AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Lorenzo Donovan [Fiche terminée !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
PERSONNEL DE POUDLARDProfesseur de vol
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Professeur de vol
AVATAR : * nous repasserons après une courte page de pub *
MESSAGES : 252

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mer 22 Aoû 2007 - 17:51

* Comment avez-vous connu ce site (top site, pub...) ?...

* Age du posteur : 19

* Nom/Prénom de votre personnage : Lorenzo A. Donovan

* Âge du personnage (Harry et cie ont 15 ans) : 17 ans

* Origine (sang pur, sang-mélé, né de moldus...) : Sang-Mêlé, apparemment.

* Animaux éventuels : Un Hibou, Aupty

* Nom/Prénom de la célébrité sur votre avatar (si ce n'est pas un manga ou un dessin) : Shia Labeouf

* Texte personnel :

La vie est parfois si étrange que l’on a du mal à lier tout ce qui la tient. La vérité du mensonge, comment déceler le vrai du faux ? Lorenzo a dû se poser la question très tôt. Il ne savait pas encore en arrivant au monde, que son destin serait parsemé de rencontres plus riches les unes que les autres. Voici en quelques mots (hum) son histoire :


Lorsqu’Elizabeth rencontra Andreas pour la première fois, elle ne lui avait même pas accordé un regard. Son côté dédaigneux et fière, sans doute, faisait qu’elle prenait tous les gens pour ce qu’ils n’étaient pas. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’Andreas était un homme persévérant, et que jamais il n’abandonnait.
Elle travaillait dans un cabaret situé dans un quartier chic de Londres le soir et vivait dans un ghetto le jour. Le chef de ce cabaret maltraitait toutes ses danseuses, y compris Elizabeth. Il les sous-payait, et parfois même allait au-delà d’un simple regard vicieux, coinçant l’une d’entre elle dans l’arrière-salle pour mieux leur montré qui était le chef. Elizabeth, elle n’était pas là depuis suffisamment longtemps pour subir ce genre de sévices. Mais elle savait qu’il arriverait un jour où...
Andreas, lui venait tous les soirs ici. Il s’était exilé de son Irlande natale pour pouvoir fuir sa famille qui en attendait trop de lui.

Il savait qu’il était sorcier depuis qu’il avait su marché car, venant d’une famille de sang-pur, son rang devait lui être appris dès son plus jeune âge. Son père lui disait toujours :


« Tu es un Donovan mon fils ! Alors, agit en conséquence ! »

A 18 ans, il décida que cette vie n’était pas du tout pour lui. Il avait été excellent élève tout au long de sa scolarité et avait eu une attitude irréprochable. Autant que pouvait l’être un enfant de sang-purs. Seul son grand-père, Lionel, lui parlait de temps en temps du monde des Moldus. Son grand-père était un grand aventurier et à l’en croire lorsqu’il racontait ses périples, il avait traversé la terre entière. Que ce soit du côté des sorciers ou de ceux des Moldus. Tous ces appareils le fascinaient. Son préféré devait sans doute être la machine à café. Cette petite boîte qui fumait et pouvait faire un liquide exécrable comme délicieux, le tout dépendait de la dose.
Bref, c’est à cause de son grand-père qu’Andreas choisi d’aller découvrir le monde Moldu.
Pendant dix ans, il traversa les pays, apprenant des langues aussi bizarres que le mandarin ou l’espagnol brésilien. Il développa son univers culturel parce qu’il aimait cela.
Au bout d’un certain temps, il décida de se trouver un pied à terre près de son île d’enfance. Il choisit Londres et s’acheta une maison...qui lui sembla trop grande cependant après acquisition.
Et puis, vient aussi ce moment où on aimerait bien partager ses savoirs, ses sentiments, ses émerveillements du jour avec quelqu’un.
C’est dans cette période de sa vie qu’il rencontra Elizabeth Sandor.
Un soir de Décembre, le destin le força à rentrer dans ce cabaret. Il pleuvait des cordes et le froid glaçait les gouttes d’eau en pluie de grêle. Impossible de marcher là-dessous, se disait Andreas, il faut se protéger quelque part. Le seul bâtiment d’ouvert à cette heure avancé de la soirée était ce cabaret entre deux magasins dont il ne prit pas le temps de regarder les intitulés.
Il rentra en trombe, mais le gardien, aussi désagréable que son visage, le força à payer avant de rentrer. Il paya sans rouspéter et entra dans ce « club » dans lequel il n’aurait jamais mis les pieds en temps normal.
Il fut d’abord aveuglé par la lumière des projecteurs qui se baladait sur le public. La salle était presque comble, ce qui l’étonna. L’animateur annonçait :


« Et maintenant, ladies and gentleman, la grande ! la divine ! Liiiiiissssaaaaaa ! »

Le public applaudit de bon coeur comme s’il l’attendait depuis des heures. Une ovation fit l’entrée de la jeune demoiselle brune, aux jambes fines et au nez aquilin. C’est la première chose qui apparue aux yeux d’Andreas. Estomaqué par sa beauté, il s’assit et contempla le spectacle qu’elle donnait. Ses mouvements étaient gracieux et à cela, s’ajoutait une voix mielleuse enrobant les « r » à chaque phrase qui en contenait.
Lorsque le spectacle fut terminé, il regarda la jeune femme s’en aller et s’empressa de la rejoindre.

Elizabeth le voyait venir, lui aussi. Depuis les quelques mois qu’elle travaillait là, ce n’était pas la première fois qu’un homme venait lui faire la cour.
Elle ne fut donc pas surprise lorsque quelqu’un frappa à sa porte : c’était l’homme qui la contemplait du fond de la salle. La porte entr’ouverte, elle lui asséna :


- Ce n’est pas la peine de vous fatiguer. Je ne sortirais pas avec vous, je ne passerais même pas une nuit en votre compagnie !

Andreas fut renversé par sa voix. C’était la réplique de la voix qu’il avait entendu tout à l’heure mais au ralenti, comme un envoûtement qui prenait possession de votre raison.
Remis sur terre avec sa phrase cassante, Andreas n’en perdit pas pour autant son calme et son charme. Et Elizabeth l’avait sentit. L’homme qui lui faisait face était brun aux yeux verts. Il était grand et sensiblement charmeur. Elle fut un moment tenté de faire marche arrière et de lui tomber dans les bras, tellement son regard la troublait. Mais elle se ressaisit et fit une mine fière de celle qui est inaccessible.
Andreas dit doucereusement alors :


- Ce n’est pas grave. Je suis patient.

Il lui sourit, et sans demander son reste, disparut dans la foule. Elle le cherchait du regard mais ne le vit plus. Et pour la première fois de sa vie, Elizabeth se demanda si elle n’avait pas fait une erreur en repoussant cet homme aussi sec.

A sa grande surprise cependant, il était là le lendemain soir. Et chaque soir il venait la voir mais n’allait jamais dans sa loge. Au bout d’une semaine, il lui envoya un bouquet de rose avec un mot dessus :
« Vous m’avez pris mon coeur. Auriez-vous l’amabilité de me le rendre un jour ? »
Cette petite carte ne contenait rien de plus. Mais il fit l’effet d’un filtre d’amour sur Elizabeth. Elle devint toute heureuse mais n’afficha rien aux autres filles. Celles-ci, cependant se rendait bien compte que quelque chose se passait.

A force des jours, Elizabeth devenait accroc à ses visites au club. Et Andreas n’en manquait aucune. Il lui envoyait tous les jours des fleurs, toujours ornées d’un mot écrit de sa main. Depuis leur rencontre, ils ne s’étaient adresser la parole qu’une seule fois, mais l’alchimie était déjà ancrée dans leurs veines.

Une vingtaine de jour après, Elizabeth était anxieuse comme avant chaque scène. Mais ce soir encore plus car elle se disait qu’il était temps d’arrêter ce petit jeu et d’entamer le dialogue pour de vrai.
Quand le rideau se leva, elle le chercha du regard...il n’était pas là. C’était une première ! Jamais il ne manquait aucune de ses représentations mais là !
Elle sentit son coeur chaviré. Elle marqua un temps d’arrêt puis se rendit compte des personnes attendaient sa représentation. Alors elle fit ce qu’elle savait faire le mieux : danser et chanter. Cependant, elle accomplit cette tâche mais la mort dans l’âme et surtout la déception dans le coeur.

Après la représentation, elle s’habilla rapidement et ne prit même pas la peine de se démaquiller. Elle ouvrit la porte de l’arrière-salle et elle s’apprêtait à sortir, des pensées plein la tête.


Pourquoi suis-je déçue ? Je devais m’y attendre ! Ça ne servait à rien de croire en un rêve. Les hommes sont tous les mêmes !

Alors, comme pour confirmer ses dires, une grosse main la tira en arrière et l’envoya valser dans un recoin sombre.
Avant qu’elle ne comprit ce qu’il lui arrivait, elle reçu un coup de pied dans les côtes. Une voix d’ogre hurla :


« Qu’est-c’qui t’a pris ? Espèce d’idiote ! J’croyais que t’étais mieux que ces vieilles pimbêches mais t’es qu’une sale conne comme les autres hein ? J’men vais t’faire voir comment ça marche ici !! »

En tombant par terre, elle vit le visage auquel elle s’attendait. C’était Yban, son chef. Le dépit s’empara d’elle car elle savait ce qui allait lui arriver. Et sans qu’elle s’y attende, un méchant coup de pied dans la tête lui fit perdre connaissance...


Quand elle s’éveilla, elle était allongé dans un drap bleu ciel, et était sur un matelas doux et soyeux.
L’affolement commença à la gagner quand les souvenirs des derniers évènements lui vinrent en tête. Elle mit sa main sur sa tête, mais il n’y avait pas sang. Un certain mal de tête mais pas de quoi perdre la raison. Surtout qu’elle n’arrêtait pas de se demander :
"Mais où suis-je ?"
Elle entendit du bruit venir de derrière la porte, puis quelqu’un apparu. C’était lui. L’homme qu’elle avait attendu toute la soirée. Il lui souriait avec son air charmeur toujours mais elle y décelait un degré de d’inquiétude. Il portait un plateau en bambou, ce qui l’étonna. Elle l’aurait plutôt vu avec un plateau en or. Voir même un serviteur avec un plateau en or. Mais rien de tout cela.
Elle lui sourit à son tour et avant qu’elle ne prononça aucun mot, il dit :


- J’espère que cela va vous plaire. Ce sont des oeufs brouillés à ma façon.

Il posa le plateau sur la table de chevet et s’assit à côté d’elle. Elle ne recula pas mais continuait à le regarder. CE qu’elle ne savait pas, c’était que face à elle, Andreas était angoissé. Il ne savait pas ce qu’il fallait faire pour gagner sa confiance. Mais comme si de rien n’était, il continua :

- J’ai pris la peine de vous débarrasser de cet énergumène qui s’appelle homme et se proclame chef. Ne...

Le rire de la jeune femme l’arrêta. Il ne comprit ce qui la faisait rire mais la voir si belle le laissa pantois. Il attendit alors qu’elle s’explique. Ce qu’elle fit :

- Je suis navrée mais la façon dont vous l’avez décrit me fait beaucoup rire. Il est vrai que cet homme n’est PAS un homme !

Une lueur passa dans ses yeux et elle demanda :

- Et comment avez-vous fait ?

Il s’attendait à cette question et avait déjà préparé un scénario dans sa tête. Il lui raconta :

- En fait, je vous attendais à la sortie de l’arrière-salle lorsque j’ai entendu un homme hurler quelque chose. Pris de panique en ne vous voyant pas sortir comme d’habitude...

- Comment vous saviez...

Il l’arrêta d’un geste et continua :

- Souvenez-vous que cela fait des jours que je vous observe. Donc forcément, j’ai eu des renseignements sur vos habitudes. Je m’excuse tout de suite si vous pensez avoir été espionné mais ce n’est pas le cas.
Donc je disais, j’ai accouru dans l’arrière-salle quand j’ai vu cet ignoble personnage vous donner un violent coup de pied à la tête. J’ai vu rouge alors je lui ai sauté dessus. Nous nous somme battus, et il a fui. Honnêtement, je ne pense pas qu’il revienne. J’ai dû...lui faire peur.


Il sourit à cette remarque car en réalité, Andreas avait sorti sa baguette et avait fait voler le corps d’Yban. Pris de colère, il l’a envoyé valsé à travers la pièce plusieurs fois et ensuite, il lui avait subir le sort de l’oubli. Sauf que, mû par sa colère, Andreas avait un peu abusé. Il fit du transplanage avec Elizabeth/Lisa et Yban direction sa maison et appela Stephen, son meilleur ami sorcier.

- Cet insecte vénimeux mérite de disparaître Stephen. Tu aurais une solution par hasard ?

Stephen était Médicomage, ce ne fut pas difficile de proposer alors :

- Si tu veux, étant donné, hum, le degré d’oubli que tu as pu lui faire subir, je pense que je peux le mettre dans une zone isolé de l’hôpital.

Andreas avait toujours couvert Stephen alors il était évident ce soir-là qu’il ferait de même. Personne n’en saurait jamais rien d’après lui.

- J’espère cependant que tu sais ce que tu fais ?

- Plus que jamais mon ami...plus que jamais.

- Oh la la, pourquoi je sens une femme là-dessous ?

- Pas n’importe laquelle mon ami ! La plus belle que tu ais jamais vu ! Et aussi celle que mon coeur a élu...

Andreas sortit de son souvenir et contempla la belle Lisa.
Ses yeux brillaient de larmes, ce qui le rendit perplexe. Qu’avait-il dit ? Qu’avait-il fait pour la rendre en pleurs ?


- Personne ne m’a jamais défendu depuis que je suis née. Je vous remercie...Je ne connais même pas votre nom.

- Je m’appelle Andreas, Lisa, juste Andreas.

Elle sourit. Son nom était aussi délectable que son visage mais elle sourit d’un air narquois et enchaîna, en essuyant ses yeux :

- Vous ne me connaissez pas si bien que ça alors ? Remarquez cela me rassure. Vous n’êtes pas un si bon espion que ça.

- Pourquoi dire cela ?

- Mon nom. Ce n’est pas Lisa mais Elizabeth. Lisa est mon nom de scène.

Il sourit à son tour car il préférait de loin Elizabeth à Lisa. Il lui posa alors une simple question :

- Dans ce cas, voulez-vous m’aidez ?

- A faire quoi ? demanda-t-elle étonnée

- Aidez-moi à vous connaitre...

Et c’est ainsi que ses deux tourtereaux se réunirent. Et enfin, deux ans plus tard, Lorenzo Andreas Donovan naquit.



* As-tu lu le règlement ?? Très bien !


Dernière édition par le Lun 27 Aoû 2007 - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNEL DE POUDLARDProfesseur de vol
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Professeur de vol
AVATAR : * nous repasserons après une courte page de pub *
MESSAGES : 252

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Lun 27 Aoû 2007 - 18:53

Texte Personnel [suite] :

Un jour, alors qu’elle partait faire le tour du quartier pour rendre visite à ses amis dans le besoin, elle entendit un bruit derrière la tour près du ’’QG’’ de l’association.
Lorenzo dans les bras, elle s’avança prudemment et continua d’écouter les murmures qui se laissaient porter par le faible vent.

- Qu’est-ce tu veux à la fin ? J’ai rien fait qui t’concerne à c’que j’sache ! Et pis t’es qui ?

- Rien ? En êtes-vous sûr Pedro ? Est-ce que « Âmes de cœur » vous dit quelque chose cher ami ?

En entendant cela, Elizabeth tressaillit. D’une part, Âme de cœur était le nom de son association, mais en plus, la voix qui avait prononcé ses mots ne lui était pas inconnue. Bien au contraire…

- Ben ouais ! qu’est-ce que ça vient fiche là dedans ça ? Et pis tu m’fais chier toi ! Fous-moi la paix et barre-toi ! ça te regarde pas tout ça !

- Bien plus que vous ne le croyez ! LEVICORPUS !

Elizabeth était arrivé au coin de la rue et vit l’homme qui la menaçait depuis quelques semaines pendue en l’air. Elle fallait lâché Lorenzo tellement elle était surprise par la scène qui lui faisait face. Elle regarda Stephen agir avec un bout de bâton lisse dans la main, sans savoir quoi dire ou quoi faire. Finalement, elle cria :

- Stephen ! Qu’est-ce que tu fais !?

Stephen se retourna brusquement, et ne sut que faire. L’homme à l’allure sâle qui décollait du sol criait à qui voulait l’entendre qu’il se faisait agresser et qu’il voulait qu’on le lâche. Stephen, sachant que la situation était très délicate, décida de s’expliquer. Mais au calme. Un « sourdinam » et un gentil « Incarcerem » ne furent pas de trop.
Stephen s’approcha d’Elizabeth mais elle recula d’un pas. Ne reconnaissant pas le parrain de son fils, elle ne savait pas si elle devait lui faire confiance ou non. Mais quelque chose dans son regard lui fit comprendre qu’elle le pouvait. Sans dire un mot, elle attendit que l’homme s’explique. Il soupira et dit :


- Je crois que ton mari t’expliqueras ça mieux que moi...

Des explications étaient effectivement de mises. Lorsqu’ils rentrèrent et que Andreas arriva, sa femme lui dit qu’elle était prête à tout accepter, que peu importait ce qu’il était, mais qu’elle ne voulait plus jamais qu’il lui mente. Il lui demanda de lui pardonner et lui expliqua qu’elle devait écouter attentivement. Le récit serait trop long à écrire ici. En une nuit, Elizabeth découvrit que les sorciers existaient, que les mages noirs aussi, qu’un certain Voldemort avait mis en péril le monde des sorciers, que l’origine des sorciers pouvaient être très importante et que c’est la raison pour laquelle il ne s’entendait pas avec ses parents. Elle due aussi acceptée que son fils était un sorcier comme son père.
Quelle aventure d’un soir pour une moldue !
Elizabeth due s’y habituer. Elle pouvait tout pardonner, surtout à l’homme qu’elle aimait donc elle ne lui en voulu pas longtemps.

La preuve évidente de l’acceptation du monde de son mari – et par extension de son fils – fut l’arrivée quelques mois plus tard de leur jumelles – Sulijah et Tania.
Lorenzo pu grandir donc avec toutes les connaissances que lui apportaient son père, son arrière grand-père et son parrain. Cependant, sa mère mis une certaine énergie à le garder les pieds sur terre en l’emmenant de temps en temps avec elle à l’association qu’elle continuait de gérer.
Au fur et à mesure des années, son caractère se forgea et Lorenzo apprit ce qu’était que les injustices, et la misère des autres. Il détestait voir les autres souffrir, et encore moins se faire écraser quand ils étaient sans défense.
Lorsqu’il était énervé, Lorenzo avait appris à frapper sur une surface plate. Sa mère l’ayant surpris une fois en train de faire ça sur son bureau, il pensait se faire gronder pour avoir abîmer la surface en bois. Au contraire, elle sourit et lui offrit aussitôt une batterie.
Il se surprit à avoir une oreille musicale et décida détendre ses connaissances musicales en jouant à la guitare. Il ne testa pas la basse, trop peu de cordes à son goût. Sans pour autant être un génie, il apprit alors à manipuler la guitare classique et l’électrique.
Lorenzo prenait énormément soin de ses petites sœurs, puis du tout dernier de la famille, Julian, qui naquit quatre ans après elles.
Une famille qui grandit au gré des tendances moldues ET sorciers, dont les enfants avaient appris d’office le respect des autres, la gentillesse vers autrui et surtout l’intégrité.

Quand il reçut la lettre du hibou lors de sa onzième année, il fut très heureux de savoir qu’il allait combler son père. Jusque là, il avait toujours aider sa mère et soutenu son père en apprenant le monde des sorciers, mais désormais il allait prouver ce qu’il valait. Aux yeux de sa mère, il avait déjà suffisamment prouvé son courage et sa volonté d’avancer. Elle le trouvait même plus élevé que tous les autres enfants pour son âge. Mais son avis étant subjectif, nous ne nous arrêterons pas sur celui-ci.

Pendant ses premières années, il n’était pas le premier de la classe, c’est sûr, mais il apprenait assidûment ce qui lui plaisait. Mieux encore, il décida de devenir un bon joueur de quidditch, un sport que son père ne lui avait pas appris volontairement, lui laissant le soin de le découvrir par lui-même. Il devint alors un excellent élève en vol et ne se privaient pas des balades en balai dès qu’il le pouvait.

Toujours aussi brun que dans son enfance, Lorenzo était devenu très grand. Ses yeux à l’origine marron clair avaient viré au marron/vert. Et son nez aquilin allait très bien avec son allure mince. Il adorait s’habiller en jean plus que tout, et en avait des tonnes dans son armoire de toutes les couleurs sombres que l’on connaisse à un jean. Constamment en train d’enlever sa robe dès que les cours étaient finis, il allait souvent s’amuser à titiller les quelques cordes de sa guitare dans son dortoir. C’était un garçon ouvert, mais pourtant toujours dans son monde qu’il transformait en notes musicales.
Au cours de sa sixième année, il rencontra quelque personnes qui avaient une passion commune à la sienne : la musique. Qui dit mieux que de rassembler tout ce qu’il aimait dans un seul environnement. Il devint alors un ami de la chanteuse du groupe Pink Sky et elle accepta même de l’intégrer dans son groupe en tant que guitariste.
Cette année, il allait peut-être pouvoir montrer ce qu’il valait devant tout le monde. Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Lun 27 Aoû 2007 - 20:54

Bienvenue Nene Lorenzo !!

:colique: A notre futur topic ensemble !

[pourquoi pas un aprèm' "gratte" ? =)]
Revenir en haut Aller en bas
PERSONNEL DE POUDLARDProfesseur de vol
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Professeur de vol
AVATAR : * nous repasserons après une courte page de pub *
MESSAGES : 252

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mar 28 Aoû 2007 - 14:23

Volontiers June. :;): Ce sera quand tu voudras :lovee:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mar 28 Aoû 2007 - 14:55

Tiens tiens tiens... un autre Donovan !

*Franz le regarde d'un air intrigué.*

Peut-être nous trouverons-nous un lien de parentée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mar 28 Aoû 2007 - 18:11

[Re-]Bienvenue !

J'ai adoré ta fiche...

Même si je trouve que tu décris trop les parents de Lorenzo (principalement leur rencontre) comparé à lui-même !
Revenir en haut Aller en bas
PERSONNEL DE POUDLARDProfesseur de vol
    PERSONNEL DE POUDLARD
    Professeur de vol
AVATAR : * nous repasserons après une courte page de pub *
MESSAGES : 252

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: SANG PUR
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mar 28 Aoû 2007 - 18:19

Oui j'ai trouvé aussi que j'avais un peu abusé sur leur rencontre, mais mes doigts ont écrit tous seuls. En fait, il ne faudrait s'attarder que sur la deuxième partie xDD :arffffffff:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
    GRAND MANITOU
MESSAGES : 1169

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: INCONNU
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mar 28 Aoû 2007 - 23:10

Hum...le choix n'est pas facile...beaucoup de compétences...mais ton courage te mènera droit vers :

Gryffondor


[Jolie fiche !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mar 28 Aoû 2007 - 23:13

Bienvenu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !] Mer 29 Aoû 2007 - 0:21

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lorenzo Donovan [Fiche terminée !]

Revenir en haut Aller en bas

Lorenzo Donovan [Fiche terminée !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» LADY MASTERMIND ? Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]» Signaler une fiche terminée» Amber. La solitude n'est pas. [fiche terminée]» Matabei ASASUISEI - Shodaime Kazekage || Fiche terminée» Fiche terminée ? Faites le nous savoir.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Présentations élèves :: Fiches validées-