profonde. Toutes, hormis Cara. Mais cette dernière ne devait sans doute pas connaître les sentiments de méchanceté et de haine, trop naïve pour vouloir regarder plus loin que son petit quotidien cotonneux et protecteur. Elle était incontestablement celle que personne ne regardait. Cara était celle que Lady Vaughan aimait le moins, après Deirdre, à cause de sa neutralité et de sa candeur un peu trop poussée.

    Le caractère de Deirdre est assez simple vu de l'intérieur. Elle a un grand sens de l'humour et manie les mots avec facilité, tournant ses phrases comme on suivrait une bonne recette de cuisine. Elle n'est que très peu démonstrative lorsqu'il s'agit d'elle même et préfère rester évasive lorsqu'on lui demande de parler d'elle. Assez feignante, elle sélectionne les choses pour lesquelles elle se battra, elle fait un tri qui une fois décidé n'est que très rarement revu à l'inverse. Mais lorsqu'elle s'est promis, qu'elle s'est engagée, auprès de quelqu'un ou juste d'elle même, elle donne tout ce qu'elle a. Deirdre a un caractère bien trempé et se laisse très difficilement dominée aussi bien par une situation qu'une personne. Ce côté corsé, où se mellent humour noir, ironie et vivacité, laisse aussi une part importante à une éloquence, une témérité et une imagination débordantes. Pour Deirdre, la vie se résume assez simplement: ce qu'elle aime et ce qu'elle n'aime pas. Le reste fait l'impasse dans sa vie, et elle ne s'en porte que mieux. De l'extérieur, cela se complique un peu: Deirdre peut en effet sembler assez froide, mais la réelle raison est qu'elle semble détachée de tout. Mais se fier aux apparences étant quelque chose de « malsain », veillez à mieux la surveiller. Lorsqu'elle lève un seul sourcils, vous l'ennuyez. Elle aspire sa lèvre inférieur? Elle réfléchit. Elle se ronge un ongle? Elle s'ennuie. Elle fume? Elle est stréssée et il est conseillé de ne pas rester dans les parages. De nature curieuse, ce défaut qui est aussi une de ses principales qualités, elle note énormément de choses sur les gens, ses affaires en cours, ses ressentis, dans un petit carnet noir dont la couverture est en peau de dragon. Assez simple, sa vie lui convient du moment qu'elle a un paquet de clopes, un bouquin sur lequel se laisser aller et un lit avec un énorme édredon. Bien qu'ayant de nombreuses connaissances, de ses premières années à Poudlard où son nom était connu de tous, de ses nombreux voyages, Deirdre n'a que quelques bons amis avec lesquels elle entretient de réels rapports de grande complicité. Un peu sadique, elle est très mauvaise perdante et vas jusqu'au bout de ses convictions, ayant beaucoup de mal à accepter la défaite. Elle aime jouer le rôle d'une hystérique lorsqu'elle parle à sa nouvelle femme de chambre. Oui, petit bémol, Deirdre a fait fuir toutes ses bonnes les unes après les autres, au grand damne de sa matriarche, mais cela ne fait qu'une excuse de plus à Lady Vaughan de se plaindre sa benjamine. Deirdre a les enfants en horreur et évite donc assez souvent les réunions de famille où Tante Pernille ne cesse de lui refiler ses rejetons aux yeux exorbités. Deirdre n'aime pas qu'on s'accroche à elle et qu'on devienne dépendant d'elle. Cela la trouble et l'effraye, bien qu'elle ne l'avouera jamais. Enfin, dotée d'un franc parler assez démesuré, elle dit très promptement et spontanément ce qu'elle pense, froissant parfois plus qu'elle ne l'aurait souhaité, même lorsqu'elle n'est pas concernée où qu'on ne lui a pas demandé son avis.

    Son enfance fut plutôt banale. Rythmée au gré des départs consécutifs de ses sœurs pour Poudlard, chaque année elle avait la joie et le bonheur de voir une de ses soeurs en moins! Et cela ne lui laissait que plus de champs libre pour étendre sa magnificence aux yeux de son paternel. Elle allait dans une école moldue proche du Manoir, mais ses camarades la trouvait étrange. Ils n'avaient pas tort. Une sorcière, ça ne court pas les rues, chez les moldus qui plus est. C'est donc dans, ce qu'elle appela plus tard le chaos, que Deirdre vécus ses 5 premières et uniques années d'enseignements moldus. Cet enseignement qu'elle trouva bien trop rigide lui laissa un souvenir amer et c'est sans doute depuis cette époque que les études n'ont jamais été réellement à son goût. Mais tout ceci s'affirma surtout lors de son entrée à Poudlard. Avant cela, les années furent assez douces et la routine ennuyeuses souvent bousculée par les dernières fantasmagories en date de Deirdre, les crises geignardes et désespérées de Lady Vaughan envers sa fille cadette, et les haussement de sourcils de Sir Vaughan devant ces scènes fatigantes. La journée, Deirdre était à l'école où on lui apprit à lire, à écrire dans un langage correcte et approprié. L'une des seules choses qu'elle retint. Lire. Lire, comme un torrent de lettres et de mots qu'elle aspirait sans difficultés, lire pour ne pas penser que sa mère l'avait encore congédiée dans sa chambre pour « outrage sur la reine mère» comme elle aimait à l'appeler en secret. Menus plaisir que de la rabaisser en silence alors que les mots, à cet âge là, étaient encore trop confus pour lui permettre de briser cette mère qui, plus qu'une présence maternelle, était un fardeau de larmes et de nerfs.

    Ô douce jouissance, ses onze ans arrivèrent à point nommé et la délivrèrent de l'enfer qu'était devenu le trio Vaughan, père-mère-Deirdre. Lorsqu'elle reçut sa lettre pour Poudlard, Deirdre avait ressentit comme un élan, un envol. Bien qu'encore un peu immature pour réellement comprendre, c'était le début de son autonomie, de sa nouvelle liberté. Sa première année fut celle des découvertes, de la jouissance de cette nouvelle vie. Philomena avait atterris par un « heureux hasard » chez les vert et argent, Cara chez Poufsouffle, tandis que Vivienne et Noreen avaient été envoyées chez Gryffondor. Soulagement, elle n'aurait pas ses soeurs cconstamment sur le dos, mais petit bémol, les élèves de son année avaient l'air de jouer du sérieux jusqu'au fin fond des grottes des gobelins de l'est, et toute cette atmosphère studieuse refroidit quelque peu Deirdre les premiers jours. Mais, elle fit la connaissance, en premier lieu, de deux garçons Samson et Dan, avec qui elle retrouva enfin l'espoir d'un avenir joyeux et mouvementé. Ensuite vinrent Nils, Todd et Cassy, qui étaient en seconde et troisième années. Une petit clique se forma, et tous devinrent inséparables. Deirdre passa ses années scolaires de façon plus que épanouie, entre amis, bière au beurre clandestines, premiers émois, devoirs en retard, festins, rire et premiers amours. Tout ce dont une jeune fille normale peut jouir dans un milieu aussi confortable et libre qu'est Poudlard. Il y eu quelques altercations avec Philomena, une qui se termina avec un énorme furoncle sur le nez pour cette première, et un cocard à l'œil pour Deirdre. Elle se vanta longtemps de cette victoire. Sa sœur avait pleuré. Sa sœur l'avait suppliée. Le sadisme entra, à l'âge de treize ans, dans la vie de Deirdre. Ou plutôt que sadisme, une ironie telle que Merlin en aurait perdu sa barbe de stupéfaction. Le sens de la rhétorique de Deirdre, affûté par ses nombreuses lectures, n'eût de limite qu'une petite journée de décembre, lorsqu'elle eu le malheur d'être aphone. Non pas qu'elle soit antipathique, mais sa façon de tourner tout en dérision, elle comprise, lui valu les faveurs de bon nombre de ses camarades de classes, et ainsi elle acquit assez vite une notoriété de « fille étrange par qui tout le monde semble inévitablement attiré ». Loin de toutes ces foutaises sociales, Deirdre en rit plus qu'elle n'en profita réellement, préférant les soirées au bords du lac aux côtés de quelques bons amis, plutôt que les beuveries des soirées d'après match lors de la Coupe de Quidditch. Bien que ces soirées l'assommait, elle y faisait un tour lorsque la fête battait son pleins pour faire plaisir aux quelques connaissances qu'elle souhaitait voir et pour, il ne faut pas se leurrer, profiter des buffets et des boissons. Pour ce qui était du travail scolaire, Deirdre était une élève moyenne dont le seul défaut était de ne pas travailler. Les facilités qu'elle avait depuis l'enfance lui permettaient d'obtenir des notes correctes, moyennes, sans qu'elle n'ait besoins de réellement travailler. En outre, elle était le seul aigle de sa maison à vraiment profiter de ses ailes. Elle était malgré tout très estimée auprès des professeurs, puisque polie et ironique, elle mettait de l'ambiance là où les Serdaigles n'étaient que devoirs. D'ailleurs, participer en cours lui permettait de se faire bien voire et lui donnait une excuse pour ne pas prendre toutes ses notes. C'est seulement lors de cette sixième année qu'elle prit vraiment le travail au sérieux. Elle avait un nouvel objectif. Réussir.





Dernière édition par Deirdre P. Vaughan le Sam 12 Déc 2009 - 14:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Mer 2 Déc 2009 - 4:43


III. HORS JEU


    ♦ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Via un top site :)

    ♦ AGE IRL : 18 ans :3

    ♦ PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Romola Garai ;)

    ♦ DÉSIRES-TU ÊTRE PARRAINE ? : Et bien, pour m'aider dans l'intégration sociale, j'en serais heureuse :)

    ♦ AS-TU LU LE RÈGLEMENT ? : Bien.


Dernière édition par Deirdre P. Vaughan le Mer 2 Déc 2009 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Mer 2 Déc 2009 - 17:25

Bienvenue Deirdre ! Je n'ai pas encore terminé de lire ta fiche que je n'ai pour l'instant que survolé. Assez pour voir que tu n'as pas bien lu le règlement, il te manque quelques petites choses. Relie-le en entier, tu verras de quoi je parle ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Mer 2 Déc 2009 - 20:03

C'est édité ;)
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9672

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Sam 5 Déc 2009 - 12:47

Bienvenue sur Rictusempra Deirdre!

Parfait, c'est en ordre =)

Nous allons discuter de ta fiche et nous te donnons notre réponse dès que possible. Désolée d'avance si ça prend un peu de temps mais avec les examens qui arrivent, c'est plutôt une sale période en ce moment :S. Mais on t'oublie pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Sam 5 Déc 2009 - 14:18

Pas de soucis :)

Oui, moi aussi je suis dans une période un peu tendue dans ma prépa, le conseil de classe approchant, il pleut des devoirs à foison x)

Bref, bon courage :)
Revenir en haut Aller en bas
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1137

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Sam 19 Déc 2009 - 12:32

Quel caractère ! Une certaine ambition, aussi... Tu trouveras ta place à

SERPENTARD !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Sam 19 Déc 2009 - 12:34

Et bien, on y sera arrivé !

Nous te recontacterons bientôt pour te donner un parrain (ou une marraine.)

Bienvenue sur Rictusempra ! Amuse-toi bien parmi nous :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Sam 19 Déc 2009 - 18:01

Vous avez réussis en fin de compte ;)

D'accords ;)

Merci :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Deirdre P. Vaughan. Aujourd'hui à 10:34

Revenir en haut Aller en bas

Deirdre P. Vaughan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» DES JARDINS A VISITER» Deirdre of the Sorrows : These lines the last endeavour to find the missing lifeline» Deirdre Weatherfall || The Second (and the best) ?» Oyez Oyez le mythe de Deirdre et des douleurs.» (deirdre) you'll rise, i promise
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-