AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[3 Octobre 1997] Pool Party with the girls ♡

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
POUFSOUFFLE6ème annéeCapitaine de Quidditch
    POUFSOUFFLE
    6ème année
    Capitaine de Quidditch
AVATAR : Chloë Grace Moretz
MESSAGES : 551

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Incertaine // Un lionceau en vue ?
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 16/06/1981 dans les Alpes françaises
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: [3 Octobre 1997] Pool Party with the girls ♡ Dim 11 Juin 2017 - 23:23


Etant donné le caractère interdit de cette fête, et la présence d'un peu de Whisky Pur-Feu, nous donnons chacune un Joker pour ce sujet et nous libérer de tout type de représailles  

Amaryllis, Carlie, Meredith & Stella



Amaryllis n’était vraiment pas douée en potion. Elle ne savait même pas comment elle avait réussi à obtenir un Acceptable à sa BUSE… Mais aujourd’hui, la préparation de la potion était extrêmement simple, et accessible à tous. En même temps, les recettes des frères Weasley étaient faites spécialement pour que les élèves puissent les fabriquer de la manière la plus sûre et simple possible.

Frères Weasley a écrit:
Foaming Bubbles
Avec la Recette n°3 des Farces pour Sorciers Facétieux, transformez votre baignoire en un lieu de repos et d’amusement. Pour cela, prenez la poudre spéciale fournie avec la recette, ajoutez-y cinq gouttes d’essence de lavande, et une pincée de poudre colorée de la couleur de votre choix. Verser votre préparation dans l’eau, et profitez de la douceur des petites bulles colorées.

Amaryllis avait même acheté le supplément « Shining » pour que les bulles soient recouvertes de paillettes colorées. C’était superficiel, et pas franchement l’achat le plus utile du monde, mais cela mettrait peut-être un peu de gaîté dans leurs cœurs ce soir. La petite Poufsouffle avait aussi préparé une banderole avec écrit « Joyeux anniversaire Carlie », dont les lettres flamboyaient. Son amie avait dix-huit ans aujourd’hui, et dans le monde moldu c’était une date très importante, la majorité dans une bonne partie des pays du monde. Stella devait, normalement, s’occuper de ramener de quoi grignoter. Mais elle n’était toujours pas là, et l’heure du rendez-vous quotidien avec Carlie était bientôt arrivée… Amaryllis jeta la poudre dans le Grand Bain des Préfets et Capitaines, et décrivit de grands mouvements avec sa baguette pour brasser l’eau. Progressivement, la poudre se répandit dans le bassin, et des bulles dorées commencèrent à se former à la surface. Bon, c’était déjà une bonne chose de faite.

Amaryllis sursauta. La porte venait de s’ouvrir derrière elle. Son cœur manqua un battement, mais ce n’était que Stella. La petite Poufsouffle n’avait sûrement pas entendu les coups frappés à la porte de son amie, pour prévenir de son arrivée. « Pfiou, tu m’as fait peur Stella ! » Mais son sourire chassa rapidement l’angoisse de se faire découvrir par les Carrow. Organiser une fête surprise d’anniversaire, c’était risqué. Mais elles ne seraient que trois, si tout se passait correctement. « Tu as réussi à récupérer de quoi manger ? »  La Préfète des Bronze-et-Bleu sortit de son sac une assiette plein de pâtisseries à déguster. « Mmmmmh, ce sera parfait ! Il nous manquera seulement… Des bougies ! »  Ou un sortilège serait tout aussi efficace, et bien plus facile à mettre en place. « J’ai mis l’alcool sur la petite table là-bas. »  chuchota-t-elle, comme si quelqu’un pouvait l’entendre. L’adrénaline lui faisait vraiment faire des choses qu’elle n’aurait jamais imaginées après. Introduire de l’alcool à Poudlard ? C’était déjà très risqué les années d’avant, mais avec les Carrow c’était carrément du suicide. « Bon, je vais la chercher, je reviens le plus vite possible. Je te laisse finir la décoration. A tout à l’heure ❣ »

Amaryllis quitta la salle de bain, et referma la porte le plus discrètement possible. Elle vérifia que la pancarte « Interdit d’entrer – maintenance en cours » était bien accrochée sur la porte, et elle ferma la porte avec un simple sortilège de verrou. Cela devrait être suffisant pour dissuader les autres élèves de pénétrer dans la salle. La jeune Poufsouffle se baladait avec un trop grand sourire pour l’ambiance pesante du château. Elle s’en rendit compte quand elle croisa le regard méfiant d’une jeune Nuncabouc, sûrement une deuxième ou une troisième année. Elle se mordilla la lèvre inférieure : elle devait rester discrète, ou leur surprise tomberait à l’eau et elles seraient sévèrement punies. Et puis, une part de la petite fleur ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable. Elles allaient faire la fête dans la Salle de Bain des Préfets, pendant que les Boucs ne pouvaient même pas se laver avec un peu d’eau chaude… Elle secoua la tête. Elle devait se persuader qu’elle prenait le problème à l’envers. En effet, ce n’étaient pas elles qui organisaient une fête au détriment du confort des Nuncaboucs. Non, c’étaient bien les Carrow et le fonctionnement de l’école qui les empêchaient de faire une fête sans se sentir coupable. C’était un raisonnement bien tiré par les cheveux, mais cela apaisa très légèrement la culpabilité que ressentait Amaryllis.

Elle était presque arrivée à la Salle Commune, quand elle reconnut la silhouette de Jimmy devant la porte de la Grande Salle. « Hey, sweetheart. »  Elle déposa un baiser sur les lèvres de son petit ami. « Je ne m’attarde pas, Carlie m’attend pour aller à la Salle de Bain. Je t’aime. »  Petits mots murmurés en français, comme une formule magique seulement compréhensible par celui à qui elle était destinée. « A plus tard ! »

La petite Poufsouffle continua son chemin vers sa salle commune. Elle tapa sur les tonneaux à l’entrée, petit rythme devenu tellement habituel qu’elle n’y réfléchissait même plus. Elle pénétra dans la salle commune, et elle vit Carlie qui l’attendait au centre de la pièce. « Coucou ma Lilie ! Je passe prendre mes affaires dans mon dortoir et j’arrive. »  Elle lui avait déjà souhaité à peu près cinq fois son anniversaire, chaque fois qu’elle l’avait croisée dans la journée. Chaque fois qu’elle le disait, elle se rappelait que c’était une journée spéciale, plus heureuse que les autres. Une minute plus tard, elle était de retour et prit à nouveau la direction de la salle de bain avec son amie. Elle ne devait se douter de rien, tout allait bien se passer. Amaryllis avait du mal à retenir un petit sourire excité, et elle se déplaçait dans le château avec beaucoup plus d’entrain que ne le méritait un simple bain.

Tout allait bien. Tout allait bien se passer. Sauf si… Non, elle venait de voir quelqu’un devant la porte de la salle de bain, une fille sûrement. Pourvu qu’elle n’essaie pas de rentrer ! Mais c’était déjà trop tard, puisqu’elle avait ouvert la porte et qu’elle pénétrait déjà dans la salle. Amaryllis reconnu cette crinière si caractéristique. Meredith. Avec son double-jeu, ça devenait plutôt problématique pour la suite des festivités...

_________________
Frail Flower
Je viens du ciel, et les étoiles entre elles, ne parlent que de toi
D'un musicien, qui fait jouer ses mains, sur un morceau de bois
De leur amour, plus bleu que le ciel autour



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFONDOR5ème annéePréfète
    GRYFFONDOR
    5ème année
    Préfète
AVATAR : Saoirse Ronan
MESSAGES : 779

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire. Bisexuelle.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 15 mars 1982, à Plymouth.
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 Octobre 1997] Pool Party with the girls ♡ Ven 30 Juin 2017 - 3:40


La petite lionne était dans un état déplorable. Ses cheveux en bataille encadraient un visage amaigri, mangé par des cernes violacées. En un mois, elle avait perdu plusieurs kilos. Elle n’était déjà pas bien grosse, mais maintenant on pouvait même discerner le bord de ses côtes, et sa poitrine avait encore perdu du volume jusqu’à devenir insignifiante. Ses mains étaient ravagées par un tic qu’elle avait toujours eu, mais qui s’était terriblement aggravé depuis la rentrée. De ses longs ongles, elle se grattait les pouces et les peaux au bout des doigts, souvent jusqu’au sang, tant et si bien que les crevasses n’avaient pas le temps de cicatriser. Meredith savait qu’elle avait l’air misérable. Mais elle le dissimulait, derrière du maquillage, des rembourrages, des pulls larges aux longues manches. Cela suffisait pour la surface, mais quiconque décidait de s’y pencher de plus près découvrirait immédiatement la supercherie.

Que faisait donc Neville ? Qu’attendait-il pour reformer l’Ordre ? Elle avait très peu de nouvelles de lui. Parfois un parchemin, glissé dans un livre, ou un murmure transmis par Gabriel. Son meilleur ami se démenait pour elle, et jamais elle ne lui en serait assez reconnaissante. Il veillait à ce qu’elle mange un minimum, soignait ses mains, lui parlait longuement pour lui éviter, à elle, de dire quoi que ce soit. Mais pour sa sécurité, ces instants privilégiés restaient rares et courts. Meredith savait qu’elle aurait dû depuis longtemps s’habituer à son quotidien, dédramatiser, trouver en elle-même la distance suffisante pour vivre normalement. Mais tout cela était tellement contre-nature, contre sa nature … en un mois seulement, elle avait envoyé trois personnes aux cachots, infligé des punitions corporelles à cinq personnes dont une deuxième année, et insulté, menacé, humilié un nombre incalculable d’élèves pour des motifs risibles ou inventés. Sa baguette s’était muée en un instrument maudit, distributrice de peines et de douleur. D’ailleurs, elle constatait avec effroi que lancer tous ces « mauvais » sortilèges devenait de plus en plus simple, comme si sa baguette y prenait goût. Elle-même arrivait maintenant à lancer la plupart des maléfices sans prononcer de formule.

Et les résultats étaient bien maigres : les Carrow ne la voyaient pas beaucoup différemment qu’ils voyaient les autres élèves, une larve. Une larve à insigne, capable d’obéir aux ordres de se faire des ennemis avec une certaine aisance. Ils ne lui feraient sûrement jamais totalement confiance, notamment à cause des couleurs de son écharpe, mais elle devait être équivalente à leurs yeux à un elfe de maison : commandez, j’obéirai. Cela permettait de prévoir une relative marge de manœuvre pour la Résistance. Et dans certains cas, cela pourrait se révéler crucial.

Quoi qu’il en soit, être une parfaite ordure ne la dispensait pas du minimum syndical en matière d’hygiène. Son grade de préfet lui permettait d’avoir accès à une immense salle de bain, un peu comme une piscine, dans laquelle elle allait nager de plus en plus. D’ici peu, elle allait peut-être développer des branchies tant elle passait de temps immergée, à écouter le gargouillis indistinct de l’eau chaude et des bulles, à observer les lumières tremblotantes du bassin et ses propres cheveux qui flottaient comme dans un rêve autour d’elle. L’eau se révélait être le seul véritable refuge à ses tourments, rassurante, muette. Elle ne la jugeait, n’avait pas pitié d’elle, ne la haïssait pas. Elle se contentait de détendre ses muscles crispés, de lui offrir un cocon de douceur et de paisible solitude.

Meredith se dirigeait donc vers ce lieu béni d’un pas lent, son sac à l’épaule. Elle avait repéré ce moment de la journée comme une heure creuse, où aucune préfète n’allait généralement se baigner. Elle ne regardait pas autour d’elle, concentrée sur son objectif, le visage fermé comme celui d’une personne occupée qu’il ne fallait pas interrompre. Arrivée enfin devant la porte, elle prononça le mot de passe et s’engagea dans l’immense salle d’eau. Dès que le passage s’était libéré, elle avait senti une forte odeur de savon et d’humidité, lui indiquant à son grand dam que la salle de bain était déjà occupée. Le bassin était suffisamment vaste pour dix personnes, mais elle était très pudique, et détestait qu’on la voie nue, ou même en sous-vêtements. Elle emmenait toujours un maillot de bain d’ailleurs, au cas où quelqu’un entrait alors qu’elle était déjà dans l’eau.

Dépitée, la jeune fille s’apprêtait à tourner les talons, quand un éclat attira son attention. L’eau, dont on voyait une petite portion, semblait scintiller de mille feux. Saisie, la lionne s’engagea sur le carrelage immaculé, et ne put retenir un hoquet de surprise face au spectacle qui l’attendait. Les deux bassins, chauds et froids, libéraient des millions de bulles pailletées d’une superbe couleur or. Un parfum délicieux de lavande et de framboise s’en dégageait, libérant immédiatement les sinus et les esprits de ses idées noires. Mais le plus fou restait cette immense banderole, faisant danser ses lettres lumineuses au-dessus des robinets. Joyeux anniversaire … Carlie ? La préfète avait l’impression de fouler une terre sacrée, réalisant l’ampleur de la situation et les problèmes que cela engendrait. D’abord, ce genre de fête était strictement interdite, sans compter que visiblement, les organisatrices avaient prévu de quoi se désaltérer en toute illégalité. Ensuite, qui disait Carlie, disait amies de Carlie, et donc …

Un bruit attira l’attention de la jeune fille et confirma ses craintes. Stella Rowell, préfète de Serdaigle dont elle ne connaissait que le nom et l’amitié avec Amaryllis, sortait de derrière un vestiaire, une assiette de gâteaux à la main, visiblement effarée de la voir ici – et à raison. Meredith voulut dire quelque chose, s’excuser, bafouiller un sermon, ne sachant comment réagir entre son rôle de méchante préfète et celui de jeune fille enjouée, émerveillée par les lieux et heureuse de garder un tel secret. Elle faillit prendre la première option, mais face à une Stella interdite, qui semblait si impatiente d’accueillir son amie avant de la remarquer, elle se ravisa, et voulut partir. A peine avait-elle fait volte-face que son regard s’arrêta net sur une nouvelle arrivante. Dès qu’elle l’eut reconnue, les larmes lui montèrent aux yeux, emplissant sa vue d’un océan salé et flou.

Amaryllis savait pour elle, mais toutes deux étaient terriblement occupées par leurs rôles respectifs. D’une année et maison différente, elles ne se croisaient que rarement, et n’avait parlé qu’une fois, à la rentrée. Discussion pendant laquelle Meredith avait explosé de joie en revoyant sa meilleure amie à Poudlard et pas coincée en France, et s’était confiée dans tous les détails, avant qu’on les surveille. Depuis, plus rien. Revoir la jeune fille après si longtemps lui faisait un choc. La jolie Poufsouffle représentait tout ce que Meredith avait aimé et avait perdu. Elle lui rappelait immanquablement cette période de soleil et de paix, d’amitié franche, de joie qui avait été leur quotidien – à quelques détails près – durant les dernières années. Elle lui rappelait Adam pour son amitié profonde, Catherine pour son amour du Quidditch, Aloysius pour leur relation de presque sœurs. Elle lui rappelait le parc sous le soleil de juin, la Volière qu’elle chérissait tant, la musique qu’elle n’avait plus le droit d’écouter. Amaryllis lui rappelait le bonheur, et ça lui faisait terriblement mal de s’en rappeler.

« Amaryllis … je suis désolée, je m’en vais … » Sa voix tremblait. Elle parlait en murmurant, pour ne pas que Stella l’entende et se pose des questions. « Ne t’inquiète pas je ne dirai rien … mais fermez la porte, c’est très dangereux. » Les larmes inondaient son visage qu’elle essayait de dissimuler derrière la masse de ses cheveux emmêlés. Ses ongles entamaient furieusement la peau de ses doigts, et elle saignait déjà à deux endroits. Son regard fuyait celui de son amie. « Je suis désolée, je m’en vais. Souhaite un joyeux anniversaire à Carlie de ma p… » Elle s’interrompit, le cœur au bord des lèvres. « Souhaite-lui seulement. »

_________________
when I find myself in times of trouble
mother Mery comes to me
et souvent la haine touche sa joue est arrache ses veines, alors il n'y a plus de souffrance et seulement la bête qui s'agite au creux de son ventre dans l'automne aride et la tempête

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[3 Octobre 1997] Pool Party with the girls ♡

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Soirée 2 ? Pool Party» Le groupe T-vice victime d'un vol à main armé à Saint Domingue» Nicky & Steeve | POOL PARTY (terminé)» + Pool Party: sweet escape.» Pool party after prime [Everybody] (29/06 à 00h00)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AU-DELA DES FRONTIERES :: Retourneur de temps :: Poudlard-