AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 105
MessageSujet: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Mer 22 Fév 2017 - 22:26

Un mois s’était écoulé depuis le premier jour de classe à Poudlard et, le moins que l’on puisse dire, c’est que les débuts avaient été difficiles pour la jeune Amanda Ziegler. Tous les soirs, avant de s’endormir dans son lit moelleux, elle se répétait les dires du Professeur McGonagall lors de la cérémonie : « les événements ne se déroulent pas toujours comme prévu ». La fillette était marquée à jamais par ces quelques mots. On dit que le rire est contagieux, le bâillement aussi. Amanda, quant à elle, se sentait souillée par Minerva McGonagall. Ses angoisses l’avaient éclaboussée en pleine figure, cruellement et sans qu’elle ne puisse rien y faire. Désormais, Amanda était contaminée, et elle répugnait chaque soir le Professeur de Métamorphose pour la peur qui l’abritait au quotidien. Le début du cauchemar, c’était ses mots, sa voix, sa personne. C’était elle, et personne d’autre.

Elle répétait cette phrase en boucle, à voix basse. Si elle désirait quelque chose plus que tout au monde, c’était de prouver à la vieille dame qu’elle avait tort. Cette dernière était faible, comme tous les autres adultes de Poudlard. Ils ne protégeaient pas les élèves du Château, ils ne faisaient strictement rien pour eux. À onze ans, Amanda était livrée à elle-même, et l’image positive qu’elle se faisait des grandes personnes avait volée en éclats. Le soir de la Répartition, la fillette aux cheveux blonds s’était fait une promesse : Les événements se dérouleraient comme prévu. Ils se dérouleraient comme elle l’avait prévu, elle. Et tout irait bien.

La benjamine des Ziegler avait multiplié les efforts pour décrypter le « nouveau » Poudlard et, depuis la rentrée scolaire, Amanda dévoilait le pire de sa personne. La fillette adoptait un comportement qui ne lui ressemblait pas du tout. Elle se pliait à toutes les bassesses des mauvais élèves, et certaines de ses fréquentations étaient plus que douteuses. Influençable, les plus grands manipulaient facilement la jeune sorcière, l’utilisant sans vergogne dans leurs mauvais coups. La bleue et bronze refusait d’admettre qu’elle était prise dans un cercle vicieux dont elle ne pouvait plus s’échapper. Voilà comment elle voyait les choses : les événements se déroulaient comme prévu, et tout allait bien. En effet, Amanda avait de bonnes notes, y compris dans les matières dirigées par les Carrow et, jusque-là, elle ne s’était pas attirée de gros problèmes. Pour cela, elle avait opté pour une stratégie des plus minables : se tenir le plus loin possible des nés-moldus, et se ranger du côté des plus forts.

Amanda frissonna, et serra sa cape de sorcier contre sa poitrine. Le Hall d’entrée était toujours glacé, traversé de regrettables courants d’air. La Serdaigle détestait le froid plus que tout. Elle superposait toujours une multitude de couches de vêtements sous sa tenue réglementaire, mais rien n’y faisait : elle était gelée. Elle aperçut au loin Edward Selwyn, son ami de Poufsouffle. Sa salle commune était située à côté des cuisines, au Sud du Hall d’entrée. Il se rendait certainement au dîner, lui aussi. Depuis leur première rencontre où ils avaient manqué de s'entre-tuer, de l’eau avait coulé sous les ponts. Désormais, les deux enfants avaient noué une solide amitié, même s’ils étaient en désaccord sur presque tout. Edward désapprouvait l’attitude de sa camarade, et ils se disputaient régulièrement à propos des nés-moldus. De son côté, Amanda reprochait au Poufsouffle de ne pas prendre exemple sur elle, et de négliger sa sécurité, notamment en traînant secrètement avec les parias du Château.

Souriante, elle s’approcha de ce dernier afin de le saluer mais fut couper dans son élan. Deux élèves de Serpentard se tenaient juste derrière le garçon, très certainement des espions pour le compte des Carrow. Certains élèves étaient devenus maître dans l’art de cafarder, et d’anéantir des vies sociales au sein de Poudlard. Tous deux toisaient la petite sorcière, l’air menaçant. Amanda leva les yeux vers le plus hostile des deux adolescents, et compris immédiatement son jeu de regard. Il lui demandait, ou plutôt, il lui ordonnait de s’en prendre à Edward. Pourquoi ? Pas de raison particulière, à priori. C’était un jeu pour les sangs purs du Château, ils étaient les rois de la cour de récréation. Il fallait leur obéir, un point c’est tout. Tremblante, Amanda sortit sa baguette magique et la braqua dans le dos de son ami. Apeurée, elle prononça la seule formule magique qui lui venait en tête :

« LAQUEUS NECTO. »

La jeune Serdaigle maîtrisait ce sortilège à la perfection, c’était même le tout premier qu’elle avait réussi. Pas bien méchant, il suffisait néanmoins à humilier son camarade, au beau milieu du Hall d’entrée bondé. Les lacets du garçon nouèrent ses deux chaussures entre elles et, évidemment, il s’étala sur le ventre, ses affaires éparpillées autour de lui. De nombreux élèves ricanèrent, plus ou moins ouvertement, mais personne ne lui vint en aide. Les deux verts et argents étaient hilares, ils firent un petit signe de tête complice à Amanda avant de se rendre à la Grande Salle. Gênée, la fillette ne bougea pas d’un poil, ne pouvant quitter des yeux le Poufsouffle. Elle avait immédiatement regretté son geste, mais c’était trop tard. Réalisant qu'elle n'était plus épier par les deux terreurs, elle se précipita vers lui et l’aida à ramasser ses affaires.

« Je… Tu vas bien ? » Demande-t-elle, rouge de honte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Ven 24 Fév 2017 - 14:50

Comme d'habitude, le hall d'entrée était bondé à cette heure là. Des dizaines d'élèves s'agglutinaient tous devant l'entrée de la grande salle, dans l'attente du repas du soir. C'est dans cette cohue d'avant-diner qu'Edward progressait, d'un pas relativement alerte, son estomac criant famine. Il venait de finir ses 40 centimètres de parchemin pour le professeur Chourave, dans lesquels il avait mis toute l'énergie dont il disposait en cette fin de journée. Mais Tout ne se passa pas comme prévu (;P). Alors qu'il était presque arrivé devant la Grande Porte, il entendit la voix de son amie Amanda prononcer un sort. Il n'eut pas le temps de réagir, une fraction de secondes plus tard il se sentit partir en avant et s'étala par terre sous les rires des élèves autour de lui. Son sac contenant tout ses devoirs et affaires de cours de la journée s'était presque entièrement vidé au sol, répandant plumes, parchemins et bouteilles d'encre un peu partout autour de lui. amorçant un mouvement pour se relever, il tenta de mettre un genou à terre, mais en sentant ses deux jambes bouger de concert, il comprit tout se suite ce qu'il s'était passé. Amanda avait encore frappé !

C'était du Amanda tout craché ça. Elle avait pour habitude de maltraiter les nés-moldus « pour se faire bien voir » disait-elle... On ne comptais plus le nombre de fois ou Edward lui avait fait des reproches par rapport à ça. Et aujourd'hui, c'était à lui qu'elle s'en prenait. Le rouge commença a lui monter aux joue, mélange de honte et de colère vis a vis de son amie. Elle était allée trop loin cette fois. Les chaussures du garçon étant liées entre elles , il ne pouvait se déplacer dans un endroit plus calme. Sans un mot, avec toute la dignité qui lui restait (si on oubliais le pourpre qui colorais son visage), il se releva en position assise par terre et entreprit de défaire le nœud magique. Le mouvement lui arracha une petite grimace de douleur. Visiblement son genou gauche avait pris un bon choc dans la chute. Il devait avoir un sacré bleu. La douleur, combinée au fait que la serdaigle restait plantée derrière lui, sans un geste pour son ami le mettait hors de lui. Au bout d'un moment, alors que les autres élèves se lassaient du spectacle et entraient dans la Grande Salle,elle se décida enfin à bouger vers lui. Évidemment, moins de public pour la voir être gentille. Elle commença à ramasser les affaire du garçon, toujours étalées par terre, semblant enfin préoccupée par l'état du poufsouffle.

« Je… Tu vas bien ? » 
Sans lever les yeux vers elle, concentré sur ses chaussures, il lâcha d'un ton amer « bien sûr que je vais bien. J'ai une amie qui me jette des sorts dans le dos et m'humilie devant tout le monde, mais à part ça, tout va bien. » Une fois ses chaussures renouées correctement, il ramassa les parchemins, plumes et diverses affaires étalées par terre qu'il rangeait en vrac dans son sac. Ce faisant, toujours sans un regard vers son amie, il s'adressa à elle. « Les nés-moldus ne te suffisent plus ? Il faut que tu t'en prennent à tes amis maintenant ? Mais bon... j'imagine que des excuses seraient trop demander à Madame.» Une fois toutes ses affaires ramassées, il se releva, s'approcha de la fillette, et d'un geste sec, lui prit ce qu'elle avait dans les mains. « Merci ! » et essayant d'ignorer son genou endolori, boîta en direction de la grande salle. Il fallait qu'elle comprenne qu'elle allait trop loin, non seulement avec lui, mais aussi avec toutes ses autres « victimes ».


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 105
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Dim 26 Fév 2017 - 13:54

Manifestement, le garçon en voulait à sa camarade de classe. D'un ton des plus cassants, il avait admis s'être senti humilié par cette dernière, alors qu'il la considérait comme une amie. Amanda savait pertinemment qu'il avait toutes les raisons du monde d'être en colère, mais elle n'avait pas aimé le ton qu'il avait employé. Pourquoi remettait-il en cause leur amitié pour une chose aussi ridicule ? Comme à son habitude, il dramatisait tout. Il ne fallait pas se moquer des boucs émissaires, ils en bavaient suffisamment. Il ne fallait pas jeter de la nourriture sur les moches, ce n'était pas bien. Et il ne fallait pas non plus être méchant avec les nés-moldus, ni même les taquiner gentiment. Edward était beaucoup trop droit, et beaucoup trop honnête, et c'était très pénible par moments. Après tout, ce n'était pas un crime de faire une petite blague à un ami, c'était même plutôt drôle. Ils auraient pu en rire tous les deux, mais le Poufsouffle était offensé.

« Les nés-moldus ne te suffisent plus ? Il faut que tu t'en prennes à tes amis maintenant ? Mais bon... j'imagine que des excuses seraient trop demander à Madame.

Mais quelle mauvaise langue ce blaireau. Amanda ouvrit la bouche pour rétorquer, mais aucun son ne sortit. Elle se contenta de froncer les sourcils, mécontente. Que voulait-il dire exactement ? Toujours dans l'exagération, la blondinette ne martyrisait pas non plus la terre entière. Il lui arrivait de suivre les plus grands et d'enquiquiner innocemment les "sangs impurs". Ce n'était pas du harcèlement, loin de là. C'était gentillet, et parfaitement maîtrisé. Comme elle faisait souvent la remarque à Edward, il y avait des élèves bien pires qu'elle. Celui-ci n'acceptait jamais cette excuse, il la trouvait minable. Dans le fond, la Serdaigle était persuadée que son ami était jaloux de sa personne. Finalement, elle s'était beaucoup mieux intégrée que lui, et elle connaissait une partie des élèves influents de Poudlard. Quant à lui, il traînait secrètement avec les misérables du Château, à croire qu'il complotait dans le dos de la nouvelle Direction. Il se prenait beaucoup trop au sérieux, le super héros des affligés.

Edward se releva brusquement et arracha des mains de la fillette un petit paquet de parchemin. Il la remercia sèchement, sans la moindre reconnaissance. Une nouvelle fois, il abusait. Amanda aurait très bien pu s'enfuir loin, et le laisser se débrouiller tout seul. À croire qu'il ne voyait pas tous les efforts qu'elle faisait pour lui. Déjà, rien que le fait de rester à ses côtés, alors qu'il venait d'être moqué par une grande partie du Château, constituait un effort considérable de la part d'Amanda. Ce dernier lui tourna le dos, et se dirigea vers la Grande Salle. Il n'allait pas s'en tirer comme ça. La jeune fille le rattrapa aussitôt, et le tira par le bras :

- Tu peux te les mettre où je pense, tes excuses, siffla-t-elle à voix basse. Elle marqua une courte pause et reprit, moins agressivement : Toi et ta jambe de bois, vous êtes ridicules ! C'est rien du tout, Edward, tu ne vas pas en faire toute une histoire !

La benjamine des Ziegler avait constaté que le garçon boitait, d'où la pique. Il s'était peut-être fait mal, le carrelage en pierre ne devait pas être agréable. Intérieurement, Amanda se sentait coupable, mais elle était surtout très fâchée. Le jaune et noir n'avait pas le droit de lui en vouloir, elle ne faisait que se protéger. Si lui se moquait de sa sécurité, ce n'était pas son cas à elle. N'avait-il jamais peur ? Soit il était complètement inconscient, soit c'était un idiot, et Amanda refusait de croire à cette dernière théorie. Maladroitement, elle tenta de se justifier :

- Tu n'as pas vu, il y avait deux garçons, commença-t-elle, hésitante. Ils ne m'ont pas laissé le choix. Tu sais très bien que c'est comme ça que cela fonctionne !

Bien sûr qu'il le savait. Il fallait se plier aux règles des plus forts, même si c'était déplaisant. S'ils le décidaient, n'importe qui pouvait prendre la place des nouveaux parias, et être malmenés en permanence. La vie était dure à Poudlard, et Amanda estimait qu'à onze ans, on avait le droit d'être faible. Ils étaient tous trop jeunes pour agir en adultes et se battre contre les injustices.

- Allez Edward, tu ne vas pas bouder pour ça, supplia-t-elle avec un petit sourire forcé. On est pas d'accord, mais on reste amis, n'est-ce pas ? Si tu veux, je peux t'amener à l'infirmerie, on dira que tu as trébuché dans les escaliers... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Mer 1 Mar 2017 - 16:54

Comme il s'y attendait, Amanda n'en resta pas là. À peine avait-il eu fait quelques pas qu'il la sentit le tirer en arrière par le bras. Il voulait qu'elle se sente coupable, qu'elle se rende compte comment elle pouvait être horrible avec les autres parfois. Mais contrairement à ce à quoi il s'attendait, la petite campait sur ses positions. « Tu peux te les mettre où je pense, tes excuses » avait-elle soufflé à voix basse. « Toi et ta jambe de bois, vous êtes ridicules ! C'est rien du tout, Edward, tu ne vas pas en faire toute une histoire ! »

« il ne s'agit pas seulement de moi ! » répondit-il d'un ton sec « Tout les autres, c'était rien du tout aussi ? Cette pauvre fille à qui tu as lancé un Tarantallegra dans la grande salle l'autre jour, ça aussi c'était rien du tout ? Elle a été collée par les Carrow pour avoir troublé l'ordre pendant le repas ! Tu aimerais toi, te faire humilier continuellement, parce que ta famille n'a pas le sang qu'il faut ? Je sais que tu ne fait pas ça pour ces raisons, mais le résultat est le même pour eux.»

Il y allait fort avec l'aiglonne, mais il sentait que c'était nécessaire pour qu'elle comprenne. Qu'elle comprenne que ce qu'elle pensait être des petites blagues innocentes, à la longue, ça pouvait peser sur les gens. Il ne voulais pas la rabaisser, bien au contraire, il cherchait à la tirer des abîmes dans lesquelles elle plongeais peu à peu sans s'en rendre compte. Ce qui est au départ de petites blagues peut vite s'amplifier dans le mauvais sens. Comment tournerait-elle si cette tyrannie de la part des Mangemorts continuait pendant des années ? En deviendrait-elle une, elle aussi ? Il ne pouvait prendre ce risque,il tenait beaucoup trop à elle pour risquer de la perdre ainsi. Il jeta un coup d’œil autour de lui, pour vérifier que personne ne les écoutais. Tout les élèves s'étaient lassés du spectacle et étaient entrés manger, ils étaient à présent seuls dans ce grand hall.

« Tu n'as pas vu, il y avait deux garçons. Ils ne m'ont pas laissé le choix. Tu sais très bien que c'est comme ça que cela fonctionne ! »

Encore cette excuse. Elle était toujours comme ça, se dédouanant de toute responsabilité dans ses actes, comme si cela justifiait ce genre de comportement. Non, ce n'était pas comme cela que ça fonctionnait. Il y avait d'autres solutions... Elle aurait pu ne rien faire, faire comme si elle ne les avait pas vu et continuer son chemin. Elle aurait pu prévenir son ami. Elle aurait pu... Il y avait des dizaines d'alternatives à ce qu'elle avait fait. Edward la foudroya du regard, sans rien ajouter. Il ne voulait pas enfoncer d'avantage son amie, mais se sentait incapable de dire quoi que ce soit qui aille dans son sens, il préféra donc garder le silence. Devant cette absence de réaction, la petite ajouta, d'un air suppliant.

« Allez Edward, tu ne vas pas bouder pour ça, On est pas d'accord, mais on reste amis, n'est-ce pas ? Si tu veux, je peux t'amener à l'infirmerie, on dira que tu as trébuché dans les escaliers... »

« trébuché dans les escaliers ? » Demanda-t-il, visiblement agacé « alors c'est ça hein ? Le maladroit petit Poufsouffle ne sait pas monter des escaliers ? » Ça y est, c'était parti, il ne pouvait plus faire machine arrière à présent. Il enchaîna alors, débitant tout ce qu'il avait à dire. « Tu vois c'est exactement ce que je veux te faire comprendre. Quand on t'écoute, c'est jamais de ta faute. Un coup c'est deux garçons menaçant, un coup c'est une chute dans les escaliers... Mais au bout d'un moment, il faut assumer, y'a que comme ça que tu prendra conscience de l'ampleur que ça peut prendre ! Tu ne pourra pas t'en tirer éternellement en accusant les autres, c'est impossible ! »
C'était beaucoup d'un coup. Il marqua une pause, le temps qu'elle assimile tout ce qu'il avait dit et qu'il reprenne ses esprit. Il reprit d'une voix un peu plus calme, la colère s'étant un peu atténuée.

« Ecoute... tu es mon amie, et ça je veux pas que ça change. Je cherche pas à t'enfoncer, je veux juste te faire comprendre que même si tu es de bonne foi en disant qu'on t'incite à faire ce genre de truc, au final c'est de ta baguette que part le sortilège, et donc que d'une manière ou d'une autre, c'est sur toi que ça va retomber... et peut-être d'une manière bien pire qu'une simple dispute entre deux amis... » Il détourna le regard, observant avec attention les arabesques sur le carrelage et conclut sa tirade « Je cherche juste à te protéger... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 105
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Lun 6 Mar 2017 - 17:01

Décidément, ce n’était pas son jour au blaireau. Il n’arrêtait pas de pester auprès d’Amanda, et cela devenait franchement insupportable. La fillette aux cheveux blonds ne parvenait à croire qu’ils se disputaient à propos d’une « blague ». Jusque-là, elle était gentille et se contenait, mais s’il persistait à lui parler de la sorte, ça n’allait pas durer. Pourquoi lui reparlait-il de la vilaine rousse au « Tarantallegra » ? Il ne la connaissait même pas, c’était une insignifiante élève de première année, une née-moldue sans défense et sans personne. Elle avait été collée ? Il n’y avait pas mort d’homme dans ces cas-là, les retenues faisaient partie des punitions les plus légères pour les « sangs impurs » du Château. On pouvait même dire qu’elle s’en sortait bien, finalement. La preuve qu’Amanda ne malmenait pas vraiment les nés-moldus, ce n’était pas aussi méchant qu’il avait l’air de le prétendre. La Serdaigle fronça les sourcils, et soutenu le regard du Poufsouffle. Il le l’impressionnait pas du tout, avec ses belles paroles.

Même dans un monde parfait, il y aurait toujours des boucs émissaires. Cela faisait partie des relations humaines, et de l’harmonie des groupes d’individus. Les nés-moldus n’avaient pas de chance, c’était tombé sur eux, mais on ne pouvait rien y faire. Amanda aurait aimé expliquer toutes ces théories plus en détails à Edward mais il ne lui en laissa pas le temps : « Trébuché dans les escaliers ? S’exclama-t-il, furieux. Tu vois c'est exactement ce que je veux te faire comprendre. Quand on t'écoute, ce n’est jamais de ta faute. Un coup c'est deux garçons menaçants, un coup c'est une chute dans les escaliers... Mais au bout d'un moment, il faut assumer, y'a que comme ça que tu prendras conscience de l'ampleur que ça peut prendre ! Tu ne pourras pas t'en tirer éternellement en accusant les autres, c'est impossible !

La petite sorcière accusa le coup, difficilement. C’était la première fois qu’Edward était aussi brutal avec elle. Il faisait preuve d’un aplomb qu’Amanda ne lui soupçonnait pas. Aussitôt, ses joues se teintèrent d’une jolie couleur rosée. La fillette tenta de le dissimuler en tournant la tête vers la droite, et en soufflant bruyamment juste sous le nez du garçon. Elle voulait lui montrer qu’elle était agacée, mais en réalité elle était surtout très mal à l’aise. Amanda n’était pas du tout certaine d’être crédible, à ce moment précis. Cette dernière se sentait humiliée, elle avait la désagréable impression de se faire gronder par son meilleur ami, et elle détestait cela.

Le garçon se radoucit par la suite, lui expliquant en long, en large et en travers qu’il ne voulait que la protéger. La benjamine des Ziegler n’avait écouté qu’à moitié, elle était perdue dans ses pensées. Edward avait l’air de penser qu’elle était une mauvaise personne, et cela la peinait au plus point. Amanda avait envie de se justifier, de le convaincre qu’elle n’avait pas le choix, mais elle savait pertinemment qu’il ne comprendrait pas. S’il voulait vraiment la protéger, il devait la laisser tracer son petit bonhomme de chemin, et ne pas l’enfoncer comme il le faisait actuellement.

La fillette en avait marre de toute cette discussion, ils finissaient toujours par de disputer à propos des nés-moldus. Brusquement, elle étreignit le Poufsouffle, encerclant ses frêles bras autour de sa taille. Elle posa sa tête sur sa poitrine, il était pile à la bonne taille :

- Tu ne veux pas qu’on prenne de la nourriture dans nos poches et qu’on aille pique-niquer dehors ? Il n’est pas tard, on a le temps, proposa-t-elle, enjouée et comme s’il ne s’était rien passé. J’ai des bonbons aussi si tu veux, ajouta-t-elle en transvasant une poignée de dragées de sa poche dans celle de la cape du Poufsouffle. Elle recula doucement, et lui sourit : On arrête de parler d’eux, d’accord ? Je te promets que je vais faire des efforts.

Amanda jouait la carte de la facilité, elle n’aimait pas se disputer avec Edward et voulait que ça se termine au plus vite. Généralement, chacune de leurs querelles se finissaient de la sorte : Amanda détournait l’attention, se montrait adorable avec le jeune garçon et attendait qu’il lui pardonne. Les dragées aussi, c’était un peu facile. La blondinette lâcha son ami, et le sourire jusqu’aux oreilles, ajouta :

- Tu veux que je te porte ? Lui demanda-t-elle en désignant son genou du doigt : Ou alors, je te trouve un sang de Bour… Un… Amanda toussota, consciente d’avoir gaffé, et pas qu’un peu : Un hippogriffe. Je te trouve un hippogriffe pour t’emmener dehors !

La petite sorcière prit le garçon par les deux mains et le supplia du regard. Elle ne pouvait pas être parfaite, d’un seul coup de baguette magique. Il fallait qu’il se montre encore indulgent, encore un petit peu.


Dernière édition par Amanda Ziegler le Mar 6 Juin 2017 - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Sam 18 Mar 2017 - 15:24

Edward était conscient d'y avoir été fort avec son amie. Il ne voulais pas la rendre malheureuse, et encore moins lui faire du mal, mais il ne pouvait pas la laisser agir comme ça. Connaissant le caractère d'Amanda, il s'était attendu à recevoir également ses foudres, qu'elle lui reproche d'etre trop gentil, ou bien qu'il devrait se mêler de ce qui le regarde. Aussi, il écarquilla les yeux lorsque la petite le prit dans ses bras, la tête posée sur son torse. Edward n'était pas quelqu'un de spécialement tactile. D'aussi loin qu'il s'en souviennent, ses parents n'avaient jamais étés calins avec lui, et même s'il entetenait une bonne relation avec sa grand-mère, elle ne l'avait jamais vraiment étreint non plus.  Ce simple contact lui faisait énormément de bien. A cet instant, il avait complètement oublié sa colère envers son amie. Il avait juste besoin de cette étreinte, libérant toutes les émotions qu'il avait emmagasiné depuis son arrivée au château. La petite n'avait certainement pas idée de ce qu'elle avait déclenché chez lui. Ce sentiment indescriptible, ou l'on sentait qu'on pouvait tout relacher, se laisser aller. Edward répondit à cette étreinte, serrant son amie dans ses bras. Il y mettait toute l'affection qu'il pouvait, celle qu'il n'avait pu donner à personne d'autre.

« Tu ne veux pas qu’on prenne de la nourriture dans nos poches et qu’on aille pique-niquer dehors ? Il n’est pas tard, on a le temps » avait-elle demandé, comme si de rien n'était. « J’ai des bonbons aussi si tu veux » elle lui lanca un de ses  sourires dont elle avait le secret. Il savait qu'elle voulais eviter de nouvelles réprimandes de sa part, mais il ne lui en voulut pas pour ça, il n'avait plus la tête a se disputer ce soir. Et il devait admettre que l'idée du pique-nique était plutot tentante. Amanda avait beau avoir un sale caractère parfois, Edward appréciait tout ces moments passés avec elle. Elle savait aussi se montrer adorable, en particulier avec lui, allez savoir pourquoi.

« On arrête de parler d’eux, d’accord ? Je te promets que je vais faire des efforts. » Le Poufsouffle soupira, l'air faussement agacé. « Tu me promet ça, et la prochaine fois tu recommencera... » Il ne voulais pas lui monter qu'elle avait gagné aussi facilement. Un pique-nique et une poignée de bonbons, de quoi il aurait l'air si on apprenait qu'il suffisait de ça pour le calmer ? Certes, il ne voulais pas éterniser cette dispute, mais quand même. L'attitude de la jeune fille avait quelque chose d'agaçant dans sa façon d'obtenir toujours les réactions qu'elle voulait chez lui. Il en était conscient, mais n'arrivait pas a aller contre.

La petite pointa son genou, dont il avait totalement oublié l'existence. « Tu veux que je te porte ? » demanda-t-elle en souriant. Elle n'avait pas oublié, elle. La douleur semblait avoir disparue, du moins lorsqu'il ne bougeait pas. Alors qu'Amanda parlait, il mesura l'ampleur des dégâts sur sa jambe en la bougeant un peu. Ça lui lançait un peu, mais rien de bien méchant ; il aurait juste un gros bleu le lendemain. « Ou alors, je te trouve un sang de Bour… » Non, elle n'allait pas oser ? Il savait très bien ce qu'elle allait dire. Agacé, il leva la tête vers elle, lui lançant un regard lourd de reproche. Consciente de sa bourde, elle tenta de se rattraper « Un hippogriffe. Je te trouve un hippogriffe pour t’emmener dehors ! »

Dans sa tête, deux voix contradictoires se faisaient la guerre. L'une d'entre elles le poussait a lui pardonner, et faire comme si de rien n'était, tandis que l'autre lui hurlait de ne pas le faire tout de suite, d'attendre qu'elle fasse réellement preuve des efforts qu'elle avait promis. Mais le regard de chien battu qu’Amanda lui lançait, alors qu'elle lui tenait les mains firent pencher la balance. Ce simple regard fit fondre le cœur du petit, il aurait l'impression d’être la pire des personnes si il l'ignorait. Ne sachant trop quoi dire, il attrapa les mains de son amie, et l'attira doucement vers lui. Furtivement, il déposa un baiser sur la joue de la petite, et lui dit dans un demi-sourire « ca va pour cette fois. Mais n'oublie pas, tu as promis. » Il relâcha ses mains, et ajouta toujours en souriant « bon, on se le fait ce pique-nique ? »

Bien qu'il ait passé l’éponge cette fois, Edward n'oublierait pas ce que son amie avait fait, ni la promesse qu'elle avait faite. Si elle voulait qu'ils aient toujours de bonnes relations, il faudra qu'elle y fasse attention, du moins en présence du poufsouffle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 105
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Mar 6 Juin 2017 - 16:55


Après de longues négociations, les deux minuscules élèves étaient parvenus à se mettre d’accord. À présent sur la même longueur d’ondes, ils s’apprêtaient à passer un moment agréable, loin de toute l’agitation du souper, des perpétuelles tensions et de l’ambiance morose qui accompagnaient chacune de leurs journées au Château. Lorsque la fillette traînait avec le blaireau, elle s’amusait toujours comme une petite folle. Amanda adorait l’enquiquiner, et le pousser dans ses derniers retranchements. S’il finissait par lui courir après dans le Parc, elle estimait qu’elle avait réussi son coup, et elle trouvait cela très jouissif. Beaucoup plus que les baisers sur la bouche, c’était certain. Les amies d’Amanda la questionnaient toujours à ce sujet, la mettant particulièrement mal à l’aise. Elle n’avait pas envie de recommencer de sitôt, même si ces langues de vipères affirmaient qu’ils étaient de faux amoureux. La benjamine des Ziegler préférait de loin leurs parties endiablées de cache-cache dans les couloirs du Château, et les pique-niques improvisés.

Amanda prit son ami par la main et l’entraîna vers la Grande Salle. Sans un mot, mais un simple clin d’œil, elle s’empara d’un petit tas de serviettes et en distribua la moitié à Edward. Elle l’observa quelques instants, un fin sourire du coin des lèvres, et fit volte-face en direction de la table des érudits. Tout en sautillant, elle parcourra le buffet à la recherche de bons petits mets. En tout premier lieu, elle déroba trois cuisses de poulet qu’elle enveloppa dans ses petites serviettes. Elle s’empressa de les glisser dans sa cape de sorcier, et piqua des fruits de saison : pommes rouges, raisins et poires juteuses. Ses poches menaçant d’exploser, elle décida de s’arrêter là. Elle jeta un rapide regard vers la table des professeurs, tous semblaient concentrés sur leurs assiettes. La blondinette profita de ce moment d’inattention pour échanger quelques mots avec Alvy, elle était censée la rejoindre pour le dîner. Elle s’excusa d’avoir changé ses plans à la dernière minute, mais lui expliqua qu’elle n’avait pas le choix, et qu’elle devait se rattraper auprès d’Edward.

« Alvy me fait un peu la tête, mais ça lui passera, lança Amanda au garçonnet. Ce dernier sursauta, il ne l’avait pas entendu arriver. Dépêche-toi, on va finir par se faire prendre ! Ajouta la petite sorcière en pointant du doigt la table des professeurs. Quelques blaireaux observaient les deux premières années avec insistance, si bien que la jeune sorcière se sentit gênée. Elle ne connaissait personne, et leurs grands yeux rivés sur elle la mettait mal à l’aise. Ainsi, Amanda détourna la tête et prit Edward par la main, le tirant sèchement :

- On y va ! Dit-elle en pressant le pas. Le jaune et noir n’avait pas le choix de l’emboîter, mais il ne semblait pas mécontent de quitter la salle au plafond enchanté.

Amanda hésita quelques instants dans le Hall, avant de se décider pour la Cour Intérieure. Survoltée, elle bondit jusqu’à la porte du couloir qui s’ouvrait sur l’extérieur. La bleue et bronze était heureuse, elle détestait se disputer avec Edward, lui qu’elle considérait comme un véritable ami, l’un des seuls au sein de Poudlard. Afin de tourner définitivement la page, et lui prouver qu’elle maîtrisait encore les blagues vraiment drôles, la benjamine des Ziegler plongea la main dans sa poche. Elle en sortit une cuisse de poulet, et la tendit vers Edward :

- Tu as l’air affamé, et tu as besoin de reprendre des forces après ta chute, dit-elle d’une voix douce. Avant qu’il ne s’en empare, elle enfourna la cuisse entière dans sa bouche. Elle éclata de rire et s’éloigna de lui en courant. Elle s’assit un petit peu plus loin, sur la pelouse fraîche, et lui fit signe d’approcher.

- Ne fais pas ta duchesse, Edward. » Cria-t-elle au loin. Le garçon semblait dégoûté, tentant de dégraisser son visage à l’aide d’une petite serviette de table.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE1ère année
    POUFSOUFFLE
    1ère année
AVATAR : Seth Adkins
MESSAGES : 289

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE:
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Mar 13 Juin 2017 - 21:37

Amanda avait encore une fois réussi a avoir ce qu'elle voulait. Du moins dans les apparences. Edward n'était pas dupe, il savait très bien qu'elle allait remettre ça dès qu'il aurais le dos tourné, c'était comme maladif chez elle. Mais pour l'instant, il estimait que ça ne valait pas le coup de se disputer avec elle pour ça. L'idée du pic-nique était quand même bien plus agréable pour finir la soirée. Il y avait également une autre raison pour laquelle il avait accepté le deal. Ce jour là, le 3 octobre, c'était l'anniversaire du petit blaireau, et il soupçonnait Amanda de lui avoir préparer un petit quelque chose. Du moins il apprécierais beaucoup. C'est donc le cœur plus léger qu'il marchait sur les pas d’Amanda en direction de la grande salle. À l’intérieur, après avoir vérifié que les professeurs ne faisaient pas attention a eux,  ils se séparèrent, rejoignant chacun leurs table afin d'y récupérer de quoi manger. À la table des Poufsouffle, Edward aperçut Oliver, qu'il alla saluer rapidement, tout en récupérant quelques mets par-ci par là. Le voyant faire, le rouquin lui jeta un regard interrogatif, sa bouche pleine de purée de marrons l’empêchant de prononcer le moindre mot. salua Oliver, qui lui lança un regard interrogatif quant il le vit cacher des fruits sous sa robe. « je.. j'ai des devoirs en retard, j'ai pas le temps » Se justifia Ed, en attrapant de quoi faire des sandwiches. Les rumeurs allaient déjà bon train entre lui et Amanda, souvent bien éloignées de la vérité, il ne voulais pas les attiser d'avantage en disant devant tout le monde qu'il allais faire un pic-nique avec elle. Mais c'était sans compter la petite aiglonne, qui s'était faufilée derrière son dos pour lui dire de se dépêcher. Grâce a elle, son excuse déjà bancale tombait définitivement à l'eau. Sachant qu'Amanda et Oliver n'étaient pas en très bon termes, il n'avait aucune idée de comment réagirait son ami en voyant Edward partir avec elle. Il adressa un sourire d'excuse au rouquin, et attrapa une carafe de jus de citrouille, avant de suivre la Serdaigle. L'avantage, avec ces carafes, c'est qu'elles avaient été enchantées pour qu'elles ne se renversent pas sur les tables, évitant ainsi les accidents provoqués par des élèves trop distraits, et permettant ainsi a Edward de la dissimuler sans craindre de mouiller sa robe.

Il laissa Amanda décider du lieu du pic-nique, qui, après quelques instants d'hésitation, opta finalement pour la cour intérieur. La petite, sautillant jusqu'à la porte donnant sur l’extérieur, semblait aux anges. Quant à Edward, si cela se voyait moins, il était également heureux de passer un peu de temps seul avec l'aiglonne. Autant la petite pouvait parfois se montrer insupportable en public, autant elle devenait adorable lorsqu'ils étaient uniquement tout les deux.


« Tu as l’air affamé, et tu as besoin de reprendre des forces après ta chute », dit-elle tout en lui tendant une cuisse de poulet. Edward tendit la main, prêt a remercier Amanda, quand celle-ci lui enfonça le met dans la bouche et courut s'asseoir un peu plus loin, hilare. Le petit retira la cuisse de sa bouche, et, à l'aide d'une serviette, essuya la graisse qui avait giclé sur son visage. « Ne fais pas ta duchesse, Edward. » le petit se dirigea vers son amie, un énigmatique sourire barrant son visage. Une fois arrivé a sa hauteur, il profita que l'aiglonne ait baissé sa garde pour lui rendre la pareille et lui fourrer dans la bouche la cuisse de poulet qu'il tenait toujours a la main. « j'te la laisse, t'en a plus besoin que moi ! » s'exclama-t-il en riant devant l'air stupéfait de l'aiglonne. Edward s'agenouilla devant elle, pouffant de rire devant son air déconfit. « oh, excuuuuse moi, princesse ! » ajouta-t-il, d'un air faussement désolé, tandis qu'il lui tendait la serviette dont il s'était servi lui-même pour s'essuyer un peu plus tôt. L’ambiance bonne enfant, et les relents de nourriture qui s'échappait de leurs poche leurs donnait une bouffée d'air frais,de détente dont ils avaient grand besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SERDAIGLE1ère année
    SERDAIGLE
    1ère année
AVATAR : Ashley Gerasimovich
MESSAGES : 105
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn. Ven 16 Juin 2017 - 21:19


Une fois n’est pas coutume, les deux élèves de première année se taquinaient, et se cherchaient à tour de rôle. Pas de baisers langoureux, ni même d’étreintes passionnées dans les recoins du Château, Amanda trouvait tout cela dégoûtant. L’amourette de ces deux-là était à leur image, enfantine et légère. Les autres élèves faisaient un peu trop marcher leur imagination, et, à les écouter, Amanda et Edward jouaient aux adultes durant leur temps libre. Si Amanda ne détestait pas toute l’attention portée à sa petite personne, elle commençait à trouver ses camarades pénibles, et elle avait marre de leurs questions indiscrètes, et des murmures mensongers dans son dos. D’autant plus que les deux amoureux étaient très différents, et tous ne comprenaient pas ce qu’ils pouvaient bien se trouver, l’un à l’autre. Certains étaient peinés pour le jeune blaireau, qui ne se rendait pas compte que l’aiglonne ne traînait avec lui que pour ses relations familiales avec le professeur de Sortilèges. D’autres étaient agacés par l’attitude de la blondinette, toujours dans la nécessité de se faire remarquer, jusqu’à s’afficher avec un garçon dans les premières semaines de son entrée à Poudlard. Quoiqu’il en soit, tous étaient éloignés des ressentis sincères entre la Serdaigle et le Poufsouffle.

Edward sortit la fillette de ses pensées, et se vengea de la plus ignoble des manières. Amanda poussa un petit cri de stupeur, et plissa les yeux en recrachant la cuisse de poulet sur la pelouse. Petit rictus de dégoût, le garçon l’avait déjà mis dans sa bouche, à lui. Elle cracha à quelques centimètres de son ami, et tira la langue en faisant mine de vomir. Elle en rajoutait, comme à son habitude. L’aiglonne était un peu fâchée, il avait copié son idée, et elle n’appréciait pas être prise à son propre piège. Elle refusa la serviette tendue, et fronça les sourcils :

« Ce n’est pas du jeu, Edward ! S’écria-t-elle. C’est pas propre, en plus !

Si les proches de la blondinette étaient contraints d’accepter énormément de désagréments, voire de trahisons de sa part, celle-ci ne supportait pas la moindre contrariété. Régulièrement, elle réagissait comme une gamine gâtée, et capricieuse. Elle n’hésitait pas à verser quelques larmes de crocodiles, ou à faire chanter ses amis les plus précieux pour obtenir ce qu’elle désirait. Amanda ne pouvait pas s’en empêcher, elle faisait l’enfant et, la plupart du temps, elle finissait par avoir gain de cause. Edward Selwyn faisait partie des rares personnes à oser la contredire, et à la remettre à sa place quand c’était mérité. Pas systématiquement, pour ne pas qu’elle se braque définitivement, mais juste assez pour lui démontrer qu’il n’était pas l’un de ses sous-fifres. Parfois, comme tout à l’heure, il lui pardonnait facilement ses écarts de conduite, et lui laissait une seconde chance. D’autres fois, le jaune et noir se montrait plus dur, et Amanda devait se triturer les méninges pour obtenir son pardon. Edward était un gentil garçon, et la fillette aux cheveux blonds se sentait en confiance avec lui. Elle savait pertinemment qu’elle pouvait tout lui dire, et qu’il chercherait à l’aider sans porter de jugement à son égard.

- Et je ne suis pas une princesse ! Ajouta la gamine en réponse à ses derniers dires.

Amanda finit par arracher des mains de son ami la serviette en papier, et s’essuya grossièrement la bouche. Bien élevée, elle ramassa la cuisse de poulet à l’aide de cette dernière, et jeta le tout à la poubelle. Lorsqu’elle revint vers Edward, elle posa ses frêles mains sur ses épaules, et prit son élan pour lui sauter dans les bras. Rien ne l’amusait plus que de déstabiliser le Poufsouffle de cette façon. Elle enroula ses jambes autour de son ventre, mais cela ne dura que quelques secondes, avant que ce dernier ne s’écroule lamentablement sur l’herbe fraîche de la petite cour. Amanda éclata de rires, mais le garçon semblait souffrir un petit peu. Il faut dire qu’il se trouvait du mauvais côté, la blondinette, quant à elle, était désormais assise sur son ventre et n’avait pas subi le moindre choc.

- Si tu n’es pas gentil avec moi, et si tu ne me présentes pas tes plus plates excuses, tu n’auras pas de cadeau d’anniversaire, lança-t-elle avec un petit sourire.

L’aiglonne n’avait pas oublié la date d’anniversaire de son amoureux, certainement pas. Ceci dit, elle avait pris un malin plaisir à faire comme si de rien n’était, jusque-là. Ce dernier avait sans doute été agacé, de subir ses bassesses en ce jour particulier. Ce n’était pas prévu dans le programme de la journée, contrairement au pique-nique improvisé. Mais Amanda comptait bien se rattraper, et faire plaisir au Poufsouffle. Elle sortit de sa poche des parchemins soigneusement pliés en quatre, et le toisa de haut, alors qu’il était encore allongé sur le sol, elle assise sur lui.

- J’ai fait tous tes devoirs de potions, jusqu’à la fin du mois, même ceux à rendre et notés, commença-t-elle, joyeuse. Je n’avais pas été sympa, le jour où j’ai jeté ton devoir dans le lac.

La benjamine des Ziegler n’était pas du genre à partager ses notes, encore moins ses devoirs rédigés avec soins à la Bibliothèque. Ce geste démontrait toute l’amitié et l’affection qu’elle portait à Edward, et elle était certaine qu’il serait sensible à celui-ci. La gamine rangea les parchemins dans sa cape de sorcier, et lança un regard de défi au garçon. Elle attrapa ses mains et les plaqua au-dessus de sa tête. Maintenu ainsi, il lui était difficile de bouger, et de se dégager de la pression d’Amanda. Cette dernière secoua ses cheveux sur son visage, afin de le chatouiller, avant d’ajouter :

- Alors, ces excuses, Monsieur Selwyn, j’attends ! » Termina-t-elle, hilare.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn.

Revenir en haut Aller en bas

[3 octobre 1997] Les événements se dérouleraient comme prévu. - PV Edward Selwyn.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Gazette d'Octobre 1997» [6 octobre 1997] Y'a quelque chose, dans son regard... (Ft. Lina)» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans» [Rapport de Bataille] 31 Octobre 2008» Organisation Tournoi Mordheim's Day 1 du JDP8 octobre 2011
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ECOSSE; Poudlard & Pré-au-lard :: Rez-de-chaussée et sous-sol :: Hall d'entrée-