AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

Katherina Blanchet [Terminé !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Bridget Satterlee
MESSAGES : 85

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 septembre 1980, Londres.
SANG SANG: pur
MessageSujet: Katherina Blanchet [Terminé !] Sam 25 Mar 2017 - 23:22


Katherina Blanchet
FICHE DE PRÉSENTATION



IDENTITÉ DU PERSONNAGE


PRÉNOM(s) & NOM : Katherina Ada Caliope Blanchet, dite Kate.
DATE DE NAISSANCE & ÂGE : 17 Novembre 1980. 16, bientôt 17 ans.
ANNÉE : Sixième année.
ORIGINE * :  Sang-mêlé.
REJOIGNEZ-VOUS NUNCABOUC? * : Non.
ANIMAL ÉVENTUEL : Les seuls animaux que Kate possèdent sont, pour la plupart, magiques et ne lui appartiennent pas réellement. Ils appartiennent à son père. Elle possède malgré tout un corbeau, offert par sa mère, mais celui-ci reste chez eux, évidemment.
CLUB(S) : Pour le moment, Kate ne fait parti d'aucun club, mais peut-être se fera-t-elle embrigader dans l'un d'eux dans un futur plus ou moins proche, qui sait ?
BAGUETTE : Kate possède une baguette d'Ébène, couplée d'une plume de phoenix. Elle mesure 27,3  centimètres et se trouve être rigide.
PATRONUS : Katherina n'est pas capable d'en produire un, pour le moment.
MON PERSONNAGE EST :  inventé.

HORS JEU


COMMENT AVEZ-VOUS CONNU CE FORUM ? 
DC de Astrid Shafiq. Quand l'inspiration ne vient pas à soi, il faut aller la chercher, alors j'ai craqué (bien après avoir fait ma demande, certes, mais tout de même !).
ÂGE IRL : 22 ans.
PERSONNALITÉ ÉVENTUELLE SUR L'AVATAR : Àstrid Bergès-Frisbey. Encore une Astrid... Oui.
EST-QUE VOTRE PERSONNAGE POSSÈDE(RA) UN POUVOIR SPÉCIAL ? En dehors d'être elle-même, ce qui est déjà pas trop mal, non.
DÉSIREZ-VOUS ÊTRE PARRAINÉ(E) ? Je pense pouvoir me débrouiller tout seul !
AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT ? :
Non.>


Pourquoi tu pleures, Katherina ?


- Maman, pourquoi elle est toute seule ?
- Ne la regarde pas, Anthony !
- Mais...
- Il n'y a pas de mais ! Tu sais qu'il ne faut pas... Enfin, rentrons !

Étrange. Dérangeante. Un fantôme. C'est ce qu'ils pensaient tous, ici. Ils frissonnaient à son passage. Ils n'osaient la regarder. Ils la fuyaient. Et, seule, elle les observait. Elle aimait la peur qu'elle instillait. Elle se délectait de ce silence, si lourd, qu'elle inspirait. Monstre, abomination ; leur attitude parlait pour eux.

Assise dans le parc, sur la balançoire qu'elle prenait un plaisir malsain à faire grincer, elle lisait. La couverture, sombre attirait les œillades, mais personne n'osait s'approcher. Les rares regards curieux qu'elle recevait déviaient dès que la demoiselle effectuait un mouvement, même minime. Des idiots, des êtres pathétiques, de simples
moldus.

Un rictus se dessina sur le visage de Katherina. Son sourire, personne ne voulait en être la victime, dans cet univers. Ses lèvres, relativement pulpeuses, mais parfaitement dessinées, s'étiraient alors légèrement. Belle, sans pour autant être réellement magnifique, la demoiselle l'était. Ses gestes étaient élégants, raffinés, gracieux. Et, à la fois, il y avait quelque chose de... dérangeant. De sinistre. Comme si chaque mouvement faisait penser à une marionnette défectueuse.

Elle avait toujours su être discrète, à Poudlard. Non pas par timidité, mais par sûreté. Intelligente, elle savait qu'elle ne pouvait se permettre d'être autre chose qu'une silhouette, drapée d'ombres, oubliée rapidement ; un sourire, une aide, quelques gestes avenants, avant de disparaître des mémoires rapidement, comme quelques mouvements graciles d'eau sur une surface redevenant rapidement lisse. Elle n'était qu'une princesse perdue, complètement immergé dans un monde chaotique qu'elle seule connaissait. Un monde qu'elle avait appris à apprécier à sa juste valeur.

Sa main caressa la page du grimoire, jusqu'à trouver la pointe droite. Deux doigts, fins, vinrent la pincer, la demoiselle tournant la page avec une lenteur infinie. Plusieurs regards se posèrent sur elle, avant de se détourner. Son rictus s'accentua. Le croassement du corbeau se fit entendre. L'abomination, du point de vues de ses êtres inférieurs, releva son visage, ses cheveux bruns venant chatouiller ses épaules dénudées. Ses yeux se posèrent sur la branche d'un olivier. Il était là, immobile, l'observant.

Rares étaient ceux qui avaient eu la malchance d'entendre la voix de la Blanchet, dans ce village. Habituellement, elle se contentait de doux murmures à peines audibles pour répondre, quand on osait l'approcher, demandant ou, plus exactement, ordonnant à l'importun de fuir rapidement sa fureur. Si elle aimait, non, adorait créer une peur latente chez eux à cause de sa provenance et du fait qu'ils la prenaient véritablement comme ce qu'ils appelaient "un fantôme", voir même "un démon", parler à un de ses
moldus était... Elle n'avait même pas de mot pour qualifier réellement ce qu'elle ressentait. Ils étaient de futurs esclaves et ils se devaient de la craindre, mais surtout de la respecter, s'ils espéraient que ce fut le cas pour eux venant de la race naturellement au-dessus d'eux.

- Maaier.

Le corbeau déploya ses ailes, s'envola et en un battement, parvint jusqu'à elle. Il se posa sur son épaule droite, croassant de nouveau. La demoiselle, comme si elle parvenait à le comprendre, inclina légèrement la tête. Un acquiescement subtil. Elle se releva lentement, dévoilant ainsi aux rares regards osant l'observer toute sa superbe.

Le bras gauche de Katherina se releva, ses longs doigts venant caresser le plumage de l'animal avec une délicatesse marquée par l'habitude. La demoiselle s’avança dans le parc, les personnes se figeant à son passage ; elle le traversa sans leur apporter la moindre attention. Seul Maaier, à ce moment précis, comptait à ses yeux. Les autres n'étaient que de faibles insectes, de futurs esclaves, sans grande importance.

Quand, enfin, elle passa le petit portail en fer forgé, leur vie reprit son cours normal. La Blanchet emprunta le chemin de terre qui montait dans la colline, surplombant un village. Sur celle-ci se dressait un château majestueux, sa demeure. Elle était protégée par une illusion, faisant croire aux êtres inférieurs qu'il n'y avait que quelques ruines inintéressantes. Elle voyait clairement au travers du rideau de magie. Elle observa la battisse quelques minutes, puis pénétra dans la forêt. Soudainement, un vent violent se leva par enchantement, ses cheveux et sa robe fouettant violemment son corps. Si la douleur était bien présente, rien dans son attitude ne le suggérait. L'habitude.

Le trajet fut extrêmement long, la demoiselle prenant clairement son temps. Elle appréciait observer la nature, puis retranscrire ses impressions à sa façon. Le dessin, la musique, l'écriture. Son éducation l'y forçait, d'une certaine manière, malgré la possession d'un esprit fragmenté sans qu'elle ne s'en rendît compte.

Finalement, elle parvint devant l'entrée de sa demeure. Un bruit, ténu, attira son regard. Un sombral dévorait un animal mort, non sans l'observer. Squelettique, sombre, mais beau. Katherina aimait ses animaux, la renvoyant directement à un souvenir en particulier. Celui où, malgré elle, son âme s'était fissurée, où la faucheuse avait enveloppé sa cape autour d'elle, l'utilisant telle une pauvre marionnette.

C'était gravé dans sa mémoire, dans les moindres détails.



...


Sept ans. Katherina possédait déjà une grande passion pour le savoir et les livres. Ce n'était pas un fait rare, quand elle empruntait un livre de cours de son grand frère, le lisant entièrement. C'était une jeune fille calme, préférant un silence réparateur aux bruits qu'elle qualifiait alors d’insupportables. Malgré tout, parfois, comme toutes filles de son âge, elle pouvait avoir des crises de colère. Cela arrivait généralement quand on l'empêchait de lire ou, comme son grand frère adorait le faire, quand on venait l'importuner.

Ce jour-là ne fit pas exception. Assise sur le balcon du salon au second étage, la demoiselle apprenait l'histoire de la famille à qui avait appartenu ce Manoir avant la sienne, à travers un livre, contenant l'arbre généalogique de celle-ci. La vue, pourtant splendide, ne l’intéressait pas, alors qu'elle était complètement plongée dans l'histoire, sombre, de Thion Sovrano, mage noire connu, à l'époque de l'antique Rome.

Le premier détail qui dérangea Katherina dans sa lecture fut un bruit lointain de pas, résonant dans le couloir. Elle releva les yeux de l'œuvre, tournant la tête vers la porte. Elle s'ouvrit dans un grincement, révélant la haute stature de son frère. Le jeune homme, aux longs cheveux blonds, possédant les mêmes yeux qu'elle, l'observa un instant. Ses lèvres fines s'étirèrent en un sourire malicieux, avant que le livre de la belle s'échappât de ses mains. Il vint jusqu'à lui dans un vol plané.


- Que lisez-vous donc, Princesse ? dit-il d'une voix où trahissait une certaine moquerie.

Ses yeux se posèrent sur la page que la Blanchet lisait alors, lui faisant hausser les sourcils. Son frère venait d'avoir 17 ans, depuis peu. Il avait alors le droit d'utiliser la magie comme bon lui semblait et, elle le savait, il mettait un point d'honneur à le faire pour l'importuner. La demoiselle se releva avec une rapidité surprenante, se dirigeant vers Lukas dans l'idée de récupérer le livre. Elle était, malgré tout, bien trop petite, amusant encore l'être insupportable.


- Et bien, ce n'est pas une lecture pour une jeune demoiselle, Katherina. Vous devriez le savoir, continua-t-il.

La magie était quelque chose d'étrange. Elle était semblable à un animal sauvage, chez les enfants, devant être apprivoisée. Les étudiants à Poudlard apprenaient à le faire, mais avant, les enfants pouvaient utiliser de la magie accidentelle, incontrôlée, à l'aide d'émotions.

Tout se passa avec une rapidité improbable. Lukas repoussa Katherina avec facilité, celle-ci trébuchant. La douleur, mélangée à la frustration, alors qu'il s'approchait, se transforma en une rage violente. Elle serpenta dans ses entrailles, venant posséder son corps entier. Et lui riait, riait d'elle, lui transperçant les tympans. Il s'approcha encore... et encore, avant que quelque chose heurtât son dos avec force. Il s'écroula devant elle, son corps parcouru de spasmes. Le bruit était passé inaperçu, pour elle. Brisé, le cristal du lustre de la pièce était planté dans le corps de son frère. Ses vêtements luxueux se tachèrent progressivement de tâches sombres. Katherina se releva lentement, observant l'étrange scène avec une fascination morbide. Une unique larme roula sur sa joue.

Un vacarme assourdissant lui fit relever les yeux et ses deux parents pénétrèrent dans la pièce. Amalia, sa mère, s'écroula sur le battant de la porte. Son père, lui, se figea avec effroi. L'expression défaite qu'ils arboraient eu l'effet d'un coup de poignard en plein cœur. Quelque chose se brisa en Katherina, la réalisation lui sauta au visage comme un coup-de-poing en pleine figure et une grimace de peur et d'effroi prit place sur ses traits encore juvéniles.


- Qu'avez-vous fait, Katherina ?

La voix, tremblante, de sa mère, attira son attention. Avec une lenteur impressionnante, ses yeux rencontrèrent les siens. La femme eut un mouvement de recul. Son père, lui, sortit lentement sa baguette, avant de la pointer sur elle, d'une main tremblante.


...


Revenant à la réalité, la demoiselle délaissa l'animal et se tourna en direction d'un portail en fer forgé, seule ouverture de la splendide barrière d'un sombre acier sculpté. Derrière ce portail, une longue allée, entièrement pavée de dalles. De part de d'autres du chemin, des haies parfaitement taillées formaient des labyrinthes. Magiques tous deux, nombre d'inconscients ayant voulu les visiter y avaient perdu bien plus que leur chemin. Au bout de cette voie se tenait la demeure des Blanchet. Un imposant château de pierres blanches, datant de la renaissance, qui s'élevait sur trois étages, surmonté d'un toit en ardoise, sur lequel était sculpté des armoiries de la famille - les Sovrano - qui avait possédé le domaine avant eux ; une épée plantée dans un rocher. Un python, enroulé autour du réceptacle, était tendu, agressif, ses crochets acérés pointés vers un faucon, piquant droit vers le rocher, essayant vainement de s'emparer de l'arme. Les armoiries étaient placées de telles manières qu'elles recevaient parfaitement la pleine lumière du soleil. La porte était à l'image de la battisse, grande, imposante. Taillée dans un bois d'ébène, sa couleur contrastait avec celle des pierres, lui donnant un air presque mystique. Une certaine vérité, la magie imprégnant tout le domaine. Les armoiries étaient placées de telles manières qu'elles recevaient parfaitement la pleine lumière du soleil. Une demeure que son père avait acquis par de nombreuses années de dur labeur, comme il se plaisait à le rappeler.

Elle pénétra dans le hall d'entrée, l'observant un instant. Face à elle se dressait un escalier, de marbre blanc, remontant en spirale vers le premier étage. À sa gauche, la porte menant au premier salon, la salle de réception. Un lustre d'or et de cristal était suspendu au plafond, juste au-devant des escaliers. Elle fit un pas, puis un second, vers le large couloir se trouvant à quelque mètre à sa droite, s'arrêtant devant un large meuble de bois sombre. Dessus, un portrait. Celui de sa défunte tante ; un miroir d'elle-même, étrangement. Marianne Blanchet se détourna, lui offrant son dos. Katherina fit de même, se dirigeant vers les escaliers qu'elle emprunta.


- Natia.

Sa douce voix résonna, juste avant qu'un elfe de maison apparût devant elle, alors qu'elle s'arrêtait après son ascension. La chose se courba devant elle, n'osant l'observer. Elle restait à sa place, celle de l'esclave.

- Apporte-moi un thé dans ma chambre.

La créature hideuse acquiesça, avant de disparaître avec un claquement de doigts. Katherina ne supportait pas entendre sa voix, aussi préférait-elle se taire devant sa Maîtresse. Celle-ci reprit sa marche, ses doigts glissant sur le bois de la rampe. Elle dépassa le petit pont surplombant le hall, avant de s'arrêter devant l'homme lui faisant face.

Des robes sombres et chics l'enveloppaient. C'était un homme grand, possédant un charisme certain. Ses yeux se posèrent sur elle, alors que d'un geste expert, il nouait ses longs cheveux blancs en catogan.


- Où étiez-vous, Katherina ?

Le cuivré de ses yeux rencontra l’émeraude de ceux de son géniteur. L'homme ne pouvait lire aucune émotion sur le visage de sa fille, si ce n'était la soumission dont elle faisait preuve à son égard. Elle baissa les yeux, avant de reprendre un semblant de contenance, tout en abaissant la tête pour témoigner son respect. Alors, seulement, son expression ne témoigna plus que de l'indifférence et ses yeux devinrent vides d'émotions, comme Garrett Blanchet le lui avait si bien appris à sa manière. D'un geste brusque, celui-ci récupéra les gants blancs que lui tendait Harnos, son elfe personnel.

- Dehors, Père, émit la voix douce de la demoiselle, où une certaine peur latente se fit ressentir, créant ainsi un sourire chez son vis-à-vis.

Il fronça légèrement les sourcils, malgré tout, perdant le sourire naît quelques secondes plus tôt. Ses yeux froids se reposaient de nouveau sur elle et il reprit la parole d'une voix où une pointe, subtile, de colère était perceptible. Katherina eut un léger mouvement de recul.


- J'espère que vous n'avez pas parlé aux futurs esclaves du Maître, Katherina, dit-il d'une voix tranchante.
- Non, non, je vous le jure Père !

L'homme soupira, avant de se détourner légèrement. Il gardait malgré tout un regard hautain sur ce qui était sa progéniture. Katherina ne pouvait évidemment pas le deviner, mais l'homme l'aimait. Certes, pas comme un père devrait aimer son enfant, mais il l'aimait. Elle était divertissante et obéissait bien à ses ordres, les croyant, sa mère et lui, comme personne et cela lui suffisait. De plus, elle serait sans doute bonne à marier un jour, lui permettant, s'il jouait finement, de ramasser plus d'argent encore. Sauf si le Lord la voulait pour lui, auquel cas Garrett était évidemment près à la lui offrir, comme tout bon serviteur du Sauveur se devait d'obéir.

- J'ai un rendez-vous, ce soir. Je pars dans cinq minutes. Natia préparera votre dîner, vous le prendrez seule, dans vos appartements. Votre Mère a un rendez-vous bien trop important pour que vous l'importuniez par votre présence. Mr Ivanov viendra vous chercher demain matin pour vous escorter jusqu'au Poudlard Express.

Katherina acquiesça lentement, alors qu'il se détournait finalement d'elle. La demoiselle le dépassa ensuite, sans un mot de plus, s'avançant dans le couloir. Les talons de ses bottes claquaient sur le parquet, alors que ses yeux s'attardaient sur diverses œuvres d'art représentant d'éminents membres d'un clan italien, presque éteint, accrochés sous des chandelles qui brûlaient en continue ; seule source de lumière, reflétait par la couleur rouge, chatoyante, du papier peint qui recouvrait les murs. Plusieurs portes, toutes sombres, s’alignaient de part et d'autre, sans qu'elle s'y attardât. Seule sa destination comptait : ses appartements. La dernière porte, tout au fond du couloir, l'y menait. Arrivée devant elle, elle l'ouvrit. Maaier s'envola alors de son épaule, venant se poser sur le perchoir d'argent près de la cheminée de pierre, encastré dans le mur, où un feu ronflait paisiblement. Les murs étaient de la même couleur que ceux du couloir précédemment emprunté, le sol recouvert d'un parquet de bois sombre. Devant l'âtre, le mobilier l'attendait. Une table, plutôt basse, avec un canapé et deux fauteuils confortables de part et d'autre de celui-ci.

Elle n'y prêta aucune attention, se dirigeant directement vers la porte, à sa droite, menant dans sa chambre. Le corbeau ne la suivit pas, sachant pertinemment que cette pièce ne lui était permise. Dès qu'elle passa la porte, la demoiselle se dirigea vers la gauche, où se trouvait, plaqué contre le mur qu'elle recouvrait entièrement, une immense bibliothèque. D'un geste expert, lent, elle vint chatouiller la tranche d'un des grimoires qui y étaient exposés, avant de l'attraper délicatement. Elle le tira avec douceur de son habitat, puis se détourna. Elle se dirigea vers l’immense lit, à baldaquin, qui trônait dans la pièce, face à la porte de celle-ci. Elle s'installa dessus, faisant fi du bureau et de la décoration, ouvrant le livre.

Ce fut à peine si elle remarqua la présence de l'elfe qui déposa, sur la table de chevet, un plateau avec une tasse de thé et quelques biscuits. Katherina était tout à sa lecture, oubliant jusqu'au monde qui l'entourait ; un fait récurent, quand la Blanchet se plongeait dans une oeuvre littéraire de qualité.

Les secondes devinrent des minutes, puis s'allongèrent en heures. Une. Deux. Le thé, refroidi, fut remplacé par un repas chaud. Trois. Quatre. Cinq. Elle daigna enfin toucher à son repas, devenu froid, avant de retourner à sa lecture. Elle ne dormit pas de la nuit, préférant de loin alimenter son esprit de savoir, plutôt que perdre un temps précieux à reposer son corps.

Elle pourrait le faire pendant le trajet pour l'école le lendemain, sachant pertinemment que sa meilleure amie se ferait un plaisir de chasser tous les importuns qui vaudraient l'en empêcher.


...


Le ciel. Étendue grisâtre composée de monticules d'eau, entremêlés les uns aux autres avec une harmonie impressionnante. Un tableau magnifique créé par Dame Nature, pouvant être observé par les quelques mortels se risquant à sortir malgré le temps présent au-dehors. Ce magnifique tableau était observé par une paire d'yeux, en particulier. Des yeux simples, marrons, possédant quelques reflets cuivrés non-visibles par la luminosité peu présente, légèrement camouflé par quelques mèches brunes de la chevelure que possédait la demoiselle. D'un geste nonchalant, elle remit en place celles-ci, qui s'étaient envolées par la légère brise fraîche qui commençait à se faire sentir. Un geste témoignant une certaine paresse.

La pluie, voilà ce qu'elle attendait. Serait-elle seulement une bruine ou les éléments décideraient-ils de se déchaîner dans un puissant orage ? Elle ne savait pas, pas encore, mais elle attendait, avec toute la patience offerte par les années de vies avec ses parents, le résultat final. La pluie, ou plutôt l'eau, avait toujours été, d'une certaine manière, son élément de prédilection. Elle avait une certaine facilité à utiliser sa magie pour en faire ce qu'elle voulait. Peut-être était-ce à cause de cette sensation si particulière, qu'elle ressentait à chaque Impero qu'elle avait essuyé, ayant alors l'impression de se retrouver submerger dans une mer glacée et, paradoxalement, si bienfaitrice. Il était des faits, parfois, qui pouvaient changer toute une personne. Katherina Blanchet en était un exemple parfait. Aimable, dirait certain. Douce, dirait d'autres. Pourtant, l'esprit était fragile, plus encore, fallait-il bien se l'avouer, chez les enfants. Contrôlez complètement l'un d'eux et voyez le résultat. Katherina en était une parfaite représentation. Un animal devenu docile, dressé, obéissant à tous les ordres que l'on pouvait lui donner. Ou, plus exactement, aux ordres de ses maîtres. Un père, une mère. Et, comme l'espérait ses parents, dans un futur proche, un Seigneur des Ténèbres.

Une enfant. Qui pouvait bien croire qu'une enfant pouvait devenir ce qu'elle était ? Un homicide involontaire, puis un sortilège, à répétition, encore et encore. Un sortilège pour lui apprendre certaines manières, un sortilège pour lui apprendre tout ce qu'elle devait savoir. Un sortilège pour en faire ce qu'elle devenait progressivement, une simple marionnette. Une marionnette, dont les parents avaient oublié qu'elle était en réalité humaine. Une marionnette avec des envies, des besoins, des émotions contradictoires qui se combattaient en elle comme pour de nombreuses adolescente de son âge.

Une adolescente qui se trouvait présentement assise sur le rebord d'un immeuble, où elle pouvait enfin oublier tout ce qui se passait. Qui pouvait oublier le monde chaotique dans lequel elle vivait. Qui pouvait oublier... Mais qui ne le faisait pas. Ses pensées s'envolaient encore vers cet obscur univers, où un espoir jugeait vint combattait une certaine tristesse, alors qu'elle observait toujours ce ciel maussade. Ses jambes - dont la peau diaphane, visible grâce à la robe qu'elle portait et qui les laissaient à l'air libre, luisant presque - pendaient dans le vide et le haut de son corps penchait vers l'arrière, avec ses mains le retenant d'une chute en appuyant sur le béton du bâtiment, le lui permettait. Son regard était de fait plongé dans ce qu'elle définissait être un tableau d'une beauté impressionnante, alors qu'une pluie certaine se préparait lentement. Ce n'était plus qu'une question de seconde avant que l'eau s'échappât des nuages. Un sourire enfantin se dessina lentement sur ses lèvres, comme au ralenti, alors qu'une goutte venait s'éclater sur le bout, légèrement en trompette, de son nez, lui permettant de penser à autre chose pendant quelques secondes. Quelques secondes... Plus, en réalité. Elle ferma les yeux par réflexe, alors que la pluie commençait véritablement à tomber en trombe, sans pour autant être, comme il fallait avouer qu'elle l'espérait, un orage. Pourtant, rien. Pas une nouvelle goutte d'eau vint s'écraser sur la Blanchet. Ouvrant les yeux, Kate remarqua alors un étrange rideau translucide au-dessus d'elle, où les gouttes d'eau rebondissaient dessus comme des milliers de petits insectes, créant alors un spectacle inédit et intéressant.


- Nous devrions y aller, Miss Blanchet, ne pensez-vous pas ? émit une voix grave et suave dans le dos de la femme.

Elle l'avait presque oublié, tant cet homme pouvait parfois se montrer discret et, pourtant, elle savait, sans pour autant lui offrir une confiance absolue, qu'elle pouvait compter sur sa présence et les gestes qu'il entreprenait envers elle. Il était étrange, comme un pantin venu d'un autre monde que le sien et pourtant si proche, d'une certaine façon, qu'elle ne pouvait elle-même parvenir à l'expliquer réellement. Et pour cause, cet homme était payé pour la protéger, rien de plus et, malgré tout, il pouvait parfois se montrer étrangement doux dans certains de ses gestes, étrangement avenants, comme si... Comme si, dans l'esprit de Katherina, il avait deux façades. Il était un bouclier d'acier d'un côté, pouvant se placer au-devant de n'importe quel danger pour la protéger. Et, de l'autre côté, sans aucune explication réellement logique, il était de ces personnes pouvant lui apporter sa boisson chaude préférée, ainsi qu'une couverture, après une froide journée d'hiver.


- Non, Johann, je préfère rester encore. Le train ne partira pas avant une heure et la pluie ne me gène pas.

Ne bougeant pas d'un millimètre, le regard de Kate ne changea pas de direction. Elle continua d'observer la chorégraphie des eaux, son sourire continuant d'étirer ses lèvres plutôt pulpeuses, rougies plus qu'elles ne l'étaient naturellement par le froid ambiant, qui commençait à véritablement se faire sentir. Un poids vint s'ajouter à la robe, sur ses épaules. Le manteau de l'homme, que dis-je ? L'ange que représentait, aux yeux de cette pauvre enfant perdue dans ce monde de guerre et de sang, Johann. Un monde, si bien représentait par ses quelques sombres nuages et cette flotte. Après tout, tous les êtres vivants en Angleterre étaient immergés dans cet engrenage chaotique et destructeur qu'était la guerre. C'était précisément ce qu'expliqua Katherina à son garde du corps quand celui-ci parla de l'affinité presque légendaire entre les Anglaises et les temps maussades. Ce n'était pas la réalité. Pas pour elle, tout du moins. Elle aimait simplement ce parallèle créer par les temps sombres, souvent constants, depuis le retour véritable du Lord. À la tête d'un monde qu'il allait modifier à son image, un monde qu'il allait sauver. Ses parents le lui avaient confié, cette guerre était inévitable et elle devait se préparer à devenir l'un des rouages de celle machine infernale qui ne pourrait être ralenti ou arrêté.

Ce perdant dans ses pensées, le regard perdu dans les cieux, la demoiselle se rappela des paroles dures, sèches, mais si réelles, de son géniteur. Un père qu'elle aimait, autant qu'elle le haïssait pour l'avoir docilisé, après l’événement, d'un collier puissant. L'Impero. Combien de fois l'avait-il utilisé sur elle pour lui faire comprendre qu'elle fautait ? Elle ne savait plus. Et pourtant, elle l'aimait. Elle l'aimait, autant qu'elle idolâtrait son Grand Seigneur. Après tout, n'était-il pas dans son droit ? Elle était sa fille, sa propriété et il pouvait ainsi disposer d'elle comme bon lui semblait. Elle se souvenait encore de ses premières années de vies, voyant son père comme un héros. Le preux chevalier qui était venu délivrer une princesse, devenue reine, sa mère. Elle les avait longtemps vus ainsi, les idolâtrant comme tous enfants de son âge le ferait. Son père était forcement le meilleur et sa mère la plus belle, n'est-ce pas ? Et pourtant, il l'avait rapidement fait déchanter.
« Vous êtes le meilleur Père ! » Le sourire d'une fillette qui n'avait pour réponse qu'un regard froid. « Non, Katherina, le meilleur est notre Seigneur à tous : le Seigneur des Ténèbres. Vous ferez une bonne arme pour lui. » Un regard triste et un petit corps crispé, se rappelant du meurtre. Et ainsi grandit-elle, comprenant lentement, mais surement, qu'elle devait oublier ses passions, ses envies, ses besoins. Qu'elle était et ne serait qu'une marionnette, qu'un pion, qu'un rouage de la guerre, ce qu'elle avait appris à vouloir et aimer, rien qu'à y penser. Après tout, le Lord était autant un mythe qu'une divinité, un sauveur qu'elle ne pouvait qu'attendre avec une impatience grandissante, alors qu'on lui apprenait, petit à petit, à obéir correctement. Impero. Impero. Impero. Un sauveur à qui elle se devrait d'obéir, si elle voulait qu'il la sauvât, elle et tous les siens. « Le Maître reviendra, Katherina, il reviendra. Vous devez être prête à lui faire face. Vous devez être prête à devenir l'un de ses outils. Vous voulez qu'il sauve votre frère, ainsi que le Monde, n'est-ce pas ? Alors vous devez vous préparer à devenir l'une de ses nombreuses mains. » Et elle voulait, elle le voulait, devenir l'un de ses pions, devenir l'une de ses mains, devenir une mangemort et plus encore si elle le pouvait. L'espoir. Un espoir vint qui combattait une tristesse latente. Elle le voulait. Elle offrirait sa vie, son corps, son âme et plus encore au Maître, simplement pour espérer. Il pouvait le ramener, ses parents le lui avaient jurés et ses parents ne mentaient jamais. Le Maître pouvait tout faire, même ramener les morts à la vie et Katherina, depuis sa plus tendre enfance, espérait son retour, espérait qu'il la remarquerait, espérait qu'il viendrait la chercher pour qu'elle s’offrît à lui en échange de la vie de son grand frère qui lui manquait tant. Elle savait qu'elle-même n'était rien, si ce n'était qu'une légère poussière pouvant être utile, pour le plus grand esprit de ce monde, mais pouvait-elle espérer ? Y avait-elle droit ? Son coeur lui disait oui, son cerveau hurlait l'inverse. Mais rien ne pouvait la faire reculer. Le Maître la prendrait s'il le voulait, si seulement il la remarquait.

Revenant lentement des tréfonds de son esprit, la belle se décida enfin à se relever. Elle n'était pas bien grande et paraissait particulièrement menu aux côtés de l'homme qui lui servait de garde du corps. Celui-ci n'avait plus prononcé un mot en remarquant que celle qu'il protégeait était partie s'enfermer dans ses pensées. Elle se retourna vers lui, lentement et lui sourit. Un sourire doux, témoignant malgré tout une certaine tristesse, sans qu'elle s'en rendît compte. La tristesse d'une enfant dans le corps d'une femme presque adulte. Une enfant rêveuse qui voyait Lord Voldemort comme les croyants moldus avaient pu voir Jésus. Finalement, elle se détourna de lui et s'approcha du bord de l'immeuble, où elle pouvait ainsi, facilement, surplombé toute la ville. Londres. Elle avait toujours apprécié les hauteurs pour cela, cette illusion de puissance et de pouvoir que cela donnait. Un pouvoir qu'elle ne possédait pas, elle le savait, mais l'illusion lui redonnait un semblant d'espoir. De là où les deux sorciers se trouvaient, les moldus ne ressemblaient qu'à ce qu'ils étaient, dans l'esprit de Kate. Des fourmis. Des milliers et des milliers de fourmis. De future esclave du Lord, pour sauver le monde. Pas seulement magique, non. Pour sauver le monde dans son entièreté et remettre les éléments de celui-ci dans la bonne place.


- Ferais-je une bonne mangemort, Johann, selon vous ?

La question fusa, avec une appréhension presque palpable. Il était comme elle, après tout. Il l'aimait, comme elle l'aimait et l'idolâtrait. Hors, elle savait également que, contrairement à elle, lui était entraîné, lui savait se battre, lui serait véritablement utile à leur Seigneur. A quoi servirait-elle, elle, si ce n'était servir de trophée ? Certainement à rien, mais, aussi triste que cela pouvait paraître, Katherina Blanchet était prête à n'être qu'un trophée, si cela lui permettait d'être aux côtés de cette entité si puissante. Elle ne restait qu'une enfant rêvant d'un grand Sauveur. Lord Voldemort, dans son esprit, serait forcement cette personne. Celui qui ramènerait son défunt frère.

- Qu'est-ce qu'une bonne mangemort, selon vous, Miss Blanchet ? répondit sereinement Johann, restant derrière elle.

Il était l'initiateur du sortilège évitant à la brune de se retrouver complètement trempé, comme lui l'était à présent, comme Kate avait si bien pu le remarquer durant le peu de temps qu'elle l'avait observée. Elle pencha légèrement la tête sur le côté et remonta lentement une main jusqu'à sa bouche et commença à tapoter de son index sa lèvre inférieure. Qu'était-ce qu'une bonne mangemort, selon elle ? La réponse était si simple et pourtant si difficile. Une bonne mangemort ne pouvait avoir d'amies, comme c'était le cas pour Katherina. Elle ne pouvait avoir de sentiment faible, comme l'amour, ni de geste tendre, comme la gentillesse. Pourtant, c'était bien cela, le problème. Katherina savait qu'elle pouvait se montrer particulièrement aimable, avenante et souriante et, cela, même pour les sang-de-bourbes. Elle n'aimait pas spécialement cracher sur les serviteurs et c'était précisément ce qu'ils seraient bientôt pour elle. Le respect devait avoir lieu, du maître à l'esclave et de l'esclave au maître. Seul l'Être Suprême pouvait se permettre de ne pas être respectueux avec ses esclaves, mais il était tel un dieu venu des cieux pour sauver l'humanité, aussi rien ni personne n'avait droit de lui résister. Aimable, souriante, avec un sens de l'humour parfois apprécié. Combien de fois Katherina avait-elle aidé un élève plus jeune à ramasser ses affaires après que celui-ci les eut fait tomber dans un couloir, sans distinction de maisons ou sans forcement lui demander avant cela, « tu es un sang-de-bourbe ? ». Non, Katherina aidait, pouvait même parfois soigner les autres et, vu qu'elle aimait le savoir pour ce qu'il était, aidait même aux devoirs. Elle s'était même surprise, un soir d'hiver, à jouer du piano pour consoler un camarade qui avait perdu un être cher, sa mère lui ayant appris cet art noble dès l'enfance. Voilà, tout cela faisait que, pour elle, elle ne pouvait pas être une bonne mangemort.

- Un bon mangemort, Johann, est sans doute quelqu'un comme vous, sans la gentillesse que vous pouvez faire preuve à mon égard.
- Selon vous, dans ce cas, un mangemort tel qu'il est décrit dans votre idéal, est incapable de la moindre attention pour un de ces pairs ? Dans ce cas, nous ferions tous deux de piètres serviteurs.

L'homme lui répondit d'un ton égal, avant de venir s'asseoir à ses côtés, maintenant la protection contre l'eau au-dessus de la femme. Katherina observa son profil, détaillant son corps, avant de finalement lever les yeux vers le ciel.

- N'est-ce pas marque de faiblesse ? N'est-ce pas de trop, Johann ? Les Mangemorts ne sont-ils pas des outils du Seigneur pour purifier notre monde, insensible et ne connaissant pas la pitié ?

Ses yeux perdus dans le vague, observant des lignes imaginaires, la belle laissa échappé une légère plainte, à peine audible. Pouvait-elle véritablement devenir une mangemort, alors qu'elle avait, oui, c'était bien ce mot qui convenait... Alors qu'elle avait pitié des autres et de leurs conditions ? Elle savait qu'elle n'aurait droit à la pitié quand elle deviendrait une arme du Maître, mais en était-elle seulement capable ? Plus le temps passait et plus, à son grand malheur, elle doutait. Le Maître sauverait-il son frère, si elle ne convenait pas à ses critères ? Elle en doutait de plus en plus, elle en doutait fortement. Et la tristesse, charmante compagne, agrippait alors, de ses griffes acérées, le pauvre cœur de l'adolescente. Ses parents lui avaient promis que, si elle servait correctement le Maître, qu'elle s'attirait ses bonnes grâces, alors peut-être qu'il accepterait de sauver son frère... Mais y parviendrait-elle ?

Pourquoi tu pleures, Katherina ? Parce que le Seigneur ne me remarquera pas. Parce que le Seigneur ne le sauvera pas.


Dernière édition par Katherina Blanchet le Dim 2 Avr 2017 - 16:50, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Bridget Satterlee
MESSAGES : 85

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 septembre 1980, Londres.
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Dim 2 Avr 2017 - 16:48

Salut !

Donc, cette fois-ci, c'est la bonne, ma fiche est terminée.

Je précise que l'intervention du personnage Johann Ivanov est accepté par.. Johann.

J'ai pris la peine de supprimer l'autre message, de manière à ne pas trop salir la fiche par un message inutile, j'espère avoir bien fait.

Des bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SERDAIGLE6ème annéePréfetMODO
    SERDAIGLE
    6ème année
    Préfet
    MODO
AVATAR : Kai (exo)
MESSAGES : 3391

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: En état d'ivresse
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 01/01/1981-Bristol
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Dim 2 Avr 2017 - 17:30

Rebienvenue,

Tout me semble en ordre. Ta fiche va donc passer en discussion et nous reviendrons vers toi le plus vite possible. ;)

_________________

Excitate vos e somno
Liberi mei
Cunae sunt non
Liberi fatali, somnus est non
Surgite - Inventite
Veni hortum veritatis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 1120

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Mar 11 Avr 2017 - 15:36

Bonjour Katherina,

Nous avons lu ta fiche avec intérêt. Ton personnage est intéressant et bien développé. Toutefois, si le choixpeau n'est pas encore venu sur ta tête, c'est parce qu'il se trouve bien embêté.

En effet, nous ne savons pas trop où te répartir, car nous trouvons des indices contradictoires par rapport à son comportement. En effet, d'un côté Katherine nous semble mépriser ceux qu'elle considère comme inférieurs (elfe, moldus) à cause de son éducation. De l'autre, le personnage nous est décrit comme pouvant être aimable, souriant et bienveillant avec les autres, même les nés-moldus. Il y a peut-être une explication à ces deux comportements qui nous ont paru opposés. Peux-tu nous éclaircir là-dessus s'il te plait ?
Nous pensons également qu'un ou deux paragraphes de plus concernant sa vie entre les murs de Poudlard aideront le choixpeau à trouver la maison qui lui correspond le mieux. Pourrais-tu ajouter quelques paragraphes explicatifs sur sa scolarité  dans ta présentation (en les mettant en couleur pour qu'on les repère plus facilement) ?

De plus, ton personnage sort de l'ordinaire de par son histoire et c'est justement pour cela que nous souhaiterions avoir plus de détails. En effet, nous trouvons que certains points sont restés trop obscurs pour bien saisir l'essence de ton personnage. Tout d'abord, nous aimerions savoir la ou les raisons qui poussent les parents de Katherina à la contrôler via l'imperium ? Est-ce qu'ils ont peur de leur fille depuis le meurtre (accidentel) de leur fils ? Est-ce qu'ils veulent contenir une nature violente, dangereuse ? Si pour une raison ou une autre, tu ne souhaites pas révéler ces détails sur ta fiche, tu peux nous contacter par MP.

Merci d'avance pour les changements et à très bientôt à Poudlard !

L'équipe de Rictusempra

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Bridget Satterlee
MESSAGES : 85

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 septembre 1980, Londres.
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Mar 11 Avr 2017 - 15:51

Salut Yuyu !

Je comprends bien que quelques détails peuvent paraître contradictoires, c'est clairement voulu, en réalité.

Je n'ai pas spécialement envie de modifier la fiche et, de fait, révéler certaines choses sur le personnage, que je préfère garder secrètes et développer à travers divers RP qui seront sans doute très intéressant - autant pour moi que certains protagonistes.

De fait, je préfère t'envoyer le complément via MP, que tu pourras ainsi transmettre aux autres pour que notre ami Choixpeau trouve la maison lui étant appropriée.

Des bisous et à bientôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 1120

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Mar 11 Avr 2017 - 15:55

J'attends ton MP dans ce cas.
Je le transmettrais au reste de l'équipe ensuite.

N'hésites pas à prévenir à la suite de ce message, lorsque tu auras envoyé les informations demandées (pour ne pas perdre de temps, si je me connecte avec le mauvais compte).

Bonne journée !

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERPENTARD6ème année
    SERPENTARD
    6ème année
AVATAR : Bridget Satterlee
MESSAGES : 85

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 3 septembre 1980, Londres.
SANG SANG: pur
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Mar 11 Avr 2017 - 19:20

Re',

J'ai envoyé le MP sur le compte de Damien. Si ça ne convient pas, previens-moi.

Des bisous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 1120

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Mar 11 Avr 2017 - 21:12


Re-bonjour,

Bien reçu ! Je n'ai pas encore eu le temps de le lire, mais je l'ai déjà transféré au reste de l'équipe.
Nous revenons vers toi bientôt.

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
APPRENTI(E)Filière déplacement
    APPRENTI(E)
    Filière déplacement
AVATAR : Kevin Zegers
MESSAGES : 1120

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: NÉ(E) MOLDU(E)
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !] Sam 15 Avr 2017 - 14:28

Bonjour,

Désolé du double message, mais c'est pour t'informer qu'un nouveau MP vient de t'être envoyé.

Bonne journée !

_________________
« Il y a des choses qui ne
s’expliquent pas.
»


"Troll en Divination, Piètre en Histoire de la Magie et en Botanique et Désolant en Potion. Mr Swart, vous pensez réussir votre vie professionnelle, avec de tels résultats ?" Pomona Chourave
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Katherina Blanchet [Terminé !]

Revenir en haut Aller en bas

Katherina Blanchet [Terminé !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]» Hermione Granger ( terminée)» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ACCUEIL :: Présentations :: Fiches sans réponse ou en attente-