AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Hermione Granger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Hermione Granger Jeu 10 Juil 2008 - 2:08

J'ai vu l'annonce de Ron donc j'ai sauté sur l'occasion... J'ai déjà fait du RP Harry Potter mais j'incarnais un personnage libre. J'estime avoir un bon niveau de RP mais c'est à vous d'en juger d'ici... 4 jours. Et oui je reviens le 14, entre temps je change de continent ^^;; Je complèterais alors ma fiche.




* Comment avez-vous connu ce site (top site, pub...) ? Par un top site je crois.

* Age du posteur : 18 ans.

* Nom/Prénom de votre personnage : Hermione Granger

* Date de naissance/ âge du personnage (nous sommes en 1995) : Née le 19 janvier 1979 à Southampton, elle a 15 ans.

* Origine (sang pur, sang-mélé, né de moldus...) : Nous ne voulons plus de sang pur pour l'instant Née de parents moldus.

* Animal éventuel : Chat OU hibou OU crapaud Hermione possède un chat orangé à poils longs, répondant au doux nom de Pattenrond.

* Nom/Prénom de la célébrité sur votre avatar (si ce n'est pas un manga ou un dessin) : Emma Watson

* Texte personnel : J’ai essayé d’imaginer ce qu’était l’arrivée de la lettre de Poudlard chez les Granger… J'aurais pu le continuer mais j'ai eu un peu la flemme sur la fin :D

L’été était arrivé vite cette année-là. Elle le voyait bien, sa mère n’avait pas pu sauver les plants de clématites qui se tenaient, bruns et racornis, en bordure du jardin. Ainsi, lorsqu’elle s’assit dans l’herbe derrière la maison familiale, elle ne s’étonna pas de sentir sous ses doigts la rigidité des brins. Elle ne tarda pas à s’allonger, étirant alors son dos et ses bras contre le sol encore tiède. Par delà les plants et le mur en pierre, le soleil plongeait sous l’horizon, dardant pour peu de temps encore la façade ouest de la demeure. Le silence fût alors fendu par un long soupir. Les vacances d’été étaient une période de l’année qu’elle avait en horreur. Oui, elle, Hermione Granger, s’ennuyait atrocement. Et pour cause ! Elle ne se sentait à l’aise que parmi ses chères amies, à l’école de son quartier ; mieux encore, elle rayonnait, lorsqu’en classe, elle savait qu’à chaque question, chaque maladresse, chaque oubli de son professeur, elle se tiendrait droite sur sa chaise en bois, le bras prestement tendu, les mots au bord des lèvres. Son savoir n’était pas seulement son soutien, mais sa fierté. Elle mesurait, derrière l’acharnement qu’elle mettait à étudier, combien elle pouvait être récompensée. Ses parents se pâmaient d’admiration devant ses résultats, ne manquaient jamais d’éloges pour elle, ainsi que ses professeurs. Elle avait alors la sensation de contrôler sa vie, car quoiqu’il advienne, elle savait. L'été était lui signe de désœuvrement, ce qui lui donnait la désagréable sensation d'être inutile. Ses parents travaillaient ensemble tout le jour dans leur cabinet de dentistes, dans le centre-ville ; quand à ses amies, elles avaient quitté le quartier pour aller plus au sud et retrouver la fraicheur des embruns de la Manche. Comme cette solitude était pesante pour la fillette ! Elle la ressentait, tout comme la chaleur des jours, oppressante, omniprésente.

Le fait d’être inactive la rendait la plupart du temps somnolente, et alors, pour la dixième fois de la journée au moins, ses paupières s’affaissèrent, faisant disparaître de sa vue l’étendue du ciel bleu et le rebord de la fenêtre de la cuisine, située juste au niveau de sa tête. Elle songea alors à la Public school qu’elle intègrerait l’an prochain. La plupart de ces écoles prestigieuses étaient des écoles pour garçons, mais par chance, la sienne était mixte et proche du domicile familial. Il était hors de question, à son jeune âge, de se retrouver sans le soutien de ses parents. Elle voyait déjà en rêve sa façade en brique rouge, si typique de l’Angleterre, couverte de lierre grimpant… Ses pensées s’effilochaient à mesure que le sommeil la gagnait, quand soudain, quelque chose de pointu vint buter sur sa joue. Hermione se redressa d’un coup, les yeux grands ouverts et en agitant les bras devant son visage, persuadée que c’était le coup de bec d’un oiseau. Mais en regardant autour d’elle, elle ne vit pas d’autre animal qu’un merle ou deux perchés dans le cerisier de la maison attenante. Ce qui l’avait surpris n’était rien d’autre qu’une enveloppe de papier brun qui devait être tombé depuis le rebord de la fenêtre. Elle se sentit stupide d’avoir réagi de manière disproportionnée pour quelque chose d’aussi inoffensif qu’une lettre. Pour la première fois de sa vie, Hermione se trompait… Ce courrier n’avait rien d’anodin.

En lisant son nom sur le recto, elle pensa une fraction de seconde qu’il s’agissait d’une bonne amie de la Primary school de son quartier qui lui envoyait des nouvelles. L’instant suivant, elle fixait, intriguée, ce qui était inscrit sous son nom : « Dans le jardin », suivi de son adresse, le tout en lettres fines… vert émeraude. Qui pouvait bien utiliser une couleur aussi peu commune ? Elle songea simplement que ce devait être un voisin, d’autant plus que la lettre n’était pas affranchie. Quitte à spéculer, autant l’ouvrir, cette lettre ! Elle se leva donc et fit le tour du jardin. Devant la maison, les ombres s’étendaient sensiblement, couvrant les rhododendrons et les tulipes qui, malgré l’entretien amoureusement prodigué par la mère d’Hermione, courbaient, comme attristés, leurs longs cous verts. La petite fille sautilla sur le perron et franchit la porte. Là encore, elle retrouvait les signes du violon d’Ingres de sa mère : il n’y avait pas une table qui ne soit ornée d’un vase fleuri, pas un recoin qui n’embaumait pas du parfum particulier d’une gerbe ou encore de fleurs séchées recueillies dans un sachet. Les jours de grande chaleur comme celui-là rendaient écœurantes de telles effluves. Au mur s’étalaient des reproductions de toiles de maitres, car les Granger étaient soucieux de montrer combien – et pour combien !- ils étaient cultivés. Au bout du couloir, la cuisine se tenait dans la pénombre naissante, et Hermione dût actionner l’interrupteur pour chercher ce qu’elle voulait. D’un tiroir en bois elle tira un petit couteau, et elle vint s’asseoir près de la table. Elle y déposa la lettre, mais quelque chose sur le verso la fit la reprendre presque immédiatement.

Il y avait là un cachet de cire rouge, de ceux qu’Hermione avait vu dans les films historiques. Elle se douta alors que ce courrier devait être d’une importance plus grande que ce qu’elle avait d’abord estimée, et son excitation grandit devant ce que représentait le sceau. Un grand « P », qui paraissait aussi noble que mystérieux, entouré de quatre animaux : un lion, un aigle, un blaireau et un serpent ; cela avait de quoi attiser son imagination ! Sans plus attendre, brûlant de savoir, elle brandit son couteau et s’employa à dégager la lettre que l’enveloppe contenait. Elle ouvrit fébrilement la feuille pliée en trois, et lût d’une traite.

* As-tu lu le règlement ?? Normalement j'ai le triplé dans l'ordre :D yep c'est bon
Revenir en haut Aller en bas
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1137

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: Hermione Granger Sam 26 Juil 2008 - 23:12

Avec un tel tempérament, ton avenir se trouve sans aucun doute parmi les

GRYFFONDOR

(Attention a ta prochaine connection, j'ai enlevé les étoiles de ton pseudo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hermione Granger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Hermione Granger ( terminée)» Hermione Granger» Hermione Granger» Hermione Granger» Hermione Granger ft Emma Watson
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-