AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[31 décembre 1997] Hard times will always reveal true friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 737

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec le plus beau des lionceaux aka Jimmy
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [31 décembre 1997] Hard times will always reveal true friends Mer 10 Oct 2018 - 20:51

Pré-au-Lard, trois semaines plus tôt

« Alors, on est d’accord ? Vous êtes sûr que ça ne vous pose pas de problème ?
- Marché conclu jeune demoiselle. Donnez-moi ce paquet, et allez le retrouver avant qu’il ne se doute de quelque chose !
- Merci beaucoup, pour tout, Mr. Kent ! »

Quelque part en Ecosse, 31 décembre 1997



La musique résonnait dans la petite maison. Les décorations de Noël étaient toujours installées : des guirlandes lumineuses couraient un peu partout le long des murs, une couronne de gui était accrochée au-dessus de la cheminée dans laquelle un feu crépitait et des étoiles semblaient flotter un peu partout. Et puis, bien sûr, il y avait ce magnifique sapin qui trônait dans un coin du salon, orné de guirlandes argentées et de boules bleues. Une magnifique étoile le surmontait et éclairait la pièce de doux rayons dorés. Au centre de la pièce, une grande table avait été dressée avec soin, décorée de bougies et de petites perles d’argent. Une douce odeur de biscuits à la cannelle se dégageait du four et embaumait toute la maison. L’ambiance de Noël imprégnait encore la maison.

Dans la cuisine, les mains d’Amaryllis tremblaient alors qu’elle essayait de façonner les biscuits en forme de sapin. Une main se posa sur son épaule.

« Sympa ton gobelin !
- C’est un sapin, Jasmin…
- Je sais, j’te taquine sœurette ! Arrête de stresser, ça va bien se passer.
- Mais on prend tellement de risques, juste pour une soirée…
- T’inquiète, on t’a répété je ne sais combien de fois que tout était sous contrôle. Les meilleurs sortilèges de protection de l’Ordre ont été mis en place.
- Oui mais-
- Bon lâche cette pauvre pâte sablée, notre première invitée ne va pas tarder ! »

Amaryllis jeta un œil à la pendule accrochée au mur. A peine avait-elle lut l’heure que l’énorme armoire dans le salon se mit à vibrer de plus en plus fort. Trois petits coups furent toqués. La petite Poufsouffle se précipita sur la porte et une tornade rousse se jeta sur elle. Les deux jeunes filles se serrèrent longuement dans leurs bras.

« Tu m’as tellement manqué May ! 
- M’en parle pas… Bon aller, on a du pain sur la planche pour te rendre présentable avant qu’ils arrivent.
- Hé ! »

La petite blonde tenta d’afficher une tête outrée, mais elle n’arrivait pas à détacher ce sourire de ses lèvres. Et puis, il fallait avouer que May avait raison, elle n’avait pas fière allure avec ses cheveux en bataille et son tablier de cuisinière plein de farine. Les deux jeunes filles grimpèrent à l’étage, dans la chambre qu’Amaryllis partageait avec ses frères.

« Bon alors, ça se passe comment en France ?
- Très bien, ma chérie. Non, en vrai c’est mortel… Poudlard me manque, le monde de la magie me manque, vous me manquez…
- Tu me manques aussi… Mais tu sais, Poudlard n’est plus ce qu’il était. Tu fais bien de rester à l’abri avec ta famille.
- Tu veux pas me rejoindre ? S’il te plaîîîîîîîîît Amaaaaaa ! 
- Crois-moi l’envie est souvent là, mais c’est important que je reste. Et puis…
- Et puis y a Jimmy ! »

Les cheveux d’Amaryllis prirent une jolie teinté rosée alors que May éclate d’un grand rire.

« Ce soir, on est tous réunis pour faire la fête ! Alors dépêche-toi de t’habiller. Tiens, pourquoi tu ne mettrais pas cette robe-là ? C’est celle du Bal des Trois Sorciers, non ? »

Sa meilleure amie lui montrait une jolie robe bleu nuit, parsemée de petites perles de grosseurs différentes, évoquant un ciel étoilé.  

« Non, pas celle-là. Elle est trop… Enfin, tu sais ? »

Amaryllis montrait toutes les parties de peau que la robe pouvait laisser voir.

« Ou sinon, on a la combinaison de plongée intégrale. Enfile-moi cette robe, ou je me fâche. On est entre nous ce soir, t’as pas à te cacher.
- Mais…
- Y a pas de Mais qui tienne, tu enfiles cette robe et après je te coiffe. Me force pas à utiliser ma baguette, ça fait quatre mois que je n’y ai pas touché alors je te garantis pas le résultat. »

La jeune fille enfila à contrecœur la robe, et avant même qu’elle puisse dire quelque chose, May la fit tourner sur elle-même.

« Tu es magnifique. Bon, maintenant je vais te montrer les progrès que j’ai fait en coiffure. Me critique pas, faut bien que je m’occupe ! »

Une bonne demi-heure plus tard, les deux jeunes filles étaient toutes apprêtées, selon l’avis de May. Mais Amaryllis ne pouvait s’empêcher de passer nerveusement ses mains sur les cicatrices qui couvraient son corps. A Poudlard, elle arrivait à dissimuler ses cicatrices grâce à son don mais aussi grâce à ses vêtements à manches longues et col ras. Vu la surface de peau qui était découverte avec cette robe, elle n’arriverait pas à toutes les dissimuler. Mais alors qu’elle essayait d’atténuer celles qui remontaient sur sa joue gauche, un grand bruit se fit entendre dans le salon.

« Les filles, Pol vient d’arriver ! 
- Il est où mon comité d’accueil ? 
- On arrive ! »

Elles dévalèrent l’escalier et saluèrent chaleureusement leur ami. Ils étaient maintenant presque au complet. Amaryllis jeta un coup d’œil nerveux vers la pendule. Dix-neuf heures cinquante huit. Plus que deux minutes. Son pouls s’accéléra. Et si Jimmy n’avait pas pu récupérer le paquet ? Et s’il mettait trop de temps à l’ouvrir ? Et s’il ne prenait pas la montre – qui était en réalité un portoloin – au bon moment ? Elle faisait confiance au grand-père de son petit ami pour qu’il s’assure que tout se passe bien, mais quand même…

« Bon, on devrait sortir pour accueillir le p’tit Jim ? »

Amaryllis et May hochèrent la tête et tous enfilèrent un manteau avant de sortir dans l’obscurité de la nuit. Pol se mit à faire le tour du jardin, examinant l’immense prairie qui s’étalait à perte de vue.

« Dis donc vous êtes pas embêtés par les voisins ici… HÉÉÉÉHOOOOO ! 
- Chuuut ! Et reviens par-là, la nuit on ne voit pas trop la délimitation de la zone protégée par les sortilèges ! »

Pol revint en grommelant, mais avant qu’il puisse répondre de manière cinglante, un Jimmy sauvage atterrit sur l’herbe humide. Il tenait dans ses mains ce qu'il pensait être son cadeau de Noël, une joli montre fabriquée en Suisse. Son air hébété était probablement la chose la plus drôle que les trois amis n’aient vu depuis longtemps. Ils explosèrent de rire avant de crier « SURPRISE !!! »

_________________
Frail Flower
Je viens du ciel, et les étoiles entre elles, ne parlent que de toi
D'un musicien, qui fait jouer ses mains, sur un morceau de bois
De leur amour, plus bleu que le ciel autour



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[31 décembre 1997] Hard times will always reveal true friends

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [8 décembre 1997] Revealing the unseen» WWE TLC - 13 décembre 2009 (Résultats)» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)» Activité a New York en Novembre et Décembre» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANGLETERRE :: Autres lieux :: Autres lieux d'Angleterre-