AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Novembre 1997] Chasse à Lowe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SORCIEREcrivain
    SORCIER
    Ecrivain
AVATAR : Dean O'Gorman
MESSAGES : 19

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 20/09/1970 à Tottenham
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Mer 19 Juil 2017 - 23:25

16 Novembre 1997, Loch Encoh, Ecosse

Roches, herbes hautes, terre d’argile et arbres épars. Tel était la vision qui s’imposait aux yeux d’Uther tandis qu’il arpentait le sol accidenté s’éloignant des rives du Loch Enoch. Là, les reliefs étaient tels qu’il était impossible de voir à dix mètres devant soi. Le sentier escarpé sillonnait les collines rocheuses du Galloway, tantôt surplombant le grand lac, creusant parfois de profonds sillons dans la terre, mais laissant toujours le sentiment de marcher à travers une forêt de hautes et larges pierres.

Le petit îlot siégeant au centre du loch n’avait pas été trop difficile à atteindre, et ses informations avaient prouvés leur exactitude.  Bien caché entre les racines d’un vieille arbre – probablement centenaire – , Uther avait découvert un passage menant à la fameuse crypte d’Enoch. Ce n’était, à proprement parler, pas le tombeau du légendaire Enoch, mais un simple dolmen renfermant les ossements d’un ancien druide des Dumfries, dont il s’était laissé dire qu’il avait enfermé une puissante magie dans son athamé.

L'athamé était une arme utilisée lors des anciens rites druidiques, semblable à un long poignard. Traditionnellement forgés en fer ou en cuivre et munies de manches de bois ou d'os plaqués de lanières de cuir ou de peau, ces outils avaient pour vocation la préparation de potions, la cueillette d’ingrédients, et, quand les circonstances l'exigeaient, d'armes. Celui qu'Uther convoitait était sensé avoir une lame de cuivre à double tranchant de près de trente centimètres et un manche d'os de dragon doublé de fourrure de loup. D'après ce qu'il en avait lu, son propriétaire se voyait pourvu d'un puissant aura animal, et se faisait très aisément obéir par les créatures sauvages non-magiques, tels que les loups, les cerfs, les sangliers, les oiseaux etc...  

Uther avait extirpé la petite dague de l’ossuaire non sans une certaine satisfaction : ses capacités à réaliser ce genre de quête en solitaire n’avait pas diminuées, et bien qu’il regrettât l’absence d’Astrid, ne serait-ce que pour la joie de sa compagnie, il était heureux de savoir qu’il était tout aussi apte à se débrouiller seul.

Gravissant encore le petit sentier, espérant sortir du champ de protection du Loch sous peu de temps, Uther se retournait sans cesse. Quelque chose était tapi derrière les pierres sans âges. La région était protégée par une très puissante magie qui couvrait les alentours du lac sur plusieurs kilomètres. Il était impossible d’y transplaner, d’y entrer par portoloin ou par quelque moyen de déplacement magique que ce soit. En conséquence, il fallait marcher. Marcher à travers la roche et la pierre.

Uther fit volte-face et scruta les environs. Un petit éboulement de caillasse venait de retentir, à quelques pas dans son dos. Tirant sa baguette, il la pointa vers chaque rocher, chaque cachette possible, prêt à lancer un éclair de stupefixion à la première silhouette qui en sortira. Pourquoi diable Astrid n’était pas là, alors que ce genre de situation était son apanage ? Parce que tu ne l’as pas conviée à la fête, sombre crétin, se répondit-il.  

Rien, en effet, ne lui avait laissé l’impression qu’il aurait besoin de l’escorte de la seule mercenaire qui avait son entière confiance – et, plus encore, son affection. Le Loch était connu pour être complètement désert et dépourvu d’intérêt. Aucune créature représentant un quelconque danger n’y résidait, la flore et la faune était paisible, aucune richesse connue ne valorisait ce terrain accidenté et les rares êtres humains venant l’arpenter étaient des touristes moldus en randonnée. Aussi n'avait-il pas jugé nécessaire d'attendre les vacances scolaires pour emmener avec lui l'apprentie professeure suivant sa formation à Poudlard.

- Hominum Revelio.

Rien. Enfin, tout et rien à la fois. Le sortilège de détection lui indiqua des dizaines de présences humaines autours de lui – dont une si proche que si elle avait vraiment été présente, la baguette d’Uther l’aurait traversé de part en part. Le sorcier s’y était attendu. La seule réelle – et désagréable – surprise était la formidable énergie magique qui se dégageait du Loch, créant des interférences si puissantes qu’elle rendait tout sort de détection proprement inefficace, et créait une barrière naturelle contre le transplanage.

Abaissant sa baguette, il continua sa route tout en maintenant sa garde prête. Comment Astrid faisait-elle ? Il resta alerte, l’oreille aux aguets et les yeux furetant chaque recoin de son champ de vision, prêt à riposter au moindre signe d’hostilité, comme son amie lui avait appris à le faire. Mais il n’avait ni son expérience, ni sa puissance, ni son entrainement… ni ses réflexes.

_________________
Et Lux In Tenebris Lucet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT & LOUP-GAROU
    MANGEMORT & LOUP-GAROU
AVATAR : Dave Legeno
MESSAGES : 75

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 1945, inconnu
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Ven 21 Juil 2017 - 0:18

C'était rare quand Fenrir acceptait les missions personnelles. Mais il avait un réel besoin de libérer ses impulsions. De plus, Laylaeth n'était pas connu pour être une enfant de cœur dans le cercle des mangemorts, ainsi répondre présent à ses demandes était recommandé.
Le loup arrive alors au lieu de rendez-vous. Une demeure plutôt funeste qui semblait caricaturer le personnage vivant à l'intérieur.
Il finit par rentrer alors qu'un valet lui ouvre la porte avant de lui dire qu'elle l'attendait dans la pièce du fond.
L'animal avance prudemment en regardant un peu autour de lui le décor atone et gris sous la lumière tamisée. L'endroit n'était pas accueillant et lui donner même des frissons dans le dos, rien d'étonnant à ce que la maîtresse de maison soit si peu cordiale.
Il arrive finalement dans la pièce, un feu de cheminée est allumé et est seule source de lumière et de chaleur. Fenrir entend alors une voix qui lui dit d'avancer, une voix suave et plus coupante qu'un couteau de boucher. Il s'approche jusqu'à arriver devant elle. Elle avait le regard aussi glacé que ses murs et tout son corps transpiré l'intelligence et la classe. On sentait directement que c'était quelqu'un qui n'aimait pas se salir et qui préféré demander à un loup-garou de le faire à sa place.

- Bien. Mon Cher Ami Uther Lowe convoite un objet que je veux absolument dans ma collection. Malheureusement, suite à quelques projets personnels, il m'est impossible de me déplacer... Le pourquoi, je fais appel à vous.

Sa voix était sifflante et son allure de sirène diabolique tenant son verre de vin donnait à ce tableau un air dramatique de fin de série noire.

- Retrouvez-le. Et ramenez-moi cette relique... Et bien entendu, débarrassez-vous de lui une bonne fois pour toute...

Le lycan écoute attentivement avant de baisser la tête en acquiesçant.

« Bien madame. »

Il s'apprête alors à partir. Plus vite il sortait d'ici mieux il se porterait. Ce lieu sentait tellement la suprématie des sorciers qu'il avait l'impression de voir des têtes de loup-garou et de centaure sur les murs, tels de vulgaires trophées.

- Oh Fenrir... Transmettez-lui mes amitiés les plus sincères, je vous pris...

« Cela sera fait madame... »



Fenrir prit la route immédiatement après ce fameux entretien, à la recherche de cet Uther Lowe. Après plusieurs heures de recherche, il finit par enfin localiser sa trace en Écosse, tout pré du Loch Enoch.
La région était un peu aride par endroits, laissant place à de hauts rochers et sentier sableux. Il avait l'habitude de ce genre de paysage, son agilité lui permettait de tenir une bonne distance malgré le relief de cette région.
Courant dans les herbes hautes, le loup gardait le nez levé pour repérer son odeur rapidement avant qu'il ne puisse l'entendre tandis que son regard parcourait avec vitesse chaque parcelle de terre. Il finit par grimper sur une roche sédimentaire un peu plus élevée, plantant ses griffes pour escalader avec facilité en faisant attention au bruit qu'il pouvait engendrer.
Avançant à pas de loup, le lycan finit par l'avoir dans son collimateur. Grognant légèrement, il lui laissait une longueur d'avance, histoire de l'observer un peu plus avant d'attaquer. La traque était beaucoup trop importante pour foncer tête baissée dès le début, de plus, il devait attendre qu'il trouve l'objet tant convoité par Laylaeth.
Fenrir restait à bonne distance, grimpant sur les rochers en s'éloignant le plus possible du sentier principal.
L'homme ne le savait pas encore, mais il lui appartenait déjà. Chaque respiration, chaque mouvement, chaque décision qu'il prenait étaient minutieusement observés par ses soins. Marchant calmement sans le quitter du regard, l'animal le scrute, le voyant s'infiltrer dans une petite crypte, se couchant sur la roche. Le prédateur en lui était patient, attendant que sa proie sorte de son terrier pour pouvoir se jeter sur elle.

Quelques instants plus tard, il finit par le voir ressortir avec un air plutôt satisfait. Fenrir considérait alors que sa quête s'était déroulée comme il l'avait prévu. Levant la tête, il l'observait un moment avant de faire rouler quelques minerais mal maintenus.
Greyback restait bien invisible aux yeux d'Uther, attendant que ce dernier réveille son instinct de préservation. Son odeur commençait doucement à évoluer. Il était inquiet de la tournure que prenaient les choses. Inquiet de penser que quelqu'un le suivait. A-t-il des raisons de paniquer ? Bien sûr que oui...

Le lycan l'entend lancer un sortilège qui ne donne rien. Un sourire carnassier sur le visage apparaît alors qu'il entend ses pas reprendre. Fuis jeune lapin... Le jeu commencera bientôt...
Greyback reprend la route derrière lui, toujours aussi silencieusement. Maintenant qu'Uther était quasiment persuadé que quelqu'un le suivait, il allait devenir beaucoup plus alerte. Mais après tout, qu'il sache qu'un loup le suivait restait le but premier de ce début de chasse.

Finalement, après plusieurs minutes, Fenrir se mit derrière lui, a à peine quelques mètres, respirant une grande bouffée d'air.

« Une journée parfaite pour faire une petite course n'est-ce pas... »

Il le regardait, se passant la langue sur ses crocs, le sourire aux lèvres avant que ce dernier ne s'efface, reprenant un air sérieux.

« Je te laisse 1min d'avance... »

Et c'était encore aimable de sa part. La minute passée, Greyback finit par se jeter à sa poursuite. Le jeu commence... Maintenant !

_________________

Prends garde à moi quand je vois rouge, même si je suis doux comme un loup

Fenrir's art © milek jakubiec

"Tomates élevées avec amour, 100% naturelle (Engrais : enfant) nous ne sommes pas responsable d'un possible empoisonnement."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIEREcrivain
    SORCIER
    Ecrivain
AVATAR : Dean O'Gorman
MESSAGES : 19

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 20/09/1970 à Tottenham
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Lun 24 Juil 2017 - 16:41

Uther continua d’avancer, en proie à une tension de plus en plus grande. Il était pourchassé. Il en avait la certitude au plus profond de lui. Mais par quoi ?

Se retournant à plusieurs reprises pour jeter un coup d’œil par-dessus son épaule, il ne parvint pas à identifier cette menace sourde et invisible. Cela le décontenançait au plus haut point. Ses capacités d’analyse et son sens tactique lui donnaient systématiquement un coup d’avance sur tout danger potentiel. Or, de cet avantage découlait un sérieux problème : l’inconnu était sa plus grande peur, et sa plus grande faiblesse. Comment organiser un plan de fuite face à quelque chose dont on ignore tout ?

Il avait été stupide ! Totalement, irrémédiablement et définitivement stupide ! Stupide de partir seul, alors que le climat actuel imposait de rester constamment accompagné.  Stupide de n’avoir pas attendu les vacances et le retour de sa mercenaire préférée. Stupide, car cette fichue dague aurait bien pu rester dans cet ossuaire quelques mois de plus.


- C’est la dernière fois que je pars en excursion sans toi, Astrid, se promit Uther.

Alors même qu’il s’évertuait à chercher une solution pour sortir de ce guêpier, un long souffle rauque, semblable à un grognement, s’éleva à quelques mètres derrière lui. Son sang se glaça dans ses veines, en même temps que son esprit exulta : il allait enfin pouvoir mettre un visage sur sa crainte.

Uther pivota sur un pied en brandissant sa baguette, prêt à parer à toute éventualité. Il s’attendait à devoir bloquer un maléfice, un assaut quelconque, mais son poursuivant se tenait tranquillement debout, devant lui, un sourire affamé déchirant ses traits dans une expression mauvaise. Fenrir Greyback… L’une des plus redoutables enflures à la solde des Mangemorts. Un chasseur sans égal et une crapule sans humanité.

- Une journée parfaite pour faire une petite course n'est-ce pas...

Uther ravala la terreur première qui l’avait envahie à la vue du Loup-garou si tristement célèbre. Maintenant qu’il savait à quoi il avait affaire, il avait une chance de s’en tirer. Même si elle était très mince.

- Parfaite, en effet, lâcha Uther sans tenir compte du double-sens qui pouvait être attribué au mot « course ». Qu’est-ce que le caniche préféré du Seigneur des Ténèbres fait ici ?

La question était définitivement rhétorique. Uther savait pertinemment bien ce qui pouvait amener Greyback à ses trousses. Si la course pouvait être interprété par un œil extérieur – ou peu sagace – dans le sens purement sportif du therme, il savait que pour le chasseur, il était cette course… ce contrat.

Son mépris sembla quelque peu refroidir le lycan, dont le sourire s’effaça.


- Je te laisse une minute d’avance, lança-t-il d’une voix basse.

Uther ne se le fit pas dire deux fois. Tournant les talons, il détala aussi vite qu’il le pu. Ce n’était pas la peur qui l’avait poussé à courir, mais la nécessité de gagner du temps. Il n’était pas naïf : il savait qu’une minute ne serait jamais suffisante pour atteindre une zone d’où il puisse transplaner. Inutile également de songer à se cacher derrière des rochers, à couper à travers les collines pierreuses et le relief accidenté du terrain. Personne n’échappait à Greyback. Dans moins de cinq minutes, il l’aurait rejoint, et il lui en aurait probablement fallu le double pour sortir de la zone.

En revanche, il eut un sourire sans joie. Le chasseur, sans doute un peu trop sûr de lui – ou sous-estimant grandement les capacités de son gibier – venait de commettre une satané boulette.  Si cinq minutes ne lui serait pas suffisantes pour s’enfuir, elles lui laissaient au moins le temps de préparer un plan qui lui permettrait, peut-être, de rester en vie quelques années de plus.

Sous le coup de l’adrénaline, l’esprit d’Uther se mit à travailler à toute vitesse tandis que lui-même filait, sautant par-dessus les rochers, coupant les virages, s’évertuant à mettre le plus de distance possible entre lui et son prédateur. Il sut d’instinct qu’aucune échappatoire n’était envisageable face au loup-garou. La clef de sa survie dépendait donc du but premier de cette poursuite. Uther n’était pas un opposant actif au Seigneur des Ténèbres, ni à son nouveau régime de terreur dirigeant le Ministère de la Magie. Le seul acte qui aurait pu lui être préjudiciable avait été de démissionner – une nouvelle fois – de son poste à la Gazette sitôt que les horribles mots « La Magie est Puissance » s’étaient gravés sur une stèle marquant l’entrée du Ministère. Mais là encore, il doutait que l’incident eut assez d’importance pour que le mage noir décide de le faire exécuter.

La minute était probablement écoulée, et Greyback devait désormais être sur ses traces.

- Réfléchit, crétin de Serdaigle, s’admonestera Uther avec colère. Quelle est la raison qui pourrait pousser le chasseur de prime en chef des Mangemorts à te coller au train ?

Et le déclic se fit…

La réponse était si évidente qu’elle aurait pu lui arracher un rire, si la situation n’avait pas été aussi dramatique.


- Laylaeth. Espèce de sombre garce, siffla-t-il entre ses dents.

Laylaeth avait engagé Greyback pour lui voler ce qu’il avait récupéré – et probablement pour le tuer, au passage. Pourquoi cette harpie malfaisante ne s’était pas déplacée elle-même, il n’en savait rien. Ce qu’il savait en revanche, c’était que cette certitude lui offrait une porte de sortie. En moins de quelques secondes, il avait élaboré le plan le plus bancale qu’il ait jamais imaginé. La chance aurait une grande part de responsabilité dans sa survie, mais c’était déjà mieux que rien.

Sans s’arrêter de courir, il sortit la relique d’une main et la visa de sa baguette en murmurant :

- Fur Furis.

Toujours un coup d’avance…  

_________________
Et Lux In Tenebris Lucet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT & LOUP-GAROU
    MANGEMORT & LOUP-GAROU
AVATAR : Dave Legeno
MESSAGES : 75

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 1945, inconnu
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Mar 25 Juil 2017 - 15:11

Fenrir ne bougeait toujours pas lorsqu'il finit par se retourner, le visant de sa baguette dans un geste de défense. La terreur pouvait se lire sur son visage alors que ce dernier répondait à sa provocation dans un dernier espoir sarcastique. L'emblématique réplique qu'on lance quand on sait que l'instant X approche. Cette course allait être attractive et sublimement dynamogène. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas pu sprinter à fond pour une traque, surtout dans un paysage aussi idyllique. Utiliser ce terme était sûrement radicalement ironique en sachant ce qu'il s'apprêtait à faire.
Le loup lui laissait une minute d'avance, le temps de se faire craquer quelques os du cou et prendre plaisir à le voir détaler vélocement, réfléchissant sûrement comment se sortir d'un tel pétrin.
Fenrir lâcha un grognement avant de se secouer la tête et finir par lui filer au train. Certes, il pourrait très bien l'appréhender sans attendre et l'avoir facilement, mais son instinct de loup aimait prendre des risques ainsi qu'avoir le plaisir d'observer sa proie avant; laissant le plaisir l'envahir complètement.

Fonçant vers lui en utilisant ses pattes avant quand le relief le permettait, il pouvait ainsi enfoncer ses griffes et s'agripper aux rochers et aux dunes avec la grâce du canin que jamais on n’aurait pu lui attribuer. Son regard était fixé tel un radar sur lui, observant le moindre geste, le moindre détour et le moindre changement de direction pour pouvoir préméditer au maximum.
Il tenta un coup de griffe qui l'effleura, le ratant de peu alors que sa proie se déviait légèrement de la route, augmentant sans le vouloir le plaisir au lycan. Une vraie chasse d'un loup face à son lapin.
Soufflant comme un bœuf, il laissait sa langue caresser ses crocs comme si cette dernière avait sa propre conscience et restait indubitablement impatiente face au gibier en face. Gibier qui te tarderait pas à finir sous ses crocs avant d'être abandonné dans ce panorama paradisiaque.
Il finit par monter sur une grande dune avant de sauter sur lui, le faisait trébucher légèrement. Sa poitrine se soulevait à chaque respiration alors qu'il se secouait un peu avant de se redresser, ne perdant pas une seconde avant de repartir.
Il est vrai, il n'était pas au maximum de sa vitesse, voulant se distraire un peu avant de le mutiler et en faire son festin. La vie était une illusion et le temps une simple arrogance. On l'avait enfermé depuis trop longtemps et il fallait que d'autres en paye le prix. Et encore plus un non moldu.
Greyback n'utilisait d'ailleurs aucune des techniques courante chez les sorciers. Il pourrait sortir sa baguette et lui lancer des sortilèges jusqu'à réussir à le toucher, mais il préférait largement courir et relayer sa victime au rang de jouet vivant et consommable.

* Tu n'as aucune chance mon grand.* pensait-il, consumant sa vengeance, la haine finissant par apparaitre également. * Et si tu t'en sors, tu te souviendras du jour où tu as croisé ma route, je finirais par devenir ton poison, et même mon ombre te terrifiera.* étaient ces pensées, douces et amères mais bien plus remplit de souffrance qu'il ne pouvait paraitre. Le mal engendre le mal finalement.

Le temps semblait figé, comme si la faune et la flore avaient fini par s'éteindre, attendant la finalité de cette poursuite, restant en haleine de savoir si le prédateur allait enfin mettre la main sur la proie. Ses yeux avaient cette lueur animale qu'on ne pouvait voir normalement qu'en période de pleine lune. Mais la pleine lune était toujours en lui depuis bien longtemps, ancré dans chaque pore de sa peau.
Il finit par quitter sa ligne de confort pour changer de cap, ne lui laissant aucune pause, aucun répit. La chasse à courre était lancée, et il savait qu'il finirait par l'avoir par épuisement. Fenrir observait alors le terrain avant, grognant et soufflant avant de sortir de son champ de vision, l'observant de loin, attendant le bon moment pour revenir à la charge sans lui laisser le temps de souffler.

Puis il finit par atterrir face à lui, le regardant en reprenant son souffle, s'approchant doucement alors qu'Uther repartait de plus belle dans la direction opposée.

« C'est moi qui définis les règles, mon grand. »

Dit-il pour lui avant de repartir, le sourire aux lèvres. Laylaeth voudrait surement qu'il en finisse rapidement plutôt que de jouer au chat et à la souris, mais ce n'était pas dans ces méthodes. L'odeur de la peur était bien trop aphrodisiaque pour lui pour pouvoir tuer rapidement. On lui offrait une proie, il avait finalement droit de s'amuser un minimum...

_________________

Prends garde à moi quand je vois rouge, même si je suis doux comme un loup

Fenrir's art © milek jakubiec

"Tomates élevées avec amour, 100% naturelle (Engrais : enfant) nous ne sommes pas responsable d'un possible empoisonnement."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIEREcrivain
    SORCIER
    Ecrivain
AVATAR : Dean O'Gorman
MESSAGES : 19

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 20/09/1970 à Tottenham
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Sam 29 Juil 2017 - 13:13

Uther entendit un son de cavalcade dans son dos, et le rapide coup d’œil qu’il jeta en retrait lui permit de faire une rapide embardée. Il sentit des griffes lui déchirer un pan de sa cape, et une douleur lancinante sur son côté où trois longes estafilades s’étaient gravées dans sa chaire. Etouffant un gémissement, il bondit en avant et se mit à courir de plus belle. Le dernier sursaut, l’énergie du désespoir, allié à une pensée récitée comme une formule incantatoire :

*Tu as un plan, tu ne peux pas mourir*

Il n’entendait plus que le bruit sourd et régulier de ses pas battant la terre, le crissement des pierres sous ses bottes, le souffle régulier et rapide s’échappant de ses lèvres. Il ne ressentait plus que son cœur, tambourinant dans sa poitrine sous l’effet de l’adrénaline et de l’effort démesuré qu’il produisait dans sa fuite, le tiraillement des muscles de ses cuisses, éprouvées par un sprint prolongé, le vent fouettant son visage en sueur.

*Encore un peu plus loin. Juste un peu plus loin…*

Un mouvement sur sa gauche. A moins de deux mètres. Une ombre s’élançant d’un rocher, fondant sur lui comme un rapace. Un coup de patte qu’il parvint à esquiver dans un nouvel écart. Pas totalement, en fait. Uther n’aurait su dire si le lycan l’avait frappé ou s’il avait simplement trébuché dans sa hâte. Toujours est-il qui se retrouva à plat ventre sur le sol, roulant sur lui-même, sautant sur ses pieds et détalant à nouveau en jurant copieusement.

*Nom de Merlin de citrouille d’empestine de taverne à trolls de bouse de dragon !*

Uther sentit une sombre terreur l’envahir. Le travail de harcèlement que son poursuivant mettait en œuvre lui faisait perdre ses moyens, et il lui sembla qu’il n’arriverait jamais à sortir vivant de ce guêpier.  Comme pour donner foi à cette dernière pensée, il vit se dresser, face à lui, la silhouette de Greyback qui marchait paisiblement vers lui, bloquant sa retraite, un sourire carnassier aux lèvres, force implacable et inarrêtable qui ne semblait pas vouloir le laisser en paix.

Pivotant sur place, Uther repartit dans l’autre sens. Il s’éloignait de son objectif, et c’était probablement ce que voulait le loup. Il l’entendait ricaner dans son dos, et ce son insinua en lui une pensée : Greyback jouait avec lui.

Cette prise de conscience effaça la peur d’Uther, la remplaçant par une fureur noire. Il n’était pas un jouet ! Il n’avait pas pour vocation à être un chien apeuré détalant devant le son des cors et les rires des chasseurs. La nature de son patronus s’imposa à lui, dans cet instant de lucidité. Le courage et la fierté du loup rejaillirent en lui comme une flamme dévorante. Cessant de courir, il campa sur ses positions en toisant son poursuivant avec mépris. On allait bien voir qui était le plus loup, des deux.

- Fini de jouer, Greyback, cria-il à l’adresse du Lycan. Amène-toi et finissons-en !

*Tu as un plan, tu ne peux pas mourir...*

_________________
Et Lux In Tenebris Lucet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT & LOUP-GAROU
    MANGEMORT & LOUP-GAROU
AVATAR : Dave Legeno
MESSAGES : 75

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 1945, inconnu
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Sam 5 Aoû 2017 - 17:58

Grognant, il le vit alors s'arrêter comme si la lucidité avait pris le pas sur sa terreur. Le brun se retournait alors lentement tandis que Fenrir avançait toujours avec grâce vers lui. - Fini de jouer, Greyback, Amène-toi et finissons-en ! Il penchait alors la tête à ses paroles. Ce fou voulait réellement livrer une lutte ? Le loup se passe alors furtivement sa langue sur ses crocs tout en le fixant. Qu'est-ce qui l'avait motivé sur cette décision ?
Le vent soufflait lentement en sa direction, apportant alors son odeur de peur toujours présente, mais aussi une odeur de provocation, de confrontation dont il avait sûrement le secret. La méfiance était de mise.

* Ce petit enfoiré a sûrement un plant derrière la tête. D'autant plus qu'il est seul, ce qui reste étrange pour ce genre de sorcier.*

Le loup s'arrêtait alors à quelques mètres de lui, tout en le fixant de toute sa hauteur. Ce louveteau pensait réellement qu'il avait la moindre chance ? Il avait toujours admiré cette force de caractère et aussi cette folie émanant de certaines de ces victimes. Peut-être que c'était une des caractéristiques des chasseurs de trésors ? Il fallait bien être un peu fou pour prendre autant de risques pour des objets de plusieurs années finalement. Le lycan préférait nettement prendre des risques pour autre chose.

« Ton odeur est délicieuse... Dit-il en montrant un peu les crocs. J'admire ton courage encore plus que ta folie. J'admire également tes envies suicidaires, à moins que ce soit la fatigue qui te pousse à essayer de gagner quelques précieuses secondes de répit ? »

Il sourit faiblement tout en le fixant, se préparant chaque seconde à l'éventualité qu'il puisse s'enfuir de nouveau. Fenrir fit de nouveau un pas en sa direction, reniflant encore son odeur. Il n'y avait aucun son comme s'ils étaient rentrés dans une dimension où le bruit n'avait pas sa place. Seules leurs respirations étaient audibles ainsi que quelques crissements de chaussure sur le chemin graveleux.
Fenrir sentait également une faible odeur de sang, qui lui permit de savoir qu'il avait réussi à le toucher un minimum durant leur course et possiblement l'affaiblir. Cela expliquerait son arrêt ? Ou est-ce uniquement un courage mal placé ? Il ne sentait rien venant de lui qui pourrait possiblement l'inquiétait plus que de raison. Quitte à choisir, celle qui lui avait donné cette mission le paniquer plus que la crevette qu'il avait en face de lui. Le loup soupirait faiblement, en général il préférait attaquer directement, mais il allait être plus aimable cette fois et lui laissait le choix entre deux options.

« On peut faire ça de deux manières. La douce où je te tue rapidement ou la moins douce où je prends tout mon temps... Je suis quelqu'un de parole, je te laisse choisir celle que tu souhaites... »

Un mouvement de bras accompagnait ses paroles, l'air un peu blasé. Sans oublier de récupérer bien sûr ce fameux objet au passage. Fenrir attendait alors sa réponse patiemment, clignant à peine des yeux. Lorsqu'il était en pleine chasse, on ne pouvait que voir le loup dans son regard sombre, seules la parole et son apparence le faisaient rester dans les hominidés. Tous ses sens étaient en alerte, personne ne pouvait le prendre par surprise dans ces instants.

_________________

Prends garde à moi quand je vois rouge, même si je suis doux comme un loup

Fenrir's art © milek jakubiec

"Tomates élevées avec amour, 100% naturelle (Engrais : enfant) nous ne sommes pas responsable d'un possible empoisonnement."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIEREcrivain
    SORCIER
    Ecrivain
AVATAR : Dean O'Gorman
MESSAGES : 19

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 20/09/1970 à Tottenham
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Lun 14 Aoû 2017 - 14:04

Uther suait comme un bœuf. Haletant, il pointa sa baguette vers le torse de son antagoniste, prêt à lancer le premier maléfice qui lui viendrait à l’esprit. Son adversaire s’arrêta devant lui, un sourire carnassier déchirant ses traits. Il garda son regard fixé sur le loup, ses yeux trahissant sans doute une appréhension qu’il s’efforçait de masquer derrière une volonté de fer, une détermination sans faille.

Etrangement, c’est en cet instant qu’il se remémora John Wayne. « Le courage, c’est être mort de peur mais rester en selle malgré tout ». Uther songea qu’il fallait avoir eu au moins une fois ce genre d’expérience mortelle pour comprendre pleinement le sens de cette phrase. Lorsqu’il se retrouvait face à un risque de mort violente, il déterminait soigneusement ses chances de succès avant de prendre la décision de s’enfuir ou de combattre. Habituellement, si le risque était trop élevé, il quittait les lieux prestement.  Or, aujourd’hui, il savait qu’il n’aurait pas le dessus sur Greyback. Et aujourd’hui, il ne pouvait espérer s’échapper.

« Ton odeur est délicieuse... J'admire ton courage encore plus que ta folie. J'admire également tes envies suicidaires, à moins que ce soit la fatigue qui te pousse à essayer de gagner quelques précieuses secondes de répit ? »

Uther éclata de rire. Un rire froid. Un rire franc. Un rire sans humour et sans joie. Il ne pouvait concevoir qu’en cet instant, le loup continue ainsi à le prendre pour un imbécile. Gardant sa baguette levée, il prit bien soins de tenir le lycan en joue tandis qu’il répliquait :

- Ne te moque pas de moi, Greyback ! Tu sais pertinemment que tu te tiens entre moi et la sortie. Tu sais tout aussi bien que je ne parviendrais pas à te distancer. Alors à quoi bon m’épuiser à courir en tous sens – si ce n’est pour te divertir ? Je préfère de loin conserver mes forces pour être en mesure de livrer un combat acharné.

Le loup s’avança d’un pas supplémentaire, et Uther recula tout en maintenant sa baguette pointée sur le cœur de son vis-à-vis, tenant rester à une distance raisonnable de son poursuivant. Il fulminait. Le sorcier pouvait presque apercevoir les collines dans le dos de Greyback, distantes d’à peine plus d’un kilomètre, marquant la limite du champ d’action de la magie interdisant tout transplanage. Si proches… et si lointaines. Il ne lui aurait fallu qu’une poignée de minutes pour les rejoindre, mais en cet instant, elles auraient tout aussi bien pu se trouver sur la lune. Greyback reprit la parole de sa voix rocailleuse.

« On peut faire ça de deux manières. La douce où je te tue rapidement ou la moins douce où je prends tout mon temps... Je suis quelqu'un de parole, je te laisse choisir celle que tu souhaites... »

Uther se figea. Encore une fois, la peur n’était plus qu’une subtile nuance dans l’amas d’émotions qu’il ressentait, les plus puissantes étants la colère et la fierté. Le lycan croyait sans doute lui accorder une faveur, mais ses paroles l’avaient frappées comme une terrible insulte, une humiliation que l’orgueil des Serdaigles ne pouvait, ne devait laisser passer.

- Va en enfer, Greyback, cria Uther. Espère-tu réellement que je vais me mettre à genoux devant toi ? Te supplier de m’épargner, comme un chien ? Abaisser ma baguette en t’implorant de « faire ça vite » ? Si tu t’imagines que je vais te donner cette satisfaction, tu risques d’avoir une sacrée surprise !

Uther l’observa d’un œil noir, le visage déformé par la fureur. Sans le vouloir, en croyant briser sa volonté par l’intimidation et la terreur, le chasseur de prime lui avait insufflé un regain de détermination. Mais intérieurement, Uther réfléchissait aux meilleures méthodes qui lui permettraient de mettre son plan à exécution.

- Ne crois pas que j’ignore pourquoi tu es ici, reprit-il en crachant sur le sol. Laylaeth t’a jeté sur mes traces ! Et je sais pourquoi !

D’un petit geste sec, il écarta un pan de sa robe, dévoilant la dague qu’il avait récupéré moins d’une heure auparavant, accrochée à sa ceinture.

- Tu veux deux choses, Greyback. Cette dague, et ma vie. Ne crois pas une seule seconde que je te céderais de mon plein gré l’une comme l’autre. Si tu les veux, tu devras venir me les arracher de force.

Uther continuait de brandir sa baguette sur son adversaire. Le combat allait s’engager. Ce n’était plus qu’une question de secondes. Il sentait le maléfice naître dans son arme, prêt à être lancé. Il ressentait ce mélange de résolution et de peur qui précédait un duel à mort, une sensation qu’il n’avait que trop peu expérimenté pour espérer venir à bout d’un combattant aguerri. Il ressentait son cœur martelant ses côtes, son souffle saccadé et rapide. Il ressentait la brûlure salée de la sueur perlant sur son dos. Il ressentait chacun de ses nerfs, tendus au delà du supportable, dans l'attente d'un combat auquel il ne pouvait échapper, mais qu'il ne voulait livrer. Son seul espoir était que Greyback tente de s'emparer de la dague avant de le tuer.

- Si je dois mourir de ta main, ici et aujourd’hui, murmura-t-il d’une voix sifflante à l’adresse du loup, alors je ferais ce qui est en mon pouvoir pour que tu n’y prennes aucun plaisir et que tu n’oublies jamais à quel point tu en aura bavé !

Puis, pointant sa baguette aux pieds de Greyback, il s’exclama :

- Deprimo !

Le sol se souleva, explosa comme si un obus d’artillerie venait de s’abattre à l’endroit précis où se tenait le lycan. La terre et la roche s’envolèrent très haut avant de retomber en pluie dru et sombre. Uther leva à nouveau sa baguette, plissant les yeux, scrutant à travers la poussière les environs du profond cratère que son sortilège avait creusé, cherchant Greyback et s’apprêtant à riposter.

_________________
Et Lux In Tenebris Lucet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT & LOUP-GAROU
    MANGEMORT & LOUP-GAROU
AVATAR : Dave Legeno
MESSAGES : 75

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 1945, inconnu
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe Sam 26 Aoû 2017 - 17:10

Fenrir le regarda pointer sa baguette vers lui sans manifester une once de peur, ni même reculer. Le chercheur de reliques semblait tellement sûr de lui que ça en devenait touchant. Le loup gardait une main près de sa baguette par pur mécanisme de défense, regardant son adversaire qui semblait réfléchir à énormément de choses au vu de cette situation quasiment désespérée. Il était vrai que cela changeait de ses victimes habituelles qui tenter vainement de s'en sortir. Lowe savait pertinemment qu'il n'obtiendrait aucun supplice de sa part, ni même un abandon. Qu'importe, la finalité devait rester la même quelle que soit la méthode : son ennemi mort et le lycan en vie.
Uther éclata de rire à ses paroles. Un rire glacial qui le fit croiser les bras sur son torse alors qu'il l'écoutait, souriant de nouveau à ses déclarations. Fenrir soupira légèrement.

- À quoi bon tuer sans chasser ? Et... Dit-il en se retournant rapidement, lui montrant par la même occasion qu'il ne le craignait pas. Il est vrai, que je suis entre toi et la sortie, mais pourquoi ne pas faire durer ce moment, surtout si tu te sens prêt à me défier.. ?

Greyback s'avança tandis que le sorcier face à lui gardait la même distance en reculant légèrement, ne baissant ni sa baguette ni sa garde. Il l'avait stoppé à une distance minime de la zone de transplanage, histoire de garder un peu d'ironie dans toute cette course, tout en gardant une certaine portée de sécurité, au cas où il lui échapperait pendant cette fameuse bataille. Dans sa grande bonté que peu connaissait, il lui offrait alors deux choix des plus ignobles pour le commun des mortels. Deux morts. Une douloureuse et très lente et une rapide, sans trop de souffrance. Un choix que personne ne devrait faire, un choix qu'on était heureux d'offrir, mais jamais de recevoir. Mais peu l'importait. Il avait une mission et il fallait qu'il la finalise. Comme il l'avait prévu, il n'obtint rien de lui, sauf cette fameuse déclaration comme quoi la soumission n'était pas dans sa nature. Fenrir pencha un peu la tête, à la manière d'un animal sauvage, découvrant ses crocs.

- Oooh non, je ne m'attendais pas du tout à ce que tu te soumettes aussi facilement. Et à vrai dire, cela m'aurait clairement déçu. C'était uniquement histoire d'être poli. Cependant, c'est en faisant ça que tu m'offres cette fameuse satisfaction...

Fenrir ne bougeait toujours pas, l'observant lui et ses traits de rage, sa peur s'était dissipait alors que la haine et la colère prenaient le dessus. Il n'en attendait pas moins d'un chasseur de trésors après tout. Uther écarta alors le pan de sa robe, le faisant grogner à la vue de l'objet tant convoité. Il avait vite deviné, mais était-ce si compliqué finalement ? Cela aurait été un heureux hasard qu'ils se croisent dans cette zone déserte et sèche par endroit.

- Je comptais effectivement prendre les deux à ma manière. Je m'en fiche de la dague, ce n'est que la raison de ma présence ici. Ta vie est un bonus que je m'offre en même temps surtout...

Fenrir décroisa alors les bras tout en l'observant attentivement, sentant à présent que ce n'était plus qu'une question de seconde avant que son maléfice ne s'écrase contre lui. Une préparation était donc de mise.

- Donne-moi du fil à retordre mon beau, par pitié, la facilité est beaucoup moins appréciable !

Le loup s'apprêtait alors à lui sauter dessus lorsqu'une détonation se fit entendre. Sous lui, une explosion retentit. Il fit un bond en arrière, esquivant le gros des dégâts. Malheureusement, quelques débris de roches frappèrent ses bras. Il grimaça de douleur et sa rage animale s'empara de lui. La poussière voletait partout lorsque Fenrir se dégagea. Il sortit des décombres et en une enjambée animale, arriva sur l'homme. Il se jetait sur lui et parvint à le faire trébucher. L'élan ne lui permit pas de rester accroché à Uther et il roula au sol. Il s'arrêta plus loin et se releva rapidement, sortant sa baguette. À vrai dire, le loup-garou lançait peu de sorts, préférant le corps-à-corps. Il se servait de la sorcellerie surtout pour les sortilèges de défense, en temps normal : là était la nuance ; pourquoi ne pas s'amuser un minimum, après tout, en utilisant la magie d'une façon différente ?

- Allé, montre moi ce que tu as dans le bide mon grand !

En un sort informulé, Fenrir créa une tornade de poussière. Elle commença à se former autour d'Uther, pouvant le couper à certains endroits s'il ne se protégeait pas à temps. C'était comme si le sable se transformait en poudre de verre. Le lycanthrope maintint cette force un petit moment, avant de tout projetait sur le brun. La puissance de la tornade créa quelques explosions, touchant principalement le sol qui se fissura à plusieurs endroits. C'était comme si des mines moldues s'y cachaient. Précisément ce qu'il voulait.

- Endoloris ...

Un sourire carnassier sur le visage s'était formé. Il appréciait le spectacle qui se déroulait sous ses yeux.

_________________

Prends garde à moi quand je vois rouge, même si je suis doux comme un loup

Fenrir's art © milek jakubiec

"Tomates élevées avec amour, 100% naturelle (Engrais : enfant) nous ne sommes pas responsable d'un possible empoisonnement."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Novembre 1997] Chasse à Lowe

Revenir en haut Aller en bas

[Novembre 1997] Chasse à Lowe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]» Chasse entre mère et fille» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANGLETERRE :: Autres lieux :: Autres lieux d'Angleterre-