AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Répartition de Stefan Hieger. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Répartition de Stefan Hieger. (terminé) Jeu 14 Mai 2009 - 19:24

I. IDENTITÉ DU PERSONNAGE

    ♦ NOM : Hieger

    ♦ PRÉNOM(S) : Stefan

    ♦ AGE & DATE DE NAISSANCE : 12 novembre 1984

    ♦ ORIGINE : Stefan vient d'une famille entièrement moldue.

    ♦ ANIMAL ÉVENTUEL : /


II. APPARENCE & PERSONNALITÉ

    ♦ PHYSIQUE : Stefan est plutôt petit pour ses presque onze ans. Sa silhouette est mince et chétive, et son visage, mangé par de grands yeux d'un bleu tirant vaguement sur le gris, est encadré de cheveux longs aux reflets roux. Ses vêtements trop larges le font généralement paraître plus mince qu'il ne l'est. Il aime passer son temps dehors, aussi le soleil fait-il souvent disparaître les quelques tâches de son parsement son nez retroussé, sa peau brunissant avec facilité.

    ♦ STYLE VESTIMENTAIRE : Comme c'est souvent le cas à son âge, Stefan ne s'inquiète pas exactement de savoir quels vêtements porter. Il hérite donc, en règle générale, des anciens vêtements de ses frères aînés, dont la croissance accélérée ne cesse de garnir sa garde-robe de tee-shirts informes et de jeans sans couleur, bien souvent trop amples pour sa petite stature.

    ♦ AUTRE(S) :

    ♦ CARACTÈRE : Huitième enfant d'une famille en comptant dix, Stefan s'est forgé un caractère bien à lui. Non, pas dans le sens où vous l'entendez. En réalité, plutôt que de lui apprendre à crier plus fort que les autres, passer son enfance au milieu de neuf frères et soeurs lui a appris à prendre un étonnant recul par rapport aux évènements. Le gamin arbore le plus souvent une flegme déroutante. Il paraît toujours n'avoir absolument rien à faire de ce qui l'entoure, et ce détachement inébranlable ressemble parfois à du mépris. En réalité, il se passe toujours bien des choses dans la petite tête du jeune sorcier, qui possède, bien que ce ne soit pas évident à deviner de prime abord, une imagination débordante et une certaine prédisposition à croire à ses propres inventions. Stefan se fait généralement très vite une opinion sur les autres, et n'en démord plus par la suite; il juge trop souvent les gens sur une première impression.


III. HISTOIRE & RP

[list]♦ HISTOIRE PERSONNELLE : Abigaël Smith n'avait jamais eu d'ambitions, jamais eu de rêves. Là où ses copines d'écoles clamaient à grands cris qu'elles allaient devenir chanteuses, aventurières ou championnes d'équitation, Abigaël lançait avec sérieux qu'elle voulait se marier et élever des enfants. Et faire de la couture pour compléter le salaire de son mari. Soit, je reconnais que vous pouvez considérer ces beaux projets d'avenir comme des "rêves de gosse", auquel cas vous serez satisfait d'apprendre que la fillette les réalisa - ce qui n'est pas donné à tout le monde. Mais pour ma part, je trouve cela un peu déprimant. La petite Abigaël, une enfant désespérément terne, avec ses cheveux blonds sans éclat, ses yeux bruns et ses jupes plissées, dont même le patronyme était d'un effrayant clacissisme, et qui devait, durant tout le temps que dura sa scolarité, inscrire "mère au foyer" devant la sempiternelle question de début d'année: "Qu'envisagez-vous pour votre avenir?".A ses seize ans, Abigaël Smith rencontra un certain Mathias Hieger. Un type brun un peu fade de trois ans son aîné qui entamait des études en informatique. A dix-sept ans, elle mettait au monde leur premier enfant, un petit garçon qu'ils nommèrent Killian. Ils déménagèrent dans une petite maison de la banlieue de Hertford pour profiter des joies de la vie à trois. Pas pour très longtemps, cependant; l'année suivante, Abigaël accouchait d'une fillette qu'ils prénommèrent Ange. Ils auraient pu se contenter de cette belle paire; mais non, grands joueurs, il décidèrent de mettre en route un petit troisième, qui vint l'année qui suivit, et qu'ils appelèrent fort à propos Benjamin. Puis vinrent tour à tour Jules, Fred, Matild, Enid. Mathias fut promu, et la plus si petite famille abandonna l'exiguë maisonnette pour une bâtisse plus spacieuse à deux pas du lieu de travail du paternel. Abigaël semblait satisfaite de sa portée de sept. Elle faisait de la cuture, comme elle l'avait rêvé, plus pour se faire de l'argent de poche que pour arrondir les fins de mois, car son mari grimpant dans la hiérarchie y parvenait très bien tout seul. Lorsqu'Enid entra à l'école, Abigaël se retoruva en manque de bébés et, au mois de Novembre de l'année 1984, elle donnait naissance au petit Stefan. L'année suivante vint Firmin, Mathias donna sa démission dans le but de monter sa propre société informatique, le vingt septembre 1986 naquit la petite dernière de la famille, Antigone. L'aîné de la petite famille avait déjà treize ans; et la maison torp étroite était perpétuellement emplie de bruits et d'agitation. Les aînés commençaient à réclamer à grand cris leur indépendance, et se vengeaient allègrement sur leurs cadets. Chaque gamin semblait avoir pour objectif celui de faire le plus de bruit possible. Seul Stefan, ce petit huitième un peu trop effacé, et Enid, fillette calme et srudieuse, ne participaient pas à l'agitation générale; les deux mômes, trop sages et trop rêveurs, furent quelque peu oubliés au profit des grandes gueules, tels les deux aînés, qui, en pleine période de révolte contre l'autorité parentale, donnaient un certain fil à retordre à leurs géniteurs. L'affaire montée par Mr Hieger fut une réussite totale, et la trop grande famille quitta sa trop petite maison pour une bien plus vaste, où chacun pourrait trouver sa chambre. La vocation d'Abigaël pour la couture à domicile se révéla de moins en moins nécessaire.

    Stefan alla à l'école, où il se révéla être un élève peu attentif mais doué.

    Il ne semblait pas très disposé à se faire des amis, mais se montrait parfaitement amical avec ceux qu'il jugeait digne de son intérêt. Etant donné qu'il avait des idées très tranchées sur les gens, et qu'il n'hésitait pas à envoyer bouler, par quelque remarque acide, tel ou tel camarade qui n'était pas à son goût, il inspira vite aux autres enfants un comportement plutôt sage, à vrai dire: rester à distance. Il n'était absolument pas malheureux pour autant, loin de là. Il s'entendait plutôt bien avec ses frères et soeurs, et il recevait l'amour de ses parents, et même si ce n'était qu'un dixième d'amour filial, c'était toujours suffisant pour s'épanouir. Bien sûr, il n'avait pas une place très importante dans la fratrie, aux yeux de ses parents; il ne se faisait pas suffisamment remarquer pour cela.

    Jusqu'au jour où un hibou vint frapper à la vitre.

    On n'avait jamais vu cela dans la famille Hieger.

    Le pauvre volatile dut presque briser le carreau pour que la famille attablée ne le remarque. Le débat était animé autour de la grande table de bois; la question de la poursuite des études de Jules, qui venait d'avoir seize ans, était débattue pour la quatrième fois de la semaine; et ce genre de sujet n'aidait pas à passer un repas dans le calme et la plénitude.

    -Nan, nan et nan! Pas question que je vais à l'université!

    -Que j'aille! Jules, ce n'est pas à toi de décider de ton avenir!

    -Mamaaaaaan! Firmin m'a tiré les cheveux! Maman! Mamaan!

    -C'est pas vrai, sale cafteuse... Maman, elle dit n'importe quoi!

    -Ben, moi, j'm'en fous, que Jules aille ou pas à l'université, pasque moi j'irai pas. Ange m'a promis que je pourrai aller habiter chez elle dès que je voudrai! Ha!

    -Je t'interdis de partir chez Ange, toi! Elle est majeure, nous ne pouvons rien dire; mais toi, ma fille, tu dois encore obéir à nos ordres! Tout comme ton cher frère!

    -Ah nan! T'as fait des études, toi, regarde où ça t'a mené! T'es plus qu'un gros PDG bourré de fric et complètement bouché! T'es tellement muré dans ton confort, dans tes petites habitudes et dans tes principes poussiéreux, que...

    -JULOT! C'EST A TON PERE QUE TU PARLES!

    -ET ALORS? J'Y PEUX RIEN, MOI, SI JE NE VEUX PAS DEVENIR COMME LUI!

    -Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaan! FIRMIN A RECOMMENCE...

    Ce fut Enid qui remarqua l'emplumé transi de froid, qui s'acharnait sur le verre épais.

    Le fait qu'un hibou apporte une lettre étonna les Hieger.

    Le fait qu'un hibou apporte une lettre à Stefan les stupéfia.

    Le fait qu'un hibou apporte à Stefan une lettre portant l'entête d'un certain "Collège Poudlard" les sidéra.

    La lecture de cette lettre les fit éclater de rire.

    Seul le principal concerné ne parut pas s'émouvoir de ces évènements. Il attrapa le papier, laissant les autres extrapoler sur l'origine d'une telle farce, et lut à plusieurs reprises les mots tracés à l'encre noire. Lui n'avait aucun doute sur l'authenticité de ce courrier - après tout, même si les autres le regardaient de travers lorsqu'il en parlait à table, ne savait-il pas depuis longtemps qu'il était spécial? Qu'il avait un don, un don qui le différenciait des autres, de tous les autres, qui le plaçait loin au-dessus de toute la bassesse de ses congénères, qui le rendait unique, qui le rendait bien plus puissant que tous ses frères et soeurs, que tous ses camarades de classe, que tous les adultes de son entourage même ne le seraient jamais? N'avait-il pas cassé la jambe de Petris, qui avait décidé de venir l'embêter à la récréation, simplement en le souhaitant très fort, et sans même le toucher? N'avait-il pas fait exploser ce verre que tenait Jules, pas plus tard que le mois dernier, rien qu'en le fixant avec intensité? Oui, ce qu'il était, il le savait; il pouvait maintenant y associer un nom, Sorcier, il était un sorcier. Il n'était pas le seul, apparemment, mais qu'importait; il allait apprendre la magie dans un collège où jamais aucune des personnes assises autour de cette table ne mettrait les pieds, il allait découvrir un nouveau monde. Et de cela, rien ni personne ne pourrait l'en empêcher.

    La venue d'un émissaire du Ministère convainquit finalement ses parents.

    Ils pleuraient de joie en l'emmenant sur le Chemin de Traverse.

    Leur propre fils était promis à un destin extraordinaire; ils pourraient jouir par procuration des bonheurs inconnus d'une vie palpitante, eux qui n'avaient jamais connu que la platitude de leur petite existence anonyme.

    Mais Stefan était déjà bien loin de ce monde auquel il avait cru appartenir.

    C'était là son bonheur, c'était là la chance qui lui avait été donné d'avoir une vie unique; et ce bonheur, il ne le partagerait avec personne. Que madame sa mère returne à la couture.



Dernière édition par Stefan Hieger le Sam 16 Mai 2009 - 9:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Répartition de Stefan Hieger. (terminé) Ven 15 Mai 2009 - 21:38


    EXEMPLE DE RPG :
    3/ Vous vous êtes endormis dans le Poudlard Express. Résultat : vous venez de manquer la traversée en barque et vous trouvez seul sur le quai. Comment allez-vous sortir de cette impasse pour regagner le château ?

    Il rêvait. Il se trouvait dans une salle lumineuse, la lumière l'éblouissait. Il serrait une baguette magique dans sa main droite, et une incroyable sensation de bonheur le réchauffait de l'intérieur. Un éclair de lumière sortait du morceau de bois qu'il tendait devant lui. Il avait le sentiment de flotter, de s'enfoncer dans une sorte de nuage cotonneux et confortable. Mais soudain, la luminosité baissait, et les murs de la salle de classe se muaient en une longue allée de briques. Sa baguette se changeait en un bâton de réglisse, et une centaine de chiens énormes, les crocs luisants et l'oeil cruel, se jetaient sur lui. Il tentait de riposter, mais le morceau de réglisse se contentait de pendre lamentablement au bout de son poing serré. Il se prépara au choc... mais au moment où la meute enragée l'atteignait, il sentit son corps tomber en poussière. Il glissait lentement sous la surface du sol. Une patte griffue lui frappait le front, il ressentit une vague douleur avant de se retrouver dans ce qui semblait être un couloir de train, un couloir immense. Tout bougeait, il avait du mal à tenir de bout...

    Une main se posa alors doucement sur son épaule. Une voix féminine, où résonnait une certaine inquiétude, l'arracha lentement au sommeil.

    -Mon garçon? Mon garçon! Réveille-toi vite...! Tu es arrivé...

    Stefan prit lentement conscience de ce qui l'entourait. La lumière des bougies derrière ses paupières closes. Le froid contact de la vitre contre son front. L'odeur de cuir et de poussière, et celle du parfum de la femme à la voix inquiète. Le gamin fit un effort pour ouvrir ses yeux déjà tout collés. Combien de temps avait-il dormi? Où était-il? Il fit le point, la voix inquiète avait un visage, le visage ridé de quelqu'un qui avait dû rire souvent. L'endroit où il se trouvait lui revint alors. Le Poudlard Express...

    Il se redressa vivement. Le wagon était vide. Son regard se tourna vers la fenêtre embuée, à travers laquelle il discerna le quai noyé par les ténèbres. Désert.

    Il s'était endormi.

    Il s'était endormi.

    Il s'était endormi.

    Il avait raté l'arrêt.

    Il avait raté Poudlard.

    Bizarrement, cette constatation tragique n'eût pas pour effet de le faire paniquer. Au contraire, une certaine résignation s'empara de lui. Au fond, il s'y était attendu: Poudlard était quelque chose de bien trop formidable pour lui être réservé. Il baissa le nez vers sa valise flambant neuve, qui contrastait avec ces antiques vêtements moldus qu'il n'avait pas eu le temps de troquer contre sa robe de sorcier. Repoussant au fin fond de son esprit toute trace de déception ou de tristesse, il s'efforça de regarder le visage de la voix. Tu es arrivé.

    -A la maison?

    La Voix parut amusée.

    -Non, voyons. A Pré-au-Lard... Mais les autres sont partis depuis au moins trente minutes. Ah, je suis embêtée... Je passais pour faire le ménage, et je t'ai trouvé là...

    Stefan fronça les sourcils, réalisant l'implication de ces paroles. Il était... Il était toujours du bon côté? Un intense soulagement déserra l'étau qui lui enserrait le coeur sans qu'il ne s'en rende compte. Un sourire apparut sur les lèvres fines du gamin.

    -Je vais les rattraper...



    Il se sentait même étonnamment joyeux, pour quelqu'un qui n'était pas censé s'apitoyer sur son sort.

    -Par où c'est, Poudlard?

    Il n'avait pu empêcher sa voix de sourire, et déjà il ramassait sa grosse valise, prêt à partir à la poursuite de ses futurs condisciples.

    -Ahaha! Ben quoi, mon garçon, tu vas pas y aller à pied! Ca fait une trotte, et pis en pleine nuit, c'est dangereux, t'y penses pas!

    -...

    Perplexe, l'enfant considéra le visage brun de la voix sourire. Que voulait-elle dire? Comment se rendre à Poudlard, sinon à pied? Et puis, pourquoi ce rire? Le croyait-elle incapable de marcher jusqu'à son école? Il savait bien qu'il n'était pas très grand, Julot le lui répétait tout le temps, eh l'avorton, ahaha, tu attends quoi pour grandir, en faisant rouler ses muscles tout neufs, mais il était plus fort qu'il n'y paraissait, après tout il avait onze ans. Et puis, il était un sorcier...

    -Vous savez, moi je peux marcher. J'ai déjà marché jusqu'à plus loin que Poudlard. Je peux marcher des heures et des heures, je l'ai déjà fait, vous pouvez le croire. Souvent, même. Et avec des sacs sur le dos, ajouta-t-il en avisant le regard que la voix surprise avait posé sur sa valise.

    Avait-il vraiment déjà marché des heures d'affilée? Il ne se souvenait plus très bien. Peut-être. Oui, peut-être avait-il été jusqu'au village d'à côté, à pied, et que ça prenait des heures. Et peut-être avait-il des sacs, ce jour-là. Oui, peut-être, il ne s'en souvenait pas exactement, mais oui.

    -...Oh, je vois... Mais malheureusement, mon bonhomme, aujourd'hui tu es attendu au château. Tu dois y être le plus tôt possible, et ça ne peut pas attendre des heures. Allez, suis-moi.



    Stefan la considéra en silence, indécis. Le croyait-elle? Si non, c'était une idiote. Si oui, elle avait raison. Il était pressé d'arriver au château, en plus, même s'il marchait souvent des heures avec des sacs sur le dos. Il acquiesça donc, sans un mot, et attrapa sa valise. Il dédaigna cependant la main tendue. Il n'était pas si petit que ça. Il n'allait certainement pas prendre la main de la Voix. Même s'il n'y avait personne sur le quai.

    Il la suivit dans le couloir, peinant à porter son encombrante valise. Il passa devant quelques compartiments encore éclairés, avant de sortir à la suite de la Voix dans l'air froid et piquant de la nuit des sorciers. Il mit les pieds sur le quai, avec le sentiment de vivre un moment Historique. Car son histoire prenait un grand H.

    Il profita de ce que la voix s'était arrêtée pour souffler un peu, posant sa valise sur le sol. Il regarda, intrigué, le décor qui l'entourait. Le quai de la gare était en plein air. Là-haut, le ciel immense était criblé d'étoiles scintillantes. Des réverbères piquetaient une rue propre et endormie de larges flaques jaunes. Le train ressemblait à un imposant monstre de fer sagement endormi. Les eaux noires d'un lac clapotaient doucement à quelques mètres de là... et là-bas, au loin, une masse plus noire que la nuit se découpait sur le ciel sombre, ses tours aiguisées transperçant fièrement le ciel.

    -C'est... Poudlard? souffla Stefan, subjugué par cette tache sombre.

    -Héhé! C'est bien cela. Bon... Reste à savoir comment tu vas t'y rendre, toi...

    La Voix se remit en marche,s ans prévenir. Stefan récupéra sa valise, et s'empressa de la suivre en trottinant. Ils contournèrent le train, s'approchant du lac. Le jeune sorcier, désormais parfaitement réveillé, perçut quelques éclats de voix.

    -...retrouver Rogue! Hahaha!

    -Moi non... se dépêcher, quand même... la répartition...

    Le garçon fronça les yeux, aperçut trois vagues silhouettes plantées près de ce qui semblait être un carosse.

    -Aaaaah, parfait! EH, VOUS! s'exclama la Voix, apparemment d'excellente humeur.

    Les silhouettes arrêtèrent de parler, et Stefan s'avança, restant soigneusement derrière son guide, observant avec suspicion ce qui se révéla être un groupe d'adolescents boutonneux.

    -Vous allez prendre ce gosse avec vous dans la diligence. D'accord? Il a manqué les Barques... Je peux compter sur vous?

    Stefan lança aux trois sorciers un regard en coin. Il y avait une fille parmi eux, et ce fut elle qui répondit à la Voix.

    -Pas de problème, madame. Nous allions y aller. Comment tu t'appelles? demanda-t-elle gentiement au garçon.

    Stefan se mordit l'intérieur de la joue. Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire, à cette fille, son nom? Il décréta qu'elle n'avait pas besoin de connaître ce détail, et lui adressa une oeillade qu'il voulut glaciale et dissuasive.

    -Hahahaha! Il est trop chou!

    Scandalisé par cet adjectif parfaitement idiot, il considéra la fille avec consternation. Trop chou? Il était... trop chou? Son honneur bafoué choisit de se retrancher dans sa dignité, et c'est donc la mine sombre et le regard inexpressif qu'il tourna ostensiblement le dos au groupe pour entrer le premier dans la diligence. Il se rendit compte qu'il n'avait pas remercié la Voix. Mais c'était déjà trop tard; les trois retardataires imbéciles grimpaient à ses côtés et la diligence s'ébranlait déjà - par quel mystère? Aucun cheval n'y était attelé. Stefan fut tenté de se retourner pour adresser à la Voix un signe d'adieu. Il lui semblait qu'elle l'aimait bien. Mais la silhouette avait déjà disparu.

    *D'accord, songea-t-il. Oublions tout cela, et restons concentrés. Après tout, l'Histoire est en train de s'écrire, il ne faudrait pas que j'en rate une miette.*



IV. HORS JEU

    ♦ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ?

    Top Site

    ♦ AGE IRL : 15 ans

    ♦ PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR :

    ♦ DÉSIRES-TU ÊTRE PARRAINE ? : Non, merci... ^^

    ♦ AS-TU LU LE RÈGLEMENT ? : Oui. Parfait
Revenir en haut Aller en bas
EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMESAdmin charmeur
    EMPLOYE AU COMPTOIR DES AFFAMES
    Admin charmeur

AVATAR : Elijah Wood
MESSAGES : 9680

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: obnubilé malgré lui par une indomptable rouquine
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 05/01/79, Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Répartition de Stefan Hieger. (terminé) Sam 16 Mai 2009 - 12:22

Bonjour & Bienvenue à toi Stefan!

Nous allons discuter de ta fiche de présentation et nous te donnons une réponse au plus vite ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1137

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: Répartition de Stefan Hieger. (terminé) Lun 18 Mai 2009 - 0:19

Humm...Voilà un jeune homme plein de talent qui se plaira certainement à...

Serdaigle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Répartition de Stefan Hieger. (terminé) Lun 18 Mai 2009 - 13:42

:slttoi:
Super! J'aime bien cette maison.
Merci de m'avoir répartie si rapidement!
:?:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Répartition de Stefan Hieger. (terminé) Aujourd'hui à 2:10

Revenir en haut Aller en bas

Répartition de Stefan Hieger. (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Répartition de Pippa Yaxley [Terminé]» The Ri...Good brother is here ~ Stefan Salvatore [Terminée]» [Terminé] Un bon petit film [Emma]» 01. Only Hope • Dakota (terminé)» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-