AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez|

[10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Vanessa Marano
MESSAGES : 365

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22/10/1979 en Angleterre
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ] Mar 15 Nov 2016 - 23:27

Allongée dans l’herbe du parc, Ariane ouvrit un œil pour regarder l’heure sur sa montre. 16h10. Elle était tranquille. 16H20 ?! Peut-être pas si tranquille en fait… A quelle heure devait-elle retrouver Lina déjà ? Une petite voix au fond d’elle lui chuchotait que le rendez-vous était à seize heures. Arf… Elle était si bien là pourtant, à profiter des derniers rayons du soleil. Et au moins, seule dans le parc, elle était libre. Pas d’inspecteurs, pas de professeurs, pas de regards méprisants.

La jeune fille se releva sans se presser et tapota sa robe de sorcier pour enlever les brins d’herbe qui s’y étaient accrochés. On leur avait donné des « nouvelles » tenues… Enfin, elles n’étaient absolument pas nouvelles : il s’agissait de robes de récupération, élimées et pleines de trous. Ariane les avait portées le premier jour, mais elle avait eu la curieuse impression d’avoir des bêtes qui lui couraient le long du dos et la démangeaient. Le soir-même, elle s’était attelée à changer ses anciennes robes d’élève de Gryffondor pour correspondre aux couleurs de sa nouvelle maison. Un petit sortilège de changement de couleur, et le tour était réglé. Elle en avait fait profiter les autres élèves de Nuncabouc, afin qu’ils évitent d’être couverts de plaques de boutons deux jours après la rentrée.

Ariane prit tranquillement la direction de la bibliothèque, lieu où elle devait retrouver Lina. Elle aurait pu courir, pour gagner quelques dizaines de secondes… Mais au final, elle serait quand même en retard, et arrivée essoufflée ne ferait que montrer qu’elle était consciente d’être en retard. Alors que si elle arrivait détachée et se pointait à seize heures trente, elle pourrait faire passer ça comme un oubli. Bon, ce n’était pas son genre, de ne pas assumer comme ça. Mais elle n’avait jamais été en très bons termes avec Lina Kaveline, une Poufsouffle de son année. Alors bon, elle n’avait qu’à pas la ridiculiser au club de duel quand elles étaient en deuxième année. Certes, Ariane s’était plus ou moins vengée depuis, mais c’était Lina qui avait lancé les hostilités. L’ancienne Lionne se doutait bien que c’était le jeu du club de duel, mais bon, c’était bien d’avoir quelques rivalités parfois, ne serait-ce que pour rendre la vie un peu plus excitante.

« Hey ! »

Lina semblait déjà en train de plancher sur le sujet qu’on leur avait donné. Quelle idée aussi de leur donner des devoirs à une semaine de la rentrée ? En plus en imposant des binômes ! Soi disant qu’il fallait tirer au sort les duos pour que les Nuncaboucs ne se retrouvent pas seuls parce que personne ne voudrait d’eux. Pff, c’était ridicule. Heureusement, c’était de la botanique, ce qui rendrait la collaboration un peu moins dure pour Ariane, qui adorait cette matière.

« Quoi ? » Ariane haussa les sourcils quand elle croisa le regard lassé de la Poufsouffle. « On devait pas se retrouver à seize heure trente ? »

Elle avait adopté cet air détaché qu’elle arborait souvent, pour renforcer cette impression de presque innocence. Lina ne se laisserait sûrement pas berner, mais ça valait peut-être le coup d’essayer. Amaryllis déposa son sac à côté de la chaise libre près de la Poufsouffle.

« Je peux jeter un coup d’œil aux livres que tu as déjà pris ? »

Les deux jeunes filles avaient une recherche à faire sur la famille des Liliacées. Elles devraient rendre trois parchemins, puis présenter le fruit de leur recherche devant leur classe. Il fallait présenter la famille de plante, leurs caractéristiques, leur usage en botanique ainsi que la présentation de trois espèces, incluant des schémas suffisamment grands pour être présentables à la classe.

« Je vais aller chercher d’autres livres… Ceux-là n’ont pas de schémas assez précis. »

Ariane préférait ne pas dire qu’elle n’aimait pas trop l’auteur des livres qu’avaient sélectionné Lina. Phyllida Augirolle avait écrit de bons manuels scolaires, mais c’était le même livre utilisé pendant toute la scolarité des élèves, ce qui en faisait un manuel trop peu détaillé pour les élèves de septième année. La botanique était bien l’une des seules matières dans lesquelles Ariane s’investissait réellement, ce qui faisait qu’elle était particulièrement exigeante et perfectionniste. La Nuncabouc partit donc vers la section des livres de Botanique, située à deux rayons de leur table. Elle parcourut rapidement les tranches de livres, et repéra le célébrissime « Croquis et informations sur 1001 plantes ». Un peu plus loin, elle prit le livre de botanique générale de Tom Blossom. Puis elle prit quelques instants pour chercher le volume de l’Encyclopedia Botanicus concernant la famille des Liliacées.

« Voilà ! Je pense qu’avec ça on a déjà une bonne base. Je te propose qu’on se répartisse le travail : tu peux faire la partie plus générale et je m’occupe de présenter les trois plantes et de faire les croquis. Sauf si tu veux faire l’inverse. Moi j’m’en fous, choisi ce que tu préfères. Bien sûr on mettra en commun avant de rédiger au propre, c’est juste que je pense que ça ira plus vite comme ça. »

Et plus on ira vite, plus vite on aura fini. Et plus vite Ariane pourrait retourner profiter du soleil… Ou aller prendre un bon goûter en cuisine ! Oui, c’était une perspective plutôt agréable qui la motiverait certainement suffisamment pendant une bonne heure. En plus, travailler chacune de leur côté au début éviterait aux deux filles de trop se parler au début. Après s’être mises d’accord sur la répartition du travail, les deux jeunes filles commencèrent à s’atteler à leur travail. Ariane prenait ses notes sur un vieux parchemin, plein de tâches et de début de devoirs. La jeune fille était économe, et elle ne jetterait son brouillon que lorsqu’il ne resterait même pas un centimètre carré pour y écrire. Tant qu’elle ne le rendait pas et qu’elle s’y retrouvait, alors autant économiser du parchemin (d’autant plus que ce n’était pas donné, surtout par les temps qui couraient).

Après un petit quart d’heure de travail, Ariane sentit le regard de sa camarade sur elle. Préférant l’ignorer au début, elle avait la désagréable impression d’être scrutée, analysée, jugée. Elle tourna brusquement la tête et plongea son regard dans celui de Lina.

« Tu veux me dire quelque chose ? »

Ariane appuya sa tête sur sa main et tourna le reste de son corps vers Lina, prête à écouter ce que la jeune fille avait à dire. Une pique à lancer ? Une remarque sur leur travail ? Une question sans rapport ?

_________________

Hey brother, there's an endless road to rediscover. Hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you there's nothing in this world I wouldn't do.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète
AVATAR : Katie McGrath
MESSAGES : 240

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ] Ven 25 Nov 2016 - 16:55

Spoiler:
 

La boîte était rangée tout au fond de la valise, enfouie comme un secret. Et quelque part, il y avait un peu de ça. Lina n'avait jamais vraiment assumé son don. Elle avait même tenté de le cacher. Pourtant, elle savait que ce n'était pas bon de dissimuler sa magie, aussi nébuleuse soit – elle. Mais peu importe, elle n'était pas prête, et c'était son droit.
La sorcière s'assit sur son lit. À cette heure – ci le dortoir était toujours désert. Lentement, elle ouvrit le petit coffret en bois. Elle mélangea les cartes un peu distraitement, puis les coupa avec sa main gauche, vers la gauche. Elle en tira quatre. Comme d'habitude, ou presque, sa première carte fut l'Étoile. C'était celle qui sortait le plus souvent quand il fallait représenter Lina. La jeune Poufsouffle était d'ailleurs assez flattée : c'était carte était particulière, magnétique. Une étoile brille toujours même dans les recoins les plus sombres de l'univers. Elle montre à quel point il est important de toujours garder espoir. Mais une étoile sert aussi de guide, les grands navigateurs avaient pour habitude d'utiliser les astres pour se repérer. L'Étoile sert de berger – l'étoile du berger – elle protège les marins, les empêche de s'égarer dans les vastes océans. D'un point de vue mystique, la carte de l'Étoile représente la bonté, l'abnégation, la communication. Mais aussi la protection, le bonheur. Cette carte incarne l'inconscient, les songes, et pourquoi pas, la lumière au bout du tunnel.
La deuxième carte était l'Épée. Autrement dit la lutte, la vérité, les difficultés à surmonter. De façon tout à fait personnelle, Lina était également convaincue que cette carte incarnait, de façon provisoire, les trois Gryffondors en fuite. Elle se doutait bien que les choses étaient difficiles pour eux, mais elle voyait une réussite, aussi lointaine soit – elle. Mais peut – être leur faisait – elle trop confiance (après tout elle était l'Étoile...). Lina se mordit les lèvres : malgré tout elle était inquiète de l'avenir.
Lentement elle retourna la troisième carte. Cette de cette carte dont elle se méfiait le plus, car elle était supposée symboliser un grand Mage Noir. Et quand elle effleurait du bout des doigts pour la retourner, elle avait l'impression d'observer Vous – Savez – Qui à la dérobée, cachée dans un coin sombre. L’arcane en question était le Diable. Cette carte dénote une intelligence supérieure, un désir de vivre à tout prix. Le Diable est en parfaite opposition avec le Dieu. Si l'un incarne la Lumière, une vérité, le second n'est autre le mystère, la nuit obscure, l'ombre. Le Diable a une énergie à toute épreuve et cette énergie engendre le Désir, la Passion, la Tentation, la Puissance. Mais le Diable est dans l'excès, s'il est l'arcane de l'énergie et de l'audace, il est aussi celui de la violence, voire de la fatalité.
Enfin la dernière carte : la Maison de Dieu. Destruction. Chaos. Mais aussi les prises de consciences soudaines, parfois la reconstruction. Quelque chose de dangereux était sur le point d'arriver. Rien de surprenant : des gens mouraient tous les jours ou presque. Pouvait – il y avoir quelque chose de plus dramatique. Dans un coin de son esprit l'expression « ultime bataille » fit son apparition. La jeune sorcière secoua la tête. Elle retirerait les cartes un autre jour. Même si globalement, le thème des cartes était récurrent, il arrivait qu'elle tire l'Arcane Sans Nom plutôt que la Maison de Dieu. Les choses n'étaient clairement pas fixées. L'avenir était fluctuant. Qu'est – ce qui faisait que la réponse des cartes évoluait plus ou moins positivement ? Lina n'en avait pas la moindre idée. Elle ne savait pas ce qui se passait chez Vous – Savez – Qui ou avec les Gryffondors. Mais elle avait l'intuition que c'était les choix des uns et des autres qui modifiaient les différents tirages...

La sorcière rangea ses cartes et cacha la boîte dans sa valise, elle prit ensuite ses affaires de travail. Elle jeta un coup d’œil à sa montre. 15H40. Très bien. Elle attacha ses longs cheveux avant de quitter le dortoir, passablement perturbée. Elle monta les escaliers de la Grande Salle comme dans un rêve. Elle s'éveilla brusquement devant l'entrée de la Bibliothèque. En soupira, elle passa le pas de la porte. Elle lança un regard circulaire dans la vaste pièce, mais ne fut guère surprise : nul besoin de carte pour savoir qu'Ariane serait en retard. Prenant sur elle, Lina se mit en quête d'une place. Elle trouva une table libre, près d'une fenêtre. Heureux hasard, le petit bureau se trouvait juste à côté des rayons traitant de botanique. La Botanique... L'adolescente n'éprouvait qu'un vague intérêt pour cette matière. Ce qui l'intéressait c'était les plantes utilisées dans l'Art des Potions, mais elle se fichait pas mal des plantes plus quelconques comme le Filet du Diable ou des Arbres Carnivores. D'ailleurs, l'Effort Exceptionnel qu'elle avait obtenu à ses B.U.S.E.S constituait réellement un effort exceptionnel.

Lina sorti son manuel classique et ses parchemins. En vérité, elle ne savait pas vraiment vers quel livre se diriger. Elle était encore tracassée par son tirage. De plus, elle n'était pas très intuitive pour ce qui concernait la Botanique.. Si encore il avait été sujet de Potion ou de Sortilège. Mais là, franchement...

16h00. En râlant, la sorcière commença par lire la consigne de l'exercice. Elle ne comprit rien. La tête entre ses mains fraîches, elle ferma les yeux un instant avant de relire la consigne. Les Liliacées. La seule plante qu'elle connaissait dans cette famille c'était l'asphodèle, puisque c'est un des ingrédients utilisés pour préparer un philtre de Mort Vivante.
Constatant son échec en la matière, Lina se demanda si Ariane était plus douée qu'elle. Elle tenta de se remémorer les cours. Il lui semblait que l'ancienne Gryffondor participait pendant la classe. Mais elle n'en était pas sûre. La vérité c'était que l'élève de Poufsouffle n'avait guère d'affinités avec Ariane. Enfin... Peut – être qu'elle pourrait en avoir, mais leur relation avait mal commencé, et les choses ne s'était jamais vraiment améliorée. D'un point de vue objectif on pouvait dire que les jeunes filles faisaient preuve mauvaises volontés. Tout ça pour une histoire de Duel...

« Hey ! »

Lina sursauta. Elle avait été tiré un peu trop brutalement de ses pensées. Elle regarda la petite sorcière brune qui se dressait face à elle. Elle était restée un peu trop longtemps silencieuse, et son « bonjour » resta coincé dans sa gorge.

« Quoi ? On devait pas se retrouver à seize heure trente ? »

La Poufsouffle leva les yeux au ciel. Elle ne prit même pas la peine de répondre. Pour le bien de tous, il valait mieux faire semblant de gober cette histoire – là. De toute façon, en trente minutes, Lina n'avait rien fait concernant leur devoir de groupe, si ce n'est sortir le Manuel que tous les élèves possédaient ; il aurait été déplacé de faire une remarque.

Elle laissa Ariane feuilleter le manuel scolaire. Lina ne broncha pas quand sa partenaire se dirigea dans les autres rayons sous prétexte que le manuel n'avait pas de « schémas assez précis ». Manifestement, la petite brune de Nuncabouc en savait plus sur le sujet que l'élève travailleuse de Poufsouffle, alors autant la laisser mener la danse.

« Voilà ! Je pense qu’avec ça on a déjà une bonne base. Je te propose qu’on se répartisse le travail : tu peux faire la partie plus générale et je m’occupe de présenter les trois plantes et de faire les croquis. Sauf si tu veux faire l’inverse. Moi j’m’en fous, choisi ce que tu préfères. Bien sûr on mettra en commun avant de rédiger au propre, c’est juste que je pense que ça ira plus vite comme ça ».

S'occuper de la partie générale. Oui. Très bien. Général = moins réfléchir et s'approprier les longues phrases des Manuels choisis par Ariane.

« Non non c'est très bien, vraiment ».

Lina trempa la pointe de sa plume dans l'encrier. Elle écrivit le titre du devoir sur un premier parchemin. Elle en prit ensuite un second qui lui servirait de brouillon. Elle leva le nez pour lire le premier paragraphe de l'Encyclopedia Botanicus qui traitait des plantes à fleurs monocotylédones.
À travers la fenêtre, le soleil tapait sur la tête de la sorcière. Ses cheveux étaient brûlants. Lina releva les yeux et regarda Ariane écrire sur son parchemin. Chaque millimètre carré était utilisé : c'est qu'elle devait être économe la petite Nuncabouc ! En même temps, leur laissait – on le choix ? Elle n'était même pas au courant des règles qui s'appliquaient à cette nouvelle « maison ». Mais comme tout le monde, elle avait vu leur vieilles tenues abîmées. Celle d'Ariane semblait presque neuve : la sorcière avait certainement utilisé la magie pour obtenir un tel résultat.

« Tu veux me dire quelque chose ? »

Non. Non pas vraiment. Il n'y avait rien à dire après tout. Rien n'allait vraiment ces derniers temps. Mais il fallait garder espoir, après tout il y avait une résistance. Mais est – ce que quelqu'un s'était révolté quand certains des élèves avaient été envoyés dans un grenier aux poutres pourries pour qu'ils y dorment ?
Lina regarda son brouillon vierge puis celui d'Ariane. Elle culpabilisa un peu.

« Non excuse moi je suis un peu... Absente aurait été le mot correct, mais non. Je suis désolée pour ça ».

La Poufsouffle pointa du doigt le blason de Nuncabouc.

_________________
"Du chaos naît une étoile"

EVERYONE YOU MEET IS FIGHTING A BATTLE YOU KNOW NOTHING ABOUT. BE KIND. ALWAYS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Vanessa Marano
MESSAGES : 365

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22/10/1979 en Angleterre
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ] Jeu 22 Déc 2016 - 22:32

Les deux jeunes filles travaillaient sans vraiment se parler, ce qui arrangeait bien Ariane. De toute façon, elle n’avait rien à raconter à Lina. C’était pas comme si elles avaient déjà été amies. C’était pas comme si elles s’étaient déjà parlé pour autre chose qu’un cours, en fait. La Nuncabouc n’était pas vraiment le genre de personnes à s’entendre bien avec tout le monde, et elle avait suffisamment d’autres choses à faire que d’essayer d’arranger les choses avec des personnes avec qui ça avait mal commencé. Parce qu’elle était pas bête, elle se doutait bien que Lina était une fille bien. C’était une Poufsouffle. Et globalement, Ariane aimait bien les Poufsouffles. Mais il fallait avouer qu’avoir une sorte de rivale, ça pouvait rendre la vie plus imprévisible et l’ex-Gryffondor aimait bien ça. Prévoir un coup, et parer ceux qu’elle pouvait recevoir. Même si globalement, ça restait presque « bon enfant » avec Lina, il n’y avait jamais de gros préjudice au final. Mais bon, maintenant qu’elle était chez Nuncabouc, ça changeait pas mal les choses. Maintenant, elle ne pouvait plus se permettre d’avoir d’ennemis, parce que bien qu’elle n’ait pas peur, si elle pouvait éviter de se faire pousser volontairement dans les bras des Carrow, ça l’arrangeait.

La brune avançait plutôt rapidement sur son travail. Elle avait toujours aimé la botanique, et ses connaissances profanes de moldue l’avaient bien aidée. C’était d’ailleurs l’une des rares matières où cette culture pouvait servir, à l’instar de l’Étude des Moldus. Il faut dire qu’à l’exception de quelques plantes spécifiquement sorcières et des propriétés magiques, la botanique était identique d’un monde à l’autre. Ariane avait choisi trois plantes à décrire : l’asphodèle, connue de tous les sorciers (ou presque) de par son utilisation en Potions, la Jacinthe et le Muguet. Elle avait hésité un instant avec le lys, que tout le monde connaissait, mais le Muguet était plus intéressant à étudier. Avant de commencer la rédaction, elle fut interrompue par le regard de Lina.

« Non excuse moi je suis un peu... Je suis désolée pour ça » La Poufsouffle désignait le blason de Nuncabouc, brodé sur le revers de sa robe. Ariane crut surprendre un bref éclair de culpabilité dans le regard de Lina, qui détourna rapidement le regard. « C’est pas d’ta faute, t’as pas à être désolée, t’sais. » La petite brune ne savait pas trop comment interpréter la phrase de Lina. Compassion ? Pitié ? Volonté de lancer la discussion sur le nouveau fonctionnement de Poudlard ? Et même, peut-être était-ce une ruse lancée par la Poufsouffle pour l’inciter à cracher sur le système puis la dénoncer après ? Ariane réservait son avis sur la dernière hypothèse. Après tout, c’était une blairelle qu’elle avait en face d’elle. Et puis cette culpabilité ne pouvait pas être inventée non plus.

« C’est pas si terrible en plus. » La Nuncabouc s’efforçait de se montrer forte. Enfin, elle voulait pas décrocher la médaille de la bravoure non plus, mais elle voulait pas attirer de la pitié. Cette pitié qu’elle pouvait voir dans les yeux de quelques élèves étaient presque pire que les traitements physiques qu’on leur infligeait. Parce qu’elle avait l’impression qu’ils étaient moins que des humains. Et puis ces gens-là n’étaient bons qu’à les regarder de loin. Rares étaient ceux qui osaient encore leur adresser la parole, ou ne serait-ce que leur adresser un sourire…

« Enfin c’est plus dur pour les petits, ils savent pas se défendre ou encaisser... »

Encaisser quoi ? Les violences physiques, déjà. Les coups de cannes étaient fréquents de la part de certains professeurs, tout comme l’usage de maléfices. Et puis certains élèves, le plus souvent de Serpentard, n’hésitaient pas à bousculer les Nuncaboucs. Et évidemment, c’était toujours plus simple de s’attaquer aux plus petits, qui n’avaient pas forcément d’amis pour les défendre. Ariane n’hésitait pas à riposter pour les défendre, peu lui importait si elle recevait une punition cinq fois pire… Heureusement, Ariane avait quelques amis d’autres maisons à appeler en cas de problème, ou simplement pour un petit sortilège de guérison. Le plus dur à gérer, c’étaient les violences morales. L’isolement, les insultes, la dévalorisation, l’ignorance. Pour survivre à cette année, il était obligatoire que les élèves de Nuncabouc construisent un mur autour de leur cœur, pour se protéger.

« Enfin, c’est toujours mieux que d’être oublietté et de tout oublier du Monde Sorcier, non ? »

Ca, c’était la seule chose qui faisait vraiment peur à Ariane. Qu’on casse sa baguette et que tous ses souvenirs concernant la magie soient effacés. Six ans de sa vie supprimés, comme ça. Elle savait que la magie resterait toujours au fond d’elle, qu’ils ne pouvaient pas lui prendre ça, et que ses amis reviendraient la trouver si on effaçait sa mémoire. Mais il n’y aurait aucun moyen de récupérer ses souvenirs perdus…

« Tu crois qu’on peut annuler un sortilège d’Amnésie ? »

On avait sûrement du leur mentionner un jour en cours, mais elle n’était pas concernée à l’époque, alors elle avait sûrement été un peu distraite pendant ce cours, même si elle s’en sortait plutôt bien en Sortilèges. Mais Ariane restait superficielle dans ce qu’elle disait. Elle était méfiante, quand même, mais une question lui brûlait les lèvres.

« T’en penses quoi toi, de tout ça ? Nuncabouc, les Examinateurs – ou Inspecteurs j’sais jamais – , et cætera ? Et les autres élèves, ils disent quoi ? »

Ariane voulait savoir. Les rares fois où elle était avec ses amis des autres maisons, elle préférait éviter de parler de ce genre de choses et profiter des moments passés avec eux pour couper de ce qui était devenu son quotidien. Mais peut-être y avait-il un espoir chez les autres élèves, un moyen de couper court à toute cette blague de hiérarchie. S’ils étaient assez nombreux… Oui, ils pouvaient assurément faire quelque chose. Quelque chose de gros. Pas dans l’immédiat, certes, mais la perspective d’une grosse action pouvait rendre chaque jour plus facile à vivre. L’AD était morte, mais Ariane donnerait tout pour retrouver à nouveau cet esprit de solidarité face à l’adversité…

HRP:
 

_________________

Hey brother, there's an endless road to rediscover. Hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you there's nothing in this world I wouldn't do.




Dernière édition par Ariane Hepburn le Mer 22 Mar 2017 - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète
AVATAR : Katie McGrath
MESSAGES : 240

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ] Lun 26 Déc 2016 - 16:35

« C'est pas si terrible en plus... Enfin, c'est plus dur pour les petits, ils savent pas se défendre, ou encaisser ».

Oui. C'était vrai. Lina l'avait vu de ses propres yeux : des élèves de premières années avaient souvent eu à faire avec des élèves plus âgés. Bien sûr, il y avait eu parfois des petits bizutages. Mais jamais le sortilège Doloris n'avait été prononcé. Jamais on n'avait vu un étudiant de septième année s'acharner sur un de première année. La jeune Poufsouffle savait bien que tous les professeurs ne suivaient pas ces nouvelles directives, mais la vie des Nuncaboucs ne paraissait pas plus facile pour autant.

« Enfin, c’est toujours mieux que d’être oublietté et de tout oublier du Monde Sorcier, non ?. Ariana marqua un temps d'arrêt. Tu crois qu’on peut annuler un sortilège d’Amnésie ? ».

Lina se gratta le bout du nez avec sa plume. Elle fouilla dans sa mémoire et pesa chacun de ses mots. Lancer un sortilège d'oubli, ce n'était pas anodin. La sorcière avait l'intuition que les choses étaient beaucoup plus compliquées que ça. De plus, elle avait su par une amie de son père qui travaillait à Ste Mangouste que le Professeur Guilderoy Lockart avait subi un sortilège d'Oubliette, mais qu'il gardait malgré tout ce que Lina avait décidé d'appeler des « symptômes de sa célébrité »...

« Je ne suis pas sûre. Je pense que malgré tout, des choses subsistent. L’inconscient, tout ça... Alors, si il reste une trace, j'imagine que peut récupérer quelque chose. Peut être pas tout, mais une partie. Je crois aussi qu'il y a des choses qu'on ne saurait oublier ».

Cette dernière phrase était tout à fait personnelle, elle n'avait aucun argument pour appuyer son hypothèse, mais intuitivement, Lina savait qu'elle avait raison. Le cerveau est quelque chose d'extraordinaire, on ne savait pas encore tout de lui. Et il y a des formes de magie tellement puissantes... Lina, qui voulait depuis longtemps déjà travailler au Département des Mystères savait qu'il y avait une salle, entre autres, exclusivement consacrée à l'Amour. En revanche il n'y en avait aucun sur l'Oubli.

« T’en penses quoi toi, de tout ça ? Nuncabouc, les Examinateurs – ou Inspecteurs j’sais jamais – , et cætera ? Et les autres élèves, ils disent quoi ? »

Lina dévisagea la sorcière de Nuncabouc face à elle pendant un cours instant. Soudainement inspirée, elle rédigea quelques lignes de son devoir. Ce qu'elle en pensait... ? La Poufsouffle mordilla sa lèvre. Certains sujets étaient devenus tabous à Poudlard. Pouvait – elle vraiment en parler comme ça, dans un lieu aussi public ? Elle n'était pas spécialement inquiète au sujet d'Ariane, de ce côté – là elle ne risquait rien. Mais il y avait toujours des oreilles indiscrètes qui traînaient, partout.
L'adolescente arriva à la fin de son paragraphe d'introduction. Elle se racla la gorge.

« Je pense... Qu'on a laissé les choses se faire. On aurait dû... Les autres élèves, moi incluse, on ne sait pas vraiment quoi faire ou quoi dire. La peur plane ici. Mais j'imagine que... Lina reprit sa plume est marqua les A et D sur le brouillon de sa coéquipière, ne va pas abandonner. Il y a toujours une résistance ».

Ça, c'était ce que la sorcière espérait. L'adolescente avait elle aussi beaucoup à perdre : sa sœur était déjà décédée, elle ne pouvait pas se permettre de voir sa mère disparaître également. Mais Lina était sûre que quelque chose se tramait, elle le sentait, elle le voyait.  C'était la seule raison qui justifiait le départ du trio : ils n'étaient pas simplement partis, ils agissaient : c'était pour ça qu'ils étaient l'Épée.

La blairelle relue le début de son introduction qu'elle ne trouva pas si mal. Elle tourna la page de son livre et survola la page rapidement. Elle continua son travail, pensive.

« Mais s'il y a une chose dont je sois certaine, c'est que vous n'êtes pas seuls ».

Lina avait à peine murmuré, de façon à ce que seulement Ariane puisse entendre ce qu'elle venait d'annoncer... Seule, Lina eut un sourire. La situation ne s'y prêtait absolument pas, mais il était amusant de constater que malgré tous les cafouillages qu'il y avait eu entre elle et Ariane, elles arrivaient à dégager un moment sans se lancer des regards courroucés : il avait simplement suffi d'une guerre ouverte pour faire une trêve.
Mais il ne fallait pas que les choses durent trop longtemps : c'était bien d'avoir quelqu'un contre qui pester de temps à autre.

HRP:
 

_________________
"Du chaos naît une étoile"

EVERYONE YOU MEET IS FIGHTING A BATTLE YOU KNOW NOTHING ABOUT. BE KIND. ALWAYS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NUNCABOUC7ème année
    NUNCABOUC
    7ème année
AVATAR : Vanessa Marano
MESSAGES : 365

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE: 22/10/1979 en Angleterre
SANG SANG: inconnu
MessageSujet: Re: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ] Mer 22 Mar 2017 - 23:38

« Je ne suis pas sûre. Je pense que malgré tout, des choses subsistent. L’inconscient, tout ça... Alors, si il reste une trace, j'imagine qu’on peut récupérer quelque chose. Peut être pas tout, mais une partie. Je crois aussi qu'il y a des choses qu'on ne saurait oublier »

Mmh… Ariane n’arrivait pas à savoir si elle était satisfaite ou non de la réponse. Elle aurait largement préféré que Lina lui dise que bien évidemment qu’un contre-sort ou qu’une potion existait, qu’ils avaient étudié ça en troisième année et qu’elle était mal barrée pour ses ASPICs si elle ne savait pas ça. Mais non, tout comme elle, la Poufsouffle était sceptique sur la récupération complète des souvenirs…

« C’est vrai… J’arrive même pas à imaginer c’que ça peut faire, d’être oublietté. Enfin, si on m’retire tous mes souvenirs en rapport avec la magie, j’aurai genre un trou dans ma vie de six ans, quoi. J’pense que je comprendrais qu’y a quelque chose qui va pas. On doit ressentir un manque, ou un truc comme ça. Faudrait d’mander ça à Sir Gilderoooooy Lockhaaaaart… »

La petite brune avait théâtralement surjoué les derniers mots, en une imitation presque parfaite de leur ancien professeur de Défense contre les forces du mal. La rumeur racontait que le célèbre écrivain était devenu fou une fois descendu dans la Chambre des Secrets, mais les raisons étaient plus ou moins floues pour la plupart des élèves. Mais comme Ariane avait partagé le même dortoir qu’Hermione pendant six ans, elle avait eu l’occasion d’en apprendre beaucoup sur les fameuses aventures du trio qu’elle formait avec Harry et Ron.

Lorsque la Nuncabouc questionna Lina sur ce qu’elle pensait du contexte actuel, la brune se trouva soudain très inspirée par son devoir de botanique. Hum. Ariane se demanda si elle n’avait pas été un peu trop loin avec sa question… Et si la Poufsouffle était en accord avec la suprêmatie des Sang-Purs ? Pire, peut-être était-elle à la botte des Carrow ? Elle avait essayé de la mettre en confiance, et maintenant elle allait la tester puis la dénoncer… La Nuncabouc leva les yeux vers le ciel. Elle se désespérait elle-même. Voilà qu’elle était en train de douter de tout. La moindre parole, le moindre geste lui devenait suspect… Elle ne connaissait pas très bien Lina –la vraie Lina, pas celle qu’elle s’amusait à embêter – mais elle était pratiquement sûre qu’elle ne la trahirait pas. Après tout, c’était une Poufsouffle.

« Je pense... Qu'on a laissé les choses se faire. On aurait dû... Les autres élèves, moi incluse, on ne sait pas vraiment quoi faire ou quoi dire. La peur plane ici. Mais j'imagine que... » La brune reprit sa plume et traça élégamment un A et un D sur le brouillon d’Ariane.  « ne va pas abandonner. Il y a toujours une résistance. »

Les sourcils de la petite brune se haussèrent de surprise. Elle avait beau rappeler à sa mémoire les souvenirs qu’elle avait des séances de l’Armée de Dumbledore, deux ans plus tôt, mais elle n’avait pas l’impression d’y avoir déjà vu sa camarade… Mais ses derniers mots… Il y a toujours une résistance. Une douce chaleur réchauffa Ariane. Ils n’étaient pas seuls. Évidemment, il fallait attendre. Le temps que chacun se rende compte de la gravité de la situation. Le temps que les choses se mettent en place. Que les leaders se réveillent, que les âmes s’échauffent. Mais rien que de penser que quelque chose se tramait, ça redonnait de l’espoir.

« Mais s'il y a une chose dont je sois certaine, c'est que vous n'êtes pas seuls »

Ariane ne put retenir un sourire.

« On n’est pas seuls… Si tu savais comme c’est rassurant d’entendre ça. Les Terrible C font tout pour qu’on soit isolés. On est comme des pestiférés en pleine épidémie. »

La Nuncabouc avait pris l’habitude de ne plus appeler le frère et la sœur Mangemort par leur nom. Étrangement, elle avait l’impression que les ennuis arrivaient beaucoup plus vite quand le mot Carrow était prononcé. Elle tapota ensuite les lettres que Lina avait tracé sur son brouillon.

« Vous avez des nouvelles ? Maintenant qu’ils ne sont plus là… » A son tour, elle avait esquissé quelque chose sur sa feuille, un petit éclair, pour évoquer Harry.

Son regard glissa à nouveau sur son travail. Mmh, elle n’avait pas beaucoup avancé avec tout ça… Bon, elle avait déjà fait tout son texte sur le Muguet. La description de l’asphodèle était presque finie aussi, elle n’aurait qu’à rajouter les quelques informations qu’elle trouverait dans son livre de potions. Ce serait bien plus synthétique que les seize pages qui se trouvaient dans l’Encyclopedia Botanicus

« Ça t’dérange pas si j’fais les schémas plus tard ? J’ai pris que ma plume et pas mes crayons… ‘fin tu m’fais confiance ? »

En fait, Ariane n’avait pas seulement oublié ses crayons. Non, on lui avait juste pris. Enfin, volé aurait été plus exact. Un Serpentard de sixième année s’était trouvé bien content de lui prendre crayons en parfait état, alors que lui-même les avait certainement oubliés au fond de sa malle. Et Ariane n’avait rien pu dire, puisqu’elle était en plein cours d’Etude des Moldus avec la sœur Carrow. Elle s’était contenté de serrer les dents. Si ses yeux avaient pu lancer des éclairs, le Serpentard serait mort environ une demi-douzaine de fois… Du coup, elle était obligée de partager ses crayons avec Jude, mais sa cadette en avait besoin pour ses cours de la journée… Alors Ariane referait certainement les croquis une fois dans son dortoir. Après tout, ils n’avaient rien de mieux à faire, là-haut… Qu’est-ce qu’ils pouvaient s’ennuyer…

« HÉ ! Tu saurais pas où trouver un paquet de cartes à jouer par hasard ? Version sorcière, moldue, déchirée, à moitié complet, peu importe ? » Ça, ça pourrait certainement égayer un peu leurs longues et déprimantes soirées, non ? Mais pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt..? Ah, si seulement elle avait encore sa baguette magique ! Un tour de main et une formule plus tard et elle se serait retrouvé avec le paquet de cartes qu’elle avait utilisé pendant des heures avec ses parents… Peut-être pourrait-elle essayer la prochaine fois qu’elle aurait une baguette entre ses mains ? Mais c’était risqué… D’ailleurs, c’était risqué aussi de demander ça à Lina. Et puis, surtout il ne fallait pas oublié que la Poufsouffle était une sorte de rivale. Ce serait un peu comme s’avouer faible et vaincue, non ? Ou était-ce de la fierté mal placée .. ? « Ouais non oublie-ça, en fait… Ça m’est juste venu comme ça, sur le moment. »

HRP:
 

_________________

Hey brother, there's an endless road to rediscover. Hey sister, know the water's sweet but blood is thicker. Oh, if the sky comes falling down, for you there's nothing in this world I wouldn't do.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE7ème annéePréfète
    POUFSOUFFLE
    7ème année
    Préfète
AVATAR : Katie McGrath
MESSAGES : 240

INFOS PERSONNAGE
SITUATION AMOUREUSE SITUATION AMOUREUSE: Célibataire.
DATE & LIEU DE NAISSANCE DATE & LIEU DE NAISSANCE:
SANG SANG: mêlé
MessageSujet: Re: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ] Jeu 22 Juin 2017 - 13:50

Elle plaça sa main devant sa bouche et pouffa de rire. L'imitation d'Ariane était vraiment très réussie. La deuxième année de Lina lui revint en mémoire. Comme beaucoup, elle avait admiré son professeur pour toutes les prouesses qu'il avait accomplit. Elle trouvait, bien sûr, qu'il en faisait un peu trop parfois, mais elle avait été très impressionnée par ses histoires rocambolesques, par son audace et par le sang – froid dont il avait preuve.... Jusqu'à ce qu'elle apprenne la vérité à la fin de l'année. L'enfant qu'elle était alors avait été profondément dégoûtée : l'homme n'avait fait que voler les histoires de sorciers bien plus talentueux que lui. Elle avait d'ailleurs passé de nombreuses heures à critiquer le magicien de pacotille avec ses amis de l'époque : Lina détestait les menteurs, et tous les défauts de l'homme lui avaient sauté au visage : Gilderoy était arrogant, stupide, vaniteux, orgueilleux, précieux et c'était un mauvais professeur. Le pire de l'histoire.

Ariane continua de questionner la jeune Poufsouffle. Malheureusement, se faisant, sa camarade abordait des sujets dangereux pour toutes les deux. Les Nuncaboucs... Lina se sentit terriblement coupable. Elle et tous les autres avaient laissé les choses se faire, ils avaient été incapables de réagir et beaucoup d'entre eux avaient été soulagés de ne pas faire partis de cette nouvelle et immonde maison.  La jaune et noire écrivit plusieurs lignes sur son parchemin avant de lui répondre. Elle voulait être réconfortante, et s'excuser à demi mot d'avoir été lâche. Lina sembla avoir trouvé les mots justes. Les sourcils de l'ancienne Gryffondor se haussèrent et un sourire vint éclairer son visage. Lina le lui rendit, elle se rendit compte qu'elle était entrain de découvrir une nouvelle Ariane, et ça lui plaisait.

« On n’est pas seuls… Si tu savais comme c’est rassurant d’entendre ça. Les Terrible C font tout pour qu’on soit isolés. On est comme des pestiférés en pleine épidémie ».

Elle leur avait trouvé un charmant surnom. Lina esquissa un sourire. Mais elle était très triste pour Ariane. Tous ces camarades avaient l'air miteux, et déprimés. Ils avaient perdus de poids... Les Carrow avaient pris leurs baguettes, et les élèves n'avaient pas le moindre scrupule pour voler leurs affairres. Les Nuncaboucs n'avaient plus rien. Lina avança sa main pour saisir celle la Gryffondor, simplement pour la consoler un peu, mais elle se ravisa au dernier moment... Après tout, elle et Ariane n'avait jamais été proches, bien au contraire. Gênée, la jeune femme se racla la gorge, et baissa les yeux.

« Vous avez des nouvelles ? Maintenant qu’ils ne sont plus là…»

La Poufsouffle regarda l'éclair sur le parchemin de la Nuncabouc.  Elle fit une grimace. Oui, bien  sûr, elle avait induit Ariane en erreur : cette dernière pensait sans doute que sa camarade faisait parti de l'A.D et avait des informations inédites, mais c'était faux. Lina n'en avait pas fait partie les années précédentes. Mais elle avait bien l'intention de rejoindre le groupe d'élèves clandestins cette année...

« Non je... Je ne sais pas ».

Elle lui sorti un regard plein d'excuse. Elle aurait adoré pouvoir en dire plus à sa camarade, être une porteuse de bonne nouvelle, mais hélas, elle ne savait rien. Oh bien sûr, elle avait des indices grâce à ses tirages de cartes, mais il était hors de question d'aborder ce point là avec Ariane, ou avec qui que ce soit d'autre, d'ailleurs.
Lina regarda la petite brune faire un point sur leur devoir, elle semblait absorbée par son parchemin... La Poufsouffle accorda un regard à son propre travail : une bonne partie du devoir avait été noircie par son écriture. C'était assez satisfaisant, surtout pour quelqu'un qui n'aimait pas spécialement la Botanique.  Au moment où elle trempa le pointe de sa plume dans l'encrier, Ariane s'agita.

« Ça t’dérange pas si j’fais les schémas plus tard ? J’ai pris que ma plume et pas mes crayons… ‘fin tu m’fais confiance ? »

La blairelle haussa un sourcil. À la question « Ça ne te dérange pas si je fais les schémas plus tard » la réponse était « Non »... Mais de là à lui faire confiance... Lina aurait au moins voulu avoir un droit de regard sur le travail de sa partenaire.  La jeune fille soupira un bref instant, elle ne voulait pas être mesquine ou désagréable avec Ariane, d'autant plus que la Nuncabouc était bien meilleure qu'elle dans cette discipline.

« Je... Non d'accord. Vas y ».

Elle se retint de lui dire qu'elle lui faisait confiance... Il ne fallait quand même pas exagéré. Puisque la petite brune semblait destinée à quitter les lieux, Lina décida de ranger un peu le bureau. Elle ferma certains livres et les mit de côté. Elle tenta également de remettre un peu d'ordre dans ses parchemins, mais elle abandonna bien vite l'idée.

« HÉ ! Tu saurais pas où trouver un paquet de cartes à jouer par hasard ? Version sorcière, moldue, déchirée, à moitié complet, peu importe ?... La sorcière se tut un court instant. Elle sembla hésiter, et finalement, elle se ravisa, pour d'obscures raisons... Ouais non oublie-ça, en fait… Ça m’est juste venu comme ça, sur le moment ».

Lina baissa les yeux. Un jeu de cartes... Ariane en était au point où elle était obligée de demander un simple jeu de cartes. Elle ne le demandait même pas en entier. Bien entendu, il était impossible de lui refuser ça. Qui aurait pu dire non à une telle requête ? La sorcière se baissa et attrapa sa baguette magique dans son sac. Le bois de poirier brilla légèrement sous les quelques reflets du soleil.  Lina agita avec souplesse son poignet et un petit paquet de 52 cartes fit son apparition. Pour faire honneur à Ariane, la Poufsouffle avait fait en sorte que le verso des cartes soit rouge et or.  Avec son index, elle fit glisser le paquet droit vers sa camarade, sans trop la regarder, elle ne voulait mettre Ariane mal à l'aise, ou faire en sorte que cette dernière se sente redevable.

« Voilà pour toi ».

_________________
"Du chaos naît une étoile"

EVERYONE YOU MEET IS FIGHTING A BATTLE YOU KNOW NOTHING ABOUT. BE KIND. ALWAYS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ]

Revenir en haut Aller en bas

[10 Septembre 1997]Liliacées [Lina Kaveline ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [1er Septembre 1997] Diviser pour mieux régner» [13 Septembre 1997] Teach me all you know» [11 Septembre 1997] Le Géranium Dentu» Ce n'est que le nouveau bibliothécaire. [25 Septembre 1997]» [2 septembre 1997] Enfin de retour
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: La pensine :: Sept. 1997 - Août 1998 :: Sujets terminés-