AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
GRYFFONDOR6ème annéeCapitaine de Quidditch
    GRYFFONDOR
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Josh Hutcherson
MESSAGES : 643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En coupla avec Amarylllis Douverisa ♥
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 7 Août 1982
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne. Dim 1 Oct 2017 - 17:09




Novembre 1997 – Terrain de Quidditch

Jimmy était dans une sacrée mauvaise posture. Rien à voir avec le régime dictaturale qui régnait à Poudlard, oh non, bien pire encore. Il avait l’impression de perdre la main sur l’une des seules choses qu’il était encore capable de contrôler : son équipe de Quidditch. Equipe qui peinait grandement à recruter convenablement. Les personnes motivées et assez courageuses pour monter sur un balai pour la saison se faisait de plus en plus rares, et l’anglais était légèrement sceptique quant à sa réelle capacité à motiver les troupes. Pire encore, on lui reprochait de « collaborer avec l’ennemie », Pol le premier. « Mais tu te rends compte de ce que tu fais, Jim ! Elle est à leur botte ! Elle ne peut pas faire partie de l’équipe de Quidditch! Elle ne peut juste pas, Jim ! Sois raisonnable ! » tenta Pol, tandis que Jimmy prenait ces affaires pour aller s’entraîner avec la nouvelle recrue de leur maison. « Ce n’est pas à toi de décider ce qui est bon pour l’équipe, Pol ! Ni à personne d’autre ! Si cela t’embête tant de voir Meredith rejoindre nos rangs, tu n’avais qu’à te proposer ! » répliqua le sixième année, agacé par la réaction inutile et ennuyante de son meilleur ami. Et lui, avait-il un problème particulier avec Meredith ? Non. Ces collègues de maisons n’arrivaient soi-disant plus à lui faire confiance parce qu’elle était à la botte des Carrows, mais Jimmy voyait plus rien. Il ne pouvait pas s’avouer vaincu et penser que la petite brune qu’il avait toujours mis un point d’honneur à embêter était déjà passé du côté obscur de cette folle année scolaire. Non, il voyait au-delà, il voyait plus loin que les autres. « Tu fais une grosse erreur, Jimmy. » soupira finalement Pol, avant de quitter leur dortoir pour rejoindre la salle commune des Gryffondor.

Salle commune que l’étudiant en sixième année redoutait de traverser. Tous ces camarades allaient être là. Absolument tous. Un dimanche matin, que pourraient-ils bien faire d’autres, de toute façon ? Rien. Jimmy passa alors une main dans ces cheveux et affronta ces camarades rouges et ors d’un seul regard, avant de simplement quitter la tour des Gryffondors pour prendre la direction du stade. Il avait donné rendez-vous à la jeune préfère directement sur le terrain pour lui éviter tous commentaires désagréables de la part des autres Lions. Il comprenait parfaitement bien la réaction de ses compairs, mais se refusait à l’accepter. Meredith était l’une des leurs, quoiqu’ils en pensent. Et ce n’était pas en la rejetant que les choses allaient s’améliorer, bien au contraire.

Il passa rapidement aux vestiaires pour déposer ces affaires inutiles, puis attrapa son balai et le souaffle qui était bien la chose la plus importante pour cette séance de rattrapage. Et puis il entra sur le terrain. Fouler l’herbe verte et avoir en vision les gradins du stade de Quidditch de Poudlard était un plaisir et un privilège dont il ne saurait se lasser. Il fit quelques pas et avisa une présence. Meredith était déjà là. « Salut ! » dit-il, un peu plus sèchement qu’il ne l’aurait voulu. Il ne fallait pas qu’il laisse les doutes et les remarques de Pol et autres camarades rouges et ors lui monter à la tête. Il connaissait Meredith et toute cette aventure allait se dérouler pile comme il se fallait. « Tu es prête ? » demanda-t-il, tentant un petit sourire dans le process. Il ne s’était pas parlé depuis leur soirée perdue au milieu des livres, entourés de flamme et de destruction d’un savoir indispensable et donc effrayant. « On a encore quelques jours avant le moment décisif, Meredith. Gabriel t’a surement montré un peu les bases, et je lui en remercie, mais ça ne risque pas d’être suffisant. » expliqua-t-il, en rentrant rapidement dans le sujet. Il n’était pas là pour enfiler des perles, il n’était pas là non plus pour discuter de tous ce qui pouvait bien se passer à côté. Le Quidditch, c’est sacré.

Jimmy lança alors le souaffle à Meredith, en espérant que même avec la surprise, elle allait être capable de le rattraper. Si elle n’était pas capable de l’attraper à terre, comment serait-elle capable de l’arrêter en vol ? Jimmy voulait croire en Meredith, et il croyait en elle, mais il ne pouvait tout simplement pas effacer les mots que Pol avait eu quelques temps plus tôt. « On va commencer à se faire quelques passes en l’air, et après, on essaiera de faire les choses correctement. » expliqua-t-il, avant de s’envoler sur son balai, sans davantage de cérémonie. Lucky for them, il savait comment fonctionnait l’équipe qu’ils allaient affronter. L’inverse était vrai aussi.




_________________
All I want is to fly with you. All I want is to fall with you. So just give me all of you. Nothing can keep us apart. 'Cause you are the one I was meant to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème annéePréfèteModo Cœur de Lion
    GRYFFONDOR
    5ème année
    Préfète
    Modo Cœur de Lion
AVATAR : Saoirse Ronan
MESSAGES : 906

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 15 mars 1982, à Plymouth.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne. Lun 16 Oct 2017 - 17:49


Non, vraiment, Meredith ne comprenait pas. Elle avait eu beau tourner et retourner la situation dans son esprit, elle ne voyait pas pourquoi elle avait accepté ce poste. Etait-ce le regard de Jimmy, chaleureux et confiant ? Ou son maisonalisme récurant qui la poussait à rendre ce service à son équipe en difficulté ? Oui, c’était sûrement ça. La corruption n’avait de plus pas effacé son esprit de compétition, ni son amour du défi et du danger – au contraire, ils étaient plus ardents que jamais. Enfin, tant que ça ne touchait pas à un balai volant, elle s’était toujours jetée dans toutes les aventures. Et la voilà aujourd’hui, à s’emparer pourtant d’un balai volant parmi le fracas d’autres, entreposés négligemment dans un placard des vestiaires. Elle s’y connaissait un peu en marques et vitesses, la faute à Gabriel et Aloysius, mais avait dû se replonger dans les règles et les subtilités du jeu avant l’entraînement. L’entraînement … elle n’y croyait pas. Elle qui s’était jurée de ne plus monter sur un balai à la fin de sa première année, laissant ça à ceux à qui cela plaisait réellement. Elle adorait le quidditch, Merlin la prenne à témoin. Regarder le quidditch. Supporter les équipes de quidditch. Ca s’arrêtait là.

Un casque en cuir sous le bras, vêtue de pied en cap d’une tenue épaisse et inconfortable qui la ralentissait et gênait le moindre de ses pas, la lionne quitta les vestiaires. L’équipement du joueur de quidditch convenait à une évolution aérienne, allongé sur un manche de balai, pas à la marche sur le sol. Elle se sentait balourde et ridicule, mais garda la tête haute et la démarche vive. Il faisait froid ce jour-là, aussi s’était-elle autorisée une écharpe qui enserrait son cou blanc sans gêner ses mouvements. Elle pénétra sur le terrain, immense vu d’en bas. Les six buts se défiaient fièrement, le plus haut d’entre eux culminant à bien quinze ou vingt mètres. Peut-être plus. Et c’était ces monstres d’acier qu’elle était censée garder ? On lui demandait quelque chose qu’elle ne saurait offrir. Jimmy avait l’air confiant, mais il déchanterait vite. Elle était peut-être habile de ses mains, légère et donc rapide, mais les règles changeaient du tout au tout quand on filait dans les airs, avec pour seul support un manche de bois aussi fin qu’instable aux non-initiés. Elle allait tomber. Tomber et se tuer. C’était peut-être ça qu’il cherchait en la convoquant sur le terrain aujourd’hui.

En arrivant au centre, elle respira un grand coup. Elle devait se calmer, chercher son équilibre intérieur avant d’espérer trouver son équilibre en vol. Elle était arrivée en avance exprès, pour remonter sur son balai et revoir les quelques bases acquises et oubliées de sa première année, puis celles que Gabriel s’était acharné à lui inculquer durant leurs quelques séances récentes. Au début, ça avait été catastrophique. Elle basculait immanquablement sur les flancs du balai, tombant à la renverse comme un paresseux à sa branche, tremblant si fort que le balai refusait de s’élever plus haut que quelques mètres. Ils ne se faisaient pas confiance. Elle étant sûre de tomber au bout de cinq minutes, lui sentant la novice qui la chevauchait et refusant de risquer de finir en petit bois. Puis, après des heures d’acharnement et de jurons, de longues respirations, de conseils bienveillants – bien que parfois agacés – de Gabi, elle avait progressivement arrêté de trembler, s’était agrippée moins sauvagement au manche, avait redressé son buste, avait retrouvé certains souvenirs de pratique. C’était comme réapprendre à nager après une noyade. Difficile, douloureux, traumatisant même, mais les vieilles habitudes ont la vie dure. Elle gagnait mètres en mètres, gagnait en aisance et en maniabilité. Loin du virtuose de son professeur, elle avait cependant acquis rapidement des bases solides et commençait même à y prendre goût.

C’est donc ces souvenirs en tête que Meredith enfourcha son balai, un peu plus confiante qu’il y avait dix minutes. Ce serait la première fois de sa vie qu’elle s’envolerait seule, complètement seule, sans personne pour la rattraper si elle venait à chuter. Une étape qu’elle s’était imposée avant l’arrivée de Jimmy. Poussant un grand coup sur le sol, elle s’éleva dans les airs assez rapidement, le manche orienté à 70° comme Gabriel lui avait montré. Le balai répondait bien, l’air ne résistait pas, ses pieds étaient solidement ancrés dans leurs étriers. Elle arriva au niveau des poteaux de but, et s’autorisa un instant de contemplation. Poudlard était superbe vu d’ici. Un miracle de tourelles et d’arches, de pierre et de vitraux. Cet embrassement du paysage était en grande partie la raison pour laquelle le vol sur balai lui était devenu si vite supportable. L’Ecosse était belle, vue d’en haut. Et le vol lui procurait un sentiment de liberté qu’elle commençait à peine à effleurer, sa maîtrise restant très limitée. Pas question pour elle de filer à 120 km/h, de faire des folies aériennes, de piquer, plonger, chandeller ou pirouetter.

Là-haut, perchée sur ses molécules d’azote, défiant toutes les lois de la physique, Meredith se sentit venir une faiblesse en pensant à la perspective du match contre Poufsouffle. On attendait d’elle qu’elle joue contre des joueurs qui la haïssaient (Carlie et Amaryllis mises à part), avec des joueurs qui pour la plupart la haïssaient, face à un public qui la haïssait tout aussi sûrement. Son cœur se serra, et elle entendit sa volonté se fissurer. Comment voulait-on qu’elle fasse cela ? Jimmy n’entretenait peut-être pas trop de rancœur à son égard, mais le simple fait de l’avoir dans l’équipe allait changer complètement l’orientation de la plupart des supporters. Gryffondor contre Poufsouffle, deux maisons appréciées, le public se tournerait vers l’équipe dont les membres leur sont sympathiques, puisque leurs niveaux respectifs étaient assez équivalents. Leur avantage de communication principal résidait dans leur victoire de l’année passée, mais avec Meredith, la donne s’inversait. On disait que le sport était politique, jamais ce ne serait si vrai que durant ce match. Elle ne comprenait pas pourquoi leur Capitaine s’était imposé une telle folie stratégique et technique.

Remuée, la lionne s’imposa tout de même quelques tours de terrain à une vitesse contrôlée, appliquant à la lettre les conseils de son meilleur ami dans les virages, fluctuant sa hauteur, lâchant le manche pendant quelques secondes, puis un peu plus longtemps, jusqu’à parcourir la moitié du terrain sans les mains. Le vent s’infiltrait dans sa combinaison, et elle avait déjà froid. L’entraînement s’annonçait laborieux. Elle prenait une pause, assise dans un des anneaux, travaillant son souffle, quand la petite silhouette de Jimmy se découpa au loin. Saisissant son balai et son courage à deux mains, elle amorça sa descente et atteignit le rond central du terrain quelques secondes avant que son ami ne sorte des vestiaires et ne s’avance vers elle. Elle lui trouvait bonne mine, mais ne pouvait pas ignorer son expression concernée et son regard qu’il semblait tenter d’adoucir au maximum.

« Salut ! » Son ton était dur, mais son attitude semblait amicale. Elle lui rendit son salut d’un hochement de tête appréhensif. « Tu es prête ? » Deuxième hochement de tête, plus hésitant. Elle ne savait pas comment lui annoncer qu’elle n’attraperait certainement aucune des balles qu’il lui lancerait aujourd’hui. Il devait certainement le savoir, ses camarades de Gryffondor ne devait pas avoir manqué de lui rappeler qu'il allait regretter ce choix suicidaire.

« On a encore quelques jours avant le moment décisif, Meredith. Gabriel t’a surement montré un peu les bases, et je lui en remercie, mais ça ne risque pas d’être suffisant. »

En effet, il savait, Gabriel avait dû lui rendre compte de leurs entraînements et de ses trop nombreuses difficultés récurentes. Voler, ok, elle en était capable. Tenir des buts face à une équipe expérimentée ? Après Olivier Dubois, grand maître des buts rouges et or, Ron Weasley avait défendu sa place avec une certaine virtuosité qui lui avait valu une distinction royale – bon, qui avait mal tourné, mais les faits étaient là. Comment était-elle censée faire face à de tels symboles ? Mettant de côté ces inquiétudes trop longtemps tournées et retournées dans son esprit, elle enfila son casque par-dessus son épaisse chevelure d’or et de noix. Elle lui était infiniment reconnaissante de n’évoquer rien de ce qui les préoccupait certainement tous les deux. Elle venait à peine de lacer la sangle sous son menton que le lion lui balança le souaffle au ventre avec vivacité. Meredith le perçut un peu tard, mais réussit à l’attraper in extremis, remerciant ses réflexes qui assuraient ses arrières. Jimmy ne semblait pas l’avoir lancé avec une violence particulière, pourtant la force de la balle lourde lui coupa un peu le souffle. Qu’est-ce que ce serait quand un poursuiveur essaierait de briser ses barrières pour atteindre un des buts qu’elle devrait sauvagement défendre ?

« Je sais bien Jimmy. Je fais de mon mieux. » Sa voix était basse, mais pas larmoyante. C’était la vérité, elle cherchait vraiment à faire honneur à ce sport qu’elle admirait tant. Mais quelques entraînements ne rattrapent pas des années de retard de pratique. Il lui expliqua le déroulement de la séance avec cet air sérieux et concerné qui seyait si bien à sa position de Capitaine, et lui donnait une allure noble assez impressionnante. Elle ne l’avait jamais vu comme cela. Un regard d’océan agité lui répondit, en même temps qu’elle enfilait ses gants et saisissait son balai. « Ne me ménage pas. L’autre équipe ne le fera pas. »

Le souaffle sous le bras, la lionne prit son envol, s’efforçant de paraître assurée et détendant tous les muscles de ses épaules. D’un côté, elle savait que la séance allait être catastrophique, de l’autre, elle ne pouvait pas s’empêcher de vouloir y croire encore un peu. Arrivée à la hauteur de son Capitaine, elle se redressa complètement et capta son regard, comme lui avait enseigné Gabriel. Il ne servait à rien de lancer le souaffle si son destinataire ne comprenait pas qu’il devait le récupérer. En l’occurrence, il n’y avait pas vraiment d’autre option, mais mieux valait faire les choses en règle tout de suite, avant la déchéance. Elle leva le bras, lâcha complètement le balai et attendit d’être complètement stable avant de balancer avec toute sa maigre force la balle en cuir. Elle la vit décrire une courbe charmante, un peu courte peut-être, et atterrir tant bien que mal dans la zone de confort de Jimmy. La zone, d’après Gabi, qui permettait à tout joueur un peu expérimenté de rattraper quasi à coup sûr une balle aussi large que l’était le souaffle. Ce n’était rien, la base élémentaire de tout jeu, pourtant cette infime réussite mit un peu de chaleur dans la poitrine de Meredith, qui se dit qu’après tout, elle n’était peut-être pas si désastreuse. Ou bien ce n'était que de la chance, et les prochaines heures allaient être un véritable cauchemar. Au choix.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR6ème annéeCapitaine de Quidditch
    GRYFFONDOR
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Josh Hutcherson
MESSAGES : 643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En coupla avec Amarylllis Douverisa ♥
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 7 Août 1982
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne. Dim 22 Oct 2017 - 15:18





Jimmy était plus dur, sec et désagréable que d’ordinaire, et il n’aimait pas ça. Il ne pouvait simplement pas s’en empêcher. Il avait la fierté de sa maison sur les épaules. Il ne voulait pas les décevoir, que ce soit ses camarades rouges et or ou leur professeure référente. Non, il ne voulait pas, et il avait pourtant l’impression que tout allait incroyablement mal se passer. Le jeune homme n’avait trop connu la pression, et pourtant, il la sentait maintenant parcourir le moindre nerf de son corps. Et ce risque qu’il prenait en prenant Meredith dans l’équipe des lions n’étaient pas pour améliorer ses affaires. Il fallait dire qu’avec cette réputation qu’elle s’était faite depuis le début de l’année scolaire, les choses n’allaient pas être facile. Certains Gryffondor allaient certainement se retourner contre leur maison pour soutenir les Poufsouffle, et si le sixième année en était content pour sa petite amie, il ne pouvait pas en dire autant pour lui. Les choses allaient être compliquées, certes, mais il ne devait tout de même pas se noyer sous le stress et les responsabilités, il était un lion, il devait donc agir en tant que tel ! Il était capitaine de Quidditch et rencontrait des petits problèmes, mais nul que sa prédécesseure et que ces homologues actuels en avaient aussi.  

Le jeune homme laissa alors tous ces problèmes de côté au moment même ou il envoya le souaffle en direction de Meredith. Sa cadette rattrapa la balle magique, et Jimmy s’en trouva soulagé. Ce n’était pas une passe décisive, c’était quelque chose de tout à fait normal, mais le simple fait que la lionne soit parvenue à récupérer l’objet sans galérer des heures et des minutes étaient déjà un bon point. Et les bons points, lorsqu’ils étaient là, ne devait surtout pas être laissé de côté. Et en bon petit optimiste qu’il était parfois, Jimmy les collectionnait dans sa tête pour ne pas les oublier. Et puis Meredith semblait prête et motivée – à peu près – à pour s’améliorer et prête le jour même, qu’elle se rassure, Jimmy ne comptait pas la ménager. Elle avait beaucoup trop de retard par rapport aux autres pour que le Gryffondor ne puisse se permettre d’y aller doucement. Trop de retard, pas assez de temps, il fallait envoyer, tout simplement.

Et le vent frais mais toutefois agréable qui vint lui picoter la peau renforcer Jimmy dans son idée d’accepter Meredith dans l’équipe. Elle avait la volonté et la force d’y arriver ! Il l’observa voler jusqu’à lui, constata que la vitesse n’était pas encore trop son fort, ni son équilibre, mais que tout cela allait venir sans qu’elle ne s’en rendre compte. Et puis, elle lui lança ensuite la balle, dans une petite courbe bien parfaite et ronde, mais trop académique. Quant à la force de lancement.. eh bien heureusement qu’elle était gardienne et non poursuiveuse ! Jimmy récupéra la balle sans trop de soucis cependant, et un petit sourire vint délicatement sa commissure des lèvres. « Pas mal. Ca manque légèrement de force cependant, mais puisque tu seras chargées surtout d’empêcher les balles d’entre dans les cercles, ce n’est pas très grave. Du coup, je vais commencer par te renvoyer les balles de plus en plus fort. Les Poufsouffles sont bien mignons, mais ils ont l’envie de gagner, alors autant ne pas jouer avec le feu. » expliqua-t-il. « Prête ? » demanda-t-il, et lorsqu’elle lui répondit positivement d’un signe de tête, il lança la balle, qu’elle récupéra sans trop de problèmes. Ils passèrent une bonne dizaine de minutes à s’échanger les balles. Jimmy visait toujours sa camarade, jusqu’au moment où, sans prévenir, il décala sa trajectoire de balle de manière que, pour l’attraper, Meredith devait forcement se déplacer. Dans un match de Quidditch, rien n’était pire que la prévisibilité, c’était un coup à perdre et cela, chaque joueur le savait.


[Proposition de dé, ma p’tite Meredith !  
Echec : Meredith met trop de temps à comprendre la passe de Jimmy, et le souaffle retombe sur le plancher des vaches. Tant pis, on la récupère et on recommence.  
Réussite : Bravo Mere ! La passe est réussie, par parfaite, certes, mais l’idée et l’énergie sont là. On continue !   ]



_________________
All I want is to fly with you. All I want is to fall with you. So just give me all of you. Nothing can keep us apart. 'Cause you are the one I was meant to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème annéePréfèteModo Cœur de Lion
    GRYFFONDOR
    5ème année
    Préfète
    Modo Cœur de Lion
AVATAR : Saoirse Ronan
MESSAGES : 906

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 15 mars 1982, à Plymouth.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne. Dim 26 Nov 2017 - 20:23

Le regard de Jimmy, suite à sa remarque sur le ménagement, s’anima d’une petite flamme qui réchauffa un peu le cœur de Meredith. C’était une flamme d’estime, elle le voyait, et cela lui rendait du courage. Une fois dans les airs, elle sentit tout de suite ses appuis la retrouver, et quand elle lança le souaffle, elle ne perdit pas l’équilibre. Le vent fouettait son visage, il faisait terriblement froid et sa tenue était trop large pour elle, mais elle se sentait bien. Outre son inconfort sur le balai, son équilibre relativement précaire, le casque qui la grattait, elle croyait tenir enfin un semblant d’assurance. Elle se permit un petit tour sur elle-même, respira profondément et se concentra sur les lancers qu’ils entamèrent ensemble.

Avec un rythme d’abord très léger, ils se lancèrent la balle de cuir à tour de rôle, et chaque rattrapage lui semblait plus simple que le précédent. Les sensations étaient franches, la balle lourde, et ses entraînements avec Gabriel semblaient enfin porter leurs fruits in situ. Mais elle sentait sa lourdeur, sa maladresse. Elle était loin, bien loin d’un jeu qu’on pourrait qualifier de fluide. Elle était toute secouée par le rush de sensations, l’afflux de confiance en elle, mais sentait à l’attitude de Jimmy que malgré ses paroles, il la ménageait encore. Enfin, il y allait progressivement. Mais elle savait qu’à un moment, ça allait lui sauter à la figure. C’est pour cela qu’à partir d’un moment, elle ralentit volontairement ses retours, se préparant mentalement à l’attaque surprise du poursuiveur.

Ça ne manqua pas. Comme le bouchon d’une bouteille de champagne qui saute, la balle fut soudain jetée avec force sur le côté, forçant Meredith à se déplacer pour l’attraper. Son souffle se bloqua le temps de quelques secondes, mais son corps fut prompt, et elle réussit à attraper le souaffle d’une main, l’autre tenant le manche de son balai. Elle plaqua la balle de cuir contre elle, et dans son élan, se sentant prête à tenter un retour, elle fit faire un demi-tour à son balai sans s’arrêter et relança la balle dans la foulée. Aidée par l’adrénaline et l’élan de sa course, celle-ci décrivit une très jolie courbe basse avec beaucoup plus de vitesse qu’à l’ordinaire, avant de finir dans les bras de Jimmy sans la moindre difficulté.

Lien vers les réussites \o/

La dorée se redressa, le souffle court, le visage illuminé d’un véritable sourire, franc, chaleureux. Ce n’était qu’une passe, certainement un coup de chance, mais cela lui procurait une satisfaction pour le moins… disproportionnée. Refusant de penser au fait que cette action n’avait absolument rien d’exceptionnel, elle remit ses gants trop grands en place et enleva quelques cheveux rebelles de son visage déjà rougis par le froid et l’effort. Elle n’avait jamais été une grande sportive, et le quidditch était beaucoup plus physique qu’il n’y paraissait… on pourrait croire que le balai faisait tout le travail, mais c’était totalement faux, et elle en prenait conscience par la manière forte. En même temps, les joueurs faisaient paraître ça si facile et naturel…

Meredith n’était pas assez échaudée, ni assez crâneuse pour lancer la moindre remarque à son Capitaine sur cette petite victoire personnelle. Elle se remit seulement en place sur son balai, les yeux fixés sur la balle et les bras à l’affût, prêts à enclencher un déplacement pour récupérer la balle. En fait, ce n’était pas tant le fait de bouger qui la mettait mal à l’aise, mais la précision de chirurgien qu’il fallait à un joueur de quidditch pour que sa monture se déplace juste comme il le voulait, et s’arrête pile au bon endroit. Le corps était plus docile, il attrapait sans trop de problème. Mais un balai semblait doué d’une vie propre, et il fallait beaucoup de confiance en soi pour le plier à ses exigences.

De confiance en soi, il fut un temps où la lionne n’en manquait pas, voire en abusait un peu. Aujourd’hui tout était différent. Elle gardait en elle le souvenir précieux de cette flamme dévorante qui l’animait encore deux mois auparavant. Et c’est ce souvenir qui, bien que diffus et fragile, semblait lui fournir l’autorité suffisante pour diriger son balai. Celui-ci, en lui obéissant, avait l’air de l’encourager, et ce furent des yeux un peu plus brillants et un peu moins tristes qui croisèrent ceux de Jimmy l’instant d’après. Elle voulait faire gagner son équipe, offrir un beau match, faire vivre les passions, comme une réponse flamboyante à l’oppression.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR6ème annéeCapitaine de Quidditch
    GRYFFONDOR
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Josh Hutcherson
MESSAGES : 643

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En coupla avec Amarylllis Douverisa ♥
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 7 Août 1982
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne. Mar 16 Jan 2018 - 17:29





Le capitaine de Quidditch comprenait ce qui pesait sur les épaules de ses prédécesseurs. La fierté d’une grande maison comme les Gryffondors, l’envie de rester au niveau des années précédentes... Tout cela poussait le jeune homme à grandir, à voir plus loin. Il n’avait jamais cru un jour qu’il serait mis à la tête de l’équipe des rouges et or, et compte tenu de l’ambiance actuelle qui régnait à Poudlard en ce moment, il n’aurait jamais pensé s’en sortir. Et pourtant, pourtant, observer la préfère des lions se mettre au jeu, parvenir à récupérer le souaffle malgré le vent, le froid et l’inexpérience lui faisait chaud au cœur. Oh ! Nul doute que si tous les membres de son équipe se donnait autant que la cinquième année, les choses allaient bien se passer. Au fil des passes, Jimmy commençait doucement, mais surement, à reprendre confiance. Certes, son équipe n’était certainement pas la plus efficace en termes de technique, mais elle pouvait gagner le prochain match. Il y croyait de plus en plus.

Le jeune homme récupéra alors le souaffle lancé par Meredith dans un sourire. « Bravo ! » la félicita-t-il. Parce qu’il était tout aussi important de dire lorsque les choses se passaient correctement que lorsqu’il y avait des problèmes. Et Jimmy n’oubliait pas le peu d’expérience que possédait la préfète. Pourtant, avec son accoutrement trop grand, les joues rosies par le froid, Meredith s’en sortait bien. Il y avait encore du boulot, assurément, mais les choses étaient moins désespérées qu’au départ. « Bon. Maintenant que tu es capable de rattraper une balle lorsqu’on te la lance, allons voir si tu es capable de l’arrêter avant qu’elle ne passe dans un des buts. Ce n’est pas plus compliqué, il faut juste réussi à prédire le lancer ! » expliqua-t-il, le souaffle sous le bras. Il ne semblait visiblement pas décidé à lui lancer.

En effet, le regard du lion s’était détourné de la future gardienne pour repérer la présence de quelqu’un sur la pelouse. Il semblait tout petit, vu d’ici, mais Jimmy le reconnaissait bien. Gabriel. Ah, son camarade avait donc décidé de se montrer : il était temps ! Jimmy fit de grand geste pour attiré l’attention du batteur avant de beugler aussi fort qu’un animal sauvage : « GABRIEEEEEEEEEEEEEL ! BOUGE TOIIIIIII ! » Et oui, un peu d’encouragement de temps en temps, ça ne fait pas de mal, n’est-ce pas ? Et, il n’y avait pas à dire : Jimmy Kent, Capitaine des Rouges et Ors, Sixième années, savait trouver les mots pour encourager les membres de son équipe. Surtout pour Gab’, qu’il connaissait très bien. Il reporta ensuite son attention sur Meredith, qui n’avait pas été prévenue de ce petit changement de programme. « Oh ! Tu ne m’en voudras pas j’espère, mais j’ai convié les membres de l’équipe à nous rejoindre. Je ne sais pas s’ils seront tous en mesure de nous rejoindre, mais Gabriel est là. C’est déjà bien. On va pouvoir t’entraîner ensemble. Ce sera plus dur.. pour toi ! » dit-il, en finissant avec un grand sourire. Il espérait bien que ça allait être compliqué pour la jeune femme. Plus les choses allaient se corser, plus elle allait apprendre. Et plus elle apprenait, plus elle serait forte. Et c’était ce que Jimmy recherchait. Il ne voulait pas voir passer un souaffle entre les anneaux, pas un.

« Et bien, tu en as mis du temps, Asher. » lança-t-il au batteur lorsqu’il arriva à leur hauteur. « Bon. On ne va pas attendre les autres, ils arriveront lorsqu’ils arriveront. Je proposais une petite séance de tir au but.. Tu commences ? » proposa-t-il, tout en lui lançant le souaffle. Il croisa ensuite le regard de Meredith et lui répéta une dernière fois : « N’oublie pas : observe et essaie de prédire la trajectoire des lancés ! »

_________________
All I want is to fly with you. All I want is to fall with you. So just give me all of you. Nothing can keep us apart. 'Cause you are the one I was meant to find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne.

Revenir en haut Aller en bas

[Novembre 97 - PV] Le lionceau et la lionne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.» 18 novembre 1803, les idéaux de Vertières» Iron Sky (nouveau film qui sort en novembre 2011)» Friday Night Smackdown - 25 Novembre 2011 (Résultats)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Extérieur du château :: Terrain de Quidditch-