AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

De la théorie à la pratique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: De la théorie à la pratique Lun 30 Juil 2007 - 5:40

Il y avait des choses qu'on ne pouvait confier aux elfes et moins encore aux serviteurs. Dès qu'il s'agissait de magie noire ou simplement de servir son maître, Cad ne faisait confiance qu'à lui-même.

Il était donc descendu à Londres faire quelques courses. Habillé en Moldu parce qu'il avait plusieurs boutiques à aller voir, il était d'abord passé chez Harold's pour s'acheter des plumes et de l'encre marron, ainsi que de la cire à cacheter rouge et orange. Le Harold's magique se trouvait dans un pillier du célèbe magasin londonnien et il était impossible d'y transplaner. Il était curieux de voir tous ces sorciers vêtus en moldus faire leurs achats dans cette boutique.

Puis il s'était rendu chez Tiffany's une joaillerie américaine qui avait une succursale ici. Sa montre à gousset en argent s'était brisée et il en voulait une nouvelle. Il s'en choisit une magique, délicatement gravée d'un aigle sortant de l'eau, un saumon dans ses serres acérées. Une vraie oeuvre d'art, toute en finesse et en simplicité.

Enfin, il s'était arrêté au Chaudron Baveur avant de se rendre chez Slug et Jiggers pour acheter quelques ingrédients pour une expérience qu'il voulait faire.

Avant de rentrer dans la boutique, Cad vérifia une fois sa liste. Ca allait être compliqué de se procurer tout ça. Et plus encore de cacher les raisons de ses achats. Oh, il avait bien fait attention de perdre les ingrédients indispensable à sa potion parmis d'autre plus anodins mais enfin sa recette était sûrement reconnaissable par les experts.

Le libraire poussa la porte et attendit qu'on vienne le servir. Habillé d'un pull marron foncé, d'excellente facture et fait sur mesure et un pantalon noir. Sa veste noire aussi était pliée sur son bras. De la poche de son pantalon l'on pouvait voir sortir la chaîne d'argent de sa toute nouvelle montre. Un elfe derrière lui portait ses paquets de chez Harold's.

Patiemment, le sourire aux lèvres, les mains dans les poches dont la droite serrée sur son nouveau bijou (Cad aimait beaucoup les belles choses et était très content de son achat), le mangemort méditait à la joie de son maître s'il réussissait son expérience. Un polynectar qui durait 6h au lieu d'une ! Même ce sang-mêlé de Severus ne pouvait accomplir un tel exploit !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Mar 31 Juil 2007 - 19:37

Klarissa se trouvait dans l'arrière-boutique, avec pour seule compagnie le très désagréable Dirae, le hibou de son frère Tobias. Le volatile terriblement de mauvaise humeur lui apportait cependant une bonne nouvelle : Cassandra, la femme de Tobias, était enceinte. Étant donné le peu de clients durant la matinée, la jeune femme en avait profité pour répondre à son frère. Elle lui transmettait ses félicitations ainsi que des idées pour le prénom du bébé, garçon et fille ; elle avait l'habitude de toujours mettre son grain de sel dans les affaires personnelles de Tobias. Karna, son Boursouf, roucoulait sur la petite table. Alors qu'elle signait sa lettre, elle entendit la porte de la boutique s'ouvrir, signe de l'arrivée d'un client. À contre-coeur, elle laissa Dirae se percher sur son bras et sortit de l'arrière-boutique ; elle donna le parchemin au hibou et lui ouvrit la fenêtre. Toujours en silence, elle lissa sa robe, replaca une mèche de ses cheveux et vint se placer derrière le comptoir.

Elle portait une longue robe de sorcière, noire, aux manches très amples mais qui se resserraient au niveau des poignets. Ses longs cheveux bruns étaient remontés en un chignon très serré dans lequel était planté une ancolie mauve, conférant à son allure sombre un brin de nature. Esquissant un bref sourire à l'adresse du client, elle prit finalement la parole.


« Bonjour, Monsieur, que puis-je pour vous ? »

Les demandes étaient habituellement très simples, des ingrédients qu'elle pouvait se procurer à la tonne. Elle avait l'habitude des commandes de bile de tatou, de crochets de serpent ou encore de cafards morts, des choses si communes qu'elle trouvait ennuyeux le fait de les vendre à ces gens qui critiquaient l'odeur et l'aspect étrange de certains ingrédients. S'efforçant de paraître aimable, Klarissa profita des quelques instants avant que le client ne réponde pour le détailler. Il semblait être fortuné -cela se voyait à sa façon d'être et à ses vêtements- et il était accompagné d'un elfe de maison. Le regard de la jeune femme s'attarda sur la petite créature...Merlin qu'elle était hideuse. Elle n'avait jamais voulu en avoir, question d'esthétique. Elle préférait encore faire les choses elle-même : elle était seule et passait le trois-quart de son temps à la boutique alors pourquoi s'encombrer d'un elfe ?

Cherchant autre chose à détailler sur cet homme, elle regarda la chaîne qui dépassait de sa poche. Ceci effaça aussitôt l'image de l'elfe dans l'esprit de Klarissa ; elle avait la capacité d'un Niffleur pour reconnaître les belles choses et quel qu'était cet objet, il devait être brillant et dispendieux...Un sourire prit de nouveau place sur le visage de la jeune femme alors qu'elle s'apprêtait à entendre la requête du client.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Mar 31 Juil 2007 - 22:51

Cad ne leva les yeux qu'en entendant Klarissa lui parler. Sans réfléchir, il salua la jeune femme d'un signe de tête respectueux et avança d'un pas dans la boutique, l'elfe sur ses talons.

- Mademoiselle...

Il laissa trainer sa dernière syllabe, sans trop savoir pourquoi il était soudainement si laconique. Probablement parce qu'il était étonné de ne pas voir le vieux bossu qui le servait avant. Il n'avait pas pensé qu'en quinze ans qu'il n'était pas venu dans la boutique, des milliers de choses avaient pu arriver, dont un changement de propriétaire. D'ailleurs maintenant qu'il y pensait, la disposition des lieux étaient bien différente que celle de ses souvenirs.

- Bonjour ! Dites, on doit vous poser souvent la question, mais cela fait longtemps que vous travaillez ici ? Une idée de ce qu'est devenu le vieux bossu qui était là avant ?

Cadfael avait été un bon client de Slug et Jiggers avant de partir outre-manche. La métamorphose était ce qu'il faisait le mieux mais il était loin d'être mauvais en potions. Aussi se sentit-il vraiment vieux face à la ravissante jeune femme qui le dévisageait sans vergogne derrière le comptoir.

Souriant, sans rien montrer de ses pensées, le libraire haussa un sourcil, rendit son regard à Klarissa et s'avança tranquillement vers elle.


- J'ai bien peur d'avoir été fort négligeant ces dernières années et il se trouve que mon stock d'ingrédients de potions soit épuisé. Des conseils pour renouveler tout une réserve ?

Il s'accouda tranquillement sur le meuble et fouilla dans sa poche, sortit sa montre qu'il posa mine de rien a coté lui avant de mettre la main sur un parchemin tout froissé qu'il tendit à la vendeuse.

- J'aurais également besoin de ces quelques petites choses.

Sur le parchemin, inscrit à l'encre marron de la curieuse écriture de Cad, à la fois élégante, grande, penchée et un peu tremblante (écrire à la plume lorsque l'on est gaucher n'est jamais facile), on pouvait lire une liste de produits assez longue. Perdus dans certaines choses rares, chères ou inutiles, un oeil avertit pouvait voir tous les ingrédients nécessaire au Polynectar (excepté l'essence de crabe, il en avait encore).

- Alors...du venin d'acromentula, une corne de boutefeu chinois, 30 sangsues, 60 grammes de peau de serpent du cap, une petite bouteille de larmes de phénix, 30 gramme de poudre de corne de bicorne ...

Il s'interrompit et reprit son souffle toujours souriant. Il se rendait bien compte qu'il était un peu directif mais il ne savait pas faire autrement. Il aimait que les choses se passent exactement comme il les avait prévu et à force de diriger les gens et les choses il avait perdu un peu de son humilité. A noter tout de même que s'il avait recontré la jeune femme dans d'autres circonstances, il lui aurait surement proposé un verre.

- Je continue ou on fait les choses au fur et à mesure ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Mer 1 Aoû 2007 - 12:22

Comme beaucoup d'autres avant lui, l'homme avait posé cette éternelle question concernant la boutique. Beaucoup d'anciens clients de Slug & Jiggers se demandaient ce qu'était devenu l'ancien apothicaire et si la jeune femme avait été plus susceptible elle aurait commencé à le prendre personnel. C'était tout un changement entre le vieux bossu et une jeune femme élégante mais les gens auraient dû être au contraire très heureux de voir un peu de fraîcheur dans cet endroit sinistre et poussièreux, non ? D'ailleurs, les choses n'avaient pas beaucoup changé, elle avait seulement déplacé quelques produits, interchangé les places et disposé de différentes manières les ingrédients communs -elle gardait les plus précieux derrière le comptoir, à sa portée.

« Cela fait deux ans déjà que j'ai repris les affaires de Slug & Jiggers...Malheureusement j'ignore ce qui est advenu du marchand, cela faisait plusieurs années que je n'avais pas eu de nouvelles lorsque je suis devenue propriétaire. »

Klarissa était venue plusieurs fois en ces lieux avant d'entrer à Poudlard et même pendant ces merveilleuses années, au cours des vacances d'été. Son père avait passé des heures à lui parler des divers ingrédients exposés, sous le regard louche du marchand. Lorsqu'ils avaient un doute, ils lui posaient des questions : en général, il acceptait de les recevoir et de leur répondre tant qu'ils achetaient quelque chose. Combien de fois la jeune femme était-elle sorti avec deux, trois poils de Demiguise ou une plume de Jobarbille ? Distraitement, alors que le client s'approchait du comptoir, elle fit une pile avec des papiers qui traînaient et les rangea dans un tiroir.

Elle écouta attentivement l'homme qui vint s'accouder au comptoir ; il sembla ensuite chercher quelque chose dans sa poche et en sortit sa montre, qu'il posa tout près. La jeune femme se laissa aussitôt distraire par le bijou. Elle prit le parchemin qu'il lui tendait et détacha difficilement son regard de la montre pour lire ce que contenait la liste. Le client commença alors à énumérer les éléments de la liste et Klarissa haussa les sourcils : c'était là la plus spéciale des demandes qu'elle avait eu dans le mois, pour ne pas dire dans toute l'année. Lorsqu'il s'interrompit, la jeune femme releva les yeux vers lui. Son sourire avait été remplacé par une expression étonnée mais elle s'empressa de sourire de nouveau.

Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas sorti une fiole de sa réserve de venin d'Acromantula que des toiles s'y étaient formées, habitées par les araignées et leurs repas. Les fioles de larmes de Phénix étaient dans le même état d'ailleurs. Ces deux ingrédients étaient rangés côte à côte dans un compartiment du comptoir, dont la petite porte se déverrouillait à l'aide d'une clé dorée semblable à celles de Gringotts ; d'ailleurs, où était-elle cette clé ? Elle s'appuya au comptoir.


« À vous de voir. Mais, sans vouloir être indiscrète, c'est la première fois qu'on me demande du venin d'Acromantula depuis... »

Elle réflechit un instant.

« Depuis que je suis ici, je crois bien. C'est un venin très puissant et dangereux, j'imagine que je ne vous apprend rien...Auriez-vous un ami indésirable à faire disparaître ? », termina-t-elle avec un sourire malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Mer 1 Aoû 2007 - 19:11

Deux ans. Une goutte d'eau dans l'immensité d'une vie. Autant dire qu'elle venait à peine de reprendre la boutique. Cela dit (et comme sans doute la plupart des clients posant LA question) il n'était pas mécontent du changement. Simplement...c'était curieux de voir une belle jeune femme au milieu de ces étagères. Les propriétaires de ce genre de boutique étaient souvent des êtres difformes, brusques et bourrus. Une marque de qualité en quelque sorte.

Cad sourit et haussa les épaules. Ne pas savoir ce qu'était devenu l'ancien gérant n'allait pas l'empêcher de dormir ! Il avait du prendre sa retraite, tomber malade ou se mêler de ce qui ne le regardait pas. Un apothicaire connaissait de nombreux secrets et sa première qualité devait être de pouvoir tenir sa langue.

Le libraire fit couler son regard sur les étagères et nota les changements apportés depuis quinze ans qu'il n'était pas venu. Pour lui ça avait beaucoup changé ou alors c'était que ses souvenirs le trahissaient. Il reporta son attention sur la jeune femme et nota son interêt pour sa montre.

Grave erreur. Cad était plus excité qu'un gamin lorsqu'il s'offrait un nouveau cadeau et c'est d'un ton fier et joyeux qu'il lança :


- Elle est belle hein ?

Mais il n'eut pas le temps de continuer face à l'air étonné de Klarissa. Expression rapidement remplacée par un sourire mais qui resta gravée dans la mémoire du mangemort durant quelques battements de coeur. Avait-elle déjà deviné ?

Il failli tressaillir en la voyant se pencher derrière le comptoir. Sa main gauche dans sa poche se serra sur sa baguette. Si elle voulait l'attaquer, il était prêt...

Mais il n'y eut rien de tout cela. La jeune fille se pencha, cherchant visiblement quelque chose. Un sorcier savait toujours où était sa baguette. Elle ne lui voulait donc pas de mal.

Il se détendit et reposa son bras sur le meuble, espérant que sa réaction soit passée inapperçue. L'apothicaire était indiscrète mais Cad n'avait pas spécialement envie de l'envoyer paître. Il avait toujours aimé discuter.


- Les poisons les plus mortels deviennent parfois extrêmement bénéfiques bien utilisés. Je m'en sers principalement pour une version modifiée du Lonéat. Seulement cela demande 4 gouttes de larmes de phénix au lieu de 3 pour mieux contrer les effets néfastes du venin. Et une seule plume d'oie. Personnellement j'utilise exclusivement des plumes d'oies migratrices. Je trouve les plumes d'oie domestique pas assez puissantes.

Il lui sourit à nouveau et lui fit un clin d'oeil. Il avait souvent l'habitude de modifier les potions de base en faisant des expériences. Par chance il n'était pas mauvais et en général cela fonctionnait assez bien. Cela dit il avait toujours une réserve de Bezoar et de larmes de phénix au cas ou.

- Vous aimez préparer des potions, Mademoiselle, ou ce sont leurs ingrédients et eux seuls qui vous interessent ?

Question polie mais toutefois posée avec le plus grand sérieux. S'il trouvait un interlocuteur pour parler de ses expériences (enfin celles ne le désignant pas tout de suite comme un terroriste ou un sympathisant du Seigneur des Ténèbres) il n'allait pas dire non. Surtout lorsque cet interlocuteur était une ravissante jeune femme.

[HJ : le reste de la liste inscrite sur le parchemin, si tu as besoin de le lire est :
une botte de cranson official, 20 chrysopes, 30 grammes de Sisymbre, du livège, 6 pierres de Bézoar, 5 touffes de Polygonum et des oeufs de runespoor.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Jeu 2 Aoû 2007 - 21:27

Le client semblait avoir noté son intérêt pour sa montre car il demanda "Elle est belle, hein ?" à la manière d'un gamin qui montre son nouveau jouet. Cependant, Klarissa était déjà plongée dans la lecture de la liste et c'est avec étonnement qu'elle nota plusieurs ingrédients dispendieux. Dans le soucis de bien servir l'homme, elle commença à réfléchir à l'endroit où elle avait pu ranger la clé pour la réserve. Elle se pencha et ouvrit les tiroirs un à un, trouva plusieurs choses qu'elle avait oublié ou perdu et finalement s'empara de la petite clé dorée.

La jeune femme s'appuya ensuite sur le comptoir pour poser une question à propos du venin d'Acromantula. Elle était entièrement consciente qu'elle ne se mêlait pas de ses affaires, mais avait demandé cela sans aucune gêne, sur un ton de blague plutôt que de question sérieuse. L'homme expliqua alors qu'il utilisait le venin pour une version modifiée du Lonéat, en fit une brève description puis adressa un clin d'oeil à l'apothicaire qui lui sourit en retour.

Elle baissa les yeux sur la liste, mais son interlocuteur semblait avoir envie de discuter ; elle releva aussitôt le regard, délaissant le parchemin un instant.


« Je m'intéresse autant aux potions qu'aux ingrédients qui les composent, Monsieur... »

Elle esquissa un bref sourire puis reporta son attention sur la liste. Cranson officinal, chrysopes, sisymbe, livège, bézoard, polygonum et...oeufs de Runespoor. Ses fins sourcils se froncèrent aussitôt, brusquement, et elle déposa le parchemin sur le comptoir. Son regard sembla y être fixé un instant, puis elle jeta un rapide coup d'oeil à l'homme et contourna d'un pas précipité le comptoir. Elle alla vers la porte, l'ouvrit et regarda des deux côtés avant de la refermer et de mettre l'écriteau "Fermé". Elle se rendit ensuite à la fenêtre dont elle ferma les rideaux et revint derrière la comptoir, face au client.

« Je ne vous demanderai pas ce que vous comptez faire avec ces oeufs, Monsieur, mais nous devons par contre discuter du prix... »

Elle jeta un coup d'oeil nerveux autour d'elle et continua sur le ton d'une confidence.

« Ces oeufs ne sont pas disponibles sur le marché officiel, je ne vous apprend rien...Mais ce ne sera pas difficile de m'en procurer, il suffit de savoir combien vous souhaitez en avoir...J'en possédais un, il y a deux semaines, mais il a malheureusement éclos, voyez...Le Runespoor s'est rapidement retourné contre sa tête droite et j'ai dû le vendre avant qu'il ne dévore Karna... »

La jeune femme replaça une mèche de ses cheveux et soupira.

« Enfin... »

Décidément, cette journée se montrait plus palpitante encore que toutes les journées qu'elle avait vécu ces dernières semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Ven 3 Aoû 2007 - 20:27

Cad n'avait pas prévu la réaction de Klarissa. En la voyant froncer les sourcil à la lecture de sa liste il se dit simplement qu'elle avait comprit ou il voulait en venir et se mit à réfléchir à toute vitesse à deux ou trois réponses à donner en cas de questions indiscrètes. Mais la suite le surprit énormément. La jeune femme agissait comme s'il avait demandé quelque chose d'aussi dangereux qu'une tête nucléaire.

Gêné, surprit et surtout ne comprenant rien, il fronca les sourcils et se frotta la nuque. En fait il avait tout simplement oublier que ces oeufs n'étaient pas encore légaux en Angleterre. Cela faisait un peu moins d'une dizaine d'année (8 ans en fait) que la vente de ce produit aux Etats-Unis, était, sinon libre, au moins totalement rentrée dans les moeurs et s'ils vous faisaient payer très cher pour la discrétion, il était néanmoins facile de s'en procurer et personne n'allait vous ennuyer pour ça. En même temps, en Amérique, tant que vous aviez de l'argent...


- Je suis désolé Mademoiselle, je n'avais pas pensé à vérifier la légalité. A New York j'avais l'habitude d'en avoir toujours un pour faire des expériences. C'est un ingrédient très utile.

Il allait sans dire que le jeune homme n'avait absolument pas envie de les voir éclore. Un serpent coloré à 3 têtes dont une venimeuse n'était pas l'idée qu'il se faisait d'un compagnon idéal. A la rigueur il aurait préféré un chien. Il haussa les épaules.

- Dans l'absolu, il m'en faudrait deux. Si possible frais ou en tout cas loin de leur éclosion. Mais je ne veux pas vous poser de problèmes. Si cela doit être dangereux pour vous je peux m'en passer.

Quand a la question du prix...Cad ne marchandait que les beaux livres et les objets d'art. Il n'était pas tombé assez bas pour voler son gagne pain à une jeune femme, surtout lorsqu'elle lui plaisait.

Il planta ses yeux ambres/verts directement dans les iris sombre de son interlocutrice.


- Le prix n'est franchement pas la question, mais, je le répète, je ne veux pas vous causer d'ennuis. Je ne m'étais pas rendu compte que ma demande était illégale.

Il sourit doucement.

- Par simple curiosité, avez-vous déjà réussi à empêcher les têtes de s'entre tuer ? Je crois n'avoir jamais vu de Runespoor complet. Cela dit j'ai jamais vraiment cherché à en voir, les serpents sont loin d'être mes bébêtes préférées.

Contrairement à son maître d'ailleurs. Cad eut soudain la brêve vision de Nagini, tel qu'il l'avait vu la dernière fois, lové aux pieds de son maître et ne put réprimer un frisson. Il y avait dans se serpent, quelque chose d'aussi effrayant que ce qu'était devenu Voldemort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Ven 3 Aoû 2007 - 22:13

Lorsque le client s'excusa et expliqua ce qu'il l'avait poussé à faire une telle demande -à savoir qu'en Amérique les oeufs de Runespoor semblaient légaux- Klarissa esquissa un très faible sourire. Vivre en Amérique aurait peut-être été moins dangereux pour son casier judiciaire...mais elle préférait prendre le risque. L'homme demanda d'en avoir deux, frais ou du moins loin de leur éclosion. Le sourire de la jeune femme s'élargit un peu et elle s'empara d'une plume pour écrire sur un bout de parchemin "Oeufs Runespoor 2, frais". Son écriture était un peu tremblante, dû à sa nervosité passagère.

Le client lui assura que si c'était dangereux pour elle, il pouvait s'en passer, mais la demoiselle secoua la tête, sourire aux lèvres. Elle redressa la tête et son regard rencontra le sien ; elle l'aurait parié, cet homme était fortuné, très fortuné. De nouveau, il dit qu'il ne voulait pas lui causer d'ennuis. Klarissa se répéta cette phrase plusieurs fois mentalement, sous tous les angles. Elle l'avait fait quelques fois déjà. Elle n'avait jamais eu d'ennuis avec cette marchandise -par contre elle avait bien failli se faire prendre avec trois fioles de sang de Re'em une fois.


- Par simple curiosité, avez-vous déjà réussi à empêcher les têtes de s'entre tuer ? Je crois n'avoir jamais vu de Runespoor complet. Cela dit j'ai jamais vraiment cherché à en voir, les serpents sont loin d'être mes bébêtes préférées.

Elle esquissa un énième sourire et repoussa le bout de parchemin plus loin, avec la plume.

« Comme il y a plusieurs de mes oeufs qui ont éclos avant d'être vendus, j'ai eu l'expérience de quelques Runespoors complets mais croyez-moi ils sont plus reposants lorsque la tête du milieu et celle de gauche ont tranchés la droite...Celui qui a réussi à tolérer le plus longtemps les sifflements incessants est resté complet durant deux semaines... »

Elle fit lentement tourner la petite clé dorée entre ses doigts.

« J'adore les reptiles... », fit-elle distraitement. « J'aurais tout donné pour naître Fourchelang. »

La jeune femme déposa la clé près du parchemin et se détourna, feignant de s'intéresser soudainement à un pot quelconque sur une étagère.

« Le Basilic semble être un reptile fascinant aussi. Mais il est si rare aujourd'hui et comme je ne parle pas Fourchelang... »

Elle revînt vers le comptoir.

« Je ne préfère pas m'y risquer. »

Klarissa afficha un sourire comme si elle avait parlé de la pluie et du beau temps. Elle avait parfois de la difficulté -surtout lorsqu'elle fermait pour cause de demande spéciale- à contrôler son besoin de confier ses envies au sujet de telles créatures. Cela lui arrivait tellement peu souvent qu'elle profitait de chaque occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Sam 4 Aoû 2007 - 18:36

Pour être franc, Cad n'avait jamais réfléchit aux Runespoor avant. Il faut dire que ce n'était pas vraiment un sujet de conversation banal et le peu qu'il en savait venait de livres qu'il avait survolé ou lu ainsi que d'un très ancien ouvrage de potion qu'il étudiait en ce moment. Mais notre libraire n'avait pas eu l'ambition de devenir ministre de la magie pour rien. Il était bon politique et en bon politique il savait toujours avoir quelque chose à dire sur n'importe quel sujet.

Dans le cas précis, il décida de se laisser aller à sa curiosité naturelle et de poser le plus de questions possible. La jeune femme semblait s'y connaître et ainsi il saurait en parler avec plus d'assurance la prochaine fois qu'il aurait à disserter la dessus (si tant est qu'il y en ai une).


-Les associations sont-elles toujours les même ? Avez-vous réussi à déterminer s'il y avait une logique dans leurs choix d'alliances ? Qu'est ce qui pousse telle tête à s'allier avec telle autre ? Pourquoi les alliances changent-elles ? Les têtes ont-elles des personnalités en plus de leur penchants ? Est-ce génétique ?

C'était l'une des questions les plus importantes de toute son existance. Pas les Runespoor hein, mais de savoir si le caractère d'une personne était génétiquement programmé car cela pouvait expliquer certaines choses. Il était plus facile de tout mettre sur le dos d'une mère morte que l'on a jamais connu plutôt que de se dire qu'on est irrécupérable sans savoir pourquoi non ?

Mais laissons cela de côté voulez-vous ? Parce que Cad, s'il y pensait, ne s'attarda pas dessus, et au vu des sourires de Klarissa, décida (juste pour le plaisir) d'essayer de la faire rire.


- Oh non, ce serait dommage. Tous les fourchelang que je connais ont un si mauvais caractère qu'il ne sont pas fréquentables.

Inutile de préciser par contre qu'il ne connaissait qu'un seul Fourchelang et que si celui-ci n'était "pas fréquentable, il n'en restait pas moins son Seigneur. D'ailleurs même s'il se moquait gentiment (et hors de portée d'oreille), il lui était loyal et fidèle jusqu'à la mort.

Il suivit des yeux le chemin de la clé. Il trouvait étrange le besoin que semblait avoir Klarissa de la tenir. Se sentait-elle prisonnière ? Cette clef représentait-elle une cage dorée dont la jeune femme voulait s'échapper ? Il ne le saurait probablement jamais. En tout cas il se garderait bien de poser la question.

D'ailleurs, à propos de Basilic... il se souvenait de la lettre qu'il avait reçu de Lucius, lui narrant la réouverture de la chambre des secrets...


- J'ai entendu dire qu'il y en avait eu un à Poudlard il y a quelques années. Cela à fait un joli tollé, même aux US ! On m'a dit également que c'était le fils Potter qui l'avait tué.

Il avait parlé d'un ton neutre pour laisser à la jeune femme le soin d'exprimer son opinion. Si cela se trouvait, elle non plus n'était pas fan de Celui Qui Avait Survécu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Dim 5 Aoû 2007 - 2:35

Klarissa aimait converser à propos de sujets ''quelconques'', qui ne l'impliquait pas émotionellement. Elle ne donnait que rarement son opinion et lorsqu'elle le faisait, c'était à propos de choses peu communes. Comme les Runespoors. C'était principalement pour cette créature qu'elle rêvait de parler Fourchelang. N'était-ce pas grâce aux gens qui le parlaient qu'on en savait autant sur ce reptile ?

Devant l'intérêt du client, la jeune femme ne put qu'être enchantée. Cet homme semblait vouloir en savoir plus sur le sujet et il était bien tombé car l'apothicaire en connaissait un rayon sur le Runespoor.


« Les alliances entre les têtes sont déterminées par leur personnalité...Tout à l'heure, lorsque j'ai mentionné la tête de droite, pour eux il s'agit plutôt de la tête de gauche. On dit ''tête de droite'' parce que les textes sur eux ont été écrits comme si l'on regardait le Runespoor de face...Donc la tête qu'il tranche en général est la gauche. La tête du milieu et celle de droite s'allient pour la couper parce qu'elle est celle qui critique les autres. Elle est celle qui possède les crochets venimeux et celle qui siffle constamment pour démontrer son mécontentement. »

La jeune femme marqua un temps de pause pour reprendre son souffle.

« La tête du milieu est celle du rêve. Le Runespoor peut passer plusieurs heures immobile, bercé par de magnifiques visions. Et enfin, la tête de droite -ou de gauche si on le regarde de face- est celle de l'organisation. C'est celle qui décide où le Runespoor ira et ce qu'il fera. »

Klarissa s'arrêta de nouveau un moment, mais reprit aussitôt ses explications.

« L'alliance la plus courante est formée entre la tête du milieu et celle de droite qui, lassées de se faire critiquer, tranche la gauche. Mais peut-être existe-t-il d'autres alliances...Je l'ignore. Mais j'imagine que certains Runespoors pourraient en avoir assez d'être commandés sans cesse par la droite et d'autres d'être obligés de rêvasser durant des heures... »

Elle se tut enfin, espérant avoir répondu à la plupart des questions de l'homme qui, au départ, n'était venu que chercher quelques ingrédients pour sa réserve. Elle rit un peu à la remarque de l'homme au sujet des Fourchelangs.

« Et vous en connaissez beaucoup de Fourchelangs ? »

Elle reprit délicatement la petite clé entre ses doigts et la fit de nouveau tourner. Intérieurement, elle se questionnait sur l'identité de ce mystérieux client qui rendait cette journée spéciale. Klarissa n'était même pas certaine d'avoir autant parler dans toute la semaine. Elle fit le compte : elle avait adressé la parole à Karna, à deux hiboux, à quatre clients, avait chanté tout bas le refrain d'une chanson et s'était conseillée elle-même sur sa coiffure le lundi matin. Décidément, elle avait besoin de compagnie.

Le Basilic. La jeune femme se rappelait des rumeurs qui avaient couru sur la réouverture de la Chambre des Secrets. Lorsqu'elle avait entendu parler de la présence d'un Basilic, elle avait tenté d'en savoir plus...Par contre, elle n'avait jamais trouvé qui que ce soit qui avait pu lui en dire plus.


« Oui, j'ai entendu parler de cette histoire... »

Elle parut pensive un instant.

« Mais je ne comprends pas comment ce gamin aurait fait pour tuer un Basilic. », finit-elle avec un air sceptique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Dim 5 Aoû 2007 - 18:17

Cadfael regarda Klarissa avec un regard vide, perdu et un rien idiot. En bon gaucher [et comme sa joueuse] Il n'avait pas comprit un traître mot de cette histoire de face et de dos. La gauche et la droite il s'en sortait plutôt bien mais dès qu'il fallait se projeter dans un autre sens il était perdu. Il fronça les sourcils en proie à une réflexion intense pour tenter de visualiser la scène mais rien n'y fit. Finalement il décida que la tête de droite était celle qui sifflait quelque soit son vrai coté et pu se concentrer sur le contenu du discours de Klarissa.

- Je vois... dit il d'un ton studieux avant de sourire, en fait non je ne vois pas trop mais je vous croit sur parole !

Comme toujours il essayait au maximum de ne pas mentir. Lorsqu'on avait un maître aussi dangereux et aussi doué pour flairer le moindre mensonge, il fallait toujours être honnête et se servir de la vérité pour arriver à ses fins. Ce qui était un défi de tous les instants, mais qui amusait beaucoup notre mangemort national.

Il sourit à nouveau de la voir rire, heureux d'avoir remporté son petit pari intérieur et fit semblant de compter sur ses doigts


- Alors...euh... ben un seul en fait ! J'en ai croisé un autre mais je ne peux pas dire que je le connais !

Il reporta son attention sur la clef. Il mourrait d'envie de la lui arracher ds mains et de lui montrait que la liberté il fallait la prendre parce que personne n'allait la lui donner mais savait bien que c'était un poil exagéré comme réaction aussi il se retint, fasciné par ce petit objet brillant.

- Je n'étais pas en Angleterre à l'époque, mais d'après ce que j'ai entendu dire, il l'a réellement fait, a coup d'épée, après l'avoir aveuglé.

Il haussa les épaules, laissant un rien de rancune percer dans sa voix. Il n'aimait pas Potter. Cet enfant, ce nourrisson lui avait prit son maître et sans la défense expresse de ce dernier, il aurait fait payer au jeune Gryffondor le prix de son insolence...avec les interêts.

- C'est du jeune Potter que l'on parle. Il semblerait que le garçon aie un stupéfiant pouvoir de destruction.

Au moins grâce au ministère, il pouvait à présent le critiquer sans se faire étiquetter "mangemort". Les partisants du jeune garçons devenaient de plus en plus rare au fur et a mesure que la Gazette continuait sa campagne de désinformation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Lun 6 Aoû 2007 - 10:49

Son discours sur les Runespoors avait été très complet...peut-être un peu trop même, à voir l'expression de l'homme qui paraissait chercher une logique dans tout cela. La première fois que son père lui avait expliqué le malentendu gauche/droite, elle avait eu la même réaction. Il avait fallu qu'elle lui demande de répéter lentement, puis ils avaient fini par faire les explications sur dessin. Le problème avait été réglé de cette manière, car la jeune femme était quelqu'un de visuel bien plus qu'auditif. Son père avait toujours eu un don pour expliquer les choses dans SA logique. À voir l'expression de Cadfael, sa fille avait retenu de lui. D'ailleurs, ses paroles confirmèrent que tout ne devait pas avoir été très clair, mais l'important était qu'il ait compris que les têtes avaient toutes une fonction. C'était suffisant. Sa franchise fit sourire Klarissa qui décida de ne pas recommencer ses explications ni proposer de faire un dessin -ce serait peut-être un peu vexant pour lui.

Elle se demanda si ce serait bien dangereux de ramener un Runespoor lorsqu'elle irait chercher les oeufs. Ainsi elle pourrait montrer à son interlocuteur laquelle des têtes était l'organisatrice et laquelle était celle qui critiquait...Non, trop dangereux. Elle ne savait pas parler Fourchelang et ne pourrait pas tenter de négocier avec le reptile pour qu'il se calme ou quoi que ce soit d'autre. L'homme compta sur ses doigts à la suite de sa question sur sa connaissance des Fourchelangs et finit par dire qu'il ne connaissait qu'un seul Fourchelang. Pour la jeune femme, c'était bien assez, elle n'avait même pas l'honneur d'en avoir croisé un !


« Vous avez de la chance...Je n'en connais absolument aucun. », fit-elle avec un petit sourire triste.

Elle baissa les yeux vers sa petite clé puis fit le tour de la pièce des yeux. Cela faisait déjà deux ans qu'elle était ici jour après jour entourée de toutes ces choses et seule dès qu'elle retrouvait sa demeure. Elle rêvait d'un peu d'action : heureusement que, deux ans plus tôt, un client exigeant lui avait demandé du venin d'Acromantula. À cette époque, elle n'en gardait pas à la boutique et elle avait cherché durant toute une semaine pour s'en procurer. L'idée lui était alors venue comme un éclair de génie : le marché noir. Depuis, elle faisait affaire avec des marchands verreux et peu scrupuleux qui se laissaient difficilement séduire pour accepter des prix un peu en-dessous de ce qu'ils demandaient. L'apothicaire avait souvent réglé des achats avec des échanges : une information contre le produit ou un ingrédient quelconque contre celui qu'elle désirait...

À coups d'épée ? Décidément, ce jeune Potter était impressionnant. Ou peut-être désespérant ? Quoi qu'il en soit, il avait tué une créature fantastique et c'était le genre de choses qui touchait Klarissa. Qu'est-ce que trois ou quatre élèves en moins pouvaient bien faire à côté de la perte d'un Basilic ?


- C'est du jeune Potter que l'on parle. Il semblerait que le garçon aie un stupéfiant pouvoir de destruction.

La jeune femme acquiesça distraitement pendant un moment, puis leva les yeux vers son interlocuteur.

« Effectivement, pour détruire, ce gamin a du talent. »

Elle déposa sa clé sur le comptoir, pour la énième fois.

« Je crois qu'il serait temps que quelqu'un lui fixe des limites. Et si Albus Dumbledore ne le fait pas, ce sera le Ministère ou- »

Klarissa coupa brusquement, hésita puis se reprit :

« Ou quelqu'un d'autre... »

Elle espérait que son hésitation passerait inaperçu, même si c'était difficile de passer à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Lun 6 Aoû 2007 - 20:08

Oui, il avait beaucoup de chance. Même si cela faisait plus de quinze ans qu'il n'avait pas vu le fourchelangue en question, il restait totalement sous sa coupe. Aux yeux de Cad, Voldemort était le plus grand sorcier de tous les temps. Un grand visionnaire et un dirigeant idéal.

Le sourire radieux qui illumina son visage et fit pétiller ses yeux de plaisir anticipé. Il le reverrait et il aurait de nouveau des ordres précis pour forger le monde dont ils rêvaient tous. Ce monde où il n'avait pas sa place. Le sourire triste de Klarissa qui lui répondit le ramena sur terre et fit passer une ombre sur son visage. Il avait presque envie de lui dire qu'il pouvait les présenter mais ne préférait pas. Cela faisait du bien de parler à quelqu'un qui n'était pas mangemort. De ne pas avoir à surveiller ses paroles de peur de déclencher la colère du Seigneur Noir. Et puis il la trouvait trop ilnesavaitpasvraimentquoi mais trop pour la faire plonger dans les ténèbres. En tout cas pas tout de suite.

Il suivit pensivement les mouvements de la clef et un silence s'installa. Mais ce n'était pas grave parce qu'il ne sentait rien de pesant dans ce silence. Ils étaient simplement tous deux en train de réfléchir à ce qu'ils venaient d'apprendre ou à ce qu'ils allaient faire. Il émanait de Klarissa un mystère qui plaisait au jeune homme qui était partagé entre sa curiosité naturelle et l'envie de ne pas en savoir trop pour ne pas être déçu. Il ne savait pas comment il réagirait s'il apprenait que l'apothicaire était une fille totalement normale et sans intérêt...ou pire, un auror !

Quoiqu'il était peu probable qu'elle soit Auror ou cachait bien son jeu. Sa remarque sur Potter le rassura et le fit sourire, mais le poussa à la sonder un peu plus. On ne changeait pas une vingtaine d'année de conditionnement en quelques heures.

La clef avait fini par se retrouver sur le comptoir lorsqu'il voulu reprendre la parole. Mais Klarissa n'avait pas fini de parler et s'il nota son hésitation, ce n'était pas ce qui l'étonnait le plus. Etait-elle sincère ou voulait-elle le sonder ? Pouvait-il lui faire confiance ? Qui était-elle ? Sympathisante ou Ennemie ? Que devait-il faire ? Son premier mouvement était de lui faire confiance, mais il était prudent. Il tenait à ne pas faire d'erreurs.


- Le professeur Dumbledore ne le fera pas. Il est totalement envoûté par le gamin d'après ce que je sais. C'est dommage parce que c'est un homme très intelligent en temps normal.

En bon ex-gryffondor, Cadfael avait longtemps admiré son professeur de métamorphose. Il avait apprit beaucoup de lui et principalement sur les immenses pouvoirs de l'amour et de la foi. Il appliquait d'ailleurs toujours ces principes. Il croyait sincèrement à sa cause et aimait profondément le monde sorcier. C'était par amour qu'il voulait le débarrasser des impurs et des traîtres. Comme un vaccin, détruire pour ne pas être encore plus détruits. En cela bien sûr, il différait beaucoup de son maître mais il n'y voyait aucune contradiction.

- Quand au Ministère, j'ai cru comprendre que notre bon ministre de la Magie avait d'autres préoccupations. C'est vrai que le criminel Sirius Black s'est échappé d'Azkaban ? Je pensais que cette prison était inviolable !

Le criminel Black. Aux yeux de Cad en tout cas. Le cousin de Bellatrix avait tué beaucoup des leurs par le passé. Et cela fournissait au mangemort un bon changement de conversation. Il n'avait pas envie de parler du 'Quelqu'un d'autre'. Il aurait du se découvrir ou mentir et il n'en avait pas envie.

Il n'empêchait que cette phrase allait lui rester longtemps en tête. Une femme cultivée et intelligente (et saine d'esprit) serait utile à son Seigneur. Il allait falloir jouer serrer. Dommage, il aurait préféré être simplement lui. A croire qu'il n'était pas né sous la bonne étoile pour ça !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Mer 8 Aoû 2007 - 15:41

Il y avait beaucoup de choses auxquelles elle réfléchissait. Premièrement, elle repensait aux éléments de la liste et se remémorait leurs emplacements. Les chrysopes à côté des cafards, qui se trouvaient tout près des scarabées pilés donc à gauche des foies de rats...Mais où se trouvaient ces fameux foies ? Elle fit le tour de la pièce des yeux et repéra l'ingrédient recherché. Pas les chrysopes, les foies. Les scarabées, les cafards et aussi les chrysopes étaient aux endroits qu'elle avait prévu. Le Polygonum était quelque part près du livège et de l'essence de tentacula vénéneuse. Les larmes de phénix et le venin d'Acromantula étaient sous le comptoir, Bézoards quelque part à droite, le reste éparpillé sur les différents étalages...Peut-être faudrait-il un jour faire un plan pour s'y retrouver.

Deuxièmement, la jeune femme se demandait auquel de ses contacts peu fréquentables elle s'adresserait pour les oeufs de Runespoor. Un petit tour sur l'Allée des Embrumes, afin de trouver l'un des marchands, ou du moins quelqu'un à qui elle s'adressait habituellement, s'imposerait. Ce ne serait pas trop compliqué, elle n'aurait qu'à traîner dans les coins sombres en laissant entrevoir son visage...quelqu'un finirait bien par l'aborder. Plusieurs connaissaient son visage sur cette allée, malheureusement pour elle. Elle n'était pas étrangère à cet univers, son père avait tout fait pour la préparer à des situations périlleuses. Voilà pourquoi chaque fois qu'elle s'éloignait vers les recoins obscurs de cette rue, elle gardait à la main sa baguette et dans l'esprit plusieurs sortilèges de défense.

Dernièrement, Klarissa se demandait qui pouvait bien être ce Fourchelang de la connaissance de Cadfael. Elle n'avait jamais entendu de Fourchelang, ni même vu quelqu'un qui le parlait et c'était bien la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un qui lui disait en connaître un. Elle avait entendu dire que le jeune Potter parlait Fourchelang. Si c'était le cas, il était décidément très gâté ce gamin. Il semblait avoir tout pour lui...En pensant ainsi, la jeune femme ressentit une pointe de jalousie. Elle ne possédait pas grand chose sinon du talent pour les potions et des connaissances sur les créatures. Elle n'avait même pas la chance de parler de bien ou de mal, puisqu'elle ne prenait aucun parti. Elle n'était qu'une sorcière parmi tant d'autres, rien de bien impressionnant.

Les paroles de Cadfael suffirent à la ramener sur terre. Dumbledore semblait effectivement ne voir que le bon côté de ce garçon et était loin de vouloir lui imposer des limites. La preuve, Potter avait enfreint plus de règles de l'école que beaucoup de ses camarades et il n'était pas pénalisé. Le ministre avait d'autres préoccupations, oui. L'évasion de Black était tout de même inquiétante.


« Oui, Black s'est effectivement échappé...C'est étrange que personne ne l'ait retrouvé après tout ce temps...Et maintenant, il s'attaque aux gens. J'espère que notre ministre réussira à stopper ce criminel avant qu'il ne fasse trop de dégâts... »

Évidemment, elle avait tut beaucoup de choses qu'elle aurait voulu rajouter. Comme elle était discrète, elle préférait ne pas attirer l'attention sur le véritable fond de sa pensée, qui aurait pu la classer illico d'un côté...ou de l'autre. À vrai dire, elle doutait que ce soit vraiment la faute de Black s'il y avait quelques disparitions mystérieuses. À moins qu'il n'ait des complices...ce qui serait peu probable.

« Azkaban a perdu de sa crédibilité avec un tel scandale... »

Elle fit semblant de s'intéresser aux ingrédients dangereux qu'elle gardait derrière le comptoir. Avec délicatesse, elle déplaça un coffret d'une taille considérable. Il contenait une corne d'Éruptif, qui pouvait exploser au moindre choc. Klarissa se demandait encore pour quelle raison elle gardait cette véritable bombe à retardement tout près d'elle en permanence. Si elle avait tenu à sa survie, elle l'aurait sûrement placé le plus loin possible...Elle déposa la boîte sur une autre étagère, puis déplaça deux petites bouteilles remplies de venin de Verlieu. Ce poison étant soumis à un contrôle strict par le Ministère, elle faisait bien attention. La jeune femme bougea ensuite les fioles du liquide explosif de l'Éruptif autant, sinon plus, dangereux que la corne elle-même. Elle revint finalement face à Cadfael et esquissa un petit sourire d'excuse pour sa soudaine envie de tout déplacer.

[HJ : Désolée pour ce post pas super =/ Ah manque d'inspiration quand tu nous tiens...-_-']
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Mer 8 Aoû 2007 - 19:01

Cadfael fit une grimace ennuyée. On aurait pu croire qu'il regrettait qu'Azkaban ai failli mais en fait il était simplement inquiet. Black dehors pouvait faire beaucoup de dégâts. C'était un sorcier puissant et très en colère. Vu ce que lui avait ressentit lorsque son maître avait été blessé, il n'avait pas de peine à imaginer l'envie de vengeance du dernier des Blacks.

Comment Lucius vivait avec cette nouvelle ? Le cousin de son épouse qui menaçait leur Maître. A sa place, Cad aurait été très mal. Surtout que Malefoy avait une famille à protéger et que Black devait être prêt à tout après 15 ans d'Azkaban. Le libraire essaya d'imaginer ce que représentait une telle période sous la coupe des détraqueurs mais son imagination, pourtant vive, lui fit défaut.

L'elfe fit un pas en avant pour attirer l'attention de son maître. Le temps passait et son rendez-vous approchait à grand pas. Certes le coiffeur n'était pas un exemple de ponctualité mais Cad n'aimait pas être en retard. Il trouvait que cela était un manque flagrant de respect. Il fit un geste du bras pour que l'elfe arrête ses bêtises et se tienne tranquille sans penser à le remercier (en même temps, remercier un elfe... c'est comme dire bonjour à une porte. Aucun interêt).

Ennuyé de devoir couper court à cette plaisante entrevue, il retourna au comptoir, s'adossa au meuble les deux coudes sur la surface boisée, et regarda un moment la jeune femme.


- Je dois y aller malheureusment. Voici ma carte, pourriez-vous m'envoyer un hibou lorsque vous aurez trouvé tous les ingrédients ? Je ne suis pas pressé alors ne prenez pas de risques inutiles.

Il posa sur la table une carte en carton blanche, imprimée de lettres d'argent. Oui c'était snob et inutile mais c'était l'une des choses qui amusaient Cad. Il avait un peu l'impression d'être un sang pur lorsqu'il agissait ainsi et, mine de rien, c'était important pour lui.
Sur la carte on voyait d'abord son nom puis les lettres se déplacaient pour donner son titre et des indications pour le hibou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Ven 10 Aoû 2007 - 14:07

Klarissa posa les yeux sur l'elfe qui faisait son intéressant. Bon, il n'avait fait qu'un pas, comme pour signaler quelque chose à son maître. Cadfael sembla l'avoir remarqué lui aussi et fit un signe à la créature avant de revenir vers le comptoir. Est-ce qu'un elfe pouvait trouver le temps long ? Et si c'était le cas...avait-il le droit de le faire savoir ? La jeune femme fronça légèrement les sourcils. Non, les elfes de maison n'avaient sûrement pas un tel droit...Enfin. Elle prit délicatement entre ses doigts la carte qu'avait posé l'homme. Elle fixa longuement les lettres qui s'interchangeaient et esquissa un petit sourire.

La première impression était souvent la bonne, disait-on, et dans ce cas-ci c'était tout à fait vrai. Lorsque ce client avait franchi le pas de la porte, elle avait vu un homme fortuné et peut-être même sympathique. Non seulement il était fortuné et sympathique mais il venait de donner à la jeune apothicaire une raison de faire quelque chose de palpitant et d'interdit. Quoique, c'était principalement palpitant parce que c'était interdit. Enfin...Elle détacha son regard de la carte et leva les yeux vers Cadfael.


« Je vous contacterai dès que j'aurai tous les ingrédients, sans faute. »

Elle se retint d'ajouter quoi que ce soit, ne pouvant rien promettre sur le temps qu'elle mettrait à tout avoir -le plus difficile serait sans doute les oeufs de Runespoor, étant donné que la plupart des ingrédients de la liste se trouvait sur les étagères ou dans la réserve.

« Sur ce, bonne journée à vous, Monsieur. Et je vous promets de ne pas prendre de risques...sauf si besoin est. »

Klarissa lui adressa un sourire comme celui d'une gamine qui s'apprêterait à faire une bêtise, un sourire pleins de malice signifiant bien que -danger ou pas- elle irait chercher tous les ingrédients même si elle devait aller elle-même les cueillir sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De la théorie à la pratique Aujourd'hui à 11:31

Revenir en haut Aller en bas

De la théorie à la pratique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» De la théorie à la pratique» De la théorie à la pratique» EXAMEN DE POTIONS [THEORIE + PRATIQUE]» Qui pratique le « néocolonialisme » en Afrique ?» Magie pratique au quotidien
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Avant sept.1995-