AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
    INCRUSTE MAN
MESSAGES : 925
MessageSujet: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Mar 20 Fév 2018 - 10:52

Il existe dans notre Histoire des moments où la liberté et la sécurité d'une population disparaissent, sans crier gare, en pleine nuit ou au petit matin. On se réveille alors dans un univers différent, avec d'autres règles. On voit ses voisins, ses proches être emmenés puis disparaître. S’il existe des endroits où l'espoir n’a jamais été autre chose qu'un rêve, il en existe où les gens vivent confortablement enveloppés dans leur liberté depuis des siècles. Jusqu'au jour où eux-mêmes se retrouvent prisonniers de leur propre pays. Bienvenue dans l’Angleterre sorcière de 1997.

Les assassinats d'Amélia Bones et du professeur Dumbledore avaient changé bien des choses, à commencer par la peur qui s'était répandue à l'évocation du nom Voldemort. Sous couvert d’assurer la sécurité à grand renfort d’exubérantes démonstrations de force, le Ministère était petit à petit tombé dans des dérives qui eurent tôt fait de précipiter sa chute. Comme une maison en bois dévorée par les termites. Très vite, la population inquiète fut abreuvée de mensonges. Dans les semaines qui suivirent le changement de gouvernement, les meurtres, les enlèvements et les disparitions augmentèrent. La paranoïa, les rafleurs, les arrestations, la commission des nés-moldus, les rumeurs, les changements à Poudlard, la presse de propagande… Chacun assistait, impuissant, à la disparition de l’idée même de démocratie.

A présent, Harry Potter, Hermione Granger et Ronald Weasley étaient sur tous les avis de recherches, étiquetés en ennemis publics. Où étaient-ils et que faisaient-ils ? Dans un Poudlard coupé du monde, peu entendirent parler de leur intervention au Ministère. A l’inverse, les exactions commises par les Carrow et le Professeur Rogue commençaient à avoir leur lot de conséquences, à commencer par une douloureuse prise de conscience collective.


A partir du Samedi 19 Octobre 1997.
Le souvenir de la nuit de souffrance était imprégné de violence et de haine. Malgré tout, l'intervention du Professeur McGonagall, bien que tardive, fut d’un secours inespéré. Poussé hors de la torpeur, du sang et des cendres, un courage au goût de rébellion émergeait lentement.

Ginny, Neville et Luna avaient essayé, tout au long du mois, de réunir un maximum de résistants. Ils s'étaient d’abord tournés vers des élèves qui avaient combattu les Mangemorts à leurs côtés quelques mois plus tôt. Parmi ceux-là, Amaryllis Douverisa, Eleana Jenkins, Carlie Peters ou Tony Garner. Ils avaient également rappelé tous les anciens membres de l’Armée de Dumbledore dont la loyauté n’était plus à prouver.

Ceux qui étaient restés dans les rangs jusqu'en septembre 1996, ceux qui n'avaient pas toléré le régime des Carrow et qui l'avaient contesté en agissant discrètement de leur côté, devaient également être conviés. Mais il était encore trop tôt pour les croire avec certitude, car lors d'une guerre les gens changent, la confiance est un luxe et les âmes sont mises à rude épreuve.


Dimanche 16 Novembre 1997.
La Salle sur Demande, dans son habit de salle d’entraînement, avait à peine changé de celle du temps d’Ombrage. Les mêmes mannequins armés, les mêmes livres empilés dans leurs étagères. Une agitation étouffée témoignait de la présence de ses anciens occupants : Ginny et Luna, assistées de Seamus, s’affairaient à faire entrer par petits groupes une masse silencieuse d’étudiants. Quand chacun fut installé et attentif, la sœur Weasley prit la parole.

- Bonjour. Merci à tous d'être là.
- Et bienvenue à ceux qui nous rejoignent, rajouta Luna avec un sourire aux nouveaux membres de l'AD.
- On vous a rassemblés ici car vous êtes membres de cette organisation qui, du temps d'Ombrage, résistait déjà. Aujourd'hui l'oppression est revenue plus forte et si vous êtes parmi nous c'est que nous avons confiance en vous. Il ne s'agit plus seulement de s'entraîner pour devenir plus fort, il s'agit d'agir.

A cet instant, Neville entra dans la Salle sur demande. Il était suivi d’une petite forme maigre, qui, en entrant dans la lumière, se révéla être Meredith Breckenridge. Tout de suite, des murmures s’élevèrent, des regards alarmés s’échangèrent. La préfète qui ,par ses attitudes, laissait sous-entendre son ralliement à la cause des Carrow venait-elle vraiment d’entrer dans ce lieu sacré qu’était leur quartier général ? Etaient-ils donc tous condamnés et déjà vendus ?

- Elle est avec nous, rassura Neville. Je m'en porte garant.

Malgré ces paroles voulues apaisantes, la vague de haine qui s’était soulevée à l’entrée de la jeune fille ne baissa pas d’intensité. Au contraire, beaucoup chuchotèrent entre eux que même Neville s’était fait berner. Pour les plus sceptiques, un vague doute s’installa. Il ne restait plus à la jeune fille qu’à faire ses preuves et convaincre chacun de la légitimité de ses actes et de sa présence.

- Moi je la crois des nôtres, crut bon d'informer Luna.

Un silence. Puis Ginny reprit, comme si rien ne s’était passé.

- Nous avons besoin des compétences et des connaissances de chacun. Il serait inconcevable d'attaquer les Carrows directement. Mais par nos actions, nous pouvons rendre leur vie aussi pénible qu'ils rendent la nôtre épouvantable. Nous pouvons tenter de les ralentir.
- Nous devons aussi aider ceux qui sont victimes du régime à mieux vivre leur quotidien. Je pense aux Nuncaboucs en priorité, mais aucune victime d'oppression et de souffrance depuis la rentrée ne doit être oubliée.

Ces premières suggestions devraient pouvoir parler à l'ensemble des élèves présents. Il y avait très certainement dans le lot des volontaires électriques, prêts à passer à l'action. Mais il fallait aussi s'adresser aux personnes plus calmes et réservées qui ne se lanceraient pas dans le feu de la bataille sans un calcul long et méthodique.

- Bien sûr, vous vous doutez que tout cela n'est pas sans risques. La nuit du 17 octobre l'a démontré à nos dépens. C'est pourquoi votre degré d'investissement sera un choix personnel, que nous ne voulons pas influencer. Rien ni personne ne vous oblige à vous exposer en première ligne. Nous aurons autant besoin de personnes discrètes pour espionner les pro-Carrow, que d'autres pour aider ceux qui sont le plus en difficulté. Tout le monde, avec son vécu et ses capacités, est important. Et quel que soit le rôle qui vous sera confié ou que vous choisirez, il est primordial de toujours rester extrêmement prudents et ne surtout jamais foncer la tête baissée sans informer les autres au préalable !

Cette dernière remarque n'était pas innocente, et s'adressait à des personnes bien particulières qui se reconnaîtraient sans aucun doute. Le projet de renaissance exposé, il ne restait plus qu'à savoir qui était partant, et qu'est-ce qu'ils souhaitaient faire. Voyant que les chuchotis ne donnaient pas lieu à une véritable prise de parole, Ginny décida de montrer l'exemple. Elle fut la première à se prononcer.

- Je connais la plupart des passages secrets du château. On peut les mettre en commun. Comme ça, si vous vous trouvez dans une situation délicate, vous pourrez plus facilement vous faufiler et semer la personne qui vous pourchasse.

Avec des frères tels que Fred et George et après avoir fréquenté Harry Potter, la cadette des Weasley ne pouvait ignorer ces accès interdits. Émettre des idées à voix-haute était une bonne chose, mais pour mieux les formaliser, Ginny se tourna vers le tableau, pour y inscrire ce qui suit :

Citation :
GINNY WEASLEY - 6ème année
Connait les passages secrets du château
Prête à prendre des risques / être dans l'action

Lorsqu'elle eut terminé, elle se retourna vers les élèves amassés.

- Lorsque tous ceux voulant agir avec nous se seront inscrits sur ce tableau, nous pourrons avoir une vue globale et réellement commencer à nous organiser. Nous ne connaissons pas tout le monde. Elle s'écarta du tableau.Quelqu'un se débrouille t-il en dessin ? On pourrait faire un plan de l'école en y indiquant les passages secrets, par exemple, pour que tout le monde puisse s'y retrouver. Qu'en pensez-vous ?

Pendant qu'elle soumettait cette dernière suggestion, Neville et Luna avaient eux-aussi inscrit leurs noms sur le tableau.

Citation :
NEVILLE LONDUBAT - 7ème année
Connaissances en botanique
Prêt à en découdre

Citation :
LUNA LOVEGOOD - 6ème année
Voit les Nargoles. Sait dessiner. Peut faire passer des articles dans le journal Le Chicaneur
Investissement maximum

- Si vous ne savez pas trop ce que vous pouvez apporter au groupe ou si vous le souhaitez, n'hésitez pas à en discuter, partagez vos doutes et questions. Nous verrons ensemble ce que nous pouvons faire.

Ainsi s'était lancée la Résistance. Sur le terreau des membres de l'Armée de Dumbledore, une organisation commençait à se profiler, voulant aboutir à un véritable système, un bastion d'opposition. Il leur fallait à tout prix répondre à l'oppression. Par tous les moyens, grâce aux compétences de tous, et avec une seule idée en tête : survivre et faire perdurer l'espoir

[HJ : Voici venu le temps des rires et des chants de l'AD !
Cette première réunion pour la résistance à Poudlard sera divisée en deux parties. Vous avez jusqu'au 15 avril 2018 pour poster à la première.

Ce sujet est réservé aux résistants/membres de l'AD.
Le trio (Harry, Hermione et Ron) sera amené à intervenir en flash-back dans ce rp. Leur contribution mystère sera diffusée dans un second temps.

Nous espérons que cette animation vous plaira. A vos plumes et baguettes, très chers !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème annéePréfèteModo Cœur de Lion
    GRYFFONDOR
    5ème année
    Préfète
    Modo Cœur de Lion
AVATAR : Saoirse Ronan
MESSAGES : 952

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 15 mars 1982, à Plymouth.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Mar 20 Fév 2018 - 17:40



Passant une main dans ses cheveux épais, arrêtée devant une fenêtre délivrant une vague de lumière, Meredith se tenait debout, dos droit et menton haut, les yeux clos. Comme un chat, elle prenait le soleil et sa chaleur réconfortante tout contre elle avec délectation. La sensation de sa peau lentement enveloppée dans ce duvet de fin de matinée lui remplissait le cœur et apaisait son appréhension. Elle n’entendait plus rien d’autre que la rumeur des couloirs adjacents, le cri des oiseaux, le frottement de ses propres vêtements contre sa peau, l’amplitude de sa respiration. Elle sentait la présence de Neville qui l’attendait, à quelques mètres de là, lui accordant patiemment cet instant de calme avant que tout ne s’accélère. Elle avait l’impression de se diriger vers un champ de bataille, ou une table de poker, s’attendant et se préparant à un rude combat à un contre vingt. Cela bien sûr ne la laissait pas de marbre – elle avait mal au ventre depuis deux jours, et ce matin, n’avait pas pu réfréner ses tremblements à l’idée de devoir enfin se découvrir, se dévêtir. Le soleil, bienveillant, aidait un peu. Mais sitôt qu’elle rouvrirait les yeux et emboîterait le pas à son partenaire, tout cela reviendrait. Respirant profondément, elle s’ordonna de garder contenance, de rester digne, et de faire honneur.

Depuis le temps qu’elle attendait cela. Depuis le premier jour, depuis qu’elle avait plongé sa main dans le bain d’acide, elle s’était conditionnée, avait gardé les yeux fixé sur sa peau lentement rongée par le quotidien, et sur ce point, ce point lumineux et terrifiant qui chasserait un peu des nuages noirs qu’elle avait attirés sur elle. C’était maintenant, il fallait qu’elle arrête de regarder en arrière et qu’elle saisisse pleinement sa chance. Qu’elle soit convaincante. Qu’elle se convainque elle-même. Ça allait être difficile, vraiment difficile, de se faire pardonner. Elle essayait de ne pas y penser. Ayant refusé d’écrire un quelconque discours, de préparer sa prise de parole qui serait immanquable, il lui faudra improviser. Cela devait sortir du fond d’elle-même, parler d’elle, parler d’eux, et dire tout ce qu’il fallait. Elle se laisserait cracher dessus, se laisserait tout reprocher, mais allait écrire son fichu nom sur la liste. Et ainsi, tout le monde verrait. Ils comprendraient.

Emplie de cette certitude, elle quitta son cocon et rejoignit Neville. Ils en avaient suffisamment parlé ensemble, et ne reviendraient pas dessus. Ginny, Luna et lui seraient à ses côtés. Elle ne serait pas complètement seule, du moins au début. Mais à l’instant où elle ouvrirait la bouche, cette fois-ci, elle n’aurait personne. C’était elle contre eux. Un doute horrible s’empara d’elle alors que la porte de la salle sur Demande apparaissait lentement devant eux, répondant au souhait de Neville qui faisait les cent pas devant le mur. Et si … ?

La porte s’ouvrit lentement. Tout le monde était déjà dedans. Ginny parlait avec emphase, Luna observait avec son éternel sourire. Puis tout le monde s’arrêta de respirer quand ils virent qui arrivait. Les miasmes de ressentiment lui parvinrent assez rapidement, des regards, des murmures, tout lui entra dans la tête et tourna un instant avant que, d’un revers de courage, elle ne les chasse. Elle gardait le menton droit, ne voulant refléter ni honte, ni peur, ni arrogance, il n’y avait aucune raison pour qu’elle ressente cela.

« Elle est avec nous. Je m'en porte garant. »
« Moi je la crois des nôtres. »

Ginny ne dit rien, mais considéra le sujet clos, et reprit ses explications, libérant pour un instant l’attention de la préfète. Cherchant un regard doux, elle capta très vite celui débordant d’affection d’Amaryllis, ce qui lui rendit immédiatement la confiance dont elle manquait. Elle ne savait comment elle ferait sans la petite Poufsouffle. Esquissant un petit sourire à son amie, elle se concentra sur ce que disaient ses compagnons. Elle savait déjà tout cela, mais ne souhaitait pas détonner par la suite. Alors, patiemment, elle écouta. Son esprit s’accrochait à chaque seconde, refusant de la laisser glisser. Pourquoi anticipait-elle tant le moment où elle devrait s’expliquer ? Pourquoi associait-elle cela à un moment négatif ? Elle n’attendait que cela. Prouver sa bonne foi. Regagner les confiances et les amitiés. Mais quelque chose clochait. L’idée la frappa en plein front, et elle tressaillit brusquement en se disant que peut-être ne voulait-elle pas que sa couverture tombe comme ça. C’était si étrange, mais une toute petite part d’elle aurait voulu qu’un la dénonce avant, qu’elle se fasse torturer sur la place publique, désignée martyre de la résistance, et que chacun de ceux qui dans cette pièce l’avaient haïe pendant ces premiers mois, avaient murmuré dans les couloirs, craché des insultes et des malédictions, se soient rendus compte de l’énormité de leur méprise et s’en sentent coupables. Et qu’ils s’en mordent les doigts. Mais cette pensée s’évanouit aussi vite qu’elle était venue, alors que la lionne blêmissait de l’horreur de sa nature. Elle se sentait si corrompue à l’intérieur, si venimeuse, emplie d’une morgue qu’elle n’avait jamais connue auparavant et qui, petit à petit, l’assombrissait.

« Si vous ne savez pas trop ce que vous pouvez apporter au groupe ou si vous le souhaitez, n'hésitez pas à en discuter, partagez vos doutes et questions. Nous verrons ensemble ce que nous pouvons faire. »

Le ton de Ginny avait baissé, annonçant la fin de son discours. La préfète comprit alors que c’était son tour. Depuis le début, elle se tenait proche de Neville, bien qu’un peu en retrait. Elle avança alors de deux pas, signifiant à tous qu’elle allait parler. Son visage était dans la lumière, mettant en évidence son visage émacié qu’elle avait pris soin de ne pas maquiller ce jour-là. A part sa maigreur notoire et ses cernes violacées, elle n’avait pas changé tant que cela. Tout ceux ayant déjà eu un contact avec elle devaient s’en souvenir, de comment elle était « avant ». Eh bien qu’ils s’en souviennent bien, s’en imprègnent et l’écoutent, car elle était de retour dans la partie.

« Bonjour à tous. » Trois mots, un souffle, mais la petite fut heureuse de ne pas s’entendre trembler. A l’intérieur, elle avait envie de vomir. « Je suis une préfète des Carrow. Vous tous ici ne le savez que trop bien. Je sers leurs desseins, accomplis leur volonté, et plus que cela, j’en rajoute. C’est un fait. » Elle balaya l’assemblée de son regard clair, chaque mot lui donnant un peu plus d’envie d’en finir avec cette aberration.

« C’est difficile à entendre, j’en ai conscience. Mais tout ce que j’ai fait, depuis le premier jour, je l’ai fait pour vous. Pour Poudlard. Pas pour servir une idéologie monstrueuse et un système pervers. Je hais ce système, je hais les Carrow, je les méprise de toute mon âme. Mais on m’a plantée cette fichue insigne dans la poitrine. » Elle la montra ostensiblement, son visage crispé, transporté. « Et plutôt que de me résigner, j’ai décidé d’agir. Le premier jour. Le tout premier. Je suis allée voir Neville et je lui ai dit cela. Il m’a crue, je l’en remercie. Puis c’était parti. Il fallait que je sois crédible. Que je me rende utile, servile, afin qu’ils endorment leurs soupçons. Et que le moment venu, je puisse frapper de l’intérieur. »

Elle prit une pause, enivrée, exaltée par cette vérité qui sortait enfin de la nasse dans laquelle elle s’enfonçait depuis septembre. Elle laissait les mots sortir d’elle-même, refusant le pathétique, refusant de se lamenter sur son sort, de crier, de pleurer. Elle disait les faits, comme ils étaient, tout simplement.

« Je suis tellement désolée d’avoir agi comme je l’ai fait. J’ai essayé au maximum d’épargner les plus jeunes, je proposais des punitions inoffensives que je surveillais moi-même afin de limiter les sévices. Toutes les nuits, je suis dans les couloirs, à la place de ceux qui n’hésiteraient pas à vous Endoloriser pour une infraction mineure. Les préfets ne sont pas des privilégiés. Tout au contraire. »

Saisissant la craie, elle s’inscrit aux côtés de Luna et Neville. L’acte était symbolique, signait son engagement dans la résistance, et son acte de mort si ce tableau venait à être découvert. Ce n’était pas anodin, et elle prit soin de le montrer sur son visage grave quand elle leur fit à nouveau face.

Citation :
Meredith Breckenridge.
Préfète, 5e année
Infiltrée

« Je peux paraître inexcusable pour beaucoup. Et je continuerai à agir de la sorte tant que ce sera nécessaire. Mais sachez qu’à chaque insulte, à chaque humiliation, je me raccroche à la raison pour laquelle je fais cela. Résister, c’est tout ce qui compte. Je vous demande donc de me comprendre, et de mettre vos rancœurs de côté pour que nous puissions avancer ensemble. Sinon, tout cela aura été vain. Merci. »

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Katie McGrath
MESSAGES : 462

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Sam 21 Avr 2018 - 23:12



La Préfète des Poufsouffle fut tout simplement émerveillée. Bien sûr, elle avait entendu parler de la Salle sur Demande, mais comme bien d'autres sorciers, elle avait cru à une légende. Avec un petit sourire en coin, Lina s'amusa du fait que les sorciers, parti intégrante de ce qu'on supposait être le folklore, puissent être aussi septiques. Avec un ravissement certain, malgré les enjeux de la réunion, la jeune femme prit un coussin particulièrement gros et s'installa dessus, face à Luna et Ginny. D'ailleurs, ce fut cette dernière qui prit d'abord la parole. Lina posa son coude sur son genoux et son menton au creux de sa main. Elle nota la prudence des sorciers debout face à elle : ne pas influencer, ne forcer personne. La Préfète avisa le panel d'expressions offert par ses camarades : certains semblaient résigner à se battre, d'autres, prêts, jouer déjà avec leur baguette, quelques uns portaient sur eux une angoisse certaine. Tous avaient l'air d'être d'accord pour mettre en place une résistance au sein de l'école, mais il était évident qu'ils avaient encore tout à faire.

« Nous avons besoin des compétences et des connaissances de chacun. Il serait inconcevable d'attaquer les Carrows directement. Mais par nos actions, nous pouvons rendre leur vie aussi pénible qu'ils rendent la nôtre épouvantable. Nous pouvons tenter de les ralentir »

Lina tiqua sur la phrase de la sœur Weasley. Des compétences ou des connaissances.. ? La sorcière tenta d'établir un inventaire. Elle avait fait parti du club de Duel pendant de nombreuses années, mais de là à dire que c'était une combattante... Il y avait un fossé immense entre se battre dans un endroit sécurisé avec un professeur et se retrouver nez à nez avec Mangemort dont l'unique ambition est de vous écarté de son chemin, quel que fut la méthode. Mais enfin, Lina pouvait toujours supposé posséder certains « bons réflexes » en matière de combat. Quand aux connaissances. Eh bien elle avait celles qu'une bonne élève de septième année. Plus tout ce qu'elle avait acquis avec  toutes les conversations théoriques du temps où Hermione Granger était là. Comme tous les enfants qui avait un parent au Ministère, elle connaissait certaines personnes au placées, certaines lois, etc... Mais a priori rien d'utile à Armée de Dumbledore.
Il y avait aussi autre chose. Un don qu'elle possédait et, elle était pratiquement sûre d'être la seule élève à Poudlard a avoir le fameux Troisième Œil, pour reprendre l'expression de Trelawney. Mais voilà, elle avait toujours gardé cette capacité extraordinaire pour elle. Le nombre de personnes au courant pouvaient se compter sur les doigts d'une seule main. Et puis... Était – il vraiment pertinent de révéler au grand jour qu'elle était une voyante ? La sorcière maîtrisait encore mal son don. Et puis, chaque fois qu'elle avait cherché à voir le futur concernant cette guerre, les réponses apportées avaient toujours été décevantes ou particulièrement floues. Manifestement, rien n'était encore joué. Gênée de garder son secret et en même temps incapable de le divulguer, Lina passa nerveusement sa main dans ses épais cheveux couleur ébène et joua machinalement avec une mèche bouclée. Elle ne releva le nez qu'en saisissant un changement dans l'atmosphère. Inquiète, elle jeta un coup d’œil autour d'elle. Enfin, en compagnie de Neville, la voyante perçu la cause du trouble généralisé.

Meredith Breckenridge.

Élue officiellement pire traîtresse de l'école, la jeune lionne s'avança d'un pas mesuré vers l'assemblée. Lina ne connaissait absolument pas cette fille d'à peine quinze ans, mais elle avait entendu toutes les rumeurs à son sujet et surtout, elle avait vu une Gryffondor, consentir à ce qui ce tramait à Poudlard. Lina pinça les narines. Pourtant, elle nota l'air fatiguée de la sorcière aux yeux. La jaune et noire fronça ses sourcils et écouta attentivement le discours de sa collègue. En fait, l'élève de Goldric semblait tout à fait sincère et les raisons qu'elle évoquait étaient, somme toute, d'excellentes raisons. Pourtant, elle avait si justement joué son rôle, qu'elle avait semé dans l'esprit de chacun la graine du doute. Meredith c'était prêté à un jeu particulièrement dangereux. Lina leva les yeux vers Neville, Ginny et Luna qui, manifestement, lui faisait totalement confiance. Quand la Gryffondor se dirigea vers le tableau pour y ajouter son nom, la blairelle porta une certaine attention à ce qu'elle écrit. Juste en dessous de son patronyme, l'adolescente ajouta le terme « infiltré ». Si Lina n'était pas convaincue à 100%, elle devait au moins admettre que la sorcière face à elle était très courageuse et audacieuse, surtout pour son âge, ce qui fascina presque Lina qui pendant un bref instant ne se concentra sur une mèche de cheveux, d'un châtain clair qui rebondissait sur l'épaule de Meredith

Enfin, elle se leva à son tour avec un décidé et se dirigea vers le tableau. Elle jeta un regard inquiet au trio d'argent : elle espérait vivement que leurs noms ne resteraient par là éternellement et qu'aucune liste susceptible de se perdre ne serait clairement établie. Avec soin elle nota son nom et sans doute ses deux meilleurs capacités à ce moment précis.

Inscription a écrit:
LINA H. KAVELINE - Préfète, 7ème année
Duelliste - prête à agir coûte que coûte.



Oops:
 

_________________
"Du chaos naît une étoile"

EVERYONE YOU MEET IS FIGHTING A BATTLE YOU KNOW NOTHING ABOUT. BE KIND. ALWAYS.




Dernière édition par Lina H. Kaveline le Jeu 26 Avr 2018 - 3:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR6ème annéeCapitaine de Quidditch
    GRYFFONDOR
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Josh Hutcherson
MESSAGES : 660

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En coupla avec Amarylllis Douverisa ♥
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 7 Août 1982
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Dim 22 Avr 2018 - 21:59



A côté de Pol, Jimmy attendait, patient et curieux. Il n’avait pas rejoint l’armée de Dumbledore pendant sa quatrième année, alors que Poudlard avait été mise entre les mains peu scrupuleuse de Dolorès Ombrage. Pol si. Et si le meilleur ami du capitaine de Quidditch des rouges et or n’avait pas insister pour que Jimmy rejoigne les rangs à l’époque, cette année avait été tout à fait différente. C’était le petit-fils de l’antiquaire qui avait demandé à rentrer dans ce cercle très fermé, ou la confiance était indispensable. Et pourquoi ? Tout simplement parce qu’il en avait assez de rester sur le côté. Il en avait assez de ne rien faire pour sa liberté et celle de ces amis. Il voulait être utile, montrer qu’il était capable de se battre aussi. Il était tout simplement temps de faire sortir le lion qui sommeillait en lui.  Et même si tout cela l’effrayait, il comptait bien aller au bout des choses. Pour cette première réunion secrète de l’année, Jimmy, les mains dans les poches de son pantalon, resta donc très attentif. Il écouta Ginny commencer son discours.

Et puis, des murmures commencèrent à s’élever dans le groupe d’étudiant. « Qu’est-ce qu’elle fout là ? » siffla Pol, à ses côtés. « Qui ça ? » demanda Jimmy, qui ne voyait pas de qui il s’agissait. « A ton avis ? » murmura-t-il, froidement. Et avant même de voir le fin visage de la jeune femme en question, le capitaine des rouges et ors savait qu’il s’agissait de Meredith. Cette dernière, de mèche avec les Carrows depuis le début de l’année, n’avait rien fait pour laisser croire à ses camarades qu’elle était de leur côté. Neville et Luna la croyait, visiblement. Jimmy aussi. Il connaissait Meredith, et l’appréciait. Et s’il n’avait pas réellement accepté tout ce qu’elle avait fait lors de ce début d’année, tout était maintenant très clair. Et Meredith lui confirma tout cela avec ces explications. Une espionne, en somme. Le mouton blanc au milieu des loups. Jimmy trouvait tout cela bien courageux. Comment avait-elle tenu jusque-là ? Tout le monde avait été contre elle, même les membre de sa propre maison, alors, comment avait-elle fait ? Jim était admiratif de Meredith. Il ne l’aurait jamais pensé capable d’une chose pareille, et pourtant, ce petit bout de femme un an plus jeune que lui, l’avait fait.

Tandis que Meredith continuait son speech, Jimmy laissa Pol bougonner tout seul pour se rapprocher d’Amaryllis. Il n’était guère surpris de la trouver là, et s’en trouva même soulagé. Elle faisait partie de sa motivation première.  Il n’avait pas réussi à la protéger lors de l’attaque de Poudlard en fin d’année dernière, il ne comptait pas revoir cela se reproduire. Sans dire un mot, il déposa un baiser délicat sur la joue de chérie, avant de lui adresser un large sourire. Et puis, à la suite de Lina, il se dirigea vers le tableau. Il s’arrêta au niveau de Meredith. « Tu es plus courageuse que nous tous réuni. » souffla-t-il, à son intention, avant d’attraper une craie et d’écrire son nom sur le tableau.

Citation :
Jimmy Kent
Capitaine des Gryffondor, 6ème année
Anything

Il se retourna alors, et croisa le regard de Pol, qui, déterminée malgré les circonstances, lui attrapa la craie des mains pour écrire à son tour son nom sur la liste.

Citation :
Pol O’Malley
6ème année
Anything 2.0

« Je savais que je pouvais compter sur toi malgré tout ! » lui murmura Jimmy à l’oreille, alors qu’ils retournèrent à leur place. Ils étaient tous les deux prêt à faire bouger les choses. Et maintenant, il n'y avait plus qu'à attendre la suite.

HRP:
 


_________________
All I want is to fly with you. All I want is to fall with you. So just give me all of you. Nothing can keep us apart. 'Cause you are the one I was meant to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 739

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En couple avec le plus beau des lionceaux aka Jimmy
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Jeu 26 Avr 2018 - 2:39



C’était étrange de se retrouver à nouveau dans cette Salle Sur Demande, quasiment identique à celle qui avait accueilli l’Armée de Dumbledore deux ans plus tôt. Amaryllis se sentait apaisée de retrouver cette atmosphère. Elle ne pouvait pas dire que cela lui avait manqué, mais elle était rassurée que ces réunions secrètes reprennent, ne serait-ce que pour avoir un endroit hors de tout ce qui se passait actuellement à Poudlard et dans le reste du monde magique.

En jetant un œil vers l’Assemblée, elle reconnaissait bon nombre de visages. Luna, déjà, qui l’avait accueillie avec un grand sourire, qu’Amaryllis lui avait rendu. Jimmy et Pol, situés à quelques mètres d’elle. Carlie, bien sûr, toujours présente. Mais aussi Lina, qui n’était jamais venue auparavant à une réunion de l’AD. Stella se trouvait aussi dans un coin, et Amaryllis reconnut aussi le petit Edward. Décidemment, beaucoup de ses amis étaient présents de la salle, ce qui avait pour effet de la mettre en confiance. Oui. Ça se passerait bien. Se retrouver, s’unir, c’était ce qu’il fallait faire maintenant.

« Bonjour. Merci à tous d'être là. »

Ginny avait pris la parole. Il semblait qu’elle ait pris la suite d’Harry, Ron et Hermione, accompagnée de Luna et, de ce qu’Amaryllis en savait, de Neville. Mais où était-il d’ailleurs ? La Poufsouffle balaya l’assemblée du regard, mais ne vit pas le Gryffondor. Elle écouta alors Ginny expliquer le rassemblement du jour, quand Neville fit justement son entrée dans la Salle sur demande. Et il n’était pas seul. Meredith était avec lui. Et à cet instant, Amaryllis ne pouvait être plus heureuse. Mais le reste des élèves ne semblait pas partager son sentiment. Et pourtant… Enfin ! Depuis le début de l’année, la Poufsouffle savait que son amie ne faisait que jouer un rôle, et c’était si difficile d’entendre tout le monde cracher dans son dos…

« Elle est avec nous. Je m’en porte garant. »

Merci Neville. Luna apporta aussi son soutien, et Ginny enchaîna sur de nouvelles explications. Chacun avait sa place dans l’AD, à la mesure de ses compétences et de son investissement. Pendant ce temps, Amaryllis avait croisé le regard de Meredith. Elle lui avait fait son plus beau sourire, presque celui qui lui était uniquement réservé depuis leur rencontre à la Volière. Le petit sourire timide de la Gryffondor eut le même effet que son éclat de rire ce jour-là. Admirable petite Meredith.

Par la suite, ce fut la fille Weasley qui nota son nom en premier sur le grand tableau qui se situait sur l’estrade derrière elle, rapidement suivie des deux autres nouveaux meneurs de l’AD. Un petit moment moment de flottement s’en suivit, puis Meredith finit par prendre la parole. Amaryllis avait appris à très bien connaître la jeune Breckenridge, et elle pouvait voir à quel point cela la soulageait de dire enfin la vérité. Son rôle et son investissement étaient bien grands pour une toute jeune fille d’à peine quinze ans. Selon l’avis de la Poufsouffle, les élèves devaient l’admirer plutôt que de la haïr, mais elle pouvait comprendre qu’il leur faudrait sûrement un petit peu de temps et beaucoup de persuasion de la part de Meredith pour qu’ils l’acceptent enfin comme une des leurs. Ah, vivement que ce temps vienne !

Une fois Meredith inscrite sur le tableau, ce fut au tour de Lina de se lever. Entre temps, Jimmy avait rejoint la petite Poufsouffle et lui avait déposé un baiser sur la joue. Amaryllis était sincèrement contente que Lina et Jimmy rejoignent l’AD cette année. Deux personnes de plus sur qui compter, et pas des moindres ! Pol nota également son nom sur le tableau, et tendit la craie vers Amaryllis, qui la saisit et se dirigea vers le tableau.

Citation :
Amaryllis Douverisa
Capitaine des Poufsouffles – 6e année


La craie resta en suspens à la surface du tableau. Que pouvait-elle écrire ensuite ? Elle s’était mainte et mainte fois posé la question. Elle voulait agir. C’était pour ça qu’elle était revenue, après tout. Mais chaque matin, elle revoyait ses cicatrices. Chaque nuit, elle revivait ce terrible 25 Juin. Elle se rappelait la peur, la douleur, l’odeur. Ces hommes et ces femmes cagoulés. Non, elle n’était pas prête pour revivre ça. Elle jeta un regard à Meredith, qui était prête à prendre tous ces risques… Et cela lui donna du courage. Du courage pour expliquer aux autres élèves présents dans la salle.

« Je… Je tenais à dire que… » Elle n’était pas à l’aise. Elle se sentait ici bien moins légitime que Meredith, ou que le trio d’argent. « Pour appuyer ce qu’a dit Neville, s’engager en première ligne n’est pas sans conséquences. » Au fur et à mesure qu’elle parlait, elle sentait sa peau se tendre. Les cicatrices réapparaissaient. « Plus personne ne nous protège d’eux maintenant. On a déjà un aperçu de ce qu’ils sont capables de faire ici, à Poudlard. » C’était la première fois que d’autres personnes que sa famille voyaient ses cicatrices. Comme elle ne portait pas sa robe de sorcière, on voyait bien que son bras droit était presque entièrement couvert de marques de brûlures, tout comme sa nuque et le bas de sa joue gauche. Et il restait encore une bonne partie cachée par son chemisier. Carlie et Meredith les avaient déjà vues, quand elles étaient venues lui rendre visite juste avant la rentrée à Poudlard. Mais elle n’avait jamais osé les montrer à Poudlard, notamment pour se protéger et éviter que tout le monde sache qu’elle avait été présente à la bataille, notamment les Carrow. Et puis elle ne les avait jamais montrées à Jimmy, malgré le fait qu’elle sache que cela ne changerait rien entre eux, elle ne voulait pas lui imposer cette vision d’elle, faible et blessée.

« Mais ils peuvent encore faire bien pire. »  Le visage de Catherine. Le visage de Charlotte. « Vraiment, ce que Neville a dit est plus que primordial. N’agissez jamais, jamais seul. Sans lui, je ne serai pas là aujourd’hui. » Sa voix se brisa légèrement sur la fin. Elle essayait d’être forte, mais c’était dur. Elle se tourna vers Neville et lui adressa un sourire. Quelques mois plus tôt, ils s’étaient trouvés unis dans la bataille. Le Gryffondor lui avait assurément sauvé la vie, même si les souvenirs de la blairelle après qu’elle ait reçu le sortilège du Mangemort étaient un peu flou, elle se souvenait de ses bras autour d’elle, de sa voix rassurante, avant le vide.

Amaryllis reprit la craie dans ses mains, et ajouta sous son nom :

Citation :
Amaryllis Douverisa
Capitaine des Poufsouffles – 6e année – Métamorphomage
Liaison avec l’extérieur : possibilité de cacher et protéger des familles, impression et distribution de tracts ?


Elle n’était pas encore prête à retourner dans l’action. La première ligne, ce n'était pas pour elle. Ce n'était pas là qu'elle était la plus utile. Peut-être qu’un jour elle ressentirait le besoin de s’investir plus, mais pour l’instant elle préférait rester sage, notamment par rapport à une promesse faite à ses parents. Plus de risques inconsidérés. Et elle savait que sa famille pourrait l’aider, notamment pour la protection des familles. Nombre d’élèves ne souhaitaient pas se révolter de peur de condamner leurs familles. Et puis elle pouvait toujours trouver un moyen de leur faire parvenir des tracts ou un quelconque papier visant à semer un peu le doute chez les élèves et à remettre en question le système actuel. Oui, si elle réussissait déjà cette mission, ce serait une bonne chose.

La petite fleur tendit la craie à la personne qui venaient après elle, et alors qu’elle allait rejoindre sa place, elle croisa le regard de Meredith. Ce qu’elle put y lire était indescriptible, mais son amie lui avait tellement manquée ! Et en cet instant, la seule chose dont elle semblait avoir besoin, c’était de prendre la préfète dans ses bras. Elle se fichait des gens autour, elle avait juste envie de vérifier, bien qu’elle en soit sûre, que la Meredith solaire et rieuse qu’elle connaissait était toujours là. « Tu m’as manquée Mery… » Son amie était toujours là, plus forte que jamais.


HJ:
 

_________________
Frail Flower
Je viens du ciel, et les étoiles entre elles, ne parlent que de toi
D'un musicien, qui fait jouer ses mains, sur un morceau de bois
De leur amour, plus bleu que le ciel autour



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Vanessa Marano
MESSAGES : 427

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22/10/1979 en Angleterre
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Lun 30 Avr 2018 - 2:00


Quand on ne connaît que la saleté, la douleur et l’indifférence, alors la plus petite once d’espoir peut transformer une vie. A partir du moment où Ariane avait été informée de la résurrection de l’Armée de Dumbledore, son quotidien lui avait tout de suite semblé plus facile à supporter. Elle avait commencé à compter les jours, les heures, les minutes qui la séparaient de la réunion. Le froid dans ce qui leur servait de dortoir était de plus en plus saisissant, mais une flamme nouvelle s’était ravivée dans le cœur de ceux-qui-savaient. Ariane regardait parfois Jude avec ce regard qui voulait dire « Tiens bon, on n’est plus seuls. » Parce que finalement, ils n’étaient plus seuls. D’autres personnes trouvaient ce système injuste. D’autres personnes voulaient se battre et changer les choses.

C’était donc le cœur léger qu’Ariane et Jude s’étaient rendues au premier rassemblement de la nouvelle AD. Même le fait d’avoir servies de cobaye en cours de potion ne les empêcha pas de se réjouir. Elles se rendirent dans le couloir où se trouvait théoriquement la salle sur demande et furent escortées par Ginny et Luna jusqu’à l’intérieur, qui n’avait pratiquement pas changé depuis l’année passée. Les deux jeunes filles prirent place sur des coussins qui se trouvaient au sol.

« Hey Ariane, tu as encore un furoncle dans le cou ! » La jeune Nuncabouc, sur la défensive, se retourna et recula brusquement et dévisagea la personne qui venait de lui adresser la parole. C’était Colin Crivey, qui haussa les sourcils de surprise. « Euh… Je peux te l’enlever, si tu veux ? » Ariane regretta sa réaction qui aurait pu paraître méfiante et agressive. Elle était tellement habituée à être une victime qu’elle ne savait presque plus comment se comporter normalement. « Oh… Oui Colin, merci ! Et désolée, on prend de sales réflexes chez les Nunca’ » Elle adressa un sourire au jeune Gryffondor. Quelques instants plus tard, son furoncle récalcitrant disparut.

Entre temps, la salle sur demande s’était bien remplie. Ariane ne put s’empêcher de sourire en revoyant ces visages qu’elle avait côtoyés ici-même pendant une année entière. La plupart des personnes présentes étaient en effet déjà dans l’Armée de Dumbledore lorsqu’elle était en cinquième année. Le brouhaha s’estompa progressivement quand Ginny et Luna s’approchèrent.

« On vous a rassemblés ici car vous êtes membres de cette organisation qui, du temps d'Ombrage, résistait déjà. Aujourd'hui l'oppression est revenue plus forte et si vous êtes parmi nous c'est que nous avons confiance en vous. Il ne s'agit plus seulement de s'entraîner pour devenir plus fort, il s'agit d'agir. »

De l’action, Ariane ne demandait plus que cela. Elle avait besoin d’un nouvel objectif, d’un nouvel espoir, d’autre chose que le quotidien sombre et morose des Nuncaboucs. Là-haut, dans la tour glaciale, elle ne se reconnaissait plus. Elle voulait être active.

Juste après que Ginny se soit tue, Neville entra dans la salle avec Meredith. Le cerveau d’Ariane cessa de fonctionner en voyant la jeune préfète. C’était tellement surréaliste de la voir ici, après son comportement de ces derniers mois… La brune n’avait d’ailleurs pas compris ce changement si brusque chez sa jeune amie. Il y avait anguille sous roche. Ou même baleine sous gravillon.

Ginny, Neville et Luna continuèrent de parler, mais Ariane avait du mal à se concentrer sur ce qu’ils disaient, tant les murmures autour d’elle la déconcentraient. « Chut ! » intima-t-elle. C’était l’hôpital qui se fichait de la charité, une Ariane qui demandait aux autres de se taire… Du jamais vu. Ginny évoqua les Nuncaboucs, Neville la nuit du 17 octobre, Luna le fait que chacun pouvait être utile. Ils notèrent leurs noms sur un tableau, et Ariane se disait qu’ils avaient fait un long chemin depuis la dernière réunion de l’AD. Autant Ginny ne l’étonnait pas, autant Neville semblait s’être révélé cette année et il prendrait la suite d’Harry, Ron et Hermione. Avec Luna, leur trio semblait étonnant, mais ils avaient tous vécus des moments qui les rendaient plus que légitimes à la tête de l’AD. Si elle n’avait pas été à Nuncabouc… Elle aurait pu en faire partie également, peut-être. Et puis Meredith sortit de l’ombre pour s’exprimer.

« Je suis une préfète des Carrow. Vous tous ici ne le savez que trop bien. Je sers leurs desseins, accomplis leur volonté, et plus que cela, j’en rajoute. C’est un fait. » Ariane, contrairement à beaucoup d’autres dans la salle, n’était pas sceptique. Elle connaissait bien Meredith, et sa maturité l’avait étonnée depuis son entrée à Poudlard. Malgré ses quinze ans, elle avait très bien pu jouer ce rôle à la perfection. « Je suis tellement désolée d’avoir agi comme je l’ai fait. J’ai essayé au maximum d’épargner les plus jeunes, je proposais des punitions inoffensives que je surveillais moi-même afin de limiter les sévices. Toutes les nuits, je suis dans les couloirs, à la place de ceux qui n’hésiteraient pas à vous Endoloriser pour une infraction mineure. Les préfets ne sont pas des privilégiés. Tout au contraire. »

Ariane avait été témoin de ça. Elle avait compris que les préfets étaient tenus en laisse, épiés, surveillés. Ils ne pouvaient faire aucun faux pas. Comme cette fois où Ariane avait été surprise en train de discuter avec Malia. La jeune Serdaigle lui avait passé, le plus discrètement possible, un simple morceau de gâteau. Elles croyaient être seules, mais Meredith était arrivée au moment même de l’échange, suivie par un groupe de Serpentards de Quatrième Année. La préfète avait foncé sur elle, récupéré la nourriture du délit et l’avait écrasée sur la robe d’Ariane. Le regard de Meredith était froid, insondable. Mais la Nuncabouc, ne pouvant pas parler, détourna le regard vers Malia avant de revenir vers la Préfète. Elle hocha négativement la tête de manière très légère, pour indiquer à Meredith de ne pas punir la Serdaigle. La Gryffondor n’avait pas semblé réagir, mais un imperceptible haussement de sourcil avait fait plus ou moins fait comprendre à Ariane qu’elle avait compris. La Préfète avait fini par levé sa baguette vers Ariane pour lui lancer un maléfice de Jambencoton particulièrement puissant qui avait obligé la Nuncabouc à aller jusqu’à son prochain cours en rampant. Tout le monde s’étant concentrée sur elle et son ridicule, Malia s’en était sortie sans aucun autre soucis.

Plus tard, quand elle croisait son amie si froide et cruelle, elle tentait de se rappeler cet échange silencieux. Mais parfois, quand elle la trouvait particulièrement injuste, elle ne pouvait s’empêcher de douter de la Gryffondor. Peut-être avait-elle tout imaginé ? Peut-être que Meredith n’était pas si forte que ce qu’elle pensait ? Mais non, peut-être qu’elle était… « Infiltrée » Voilà qui était confirmé par un mot sur le tableau. Tyrel Dawson allait lui devoir une semaine de lessive. Ils avaient discuté du cas Meredith tous les deux, et sans lui parler de leur échange silencieux, elle avait soutenu et parié avec lui que leur ancienne camarade de maison cachait quelque chose.

Après Meredith, ce fut au tour de Lina d’inscrire son nom sur le tableau. « Prête à agir coûte que coûte. » Ariane ne put s’empêcher de penser à leur conversation lors de leur travail commun en Botanique. A ce moment-là, elle avait bien compris que la Poufsouffle était de leur côté. Mais de là à agir… Oui, Ariane ne pouvait nier qu’elle était surprise par Lina. Agréablement surprise. Leurs objectifs communs pourraient même finir par mettre de côté leurs querelles passées ? Jimmy et Pol, les deux inséparables Gryffondors, suivirent Lina et notèrent leurs noms à la suite des autres. Ariane ne put s’empêcher de leur trouver un air grandi et bien moins insouciants que l’année passée.

Ce fut ensuite la petite Amaryllis qui récupéra la craie. La Nuncabouc connaissait relativement bien la Poufsouffle, puisqu’elle était sortie avec l’un de ses frères pendant qu’elle était en cinquième année, et lui en dernière année. Elle réprima une grimace quand la capitaine des Jaunes et Noirs laissa apparaître ses cicatrices. Une bouffée de colère envahit Ariane, comme souvent lorsqu’elle voyait des plus jeunes se faire malmener… Bien que n’étant pas beaucoup plus vieille qu’Amaryllis, elle avait toujours ressenti ce sentiment de vouloir la protéger. Et puis Loup, son frère, n’était plus à Poudlard maintenant pour veiller sur elle. Alors la Nuncabouc se leva et récupéra la craie des mains de la blonde à l’accent français et ajouta au tableau :

Citation :
Ariane Hepburn
7ème année
Rien à perdre – Action maximum

Elle adressa un hochement de tête déterminé à Neville, Ginny et Luna. Un clin d’œil à Meredith, associé à un signe de la main signifiant Bien joué Préfète. Un sourire discret à Lina. Un ébouriffement des touffes de cheveux de Pol et Jimmy. Une main amicale sur l’épaule d’Amaryllis. Elle n’était plus seule désormais. Ils allaient se battre.

_________________

Hey brother, there's an endless road to rediscover. Hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you there's nothing in this world I wouldn't do.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE5ème année
    SERDAIGLE
    5ème année
AVATAR : Freya Mavor
MESSAGES : 518

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 04/03/1982 à Londres
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Jeu 3 Mai 2018 - 21:29

16 Novembre 1997
~
Armée de Dumbeldore
Rassemblement et Renaissance



Elle ne voulait plus sortir de son lit. Cela faisait presque deux jours que Malia était à l'infirmerie et elle n'avait même pas dû insister pour que Mrs. Pomfresh la garde une nuit de plus que nécessaire. Peut-être que c'était la fragilité du regard de la Serdaigle qui avait apitoyé l'infirmière. Ou alors elle n'avait simplement pas trouvé de raisons valables à opposer à son internement prolongé, après tout c'était le week-end et l'aile de l'infirmerie était, par le plus grand des miracles, quasiment vide. Seuls quelques élèves y avaient fait un court séjour en même temps que Malia, comme Meredith qui avait subi le même sort que l'aiglonne. Les deux sorcières avaient en effet enduré les mêmes douleurs suite à l'autodafé du vendredi qui précédait. Durant cette atroce soirée où de nombreux ouvrages concernant les moldus avaient été réduit en cendres, leurs corps frêles s'étaient courbés et contorsionnés sous la baguette inflexible du bibliothécaire suite à la découverte de livres cachés. Malia était responsable de cet acte de rébellion et avait donc payé sa désobéissance. Néanmoins, Meredith était innocente, Malia avait vu de ses propres yeux les flammes s'échapper de la baguette de la préfète pour dévorer un bouquin. Enfin, pouvait-on vraiment parler d'innocence ?  Disons plutôt qu'elle avait suivi les ordres sans faire d'incartades et de ce fait, sa torture avait dû avoir un goût encore plus amer que celle de Malia. Toutefois, la lionne n'était déjà plus à l'infirmerie alors que Malia fixait encore le haut plafond blanc du fond de son lit. Les couettes de la Tour Serdaigle étaient incontestablement plus douces et les oreillers bien plus rembourrés mais la Bleue-et-Bronze préférait pourtant rester ici. C'était un peu comme une cachette, comme si rien ne pouvait lui arriver quand elle se réfugiait sous ces draps blancs. Après tout, si elle se trouvait là c'était que le mal était déjà fait. Alors, même si cette pièce lui rappelait d'atroces souvenirs qui alimentaient ses nuits de cauchemars, elle s'y sentait en sécurité, comme plongée dans un espace hors du temps.

Finalement, elle se redressa et attrapa le pain de glace que Mrs. Pomfresh lui avait apporté et le posa sur son épaule gauche. Sous les courbures sévères des cordes ensorcelées par Mr. Holbrey, le bras de la jeune fille avait légèrement dévié de son axe, provoquant ainsi une luxation de l'épaule bénigne. Mrs. Pomfresh avait guéri ce mal en un coup de baguette mais elle avait tout de même préconisé à Malia d'éviter un maximum de mobiliser son bras dans les jours qui suivaient. Heureusement, cela concernait son bras gauche et non pas le droit avec lequel elle manipulait sa baguette. La première réunion de l'Armée de Dumbledore avait lieu ce jour-même et, bien que la Serdaigle n'avait aucune idée du déroulement de celle-ci, elle était rassurée de ne pas être handicapée dans le cas où elle devrait user de la magie.

Elle regarda l'heure. Il était temps d'y aller. Elle ferma les yeux et s'imprégna un dernier instant de l'atmosphère calme et apaisante de l'infirmerie - chose rare depuis l'arrivée des Carrow à Poudlard - puis elle se leva, prête à quitter sa bulle pour rejoindre la réalité. Mais avant, elle s'accroupit et récupéra discrètement les quelques fioles qu'elle avait dissimulées sous son lit. Il s'agissait de potions revigorantes que Mrs. Pomfresh lui avait administrés pendant ces deux jours suite à ses plaintes continuelles, mais elle n'en avait pourtant pas avalé une seule. Car d'autres élèves en avait plus besoin qu'elle.


~


Malia traversa pour la 3e fois ce couloir désert du 7e étage du château jusqu'à ce qu'une grande porte en bois se matérialise. C'était donc vrai, la salle sur demande n'était pas qu'un mythe. La jeune fille pénétra dans la salle avec les yeux agrandis par l'émerveillement. Un bon nombre d'élèves étaient déjà présents et elle arriva pile au moment où Ginny Weasley prit la parole.

- Bonjour. Merci à tous d'être là.
- Et bienvenue à ceux qui nous rejoignent, ajouta Luna de sa douce voix.

A son plus grand soulagement, personne ne semblait avoir remarqué l'entrée presque tardive de Malia, elle alla donc rejoindre silencieusement Ariane. C'était grâce à elle que Malia avait pris connaissance de l'Armée de Dumbledore. La jeune Montgomery avait toujours considéré Ariane comme un modèle, elle admirait la ténacité avec laquelle elle défendait les causes qui lui semblaient justes, elle n'avait pas froid aux yeux, a true Gryffindor. C'était d'ailleurs grâce à elle que Malia s'était mise au végétarisme. Et encore une fois, Ariane avait embarqué sa cadette dans un terrain inconnu pour défendre une nouvelle cause. Mais une cause qui demandait cette fois un engagement encore plus grand : l'Armée de Dumbledore.

- Il ne s'agit plus seulement de s'entraîner pour devenir plus fort, il s'agit d'agir.

La Weasley eut à peine le temps de terminer sa phrase que la porte s'ouvrit à nouveau. Et aussitôt, une vague de murmures noya le silence de la petite assemblée, Malia se retourna alors pour comprendre ce qui avait provoqué cette étrange agitation. Meredith. Comme le reste du groupe, Malia fut stupéfaite, néanmoins elle ne fit aucun commentaire, se contentant d'observer sa récente colocataire à l'infirmerie s'avancer aux côtés de Neville. Elle n'attendait qu'une chose : des explications. On lui avait dit que l'A.D. était un rassemblement d'élèves s'opposant à la tyrannie des Mangemorts. Avait-elle mal compris ? Malia jeta un regard à Ariane. Elle aussi, d'après la façon dont elle fixait Meredith, semblait attendre des explications. La brune s'impatienta d'ailleurs du tumulte ambiant et intima à son entourage de se taire. Ce comportement amusa Malia qui ne put retenir un sourire en coin avant de reporter son attention sur Ginny, Luna et Neville qui continuaient leur discours en faisant fi des commentaires de chacun.

- Nous devons aussi aider ceux qui sont victimes du régime à mieux vivre leur quotidien. Je pense aux Nuncaboucs en priorité, mais aucune victime d'oppression et de souffrance depuis la rentrée ne doit être oubliée.

Les pensées de Malia se dirigèrent automatiquement vers le groupe de Résistance qu'elle avait fondé avec Nolan, Ariane et Carlie et dont les premières actions avaient débuté il y avait à peine une semaine. Il fallait qu'elle en parle aux membres de l'A.D. et cette première réunion était l'occasion parfaite, fusionner les deux groupes était le moyen idéal pour recruter des membres motivés et de confiance et ainsi donner plus d'ampleur au projet.

Une fois leurs discours explicatifs terminés, Ginny, Neville et Luna inscrivirent leurs noms sur un tableau tout en précisant chacun leurs compétences et connaissances, celles-ci pouvant s'avérer bénéfiques pour les actions à venir. Vint alors le moment tant attendu. Meredith s'avança et prit la parole.

- Bonjour à tous Je suis une préfète des Carrow. Vous tous ici ne le savez que trop bien. Je sers leurs desseins, accomplis leur volonté, et plus que cela, j’en rajoute. C’est un fait. C’est difficile à entendre, j’en ai conscience. Mais tout ce que j’ai fait, depuis le premier jour, je l’ai fait pour vous. Pour Poudlard. Pas pour servir une idéologie monstrueuse et un système pervers. Je hais ce système, je hais les Carrow, je les méprise de toute mon âme. Mais on m’a plantée cette fichue insigne dans la poitrine. Et plutôt que de me résigner, j’ai décidé d’agir. Le premier jour. Le tout premier. Je suis allée voir Neville et je lui ai dit cela. Il m’a crue, je l’en remercie. Puis c’était parti. Il fallait que je sois crédible. Que je me rende utile, servile, afin qu’ils endorment leurs soupçons. Et que le moment venu, je puisse frapper de l’intérieur.

Malia écoutait attentivement Meredith mais elle restait sceptique. Si sa camarade de 5e année jouait le jeu depuis le début, elle l'avait vraiment bien joué car elle avait sévi sur les élèves désobéissants avec le même regard insensible que ceux des mangemort qui l'avait assujetti. Etait-ce possible qu'à peine âgé de 15 ans, une personne puisse faire preuve d'une telle force d'esprit pour renier son identité et ses valeurs pendant plusieurs mois dans le seul but de tromper pour mieux pouvoir frapper ? Cela semblait si improbable aux yeux de Malia qu'elle ne savait pas si elle devait s'accrocher à son scepticisme ou bien accepter cette vérité inattendue et admirer Meredith pour ses actions brillamment menées. Puis elle se souvint. Elle se souvint de cette fille discrète et gentille qu'elle avait côtoyé 4 ans durant. Malia avait toujours vu en Meredith l'âme d'une Serdaigle et les faits qu'elle venait de narrer confirmaient cette pensée. Tout avaient été calculés, réfléchis, Meredith n'avait rien laissé au hasard et c'est ce jour même que naissaient les premiers fruits de son plan brillamment pensé. Mais pour la première fois, Malia vit enfin un autre aspect de la personnalité de Meredith et elle comprit. Le courage démesuré dont la Breckenridge avait fait preuve démontrait avec force que sa place n'était à nul autre endroit que chez les Gryffondor. Malia décida alors de se laissait convaincre par le discours de l'audacieuse lionne car si elle avait rejoint l'A.D. c'était en partie pour abandonner son voile de méfiance. Maintenant, elle était entourée de sorciers prêts à se battre et elle savait qu'elle n'était plus seule à ressentir cette flamme de révolte au fond de ses entrailles, ensemble ils arriveraient à créer un brasier, elle en était persuadée.

Alors que plusieurs personnes avaient déjà inscrit leurs noms sur le tableau, scellant ainsi une promesse d'engagement, la Montgomery décida d'y aller à la suite d'Ariane. Elle s'avança mais au lieu de marquer son nom elle prit la parole :

- Je ... hum...

Sa voix était hésitante, elle ne savait pas comment commencer et le fait d'être face à une majorité d'inconnus la mettait mal à l'aise. Les prises de parole publiques, ce n'était vraiment pas son truc. Puis son regard trouva celui encourageant de Luna, alors elle se racla la gorge et reprit :

- Des actions de résistance ont déjà débuté il y a peu. Ariane, Carlie, Nolan et moi-même avons organisé de petites missions afin de venir en aide aux Nuncaboucs.

Tout le monde s'était tu, comme intrigué par ses paroles mais cela ne fit que la rendre encore plus mal-à-l'aise. Ariane lui adressa un sourire confiant pour la solliciter à continuer.

- Ces missions consistent à cultiver des plantes médicinales pour ensuite concocter des soins directement administrés aux Nuncaboucs. On cherche actuellement des personnes douées en botanique ou en potions pour nous aider. Sinon, vous pouvez aussi participer en nous aidant à faire passer les potions aux Nuncaboucs en toute discrétion. Donc si le projet vous intéresse, n'hésitez pas à nous en faire part pour intégrer le groupe.

Malia adressa un sourire timide aux sorciers qui l'écoutaient puis se retourna pour inscrire son nom sur le tableau :


Citation :
MALIA MONTGOMERY - 5ème année
Aide les Nuncaboucs
Prête à agir


Puis, elle revint se placer aux côtés d'Ariane et, alors qu'une nouvelle personne s'avançait vers le tableau, elle sortit de ses poches plusieurs fioles qu'elle tendit à son amie.

- Celle-ci viennent directement de l'infirmerie, lui annonça-t-elle avec un clin d'oeil complice.

_________________

 
 
Across the Universe
Peu importe l'immensité du néant dans lequel elle est plongée, elle continuera à croire qu'un filet de lumière, aussi mince soit-il, existe quelque part et pourra surpasser l'ombre ~  ©endlesslove.
>


Dernière édition par Malia Montgomery le Mar 31 Juil 2018 - 13:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC6ème année
    NUNCABOUC
    6ème année
AVATAR : Ellen Page
MESSAGES : 16

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance Dim 6 Mai 2018 - 1:36

Avril faisait peur à voir, son teint avait plus ou moins la même couleur que son uniforme, sa démarche était raide et hésitante, marquée par les courbatures et ses traits tirés n'arrangeaient rien. Sa dernière métamorphose était récente, douloureusement récente, on l'avait laissée aux soins délicats d'Amycus Carrow. De plus s'en remettre dans les dortoirs humides des boucs n'était pas une chose facile. Jamais elle n'aurait cru qu'elle fantasmerait en pensant à l'infirmerie pourtant l'antre de Pomfresh lui apparaissait désormais comme un véritable paradis perdu. Elle devait tout de même admettre que pouvoir reprendre de la potion Tue Loup grâce à l'aide de Lina avait considérablement amélioré sa situation, la louve avait bien vu la différence lors de ses premières transformations incontrôlées de l'année. Au moins la jeune fille ne se blessait plus elle même et n'avait plus à supporter la fatigue engendrée par la colère qui se libérait sans la potion. Elle enrageait tout de même de ne pas être capable de fabriquer sa potion seule. Avril était pourtant bonne en potion mais toutes ses tentatives avaient échouées et manipuler certains ingrédients de la potion lui était difficilement supportable. Son potionniste de père lui avait expliqué qu'il était fréquent de ne pas réussir à fabriquer son propre traitement car trop d'implication personnelle dans une potion déconcentrait mais tout de même c'était humiliant. Si la balafrée s'était écoutée elle aurait passé une autre journée à se morfondre sur son sort sous les draps. Il fallut une nouvelle manifestation de son vieux gallion de l'Armée de Dumbeldore pour qu'elle retrouve soudainement la force de se lever. Si elle ne se relevait pas aujourd'hui elle ne se releverait plus se disait-elle. Alors la Carter avait avalé une gorgée de potion reviguorante -moins que ce qu'il fallait après une métamorphose si éprouvante mais c'était une denrée rare. Puis elle était  partie en direction du Quartier Général d'un pas qu'elle aurait voulu dynamique mais qui trahissait pourtant sa faiblesse.

Avril trouva un petit groupe mené par Ginny Weasley et le rejoignit en silence avant de retrouver avec nostalgie la salle sur demande. Elle songea soudain qu'en ramener quelques objets comme des couvertures pour équiper le vêtuste dortoir des Boucs pourrait être une bonne idée. Ses pensées furent interrompues par la prise de parole de celle qui était sans doute la nouvelle leadeuse après le départ d'Harry, Ginny. Avril fut ravie d'apprendre qu'elle voulait réellement faire renaître l'AD. Se serrer les coudes, agir en groupe et être prêt à assumer les conséquences de ses actes, les règles du jeu étaient claires et la louve était prête à les suivre. Voir soudain la lionne vendue entrer dans la pièce doucha son enthousiasme. L'adolescente ne ressentait pas grand chose d'autre que du dégoût en la voyant. Si elle n'avait pas vraiment été surprise par l'adhésion de certains serpents au règne de la terreur des Carrow, voir une rouge les rejoindre l'avait profondément déçue. Mais les choses semblaient plus compliquées qu'elles en avaient l'air, car les Carrow n'accoururent pas derrière la préfète. Au contraire Neville s'en porta garant. Avril haussa les sourcils, sceptique. Alors comment expliquer le comportement collaborateur de la lionne depuis le début ? Celle ci prise de remord avait-elle une nouvelle fois retourné sa veste ? Pour la brune il faudrait plus que des remords pour qu'elle fasse réellement confiance à Mérédith.

Ginny eut l'intelligence de reprendre directement son discours. Avril apprécia l'intervention de Luna sur les Nuncamboucs. Entre les brimades quotidiennes et les conditions de vies difficiles, les membres de son dortoir étaient tous très faibles, elle essayait de les soigner du mieux qu'elle pouvait mais la réserve de potions qu'elle avait apportée au début de l'année s'était vite vidée et sans baguette ses compétences restaient limitées. Que pouvait-elle faire pour aider l'Armée de Dumbeldore ? Elle avait été entrainée au combat lorsqu'elle les avait rejoint pendant sa quatrième année mais serait-elle réellement capable de se battre face à un Mangemort le moment venu ? Avril était prête à agir coûte que coûte pour aider la résistance. Elle n'avait de toute façon pas grand chose à perdre, en tant que garou elle était déjà tout en bas de la chaîne alimentaire, son existence avait sans doute encore moins de valeur que celle d'un né moldu, en revanche elle pouvait soigner dans la mesure de ses capacités et elle tentait déjà de soulager l'atmosphère terrible du dortoir des Boucs par ses soins. La jeune fille fut tirée de ses pensées par la voix de Mérédith. Alors comme ça elle était infiltrée depuis le début ? Et Neville le savait ? Après tout s'il avait supervisé l'opération Avril était plus partante pour le croire. Elle devait aussi admettre que la jeune préfète s'était toujours montrée moins offensive que les Carrow. Une partie d'elle pourtant se refusait à lui faire confiance. Penser que Mérédith avait activement soutenu ces enflures lui tordait l'estomac et ce même si c'était pour un plus grand bien. Enfin, si c'était vrai, c'était brillant et il fallait du courage pour être capable de se salir les mains de la sorte.

Plusieurs personnes se lévèrent ensuite pour marquer leurs noms et leurs compétences au tableau. Avril fut ravie d'apercevoir plusieurs têtes connues comme Lina ou Amaryllis et leur adressa des grands sourires. Elle se sentit aussi soulagée en voyant que son amie ne semblait pas vouloir en première ligne, Ama avait été gravement atteinte lors de la dernière attaque de Mangemorts la louve ne voulait pas la perdre pour de bon.   Avril fut particulièrement intéressée quand Malia prit la parole. Elle s'arrêta un instant sur ces balafres et caressa machinalement les siennes. Une autre défigurée, un autre visage de l'horreur, voilà quelque chose qui leur faisait un douloureux point commun... L'idée de Malia était particulièrement intéressante, cultiver des plantes pour en faire des potions médicinales, c'était exactement ce dont elle et ses camarades avaient besoins ! Quand Malia retourna à sa place, Avril se leva. Elle n'aimait pas parler devant tout le monde, sa gorge était séche et ses mains tremblaient, son cœur battait à toute vitesse mais son désir de se faire enfin entendre prit le dessus.

-Faire des potions médicinales pour les Nuncambouc est une excellente idée ! Nous sommes actuellement très faibles, les brimades s'enchaînent et il nous est difficile de nous s'en remettre dans un dortoir aussi vétuste! Déclara Avril.On fait ce qu'on peut pour leur apporter des soins mais ils nous prennent nos baguettes, nos possibilités sont donc très limitées et l'état de certains d'entre nous s’aggrave de jour en jour. Il nous faudrait aussi des objets comme des couvertures chaudes ou des produits d'hygiènes, notre dortoir est dans un état catastrophique.

Puis, une main tremblante inscrivit sur le tableau

Citation :
Avril L. Carter 6ème Année, loup-garou
-Compétence en botanique et en potion, peut soigner directement les Nuncaboucs
-Prête à tout

Son intervention n'était pas brillante et elle ne savait pas trop pourquoi elle avait précisé sa condition sur le tableau. Avril était bien incapable de se tranformer sur commande et encore moins d'accepter que l'on puisse l'utiliser pendant ses transformations. Mais elle estimait tout de même qu'elle avait le devoir d'être honnête envers ses camarades de luttes. La jeune fille espérait maintenant être capable de se rendre utile pour la lutte, plus utile qu'elle ne l'avait été lors de sa quatrième année à Poudlard. Après tout, elle était incapable d'attendre passivement que la guerre prenne fin, elle devait agir, donner du sens à ce qu'elle vivait et s'engager sans quoi elle deviendrait folle. Et puis, ce n'était pas comme si elle avait le choix. Elle n'était pas une sang pure ou une simple sang mêlée. Si la guerre venait à être gagnée par le Seigneur des Ténèbres, la Balafrée n'aurait de toute façon aucune porte de sortie digne de ce nom il lui faudrait donc lutter pour espérer au mieux une mort sans regret ainsi elle était prête à faire ce qu'il fallait, en première ligne ou à l'arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance

Revenir en haut Aller en bas

[Dim 16 novembre 1997] Armée de Dumbledore / Rassemblement et renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 1ère réunion de l'Armée de Dumbledore» [Elève - Armée de Dumbledore] Nils Maxwell (Jeremy Sumpter/Négociable) ~ 5 ème année Poufsouffle» [A reprendre - Elève/Héritier/Armée de Dumbledore] James Potter (Chace Crawford) ~ 5e année à Gryffondor» [Liste]L'Armée de Dumbledore ou La Brigade Inquisitoriale» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Salles Diverses :: Salle sur demande-