AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Damien Enzo Oliver Swart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Damien Enzo Oliver Swart Lun 5 Jan 2009 - 19:33

Pour être accompagné pendant la lecture de la fiche :


-----------------------------


>> Hors RPG.
    * Comment avez-vous connu ce site (top site, pub...) ? Par JGCM. Allez chercher qui s'est. Celui qui trouve (en me donnant une explication), je lui offre un cadeau.
    * Age du posteur : 15 ans et demi
    * Désires-tu être parrainé ? Nan merci.
    * As-tu lu le règlement ?? Et puis quoi encore ? Quel élève obéissant!
    * Nom/Prénom de la célébrité sur votre avatar : Kevin Zegers est la personne que j'ai trouvé qui ressemble le plus à mon Damien.

-----------------------------


>> Le personnage.
    * Nom/Prénom de votre personnage : Damien Swart. Mais en entier, avec ses seconds prénoms ca donne ça : Damien Enzo Oliver Swart. Explication ? Damien est le prénom choisis par ses parents. Enzo est le nom de son grand-père paternel. Oliver, celui de son grand-père du côté de sa mère. D'ailleurs, quelle est l'utilité d'avoir des prénoms secondaires ?
    * Date de naissance et âge du personnage : Né le 20 Septembre à Poole. Il a 17 ans et il entame sa septième et dernière année à Poudlard.
    * Origine : Né de parents moldus.
    * Animal éventuel : Maïwenn. Un chat. L'animal a de long poil de couleur beige. Son ventre est tacheté. C'est une femelle de sept ans. L'animal est à présent fatigué, pas très loin d'un repos éternel. Cependant, Damien l'apprécie beaucoup, car c'est son premier animal de compagnie. Il l'appelle d'ailleurs « Ma princesse », « Mon amour d'amour », « Ma Maïwenn ». Le félin ne manque pas de tendresse. Il faut dire que le garçon a toujours souhaitait avoir un compagnion. Chat, chien, poisson. Tout lui aurait plu. Dans son enfance, Mrs et Mr Swart ont toujours refusés de lui acheter tout animal de compagnie. Cependant, à ses onze ans, l'enfant qu'il était à l'époque eut la surprise de voir un chaton lui être accordé. Cadeau de départ auront prétexté ses parents.
* Texte personnel :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Mar 6 Jan 2009 - 10:12

  • Samedi 24 Juillet.
Cher journal,

___ Killian m’a invité chez lui. Comme beaucoup d’après-midi, depuis le début des vacances, on passait nos après-midi ensemble. J’ai de la chance de le connaître, car au début, quand je suis arrivé dans ce quartier, il y a de ça cinq mois, j’ai bien cru que jamais je ne m’habituerais à cette nouvelle vie au Sud de l’Angleterre. Dans cette ville : Poole. Heureusement Killian, mon nouveau voisin m’avait accueilli les bras ouverts. Killian a dix-sept ans. Moi j’en ai quinze. Malgré notre différence d’age, lui et moi, on s’entend super bien. On est un peu comme frère et sœur. Toujours en train de se chamailler amicalement.
Aujourd’hui, il était quelque peu surexcité par une nouvelle dont j’ignorais tout. On était dans son salon en train de regarder une émission fort ennuyeuse quand il se décida à m’expliquer.

« Woody, tu sais mercredi, il est prévu qu’on fasse une soirée entre potes… On devait être cinq. Une de tes amies, un des miens et Grégoire… »

___J’ai hoché la tête. Mercredi, il était bien prévu une fête. On avait prévu de passer la soirée sur la plage (puisque Poole est situé en bord de mer). On dormirait sur la plage. Les invités n’étaient personne d’autre que notre petite bande. Les inséparables, comme je les appelais. Constitués de Killian, Joffrey (son meilleur ami), Moi (Woody), Elise (Ma meilleure amie au lycée) et Grégoire (Notre autre voisin). Dans cette bande, Killian était l’aîné, suivi de Joffrey. Grégoire avait seize et demi. Elise et moi étions donc les plus jeunes de la bande. Mais pas pour autant les plus réservées. Ce serait plutôt Grégoire qui tiendrait ce rôle.
J’ai interrogé Killian du regard. La soirée était-elle annulée ? Ça ne pouvait pas être ça. Sinon Killian ne serait pas aussi existé. Non, il avait sûrement quelque chose à me dire. Il avait une nouvelle à me faire. J’ai donc attendu. Attendu qu’il m’en dise plus.

« J’aimerais savoir si ça ne te dérange pas si un autre ami vient. C’est notre voisin, mais tu ne le connais pas. Il est dans une école spéciale et il ne rentre que pendant les vacances. C’est pour cela que tu ne la jamais rencontré. C’est un ami d’enfance et il se trouve que demain, il est de retour. Il rentre chez lui. Et bon… Je voudrais l’inviter. Grégoire le connaît aussi, mais peu. Mais il est d’accord.
- Ben ça ne me dérange pas… »

___De toute façon, même si cette proposition m’avait gêné, je n’aurais pas pu dire non. Un de mes principaux défaut : Je n’arrive pas à dire « Non ».
J’ai demandé à mon camarade des renseignements sur ce nouveau voisin. Killian semblait enchanté que je m’intéresse à son ami d’enfance.

« Tu vas voir, il est super ! Il s’appelle Damien. Damien Swart – Oui, le fils de Mrs et Mr Swart. Il a le même âge que moi. C'est-à-dire dix-sept ans, je crois bien. Ou seize. Je sais plus. Comme moi, il est né ici à Poole. On a toujours vécu dans ce quartier. Nous avons donc grandi ensemble. A l’école primaire, on s’arrangeait toujours pour être dans la même classe. Il n’était pas très doué en cours, un peu d’aide était toujours la bienvenu, me fit-il remarquer avec un sourire coquin. Puis quand on a quitté l’école primaire, c’est devenu plus difficile. Je ne sais pas pourquoi, il a voulu allé dans une école se trouvant à Londres, je crois. ‘’Pour son avenir’’ m’a-t-il dit.
- C’est quand même bizarre que ses parents l’aient laissés partir.
- Ses parents ?! Tu connais un minimum Madame Swart pour savoir qu’elle aurait laissé faire son fils, quoiqu’il lui demande. Tu le verras bien demain. »

___J’avais reconnu une pointe de jalousie dans les paroles de Killian, mais je fis comme si de rien n’était. Je ne savais pas exactement comment réagir. Pendant un moment, on est resté silencieux, puis on a reparlé de tout et de rien.
  • Dimanche 25 Juillet.
___Ce matin, après avoir pris une bonne douche et un bon petit déjeuner, maman m’a demandé d’aller jeter les poubelles. C’est la routine. J’ai donc quitté la maison deux gros sacs sous le bras. Je connais le chemin. Je dois traverser le quartier. Ce n’est pas très loin, mais ça prend tout de même deux minutes. Je passe devant toutes les maisons et arrive enfin à destination. Après avoir jeté mes sacs de déchetteries, je reprends le chemin inverse. Sauf que à mon retour, j’entends une voix familière m’appelait. Je me retourne, surprise de trouver Killian dehors de si bon matin. Lui qui dort d’habitude comme une marmotte… Il n’est pas seul. Quelqu’un l’accompagne. Dans mon cerveau, ça fait « Plinf ! ». Bien sûr, c’est ce fameux garçon… Damien. Killian est partit l’accueillir. Je découvre donc son vieil ami d’enfance. J’examine l’individu. Il est grand, plus grand que la moyenne. Ses cheveux de couleur cuivre semblaient assez rebelles. Son visage était ovale, mettant en avant son nez légèrement trop long à mon goût (aussi j’aime bien les nez arrondis moi). Son regard était profond, aussi noir que l’encre, couronné d’épais sourcils. Ses lèvres étaient assez fines et bien dessinés. Cette grande silhouette était vêtue d’un tee-shirt noir et vert qui semblait trop grand pour lui, d’un jean sombre serré fermement par une ceinture beige. Il portait autour du cou un court collier qui maintenant un petit cadenas. Je suis resté interdite devant ce cadenas, d’ailleurs sur le coup : Pourquoi garder un cadenas autour du cou ?

« Woody ? Je te présente Damien. Damien, je te présente Woody. »

___Il a hoché la tête en signe de salut. Je n’ai pu que l'imiter. C’était assez étrange, mais il m’impressionnait. Je n’aimais pas du tout son style vestimentaire. Je préférais plutôt la chemise blanche et le jean bleu clair de Killian. Lui, au moins, se fondait dans la foule. Pour moi, Damien cherchait à se démarquer, tout en restant dans le basique. Puis son signe de tête ne me donnait pas vraiment envie de sympathisait avec lui. Cette première rencontre avec Damien me laissait un avis plutôt négatif sur lui. En quelque sorte, il me faisait peur, mais je n’oser pas me l’avouer.

« Tu veux venir avec nous cet après-midi, nous allons faire un tour en ville. J’aimerais savoir si Damien se souvient encore de Poole, dit Killian en riant.
- Je suis désolé, mais je suis invité chez Elise. On passe notre dimanche entre filles. Ce sera pour une prochaine fois.
- D’accord. De toute façon, mercredi on passera bien la soirée ensemble. »

___J’ai croisé le regard de Damien. On s’est regardé un moment, sans un mot. Je ne sais pas pourquoi, il m’a semblait que le programme de cet après-midi ne l’enchanté pas plus que moi. Heureusement que pour ma part, j’avais une excuse. Je l’ai vu s’éloigner. J’ai repris, pour ma part, la route de ma maison.
L’après-midi, j’étais, comme prévue chez Elise. Nous étions toutes les deux dans sa chambre, en train de discuter. Je lui ai annoncé que Killian avait prévu d’inviter Damien à la fête de mercredi. Elise hocha la tête, puis m’en demanda plus sur cet individu. Après lui avoir donné toutes les informations que Killian m’avait données sur lui, j’ai annoncé que je l’avais rencontré ce matin même. Elise s’est redressé et s’est exclamé :

« Alors, il est comment ?
- Euh ben… Il est grand. Je dois lui arriver au niveau des épaules. Je n’aime pas du tout sa façon de s’habiller. Il met les mêmes vêtements que… Un peu comme Sofiane et Zéphyr de l’école.
- Moi j’aime bien leurs styles à Sofiane et Zéphyr. C’est toi, qui déteste ça, constata-t-elle en riant. »

___J’ai baissé les yeux et soupiré. Elise et moi étions meilleures amies, sans pour autant partager les mêmes passions. J’adorais lire, elle faire de la musique. Elle adorait le rose, moi je détestais cette couleur. J’étais brune aux cheveux lisses, elle une blonde bouclés. Bref, on était un peu l’opposé de l’autre.
Alors que j’étais perdu dans mes pensées, Elise m’a poussé légèrement au sol (pour me ramener sur la terre ferme, sûrement). Alors que je me redressais, Elise prit la parole :

« Et Woody ! Tu m’as bien dit que les garçons étaient en villes ? Ca te dirait qu’on aille à leurs rencontres ? J’ai envie de voir à quoi il ressemble…
- Qui ça, Damien ?
- Pourquoi pas, s’exclama-t-elle. »

___J’ai dû baisser les yeux, car ma camarade a pouffé. C’était amical, mais moi, je n’avais pas vraiment envie de revoir Damien et je n’osais pas dire « non ». Heureusement, Elise a comprit et a annulé son idée. Mais elle a rajouté, alors que je relevais la tête, qu’elle comptait bien le rencontrer. Ses dernières paroles provoquèrent un sourire chez moi. Décidément, elle ne changerait jamais : Même si elle sortait déjà avec quelqu’un (Joffrey), elle serait toujours en train d’observer les autres garçons. Cela me désespérait légèrement.
  • Mercredi 28 Juillet.
« Dépêche toi, nom d’un chien ! Nous allons être en retard ! »

___Je m’observe dans le miroir. Je suis assez contente de moi : Je suis naturelle et en même temps chic ! Un peu de maquillage, une jupe rouge et noir, rayé, un débardeur blanc. Ca me convient. J’observe encore une fois ma montre. Il est 18h30. J’ai encore le temps. Décidément, je savais bien que garder Elise chez moi pour qu’on aille à la fête ensemble était une mauvaise idée : Etant du genre pressé, Elise n’avait pas la patience d’attendre que je sorte de la salle de bain. Alors que je lui criais que j’arrivais, je sortit de la salle de bain, descendit les escaliers et me retrouva dans le salon. Mon amie m’attendait. Je l’observais. Vêtue d’une jupe, comme moi et d’un haut à dos nu, elle était bien plus jolie que moi. De toute façon, elle était toujours plus belle que moi. On est resté un moment à nous dévisagé, puis on a quitté la maison pour aller au point de rendez-vous : Devant chez Killian. Là-bas, nous avons trouvé tout le petit groupe qui nous attendait : Killian, Joffrey et Damien discutait avec animation, alors que Grégoire nous observer arriver. Elise, à côté de moi, émit un hoquet. Je l’interroge du regard. Elle me souffle alors dans un murmure :

« Arrête, je le trouve pas vilain moi. »

___Elle fait allusion à Damien. J’ai hoché les épaules et regardant le ciel. Même s’il n’était pas moche, je trouvais son look trop pas mon goût en fait. Et puis Elise, elle aimait beaucoup ce genre là.
On a approché du groupe. On a saluait tout le monde. Quand Elise alla pour embrassait Damien (sur la joue, hein), elle lui fit un clin d’œil au moment de partir. Celui-ci lui jeta un regard assez noir et Joffrey, qui avait vu la scène, appela sa petite amie et l’embrassa devant Damien. J’ai comprit alors le message que Joffrey voulait faire passer : Elise était sa petite amie et Damien n’avait pas ‘’le droit’’ de l’approcher.
Tout les six, on prit la direction de la plage. L'ambiance était tendue. J’étais entre Killian et Damien. Je n’osais pas prendre la parole. Puis finalement, je me décidais à couper ce silence.

« Alors, Damien s’est retrouvé dans Poole ?
- Mieux que je ne l’avais imaginait !
- Comme si c’était si difficile, fit remarquer Damien avec un sourire. Poole n’a pas tellement changé. »

___C’était la première fois qu’il parlait en ma présence. Sa voix était assez mélodieuse. Je m’attendais à une voix plus grave venant de lui. Certes, elle n’était pas aiguë, légèrement grave, mais ce qui me marqua beaucoup, c’était cette voix mélodieuse. De plus, je m’étais attendu à des paroles vulgaires, comme le dise ses adolescents rebelles, auxquels il ressemblait. Non, Damien me surprenait. Il semblait très calme, malgré ses airs de rebelles. Il fallait donc se méfier des apparences. Cependant, il m’intriguait. Je voulais le comprendre. Savoir pourquoi il m’avait si déplu au début, alors qu’à présent il m’intriguait. Mon regard se posa alors sur le cadenas qu’il avait autour du coup. C’était vraiment étrange. Je me devais d’affronter mes peurs (car le jeune homme m’intimidait toujours) et engageait la conversation. Le faire parler, lui retirer des informations et assembler le tout pour comprendre.

« Alors comme ça, Poole ne change pas tant que ça ?
- Nan… »

___Pas très bavard. Je plonge mon regard dans le sien. Quand ce dernier croise mes yeux, lui aussi, je suis prise d’un malaise. Je baisse les yeux pour regarder mes pieds. Ses prunelles m’intimident encore plus que sa taille.
On est arrivé sur la plage de Poole. Le ciel était assez couvert. On s’est assis sur le sable froid. Les garçons ont disposés des bougies autour de nous. C’était ce qu’on faisait à chaque fois qu’on passés une soirée entre amis sur la plage. Damien, qui n’avait pas l’habitude, s’exclama en riant :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Jeu 8 Jan 2009 - 15:20

« Des bougies ?! Vous avez peur de quoi ?
- Oh ! Trois fois rien, s’exclama Elise voulant poursuivre sa plaisanterie. On cherche à faire fuir les mauvais esprits, les montres, les vampires, les zombis, les loups-garous et les sorciers. »

___Nous rigolons tous. Tous sauf Damien. Il ne semblait pas être content. J’en conclu qu’il ne souhaitait pas de réplique à la base. Elise remarqua, comme moi que Damien ne pouffait pas et arrêta de rire elle aussi, l’observant avec des yeux ronds. Puis elle rougit, mal à l’aise. Je pense que Damien avait remarqué cette gène, car il eut un rire forcé et essaya de dire en plaisantant :

« J’imagine que le coin est envahi par de telles ‘’créatures’’. »

___Elise a relevé la tête et sourit, rassurée. Tout le groupe a recommençé à rire. Mais j’ai bien saisi que Damien n’avait dit ses paroles pour apaiser Elise. C’était gentil de sa part. Mais cela continuer de m’intriguer. Pourquoi n’avait-il pas apprécié, sur le coup, la plaisanterie de ma meilleure amie. Elle n’avait pourtant rien dit de mal.
Grégoire installa de quoi grignoter sur une serviette de bain. Comme à chaque fois, c’était des gâteaux d’apéritif et tout. On grignotait, bavarder de tout et de rien. J’écoutais avec attention quand c’était Damien qui prenait la parole. J’essayais de trouver le petit truc qui pourrait m’aider à le comprendre. Mais rien de ce qu’il disait ne m’aider. De toute façon j’avais toute une soirée pour bien le comprendre. J’espérais que ça suffirait…
Elise était partit se réfugier dans les bras de son petit ami, Joffrey. Il la berçait tendrement en lui caressant les cheveux. Grégoire, Killian, Damien et moi, nous nous étions mis un peu à l’écart pour laisser les tourtereaux ensemble. Les trois garçons se connaissaient. C’était assez bizarre. Ils rigolaient ensemble. Certes, je riais avec eux, mais parfois, j’avais l’impression d’être de trop. Alors, j’observais le ciel, laissant les garçons parler entre eux. Ne pas parler a du attirer l’attention des autres, car alors que j’observais les étoiles, la main de Killian se posa sur mon épaule. Je tournais la tête vers lui, et donc le reste du groupe.

« Tu t’ennuies Woody ?
- Hum… ?
- Je pense qu’on devrait changer de sujet de conversation, proposa Damien en m’étudiant du regard (ce qui me gêna et je baissa les yeux).
- Nan, c’est bon, continuez. Je commence juste à fatiguer.
- Déjà ?! S’exclama Grégoire en regardant sa montre. Il est à peine 20h35. »

___J’ai du hocher les épaules, car Damien s’est redressé avec un sourire moqueur. Je l’ai regardé avec une boule au niveau de la poitrine. Quelle connerie allait-il faire ?

« Un petit bain dans le lagon devrait te réveiller. »

___Il s’approchait de moi dangereusement. Moi je commençais déjà à paniquer. Il n’allait quand même pas oser ? Je me redressais prête à fuir, mais il fut plus rapide et le me retrouva la tête en bas. Il me portait et m’emmenait droit vers le lagon. J’entendais le reste du groupe rire.

« Damien, lâche moi tout de suite.
- Sinon quoi… ?
- C’n’est pas la question. Je n’ai pas de tenue de rechange.
- Moi non plus, confia-t-il sérieux.
- Peut-être, mais qui est ce qui va finir à l’eau ? »

___Il a rit. J’entendais le bruit des vagues. On s’approchait dangereusement de l’eau. Je sentais qu’il aller me lâcher d’un moment à un autre. Alors je me retiens à lui, serrant avec mes bras sa taille. Je ferme les yeux. J’attends le moment où il me jettera à l’eau. Pourtant, je le sens hésiter. Il s’était immobilisé et devait réfléchir. Sauf que moi, j’avais le sang qui me descendé au crâne. Je commencais à avoir le tournis.

« Décides-toi. J’ai la tête à l’envers, si tu te souviens bien. Alors jettes-moi à l’eau et qu’on en finisse !
- Tu es si pressé d’être trempé ? Je croyais que tu n’avais pas de tenue de rechange.
- Ben c’est sûr que si tu pouvais me reposer à terre, sans à avoir à me mouiller, ce serait mieux. »

___Il a encore rigolé. Puis je me suis senti pivoter. Mes pieds ont retouchés le sol. Je me suis retrouvé face à Damien. Encore une fois, je me suis rendu compte qu’il était grand. J’ai levé la tête pour pouvoir voir son visage. Son sourire avait disparu et il m’observait. Son regard laissa un frisson parcourir mon dos, mais cette fois-ci je me mis au défi de continuer à le regarder. On était assez loin des autres, assez loin pour qu’ils ne nous entendent pas.

« Merci de ne pas m’avoir mis à l’eau, le remerciais-je. Au moins, je n’aurais pas à finir la soirée tremper.
- Mais je compte sur toi pour ne pas t’endormir, dès qu’on remonte avec les autres, dit-il en faisant allusion au reste du groupe. Sinon à l’eau ! Et cette fois là, tu n’auras pas autant de chances !
- Promis. »

___On est remontés rejoindre les autres. Pendant le chemin du retour, je n’ai pas pu le regarder, j’étais trop gênée. Quand on s’est retrouvé devant le groupe, Killian a sourit et dit :

« Alors Woody, tu as échappé à la noyade ?
- Il semblerait.
- Woody s’est montré persuasive, confia Damien en faisant un clin d’œil à son ami d’enfance. »

___Les deux garçons ont rigolés d’une blague que je n’ai pas comprise.
La soirée s’est poursuivie. Grégoire et Joffrey ont entamé une partie de cartes. Damien et Killian les observaient alors que Elise et moi on observait les étoiles. Heureusement pour moi, Damien ne semblait pas s’être aperçu de ce que je faisais et il ne m’avait pas encore mis à l’eau. De toute façon, cette fois, nous étions deux à contempler le ciel. Elise semblait d‘ailleurs aussi fatigué que moi. Toutes les deux, on commençait à sommeiller quand les paroles de Killian m’intriguèrent.

« Observez bien mes amis. Vous allez chacun prendre une carte et vous allez la remettre dans le paquet. Je vais vous retrouver votre carte. »

___J’ai compris qu’il faisait un tour de magie. Je me suis redressé. Chacun avait prit une carte et Damien observait son ami d’enfance avec un regard que je ne lui connais pas. Comme le décrire ? Je pense que Damien observait Killian avec attention. Il cherchait sans doute à comprendre le tour. Nan, me dis-je. Tout le monde cherchait à comprendre le tour, mais Damien, lui, cherchait, observé autre chose. J’avais beau essayé de chercher, je ne trouvais rien. Rien qui ne pouvait expliquer le comportement de Damien.
Killian termina son tour –qu’il réussit-. A aucun moment, Damien n’arrêta son examen. Quelque chose était vraiment ridicule. Qu’est ce qu’il pouvait bien chercher ?
Le reste de la bande donnèrent une tape sur le dos de Killian, le félicitant pour son tour de magie. Quand il ne restait plus que Damien qui n'avait rien dit, tous les visages se tournèrent vers lui. Moi, je me mordis la lèvre. Quand on avait remarqué, comme moi, la façon dont il avait observé Killian, on se doutait qu’il n’allait rien dire. Et pourtant...

« Félicitation vieux. Tu t’améliores en magie. »

___Je restais sur le cul, comme le dit l’expression. Ca voulait dire quoi, ça ? Il me semblait que Damien n’avait pas apprécié le tour de magie. Je ne m’étais donc impossible de croire qu’il avait bien dit : « Félicitation. ». C’était vraiment bizarre.
Killian remercia son ami. Je pouvais lire dans ses yeux, qu’il était fier de lui.
Je pense que minuit était passé depuis un moment, quand on a commencé à raconter ses histoires. Les histoires qui sont censés faire peur. J’étais entre Damien et Grégoire. En face de moi se trouvait Killian, ainsi que Elise, se trouvant sur les genoux de Joffrey. Les histoires étaient toutes aussi horribles, les unes que les autres et j’avais du mal à ne pas pleurer. Je n’avais jamais apprécié ses histoires. Mais alors que Joffrey prenait un malin plaisir à décrire le corps déchiquetés d’une victime en sang, ma gorge se serra, je sentis que quelque chose n’allait plus. J’ai essayé de réagir avant de m’évanouir, mais je partis avant. Je me sentis tombé en arrière.

« Woody ! »

___J’ai rouvert les yeux avec difficultés. J’avais mal à la tête. J’avais l’impression d’ailleurs de peser une tonne. J’aperçu la silhouette de Killian au dessus de moi. Il m’observait inquiet. Que s’était-il exactement passé ? Je ne sais plus trop. J’avais perdu connaissance, voilà ce qui s’est passé. Sinon je ne voyais pas pourquoi, j'étais allongé sur le sable de la plage de Poole. Il faisait toujours nuit. J’en déduis que je n’ai pas longtemps perdu connaissance. D’ailleurs heureusement. Je reprenais conscience des environs. Peu à peu j’entendis de nouveau.

« … reprit connaissance.
- C’est le plus important. Il est partit où, Damien ?
- Chercher une bouteille d’eau chez lui. Woody doit boire. »

___Je devais boire ? J’ai essayé de me redresser. Doucement, Killian m’a rallongé en m’expliquant que je devais rester allongé, jusqu’au retour de Damien. Quand ce dernier arriva, on me tendit une bouteille d’eau fraîche. Je bu une gorgée et posa la bouteille à côté de moi. Damien m’obligea à boire encore. Je lui lança un regard surpris. Décidemment, il me surprenait de plus en plus. Moi qui m’étais attendu à ce qu’il soit quelqu’un de rebelle, je découvrais que Damien était quelqu’un de bien. J’avais faux depuis le début. Je m’en voulu de l’avoir juger trop rapidement.
Une fois après avoir bu la moitié d’un litre (ou du moins, la bouteille), on m’ordonna de me reposer. Cette fois, je refusais. Il était hors de question que je m’endorme lors des autres, alors qu’ils allaient continuer leurs soirées.

« Elle n’a qu’à rester avec nous, proposa Grégoire. Elle s’endormira si elle en a envie. »

___Les garçons ont hoché la tête. On m’a aidé à marcher jusqu’au coin où nous passions la soirée. J’ai voulu jouer les supers héros et j’ai voulu rester assise devant tout ce monde. Killian m’a fait allongé au sol. J’ai du m’y résigner. Mais à présent, j’observais avec attention Damien. Tout ce qui c’était passé cette soirée défilait dans ma tête. Pourtant aucune explication ne me vient à l’esprit.
Elise et Joffrey s’embrassaient tendrement. Bizarrement, mon cœur se serra. C’était de la jalousie ? Non, plutôt de l’envie.
C’est alors que j’ai deviné ce qui s’était passé dans cette soirée. J’étais tombé « amoureuse » de Damien. Ce n’était plus qu’une simple observation que je faisais. C’était plus que ça.
J’essayais de rester éveillé, mais je finis par rendre les armes et sombrait.
  • Jeudi 29 Juillet.
« J’arrive pas à croire que j’ai loupé la fin de la soirée.
- Mais je te dis que tu n’as pas manqué grand-chose, répéta Elise. On s’est tous plus au moins couché sur le sable et on s’est endormi.
- Vous n’avez vraiment rien fait ?
- Ben euh… Si savoir que Damien et Killian ont jeté à l’eau Grégoire et Joffrey, si c’est quelque chose d’important pour toi, alors oui, on a fait des trucs après que tu te sois endormi.
- Et toi, tu n’es pas passé à l’eau ? »

___Je m’en voulais d’avoir loupé la fin de la soirée. Je comptais donc sur Elise pour me raconter la fin de soirée.

« Nan. J’étais assise à côté de toi. Je les ai observé de là. »

___Nous étions dans ma chambre. Il était 15h15.

« En tous cas, moi je le trouve sympa Damien. Je m’attendais à un « rebelle », comme tu disais.
- C’est vrai que je l’ai jugé trop rapidement. Hier, je me suis rendu compte que c’était quelqu’un de bien. J’ai vraiment envie de mieux le connaître.
- Ah ! Quel retournement de situation ! Ca te dit qu’on demande aux garçons de sortir ?
- Ouiiii ! »

___Elise a rigolé. J’en déduis que mon « Oui » était trop enthousiaste pour passer inaperçu. Nous sommes sortit de ma chambre pour nous retrouver dehors, dans le quartier. Elise m’indiqua qu’elle allait chercher Grégoire et qu’il était de mon devoir de faire de même avec Damien. Je suis sûre qu’elle avait fait exprès. Pour que je vois Damien... Seul à seul. Mais je fis comme si de rien n’était. Elise me quitta, prenant la direction de la maison de Grégoire. Je me retrouvai seule. J’avançais vers la maison des Swart, pas très sur de moi. Certes, les parents de Damien ne m’étaient pas étrangers, mais je ne les connaissais pas vraiment. J’arrivais devant leur maison (deux étages), m’approcha d’une allure pas très sûre du tout. Je sonnai. Ce fut Mrs Swart qui m’ouvrit. Je remarqua alors à quel point Damien lui ressemblait : Ils avaient la même chevelure cuivré en désordre, la même bouche.

« Bonjour, je viens chercher Damien.
- Entre, je t’en prie, me confia-t-elle m’entraînant à l’intérieur avant que je puisse refuser. Damien prend sa douche, il n’en a plus longtemps. »

___Elle referma la porte derrière elle. Je me sentis bien malpolie. Je restais cloîtré à l’entrée. Mrs Swart m'emmena au salon. Je découvris alors une photo d’un petit garçon qui riait avec un autre. Les deux gamins devaient avoir huit ou neuf ans. Je reconnue Damien, grâce à ses cheveux et sa grande taille. Déjà jeune, il avait ce côté rebelle qui m’avait frappé. Ses cheveux étaient alors assez long à l’époque et lui cachait les yeux. A côté de lui, ce tenait quelqu’un que je reconnu facilement, ayant déjà vu cette bouille sur d’autres photos : Killian.
La complicité des deux garçons sur cette photo était frappante. A croire qu’ils étaient frères.

« Avec le temps, les gens changent, fit Mrs Swart derrière moi. »

___Je me retournais surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Jeu 8 Jan 2009 - 19:51

« Comment ça ?
- Oh et bien… Cette photo date. Bientôt dix ans. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais les deux petits garçons de la photo sont Killian et Damien. A présent, ses deux gamins sont devenus des jeunes hommes. Puis comme je le disais, les gens changent. Si tu regardes cette photo, Killian et Damien sont très proches. Ca se voit. A présent, j’ai l’impression que cette complicité a disparue. C’est bien dommage, confia-t-elle avec un sourire triste.
- Je ne comprends pas. Killian et Damien sont toujours proches. Hier, par…
- Si tu les avais vu gamins ses deux-là. Après les cours, ils retournaient dehors pour passer du temps dehors. Ils partageaient tout. Une fois, Damien avait eu un petit coup de cœur pour une fille de sa classe. Tu les aurais vu ses deux-là. Ils avaient montés tout un plan pour que la demoiselle soit sous le charme de mon petit Dam’. Tant d’effort pour qu’au final, Damien et Killian change de cible. Ah ! Je regrette tant… »

___Elle ne termina pas sa phrase. Je fis comme si je n’avais rien entendu, notant un maximum d’information dans ma mémoire. Je trierais ensuite. Si je voulais comprendre Damien, je devais aller dans son passé. Cette conversation ne pouvait que m’enrichir.

« C’est peut-être la séparation qui fait qu’ils ne soient plus aussi proches. Killian m’a dit que Damien allait dans une école spéciale, à Londres et qu’il n’était à Poole que pendant les vacances.
- J’en doute sérieusement.
- Que fais Damien dans cette école ?
- Pardon ?
- Qu’est ce qu’il apprend à Londres ? »

___Je la sentie hésiter, tout d’un coup, très gêné. Je ne comprenais vraiment rien. J’avais du toucher à un point sensible. Je ne savais pas exactement comment je devais réagir, quand…

« Woody ? »

___Je me suis retourné, dans un sursaut. Descendant des escaliers, Damien m’observait. Il avait les cheveux mouillés. Il était vêtu d’un tee-shirt blanc et d’un jean (Comme d’hab’ en faite). Je remarquais qu’il observait sa mère d’un regard protecteur. Il avait du entendre la fin de notre conversation. Il y avait bien un mystère sur cette fameuse école.

« Que me vaut cette visite ?
- Je venais te chercher... Mais tu sembles occupé, alors je ne vais pas te déranger plus longtemps. Je suis…
- Ne t’enfuies pas. Laisse moi encore deux minutes et je suis prêt. En attendant, viens avec moi dans ma chambre. »

___J’ai avalais ma salive de travers et je l’ai suivi. On a monté à l’étage et on a tourné à la première à gauche. J’entrais dans sa chambre. Elle était assez petite. Mon regard se porta sur une grosse boule de poil beige, allongé sur le lit. C’était un chat. Un beau chat au poil long. Je m’approchais de la créature pour le caresser. A l’approche de ma main, l’animal redressa la tête et renifla ma peau avant de se rendormir. J’en conclu que je pouvais caresser l’animal. Alors que je caressais l’animal, je remarquais que Damien était resté au niveau de la porte et m’observait avec un sourire.

« Et bien, je crois que tu as fais la connaissance de Maïwenn.
- Mau… Tu peux répéter ?
- Maïwenn. C’est ma princesse. »

___Je restais interdite devant ce nom. Maïwenn ? D’où lui était venu cette inspiration. Quoi qu’il en soit, je continuais mes caresses envers la chatte qui ronronnait.

« Je vais me sécher les cheveux et j’arrive. Restes ici, je n’en ai pas pour longtemps.
- Comme si j’allais m’enfuir. »

___Il me fit un clin d’œil et disparut hors de la salle. Je me sentis rougir. J’ai baissé la tête, bien que je fus seule.
Quand il revient, je ne l’entendis pas arriver. Il s’assit à mes côtés sur le lit.

« A quoi penses-tu ? me demanda-t-il songeur.
- Rien de spécial.
- Vraiment ? Pourtant, hier j’avais l’impression que tu m’observais attentivement.
- Toi aussi, l’accusais-je. Avant que tu n’essayes de me mettre à l’eau.
- Je te regardais parce qu’on te parlait. Tu préfères que je regarde autre chose que toi, quand je te parle ?
- Nan, répliquais-je vaincue. Dis-moi, tu peux répondre à une des questions que je me pose ?
- Si je peux y répondre…
- Tu étudies quoi à Londres ? »

___Comme sa mère, il marqua une pause.

« Quelque chose qu’il n’y a pas à Poole.
- Continue. Ca consiste à quoi ?
- J’apprends… J’apprends l’Art.
- Et tu crois que je vais te croire ? pouffais-je.
- Pourquoi pas ?
- Tu as hésité. Et puis dès onze ans, pour aller dans une école d’Art. C’est trop tôt ! Nan, je pense que tu me caches quelque chose.
- Je te trouve bien au courant de mon passé, fit-il avec une grimace. »

___J’ai hoché les épaules. Quoi qu’il me dise, il fallait que je reste sur mes gardes. Damien semblait prêt à mentir pour pas qu’on sache exactement ce qu’il apprenait dans cette fameuse école.

« Il me semble que tu étais venu me chercher pour qu’on aille dehors. Je suis prêt à présent.
- Allons-y. »

___Je me suis levé. Il a fait de même. On s’est dirigé hors de la salle et on redescendu les escaliers. Alors qu’on traversait le salon, une autre question me traversa l’esprit. Je m’approchais, alors, de Damien.

« Si ça ne te dérange pas, j’ai une autre question. Pourquoi as-tu un cadenas autour du cou ?
- Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. »

___Je n’ai pas compris sa phrase. Qu’est ce que ça signifiait ? Voulait-il me cacher quelque chose ou bien ignorait-il lui-même la raison pour laquelle il tenait à ce cadenas. Quoi qu’il en soit, je notais dans ma cervelle ses paroles. Paroles à méditer. « Il y a des choses qui ne s’expliquent. » avait-il dit. C’était peut-être le cas. J’espérais en tous cas, que toutes mes questions auraient, un jour, une réponse. Que tout ça s’explique.
Nous sortions dehors. A ma grande surprise, Killian, Joffrey, Grégoire et Elise nous attendaient. Cette dernière semblait ravie d’elle. D’ailleurs, alors que Damien saluait tout le monde, elle me prit à part, me demandant ce qui c’était passé. Je lui rétorquais d’un ton sec que rien ne s’était passé. Je n’avais aucune envie à ce que Elise croit qu’une quelconque relation amoureuse existait entre moi et Damien. Cela me rendrait malade. Car je savais que j’avais des sentiments pour lui. Seulement, il me semblait aussi que ce n’était pas le cas pour lui. Pour lui, je n’étais qu’une voisine, je pense. Et encore, je me demande s’il m’appréciait parce que vu la façon dont, parfois, il me regardait… A me faire trembler.
Nous nous sommes dirigés vers le parc de la ville. Une fois là-bas, Joffrey a essayé de faire le toboggan qui était trop petit pour lui. Nous avons tous rigolé. Il était ridicule. C’est alors que je reconnus les lieux. C’était les lieux de la photo. La photo où Killian et Damien rigolaient. Là, où d’après la mère de celui que j’aimais, leur complicité était toujours d’actualité.
Je portai un regard vers Killian. Il se tenait près de Joffrey et rigolait de bon cœur. Ma concentration se porta à présent vers Damien. Il était à côté de Grégoire et souriait.
C’était vrai, qu’après avoir vu la complicité de la photo, voir les deux anciens meilleurs amis chacun de leur côté dans des moments de –soi-disant- bonheur paraissaient incompréhensibles. Je me rappelais alors de la jalousie qu’avait eu Killian, la première fois qu’il m’avait parlé de son ami d’enfance. Il devait bien s’être passé un truc. D’ailleurs, Mrs Swart avait bien dit qu’elle renonçait à l’hypothèse que leur séparation était la cause de l’éloignement. Qu’est ce qui s’était donc passé, diable ?!
On a fini par s’installer dans l’herbe. On formait un cercle. Elise et Grégoire m’encerclaient. On a parlait de tout et de rien. Mais rien de très important. Puis, quand le soleil a commençait à descendre, nous sommes tous retourné chez soi. De plus, j'avais très mal au ventre.

  • Mardi 3 Août.
___Je suis tombé malade et je n’ai pas pu sortit dehors plus tôt. Mon évanouissement de la soirée à la plage aurait du me prévenir, ainsi que les maux de ventre. A présent, j’allais mieux. Dans l’après-midi, je me suis donc aventuré à l’extérieur. Je n’avais pas spécialement envie d’aller voir les garçons. Je voulais juste marcher. J’ai pris la direction de la plage. Un peu d’air marin me ferait du bien.

J’allais descendre les marches qui emmène à la plage, quand je vis que Damien était justement assis sur l’une de ses marches ; j’ai du laisser un hoquet de surprise m’échapper, car il s’est retourné, puis s’est redressé. Moi j’ai descendu les marches, jusqu’au deux dernières marches qui nous séparait. On faisait la même taille, avec ses deux marches. J’ai encore descendu une marche pour pouvoir le saluer Pendant qu’on se faisait la bise, il n’a pas dit un mot en m’observant attentivement. J’étais particulièrement gêné. Ne pouvait-il donc pas tourner la tête pour que mon malaise disparaisse.

« Je n’avais jamais remarqué à quel point tu étais petite, confia-t-il avec un sourire moqueur, mais amical. Même si tu es sur une marche plus haute que moi, tu es obligée de te mettre sur la pointe des pieds.
- Ce n’est pas ma faute si tu es plus grand que les garçons de ton âge. »

___Il pouffa. J’en déduis que ses propos n’avaient été que des plaisanteries depuis le départ. Je rigolais donc avec lui. C’était bon de pouvoir plaisanter, après avoir été obliger de rester coucher au lit pendant plusieurs jours.
Il me proposa sa compagnie. J’acceptais. Nous marchions donc tous les deux sur le sable. Je regardais mes pieds, incapable de regarder Damien droit dans les yeux. Son regard me terrifiait.
Ce fut donc lui qui coupa le silence, en me demandant comme j’allais.

« Je vais bien. Ca fait du bien d’être à l’extérieur.
- ...
- Dis moi, pourquoi étais-tu ici seul ? J’aurais pensé que Killian t’aurait accompagné.
- Killian a autre chose à faire, au lieu de me suivre partout. Et je me juge assez grand pour pouvoir me balader seul.
- Oh ! Désolé. »

___Il me sourit amicalement. Je pris cela pour un « Tu es pardonné ».

« Si je suis venu ici, c’est sûrement pour la même raison que toi, continua-t-il comme si de rien n’était. J’avais envie de prendre de l’air. Dommage que le temps soit couvert, sinon je me serais autorisé une petite baignade dans le lagon. »

___Je levais la tête pour observer le ciel. Il avait raison : De gros nuages bannissaient la chaleur du soleil. Déjà que l’atmosphère terrestre n’était pas chaude, l’eau devait l’être encore moi. Cependant, je répondis avec ironie à la remarque de mon –nouvel ?- ami.

« Je suis sûre que l’eau n’est pas si froide que ça. »

___Il rigolait, puis il m’a regardé comme agacé. Un creux se forma dans mon ventre : qu’avais-je encore dit ?

« Décidément, tu n’attends qu’une chose ; que je te mette à l’eau !
- Pas du tout, répliquais-je vexé.
- Si tu me connaissais un peu, tu serais qu’il ne faut pas me chercher.
- Hors je ne te connais pas encore très bien. Tu pardonneras mes erreurs, donc…
- Tu crois vraiment ? s’exclama-t-il moqueur. Et si je te mets à l’eau tout de suite, tu arrêteras de te croire hors de danger en ma compagnie ?
- Hors de danger ? C’est quoi ce terme là ? En quoi es-tu dangereux ?
- Tu me crois incapable de te mettre à l’eau et ça m’agace.
- Hein… ?! Je comprends plus rien. Ca t’agace que je te crois impossible de… Explique, je comprends plus là.
- C’est juste, que comme l’autre je ne t’ai pas mis à l’eau et bien à présent tu te crois –excuse moi du terme- tout permis, car tu me crois incapable de te punir comme il se doit. Je ne suis, certes, pas très dangereux, mais méfies-toi. Je suis quelqu’un qui tient parole. Je n’aime pas mentir.
- Si tu n’aimes pas mentir, pourquoi ne me dis-tu pas la vérité sur ton école ?
- Tu ne me crois pas ?
- Tu es un mauvais menteur, en plus de ne pas aimer tromper les gens, lui avouais-je pas très sûre de moi cependant. »

___Il fallait à présent espérer que je ne me trompais pas. Je croisais les doigts derrière mon dos. Je n’étais pas sûre à cent pour cent qu’il m’avait menti concernant son école d’art. Mais s’il n’aimait pas mentir, son hésitation avant de me dire qu’il était dans une école d’art pouvait me donner un argument pour…

« Pfff ! »

___Agacé, Damien accéléra le pas. Je dus faire de même pour pouvoir rester avec lui. J’aimais tant sa compagnie. Je ne souhaitais pas le faire partir. Je devais donc me rattraper.

« Excuse moi… Je laisse tomber pour le moment.
- Laisse tomber définitivement, aboya-t-il sèchement. »

___J’avais ma salive de travers. Qu’il rêve ! Je ne laisserais pas tomber. En tout cas pas aussi facilement. Pour que je laisse tomber, il fallait qu’il me donne une bonne raison d’abandonner. Hors ça, il n’en aurait sûrement pas. Il allait donc devoir me supporter. Mais je l’avais assez embêté pour la journée. Je devais être sympa avec lui, si j’espérais qu’on devienne de ‘’bon ami’’.

« Tu veux parler de quoi à présent ? »

___Il n’a pas répondu. Il a regardait en face de lui, avant de se tourner vers moi.

« Je ne sais pas. Quelle est ta couleur préférée ?
- Le noir et toi ?
- Oh moi ? Le marron. Ce n’est pas une couleur que les gens aiment habituellement. Le marron peut avoir plusieurs tons : Le marron-jaune ou marron-vert qui représente l’automne. Le marron-rouge qui représente le feu des bois. Le marron pour le chocolat, le…
- Chocolat ? Gourmand ?
- Non. C’est juste une comparaison entre le marron et ce qui peut-être comparer. C’était juste pour me justifier sur un tel choix.
- Tu n’as pas à te justifier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Sam 10 Jan 2009 - 16:14

___Il me donna un coup de coude amical. Moi je souris, fière de moi. Au moins, j’avais réussi à le rendre plus amical, malgré son air distant. Car en effet, il ne m’observait plus comme il le faisait parfois. Il ne faisait qu’observer en face de lui ou ses pieds. Cela n’était certes pas nouveau, mais bon…
De toute façon, l’idée que je m’intéresse à son école l’agaçait et il ne tarda pas à me quitter. Il ne me donna pas de raison de rester plus longtemps sur la plage. J’ai encore marché deux, trois minutes, puis j’ai repris la direction de la maison.
  • Mercredi 4 Août.
« Rendez-vous cet après-midi à treize heure devant chez moi. »

___C’était le message de Killian m’avait fait passé dans la matinée. Je m’empressais d’avaler un sandwich à midi, en vitesse, pour pouvoir me préparer pour cette journée. D’après ce que j’avais pu comprendre de ce que disait Killian dans son message, nous allions faire un tour en ville. Cela nous arrivait en effet, qu’on passe nos après-midi à traîner dans les ruelles de Poole. Il nous arrivait, ensuite, des fois de terminer notre balade sur le port, en train de manger une glace.
Vers treize heure, je quittais ma maison pour aller au point de rendez-vous. Grégoire était déjà là. Nous avons discuté un moment, puis Killian est sortit de chez lui. Comme c’était une journée entre voisins, Elise et Joffrey ne faisait pas partit de la partie. Il ne manquait plus que Damien. Mais alors que Killian refermé la porte derrière lui, il annonçait qu’on ne devait pas attendre Damien. Je n’ai pas entendu la suite de ses propos, mais en tous cas, soit il était sur place, soit il nous rejoindrait. Quoi qu’il en soit, je fus surprise de constater qu’un nœud s’était formé dans mon ventre. J’avais espéré sa présence ? Il n’y avait qu’une réponse évidente : Oui ! Je voulais voir Damien, sauf qu’il m’échappait.
On descendit sur le front de mer. Grégoire et Killian discutaient avec animation sur un truc qui m’échappait. Je crois qu’ils parlaient d’un nouveau jeu vidéo.
Toujours pas de Damien. Mon dieu, où est-il ?
On remonte une rue, passant devant les vitrines.
Toujours rien. Pas de trace de mon ‘’âme sœur’’ ?! Je songe déjà que l’après-midi va être pourri. Killian et Grégoire me parle de temps à autre. Je suis la conversation alors que je dors intérieurement.

« Allons manger une glace, proposa Killian. C’est moi qui paye. »

___Je n’ai pas pu dire non. Pourtant je n’avais qu’une envie… Rentrer chez moi. Pourtant, nous avions pris la direction de la boutique en question.
Arrivant devant la boutique, je m’arrêtais nette. Il était là. Damien. Sa grande silhouette appuyée contre la vitrine du bâtiment. Il nous attendait. Killian alla lui taper l’épaule amicalement, tout en lui disant qu’il savait qu’il le rejoindrait. Damien se contenta de lui jetait un regard sans sourire sur le coup. Je me raidis encore plus quand son regard se posa sur moi. Il n’avais rien de méchant dans ce regard, mais j’en conclus cependant qu’il n’avait toujours pas digéré les questions déplacés sur son école la veille.
On a commandait nos glaces. Moi à la fraise. Killian a la coco. Grégoire abricot. Damien au citron. D’ailleurs quand on tous prit nos glaces, ce dernier a annoncé qu’il adorait le citron. Je pouffais et il m’a couvé des yeux. Je me suis senti rougir. Je me cachais, en mangeant ma glace.
Dès que Damien eut finis sa glace, il disparut. Cela ne sembla pas inquiéter Killian qui ne chercha pas à le retenir. Nous, nous retournons à petit pas chez soi. Une fois chez moi, je me suis enfermé dans ma chambre. Je me suis allongé sur le lit et j’ai réfléchis à ce qui s’était passé. Je ne sais pas pourquoi, j’avais l’impression que Damien m’avait évité aujourd’hui.
Mais étais-ce mon imagination qui me jouait un tour ?

  • Vendredi 6 Août.
___J’ai refusé de sortir dehors hier. Mes soupçons pour Damien ne me donnaient pas envie de ressortir dehors. Si c’était de nouveau pour qu’il m’évite… Nan merci. J’avais juste pris contact avec l’extérieur en téléphonant à Elise. Je lui ai fait part de mes doutes.

« Je te jure, dès qu’il a fini sa glace, il s’est cassé. Comme si être avec nous était dangereux. Elise, je suis sûre qu’il m’évite.
- Mais non. Arrête de te faire des idées. Ecoute, demain, ça te dit qu’on passe la journée ensemble ?
- Oui, pourquoi pas. Pourquoi ?
- On va aller voir Damien pour lui poser la question…
- NAN, avais-je crié dans le combine du téléphone. »

___Si Elise lui reposait des questions, Damien risquait de m’en vouloir deux fois plus. Et il m’éviterait deux fois plus ! Nan, je ne voulais pas pas.

« Nan Elise, je préfère que…
- Bip bip bip… »

___Elle venait de raccrocher. Décidemment, elle m’énervait.
C’est ainsi qu’aujourd’hui, je me retrouvais avec Elise, dans ma chambre. J’avais beau lui expliquer pourquoi je ne souhaitais pas voir Damien, mon amie refusait d’abandonner son idée. Pour elle, on ne devait pas attendre que Damien ressorte. On devait aller le chercher. Pk, j'avoue, j’approuvais à peu près, mais je ne me sentais pas capable d’affronter Damien. Certes, je ne serais pas seule. Je serais avec Elise. C’était aussi un problème. Elle engueulerait soit Damien, soit elle exagérait, soit elle sera hors-sujet. Bref, j’étais pétrifiée.
Finalement, Elise finit par me sortir dehors. On se dirigeait devant la maison des Swart. Moi je stressais comme pas possible, ayant une boule au niveau du ventre. J’essayais d’arrêter mes pieds, mais ils ne m’obéissaient plus.
On se trouvait devant la porte et avant que je me jette sur Elise pour l’empêcher de sonner, la porte s’ouvrit. Damien sortait. Il nous dévisagea surpris. Il ne s’attendait pas à nous voir. Il nous demanda des explications… Du moins, c’est vu son regard que je compris.

« On venait te chercher…
- Vraiment ?
- Ecoute Damien, commença Elise pleine de dynamisme, on a besoin de te parler. C’est très urgent. Ca concerne toi et Woody. C’est par rapport à avant-hier et… AIE ! Woody, pourquoi tu m’as marché sur le pied ? »

___Je fis comme si de rien n’était. Je pris le bras d’Elise et la tirait loin de la maison des Swart. Il fallait partir et vite. Je voyais déjà la colère envahir les pupilles de Damien.

« Ecoute Damien, oublies. C’est Elise, elle se fait des idées, essayais-je de me rattraper tout en tirant Elise loin des lieux.
- Lâche moi Woody !
- Je suis désolé Damien, continuais-je en faisant comme si Elise n’avait rien dit. La prochaine fois, je n’écouterais pas cette imbécile. A plus. »

___Rouge comme une tomate, je tirais sur le bras de ma camarade qui se débattait. On commençait à s’éloigner de la maison quand une main se posa sur mon épaule. Je me retournais. Damien se tenait derrière moi. Cette main, posé sur mon épaule, était la sienne. Il me retenait. Avant de dire quoi que ce soit, il posa son regard sur Elise qui arrêta de s’agiter.

« Tu peux nous laisser ? »

___Je libérais le bras de ma prisonnière. Cette dernière s’enfuit en me disant qu’on pourrait se retrouver chez Grégoire. Je devinais qu’elle allait se réfugier chez lui.
Une fois qu’elle fut assez loin, je reportais mon attention vers Damien. Ce dernier me regardait droit dans les yeux, cherchant quelque chose.

« Tu n’abonnes pas ?
- Quoi donc ?
- Tu t’interroges toujours à mon sujet ? Tu cherches à comprendre qui je suis, n’est-ce pas ?
- Que… Comment as-tu deviné ?
- Ton regard te trahie.
- Maudit regard, m’exclamais-je avec un sourire gênée.
- Tu n’y es pour rien. Moi aussi je t’étudie, avoua-t-il en souriant sincère.
- Tu m’étudies ? Pourquoi ?! Attends, c’est la dernière. Qu’y a t il d’intéressant chez moi ?!
- Je veux bien t’en parler, mais pas ici. Faut aller dans un coin tranquille. Tu me laisses aller jeter les poubelles et j’arrive. »

___Je me rendis compte qu’il était sorti dehors pour jeter les poubelles. Je m’écartais pour le laisser passer devant, tout en le suivant, silencieuse. Il alla jeter ses poubelles, puis me demanda de le suivre. J’obéis. Où allait-il m’emmener ? Je fus surprise de savoir qui m’emmenait chez lui. Et particulièrement dans sa chambre. Aussi, j’avais été bête de croire qu’il me guiderait vers quelque part… de spécial.
Il m’invita à m’asseoir sur son lit.

« Bon alors, comme on s’interroge chacun sur l’autre, je te propose un marché… On a droit à une question par jour.
- Que… Quoi ?
- Et bien, j’ai remarqué que tu te questionnais à mon sujet. Et comme moi c’est pareil sur le tien, je te propose de te rendre la vie plus facile : Nous avons droit de poser une question par jour. Bien sûr, on a le droit de demander à son camarade de changer la question, ci cette dernière pose problème. Ca te convient ?
- Pourquoi pas.
- Je commence… Tu es fille unique ? »

___Je restais immobile. C’était quoi cette question ?! Je m’attendais à des questions compliquées, concernant ma vie privée. Je m’étais attendu à devoir lui faire passer toutes les questions ‘’extraordinaires’’ aux mondes avant de pouvoir répondre, sans gêne, à ses questions. Hors là, qu’est ce qu’il me demandait ?! Si j’étais fille unique ? Question ridicule. Il aurait pu me demander à n’importe quel moment. Pas très malin, le Damien. Tout ça menait à mon avantage : Je pourrais enfin lui poser des questions pour en savoir plus sur son école et tout.

« Ben oui, je suis fille unique. Pourquoi cette question ? Tu aurais pu me la poser sans ce cinéma…
- Euh… Je pensais que tu étais le genre de fille qui ne dise rien de leur vie privé. »

___Il parut surpris. Il venait de comprendre qu’il venait de se faire piéger dans son propre piège.

« Bon alors, à moi. Pourquoi ne veux-tu pas…
- Excuse moi, mais tu as déjà posé ta question.
- Pardon ?
- Tu viens tout juste de me demander pourquoi j’avais posé la question.
- Mais… C’est dégueulasse ! »

  • Dimanche 8 Août.
___Comme en début de semaine, j’ai refusé de quitter la maison. Certes, ma réaction était -très- enfantine, mais j’étais déterminé à faire la tête. Si je craquais, c’était moi-même que je rabaissais. En me restant fidèle, j’espérais que Damien s’en voudrait. Certes, c’était méchant, mais il m’avait vraiment mis hors de moi. Je savais que j’avais perdu une "question" en refusant de sortir, mais… Et puis au diable ses questions ! C’était une idée de gamin ! Je ne comprenais vraiment pas comment j’avais réussi à m’intéresser à ce « jeu ». Ridicule.
J’occupais mes journées comme je pouvais. Lire, dessiner, écrire, jeu de société. Il était quinze heure, quand on frappa à la porte de ma chambre. Sans faire plus attention, j’invitais à rentrer. J’imaginais que c’était ma mère. Mais non. Certes, il y avait ma mère, mais devant, il y avait…

« Damien ?! »

___C’était bien lui. Il semblait déterminé à me dire quelque chose. J’aurais voulu lui montrer que j’étais d’humeur à bouder, mais sa présence ici me déstabilisait. Je restais assise sur mon lit, attendant que quelque chose se passe. Ma mère me jeta un regard d’avertissement derrière l’épaule du garçon. Je frémis. Aie ! J’étais dans de beaux draps. Je ne devais pas "gueuler".
Damien s’approcha de moi. Ma mère referma la porte, nous laissant tous les deux.

« Salut. Toujours fâché, à ce que je vois.
-
- Ecoute, je ne reste pas éternellement à Poole. Ce serait dommage qu’on ne profite pas de ma présence.
- Tu pars ?
- Pour poursuivre mes études à Londres. Je quitte la ville le 24 Août au soir. Je passerais rapido voir mes grands parents, puis début septembre, je retourne à Londres.
- Mais… »

___L’idée qui parte avant que je réussisse à trouver son secret me dégoûtait. Je voulais comprendre ! J’abandonnais donc l’idée de faire la tête. Je devais profiter un maximum. Je ne savais pas exactement quand est-ce que je le reverrais, mais dans le doute, mieux valait profiter un maximum de sa présence. Comme il venait de me le conseiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Lun 12 Jan 2009 - 13:40

« Tu reviendras ?
- Je ne sais pas, m’avoua-t-il. Après, il sera peut-être temps pour moi de construire ma propre vie. Rentrer dans la cours des grands. Devenir un adulte responsable.
- Mais c’est quand ton anniversaire ?
- Le 20 septembre.
- Tu auras dix-huit ans quand ?
- Ecoute Woody, ne cherche pas à comprendre certaines choses. C’est trop compliqué pour toi. »

___Trop compliquer pour moi ? Je sentais la colère montait dans mon ventre. Pourtant, je devais me calmer. Je soufflais pour diminuer la tension. Peu à peu je repris le contrôle sur mon propre corps. Je pu donc méditer dans ma tête. Décidemment, il ne semblait ne pas lâcher prise. Il garderait donc le silence. Je baissais les yeux. C’était donc combat perdu ?

« Tu ne m’expliqueras jamais ?
- J’ai bien peur que non. »

___Je serrais les poings. C’était injuste. Injuste ! Injuste !

« Bon alors, quelle est la question du jour ? »

___Tiens, je l’avais oublié ce jeu débile. S’il souhaitait me refaire tomber dans le panneau, il se trompait royalement. Certes, je n’allais pas bouder, car ce serait perdre du temps avec lui, mais j’allais faire très attention à ce que j’allais demander. C’était le moment de ramener toutes les informations que j’avais recueilli, faire rapidement le tri et trouver la bonne question. Je demandais une minute de réflexion à Damien pour qu’il comprenne mon silence. Il se contenta d’hocher la tête. Bon alors… Première observation. Damien était trop grand. Peut-être cela avait un rapport avec son secret. Ensuite, j’avais entendu, par Mrs Swart qu’il s’était passé quelque entre son fils et Killian. J’aurais pu poser cette question, mais ça n’aurait pas été très malin. Certes, c’était une très bonne question, mais Killian pourrait sûrement me renseigner lui-même. Pas besoin de gâcher la ‘’question’’ du jour inutilement. Qu’est ce qui était étrange chez Damien ? La scène à la plage me revient à l’esprit. Il avait mal appréciait la blague d’Elise. Je pouvais éventuellement lui poser des explications…
J’arrêtais de rassembler mes observations. Je prenais trop de temps. Damien avait été sympa d’être patient. Je devais à présent lui poser une question. Je choisis la plus conne.

« Ta grande taille a-t-elle un rapport avec ton secret ?
- Non.
- Mais pourquoi es-tu si grand ?
- Je tiens de mon grand-père paternel. »

___Zut ! Une question inutile. Enfin au moins, je savais que la taille de Damien n’avait aucun rapport avec son secret.

« A moi. Quelle est la date de ton anniversaire ?
- Le 7 Octobre. (Silence) Bon alors, maintenant qu’on en a fini avec ses questions, tu peux me dire qu’est ce que tu fais ici ? Pourquoi es-tu venu me chercher ?
- Tu as l’habitude de rester enfermé chez toi dès que quelque chose de contrarie ? »

___Je me rappelais alors que j’étais censée bouder. Hors, depuis qu’on discutait, je l’avais oublié. Je l’avais laissé me « manipuler », pensais-je. Je ne savais pas si je devais m’en vouloir de mettre laissé faire, ou si on contraire, je devais lui en vouloir, à lui. Je décidais de rendre les armes, comme il m’avait conseillé. Il voulait qu’on profite un maximum des moments qu’on passait ensemble ? Et bien, nous profiterons !
Pour lui répondre, j’hochais les épaules. Inutile de déclancher une autre bagarre. La réponse qui était au bout de ma langue ne lui aurait pas plu. Je me taisais donc.

« Tu viens dehors ? La bande nous attend dehors. Je suis censé de ramener dehors. »

___La bande ? Joffrey, Grégoire, Elise et Killian ? Je me mordis la lèvre intérieurement. Je n’avais pas très envie de sortir. Du moins, pas très envie de croiser leurs regards. Avant l’arrivée de Damien, je ne m’enfermais jamais chez moi. Pas autant, du moins. Mon comportement devait être au centre des conversations quand je n’étais pas là.
Puis pourquoi lui ? J’aurais préféré que ce soit Elise. Quoique, je me mentais. J’étais bien contente d’être avec Damien. Sa présence me semblait irréel.
J’hochais la tête et tous les deux nous sortîmes de la maison. Joffrey, Grégoire, Elise et Killian nous attendait devant la porte. Je devais être rouge. Pourtant, à mon grand soulagement, personne dans le groupe ne fut désagréable avec moi.
Nous allions nous balader en ville. On rigolait beaucoup. Cela me faisait du bien de pouvoir revivre les bons moments en groupe. Et bien que Damien ne me parlait pas (il discutait avec Grégoire ou avec Killian), il était là. Elise me prit cependant à l’écart à un moment. Elle me demanda de lui raconter ce qui s’était passé l’autre jour avec Damien, quand ce dernier lui avait demandé de nous laisser seul.

« Il avait des questions à me poser.
- Ah… Et alors ?
- On a finit par se disputer. Je suis parti de chez lui furax.
- C’est pour ça que tu n’es pas venu me chercher chez Grégoire ? Je t’attendais.
- Désolé. »

___Elle me sourit et me fit un clin d’œil. C’était oublié, je l’avais compris. Un soupir de soulagement m’échappa. Je ne souhaitais pas qu’Elise et moi, nous nous disputions. Je tenais trop à elle. C’était une superbe amie, bien que des fois, elle m’agacait, c’est vrai. Mais c’était un caractère que j’adorais. J’adorais Elise, tout court.
On s’est attardé sur la plage, voulant observer le couché de soleil. On faisait souvent ça. Ensuite, nous avons tous repris la direction de notre quartier. A un moment, Killian est venu me voir, alors que je discutais avec Elise.

« Demain, les filles, vous prenez votre maillot. On passe la journée à la plage. À moins que vous aillez une autre idée. »

___Elise a accepté, toute heureuse. Pour ma part, j’ai pris le temps d’analyser le pour et le contre, avant d’accepter au final. Killian semblait ravi de savoir que nous serions toutes les deux présentes. Il nous quitta, un large sourire sur son visage. Je souris.
Nous nous séparions, retournant tous chez soi.



  • Lundi 9 Août.
___Comme prévu, j'allais à la plage. L'ambiance était bonne. On rigolait et tout. L'eau n'était pas très chaude, mais cela ne nous empêché pas de nous y baigner. Grégoire qui avait du mal à rentrer dans l'eau y fut jeté par Killian et Damien. Bref, personne n'échappait à la douche froide. Joffrey imitait -mal- le poisson, ce qui nous faisait bien rire. Nous avons ensuite créé des équipes pour jouer à « Coules ton adversaire ». Le but est de réussir à couler tous les membres de l'équipe adversaire, comme le dis le nom. La première équipe à cinq points gagnait. Je me retrouvais dans l'équipe de Killian et Joffrey. Elise, Damien et Grégoire étaient nos adversaires. Au coup de départ, Elise sauta sur Joffrey, essayant de le couler. Hors, le garçon était costaud et c'est sans mal qu'il réussit à mettre la tête de sa petite-amie sous l'eau. Un point pour notre équipe. Je me dirigeais vers Grégoire. C'était le plus faible de leur équipe. J'eue du mal, mais au final, je réussi à le mettre sous l'eau. Deux à zéro pour nous. Alors que je tenais la tête de Grégoire sous l'eau, je remarquais le « combat » que Damien et Killian étaient en train de faire. Aucun ne semblait prêt à laisser l'autre gagner. Damien observait Killian avec attention, tout en évitant les attaques de son camarade. Le match aurait-il au moins un vainqueur ? Au bout d'un moment, Killian finit la tête à l'eau. L'équipe de Damien applaudit, heureux de marquer son premier point. Je restais immobile, observant Damien. D'ailleurs, je ne vis pas le coup arriver. Elise arriva par derrière et me mit sous l'eau, sans difficulté. Deux points contre deux points. Egalité. Je ressortais la tête de sous l'eau et je commençais à m'écarter du champs de guerre. Je souhaitais souffler. J'observais la suite du combat de loin. Killian avait réussi à couler Elise. Grégoire fuyait une attaque de Joffrey. Mon regard chercha Damien. Quand je le trouvais enfin, je sursautais. Damien n’était pas très loin de moi et fonçais droit sur moi. Il venait me couler ! J’essayais de prendre la fuite, retournant hors de l’eau. Damien était toujours à ma poursuite, d’ailleurs. Finalement, il me rattrapa. Comme je m’en doutais, même si je me débattais, il me coula sans grande difficulté. Trois contre trois. Toujours égalité. Je ressors la tête de l’eau. Damien est toujours en face de moi. Je lui souriais moqueuse, car j’allais essayer de le couler… Enfin, j’allais essayer. Je lui sautais dessus. Il n’eut pas grand mal à s’enfuir. Il retournait vers son équipe. Il allait donner main forte à ses camarades. Je le suivais, voulant, moi aussi, aider mon équipe. Quand Damien fut assez prêt d’eux, Killian et Joffrey prirent tous les deux pour cible Damien. Deux contre un… Je savais déjà qui gagnerait. En effet, Damien finit par couler. Quatre contre trois. Plus qu’une personne à couler et nous gagnions. Je me dirigeais vers Elise. J’avais ma revanche à faire. Elle m’avait déjà coulé. C’était à mon tour de la noyer. Je me dirigeais vers elle. Un regard suffit pour qu’elle comprenne qu’un petit duel commençait entre nous deux. Elle sourit, heureuse d’être défié. Moi, j’essayais de rester concentré. Finalement, j’attaquais. Elle évita l’attaque. Je me redressais. Elle essayait aussi d’attaquer. J’arrivais à me pousser d’un pas sur la gauche. Pendant qu’elle allait se redresser, je mis mes mains sur son dos et mis tout mon poids sur elle. Elle coula. Je me redressais un large sourire aux lèvres. On avait gagné ! On avait gagné cinq contre trois. Mes camarades de jeu, Killian et Joffrey avaient eu aussi compris et tous les trois nous nous sommes enlacés dans l’eau, fêtant notre victoire, devant le regard des perdants.

___J’étais sur la plage, assise sur le sable. Mes bras entouraient mes jambes. Une serviette sur mes épaules avait pour devoir de me réchauffer et de me sécher. En effet, il était l’heure de rentrer, après un après-midi passé en compagnie de la bande. Si tous les après-midi pouvaient être comme celui-ci ce serait super. Nous étions tous sortis de l’eau, sauf Elise et Joffrey qui s’offraient une baignade « entre amoureux ». Je les regardais d’ailleurs. J’entendis juste quand Killian et Damien s’assirent à mes côtés sans un bruit. Personne n’a osait rompre le silence. Ce ne fut que quand les tourtereaux sortirent de l’eau et qu’ils étaient train de se sécher que Killian me prit à part.

« Woody. Quelque chose ne va pas ? Tu ne viens plus chez moi, comme on le faisait avant. Tu restes enfermé chez toi ou tu es je ne sais où… Je m’inquiète.
- Il n’y a rien. Si ça peut te rassurer, demain, on passe notre après-midi ensemble. »

___Il a sourit. J’en ai déduit que cette annonce lui plaisait. Puis alors qu’il se retournait, il me confia qu’on passerait l’après-midi chez lui. J’acceptais. Je ne voulais pas que Killian se fasse du souci pour moi. Ce dernier satisfait partit. Je passerais donc l’après-midi de demain en compagnie de mon voisin. En même, je songeais que je pourrais profiter de la journée de demain pour en savoir plus sur le passé de Damien et sur les relations de mes deux amis.
D’ailleurs, en parlant de Damien… Aujourd’hui, je ne lui avais pas posé ‘’la question du jour’’. Je me dirigeait vers lui et le prit à part, ne souhaitant pas que le reste du groupe sache qu’on se posait des questions. A mon approche, il n’a pas bronché. Je lui ai demandé si je pouvais lui poser la question du jour. Il a souri, acceptait, mais à demander à commencer. J’ai autorisé à mon tour cette demande. Il m’a demandé quel était mon animal préféré. Toujours des questions simples. C’est sans mal que je lui ai répondu que j’avais un faible pour les écureuils. Puis quand vient mon tour de poser ma question, Damien me stoppa avant que je puisse parler.

« S’il te plait, pose moi une question normale. Pas pour ton enquête. Regarde, moi je ne te pose pas des questions impossibles. »

___J’étais déçu, mais je le comprenais. Je devais être légèrement chiante avec mes questions concernant son attitude. Je choisis une question banale.

« Ton sport préféré ? »

___Silence.

« Woody ! Tu le fais vraiment exprès ! »

___Que… Quoi ? Qu’est ce que j’ai fais ? Pourtant c’est une question banale. Damien semblait ne pas apprécier la question… Ou quelque chose sur moi. Je m’examine. Je suis vêtue normalement. Je ne saisi vraiment pas pourquoi Damien avait réagi ainsi. Ce dernier se ressaisit au bout d’un moment.

« Qu’est ce que j’ai dis ? me risquais-je à demander.
- Tu ne pouvais pas savoir…
- Quoi donc ?
- Le sport que j’apprécie le plus est étranger pour les Mo… Les personnes sans… Et merde ! Je ne trouve pas l’expression appropriée. »

___Ce vocabulaire me fit sourire. Le côté « rebelle » existait bien, dissimulé par une politesse « appropriée ». Bien que Damien semblait avoir beaucoup de mal à s’exprimer, je riais malgré moi. Il abandonna au bout d’un moment, s’égarant dans ses rêveries. Quelles rêveries ? Je l’ignorais. Je n’osais pas le perturber. Heureusement, il y sortit tout seul.

« Mon sport préféré est un sport que tu ne connais sûrement pas. C’est un jeu inventé dans notre école. Je ne pense pas qu’à Poole, une équipe de ce sport existe. »

___Puis sur ses mots, il partit rejoindre Killian. J’en conclu que je ne devrais plus parler de sport avec lui. Décidemment, de quoi pouvais-je bien parler avec lui ? Il me sortira quoi la prochaine fois ? Que son animal préféré n’existe pas pour moi ? Que son plat préférait m’était étranger ? Il n’était pas très malin. Depuis le début, il se trahissait. Comme si Londres était si différent de Poole. Il pouvait le faire croire aux autres, mais pas à moi. Car avant d’arriver à Poole, j’habitais bel et bien à Londres. *Oh Damien, pensais-je. Toi et moi, on va devoir une conversation…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Lun 12 Jan 2009 - 17:30

  • Mardi 10 Août.
___Killian avait sortit son dernier jeu vidéo. Installés tous les deux sur le canapé de sa salle à manger, nous jouions avec agitation. Dès qu’un de nous deux réussissaient à reprendre la main, nous avons eu droit aux cris de joie de notre camarade.
Jusqu’à présent, je n’avais pas osé parler de Damien à Killian. Je préférais d’abord mettre une bonne ambiance entre nous deux, avant de me lancer.
Nous venions de terminer une partie et nous en attaquions une autre. Je pris mon courage à deux mains.

« Killian. Je peux te poser une question… Ca concerne toi et Damien.
- Euuh… Vas-y.
- Sa mère a parlait d’une complicité disparu entre vous deux. Disparu ? Je peux savoir pourquoi ?
- C’est une histoire assez bizarre et assez longue. Et pas très passionnante. Tu veux vraiment l’entendre ? »

___Mon cœur battait -inutilement- très fort. C’était comme si j’étais dans un film où le personnage principal apprend une chose capitale. Sauf que moi, je savais pas trop si ce qu’il allait me raconter. Quelque chose d’étrange ? J’attendais pour pouvoir juger.
Je plongeais mon regard dans celui de mon camarade. Ce dernier semblait réfléchir. Sûrement déterminait-il où il allait commencer son récit. J’attendais patiemment. Au bout d’un moment, il se lança dans son récit.
    « Et bien, on devait avoir sept ans. Peut-être plus jeune. Voir plus vieux. Je ne sais plus. Ce qui est sûr, Damien habitait encore à Poole. On était deux bons amis. On passait nos journées ensembles. On partageait tous nos secrets. Je lui avais confié que j’avais un faible pour une fille de notre classe. Elle s’appelait Laureline. Comme à chaque fois qu’une fille nous plaisait on faisait tout pour qu’elle nous apprécie. On avait déjà réussi avec une fille dont Damien était amoureux. Cette fois, c’était moi qui été amoureux. On ne savait pas trop comment abordé la fille. On espérait que la soirée d’Halloween serait l’occasion rêvée. Ce fameux soir, on s’était déguisé. Moi en zombie. Lui en vampire. D’ailleurs, il avait abusé sur le maquillage ! Il était tout blanc ! Mais à faire peur. Bref… Nous sommes partis faire le tour des maisons du quartier. Au passage, nous avons croisé Laureline –déguisait en sorcière- et une de ses amies –je crois qu’elle s’appelait Katleen- déguisé en fantôme. Bref, pendant cette rencontre, Damien a prit les devants. Il a dit :

    «
    - Eh les filles. On se retrouve ce soir après la collecte de bonbon devant chez moi. Celui qui a le plus de bonbons gagne ! »

    Les filles ont acceptés. Puis elles sont parties. Damien était fier de lui. Il disait avoir un plan. Quand je l’ai questionné, il ma juste dit qu’il me donnerait de ses bonbons pour que je sois sûr de gagner le défi. Cela, en ayant comme but d’impressionner Laureline. J’étais fasciné. Il était décidément trop fort Damien. Il avait trouvé le truc pour que Laureline me regarde.
    La soirée est passée. Dam’ et moi étions assez content de nous. Je crois qu’on avait réussi à avoir chacun un sac et la moitié d’un de bonbons. Bref, c’était beaucoup. Je crois d’ailleurs qu’on n’avait jamais réussi à faire mieux les années précédentes –on le faisait toujours tous les deux-. Bref, on s’était mis d’accord. Il me donnerait la moitié du contenu d’un de ses sacs. Comme ça, j’étais quasi sûr de gagner. Nous avons fait l’échange. J’ai tout mis dans mon sac à dos. Lui aussi a rangé son sachet dans son sac. Nous sommes parti à la rencontre de Laureline et Katleen. Je stressais un peu.Damien me rassurait comme le fait un copain.
    Comme prévu, elles étaient là. On est allé dans l’herbe. On formés un cercle.

    «
    - Bon, sortons nos bonbons, a réclamé Laureline impatiente. Qu’on sache qui a eu le plus de bonbon. »

    Avec Damien on a échangé un regard complice. On était presque sûr que ce serait moi le gagnant. Il fallait juste espérer que les filles n’aient pas plus de deux sachets de bonbons. Damien était vraiment déterminé à ce que je gagne. Il était très nerveux. C’est Katleen qui a commencé à vider son sac. Elle n’avait que trois ou quatre bonbons. Même pas un quart du paquet ! C’était impossible qu’elle ait si peu de bonbons. Damien et moi, nous nous sommes interrogés. D’ailleurs, on ne semblait pas être les seuls étonnés.

    «
    - Mais ! J’en avais plus tout à l’heure ! »

    Katleen ne semblait pas plus comprendre pourquoi il y avait si peu de bonbons dans son sachet. Laureline regardait son amie avec pitié. Elle a mit sa main sur son épaule et lui a fait remarqué qu’elle avait mangé beaucoup de bonbons. C’était la seule excuse qu’elle avait trouvé pour réconcilier son amie.
    Ce fut au tour de Damien de montrer sa récolte. Il sortit son sac de bonbon. Le plan fonctionnait à merveille. Nous n’avons pas pu nous empêcher de sourire.
    Quand Laureline montra le contenu de son sac, elle a crié. En effet, il n’y avait rien. Son sachet avait littéralement disparu. Elle a éclaté en sanglots devant nous. Katleen –qui s’était calmé- essaya de consoler, à son tour, sa camarade. Sauf qu’elle n’avait aucun argument pour calmer son amie. Deux sacs vident ! Cela devenait étrange. Et le plus étrange était à venir. Damien n’était vraiment pas à l’aise à mes côtés. Il regardait autour de lui, comme sil cherchait quelqu’un des yeux. Quand j’ai voulu vider mon sac, il a voulu m’arrêter, mais comme Laureline m’observait, je l’ai repoussé et j’ai vidé tout mon sac ! Il en est sorti mes sachets et les sachets disparus –avec bonbons dedans- des deux filles ! Des sachets… qui n’auraient jamais du être dans mon sac ! Laureline m’observait bien évidemment et elle avait reconnu son sachet. Katleen aussi. Les deux filles m’observaient d’un regard mauvais. Elle me croyait voleur de leurs sachets. J’étais dans de beaux draps. Damien était aussi gêné que moi. Les filles ont récupérées leurs sachets et se sont levés et sont partis. Comme deux gros cons, Damien et moi, nous nous sommes observés. Je me suis alors rappelés qu’il avait essayer de m’arrêter avant je ne vide mon sac. Il était au courant. Je n’arrivais pas à le croire. Etait-ce possible que ce soit lui qui ai voler les sachets ? Je lui demandais de m’expliquer pourquoi il avait voulu m’arrêter.

    «
    - C’est super bizarre. Avant d’arriver ici avec les filles, j’étais en train de me dire que ce serait cool que leurs bonbons disparaissent. Pour que tu sois sûr de gagner. Puis quand j’ai vu que ceux de Katleen avaient réellement disparu, j’ai songé que s’ils devaient être quelque part, ses bonbons, ça devrait être dans ton sac. Puis quand Laureline a vu ses bonbons disparaître par magie, mon regard s’est porté vers ton sac. Et j’ai vu ton sac grossir. Du moins, comme si on lui rajoutait des trucs dedans.
    « - Attends une seconde Dam’, lui ai-je répondu furax à présent. Tu veux dire que c’est toi qui as fait ce qui vient de se passer ?
    «
    - Je ne sais pas, a-t-il osé répondre calme. C’est la première fois que ça m’arrive. Mais c’est comme si c’était moi qui avais dirigé le truc. Un regard vers le sac… Puis il se rempli sous mes yeux. Une pensée et…
    « - Stop ! Stop ! Tu viens de tout foutre en l’air imbécile ! »

    J’étais très en colère. D’ailleurs, je n’avais jamais été en colère avec lui. Les seules disputes –qui étaient très rares- n’allaient pas plus là qu’un « Laisse moi. », « Pff ! Tu m’énerves ». Bref, rien de très méchant. Mais là, je ne pouvais pas me contenter d’un « Pff ! Tu m’énerves ». Il venait de me mettre Laureline et son amie à dos ! Comme si ça allait être comme ça que j’allais réussir à la séduire.
    Damien a toujours été calme. Il a réussi à rester calme. Mais il s’en voulait. Je le voyais. Et j’en profitais pour l’engueuler. Le rabaisser. Finalement, il s’est levé a dit « Laisse moi. » et il est parti chez lui. Je suis sûr qu’il pleurait. Ce n’est qu’une fois qu’il est parti que j’ai saisi que son ‘’tour de magie’’ n’avait pas été volontaire et qu’il était aussi dépassé que moi. Seulement, je n’arrivais pas lui pardonner. »
___Il fit une pause dans son discours. Je baissais les yeux. C’était ça la cause de leur amitié cassée ? J’étais dans mes réflexions. Je n’étais pas très sûre d’avoir saisi toute l’histoire. D‘autre part, je ne savais pas exactement dans quel camp me mettre. Il y avait soit Killian qui avait vu en une soirée la fille qu’il aimait le détester. Sinon, il y avait Damien, qui lui n’avait rien comprit à la scène, avait perdu ( ? ) son ami, sans le savoir. J’avais pitié pour les deux. J’avais aussi du mal à croire que Killian n’avait pas tourné la page. Pas oublié cette histoire. Il devait y avoir plus. Killian ne devait pas avoir fini son discours.
Quand Killian eu reprit ses esprits –il était ailleurs, ayant revécut cette soirée dans sa tête-, j’osais demander :

« Et ensuite ? Laureline n’a plus voulu te parler ?
- Nan.
- Et avec Damien ?
- Pendant une semaine, je n’ai voulu lui parler. Il a essayé, mais je tenais bon. »

___Il regardait devant lui, repartant dans ses réflexions. Revivant son passé. Son passé et celui de Damien.
    « En cours, nous étions assis à côtés. Mais je faisais comme s’il n’existait pas. Il était malheureux, je le savais. Les récréations étaient des moments pénibles pour nous deux. J’allais avec un groupe de garçons de la classe, mais j’étais ailleurs et je passais mon temps à observer Damien. Il n’avait pas eu le courage d’aborder un groupe de garçons, pour ce faire de nouveau ami. Il s’était appuyé contre un mur et attendait, toujours, que la sonnerie retentisse. En classe, il essayait de me faire parler. Comme il était déjà nul en classe et quand plus je ne l’aidais plus –d’habitude je lui filais les réponses en douce-, ses notes ont légèrement baissé. Puis un jour, alors qu’on revenait de l’école ensemble, il m’a parlé :

    «
    - Oh Killian. Arrête de faire la tête. Je ne sais pourquoi ses bonbons sont apparus dans ton sac, mais ce n’était pas voulu. Je… Depuis quelques jours, il m’arrive des trucs bizarres. Je ne sais pas ce qui m’arrive, mais ne crois pas que ça m’enchante. Ma mère s’inquiète, j’ai fais aussi des trucs bizarre à la maison. J’ai fais tomber une pile d’assiette et je n’ai eu aucune blessure alors que le verre aurait du me blesser. »

    Il était désespéré. Je le comprenais. En plus, en lui faisant la gueule, je ne l’aidais pas. J’ai fini par lui pardonner, mais quelque chose avait changé. Je ne sais pas trop quoi. Mais déjà notre ancienne complicité s’était quelque peu cassée. Il y avait des secrets auxquels l’autre n’avait plus droit. Du moins, je ne lui disais plus quelle fille me plaisait. Aussi, j’ai arrêtais de l’appeler Dam’. Avant, je le nommais plus par son surnom, que par son prénom en entier. Mais même si on ne partageait plus tout, on avait reprit certaine habitude : Je l’aidais en cours. Après les cours, nous sortions dehors. Cependant, il arrivait que Damien fasse des trucs étranges. Une fois, je lui ai montré un tour de magie. J’avais caché une carte sous mon tee-shirt pour la faire apparaître ensuite ‘’par magie’’. Hors au moment, où j’ai voulu sortir la carte de sous me tee-shirt, elle avait disparu. Et Damien la fait réapparaître. Il disait ne pas l’avoir fait exprès et que son don de ‘’magicien’’ lui échappait.
    On avait dix ans, quand Grégoire est arrivé. Il ne l’a connu qu’un an. Pendant les vacances scolaires de l’année d’après, Damien a reçut une lettre d’une école d’art. D’art de magie. L’avantage, il ne fallait pas spécialement un bon dossier scolaire. Je ne sais plus comment il a réussi à attirer l’attention de cette fameuse école. Mais en tout cas, s’il souhaitait aller là-bas, il ne pourrait revenir que pendant les vacances.
    Au moment des adieux, il avait ses valises et dans un cage un chat. Cela m’a surpris. Damien avait toujours souhaité un animal de compagnie, mais ses parents, détestant les animaux, avaient toujours refusé. Et le voilà avec un chat ! Je lui ai demandé pourquoi ses parents avaient céder. Il m’a répondu que c’était son cadeau de départ.
    Nous nous sommes dit au revoir, puis il partit dans la voiture de ses parents. Je crois qu’ils allaient à la gare, pour l’envoyer à Londres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Lun 12 Jan 2009 - 17:33

    J’ai espéré que le week-end, il soit là… Mais non. Il n’est revenu que pour les vacances d’hiver. Et il avait changé. Il refusait de me montrer les tours qu’il avait apprit, disant que c’était secret. Notre complicité a fini par mourir avec les séparations plus ou moins longues. Les deux premières années, il revenait pendant les vacances de Noël. Puis, la troisième et quatrième année, il est resté à Londres, « chez des membres de sa famille », d’après lui. Enfin bref, pour dire qu’on s’est plus vu comme avant. Quand il est là, on est ami, mais c’est tout. Tu vois, aujourd’hui, j’ai plus confiance en Joffrey que en Damien. »
___Joffrey ?! Ce prénom me ramenait directement à la réalité.
Cette fois, Killian avait bel et bien fini son histoire. En tous cas, il avait bien raconté son histoire. Il m’avait transporté et j’essayais de deviner à quoi pouvait bien ressembler Damien, pendant ses années-là.
Je passais le reste de l’après-midi chez lui. Perdu dans mes pensées. Je ne vis d’ailleurs pas Damien ce jour là.

  • Mercredi 11 Août.
___Je voulais parler à Damien. Je ne pensais qu’à la conversation que j’avais eue avec Killian. J’avais donc très mal dormi cette nuit là. J’étais agité. Je réécouté le discours de Killian dans ma tête. Mais je n’arrivais pas à comprendre ce qu’était Damien.
J’attendais l’après-midi pour aller toquer chez les Swart. Ce fut sa mère qui m’ouvrit. Je lui demandais si Damien pouvait sortir.

« Il n’est pas là. Il est parti chez des amis. Des camarades de sa classe. Il veut aussi voir sa petite copine qu’il n’a pas revue depuis le début des vacances. Et lui écrire des lettres ne lui plaisait plus. Il est donc parti chez elle jusqu’à vendredi.
- Très bien. Merci Mrs Swart. »

___Je devais digérer la nouvelle. De un, je n’allais plus revoir Damien avant un moment. De deux, Damien avait une petite amie.

  • Vendredi 13 Août.
___Hier, il n’était pas là, comme me l’avait confié sa mère. J’avais donc passé l’après-midi chez Killian – il était ravi. Nous avions évité de parler de Damien. C’était mieux ainsi.
Il était prévu une journée à la plage, avec la bande. Comme souvent –voir toujours-, j’avais accepté pas politesse et parce que je n’arrivais pas à dire « non ». Joffrey, Grégoire, Killian, Elise et moi, nous nous sommes donc retrouvé en ville. Nous avons prit la direction du port. Elise me racontait les derniers ragots des couples de la classe. Habituellement, j’aurais adoré participer à cette conversation, mais cette fois, j’étais ailleurs. Depuis plusieurs jours, j’étais ailleurs. Ce n’était pas nouveau. Heureusement, mes « Ok », « cool » semblaient contenter à ma meilleure amie pour ne pas m’interroger.
Nous regardions les vagues. Il y avait beaucoup de vent et l’air était frais.
Nous allions prendre le chemin du retour, quand Damien apparut. Il est venu dans notre direction, il a salué tout le monde, puis il s’est incrusté dans le groupe. Seulement, je remarquais bien qu’il ne parlait pas beaucoup et jamais il ne me regarda. Du moins, pas directement. Il me regardais comme le faisait Joffrey et Grégoire avec moi : Indifférent. D’habitude son regard exprimait autre chose. Bref, j’étais déçu, mais je me taisais.

« Et ! Woody ! Tu ne devineras jamais. Je viens de me rendre compte d’un truc !
- Quoi donc ?
- On est le 13 août !
- Euh oui… Et alors ?
- Ca fait trois mois. Trois mois que je sors avec Joffrey ! On a fait notre premier bisou le 13 Mai. »

___Sans me laisser le temps de dire un « ah, cool… », Elise me laissa seule courant annoncer la nouvelle à Joffrey. Les deux tourtereaux commencèrent à s’embrasser. Moi, je détournais la tête, les laissant seuls. Je m’approchais de Killian. Ce dernier entama la conversation. Il parlait de la rentrée et tout. Damien, qui était à nos côtés, écoutait la conversation, mais ne disait rien. De plus, il évitait mon regard et celui de Killian. Enfin, il évitait de croiser le regard de tout le monde. Il ne voulait pas se faire remarquer.
D’ailleurs, à aucun moment de la journée, il ne me prit pas à l’écart pour ‘’les questions du jour’’. Cela ne me déplaisait pas, mais cela voulait aussi dire –mais je n’en été pas sûr- que quelque chose avait changé.

  • Samedi 15 Août.
___Elise et moi avions passé la journée ensemble. Elle me racontait que la veille, Joffrey l’avait emmenés dans un restaurant. C’était une surprise. Je l’écoutais, cette fois, attentivement souriant dès qu’elle m’annonçait quelque chose. Il l’avait emmenés dans un restaurant revisitant l’époque romaine. Elise m’avait précisé qu’il avait mangé près d’une statue représentant Jules César.

« Je te jure, j’adore Jules César ! Il est trop beau. Joffrey était vert de jalousie. »

___Nous avons rigolé. C’était dans ses moments de folie que j’adorais le plus Elise.
Damien n’était presque pas sorti (pour jeter les poubelles seulement). À croire qu’il nous évité.
J’avais eu avec Elise, l’idée de faire sortir tout le monde aujourd’hui. Bref, l’idée n’était pas nouvelle et c’était sans difficulté que tout le monde avait accepté. C’est ainsi qu’on s’était tous retrouvé dans le parc pour enfant. Damien restait, comme l’autre jour, à l’écart. Alors que je me demandais comment j’allais réussir à lui dire quelque chose, il demanda l’attention de tout le monde. Nous l’avons tous dévisagés.

« Je dois vous le dire alors je me lance. Je pars plus tôt que prévu chez mes grands-parents. Mon père a pu avoir des jours de congés. Je ne pars plus le 24 au soir, mais le 18 en fin d'aprem'.
- Mais c’est dans trois jours ? S’est exclamé Grégoire.
- Oui. Désolé vieux. D’ailleurs, Killian, cette année, je resterais à Londres pendant les vacances de décembre. Vous ne me reverrez donc que l’année prochaine.
- Un an de séparation. Bah, je commence à avoir l’habitude, remarqua son ami d’enfance avec un sourire.
- Ca va faire un vide, maintenant que tu seras plus là. Tu fais parti de la bande. »

___J’étais resté silencieuse. Plus que trois jours. Ensuite, il disparaîtrait. Il m’avait dit qu’après cette année scolaire, il comptait vivre comme ‘’un adulte’’. Ce qui signifiait, avoir sa propre maison. Ne plus vivre chez ses parents. Le reste du groupe ne semblait pas avoir saisi cela. Moi j’avais compris ! Et je savais que mon visage affichait une grimace, mais ce qui m’inquiétais le plus, c’était que je sentais les larmes remplir mes yeux. Je ne voulais pas pleurer. Pas devant eux. J’essayais de reprendre le contrôle, mais Killian m’avait déjà vu. Mes yeux rouges m’avaient trahis.

« Qu’est ce qui se passe Woody ?
- J’ai… C’est juste que ça m’attriste un peu de savoir que l’on ne va pas le revoir pendant un an. Comme le dit Elise, il fait parti de la bande. »

___Damien m’observait de sa place. Il me sourit gentiment et dit d’une voix douce.

« Allez Woody, souris. Je t’écrirais. Ma mère fera passer le courrier.
- Tu me le promets ?
- Promis. »

___Et pour me consoler, il m’a enlacé. C’était amical. Mais j’étais si heureuse d’être dans ses bras. Je le serrais contre moi, tout en étant gêné, sachant qu’il avait une copine. D’ailleurs, je l’enviais cette fille. J’aurais bien voulu être à sa place. Quoique à cet instant là précis, j’étais contente d’être Woody. Car Woody était en train d’enlacer Damien. J’étais en train de l’enlacer.
Il m’a lâché. J’étais plus que gênée à présent. Regardant mes pieds, je murmurais un remerciement. Je devais être rouge, car ils ont tous rigolé. Damien semblait légèrement embarrassé lui aussi, malgré son air « je contrôle la situation ».
Nous avons continué notre journée à marcher dans Poole. Je n’arrivais pas à être dans mon attitude « Happy », mais j’essayais de ne pas trop penser à ce qui allait se passer après ses trois derniers petits jours en compagnie de Damien. D’ailleurs, je comptais bien les passer avec lui. Killian eu sûrement la même idée que moi, car il annonça :

« Demain, on fait une journée jeu vidéo chez moi. Il faut qu’on profite un maximum de notre Damien. »

___C’était sur ses mots, que l’après-midi s’était terminé.

  • Lundi 16 Août.
___La journée chez Killian avait beaucoup plu aux garçons. Ils s’agitaient comme des gamins. Elise et moi, nous les regardions amusées de voir ses grands bonhommes courir, crier partout et à la moindre occasion. Certes, c’était un bon après-midi, mais j’avais toujours quelque chose au fond de mon ventre. J’étais toujours un peu triste. Ca passera, me suis-je dit. En tous cas, dès qu’il était assez dans son jeu pour qu’il ne me remarque pas, je dévorais Damien des yeux. Je voulais graver à jamais cette grande silhouette dans ma tête.
Quand j’ai joué contre Elise, j’ai perdu.
Sinon rien de spécial.

  • Mardi 17 Août.
___Je voulais parler à Damien. Lui dire tous ce que je savais sur lui, mais je n’ai pas eu la force de le prendre à part. On a passé la journée à la plage. C’était un de ses derniers bains. Le dernier si on ne revenait pas demain. Londres était bien trop loin de la mer.
Comme hier, j’observais au maximum Damien.

  • Mercredi 18 Août.
___C’était le jour J ! Je stressais comme une malade, à l’idée que demain, quand je le lèverais, il ne serait plus à Poole. Je devais lui parler de ce que je savais ! Je n’osais pas. Mais si je ne le faisais pas aujourd’hui quand pourrais-je le faire ? Jamais. C’était bien ça le problème. Je devais affronter mes peurs ! Damien n’allait pas me mordre après tout. J’irais le voir dans l’après-midi, avais-je finis par décider.
L’après-midi, justement, je me présentais devant la maison des Swart. Je toquais. Ce fut Mrs Swart qui m’ouvrit. Avant que j’eu le temps de dire quoi que ce soit, elle m’entraîna à l’intérieur. Elle m’annonça que Damien était dans sa chambre, en train de préparer ses affaires. Il ne pouvait donc pas sortir. Elle rajouta avec un sourire sincère qu’il pouvait seulement avoir de la compagnie. Et qu’il serait heureux d’être en ma compagnie. Elle monta avec moi jusqu’à sa chambre. Elle toqua. Damien vient ouvrir. Quand il me découvrit, il s’empressa de ranger quelque chose –que je ne réussis pas à identifier- qu’il tenait jusqu’à présent dans sa main, pour l’enfoncer dans sa poche.

« J’ai pensé qu’un peu de compagnie te ferait du bien. Depuis ce matin, tu n’es pas sorti de ta chambre, confia Mrs Swart en s’adressant à son fils. En plus, c’est la dernière fois que tu vois Woody, alors…
- C’est bon maman. Merci. Viens, rentre Woody. »

___Il me fit rentrer, puis après avoir jeté un regard à sa mère, il referma la porte derrière moi. Je remarquais alors que la chambre était en grand bordel. Une valise était installée sur son bureau. Son armoire était grande ouverte. Une partie du lit était occupé par des vêtements, classeurs. Il était vraiment en plein déménagement. Je ne savais où me mettre, ayant peur de faire une bêtise. Ce fut quand Damien me conseilla de m’asseoir sur le lit que je m’autorisai ce geste. Il courait dans sa chambre de l’armoire à sa valise et ainsi de suite. Je l’observais silencieuse. Je ne souhaitais pas le déranger. D’ailleurs, je pouvais peut-être l’aider.

« Je peux t’aider ?
- Hum… Parles-moi. Ca me fera de la compagnie.
- Je te parle de quoi ?
- Ce que tu veux. »

___C’était le moment de lui dire tout ce que je savais. Mais par où commencer ?

« Je penses que tu avais remarqué que je t’observais. Que je cherchais à te comprendre.
- Et qu’as-tu trouvé ? me demanda-t-il tout en continuant de préparer ses valises.
- Justement, je ne sais pas trop. Tout est flou. Tu me donnerais d’autres indices ?
- Sûrement pas. De toute façon, tu as assez d’informations pour trouver toute seule. Mais crois-moi, je préfèrerais que tu ne trouves pas. De toute façon, même si tu trouves, tu oublierais vite.
- Alors pourquoi ne pas me le dire ?
- C’est plus compliqué que tu ne le crois. Bon vas-y. Donnes moi tous ce qui t’intrigue sur moi.
- Bon alors, il y a ta taille. Mais tu dis qu’il n’y aucun rapport avec ton secret –car c’est un secret.
- Aucun rapport, en effet. Continue.
- Ensuite, il y a le soir à la plage, quand Elise t’a répondu comiquement pourquoi on m’était des bougies que tu as mal réagi. Tout le monde riait, sauf toi.
- Et qu’est ce que tu en as conclu ?
- Que tu ne voulais pas de répliques à ta phrase. »

___Il sourit. Je ne sais pas si c’était amical ou moqueur. Peut-être les deux à la fois. Bien qu’il me souriait, à aucun moment il ne me porta un regard. Il me demanda de continuer à lui parler. Je poursuivais donc à donner toutes les observations que j’avais eu à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 881

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Lun 12 Jan 2009 - 19:33

« Il y a eu aussi ce tour de magie que Killian a fait, cette même soirée. Tu le regardais bizarrement. Et tu as mis du temps à le féliciter. Mais quand tu l’as félicité, je ne te dis pas comment il était heureux et fier de lui. Et là, je sais pourquoi ! Il m’a raconté votre mésaventure lors d’une fête : Halloween. C’est parce que tu es magicien. Et tu cherchais à savoir comment il faisait son tour.
- Une minute… Il t’a raconté la soirée d’Halloween ? Avec Laureline et son amie ?
- Oui. Mais c’est moi qui ai demandé pour qu’il me raconte l’histoire. C’est ta mère qui a réveillé ma curiosité. L’autre jour, quand je suis venu te cherché, tu étais en train de prendre ta douche, ta mère et moi étions dans le salon. J’ai vu la photo de… toi et Killian. On remarque tout de suite, qu’à cet âge, il y avait une très forte complicité entre vous deux. Mrs Swart –ta mère- n’a pas voulu m’expliquer pourquoi vous n’étiez plus aussi proches, mais elle m’a assurée que ce n’était pas à cause des longues séparations.
- Ah…
- Ne t’inquiète pas. Je ne compte pas raconter ton passé à tout le monde, essayais-je de le rassurer, car je le voyais vexer.
- J’espère bien. Sinon qu’est ce qui tu as remarqué de plus à mon sujet ?
- Ton école. D’après ce que j’ai compris, tu étudies à Londres. Tu apprends l’art de la magie.
- L’art tout court. C’est Killian qui croit ça. J’apprends tout genre d’art. L’art du dessin, l’art de la magie. L’art de la danse… Enfin, tu vois quoi… Et oui c’est bien à Londres. Poole n’a pas une telle école. Je suis donc obligé de partir un peu plus au nord dans le pays.
- C’est là que tu n’es pas très futé. Tu peux faire croire au gens de Poole, comme Killian, que Londres est très différent de Poole. Mais moi, je sais. J’habitais à Londres, il y a moins d’un an. Et je n’ai pas entendu parler d’une telle école !
- Tu es mal informé. »

___Il n’avait pas tort. Je ne m’étais jamais renseigné. Il avait peut-être raison. Je ne savais plus.

« Ensuite ? Qu’as-tu remarqué ?
- Tu m’évitais dès fois.
- Car tu cherchais trop !
- Mouais… C’est sympa.
- Autre chose ?
- Euh nan… Là, je ne vois plus rien.
- Tu oublies vite. Tu as oublié beaucoup de choses. Mais ne comptes pas sur moi pour t’aider. De toute façon, je n’aurais pas le temps, si j’en avais l’envie. J’ai fini mes bagages.
- Ca veut dire…
- Oui Woody. C’est le moment de se dire au revoir.
- Au revoir ? On se reverra au moins ? Pas besoin de me mentir, si c’est pour t’attendre inutilement.
- Je ne sais pas. Je passerais peut-être. Mais ce ne sera jamais plus pareil.
- Damien… »

___J’éclatais en sanglots. Il me regarda en silence, très mal à l’aise. Sans son autorisation je l’enlaçais. Gentiment, il se dégagea. C’est vrai… Il avait une copine.

« Excuse moi. »

___Puis il prit ses valises. Il me fit sortir de sa chambre. Avant de la refermer, je pu revoir cette petite pièce, avec ce lit sous la fenêtre. Son bureau, son armoire à présent vide. La porte m’empêcha de voir plus. Je sentais qu’il été en train de dire « au revoir » à sa chambre. Il n’allait donc plus revenir habiter ici ?
Nous descendîmes tous les deux dans le salon. Maïwenn était allongé sur le canapé. Damien partit chercher quelque chose. Il revient avec une sorte de petite cage. Il y mit avec douceur son chat. Il lui murmurait des paroles rassurantes.
Puis il m’entraîna à l’extérieur. La voiture de ses parents était devant la maison. Mrs et Mr Swart (son père était très grand aussi) étaient en train de se préparer pour partir. Pendant que Damien mettait son chat dans la voiture, je me risquais à demander :

« Tu vas chez tes grands-parents alors ?
- Oui. Avec mes parents. Pour une fois. »

___C’est alors que Killian, Elise, Joffrey et Grégoire arrivèrent. Ils venaient dire au revoir à Damien. Le visage de Killian était assez tendu : Il n’aimait pas les séparations, bien qu’il disait en avoir l’habitude. Elise avait les yeux rouges. Elle devait avoir pleurer, loin du reste du groupe. Je savais que ma meilleure amie aimait bien Damien. Joffrey était assez neutre. Il était vrai que lui et Damien n’étaient pas de supers amis. Grégoire était perdu dans ses pensées. Damien ne pu s’empêcher de sourire devant tout ce monde venu spécialement pour lui.
Une fois venue à notre rencontre, Elise vient me retrouver. Les garçons parlèrent pendant un moment. Ce ne fut que quand Mr Swart appela son fils à monter dans la voiture que je me rendis compte qu’il allait vraiment partir.

« J’arrive papa. Bon eh bien les amis, c’est le moment des adieux.
- Tu es obligé de partir ? demanda Elise la voix étrange, comme si on l’étouffait.
- Oui.
- En tous cas, je t’aimais bien.
- Moi aussi Elise. Je t’aimais bien. Tu es une chouette fille. Tu es un rayon de soleil dans la vie des gens. Prends soin de tout ce petit monde, demanda-t-il avant de se tourner vers Killian. Bon, mon vieux, encore une séparation. Je ne sais pas si c’est la plus difficile, mais j’avoue avoir vécu de bonnes vacances en ta compagnie. Comme chaque année, je vais te dire les mêmes choses : Je regrette vraiment qu’on ne tourne pas la page. Mais plus le temps passe, plus je me rends compte que c’est impossible.
- Malheureusement oui. Bon ben a un de ses quatre, lui répondit Killian en lui tapant le dos amicalement. »

___Les larmes me revinrent. Je savais que bientôt Damien se tournerait vers moi. En attendant, il se tourna vers Joffrey et se contenta d’un poignet de main. Puis pour Grégoire, Damien lui annonça qu’il été content de le connaître. Grégoire semblait comme perdu : Il ne devait pas réaliser. Pourtant ce n’était pas la première fois qu’ils se ‘’séparaient’’. Quoi qu’il en soit, je n’eu pas le temps d’y songer bien longtemps, car Damien se tournait vers moi.

« Woody. J’ai été heureux de te connaître. Ca me ferait plaisir de te revoir, crois moi. J’espère que ce sera possible. Comme promis, j’essayerais de t’écrire de Londres.
- Je voudrais tant que tu restes à Poole.
- C’est impossible. Allez, il faut que j’y aille. A plus ! »

___Il salua tout le monde, puis partit en courant, se dépêchant de monter dans la voiture. Il claqua la portière derrière lui. Nous (notre groupe sans Damien), on l’observait attacher sa ceinture. Puis la voiture s’éloigna. Killian et Joffrey –pour faire les cons- coururent pendant une vingtaine de mètres derrière la voiture. Puis la voiture des Swart disparu. Moi je sentais les larmes coulaient. Je restais debout regardant fixement l’endroit où la voiture avait disparu. J’espérais de me convaincre que j’étais dans un film et que la voiture allait revenir, Damien sortirait et viendrait me kidnappait. Je serais sa prisonnière. Sauf qu’on n’était pas dans un film, c’était la réalité.
Les garçons rentrèrent tous chez soit. Je me retrouvais seule avec Elise. On été toutes les deux bouleversées. Finalement, Elise prit mon bras pour m’entraîner ailleurs. Je refusais.

« Mais voyons, tu ne vas rester ici jusqu’au moment où Mrs et Mr Swart reviendront sans leur fils. En plus tu risques d’attendre un moment. Qu’est ce que attends comme ça ? Il ne reviendra pas. »

___Je ne pus m’empêcher de sourire, même si je pleurais, en prononçant une des phrases que Damien m’avait dit un jour :

« Il y a des choses qui ne s’expliquent pas. »


  • >> EPILOGUE
    Mardi 20 Août.
___Toutes les histoires d’amour ne se finissent pas toutes biens. J’en suis la preuve. Dans un roman, le garçon et la fille auraient finis ensemble. Cette histoire se finit mal.
Il n’est pas revenu. Damien n’est pas revenu. Sa voiture n’est pas revenue.
Et quand elle rentrera (la voiture), elle ne reviendra pas avec à l’intérieur celui que j’aime.
Je n’ai pas tout compris chez Damien. J’espère qu’on se reverra. Même si nous ne sommes que des amis le voir me ferait plaisir.
C’est ici que je termine cette page, cher journal.

« Il est facile d’aimer. Ce qui est difficile, c’est d’être aimé. »

Woody.


-----------------------------------

PETIT BONUS : Dans la tête de Damien.

    J'ai vraiment cru que Woody allait trouver la vérité. Pourtant, elle n'était pas loin de la vérité en disant que j'étais un magicien. Si elle avait trouvé, j'aurais été obligé d'appeler un Oubliator (employé du ministère qui fait oublier au moldu l'existence des sorciers). Même si j'aimais beaucoup Woody, je ne pouvais pas la laisser garder ce secret. Elle aurait fini par le dévoiler un jour ou l'autre à quelqu'un. Killian aussi, je me méfiais de lui. J'étais trop jeune pour contrôler mes pouvoirs. Quels pouvoirs ?! J'aurais préféré, à l'époque, restait un garçon comme les autres. Ne pas être un sorcier. Être différent m'a valu la perte de mon meilleur ami d'enfance. Comme si j'en avais besoin.
    Certaines personnes sont vraiment sourdes et aveugles. C'est d'ailleurs une qualité. Si Woody avait été plus intelligente, elle aurait saisi :

    - « Des bougies ?! Vous avez peur de quoi ? » « Oh ! Trois fois rien. On cherche à faire fuir les mauvais esprits, les montres, les vampires, les zombis, les loups-garous et les sorciers. »
    - Cette école à Londres (J'ai bien cru que Woody allait ne pas me croire quand je lui ai fais remarquer qu'elle était mal renseigné).
    - Un chat. L’un des animaux qu’on retrouve dans les contes moldus. L’animal de la sorcière. Coup de bol, Maïwenn n’est pas noir. S’il l’avait été, Woody aurait-elle eu des doutes ?
    - Si lors de cette soirée à la plage, j’étais resté silencieux après le tour de magie de Killian, c’était juste parce que je revivais cette soirée d’Halloween, quand on n’était que des gamins. De plus, j’ai toujours détesté les tours de magies (les faux bien sûr – Ceux des moldus en bref) depuis que l'un d’eux m’ont fait perdre la complicité qu’il y avait entre moi et Killian.
    - Mon sport préféré ! Comment lui expliquer qu’elle ne connaissait pas sans dire « Moldus » ou « personne sans pouvoir magiques ». J’étais vraiment à court de vocabulaire.
    - De plus, le dernier jour, avant que Woody n’arrive avec ma mère, j’étais en train de préparer mes affaires à l’aide de ma baguette magique. Quand on a frappé, je n’ai pas réfléchi. Ma mère connaissait l’existence de cette baguette. Je n’avais pas besoin de cacher ce bout de bois. Mais devant Woody ! Dès que je l’ai vu, je me suis dépêché de ranger mon outil de magie dans ma poche.
    - J’oublie sûrement des détails qui l’auraient emmenés à comprendre : Je suis un sorcier.

    Sorcier oui ! Élève dans une école de magie en plus : Poudlard. Bien qu'au début, je n'étais pas très fier de mon avenir en tant que sorcier, je le suis à présent. Plus tard, je souhaite être moniteur de transplanage. Travailler donc pour le ministère de la magie.
    J'espère avoir de bon résultat aux ASPICS, me promettant ainsi de la chance pour mon avenir. Il faut dire que je n'ai jamais été -et ne serait sans doute jamais- un bon élève. Je me débrouille juste assez pour avoir eu mes BUSES et pour jusqu'à présent passer dans les classes supérieurs.

    J'avais oublié un petit détail... Mes pensées vont vers Woody et je me rends compte que le plus gros mensonge que je lui ai fais n'est pas celui de ma véritable personnalité. C'est un mensonge que j'aurais pu éviter, mais je ne pensais pas que ma mère allait le répéter. En réalité, je n'ai pas de copines (Du moins, à cette période j'étais célibataire). C'était un prétexte pour aller voir des copains de Poudlard. Je n'ai pas osé le dire à Woody.
    Une erreur de ma part, peut-être... En tous cas, j'avais une excuse pour la repousser quand elle m'avait enlacé dans ma chambre. Si je l'ai repoussé c'est parce que je ne suis pas prêt à partager quelque chose avec elle. Avec n'importe quel moldu en fait. J'ai toujours peur de tout gâcher à cause du fait que je sois un sorcier, bien qu'à présent, je n'aie plus huit ans. Je suis capable de contrôler mes pouvoirs, mais pas à vivre ma vie avec une moldue... Peut-être cela changera. Il me faut plus de courage et plus de confiance dans ce cas. Ce que je n'ai pas.

    Damien.


FICHE TERMINEE !

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1137

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Ven 16 Jan 2009 - 14:00

Sans aucun doute, tu es fait pour....

Poufsouffle



HJ : Fiche très originale et bien écrite, bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Damien Enzo Oliver Swart Aujourd'hui à 19:32

Revenir en haut Aller en bas

Damien Enzo Oliver Swart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» SWART, Damien - Moniteur de transplanage» [RP] Entretien avec Enzo Blackney» Répartition : Enzo Leone [manque avatar]» Oliver Green» Heads Will Roll ? Jamie & Enzo
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Présentations adultes :: Fiches validées-