AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[Octobre 1997] D'une confidence à une autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Octobre 1997] D'une confidence à une autre Ven 3 Mar 2017 - 17:42

La journée était grise et les cours venaient de se terminer pour la journée. Les nuages s’amoncelaient les uns par-dessus les autres, formant d’immenses cumulonimbus au dessus de Poudlard. Il était fort probable que la pluie se déchaînerait d’ici quelques heures et que le ciel se parsèmerait d’éclairs. Ce type de température plaisait à Ivanny. Ça lui donnait un coup d’adrénaline pour profiter des derniers instants à l’extérieur, avant que ne s’abatte la tempête. À l’intérieur même des murs du château, elle pouvait ressentir l’humidité dans l’air. Sa chevelure prenait d’ailleurs plus de volume qu’à l’habitude, lui conférant une tête de style pop-corn, loin d’être charmant. C’est donc par dépit qu’elle s’était faite une tresse sur le côté pour dompter sa crinière.

Elle se préparait à aller rejoindre une amie. Diana. Il y avait quelques temps que les deux jeunes filles ne s’étaient pas vues. C’est au détour d’un couloir qu’Ivanny lui avait proposé de venir la rejoindre dans le parc, question de se mettre au courant des dernières nouvelles. La rouge et or était la première à être au rendez-vous. Elle s’était approchée d’un petit banc de bois, d’un pas traînant. Elle remettait en perspective ses souvenirs. Une moue nostalgique se dessinait sur ses lèvres. Elles partageaient plusieurs valeurs communes, et quelques confidences. De tous les élèves, c’était à Diana que la Griffondor s’était ouverte sur sa véritable nature.

Ivanny se considérait chanceuse que son don de métamorphomage ait été maintenu secret. Les élèves qui avaient pu assister à ses changements physiques, surtout lors de ses premières années à Poudlard, avaient crus ses mensonges. Des phrases toutes trouvées du type ‘’ Je suis simplement douée en métamorphose’’ avait grandement fonctionné. Elle était également chanceuse que les professeurs du temps de Dumbledore aient gardés le silence à ce propos. Il serait stupide de croire qu’ils n’en savaient rien, avec leurs connaissances avancées sur la magie.  

Leur rencontre remontait à trois ans plus tôt. Elles s'étaient particulièrement rapprochées lorsqu'Ombrage était venue s’installer au château l'année d'après. À ce moment-là, Ivanny avait redoublé d'efforts pour renforcé sa concentration sur ses émotions explosives, pour mieux maitriser son don. Ses parents travaillaient fort pour lui inculquer l’importance d’être dans les rangs. L’une des conséquences à cet acharnement contre sa propre nature, était que la jeune fille s’était considérablement refermée sur elle-même. Et comme tous les jeunes de ce monde, Ivanny avait cette envie profonde de pouvoir révéler son secret. Surtout en ces temps où la tension montait toujours d’un cran d’une semaine à l’autre. C’est en découvrant la personnalité dynamique de Diana, cette jeune Poufsouffle de deux ans sa cadette, que la rouge et or était entrée en confiance.


FLASHBACK
1995-1996


L’heure du diner achevait. Les deux jeunes filles flânaient dans les couloirs, s’échangeant les dernières péripéties du jour. Et voilà qu’étaient passé une nouvelle loi pour empêcher les regroupements non autorisés d’élèves. Les injustices avaient tendance à irriter Ivanny, ce qui la plaçait déjà dans un état plutôt sinistre. À mi-voix, elle lui racontait le fond de sa pensée :

-C’est du grand n’importe quoi. Je te le dis, ma patience est mise à rude épreuve. Chacune de ses paroles est un affront à mes valeurs. J’ai même entendu dire qu’elle avait torturé un élève! Tu imagines? Comment le ministère et Dumbledore peuvent-ils laisser passer ça? Il doit bien y avoir un recours possible…

Au même moment, un petit groupe d’élèves passait par là. Leurs rires recelaient une pointe de méchanceté palpable. Ombrage avait réussi à faire ressortir le mauvais côté de plusieurs élèves au grand jour, leur comportement étant même encouragé – tant que cela lui serve. Ivanny les suivait du regard. En entendant leurs paroles, elle sentait monter en elle ce sentiment difficile à maîtriser, celui de la colère.

-… Vous auriez dû voir la tête des élèves de la classe quand Potter s’est fait remettre à sa place par Ombrage. Et il ne se dompte pas! Il continue de dire haut et fort que le seigneur des ténèbres est de retour! Pwahaha, pauvre gars!

La griffondor avait serré les mâchoires. Son regard s’était illuminé d’une lueur vive, orangée, et ses iris se contractèrent en deux ovales félins. Sa respiration s’accélérait. Sans dire un mot de plus, elle avait tourné le dos à son amie et s’était dirigée rapidement dans la première salle vide qu’elle avait pu croiser sur son chemin. Dès la porte refermée, un grognement sonore s’éleva de ladite salle. Probablement inquiète, Diana l’avait suivit.

Doucement, elle avait pénétré dans la pièce. Ivanny s’appuyait sur une table, les ongles solidement enfoncés dans le bois. Ceux-ci s’étaient allongés et durcit, lui conférant un air bestial. Les veines de ses mains saillaient sous la tension. De dos, Diana pouvait voir la chevelure de son amie devenue rêche et noire.


-Hé… Ivanny?
-Ce n’est… Rien…

Ivanny respirait bruyamment, inspirant et expirant à grandes bouffées. Sourcils froncés, elle se demandait comment faire pour expliquer la situation à la Poufsouffle. Elle n'avait pas envie de lui mentir à elle aussi. Dans les circonstances, il était peut-être mieux de tout lui révéler. En plus ça la soulagerait réellement d’un poids lourd de pouvoir s’exprimer librement avec quelqu’un. D’une voix sévère elle lui demandait :

-Tu sais tenir un secret Diana?


La jeune fille avait répondu à l’affirmative. Ivanny avait donc prit son courage à deux mains. Elle avait lâché la table dans laquelle il y avait maintenant dix marques de sa colère et elle avait fait face à son amie. Son visage au complet avait une morphologie féline, jusqu’à un petit museau noir :

-Je suis une métamorphomage… Et parfois ça éclate sans que je ne l’aie demandé, comme maintenant. Il faut absolument que ça reste entre nous. Je n'ai pas du tout envie de subir les revers de ce don face aux esprits tourmentés de Poudlard.

Aussitôt sa révélation faite, un immense sentiment d’apaisement  l’envahie. Son apparence reprit presque aussitôt ses traits normaux. Alors qu’il ne restait plus que ses pupilles de chats bien dillatées, elle lui dit dans un souffle inquiet :

-C’est débile combien on est entouré de crétins! Et si c’était vrai? Et si rien n’irait plus jamais comme avant? Et si Tu-Sais-Qui était revenu? Ombrage n’étant qu’un avant-goût de l’enfer possible?

FIN FLASHBACK

Ivanny passe sa main sur son visage, question de reprendre contenance. Diana devait arriver d'une minute à l'autre. Elles ne s'étaient pas vraiment parler depuis la rentrée scolaire. Et la jeune fille se demandait comment ça se passait de son côté. Les cours, la famille...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Octobre 1997] D'une confidence à une autre Jeu 9 Mar 2017 - 10:39

Le cours touchait à sa fin, au grand soulagement de certains peut être, ou à la déception des plus studieux. Les diverses discussions mises en suspens reprenaient doucement, accompagnés du flottement sonore créé par des livres et parchemins que l'on remettait dans les sacs. Les premiers élèves prêts quittaient plus ou moins rapidement la salle de classe, tandis que les autres terminaient tranquillement de remplir leur bagage. C'était le dernier cours de la journée, ils ne voyaient donc aucune raison de se presser, les salles communes et autres pièces n'allaient pas leur fermé la porte au coin du nez dans la minute. Quoique, par les temps qui courent, on était jamais sûr de rien maintenant. Puis, même sans cela, un mot de passe est parfois si vite oublié. 

Diana avait fini par sortir à son tour de la salle avec la première moitié des élèves, fin prête à rejoindre les extérieurs. Elle était suivie de près par son chat tigré borgne, Frankenstein, qui ne quittait pas sa maîtresse d'une semelle. Mais force était de constater que le nombre d'élèves qui circulaient en cette fin de journée dans l'établissement était assez abondant, et la jeune fille craignait que le félin ne la perde de vue, n'ayant plus qu'un œil pour voir. Alors, elle s'était rapidement arrêtée, et elle s'était penchée pour prendre Franky dans ses bras avant de le laisser s'installer confortablement sur ses épaules. Puis elle avait repris sa route. Arborant fièrement son uniforme des jaune poussin, les cheveux attachés en chignon, elle traversait les différents couloirs du château, et descendait les divers escaliers mouvants, d'un pas léger, mais qui semblait en même temps pressé. Bien évidemment, elle ne courrait pas, et à vrai dire, elle ne songeait pas non plus à s'y risquer, mais sa démarche demeurait tout de même assez rapide. On ne savait pas qui on pouvait croiser au détour d'un couloir, et bien que le fait de courir ne fût pas explicitement interdit dans le règlement de l'école (du moins pas à la connaissance de la Poufsouffle), la demoiselle préférait prendre ses précautions avec la nouvelle administration de l'école. Ce serait quand même bête de se faire prendre par un professeur pour si peu alors qu'elle était attendue, car la brune avait prévu de rejoindre son amie Ivanny, une Gryffondor de deux ans son aîné qu'elle n'avait pas vraiment vu depuis un moment.

Les deux jeunes filles s'étaient rapidement croisées dans la journée, au détour d'un couloir lors d'un changement de classe, et lorsque la rouge avait proposé de la rejoindre au parc à la fin de la journée pour se retrouver, la jeune blairelle avait accepté sans hésitation. C'était idiot à dire, mais au final Ivanny était sans doute celle qui connaissait le mieux Diana, tout ça malgré qu'elles n'avaient pas le même age, ne faisaient pas partie de la même maison et n'avaient aucun club commun. En soi rien qui les rapprochait à la base, mais le destin avait bien fait les choses et avait permis aux deux amies de se connaître trois ans plus tôt. Au final, elles s'étaient découvert des choses en commun, et s'étaient révélées certaines choses qu'elles seules connaissaient sur l'autre. La jaune et noir se souvenait notamment de ce jour où Ivanny lui avait révélé pour son don de métamorphage, ce jour où elle lui avait fait la promesse de ne rien dire à personne à ce sujet, à l'époque où Ombrage était venue faire sa loi dans Poudlard. Elle avait tenu sa promesse.

FLASHBACK 
1995-1996


Les deux jeunes filles discutaient de la journée en arpentant les divers couloirs du château. Une nouvelle loi venait de sortir, encore une lubie de cette chère Ombrage qui avait probablement peur qu'une bande d'élèves ne se regroupe dans son dos pour tenter de la faire tomber de son trône.

« C’est du grand n’importe quoi. Je te le dis, ma patience est mise à rude épreuve. Chacune de ses paroles est un affront à mes valeurs. J’ai même entendu dire qu’elle avait torturé un élève ! Tu imagines ? Comment le ministère et Dumbledore peuvent-ils laisser passer ça ? Il doit bien y avoir un recours possible… »

Diana avait regardé la Gryffondor, approuvant d'un léger hochement de tête.

« Notre bonbon rose national à simplement peur de se faire voler son siège, que veux-tu. Le pouvoir, c'est ça qui l’intéresse, à tous les coups. Mais je mettrais ma main à couper qu'elle se fera bientôt jeter de son pied d'estale, d'une manière ou d'une autre. Du moins, ce serait sympa. Malheureusement pour nous, je ne crois pas que le ministère fera grand chose, il paraît qu'elle en fait partit et que le ministre approuve la majorité de ses actes. Mon hypothèse : ils veulent faire taire la rumeur du retour de Tu-Sais-Qui de l'intérieur, le fait qu'ils n'y croient pas n'est pas un secret. » Avait répondu la brune aux paroles de son amie, essayant de la rassurer un peu et de trouver une explication logique aux événements récents.

Un bref regard pour le petit groupe qui passait près d'elles en riant, Diana se doutait que leur comportement allait énerver Ivanny qui était plus impulsive qu'elle. L'arrivée d'Ombrage avait fait des dégâts sur le comportement de certains, grand bien leur fasse s'ils y trouvaient leur compte.

« … Vous auriez dû voir la tête des élèves de la classe quand Potter s’est fait remettre à sa place par Ombrage. Et il ne se dompte pas ! Il continue de dire haut et fort que le seigneur des ténèbres est de retour ! Pwahaha, pauvre gars ! »

Si la Poufsouffle s'était contenté de lever les yeux au ciel d'exaspération face à la remarque d'un des membres du groupe, cela n'avait pas été le cas d'Ivanny que la jaune et noir voyait se diriger d'un pas rapide vers une salle vide. La brune l'avait suivi pour la rejoindre dans la pièce, inquiète de la voir réagir aussi brusquement, apercevant la nouvelle chevelure rêche et noir de la plus âgée une fois à l'intérieur.

« Hé… Ivanny ? » Lui avait-elle demandé d'un ton inquiet en entendant sa respiration rapide.

« Ce n’est… Rien… »

Doucement, elle avait posé une main sur l'épaule de la rouge et or, pour lui montrer qu'elle était là, qu'elle la soutenait, et peut être aussi un peu pour l'aider à se calmer.

« Tu sais tenir un secret Diana ? »

La demoiselle avait eut un léger froncement de sourcil, curieuse, avant de hocher la tête pour répondre par l'affirmative.

« Oui, bien sûr. Je t'écoute. » Lui avait-elle répondue pour accompagner la parole au geste.

Retirant sa main de l'épaule de la plus âgée pour la laisser se retourner et lui faire face, la demoiselle avait été un peu surprise en apercevant le visage métamorphosé, aux allures félines, d'Ivanny. Mais elle n'avait rien dit, la laissant s'exprimer.

« Je suis une métamorphomage… Et parfois, ça éclate sans que je ne l’aie demandé, comme maintenant. Il faut absolument que ça reste entre nous. Je n'ai pas du tout envie de subir les revers de ce don face aux esprits tourmentés de Poudlard. C’est débile combien on est entouré de crétins ! Et si c’était vrai ? Et si rien n’irait plus jamais comme avant ? Et si Tu-Sais-Qui était revenu ? Ombrage n’étant qu’un avant-goût de l’enfer possible ? »

Diana avait offert un sourire calme et sincère à son interlocutrice. Que la lionne ne s'inquiète pas, la jaune et noir ne dirait rien. Elle comprenait parfaitement.

« Ne t'inquiète pas, ça ne sortira pas de ces murs, je te le promets. Puis je comprends. Elle m'a bien forcé à changer de style vestimentaire aux dernières vacances parce que soit disant, je cite, « le rock, en plus d'être démodé, est un genre vulgaire et qui ne vous met pas du tout en valeur ». Alors soit je changeais, soit elle m'emmerdait. Alors histoire de passer une année tranquille, il n'y a pas trente-six mille solutions. Je ne te le fais pas dire, malheureusement, je crois qu'il n'y a pas encore de remède pour guérir la bêtise. Je dirais que rien n'est impossible. Après tout, c'est vrai, il est peut-être vraiment revenu. Les plus sceptiques demandent des preuves, c'est normal, mais même sans preuve, on ne peut pas non plus affirmer que son retour n'est rien que du vent. En attendant, si Ombrage ne devait être qu'un avant-goût de ce qui nous attend plus tard, je crains le pire. »

FIN FLASHBACK

Il était vrai qu'à la chute d'Ombrage, Diana en avait profité pour reprendre son style rock, sachant qu'elle serait tranquille tant que Dumbledore était à la tête de l'école. Mais à sa mort, elle avait de nouveau dû sacrifier son look, pour ne pas risquer d'ennuis pour rien, même si ça ne lui plaisait pas spécialement.

Diana avait maintenant rejoint le parc, parvenant à ne croiser personne susceptible de la ralentir. Elle avait profité d'avoir rejoins l'extérieur pour reposer Frankenstein au sol, histoire qu'il puisse se dégourdir les pattes. Le temps s'était assombri, grisonnant de çà et là, probablement annonciateur d'une future tempête. Mais qu'importe, cela n'empêchait pas la demoiselle de continuer sa route.

Elle aperçut son amie un peu plus loin, installé sur un banc. Le félin borgne la devanca, allant se frotter aux jambes d'Ivanny en miaulant. Arrivant dans son dos, la poufsouffle posa délicatement ses mains sur les yeux de la rouge et or.

« Devine qui c'est. » Lui dit-elle pour la taquiner, avec un léger sourire amusé.

Un peu de bonne humeur ne faisait jamais de mal.
Revenir en haut Aller en bas

[Octobre 1997] D'une confidence à une autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Gazette d'Octobre 1997» [6 octobre 1997] Y'a quelque chose, dans son regard... (Ft. Lina)» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans» La « démocratie haïtienne » : Quels sont les enjeux ? - 29 octobre 2010
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1997 - Août 1998 :: Sujets abandonnés-