AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Lundi 1er décembre 1997] Toute femme blessée est contrainte à la Métamorphose [Heather]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 711

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec le plus beau des lionceaux aka Jimmy
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Lundi 1er décembre 1997] Toute femme blessée est contrainte à la Métamorphose [Heather] Mar 22 Mai 2018 - 23:40

« Hé, Ama, lève-toi ! Ama, tu vas être en retard !
- AMA ! 
- Tu crois qu’on doit aller chercher Carlie ?
- Attends, on va essayer ça !
- Mmmmmmh… »

Amaryllis se recroquevilla dans son lit. Sa douce et chaude couverture venait de lui être ôtée. Elle geignit encore un petit peu avant de finir par ouvrir les yeux.

« Hé bah dis donc ! Je vais finir par t’acheter un lit sauteur pour te réveiller. ! »

Lilly se tenait près de son lit, déjà toute habillée. Amaryllis se frotta les yeux et s’assit difficilement dans son lit. Elle jeta un coup d’œil à sa montre, posée sur sa table de chevet, et se rendit compte qu’il était déjà plus de huit heures. Par Merlin, elle était sacrément en retard !

« Mais… J’ai ENCORE dormi toute la nuit ?! » Deux semaines de nuits quasiment complètes, depuis quand cela ne lui était pas arrivé ? La jeune Poufsouffle avait toujours eu des problèmes de sommeil. Elle était souvent la dernière couchée et la première levée, si bien qu’elle avait fini par se contenter de quatre à cinq heures de sommeil par nuit. Mais depuis juin dernier, ses nuits, en plus d’être courtes, s’étaient trouvées perturbées par des cauchemars incessants. « Oui !! Et j’ai même pas été réveillée une seule fois. » Lilly lui adressait un large sourire. Sa pauvre camarade de chambre devait en effet subir ses réveils nocturnes presque chaque nuit. Mais au lieu de s’énerver, Lilly avait été très douce avec Ama. Ensemble, elles avaient cherché un moyen de supprimer les cauchemars qui leur gâchaient leurs nuits. Tisanes, huiles essentielles, sortilèges… Elles avaient tout essayé. Parfois, certaines techniques marchaient pour une nuit, voire même quelques semaines. Mais chaque fois, Amaryllis avait l’impression que les cauchemars revenaient encore plus violents. A bout de solutions, Lilly avait fini par convaincre son amie d’aller voir Mrs Pomfresh. Elle n’avait pas trop eu besoin de s’expliquer. L’infirmière avait vite compris, lui ayant procuré les premiers soins en juin, avant qu’elle soit transférée à Ste Mangouste. Elle lui avait donné une grande fiole dont elle devait boire trois gorgée avant de dormir, et une plus petite en cas de besoin. Sous entendu, si ses angoisses devenaient trop difficiles à gérer. « Bon allez je te laisse, Hailey m’attend dans la salle commune pour aller déjeuner. On se rejoint en bas, je te laisse te préparer ? » Lilly lui adressa un clin d’œil et Ama lui répondit par un sourire.

Les deux jeunes filles s’étaient par conséquent beaucoup rapprochées cette année, avec le départ de May en France et le passage de Juliet et Avril à Nuncabouc. Maintenant, elles n’étaient plus que deux dans le dortoir, qui leur semblait bien vide…La demi-vélane ne pourrait cependant jamais remplacer May. La touffe de cheveux roux de sa meilleure amie lui manquait, tout comme ses maladresses, ses blagues, sa joie de vivre. Pour la protéger, elles ne pouvaient même pas s’échanger de courrier. Amaryllis espérait juste que May allait bien… Pendant qu’elle laissait vagabonder son esprit, elle avait entrepris de s’habiller. Alors qu’elle enfilait ses chaussettes, elle se rendit compte qu’elle avait mis sa jupe sans retirer son pyjama, et qu’elle avait oublié de mettre sa chemise sous son blazer. Elle poussa un long soupir avant de remettre tout dans le bon ordre. L’un des effets indésirables de la potion. En général, cela se dissipait avec un grand verre de jus de citrouille.

Quelques heures plus tard, Amaryllis se laissa tomber sur le banc des Poufsouffles, dans la Grande Salle. La journée avait été longue, entre un cours d’Histoire de la Magie soporifique le matin et un cours d’Art de la Magie Noire pendant lequel ils avaient étudié les douze moyens de torture les plus efficaces pour faire avouer quelqu’un… La petite Poufsouffle sortait de ce cours complètement lessivée, et elle devait retrouver Carlie pour partager un goûter bien mérité. Cependant, la préfète-en-chef n’était pas encore là. Amaryllis sortit ses cours et commença à travailler. Depuis qu’elle dormait mieux, ses résultats en cours s’était bien améliorés. Elle arrivait à se concentrer quand elle était en classe, et elle retenait beaucoup mieux ses cours. Le professeur McGonagall avait même recommencé à lui donner des cours avancés de Métamorphose. Elle était d’ailleurs en train de rédiger un parchemin sur le sortilège d’Hominus Apparitus, qui était au programme des septièmes années.

Alors qu’elle hésitait sur la formulation d’une phrase, elle laissa sa plume en suspens. Son regard se balada vers la table des professeurs, vide à cette heure-là. A part quelqu’un, dans le fond. Et le visage qu’elle découvrit lui glaça le sang. Sa plume retomba sur son parchemin et l’encre s’y répandit en plusieurs grosses tâches. C’était impossible. Comment se faisait-il qu’il soit là ? Elle avait la douloureuse impression que son corps s’était remis à brûler. Elle ne devait pas se laisser aller. Elle ne devait pas. Sinon, elle n’arriverait plus à contrôler son corps et ses cicatrices deviendraient visibles pour tout le monde, et elle devait à tout prix éviter ça. Mais elle tremblait si fort et sa respiration se faisait de plus en plus rapide. Elle sentait ses bras et son visage la picoter, sensation d’ordinaire douce qui précédait ses métamorphoses physiques. Il fallait que quelqu’un arrive, la rassure, la mette à l’abri… Jimmy, Carlie, Meredith, Lina… Où étaient-ils ?!

Une main se posa alors sur son épaule. Amaryllis eut l’impression qu’on la tirait hors de l’eau. Elle reprit une grande respiration et se tourna vers la personne qui se trouvait derrière elle. « Hea-Heather ?! » La surprise devait se lire sur son visage. La sixième année s’était attendue à tout le monde, sauf à la Serpentarde. Elle dissimula ses mains sous la table et baissa la tête, espérant qu’Heather ne se rende pas compte des traces qui marquaient sa peau. Son regard se posa sur sa toute petite fiole, dans son sac. En cas de besoin. Sa main plongea dans son sac pour en sortir l’objet, et elle but son contenu d’une traite. Instantanément, elle sentit tous ses muscles se détendre et toutes ses pensées négatives se dissiper. C’était étrange comme sensation. Elle regarda ses mains : plus la moindre trace de cicatrice. « Salut ! Comment tu vas ? » Elle adressait maintenant un large sourire à son amie. Elle était elle-même déroutée par ce brusque changement de comportement, mais elle devait avouer que c’était plutôt agréable de ne plus sentir cette boule au ventre qui ne la quittait plus depuis longtemps. « Tiens, j’étais en train de travailler sur ton devoir d’Hominus Apparitus. Oh, j’ai fait une tâche d’encre… » Oubliée la guerre, oubliés les Carrow, oublié le Mangemort et son maléfice incandescent… Soudain, l’encre sur le parchemin de métamorphose était devenue la chose la plus importante aux yeux de la Poufsouffle.

_________________
Frail Flower
Je viens du ciel, et les étoiles entre elles, ne parlent que de toi
D'un musicien, qui fait jouer ses mains, sur un morceau de bois
De leur amour, plus bleu que le ciel autour



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Lundi 1er décembre 1997] Toute femme blessée est contrainte à la Métamorphose [Heather]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» si tout homme ment, toute femme ment, mais beaucoup mieux [Cain N. Scott]» Je suis nue bordel! - LIBRE» Lundi 30 Décembre 2013» [8 décembre 1997] Revealing the unseen» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Rez-de-chaussée et sous-sol :: Grande Salle-