AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Décembre 197] Proies et prédateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MEMBRE DE LA BRIGADE DE POLICE MAGIQUE  Rafleur
    MEMBRE DE LA BRIGADE DE POLICE MAGIQUE
    Rafleur
AVATAR : Tom Hardy
MESSAGES : 70

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 28 Mai 1967
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Décembre 197] Proies et prédateurs Lun 19 Fév 2018 - 18:05

****** Ministère de la Magie *******

Le mois de décembre était bien le seul mois facilement reconnaissable. Ces gamins surexcités qui galopaient en tout sens, ces devantures de boutiques qui se paraient d'étoffes de couleur et de lumières et, pire que tout cela encore, ces sourires béats des passants, les bras chargés de paquets, et leurs rires qui emplissaient les rues. Tout dans cette ambiance monstrueusement naïve emplissait Sam d'une mélancolie sans nom. Il n'avait jamais aimé les fins d'année. Et ce noël 1997 risquait d'être le plus triste que le monde sorcier ait jamais connu. Le Seigneur des Ténèbres au pouvoir, les rafleurs dans les villes et les sangs-mêlés surveillés et traqués comme des rats, rien ne pouvait enchanter les habitants. En tout cas, c'était ce que Sam lisait sur les visages qu'il croisait régulièrement. Ces rires et sourires sonnaient creux, ces regards brillants trahissaient le malheur, la peur. Lorsque Sam traversait la ville pour rejoindre son travail, ceux qui l'avaient déjà rencontré baissaient la tête ou changeaient de direction. Jamais, depuis que les temps obscurs s'étaient abattus, il ne s'était senti aussi seul.
En entrant dans les bureaux des rafleurs, il fut surpris de ne pas voir tous ces collègues à leur poste habituel. Du fond de leur immense salle de travail un brouhaha léger se faisait entendre. Là, tous les rafleurs du même grade que lui se pressaient autour de son bureau. Ils échangeaient des avis, réfléchissaient en se grattant la tête ou la barbe et aucun ne remarqua de suite l'arrivée de Sam. Ce dernier s'éclaircit la gorge pour se faire remarquer.

« Hem salut, dit-il d'une voix claire, il se passe quoi  ? »

Tous les regards se tournèrent vers lui et le silence se fit, comme si tous étaient soudainement gênés. L'un prit la parole.

« Salut Sam ça va ? Tu as reçu un dossier, mais on ne connaît pas le code de la procédure ... »

Sam s'approcha et se saisit de la liasse de papiers. Il jeta un premier coup d'oeil sur l'en-tête et son visage s'assombrit. Il rassembla l'ensemble des documents et jeta un regard sombre à ces collègues, suffisamment pour qu'ils reculent tous.

« Les gars, je vous conseille de vous occupez de vos pompes. Croyez-moi il y a des …  trucs que vous voudriez pas savoir. Il s'installa à son bureau et ajouta, ne vous mouillez pas trop. »

Il tira sa chaise et s'installa lourdement. Pendant quelques instants il fixa le dossier qu'il tenait serré entre les mains, puis il poussa un profond soupir. De douloureux souvenirs remontaient à la surface. Il se souvint la dernière fois qu'il avait vu cette écriture et ce code. Et ce sceau. C'était il y a quelques semaines à peine, mais il lui semblait que l'horreur ne datait que de quelques jours. Il s'était rendu, sur ordre d'un haut mage noir, à l'école Poudlard pour participer à une sombre mission. Recruter de nouveaux sbires pour le Seigneur des Ténèbres. Et ce dernier était venu pour l'occasion. Un mangemort proche de Vous-Savez-Qui avait envoyé Sam comme représentant des rafleurs d'une part parce qu'il était le plus gradé, mais également parce que son travail était respecté et reconnu. Sam, pour son plus grand malheur, n'était pas mauvais dans son rôle.
Il reconnaissait tout à fait cette écriture, fine, élégante. Elle appartenait à la même personne qui l'avait envoyé dans les cachots de Poudlard pour sélectionner les mangemorts de demain. Il savait parfaitement que ce genre de dossier passait en priorité. Il orienta le faisceau de sa lampe de bureau pour avoir une meilleure lisibilité et commença la lecture. Tout autour de lui ses collègues ne cessaient de lui jeter des regards intrigués et il dut s'efforcer de rester de marbre durant toute la lecture. Pourtant, la terreur s’immisçait lentement dans tout son être. Finalement, Sam redressa la tête et laissa son regard planer dans le bureau. Il entendait à peine ses collègues qui lui chuchotaient des questions. En silence Sam se leva, ajusta son vieux manteau et quitta les bureaux.

Tout au long de son chemin, il lui semblait que son cerveau s'était éteint. Comme s'il avait fui pour éviter de réfléchir de manière professionnelle à la tâche que l'on venait de lui confier. Après avoir parcouru de longs couloirs, le rafleur arriva enfin devant une porte, celle qu'on lui avait indiqué sur le premier document de son dossier. Il frappa en s'efforçant de paraître le plus assuré possible et entra.

Un homme était là. Sam s'éclaircit la gorge.

« Monsieur, je vous suis associé pour la prochaine mission. Il lui montra le dossier relié, j'ai déjà été briefé, il ne manque plus que les détails ».

A savoir le plan d'intervention. Le rafleur avait choisi de figer son visage pour affirmer son professionnalisme et prouver qu'il avait entièrement sa place face à l'un des mangemorts les plus redoutés du Ministère. Finalement chacun à leur niveau inspirait la même aura, mais ce devait être leur seul point commun. Monsieur Rowle se tenait là, et il allait devoir le seconder dans une chasse relativement compliqué et dangereuse. Un couple, possiblement membre de l'Ordre du Phénix, potentiellement proches de Harry Potter. Une source inestimable d'informations. Ce serait une chasse jusqu'à la mort et Sam, conscient de ce qu'il allait entreprendre, se refusait de réfléchir. Il n'osait s'avouer qu'en frappant à cette porte, il venait de faire un deuxième pas presque irréversible -après celui fait lors du recrutement- dans les rangs serrés des forces du Mal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
    MANGEMORT
AVATAR : Aiden Shaw
MESSAGES : 64
MessageSujet: Re: [Décembre 197] Proies et prédateurs Jeu 22 Fév 2018 - 12:17

Il détestait cette sculpture. Le long couloir qui menait au ministère était surplombé par cette immense œuvre grotesque d’art contemporain et obligeait les arrivant à se soustraire à son ombre. Andreas la regardait de haut, et cet homme n’avait pas besoin d’avoir l’appui d’une grande taille pour convaincre de sa profonde condescendance. Le sujet était tout ce qu’il y avait de plus correcte pourtant, louant la supériorité des mages sur les moldus, mais l’ostentation n’était pas du goût de notre homme, dédié à la réserve. Déjà, c’était juste horriblement laid, passablement énorme et ça chantait la gloire de quelque chose qui n’était pas encore d’actualité. Dressons des monuments, certes, mais après avoir gagné la guerre et non pas après chaque bataille. Cette offuscation était d’autant plus grande qu’il était venu ici parce que la providence venait de rappeler, sous la forme d’un lâche délateur -les délateurs étaient toujours lâches-, qu’Harry Potter gambadait encore dans la nature comme une espèce de calmar géant dont on connaissait l’existence que parce qu’ils échouaient sur les plages une fois morts. Alors, voir immortalisé dans la pierre le rappel constant de ce perpétuel échec avait de quoi plonger Andreas dans un état de contrariété à étouffer tout un coffre de petits chatons. Peu importait au fond si le guignole à lunettes possédait un pouvoir incommensurable : il était dangereux par son statut-même d’élu -élu par qui d’ailleurs ? La vieille tantouze qui était tombée de la tour d’Astronomie l’été dernier ?– et était comme un tas de déjections attirant les mouches par son odeur profuse. Cafard difficile à écraser parce qu’il courrait trop vite.

Il contourna à vive allure l’odieuse élévation et se dirigea directement vers les ascenseurs pour rejoindre le département des aurors. L’alerte avait été données durant la nuit par un voisin semblait-il, relayée sur le champ par le ministère jusqu’aux mangemorts et Andreas avait, par exaspération, décidé de prendre cette délicate responsabilité pour faire démonstration. La plupart de ses « collègues » étaient comme les briques d’un mur : solides lorsqu’il fallait faire front ensemble, mais il n’y avait jamais personne pour sortir un peu des rangs et prendre des initiatives. A part Bellatrix, mais elle n’avait rien d’une brique. Rien d’humain non plus d’ailleurs. La missive disait qu’un couple de sang-mêlé était hautement suspecté d’abriter Potter sous son toit et que le ministère avait déjà briefé le personnel nécessaire pour cette mission, se tenant prêt à intervenir dès que le feu vert était donné.

Andreas fit les gros yeux à un employé un peu trop curieux qui le reluqua dans le couloir du cinquième étage, annonçant par là le début d’une crise cardiaque et le retour de cet individu aux limbes auxquelles il appartenait. Il entra sans s’annoncer dans le bureau du moineau à la branche la plus haute dans cet arbre et s’avisa de la petite main qu’on allait lui donner pour faire la basse besogne. Andreas ne travaillait même pas au ministère, mais sa présence, comme celle de tous ceux portant la marque de la loyauté, diminuait les plus grands jusqu’à les rendre aussi insignifiant que les insignifiants eux-mêmes. Ah oui… Pourquoi le ministère ? Certains mangemorts préféraient travailler seuls, parce que la gloire en cas de réussite était beaucoup trop dure à partager, mais Andreas ne cherchait pas la gloire -chose que ses détracteurs étaient in-ca-pables de comprendre. Potter était une affaire d’état, un ennemi public qui ne pouvait pas se laisser descendre par une poignée de Jean-Eudes et Jeannes-Jacques inconnus et qui n’avaient rien à foutre là. Personne à part le ministère ne devait avoir officiellement d’autorité dans ce pays et il était hors de question à ce que l’élu de pacotilles soit débusqué sans que l’Etat n’en soit au courant, même en tant que témoin.

- Dewey, Sam. Très bon élément, monsieur, il a déjà participé à… puis aussi il a…

Oui, parle-moi de ce type que j’aurais oublié dès demain matin pour me dire à quel point justement il est oubliable. Andreas ne broncha pas, désespérément pas impressionné, ni à l’écoute de ce morceau de graisse qui essayait de promouvoir l’efficacité de ses petits bourrelets. Le mangemort finit par intimer le silence par un geste de la main, lorsque le bavardage innocent atteignit un ratio de compliments par phrase un peu trop généreux à son goût. Le petit homme s’étouffa derechef, juste à temps pour laisser entrer celui qui allait avoir l’honneur d’être un… bon pas le temps de trouver une fonction exacte pour cette cinquième roue du carrosse. Andreas se retourna, droit comme Dumbledore était maintenant définitivement couché, le menton relevé et sa crinière d’argent au désordre étudié cascadant en boucles onctueuses vers l’arrière. Ses yeux d’acier se plantèrent sur le « très compétent » rafleur et il l’écouta, à son tour, faire sa petite pub pour ne pas finir au fond d’un trou trop rapidement.

« Monsieur, je vous suis associé pour la prochaine mission. J'ai déjà été briefé, il ne manque plus que les détails »


Dit-il en lui montrant sa jolie pochette de briefing. Magnifique pochette. Le regard du mangemort fit un rapide et peu intéressé aller-retour entre le bloc de papier relié et le visage campagnard, presque stéréotypé, du rafleur. L’homme-bête. Non pas l’homme bête, mais bien l’homme-bête. Qui pouvait éventuellement devenir l’homme bête. C’était des individus larges, grands et forts, l’échelon inférieur du loup-garou car obéissants, mais c’était à peu près les limites de leurs qualités en général. Andreas fit un demi-cercle autour du rafleur d’un pas lent en appréciant sa carrure. Pile ce qu’il lui fallait : désireux d’être compétent et outrageusement bien bâti. Le mangemort eut un sourire des yeux, qui pouvait s’apparenter davantage à un éclat, et hocha de la tête une fois décisive en direction du patron pour signifier qu’il se satisfaisait de la marchandise.

- Nous allons transplaner monsieur Dewey, puis vous allez bêtement faire votre travail. Sachez seulement que si la mission ne se passe pas comme prévu, vous en serez tenu responsable.

Affaires d’Etat, responsabilités ministérielles. Dewey n’était peut-être qu’un accessoire, mais il avait la lourde charge ici de représenter l’autorité. Il n’y avait presque aucune chance à ce que Potter soit là-bas en réalité, mais les fausses alertes commençaient à devenir trop nombreuses, provenant de la part d’une population effrayée qui criait à l’élu dès qu’une cicatrice était aperçue. C’était une perte de temps, mais qui devait servir de leçon et cet élément briefé de toute part avait intérêt à se montrer si ce n’est compétent, au moins ne pas représenter une gêne.

- Et vous aussi. Précisa-t-il en ayant un regard si peu intéressé envers le gros patron, qu’il en parût encore plus menaçant. Allons-y monsieur Dewey, vous n'avez qu'à me guider. J’espère que le transplanage est un détail que vous maîtrisez ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Décembre 197] Proies et prédateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» WWE TLC - 13 décembre 2009 (Résultats)» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)» Entre Prédateurs [PV Daestra]» Activité a New York en Novembre et Décembre» 17 Décembre 2015
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANGLETERRE :: Autres lieux :: Autres lieux d'Angleterre-