AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Cours de potions] Le nouveau maître des potions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MANGEMORT
    MANGEMORT
AVATAR : Aiden Shaw
MESSAGES : 16
MessageSujet: [Cours de potions] Le nouveau maître des potions. Jeu 13 Juil 2017 - 17:25





The New Potions Master


Il avait l’air paisible, les lèvres un peu humides et les cheveux en torrent d’argent et de blanc, bataillant sur sa tête droite dans une artistique sauvagerie. Son allure distante, aussi étrange qu’agréablement avenante, n’avait aucun rapport avec son regard d’acier, perdu dans la contemplation d’un relief paysager lointain. Ses vêtements non plus ne repoussaient pas par leur austérité exagérée, à l’instar du directeur de cette école, dont la figure était comme le prolongement de ses haillons. Son habit, bien que sombre et renvoyant à ce qu’on pouvait s’imaginer d’un juge, ou d’un quelconque autre exécutant emphatique du gouvernement, brillait davantage par sa discrète élégance. Boutons d’argent, référence sympathique à son ancienne maison, broderies abstraites d’un gris lustré sur un veston au col relevé et nonchalamment déboutonné ; rien de spectaculaire ni de sortant de l’ordinaire. Mais malgré ce portrait même plutôt engageant, quoi qu’un brin étonnant tant le formalisme se fondait avec la spontanéité étudiée de ce personnage, il y avait quelque chose dans son apparence qui excluait. Et parce que l’intention n’était pas totalement volontaire, Andreas Rowle ne semblait pas méchant, ni déplaisant.

Pourtant, c’était bien là et il ne pouvait pas vraiment lutter contre : l’homme avait l’expression d’une parfaite indifférence à la position dont il avait hérité, quoi que cela puisse dire pour celui qui l’observait. Quelque chose qui ne pouvait pas se reproduire, mais se développait lentement dans le temps. Un détachement palpable indiquant qu’il n’accordait aucune importance à ce qu’on pouvait penser de lui. Qu’il était exactement là où il devait être, quel que fut l’endroit. C’était une assurance, forte, presque vibrante, mais paisible du fait de la parfaite croyance d’avoir mérité tout ce qui se produisait. La confiance passive irradiait, solaire, tranquille. Tout appartenait à Andreas Rowle, la vie lui avait tout offert. Rien ne changeait ce statut acquis par la nature, qui lui donnait tous les droits auxquels il prétendait sans même dire un mot. L’espace qu’il occupait sans insistance était le sien, et même s’il ne pointait du doigt sur rien, tout ce qui l’entourait lui appartenait s’il en décidait ainsi, c’était certain.

Raison pour laquelle, lorsque les élèves commencèrent à affluer dans la salle, secoués d’abord par un soubresaut étonné de voir un inconnu dans la salle de classe, Andreas ne broncha pas. Il n’y accorda d’ailleurs aucune importance, leur laissant le temps de se demander s’ils ne s’étaient pas trompés d’heure ou de salle. Ou si lui, ce monsieur ne s’était pas trompé d’endroit. Néanmoins tout était prêt pour qu’un cours prenne place. Les chaudrons étaient là, tous en cuivre pour une conduction de la chaleur plus égale, et donc une meilleure préparation de la potion. Quelques ustensiles, élémentaires, trônaient alignés tels des soldats sur les tables de travail. Les ingrédients, méticuleusement étiquetés, attendaient leur heure. Le soin du détail. Mais ce qui était particulièrement indicatif quant aux évènements qui se tramaient et qui pouvaient faire comprendre aux élèves que rien n’avait été laissé au hasard par ce sombre inconnu, c’était la lumière. Les cachots n’étaient pas un endroit particulièrement propice à la minutie, tout se cachait dans des ombres. Détestant travailler dans la pénombre, Andreas avait fait hisser des lampes supplémentaires au plafond, ce qui donnait l’impression que la salle de classe était à ciel ouvert. Pas sur le ciel d’Angleterre manifestement, puisqu’il pleuvait. Adieu le mysticisme ridicule au clair-obscur. Lumière, lumière, lumière ! Aveuglante au début peut-être, au point même qu’aucun étudiant n’ait perçu le professeur debout au centre de l’alcôve, en train d’inspecter paresseusement les étagères. Mais bien vite, avec l’habitude, il s’avérait que l’éclairage était juste bon, comme il le fallait pour correctement travailler.

Sans s’en donner les airs, Andreas attendit patiemment que la confusion passe, sans sentir le besoin de justifier quoi que ce soit pour le moment. Et même quand tout le monde fut installé, il demeura absent le temps que les derniers brouhahas s’évanouissent, sans douter un instant que le contraire puisse advenir. Ce n’est que lorsque le silence se fit enfin, assourdissant, qu’il daigna lentement relever ses yeux à l’éclat ferreux pour balayer la salle du regard. Une mèche de cheveux argentés prit la fuite et vint s’étendre sur son front en boucle épaisse.

- Bienvenue à ce cours de potions, jeunes gens. Entama-t-il d’une voix profonde. Votre professeur habituel étant absent, je vais le remplacer pour une durée indéterminée. Je m’appelle Andreas Rowle et je serai dorénavant votre professeur en potions.

Soigneusement, il se tut, laissant à la classe le temps de faire les conclusions que chacun souhaitait faire quand à cette nouvelle situation. Tour à tour, il vrilla chaque visage de son regard d’acier, l’espace de quelques courtes, mais suffisantes secondes, pour spécifier tout ce que cela pouvait impliquer. Ceux qui étaient au courant ne manqueraient pas de faire le lien avec son statut de mangemort. Quant aux autres… la nouvelle ne manquerait pas de se répandre comme une trainée de poudre, alors les autres n’allaient pas rester à la traine très longtemps. Chacun ici allait devoir faire le deuil du gentil, badaud et un peu ridicule Horace Slughorn, pour faire face à l’inconnu. Un allié des masses médiocres de plus était tombé, rejoignant le rang de tous ces défenseurs des égalités et autres tolérants à l’esprit ouvert. S’ils n’étaient pas stupides, ils allaient rapidement faire le calcul que les professeurs qui partaient ne risquaient pas de se faire remplacer par leurs équivalents, mais par des représentants du Lord. Et pour cela, ils devaient tous se rendre compte que leur nouveau professeur n’était absolument pas engagé à discuter ni les maladies répétées de Slughorn, ni les raisons de son remplacement par sa propre personne. Tout ce dont ils devaient se rendre compte, c’était que les choses changeaient, et ce pour de bon. Doucement, mais définitivement. Et de toute façon, le nouveau régime ne se discutait pas. Les inquiétudes n’avaient pas à être apaisées, mais devaient se renforcer pour les coupables et les forcer à se soumettre. Ceux qui avaient peur avaient raison d’avoir peur et ce n’était pas Andreas qui allait les contredire ou les rassurer. Le préambule servir était largement suffisant et ne demandait pas plus d’explications. Le professeur, le visage indéchiffrable, mais pas moins curieusement ouvert pour autant, reprit calmement :

- Avant de continuer votre programme scolaire, je souhaite en apprendre plus sur chacun d’entre vous. Ce premier cours va nous servir à faire connaissance, où vous pourrez vous familiariser avec mes méthodes et mon rythme. Je pourrai en retour savoir ce dont vous êtes capables. Soyez attentifs, car je ne crois pas aux examens. C’est le premier et le dernier cours où vous n’aurez aucune note. A partir de ce soir, ce sera contrôle continu et vous bénéficierez d’une note à chaque cours. Andreas, dont les traits étaient demeurés inexpressifs, se détendirent lentement et il finit par sourire doucement. On parlera de ça plus tard, les précisions viendront au moment voulu.

Le sourire disparut et le nouveau professeur leva sa baguette magique. Des informations apparurent sur le tableau :





Groupe 1.


Groupe 2.


Groupe 3.




- Comme vous pouvez le voir, la classe sera divisée en trois groupes de niveau. Toutes maisons confondues, les deux premières années appartiennent au premier groupe, les années trois, quatre et cinq appartiennent au second groupe et les plus âgés appartiennent au troisième. Pour plus de confort, je vous conseille de vous regrouper selon votre catégorie. Le premier groupe occupera les deux premiers rangs de table de travail, le second groupe les deux seconds, et ainsi de suite. Si vous êtes seul, ce n’est pas un problème.

Andreas se tut, attendant que les élèves se réorganisent. Sachant que d’habitude c’était un exercice quasiment impossible à accomplir en silence, Andreas accompagna les élèves de son regard imperturbable, mais qui ne semblait pas accepter, de par sa propre impassibilité, le moindre débordement. Néanmoins, il n’aspirait pas vraiment la sévérité, juste l’intransigeance. Les bruits de sacs, les chuchotements éventuels, les chaises qui grinçaient contre le sol, ne lui arrachèrent aucune réaction. A vrai dire, il n’avait aucun doute sur son autorité, comme toujours, et pas un instant il n’avait supposé que quelqu’un puisse faire exprès en étant exubérant. Andreas n’était pas quelqu’un dont on désirait trouver les limites, c’était certain. D’une part à cause des récents évènements qui avaient pris place au château, et d’autre part parce que personne ici n’était en mesure de défier ne serait-ce que d’un mouvement de bouche les ordres donnés. Les ordres… si seulement. Andreas avait cette délicieuse façon de ne jamais donner d’ordres directes. Ses demandes étaient polies, bien formulées, sans sécheresse ni brutalité. Il savait simplement donner à ses caprices des formes qui n’y ressemblaient pas.

Une fois que les élèves furent en place, il continua, toujours aussi paisiblement :

- Parce que je ne vous connais pas encore de visage, je vais vous demander dans un premier temps de sortir un parchemin et d'y écrire votre nom et prénom, ainsi que votre année, et de le placer devant vous.  Là encore, il attendit à ce que les élèves s'exécutent, laissant la salle de classe s'emplir du bruit de plumes raclant le papier. Une fois que ce fut fait, Andreas enchaîna avec le même flegme imperturbable :

- Maintenant, réfléchissez un instant. Essayez de faire appel à ce que vous avez appris ou entendu avant de vous plonger dans vos manuels. Dès que vous êtes prêts, Je vous invite tous, selon votre groupe, à me proposer des potions que vous pensez être en mesure de réaliser du début à la fin, sans trop de difficultés, et qui vous intéressent. Vous pouvez me citer des potions qui ne font pas partie du programme scolaire. Faites preuve d’imagination, c’est conseillé, je sais récompenser l’inventivité. La seule condition étant la faisabilité, car ce que vous allez me proposer, vous allez devoir le reproduire.

Ses bras s’écartèrent, s’ouvrant à la salle. Andreas invitait ses nouveaux élèves à commencer.






Bonjour !

Ravi de vous accueillir à ce cours qui commencer aujourd'hui. Pour cette première partie, je vous laisse à tous deux mois pour poster pour vous engager concrètement.
- La première partie prendra fin le 13 Septembre 2017.
- Vous pouvez poster autant de vois que vous le voulez.
- La limite minimale est celle du forum.

Pour ce qui est du déroulement, notez simplement qu'à chaque fois que quelqu'un fera une proposition de potion, Andreas en prendra note au tableau sous le groupe concerné sans faire de commentaire. Dans le cas contraire, j'interviendrai peut-être à un moment pour attribuer des points pour l'inventivité/audace de chacun, ca ne dépendra que de vous ! Sinon, considérez qu'il ne parle pas.


Pour ce qui est des propositions de potions que vous pouvez faire :
Vous pouvez aller chercher des potions existant dans le monde d'Harry Potter, que ce soit sur Pottermore, WikiHP, Wikipedia ou tout autre support officiel. Il serait toutefois préférable que les potions proposées aient déjà des instructions quant à leur préparation, ainsi que les ingrédients les composant. Votre personnage pourra citer n'importe quel nom de potion (pour gagner d'éventuels points), mais je choisirai celles qui auront déjà une recette préétablie.

Mais ! Si vous le désirez, vous pouvez inventer une potion vous-même pour l'intégrer à l'univers du forum. Si vous procédez ainsi, selon la complexité et l'inventivité, vous bénéficierez de poins supplémentaires pour votre maison. Les potions inventées devront par contre répondre à certaines contraintes :
- La potion ne devra pas être mortelle ni dangereuse en soi.
- Pour chaque potion inventée, vous devrez joindre en spoiler, à la fin de votre post, la constitution de cette potion et la manière de la préparer.
- Il faut que les ingrédients proposés dans la constitution de la potion inventée soient cohérents. En plus de l'élaboration et de la composition, vous devrez ajouter dans le spoiler au moins une propriété par ingrédient (pour que je puisse rebondir là-dessus par la suite).
- Si vous désirez un appui, vous pouvez vous inspirer d'univers tels que Skyrim, Arcanum ou simplement de la Médecine Chinoise, qui regorgent d'idées de potions avec des une liste d'ingrédients.
- Même si je ne choisis pas votre potion pour la préparer, vous bénéficierez quand même de points pour avoir fait preuve de créativité !  

Liens utiles :
- Mon MP.
- Topic du cours : Cours de potion - questions et organisation.



Récapitulatif des groupes :





Groupe 1.
(Années 1, 2)

Grade Oliver
Selwyn Edward
De Kerimel Andrée
Ziegler Amanda

Groupe 2.
(Années 3, 4, 5)

Phillipson Aileen
Montgomery Malia


Groupe 3.
(Années 6, 7)

Douverisa Amaryllis
Sherman Nolan
Kaveline Lina
Hook Abigail
Shafiq Alizée
Stevenson Absynthe
Belmontet Jessicayumi
Livingstone Maya
Rowell Stella
Kent Jimmy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Bridget Satterlee
MESSAGES : 39

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 septembre 1980, Londres.
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: [Cours de potions] Le nouveau maître des potions. Jeu 20 Juil 2017 - 0:51


Cette journée, ce mardi, avait débuté exactement de la même façon que toutes les autres. Les cours de la matinée avaient eu le don de fatiguer Alizée plus qu'à l’accoutumée, pour la simple, mais très bonne raison d'après elle, qu'elle avait du mal à faire des nuits complètes. La nuit de souffrance restait gravé dans son esprit et, si en temps normal, elle se serait totalement réjouie d'un tel spectacle, le fait était qu'elle avait également été une victime. Une victime de l'Impero et malgré le temps qui passait inlassablement, la blessure psychique refusait de se refermer. Elle faisait encore des cauchemars de cette nuit-là et plus particulièrement d'une baguette, d'un impardonnable et d'elle faisant la poule. Elle avait beau être parvenue à se libérer de l'emprise du maléfice, il n'en restait pas moins que l'humiliation qu'elle avait vécu restait bien présence dans son esprit. Pourtant, elle n'avait pas l'intention de se venger : ce serait totalement idiot et, d'après elle, contre-productif, car cela aurait l'effet de saper l'autorité régente, en l'absence du directeur de l'école, des deux mangemorts Carrow. Elle faisait donc avec, essayant d'oublier et de se faire oublier également des autres, essayant de rester discrète. Elle devait se reconstruire et le processus était lent, alors elle ne voulait pas se retrouver parasitée par des insectes gravitant autour d'elle en forme de bouche baveuse lui offrant quelques rumeurs qu'elle trouverait, au vu de son humeur de cerbère, totalement inutile et stupide.

Voulant donc rester dans un calme relatif et ne voulant être dérangée avant le prochain cours, Liz, habillée de son éternel uniforme impeccable, au digne blason Serpentard, était seule. Attablée avec les siens, oui, mais elle avait préféré se mettre elle-même à l'écart. Elle picorait, plus qu'elle ne mangeait, ce qui se trouvait dans son assiette, attendant que les heures passassent. Elle se languissait du prochain cours de potion, car elle avait entendu la rumeur que Slug' faisait un cours ouvert à tous, une sorte de... conférence sur sa matière, de ce qu'elle avait compris. Ce serait toujours plus intéressant que le regarder le voir faire les yeux doux à certains élèves, aussi avait-elle voulu voir ce que cela allait donner. Elle refusait complètement ne pas assister à une telle démonstration, parce que, si elle était intéressante et bien menée, elle savait pouvoir apprendre certaines connaissances et, si ça ne l'était, elle pourrait toujours rire de la bêtise de l'homme qui leur servait de professeur, surtout s'il s'embrouillait – fait très rare venant du professeur, malgré tout, devait-elle reconnaître.

L'heure passa lentement, extrêmement lentement pour elle. Elle en vint finalement à compter les minutes, puis les secondes. Finalement, une bonne demi-heure avant le début du cours, la Shafiq décida de quitter la Grande Salle, son repas à moitié terminé. Elle n'avait pas faim, de toute façon et se forcer ne servirait à rien, sinon à la faire vomir en plein milieu du cours. La Serpentard préférait mille fois se reprendre Impero que subir une telle humiliation, alors mieux valait éviter de se gaver comme une oie. Tout en baillant, elle arriva bien vite devant la salle de cours habituel et commença sa longue, fastidieuse et, surtout, extrêmement ennuyeuse attente. Une attente si longue qu'elle ferma les yeux quelques secondes, dans un soupir bienheureux.

Elle se trouvait dans la Grande Salle, encore une fois et Carrow, qui portait des oreilles de lapins, souriait à pleine dent, se moquant totalement d'elle, pauvre petite fille recroquevillée qu'elle était. Tellement petite, en réalité, que l'homme face à elle paraissait géant. Elle avait l'impression de n'être qu'une petite chose menue et fragile et elle détestait cette sensation. Aussi, ne voulant pas paraître faible, la sixième année se releva et se redressa, mais même ainsi, elle n'arrivait qu'à la cheville, littéralement, de l'humanoïde en face d'elle. En relevant les yeux vers son visage, elle remarqua alors que Carrow avait disparu, remplacé par le Seigneur des Ténèbres, qui portait un haut-de-forme violet et dont la tête tournait sur elle-même à la manière d'un pantin désarticulé. Il riait à en perdre halène, sa baguette pointée dans sa direction. C'est à ce moment précis qu'Amycus décida de revenir, toujours avec ses oreilles de lapins, portant une énorme urologue horloge en or, à bout de bras. Il se mit à courir autour de Lord Voldemort et criant à qui voulait l'entendre qu'il était en retard et que la réunion allait commencer, mais qu'il devait d'abord prendre le thé... Alizée décida à ce moment-là qu'elle devait arrêter la drogue, sans même penser une seule seconde qu'elle ne prenait pas de drogue. Voldemort décida alors de partir avec Amycus, sa tête tournante toujours et son rire fou continuant de se répandre dans la pièce. Ils ouvrirent les portes et sortirent, laissant alors entrer un autre personnage... sous les traits d'Alecto. Une Alecto légèrement différente des souvenirs de la pauvre demoiselle, qui commençait sérieusement à suer à grosse goûte, face aux hallucinations étranges qu'elle vivait. En effet, la mangemort, si elle avait son corps habituel, possédait une tête totalement plate, en forme de carte, des cœurs dessinés sur les côtés et une couronne sur sa chevelure rouge pétant. Elle commença à scander qu'il fallait lui couper la tête en la pointant du doigt et Liz décida à ce moment-là qu'il était temps de fuir. Elle se mit donc à courir vers les portes encore ouvertes et les franchit sans réfléchir. Elle se retrouva alors à chuter d'un seul coup, remarquant, les yeux ronds, Bellatrix Lestrange qui lui faisait coucou, plus petite encore qu'elle, une queue de souris dans le dos lui servant d'hélice pour voler. Elle finit par atterrir durement dans le salon d'un manoir et remarqua alors trois chenilles qui fumaient... Elle ne savait quoi – et ne voulait pas savoir – et possédaient les têtes de Lucius, Narcissa et Drago Malefoy. Les trois lui dirent quelque chose de totalement énigmatique qu'elle ne comprit absolument pas. Elle ferma les yeux et soupira à nouveau, avant d'entendre un brouhaha qui commençait à se faire autour d'elle.

Avec beaucoup plus de lenteur que précédemment, elle ouvrit les yeux et remarqua alors, autour d'elle, plusieurs groupes d'élèves qui attendaient près de la porte, comme elle. Elle n'avait absolument pas conscience s'être endormie, recroquevillée sur elle-même, et n'arrivait ainsi pas à comprendre pourquoi elle ne les avait pas entendu arriver. Puis, alors qu'elle papillonnait doucement des yeux et essuyait son visage avec des gestes lents – ses membres engourdis ne lui permettant ni rapidité, ni grâce – elle se rappela son rêve étrange et ne put retenir les paroles qu'elle marmonna, qui fit rire quelques personnes dans la foule qui l'observait.

« Il faut que j'arrête l'acide, dit-elle donc, dans les vappes.
Bin alors, on a pris un mauvais buvard ? demanda Abigail en lui tendant la main, venant tout juste d'arriver, pour l'aider à se relever.
Pas dans mon souvenir », répondit Alizée en se remettant debout.

Elle tangua légèrement et remarqua, enfin, les personnes qui la pointaient du doigt et ricanaient. Par Salazar, passa-t-elle, fait chier. Elle se détourna d'eux et se baissa pour récupérer son sac, manquant par la même occasion de tomber tête la première au sol. Elle se rattrapa de justesse, par miracle même, et ouvrit son bien, pour en sortir une potion revigorante. Débouchant la fiole, elle faillit la lâcher des mains et, finalement, parvint enfin à faire ce qu'elle en voulait. Elle but la boisson d'une traite et grimaça en sentant le goût totalement infect. Elle détestait prendre cette potion, par Salazar, uniquement pour ça... Malgré tout et elle devait bien se l'avouer, la décoction eut l'effet d'une douche froide et la demoiselle se retrouva à nouveau lucide, autant dans ses actes que ses pensées. Ainsi, elle parvint à comprendre qu'elle s'était simplement endormi et qu'elle avait rêvé d'un remake particulièrement étrange d'Alice au Pays des Merveilles – qu'elle pouvait facilement renommer Au Pays des Mangemorts. Elle se tourna alors vers son amie et, dans un soupir, lui lança quelques mots.

« Je viens simplement de rêver. Sans doute le rêve le plus étrange que j'ai fait de toute ma vie. »

Après la réponse de sa camarade, la porte de la salle de cours s'ouvrit, invitant ainsi les élèves à pénétrer l'antre. Étant à côté de celle-ci, Alizée entra dans les premiers et ne put retenir un légèrement mouvement de recul en voyant l'homme dans la pièce. Slug n'était pas présent, de toute évidence et l'homme qui se trouvait dans la pièce, si elle ne l'avait jamais rencontré directement, lui faisait clairement penser à une description en particulier. Elle ne fit toutefois aucun commentaire, se contentant d'aller prendre place, à sa table habituelle – proche du tableau, à gauche, de son point de vue, du professeur, contre le mur – et attendit que tout le monde fut installé. Durant ce laps de temps, elle en profita pour observer le professeur. Celui-ci ne décida d'intervenir qu'uniquement quand, et seulement quand, tous les élèves se turent.

« Bienvenue à ce cours de potions, jeunes gens, commença l'homme d'une voix grave et profonde, votre professeur habituel étant absent, je vais le remplacer pour une durée indéterminée. Je m’appelle Andreas Rowle et je serai dorénavant votre professeur en potions.
C'est le patriarche de la Maison Rowle, murmura Alizée à Abigail, qui s'était assise juste à côté d'elle, et notoirement un mangemort, aussi ; le cours va clairement être intéressant. »

Elle avait eu raison et la vipère ne put retenir un léger sourire amusé venir égailler son visage, qui avait perdu toute trace du sommeil. Adreas Rowle allait être leur professeur de potion ? Le nouveau régime prenait place, réellement, fatalement et avait visiblement décidé que la nouvelle génération devait être éduquée correctement. Sans doute était-ce pour cela qu'il se trouvait ici, mais l'élève, restant méfiante, se décida de voir ce que ce premier cours allait donner pour réellement se faire un avis. Elle ne voulait pas se précipiter et se retrouver à commettre quelques idioties.

Andreas reprit alors la parole et elle l'écouta attentivement, notant mentalement qu'il commençait plutôt bien, posait les bases et n'en attendait visiblement pas trop des élèves – sauf des feignants, mais eux, c'était une autre affaire. Les explications continuèrent, Alizée notant le tout mentalement, en essayant de trouver des techniques pour être certaine de s'en rappeler, ce jusqu'à ce que le professeur arrivât au moment de se réorganiser. Avec Abi, les deux firent signe aux élèves de leur groupe de se rapprocher un maximum et attendirent qu'ils arrivassent tous, n'ayant aucunement l'intention de bouger le petit doigt. Si certain n'était pas venu, ce n'était pas réellement son problème. Elle se retourna à nouveau vers Rowle et attendit la suite, qui arriva bien vite. Il reprit alors la parole, toujours d'une voix particulièrement calme et sereine.

« Parce que je ne vous connais pas encore de visage, je vais vous demander dans un premier temps de sortir un parchemin et d'y écrire votre nom et prénom, ainsi que votre année, et de le placer devant vous. »

Répondant à la demande sans rechigner, Shafiq sortit de son sac de quoi écrire et nota son nom, puis son prénom, ainsi que son année sur un parchemin qu'elle plia, avant de le retourner de le faire tenir en équilibre de manière à ce que le professeur put le lire sans mal. Son écriture avait perdu de sa superbe, la demoiselle se forçant à écrire bien plus gros qu'à l’accoutumé, mais elle faisait avec. Ce n'était pas un concours de calligraphie, de toute façon.

« Maintenant, réfléchissez un instant, reprit-il. Essayez de faire appel à ce que vous avez appris ou entendu avant de vous plonger dans vos manuels. Dès que vous êtes prêts, Je vous invite tous, selon votre groupe, à me proposer des potions que vous pensez être en mesure de réaliser du début à la fin, sans trop de difficultés, et qui vous intéressent. Vous pouvez me citer des potions qui ne font pas partie du programme scolaire. Faites preuve d’imagination, c’est conseillé, je sais récompenser l’inventivité. La seule condition étant la faisabilité, car ce que vous allez me proposer, vous allez devoir le reproduire. »

Pendant quelques secondes, Alizée se tritura les méninges, avant de repenser à son rêve totalement étrange et une idée lui vint à l'esprit. Une potion que sa mère avait utilisée sur son père, parce qu'il l'énervait. Avec un sourire amusé – à cause dudit rêve et des idées loufoques de sa mère, absolument pas la potion, ou plutôt le poison, qu'elle allait proposer – elle leva la main et attendit que le professeur l'interrogeât. Quand ce fut le cas, Liz prit une inspiration, avant de parler distinctement, en articulant et d'une voix forte, de manière à être entendue de tous.

« Bien qu'elle soit aujourd'hui classifiée comme poison, fit-elle sereinement, il fut un temps où elle était considérée comme étant une potion de soin : le Poison de Glycine. Je connais toutes les étapes de la préparation et je pense qu'elle est largement faisable pour notre groupe, même si elle n'est pas au programme scolaire. »

Ayant terminé son court monologue, elle attendit les potentiels, mais pas forcément présents, commentaires de son professeur, avant d'écouter les réponses de ses camarades.

Spoiler:
 

_________________

Savoir dissimuler est le savoir des Souverains.

Elle a l'espoir de devenir Reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Cours de potions] Le nouveau maître des potions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Cours N°4/N°6 : Partie 1 - HDM/Potions» Cours n°1 de potions - 6e & 7e années [PM]» Cours de potions n°1 : Entrée en matière.» Potions: Cours n°1» [Janv.] Cours de potions n°2 (Toutes les années)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Salles de Cours :: Potions-